H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'HYMNE DE LA FLEUR

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14291
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: VIE DE FLEURS   Mar 15 Nov - 17:48

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10480
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 10 Juin - 13:19

Près d’Albi,
la fleur de pastel
et ses 13 nuances de bleu
le pastel l'or bleu du TARN
Jadis, le pastel a fait la fortune de la région,
en témoigne la construction
de prestigieux hôtels particuliers à Toulouse, Albi…
Aujourd'hui, des passionnés ont relancé la culture du «Bleu».
Le pastel n'annonce pas la couleur d'emblée.
Bien malin qui peut imaginer,
que cette plante cousine du colza et de la moutarde,
a fait la fortune de l'Albigeois,
du Midi toulousain et du Lauragais aux XVe et XVIe siècles…
puisque rien ne dit que ces feuilles
contiennent un fabuleux colorant. Le bleu !

La Fleur de pastel, ou Isatis Tinctoria


Tracez un triangle sur une carte :
Toulouse, Albi, Carcassonne.
Vous y êtes ? C’est le triangle d’or du pastel.





Le pastel, c’est cette fleur qui a donné

la teinture bleue qu’on a appelé bleu pastel.

Inutile de chercher des fleurs bleues dans les champs.




La fleur du pastel est jaune !

Et c’est quand même sacrément joli

de voir les champs se couvrir d’or à l’époque de la floraison.



Mais de toute manière,

la couleur sera extraite des feuilles et pas des fleurs…



Dans la région, la culture du pastel

s’est développée au XIVe siècle et a connu

son apogée à la Renaissance.



Sandrine Banessy,

auteur du livre Les 7 promenades au Pays du Pastel 

nous explique comment on procédait à l’époque.





« On a eu la bonne idée de le traiter

comme une culture maraichère.

C’est à dire qu’on a très bien travaillé les sols.

On y allait tous les jours.

On désherbait, on aérait, on binait la terre.




Et ensuite, on récoltait le pastel comme le coton,

en récolte sélective : on ne ramasse

que les feuilles à maturation.




Un des intérêts économiques de la culture du pastel,

c’est que les feuilles coupées vont repousser

quatre à cinq fois.




Dans un même champ de culture,

on a donc au total quatre à cinq récoltes,

qui vont s’étaler entre le mois d’avril

et le mois d’octobre. »







Les producteurs disposaient aussi d’un allié :

les pigeons !

Leur fiente formait un engrais naturel

remarquable pour le pastel.



Les producteurs construisent donc des pigeonniers.

Une exception par rapport au reste de la France,

car au Moyen Age, seuls les seigneurs ont ce droit.



Une seule condition est requise :

posséder suffisamment de terrain pour nourrir tous les pigeons.



Cela explique que vous croiserez

un bon nombre de pigeonniers au pays de Cocagne.

Il en reste 1 700 aujourd’hui encore !



Celui de Montdragon est l’un des mieux conservés.

De grands peintres modernes du début du XXème
ont peint aussi au pastel comme Odilon Redon, Mary Cassat,
Toulouse- Lautrec, Edgar Degas , Pablo Picasso …
Et le pastel contemporain est en plein essor
avec Sam Szafran, Nadine Cosentino, Ylag,
Mâkhis Xenakis entre autres.

  • Le bleu était la couleur de la noblesse : 







  •  Les paysans pouvaient parfois bénéficier
  •  des fonds de cuve qu’ils utilisaient pour peindre leurs charrettes
  • ou les volets car le pastel repousse les moustiques.
  • Mais attention il attire guêpes et abeilles !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
 
L'HYMNE DE LA FLEUR
Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» L'HYMNE DE LA FLEUR
» Flan de chou-fleur au chèvre (from "Voici")
» velouté de chou fleur
» Le velouté de chou-fleur au roquefort- M'man
» Soupe au chou-fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA PLUME EST LA LANGUE DE L'AME :: ESSAIS, CONTES ET LEGENDES-
Sauter vers: