H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'HYMNE DE LA FLEUR

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: L'HYMNE DE LA FLEUR   Lun 4 Jan - 2:26

L'HYMNE DE LA FLEUR


"Flower duet" from Lakme
composed by Leo Delibes
Natalie Dessay - Soprano
Delphine Haidan - Mezzo soprano
Orchestre National du Capitole de toulouse
Michel Plasson - conductor



Je suis un mot que préfère puis reprend la nature et qu'elle cache en son coeur, puis redit.
Je suis une étoile tombée de la toile azurée sur le tapis vert.

Je suis la fille des éléments, conçue par l'hiver, enfantée par le printemps,
élevée par l'été et endormie par l'automne.

Je suis le cadeau des amoureux,
la couronne des noces et le dernier présent d'un vivant à un mort

Le matin, je participe avec la brise à annoncer la venue de la lumière.
Le soir, je m'associe avec les oiseaux pour lui faire mes adieux.

Je me balance dans les plaines pour les orner et soupire dans l'air pour le parfumer.
Quand j'enlace le sommeil, la nuit me regarde de ses mille yeux et, quand je me réveille,
je regarde avec l'unique oeil du jour.

Je bois la rosée du matin comme du vin,
j'écoute les chants des merles et je danse au rythme des ovations de l'herbe.

Je regarde toujours le haut pour voir la lumière, pour ne pas voir mon ombre.
C'est une sagesse que l'homme n'a pas encore apprise.

KHALIL GIBRAN


Dernière édition par Nine le Lun 4 Jan - 11:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Lun 4 Jan - 2:34

LEGENDE DU CHRYSANTHEME



Il y avait au Japon, un jardinier amoureux.

Sa belle était coquette, elle avait de nombreux soupirants et il redoutait de la perdre.
Souvent dans le jardin, tout en soignant ses fleurs, il interrogeait le ciel :

« Combien de temps ma bien-aimée me sera-t-elle fidèle ? pourrais-je la garder toujours ? »
Bien sur, le ciel ne lui répondait pas et quand il voyait sa fiancée
si belle souriant à tous ceux qui la courtisaient son pauvre coeur était malade.
Comment lui, modeste homme de la terre pouvait-il espérer garder pour lui seul
cette fleur ravissante dont la vue charmait les princes.

La jeune fille entourée de ses admirateurs ne semblait pourtant voir que lui ;
pour lui ses yeux étaient plus doux, son sourire plus tendre,
pour lui elle chantait ses plus belles chansons.
« Oui, mais pour combien de temps se demandait le jardinier ?
Elle est si belle, je suis si pauvre, si modeste.
Un jour c’est certain, un de ces princes va me la prendre. »
Pour l’instant la belle lui gardait sa préférence.
« Combien de temps ? Combien de temps ? demandait-il aux fleurs. Combien de temps »,
demandait-il aux arbres ?
« Combien de temps, Rosée du matin ? Combien de temps, Ombres du soir ? »

Ni l’herbe ni les fleurs, ni les arbres, ni les escargots, ni les coccinelles,
ni les vers de terre, ni les légumes, ni les hérissons,
jamais aucun des hôtes du jardin ne lui répondait.
Un jour qu’avec angoisse il interrogeait des marguerites,
une larme tomba sur une des fleurs et un génie sortit d’une corolle,
tout habillé de jaune avec un large col blanc.
« Pourquoi ces larmes gentil jardinier ? Qui d’entre nous t’a fait du chagrin ? »
« Personne, jamais personne dans ce jardin ne m’a fait de peine ;
c’est vous au contraire qui me consolez ; »
« Pourquoi, gentil jardinier, as-tu besoin d’être consolé ? »
« C’est ma fiancée, Génie des Marguerites ; elle est si belle et moi je suis si pauvre !
Un pauvre petit rien du tout et je voudrais tant qu’elle m’aime toujours ! »

« Toujours, je ne sais pas, dit le génie en montrant une fleur.
Mais je te promets l’amour de ta fiancée pour autant d’années que cette corolle a de pétales. »
Le jardinier cueillit la fleur, compta les pétales, hocha la tête.
Alors il prit à son revers une longue épingle et effilocha la corolle.
Elle eut bientôt tant de pétales qu’il devint impossible de les compter.

C'est quand même plus "optimiste" que l'effeuillage de la marguerite,
on compte les augures de cinq en cinq ...
un peu, beaucoup,passionnément, à la folie, et ... pas du tout.
le Chrysanthème fait durer le plaisir
Mais essayez d'effeuiller cette fleur de Toussaint ?
là il faudrait une patience tout orientale
ou comment restez ZEN ! un exercice "sain".

La marguerite est une fleur

Je t’aime un peu, beaucoup, à la folie, pas du tout ...
La marguerite est considérée par la majorité d’entre nous comme une fleur,
n’en faites rien car il s’agit en réalité de plusieurs fleurs.
La marguerite est une plante herbacée de la famille des composées,
car composée elle l’est assurément (tout comme l’edelweiss), d’inflorescences,
qui sont un groupement de fleurs disposé sur une extension de la tige.

La majorité des plantes à fleurs présentent plus d’une fleur à l’extrémité de leurs tiges
et c’est le cas pour la marguerite dont les inflorescences forment les capitules
(petites fleurs serrées les unes contre les autres)
qui est le centre de la marguerite constitué d’une multitude
de petites fleurs jaunes de forme tubulaire, disposées sur un "plateau" ;
entouré par des fleurs blanches dites ligulées (à la forme de lamelles),
qui ressemblent à des pétales mais qui sont en réalité des fleurs disposées en couronne,
chacune munie de cinq pétales soudés entre eux.

Ainsi, lorsque vous effeuillerez une marguerite pour votre bien-aimé,
songez que ce n’est pas une fleur mais un groupement de fleurs que vous serez en train d’éplucher.
Nin@rtmony



Dernière édition par Nine le Lun 4 Jan - 12:46, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Lun 4 Jan - 2:47






Les mots qu'on n'a pas prononcés sont les fleurs du silence .
Proverbe japonais



Dernière édition par Nine le Dim 10 Jan - 1:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 5 Jan - 1:49

L' HOMME AU BOUQUET DE FLEURS




... Un bouquet d'fleurs
à la main
Il sort du magasin
Il avance de bon coeur
Où va donc cet humain
Qui porte un bouquet d'fleurs
Où va donc cet humain
Qui porte un bouquet d'fleurs

Vers quel rencard
Quel amant dans l'placard
Quelle inconnue
Dans la toile entrevue
Quelle fête des mères
Quel ami sincère
Quelle moitié d'aveu
Quel amour qui flanche
Quel drôle de cheveu
Sur sa manche ...

Maxime Le forestier

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Ven 8 Jan - 14:35



En automne, je récoltai toutes mes peines
et les enterrai dans mon jardin.
Lorsque avril refleurit
et que la terre et le printemps célébrèrent leurs noces,
mon jardin fut jonché de fleurs splendides et exceptionnelles.

Khalil Gibran
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 10 Jan - 1:22

La légende de Narcisse
En grec ancien Νάρκισσος / Nárkissos
Son nom semble lié au grec ancien narkê : sommeil.



Le fleuve béotien Céphise, et la nymphe Léiriopé,
eurent un fils qu'ils nommèrent Narcisse.
Un oracle du devin Tirésias, ayant anoncé que l'enfant
vivrait vieux s'il ne prenait pas connaissance de lui,
Narcisse fût élevé dans l'ignorance de son image...
À seize ans, Narcisse, qui était d'une grande beauté,
fût désiré par nombre de jeunes filles et de jeunes
hommes, mais demeurait insensible à l'amour.

La nymphe Écho en mourut, à l'exception de sa voix qui
répercute toujours les sons et les paroles àtravers les forêts.

Une des victimes de Narcisse formula le voeu
qu'à son tour Narcisse aime, mais qu'il ne puisse jamais
posséder l'objet de son amour.
Némésis, la déesse de la vengeance, exauça ce voeu ....



Un jour de grande chaleur, Narcisse, fatigué
par la chasse, vint s'étendre près d'une source,
dans un endroit reculé de la forêt, là même
où la nymphe Écho s'était réfugiée...
Tandis qu'il tentait de se désaltérer, Narcisse
découvrit dans l'eau l'image d'un visage inconnu.
Séduit pas la beauté de l'inconnu,
il en tomba éperdument amoureux.

Désormais insensible au monde, Narcisse fût d'abord
plongé dans le ravissement.
Puis l'amour se fit cruel, puisque les deux amants,
malgré leur désir mutuel, ne pouvaient
se rejoindre.

C'est alors que Narcisse comprit qu'il brûlait
d'amour pour sa propre image.
Consumé par son impossible
amour, il dépérit peu à peu et mourut sous
les yeux de la nymphe Écho,
réclamant seulement de ne jamais cesser
de contempler ce qu'il ne pouvaitposséder.

Ses soeurs, les Naïades et les Dryades,
le pleurèrent.
Or, au moment d'accomplir les rites funéraires,
le corps de Narcisse avait disparu...
À la place où reposait sa dépouille,
une fleur jaune safran dont le coeur était
entouré de feuilles blanches, avait pris naissance....
Le Narcisse.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 10 Jan - 1:46

Mignonne, allons voir si la rose


Rose du rosier Pierre de Ronsard

Mise en musique, chantée, récitée par des générations d’écoliers,
cette ode à Cassandre est depuis 1550 la plus célèbre invitation à jouir de l’instant.
Cassandre, fille d’un banquier italien,
a transcendé le poète au point que celui-ci l’a idéalisé et élevé au rang des muses.

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avait déclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu cette vêprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vôtre pareil.

Las ! voyez comme en peu d’espace,
Mignonne, elle a dessus la place,
Las ! las ! ses beautés laissées choir!
Ô vraiment marâtre Nature,
Puisqu’une telle fleur ne dure,
Que du matin jusqu’au soir !

Donc, si vous me croyez mignonne,
Tandis que votre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez votre jeunesse :
Comme à cette fleure la vieillesse
Fera ternir votre beauté.

RONSARD

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 10 Jan - 1:51

ESPRIT DE FLEUR





Si les Japonais, à travers leur art IKEBANA applique l'esprit ZEN aux fleurs,
chez nous on les fait parler, elle ont un langage codé et précis, que je vous invite
à découvrir ici :
http://www.artmony.biz/arts-et-traditions-f90/dites-le-avec-des-fleurs-t2415.htm

Quand les fleurs se mettent à parler...
Le langage des fleurs nous permet d'exprimer nos sentiments de façon très délicate,
chaque fleur étant chargée d'un message particulier que le destinataire peut choisir de comprendre ou non...


Dernière édition par Nine le Dim 10 Jan - 10:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 10 Jan - 2:11

Symbolique des fleurs



Fleur éphémère de la pensée...
Dont les parfums purs ont hanté Baudelaire ...
De son ardeur divine Où l’amante grise sa peine
Où l’amant se réjouit un instant De l’orgueil sacré à l’éternel volupté.

Les fleurs symbolisent dans le monde entier la jeunesse,
la joie de vivre et la victoire (provisoire) de la vie sur la mort.
Cependant selon les civilisations, les fleurs n'ont pas la même importance ni la même symbolique.

Dans la symbolique chrétienne
les fleurs représentent ce qui est agréable à Dieu et la joie simple devant la nature,
mais aussi le caractère éphémère de la beauté terrestre.
Dans la Bible, de nombreuses fleurs apparaissent, chacune recouvrant une symbolique morale.
La rose rouge représente la plaie du Christ et l'amour céleste;
la rose blanche tout comme le lys désignent la Vierge, la perfection et la pureté.
L'ancolie marque la présence du Saint-Esprit, l'iris désigne la douleur et l'oeillet incarne le Christ.

Le taoïsme
est depuis plus de 2000 ans la principale religion chinoise.
La fleur la plus importante dans le monde asiatique est le lotus.
Cette fleur s'ouvre au lever du soleil et se referme à son coucher,
c'est pourquoi elle est comparée au dieu du Soleil.
Dans la pratique du yoga, la maîtrise des énergies qui parcourent le corps
est comparée à l'éclosion d'une fleur de lotus sur le sommet de la tête.
Ce lotus suprême est appelé dans le taoisme « fleur d'or ».
De même dans le bouddhisme, le lotus symbolise la connaissance qui conduit aux réincarnations.
De manière générale, c'est une fleur associée aux immortels et donc à la pureté et à la vertu de l'homme.

En Amérique du Sud
la fleur a également une symbolique forte, notamment dans la civilisation aztèque.
La fleur se manifeste dans de nombreux aspects de cette société,
tout d'abord dans le calendier aztèque, qui ne comprend que 20 jours,
dont le dernier est appelé « fleur ». Il est dans ce cas symbole de tout ce qui est fait avec goût.
La fleur est également un symbole divinatoire
en étant les attributs de la Déesse de la fécondité et de la sexualité,
et ceux du Dieu des plantes psychoactives sacrées appelé Prince des Fleurs ou gardien divin du « rêve fleuri ».
Les fleurs à quatre pétales sont plus particulièrement appréciées
car elles représentent le plus famillier hiéroglyphe aztèque,
« la fleur solaire »,
symbole de la divinité, du centre du monde, du ciel, du temps et de l'espace.

LE TEMPS DES FLEURS




Dernière édition par Nine le Mar 12 Jan - 1:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Lun 11 Jan - 10:38

Fleur éphémère de la pensée
Ta poésie se meurt aujourd’hui Aux brûlures des mots
De ses lettres de chair et de sang Que personne n’écrit vraiment.
... à part Emilie, parce qu'elle est "jolie" !




Je te cueille depuis tant d’années
Que tes essences n’ont plus de secret.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 12 Jan - 1:35

A L'EAU DE LA CLAIRE FONTAINE



Dans l'eau de la claire fontaine
Elle se baignait toute nue.
Une saute de vent soudaine
Jeta ses habits dans les nues.

En détresse, elle me fit signe,
Pour la vêtir, d'aller chercher
Des monceaux de feuilles de vigne,
Fleurs de lis ou fleurs d'oranger.

Avec des pétales de roses,
Un bout de corsage lui fit.
La belle n'était pas bien grosse
Une seule rose a suffit.

Avec le pampre de la vigne,
Un bout de cotillon lui fit,
Mais la belle était si petite
Qu'une seule feuille a suffi.

Elle me tendit ses bras, ses lèvres,
Comme pour me remercier...
Je les pris avec tant de fièvre
Qu'ell' fut toute déshabillée.

Le jeu dut plaire à l'ingénue,
Car, à la fontaine souvent,
Ell' s'alla baigner toute nue
En priant Dieu qu'il fit du vent,
Qu'il fit du vent...

Georges Brassens



Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Sam 16 Jan - 9:53

SAMBA FLEURIE

Stacey Kent
« Samba Saravah ».




Légende des fleurs

J'ai découvert et lu un très beau livre : "Légendes de fleurs" .
Les textes sont de michel Lis, jardinier très connu sur France Inter
et les illustrations de Corinne Merlès. La préface est de Eve Ruggiéry.
En voici un extrait :

"l'édelweiss, un vrai lion"

"On lui donnerait vraiment le bon Dieu sans confession,
tant cette fleur des neiges, cette reine des glaces, vit près du ciel.
N'allez pourtant pas croire à toutes les promesses de cette plante des cimes
que les botanistes nomment Léontopodium (patte de lion)
et ceux qui risquent leur vie pour la cueillir au sommet des montagnes,
près des neiges éternelles.
Ce « lion des Alpes », cette « étoile d'argent »
offre ailleurs une fleur plus blanche que lorsqu'elle est cultivée en plaine, dans un jardin.

Innocent edelweiss en robe de peluche qui symbolise
la protection dans le langage des fleurs.

Il a pourtant d'autres pouvoirs bien plus terrifiants si l'on en croit
quelques légendes suisses et autrichiennes.
porté sur soi, l'edelweiss vous rend parfaitement invisible temps que vous ferez le... bien !
Dans le Tyrol on affirme que seul un sorcier - ou une sorcière
ayant vendu son âme au diable jouera de son pouvoir d'invisibilité
pour se livrer à des actes démoniaques.

En Suisse, encore plus terrible, une mère peut se servir de ce « lion des Alpes »
pour punir le meurtrier de son enfant,
à condition toutefois que dernier ne connaisse pas l'antidote.

En effet, porté sur soi un pied d'edelweiss entier, arraché un vendredi,
par une nuit de pleine lune et enveloppé dans un linge blanc sur lequel
auront marché un âne et un boeuf,
permet de se rendre invulnérable aux balles de fusil
comme à la lame d'un couteau !
" L'edelweiss candide est donc aussi une arme redoutable pour celui qui sait s'en servir."


Dernière édition par Nine le Mer 24 Fév - 11:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 17 Jan - 0:52

Les Roses d'Ispahan





Le parfum évocateur d'un nom sonore et odorant.
Les Mille et Une Nuits, les jardins de l'amour, les lampes merveilleuses,
les génies prévenants, les belles princesses, les sources de lait et miel,
les vallées de la jeunesse éternelle, les élixirs et les filtres qui font voyager dans le temps,
les tapis volants, les êtres fantastiques,
les cités invisibles de murailles plus hautes que les cieux,
les sables ardentes du désert et les frais oasis
où se racontent des histoires à la lumière de la lune ...

Leconte De Lisle, le grand poéte Parnassien,
qui sans doute avait lu une transcription du parchemin de la Rose Pourpre
ou Les lèvres métaphysiques,
va écrire un poème dédié à cette rose d'enivrante odeur qui lui rappelait sa bien aimée.

Les roses d'ispahan

Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse,
Les jasmins de Mossoul, les fleurs de l'oranger
Ont un parfum moins frais, ont une odeur moins douce,
O blanche Leïlah ! que ton souffle léger.

Ta lèvre est de corail, et ton rire léger
Sonne mieux que l'eau vive et d'une voix plus douce,
Mieux que le vent joyeux qui berce l'oranger,
Mieux que l'oiseau qui chante au bord du nid de mousse.

Mais la subtile odeur des roses dans leur mousse,
La brise qui se joue autour de l'oranger
Et l'eau vive qui flue avec sa plainte douce
Ont un charme plus sûr que ton amour léger !

O Leïlah ! depuis que de leur vol léger
Tous les baisers ont fui de ta lèvre si douce,
Il n'est plus de parfum dans le pâle oranger,
Ni de céleste arome aux roses dans leur mousse.

L'oiseau, sur le duvet humide et sur la mousse,
Ne chante plus parmi la rose et l'oranger ;
L'eau vive des jardins n'a plus de chanson douce,
L'aube ne dore plus le ciel pur et léger.

Oh ! que ton jeune amour, ce papillon léger,
Revienne vers mon coeur d'une aile prompte et douce,
Et qu'il parfume encor les fleurs de l'oranger,
Les roses d'Ispahan dans leur gaîne de mousse !

Charles-Marie Leconte De Lisle
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 26 Jan - 2:02

LEGENDE DU BLEUET



il y a fort longtemps,
une nymphe tomba amoureuse d'un beau jeune homme au regard bleu azur.
Afin de cacher cette idylle inavouable,
la nymphe entraina son amant dans un champ de blé et là,
a l'abri des regards indiscrèts, ils s'aimèrent.
Prudente, la nymphe décida,
pour mettre l'etre aimé a l'abri de la colère des dieux,
de le changer en une élégante fleur à la couleur bleu azur,
inspirée par l'iris céruléen du galant...

pour ceux qui ne croirait pas à cette histoire,
en russe, le bleuet se dit basilek,
en souvenir du jeune homme transformé en fleur qui s'appelait Basile...
c'est aussi depuis ce jour que l'eau de bleuet (son infusion)
soulage les yeux irrités par les larmes
et que les femmes qui veulent attirer les hommes portent sur leur poitrine une fleur de bleuet.

divination amoureuse

Mesdames, si vous souhaitez choisir entre deux amoureux,
préparez deux enveloppes contenant chacunes une fleur de bleuet.
Sur la première écrivez le nom d'un de vos prétendant,
sur la seconde celui de l'autre.
Ouvrez les au bout de quelques jours et choisissez celui dont la fleur est resté la plus fraiche...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 26 Jan - 2:19

LE POT DE FLEURS



Parfois un enfant trouve une petite graine
Et tout d'abord, charmé de ses vives couleurs,
Pour la planter il prend un pot de porcelaine
Orné de dragons bleus et de bizarres fleurs.

Il s'en va. La racine en couleuvres s'allonge,
Sort de terre, fleurit et devient arbrisseau ;
Chaque jour, plus avant, son pied chevelu plonge,
Tant qu'il fasse éclater le ventre du vaisseau.

L'enfant revient ; surpris, il voit la plante grasse
Sur les débris du pot brandir ses verts poignards ;
Il la veut arracher, mais la tige est tenace ;
Il s'obstine, et ses doigts s'ensanglantent aux dards.

Ainsi germa l'amour dans mon âme surprise ;
Je croyais ne semer qu'une fleur de printemps :
C'est un grand aloès dont la racine brise
Le pot de porcelaine aux dessins éclatants.

THEOPHILE GAUTHIER
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 2 Fév - 10:12

LE ROI ET SON JARDIN



Il y avait un jour un roi qui avait planté près de son château toutes sortes d'arbres,
de plantes et son jardin était d'une grande beauté.
Chaque jour, il s'y promenait : c'était pour lui une joie et une détente.

Un jour, il dût partir en voyage.
A son retour, il s'empressa d'aller marcher dans le jardin.
Il fût surpris en constatant que les plantes et les arbres étaient en train de se dessécher.
Il s'adressa au pin, autrefois majestueux et plein de vie,
et lui demanda ce qui s'était passé. Le pin lui répondit :

- J'ai regardé le pommier et je me suis dit que jamais je ne produirais
les bons fruits qu'il porte.
Je me suis découragé et j'ai commencé à sécher.

Le roi alla trouver le pommier : lui aussi se desséchait... Il l'interrogea et il dit :

- En regardant la rose et en sentant son parfum,
je me suis dit que jamais je ne serais aussi beau et agréable et je me suis mis à sécher.

Comme la rose elle-même était en train de dépérir, il alla lui parler et elle lui dit :
"Comme c'est dommage que je n'ai pas l'âge de l'érable qui est là-bas
et que mes feuilles ne se colorent pas à l'automne.
Dans ces conditions, à quoi bon vivre et faire des fleurs ?
Je me suis donc mise à dessécher."

Poursuivant son exploration, le roi aperçut une magnifique petite fleur.
Elle était toute épanouie. Il lui demanda comment il se faisait qu'elle soit si vivante.

Elle lui répondit :

- J'ai failli me dessécher, car au début je me désolais.
Jamais je n'aurais la majesté du pin, qui garde sa verdure toute l'année;
ni le raffinement et le parfum de la rose.
Et j'ai commencé à mourir mais j'ai réfléchi et je me suis dit :

"Si le roi, qui est riche, puissant et sage, et qui a organisé ce jardin,
avait voulu quelque chose d'autre à ma place, il l'aurait planté.
Si donc, il m'a plantée, c'est qu'il me voulait, moi, telle que je suis et,
à partir de ce moment, j'ai décidé d'être la plus belle possible!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 2 Fév - 12:09

ROSE OF MY HEART
JOHNNY CASH


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Sam 6 Fév - 11:26


Claudel, Paul 1868-1955
La fleur est courte, mais la joie qu'elle a donnée une minute
N'est pas de ces choses qui ont commencement ou fin.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Sam 6 Fév - 12:45

Après trois ans
Extrait Des Poèmes saturniens



Tudor George Tucker ( 1862-1906 )
Nasturtiums, vers 1903, National Gallery of Australia Canberra

Par Paul Verlaine

Ayant poussé la porte étroite qui chancelle,
Je me suis promené dans le petit jardin
Qu'éclairait doucement le soleil du matin,
Pailletant chaque fleur d'une humide étincelle.

Rien n'a changé. J'ai tout revu : l'humble tonnelle
De vigne folle avec les chaises de rotin...
Le jet d'eau fait toujours son murmure argentin
Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle.

Les roses comme avant palpitent; comme avant,
Les grands lys orgueilleux se balancent au vent,
Chaque alouette qui va et vient m'est connue.

Même j'ai retrouvé debout la Velléda,
Dont le plâtre s'écaille au bout de l'avenue,
- Grêle, parmi l'odeur fade du réséda.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Jeu 11 Fév - 2:08

SERENADE DE SCHUBERT
Par Saulo Couto
Grand Ténor Italien

Une vision des fleurs du jardin d'Eden.

J’ai trouvé un Eden où le temps en suspens
Vous cligne un peu de l’œil l’espace d’un instant
Un jardin du début sans guerre et sans tourments
Où les hommes déposent une fleur dans le vent
Dans cet Eden vivant il m’arrive parfois
De goûter la fraîcheur de tel et tel sous-bois
De sentir les parfums des roses et des jasmins
Et celui des lilas que j’aime à croire, certains
Cultiveraient pour moi…
J’y vois assez souvent des lys en majesté
Discuter du printemps avec des fleurs des champs
Il y a quelquefois des chênes centenaires
Qui devisent du vent avec de jeunes lierres
Des coquelicots charmants qui offrent aux passants
L’éclat de leurs pétales dans des jardins d’enfants

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Ven 12 Fév - 14:26

L'AMOUR EN CAGE ET EN FLEUR !

Physalis ou amour en cage, un petit fruit protégé par un calice,
comme l’amour que l’on a envie de protéger du reste du monde.
Pour qu’il reste unique, et aussi fort qu’au début, intacte.
Une gangue qui envelopperait celui qu’on aime et nous avec,
pour nous isoler, dans un cocon de douceur.
Mais mettre l’amour en cage c’est finalement le priver de la liberté dont il a besoin
pour prendre son ampleur, son envol, sa dimension.
L’amour en cage, une forme d’égoïsme
quand on a pas envie que les jolies choses s’usent, qu’elles s’évaporent.
Une réaction bien humaine.



Boris Vian
L'AMOUR EN CAGE
Paroles: Boris Vian

Mon coeur s'est pris à tes épaules
Mon coeur s'est pris à tes yeux gris
Le soleil s'est éteint
Et la neige est tombée
J'ai eu froid sans mon coeur
Rends-le moi
Mon coeur tremblait dans tes mains calmes
Mon coeur tremblait contre le tien

Les oiseaux se sont tus
Et les fleurs ont pâli
J'ai si froid sans mon coeur, rends-le moi
Ne le mets pas dans une cage
Il va mourir comme l'amour
Laisse-moi courir les rues
Laisse-moi vivre au fil des jours

J'ai mis le bonheur à la porte
Et j'ai brisé tous ses anneaux
J'ai laissé les baisers
J'ai cassé les serments
Et j'enferme mon coeur avec moi
Demain, demain je serai seul
Dans le silence de ma vie
Me prendra le hasard
M'aimera qui voudra
Mais j'enferme mon coeur avec moi

Je serai libre dans ma cage
Je serai libre avec mon coeur
Et j'irai courir les rues
Les rues de rêve
Où vont mes amours


Dernière édition par Nine le Mar 16 Fév - 15:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Ven 12 Fév - 14:36

MELODY FLOWER
Miss GARDOT EN BALLADE




Dans mon jardin,
Si une fleur se mettait à chanter
c'est à Melody sans doute, qu'elle ressemblerait !
"I won't wake up To the sound of your feet
Walking down the hall
Like a soft heartbeat
I won't wake up"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 16 Fév - 14:19

EN ATTENDANT LE PRINTEMPS





Elle ecoute pousser les fleurs



Elle écoute pousser les fleurs
Au milieu du bruit des moteurs
Avec de l'eau de pluie
Et du parfum d'encens
Elle voyage de temps en temps
Elle n'a jamais rien entendu
Des chiens qui aboient dans la rue
Elle fait du pain doré
Tous les jours à quatre heures
Elle mène sa vie en couleur
Elle collectionne
Les odeurs de l'automne
Et les brindilles de bois mort
Quand l'hiver arrive
Elle ferme ses livres
Et puis doucement
Elle s'endort sur des tapis de laine
Au milieu des poupées indiennes
Sur les ailes en duvet
De ses deux pigeons blancs
Jusqu'aux premiers jours du printemps
Elle dit qu'elle va faire
Le tour de la Terre
Et qu'elle sera rentrée pour dîner
Mais les instants fragiles
Et les mots inutiles
Elle sait tout cela
Quand elle écoute pousser les fleurs
Au milieu du bruit des moteurs
Quand les autres s'emportent
Quand j'arrive à m'enfuir
C'est chez elle que je vais dormir
Et c'est vrai que j'ai peur de lui faire un enfant ...

FRANCIS CABREL
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 16 Fév - 14:37

UN LIVRE SUR FOND
DE POWER FLOWER ...



Le pouvoir des fleurs

Paris, Mai 1968.
Lola a vingt-huit ans.
Elle fréquente une communauté urbaine installée rue des Canettes,
dont les membres sont plus jeunes qu'elle, et beaucoup moins expérimentés.
Parmi eux, quatre garçons d'une vingtaine d'années avec qui elle entretient
des relations d'amitié amoureuse.
Lola exerce sur eux un ascendant renforcé par le mystère qui entoure son passé
et une partie de sa vie présente.

Lorsqu'ils apprennent qu'elle est enceinte d'un homme avec qui elle vient de rompre,
ils décident d'assumer collectivement la paternité :
ce sera un enfant de l'ère nouvelle...

Mais l'ère nouvelle est faite de lendemains qui pleurent et de combats douteux.
Le pouvoir des fleurs n'est pas seulement un roman d'aventures
particulièrement remuant.
Le récit restitue les ambiances tour à tour délirantes
et dépressives des années 70 et 80.
Rock, drogues, sexe, utopies libertaires, ivresse des mots et des dogmes,
enchantements et désenchantements.

Fleurs de fumée ou fleurs de plomb :
l'écriture survoltée, sarcastique, parfois burlesque restitue la folie généreuse
et amère du Flower Power.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9669
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 16 Fév - 14:53

La mode hippie et le flower power



Le mouvement «Flower Power» en vogue durant les années 60-70
avait fait des fleurs son flambeau;
symboles d'amour, de paix et de beauté.
Le pouvoir des fleurs, c'est aussi celui de séduire
pour assurer la survie de l'espèce végétale et engendrer les fruits et les graines
qui nourrissent l'humanité.

C'est celui de nourrir l'imaginaire pour alimenter la poésie, la chanson,
la littérature et les arts visuels à travers l'histoire.
Les fleurs ont le pouvoir d'émerveiller par leur beauté et leur parfum
et d'étonner par leur organisation et leur diversité,
des plus petites aux plus grandes, des plus parfumées aux plus nauséabondes,
des plus simples aux plus complexes.
Qu'elles soient le symbole d'une jeunesse en contestation,
qu'elles soient nourricières ou qu'elles aient le pouvoir de séduire,
les fleurs sont présentes dans notre vie de la naissance à la mort
et ce depuis la plus haute antiquité.
Le pouvoir des fleurs existe depuis toujours.
All across the Nations ...
Such a strange vibration !



Scott MacKenzie - San Francisco - Funny home videos are a click away
Scott McKenzie's 1967 single, "San Francisco
(Be Sure to Wear Flowers in Your Hair)," écrite par
John Phillips (the Mamas & the Papas).

Le mouvement idéologique hippie s'est déclamé dès les débuts comme
le flower power.
Que signifie donc cette marque "de fabrique"?

Il est d'abord nécessaire de retracer le contexte de l'apparition de la mode hippie.
Bien plus que cela, c'était avant tout un mouvement de contestation.
Dans les années 60, le contexte international était à la décolonisation.
Les grands états du monde octroyaient leur indépendance à leurs anciennes colonies.
Ce mouvement avait démarré dans les années 50.
Puis a surgi la guerre du Vietnam, qui apparaissait comme une contradiction
face au mouvement impulsé.

La jeunesse américaine s'est alors insurgée contre ce conflit,
et surtout contre l'engagement américain.
Pour illustrer leur non-violence, le hippie revêtait un costume simple:
une robe à fleurs, des sandales, les cheveux longs et négligés.
En opposition au strict costume et aux cheveux courts que portent les militaires.
Face à la moralité puritaine, la stricte discipline de la société à l'époque,
les costumes hippies apparaissaient comme une extrême déviance,
quasi intolérable !
Mais cette contestation par essence non-violente,
créait un malaise, car elle obligeait le corps social à une réflexion profonde
sur le rapport aux autres.

Hormis la façon de s'habiller,
le hippie consommait de manière ostentatoire de l'herbe de cannabis :
désir de transgression, mais aussi revendication politique,
puisque le cannabis est réputé calmant.
Donc, en fumer était se montrer non-violent.

La musique a été également un puissant vecteur de dissémination des idées du mouvement.
Le concert de Woodstock en 1969

a été probablement la manifestation emblématique de la jeunesse contestataire de l'époque.
C'était la naissance de la "Protest song".

Les moeurs étant également très puritaines,
l'exhortation à des pratiques sexuelles libres a impulsé les mouvements féministes.
À noter également que la recherche de spiritualité autre que l'expression
judéo-chrétienne a émergé grâce à ce mouvement.
Le bouddhisme notamment s'est largement diffusé durant cette époque.

Le mouvement hippie a donc connu des heures de gloire et a marqué toute une génération. Tellement marquant que si vous examinez bien la mode d'aujourd'hui,
vous retrouverez à peu près les mêmes tendances vestimentaires
que l'on retrouvait dans ce temps !
une prédiction minute :
le flower power est de retour en 2010 ...
"You may say i'm a dreamer
But I'm not the only one"

PS : je suis née en 74 info sans importance
si ce n'est qu'il y avait un brin de lavande et du jasmin
dans un couffin ... alors le flower power !
be shure to wear some flowers ... for ever.
Nin@rtmony
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'HYMNE DE LA FLEUR
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'HYMNE DE LA FLEUR
» Flan de chou-fleur au chèvre (from "Voici")
» velouté de chou fleur
» Le velouté de chou-fleur au roquefort- M'man
» Soupe au chou-fleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA PLUME EST LA LANGUE DE L'AME :: ESSAIS, CONTES ET LEGENDES-
Sauter vers: