H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ENZO FERRARI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 0:47

ENZO FERRARI
Un homme, une marque, un destin.



IL COMMENDATORE

Le jeune Enzo est marqué par sa rencontre avec un grand ténor italien
et il envisage de devenir chanteur d'opéra.
Heureusement pour l'automobile,
il n'a pas l'oreille musicale ce qui met un terme à ses ambitions pour le chant.

Enzo Ferrari faisait partie de la race des seigneurs, nés pour conquérir et régner.
Ses voitures étaient à son image :
flamboyantes, séduisantes, imposant le respect.
Rarement dans l’histoire de l’automobile, il exista une telle fusion entre un homme et une marque.


Enzo Ferrari aura assuré, jusqu'à son dernier souffle, la direction de son entreprise d'automobiles de compétition à travers laquelle, tout en assouvissant une passion, il était devenu le symbole de la créativité et du dynamisme italiens.

Paradoxalement, cet homme auquel on doit quelques-unes des plus belles réussites automobiles de l'histoire n'était pas un technicien.

Son succès était d'abord dû à ses qualités de meneur d'hommes.
Impulsif, riche d'une forte personnalité, il a toujours donné priorité à des ambitions qu'il n'a jamais eu peur d'exprimer, sans ménagement pour le pouvoir politique où sportif quand il l'estimait nécessaire.

«En formule 1, chance et malchance n’existent pas.
Cette dernière n’est autre que la somme d’éléments ou de situations
que nous n’avons pas su ou pu prévoir.»
Enzo Ferrari


Son caractère direct et emporté ne surprenait guère en Italie :
Quand un journaliste venait lui demander quelle était "la" meilleure Ferrari, il se contentait de répondre (avec l'accent italien) :
"Vous ne la connaissez pas encore, c'est la prochaine."
De plus, voici ce qui est restée pendant longtemps sa préférée :
"Le cheval ne pousse pas la charette, il la tire."

Enzo Ferrari était originaire d'Émilie-Romagne, la région la plus prospère de la péninsule ;
bons vivants, les Romagnols sont aussi rebelles, à l'occasion.

Enzo Ferrari naquit dans un faubourg de Modène le 18 février 1898.

La neige était tombée de façon si abondante que son père dut attendre deux jours avant de déclarer sa naissance à la mairie.
Celle-ci fut donc répertoriée à la date du 20 février.
Son père, qui dirigeait une ferronnerie, ne se doutait pas, le jour de 1908 où il emmena ses deux fils, Alfredo et Enzo, assister à Bologne au passage d'une course d'automobiles, qu'il allait susciter chez son cadet une irrésistible passion.

Son père Alfredo, originaire de Carpi dans la province de Modène, était à la tête d'un atelier de fabrication de poutrelles métalliques, activité à laquelle il ajouta dans les années 1900 un petit atelier d'entretien de voitures.
C'est là que le jeune Enzo fit ses premiers pas dans la mécanique automobile, apprenant les rudiments du métier en parallèle à ses études à l'école technique de Modène.

Enzo Ferrari se rend pour la première fois sur un circuit, le 6 septembre 1908 pour assister à la Coppa Florio, où il est subjugué par le pilote Felice Nazzaro au volant d’une Fiat 130 HP.

Alfredo Ferrari décède en 1916 d'une pneumonie, ne laissant que peu de biens à sa famille. Son frère aîné perdant la vie au front la même année, Enzo n'a d'autre choix que d'interrompre ses études pour trouver un emploi.
Il est toutefois mobilisé peu de temps après et affecté au ferrage des mulets, où il contracte une grave pleurésie.
La guerre terminée, Enzo finit par trouver un emploi de manutentionnaire-livreur dans une entreprise spécialisée dans la récupération et le « recyclage » de véhicules militaires désaffectés.

Une expérience qui fera de lui un conducteur expérimenté.

Passionné par la compétition automobile, qui est encore à l'époque un milieu restreint mais très ouvert, il noue des relations avec Ugo Sivocci, pilote-essayeur chez le petit constructeur C.M.N., qui fera de lui son assistant.


Engagé pour la première fois en sport automobile en 1919 lors de la course de côte Parme – Borgio di Bercetto, il obtient des résultats satisfaisants qui lui vaudront d'être engagé chez Alfa Romeo l'année suivante.
Sa carrière de pilote est lancée.

Une légende, un mythe.
Ce sont peut-être les mots qui s'associent le mieux à Ferrari.
Depuis plus de 80 ans, la célèbre marque de voitures au cheval cabré fait crisser ses pneus avec succès sur tous les circuits automobiles du monde et fait rêver grâce à ses voitures de luxe.
Cette gloire est l'œuvre d'un passionné, Enzo Ferrari qui a su, à la force du poignet, bâtir tout un empire.
Il embrasse alors une carrière de pilote et rallie l'écurie Alpha Romeo en 1920. Régulier, il remporte plusieurs victoires qui lui valent le surnom d'
« Il Cavaliere ».
Ses connaissances de la mécanique et ses qualités de meneur d'hommes l'incitent à créer la Scuderia Ferrari en 1929.

Et Enzo créa le mythe Ferrari...

Enzo Ferrari« Il Cavaliere » met un terme à sa carrière de pilote et se consacre alors à la construction de voitures de sport.
La première voiture de production siglée Ferrari, la Ferrari 125 S, voit le jour en 1947. Elle porte le symbole du cheval cabré sur fond jaune, l'emblème de la marque.
Les premières victoires en courses arrivent dans la foulée, avec notamment une première place au Grand Prix de Grande-Bretagne en 1951. L'année suivante, l'écurie remporte son premier titre de champion du monde.
Le premier d'une très longue série.

Enzo Ferrari construit sa légende mais la mort de son fils Dino en 1956 le terrasse.
« Il Commendatore »
a failli tout arrêter. Mais il trouve dans son entreprise le moyen de rendre hommage à son fils.
Même après le rachat de Ferrari par Fiat en 1969, Enzo Ferrari gardera toujours un œil sur l'entreprise.

Il s'éteint à Modène le 14 août 1988 à 90 ans.

Le site FERRARI à voir absolument :
http://www.ferrari.com/Pages/Country_selector.aspx


Dernière édition par Nine le Jeu 10 Sep - 1:35, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 1:39

FERRARI
ROUGE PASSION



« J'ai consacré ma vie entière à l'automobile,
ce triomphe de la liberté pour l'homme. »

Enzo Ferrari.
En 1949, Ferrari devient constructeur automobile et sort son premier modèle.
Il arbore la mythique robe rouge en souvenir à la couleur attribuée aux champions italiens.
Deux ans plus tard, l’écurie remporte son premier titre de champion du monde, le premier d’une longue série.



Dernière édition par Nine le Mer 9 Sep - 4:32, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 1:48

LA NAISSANCE DU LOGO FERRARI
LE CHEVAL D'ORGUEIL



Histoire du logo le cheval d’orgueil
"Peins les couleurs de mon fils sur ta voiture, elles te porteront bonheur"
aurait dit le comte Barraca à un jeune pilote nommé Enzo Ferrari.

Beaucoup de gens savent que l'emblème de Ferrari est le cheval cabré, mais très peu savent quel est l'origine de cet emblème.
Alors, comment est né l'emblème du cheval cabré qui orne depuis toujours les flancs de capot des voitures de Maranello et qui se trouvait déjà sur les voitures de course pilotés par Enzo Ferrari ?

Cet emblème était peinte sur la carlingue de l'avion de chasse de Francesco Baracca, un aviateur tombé sur le Montello et qui fut l'un des plus grands héros de la 1ère Guerre Mondiale.
A l'occasion de sa première victoire, Enzo Ferrari fit la connaissance de Enrico Baracca (Le père de Francesco) et de la comtesse Paolina (Sa mère).
C'est cette dernière personne qui suggéra à Enzo Ferrari de mettre l'emblème de leur fils sur ses voitures pour lui porter chance.

Ferrari accepta et rajouta à l'emblème un fond jaune (la couleur de la ville de Modène).
On peut remonter encore plus loin dans de temps, à savoir pourquoi Francesco Baracca avait-il cet emblème sur la carlingue de son avion?

L'hypothèse la plus vraisemblable est celle-ci:

Francesco Baracca se serai approprié l'emblème du cinquième avion allemand qu'il abattit dans le ciel de Tolmezzo (un Albatros B II).
L'avion allemand portait en effet un cheval semblable en tout point à celui des armoiries de Stuttgart, à la différence que celui de Stuttgart (qui est aujourd'hui devenu celui de Porsche) est une jument, alors que le cheval cabré de ferrari est un étalon.
Enzo ferrari se serait donc réservé le droit de changer le sexe de cet animal, devenu symbole de ses voitures.

Un symbole aujourd'hui mythique.

Maintenant que vous connaissez l'histoire de l'emblème de ferrari, petit cours de géométrie...

Celui-ci est cabré; la dimension la plus importante pour la firme de Maranello est le degré d'inclinaison de l'animal.
Officiellement, cette inclinaison est de 58°, si l'on prend comme repère une ligne horizontale, longeant le sabot arrière gauche et une ligne inclinée, longeant les sabots arrières et avants droits...

Ce blason où apparaît aussi S/F (pour Scuderia Ferrari)
se retrouve d’abord sur les cockpits des Alfa Romeo alignées par Ferrari entre 1929 et 38, puis sur les Ferrari de course à partir de 1947.
A la même date, Enzo Ferrari devenu constructeur (en petite série) reprend également le cheval cabré comme emblème officiel de la marque.

Le "Cavallino" noir est alors inséré dans un rectangle
jaune vertical surmonté des couleurs italiennes (vert/blanc/rouge)
et portant le nom Ferrari dans sa partie inférieure.


Dernière édition par Nine le Mer 9 Sep - 3:15, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 2:22

AU NOM DU FILS



Dino Ferrari est le fils du « commandatore » Enzo Ferrari.
Alfredo Ferrari, surnomme Alfredino ou Dino Ferrari
(né en janvier 1932 – mort le 30 juin 1956)
était un ingénieur italien du constructeur automobile Ferrari.

Atteint de la myopathie de Duchenne, une grave maladie génétique se traduisant par un déficit de la dystrophine, il meurt prématurément en 1956, à l'âge de 24 ans.
Il a conçu peu avant sa mort un moteur V6 qui permettra à Ferrari de remporter le championnat du monde de Formule 1 en 1961.

Un modèle à moteur V6 a été présenté au salon automobile de Paris de 1965 sous le nom de Dino GT ; la marque Ferrari n'y est pas apparu.

Pour honorer la mémoire de son fils, son père donna son prénom à différents modèles de voitures, en particulier la Fiat Dino et la Ferrari Dino ainsi qu'au circuit d'Imola, inauguré en 1979, rebaptisé ensuite Autodromo Enzo e Dino Ferrari à la mort du père, en 1988,
sur lequel se déroula de 1981 à 2006 le Grand Prix Saint-Marin de Formule 1.

L'Histoire De Dino Ferrari

Alfredo Ferrari, appellé Dino (de Alfredino, petit Alfredo) était brillant depuis petit garçon.
Quand il était enfant, il s'appliquait à suivre son père dans l'usine de Maranello et à regarder combien ce qui s'y passait était excitant et intéressant.
Il commenca à aimer ce blason jaune sur fond rouge et comprit que tout là-bas était une partie de cela.
La chose la plus fantastique à ses yeux d'enfant étaient les moteurs.Une mystérieuse boîte d'acier avec autant de puissance à l'intérieur qui ne demandait qu'à exploser, comme son jeune coeur.

Peut-être y avait-il un lien inconscient entre sa maladie et son génie naturel pour projeter les moteurs.

Il souffrait d'un mal terrible qui paralyse les méchanismes externes du corps, qui paralise les possibilités de mouvements, alors que la force de son coeur, à l'intérieur, est élevée et bien vivante.

Certaines personnes disaient que Dino était un génie rare, autant que son père. Probablement qu'il serait simplement devenu un ingénieur-moteurs mais certainement que son talent aurait projeter quelque chose de tellement important s'il avait pu avoir la chance de le faire.

Un jour, alors que Dino avait alors 11 ans, il vint avec son père à Maranello. Il y avait un moteur sur un banc d'essai.
Ils s'en approchèrent et Enzo commença à parler avec un mécanicien tandis que les yeux de Dino étaient de plus en plus grands ouverts, entre la surprise et l'excitation. Le jeune garçon s'accrocha à un coin du veston d'Enzo et lui dit :

"Papà, un jour j'en construirai un moi-même, n'est-ce pas?".

Enzo Ferrari était si heureux qu'il resta en silence, surpris, et qu'une légère goutte tomba de sa joue.

1956 était l'une des années les plus importantes de la vie d'Enzo Ferrari.
En fait, cette année, l'usine de Maranello commença à augmenter sa production automobile, montant de 81 à 113 voitures produites.
La raison de ce succès (en 1961 Ferrari aurait produit 1246 voitures!)
était la démonstration d'un système de production sûr et fiable et les efforts du carrossier turinois Pinifarina.

1956 réserva aussi à Enzo Ferrari une grande douleur. La plus grande. Dino décéda dans leur maison de Modène le 30 juin 1956.
Son corps, après une courte fièvre, "stoppa de travailler", s'arrêtant doucement, comme un moteur usé.
Le jour suivant, au Grand Prix de France, Peter Collins courut avec un bandeau noir autour de son bras et dit :
"Monsieur Enzo, c'est un cadeau pour vous et une dédicace à Dino".

Enzo Ferrari n'oublia jamais ce "cadeau".

C'est pourquoi des années durant, Enzo Ferrari porta toujours une cravate noire signifiant la profonde et infinie douleur pour son seul fils,
qu'il aimait tant et trop tôt perdu.

(plus tard, Enzo Ferrari eut un autre enfant avec une autre femme:
Piero Lardi Ferrari, actuel président honoraire de la SpA Ferrari).

Enzo se souvint de Dino de nombreuses façons.

Lui dédicaçant la piste d'Imola (près de Maranello) "Circuito Dino Ferrari", et ce moteur: le seul que Dino projetait pour la F1, un V6, une entière idée de Dino finalisée par Vittorio Jano.
Les voitures propulsées par ce modèle de moteur étaient toutes appellés "Dino", comme la Dino 246 F1 qui devint championne du monde, conduite par Mike Hawthorn en 1958.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 3:00




Dernière édition par Nine le Jeu 10 Sep - 1:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 3:24

LE PARCOURS D'ENZO FERRARI



Son frère devient ingénieur, mais Enzo n'aime pas aller à l'école et rêve d'entrer dans la vie active.
Il n'a que 16 ans lorsqu'il écrit son premier article dans la "Gazzetta dello Sport", datée du 16 novembre 1914. Il y relate un match de football entre Milan et Modène.

Ensuite, il devient instructeur chez les pompiers de Modène, et il est alors doublement frappé par le destin.
Son père décède d'une pneumonie, puis c'est son frère Alfredo qui s'éteint à son tour, victime d'une maladie contractée à l'armée.

Enzo est appellé sous les drapeaux pour la 1ère Guerre Mondiale, et il rejoint le 3ème régiment d'artillerie de montagne à Val Seriana.
Comme il connait le travail du fer, puisque son père tenait une entreprise de charpente métallique, il est affecté au ferrage des mules !

Puis, comme son frère et son père, il tombe gravement malade. Il est opéré, et mis dans un baraquement à Bologne "la Barracano"réservé aux incurables! A force de tenacité, il luttera contre la maladie et en sortira vainqueur.

En 1918, c'est le retour à la vie civile. Son colonel lui remet une lettre d'introduction pour Fiat à Turin, mais sa candidature est refusée. Désespéré, il pleure dans le parc Valentino... L'année suivante, il trouve enfin du travail chez un industriel de Turin - via Ormea - qui transforme en voitures de tourisme des camionnettes militaires, surplus de guerre. Il livre les châssis chez un carrossier, devient l'homme à tout faire de la petite entreprise, roule beaucoup et c'est là qu'il apprend véritablement à conduire vite et bien.

Enzo, aimable et rendant de nombreux services, commence à être connu dans les cafés de la ville. C'est dans l'un de ces cafés qu'il rencontre Ugo Sivocci, alors pilote d'usine pour CMN (Costruzioni Meccaniche Nazionali). Il devient son assistant-essayeur puis participe à sa première course Parma-Poggio di Berceto, à l'issue de laquelle il termine 4ème au classement général.

Toujours pour CMN, il part courir la Targa Florio en 1919, en Sicile, avec son mécanicien Sivocci, par la route, et avec sa voiture de course. Ils descendent dans la péninsule italienne, et dans les Abruzzes, ils sont bloqués par une tempête de neige et attaqués par des loups! Enzo Ferrari, qui à cette époque a souvent une arme sur lui, les fait fuir en tirant des coups de feu en l'air. Le résultat de la course n'est pas brillant, classant sa CMN à la 9ème place, après de nombreuses péripéties. Mais il est suivi, et en 1920 il intègre l'équipe d'Alfa Romeo. Avec son Alfa à 4 cylindres de 4,5 litres, il parvient à se classer second.

En 1923, Enzo remporte la course sur le circuit de Savio, à Ravenne.

A l'issue de la course, il rencontre les parents de l'as italien Francesco Barraca. Ceux-ci, subjugués par le talent d'Enzo Ferrari, lui offrent comme porte-bonheur l'emblème de l'escadrie de leur fils, mort en combat aérien: un cheval cabré qu'il arborait fièrement sur son avion de chasse.

Enzo, chez Alfa Romeo, commence à prendre de plus en plus d'initiatives qui concourent à l'organisation de l'équipe. C'est ainsi qu'en 1923, on le voit à Turin, via San Massimo, en train de débaucher un brillant ingénieur chez Fiat, Vittorio Jano. C'est lui qui créera l'Alfa Romeo P2, 8 cylindres à compresseur. Et la carrière de pilote d'Enzo continue sur sa lancée...

En 1924, il remporte d'autres succès, dont la Coppa Acerbo, sur le circuit de Pescara, à plus de 104 km/h de moyenne, au volant d'une Alfa Romeo Tipo RL. C'est à partir de cette course et de cette victoire qu'il est reconnu comme pilote de talent.

En 1929, lors d'un déjeuner avec des amis, Enzo Ferrari fonde la Scuderia Ferrari.
Son esprit d'indépendance pourra ainsi s'exprimer librement, et Alfa Romeo pourra maintenir son nom dans les courses automobiles sans y être personnellement engagé.
Ses associés sont de riches pilotes qui financent l'achat des voitures et des motos.

La Scuderia Ferrari est donc née, et les premières épreuves, sous ces nouvelles couleurs, se disputeront au début de l'année suivante. Enzo pilotera encore durant quelques temps, et son dernier succès personnel aura lieu dans la course de côte du Col du Penice, en 1931, sur une Alfa Romeo 8 cylindres, 2,3 litres.

Mais un événement radieux va bouleverser la vie d'Enzo et Laura, sa femme: la naissance de Dino, ce fils unique, qui prend le nom de son grand-père "Alfredo" met un terme à la carrière de pilote d'Enzo et le gonfle de fierté.
Une nouvelle raison de vivre et de croire en l'avenir...

La Scuderia Ferrari nouvellement créée se dote de pilotes de renom et continue à faire courir des Alfa Romeo en quelques motos, des Norton anglaises, jusqu'en novembre 1933. A cette date, Alfa Romeo renonce officiellement à la compétition et reporte tous ses espoirs sur la Scuderia.
C'est une aubaine pour Enzo!

A partir de ce moment, une série de succès prend forme.

Devant le succès de la Scuderia, il crée une revue - "La Scuderia Ferrari" - qui rend compte des hauts faits de son écurie de course. Avec son fidèle Colombo, Enzo Ferrari va aussi entreprendre l'étude d'une voiture de course; elle prendra le nom d'Alfa Romeo 158, mais c'est bien une création d'Enzo Ferrari!


Dernière édition par Nine le Mer 9 Sep - 3:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 3:30

LA DETERMINATION DANS L'EPREUVE





A la demande d'Alfa Romeo, la Scuderia cesse son activité en 1938.
Ferrari redevient employé chez Alfa, en tant que chef du service course, et s'engage à ne pas courir ou faire courir des voitures sous son nom pendant une période de quatre ans.
Mais Enzo Ferrari quittera ce poste l'année suivante, à la suite d'une mésentente avec un ingénieur espagnol, Wilfredo Ricart. Celui-ci créera plus tard en Espagne la marque Pegaso, qui se veut concurrente de Ferrari.

Presque libre, Enzo Ferrari fonde à Modène Auto Avio Costruzioni (ne pouvant utiliser son nom), et crée une voiture de sport, la 815.
La seconde guerre est là, et Enzo doit lui aussi s'organiser. Il transfère son usine dans un petit village situé à moins de vingt kilomètres de Modène, et dont les cerises sont la spécialité:
Maranello.
Là, avec une centaine d'ouvriers, il fabrique non pas des voitures, mais des machines-outils qu'il copie de modèles allemands et de petits moteurs d'avion. Malgré deux bombardements, il fait front et élabore dans sa tête les voitures qu'il construira, la guerre terminée.

Le 11 mai 1947, la première automobile de marque Ferrari fait ses débuts en compétition, c'est la 125. Sur le circuit de Piacenze, Franco Cortese doit abandonné, mais il se vengera bien vite puisqu'il remporte la deuxième course de la 125, le Grand Prix de Rome, quinze jours plus tard. En octobre se déroule le Grand Prix de Turin, dans le fief de Fiat.

Raymond Sommer remporte cette victoire significative, devant l'élite internationale. Comme il l'avait fait au début de sa vie, Enzo Ferrari, peu après l'arrivée, retournera dans le Parc Valentino, pour pleurer. Mais des larmes de joies cette fois-ci!

C'est le début d'une longue moisson de victoires.
En 1952, la Scuderia Ferrari remporta 95 succès sur 109 participations!

En 1955, Dino Ferrari entre à l'hôpital, atteint de myopathie.
Son père passera de longues heures à son chevet, où ils discutent de voitures et de moteurs.
Après avoir hésité entre un 4 cylindres en ligne et un V8, Dino dessine un 6 cylindres en V, qui équipera l'année prochaine les 156 de Formule 1.
La maladie de Dino affecte le Commendatore.

Malheureusement, c'est durant l'été que survient la mort de Dino.

Pour la seconde fois de sa vie, Enzo Ferrari est effondré et confie à ses proches qu'il finit la saison avant de renoncer définitivement aux automobiles et à la course, et projette même de partir s'installer en Suisse.

Mais c'est peut-être les premiers essais du moteur V6 dessiné par son fils, en décembre 1956, qui feront reprendre espoir à Enzo et renoncer au suicide de sa firme.
En 1959, Enzo fait parler de lui en rachetant l'immeuble Ford de Modène. Dans toute l'Italie, on craint alors un rapprochement en les deux firmes. Conscient des difficultés sportives rencontrées cette saison-là, il déclare à ses amis, lors d'un déjeuner:"Il faut d'abord que nous touchions le fond. Après nous pourrons repartir à zéro".

Depuis le 23 mai 1960, Enzo Ferrari ne dirige plus seul sa société - du moins sur le papier; la S.E.F.A.C (Societa Esercizio Fabbriche Automobile e Corse).

De sérieux contacts sont pris, en 1963, entre Ford et l'Ingeniere. Le géant veut racheter la firme de Maranello, et la nouvelle met en émoi toute l'Italie. En fait, Enzo Ferrari veut simplement faire savoir que sa firme est à vendre, et fait ainsi monter la pression pour que Giovanni Agnelli, le patron de Fiat, fasse le premier pas. Ford, évincé, se vengera en rachetant Lola et en créant la GT40...

1964... Depuis la disparition de son fils, il y a près de dix ans, Enzo Ferrari se rend chaque jour au cimetière de Modène.
Là, il marche seul dans les allées pour y puiser la force de continuer son oeuvre. C'est pour ne pas manquer ce rendez-vous qu'il n'assiste plus à aucune course et ne quitte plus son domicile plus de vingt-quatre heures.

Cela faisait longtemps que les pourparlers étaient engagés: le 21 juin 1969, Fiat rachète Ferrari! Ainsi, Fiat possède dorénavant 41% des parts, et Enzo Ferrari 49%. Restent 10% qu'Enzo Ferrari destine à une autre personne, encore dans l'ombre...

1975... En Italie, une nouvelle loi interdit aux jeunes de moins de 21 ans et aux "vieux" de plus de 65 ans de conduire des voitures capables de dépasser les 180 km/h. Enzo Ferrari est dans le cas et doit se résoudre à conduire une modeste Fiat 132 à boîte de vitesses automatique!
Ce fait l'amuse plus qu'il ne le gêne...

Auparavant, Enzo partait parfois tester ses nouveaux modèles dans la campagne alentour. Pour juger de l'effet produit, il traversait les villages avertisseur à fond et échangeait des saluts avec les riverains qui reconnaissaient en lui un personnage de haute importance.

A la fin de l'année 1976, Fiat demande à son associé Ferrari d'apposer sa marque sur ses Formule 1. Le moins que l'on puisse dire, c'est que ça ne fait pas plaisir au "patron"! D'ailleurs, au début de l'année 1977, Enzo Ferrari abdique.

Il en a assez, il a 80 ans et laisse la place aux jeunes, tout content de montrer ainsi sa mauvaise humeur. Néanmoins, il reste à la tête du service course, et se met comme "conseiller" à la disposition de chacun à Maranello. En fait, il ne se résout pas à quitter l'empire qu'il a construit...

Petit à petit, on voit Enzo Ferrari porter de plus en plus d'attention au jeune directeur administratif de la Scuderia, Piero Lardi.

C'est alors que la nouvelle éclate comme une bombe;

Piero Lardi est son fils naturel! Il est né le 22 mai 1945, mais son entourage a gardé le secret pendant de longues années...

Rongée par la maladie aggravée par le chagrin de pleurer son fils Dino depuis plus de vingt ans, Laura Ferrari s'éteint le 28 février 1978.
C'est une nouvelle épreuve personnelle pour Enzo Ferrari qui est de plus en plus seul. Au bureau, il prend un peu plus de temps pour répondre à son courrier et faire envoyer des exemplaires de son livre "Piloti, che gente" à ses amis.

En juillet 1979, au cimetière de Modène, la tombe de son fils Dino est profanée par des voyous.

De son propre aveu, Enzo se sent terriblement seul, et, une fois de plus, est sur le point de se renoncer.
Comme par le passé, Enzo continue de déjeuner au restaurant Cavallino, en face de son usine.

Haut-lieu de Maranello, c'est là que ce sont faites et défaites des carrières de pilotes. Il mange moins, ne boit presque plus, mais continue d'adorer les fraises au vin...

En février 1988, il fête ses 90 ans et a la joie de voir son premier arrière-petit-fils, que son unique petite fille, Antonella - la fille de Piero Lardi - a mis au monde.
Il se prénommera Enzo.
Mais la santé d'Enzo Ferrari est mauvaise. Quand le Pape Jean-Paul II vient visiter pour la première fois l'usine Ferrari, le 4 juin 1988, le vieil homme reste alité.
Il aurait aimé recevoir le Pape, mais ses forces l'ont déjà abandonné.

C'est à Largo Garibaldi, dans son appartement du centre de Modène, qu'Enzo Ferrari va vivre ses derniers jours.
Quelques mois auparavant, il a cédé ses dernières actions à Fiat. Le 14 août 1988, entouré de Piero Lardi et de ses souvenirs, il décède.

Conformément à son souhait, l'annonce de sa mort ne sera faite que deux jours plus tard.
Le décalage de deux jours pour l'annonce de sa naissance est rattrapé...

Enzo Ferrari reçut :

le Prix Italien de la Cavalerie pour le mérite sportif en 1924 et reçut de nombreux honneurs de la nation:
Commendatore en 1927,
Cavaliere del Lavoro en 1952. En 1960,
il reçut un diplôme honoraire en mécanique d'ingéniérie de l'Université de Bologne.
En 1988, l'Université de Modène lui fit don du diplôme en Physique.

Il emporta le prix Hammerskjold des Nations Unies en 1962,
le Prix Columbus en 1965,
le Médaille d'Or de l'Ecole Italienne de l'Art et de la Culture en 1970
et le prix De Gasperi en 1987.

Sous son commandement, la marque Ferrari gagna plus de 5.000 courses partout dans le monde et remporta 25 titres mondiaux.


Dernière édition par Nine le Mer 9 Sep - 5:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 4:39

LE PRESTIGE




Au cours des années qui suivent le décès de son fils, Enzo Ferrari remporte de nombreuses victoires sur les circuits. Ainsi, Ferrari gagne les 24 Heures du Mans de 1960 à 1965 sans interruption.

Ferrari tenait le haut du pavé. En ce qui concerne les voitures de tourisme, Touring, Vignale, Pininfarina, habillaient depuis le début des années 50 les châssis de carrosseries sportives et audacieuses. Ferrari eut le talent de sélectionner une clientèle d’élite.

Les Ferrari étaient les plus désirables et les plus prestigieuses des voitures Grand Tourisme.

Elle reprenaient d’une certaine façon l’héritage des fameuses Bugatti d’avant-guerre. Enzo Ferrari était aussi très proche de caractère d’un Ettore Bugatti.
Coincidence, ce dernier était décédé l’année même de la naissance de la marque Ferrari.

L’usine de Maranello qui avait sorti 45 voitures en 1948, sortait maintenant 500 voitures par an. Les Ferrari étaient très chères, mais la course coûtait bien plus cher que ce que pouvaient rapporter ces onéreuses voitures.
L’existence de la Scuderia était menacée.

A la fin des années 60, Enzo Ferrari entama des pourparlers avec Ford, puis avec Fiat. Le géant de Turin prit une participation de 50% dans Ferrari (1969). Au terme de la transaction, Enzo Ferrari gardait le contrôle du département compétition.

Concernant la production des voitures de tourisme, la marque avait élargi sa gamme vers le bas, en lançant la Dino, petite GT à moteur central, une innovation chez Ferrari.

Cette Dino donnera naissance aux 308 GT, 328 GT, 348 GT puis aux actuelles 355 GT. La gamme haute avait bien évolué également, puisque la 250 GT du début des années 60 avait fait place à la 275 GTB en 1964, puis à la 365 GTB (Daytona) en 1968.
Concurrencé par les Lamborghini à moteur central, Ferrari se résoud à sortir la gamme haute avec un moteur central à partir de 1972 (Boxer, Testarossa, puis 512 TR).
Ces bolides deviendront de véritables monstres sacrés.
Ferrari conservait le moteur à l’avant pour la 412, un très élégant coupé 4 places issu de la Daytona, qui donnera naissance plus tard à la 456 GT.

Pininfarina était devenu le carrossier exclusif des Ferrari depuis le début des années 60.

La production de la firme de Maranello atteint pour la première fois plus de 1000 unités en 1971 (1246 unités) pour dépasser les 2000 en 1979 (2308 unités), puis les 3000 en 1985 (3125 unités) et enfin les 4000 en 1990 (4292 unités).

Le record a été établi en 1991 avec 4589 unités. Depuis cette date, la production oscille autour de 3500 unités par an.
Fiat est toujours propriétaire de la firme.

Alors que sortait la fabuleuse F40 (qui donnera naissance plus tard à la F50), issue d’un croisement d’une Ferrari de tourisme et d’une Ferrari de compétition, Enzo Ferrari disparaissait en 1988. Aujourd’hui encore, le souffle que cet homme de talent a donné à sa Scuderia est toujours aussi vigoureux, même si les hommes de Fiat ont pris la relève.

L’auréole de son entreprise est si brillante que les défaites n’atténuent pas son éclat.

Enzo Ferrari a inscrit une profonde empreinte dans l’âme de ses compatriotes et de ses admirateurs, ainsi qu’une des plus belles pages de l’histoire de l’automobile.

Les véritables objets d’art intemporels que sont toutes ses créations,
au même titre qu’une Bugatti ou une Rolls-Royce, témoigneront encore longtemps de sa passion sans limite pour l’automobile sportive de grande classe.


Dernière édition par Nine le Jeu 10 Sep - 1:21, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 12:42

DINO FERRARI

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 12:45

Ferrari California, le rêve continue…



Ferrari va présenter au prochain Mondial de l’Auto à Paris sa dernière petite merveille.
Elle se nomme California, et devrait conserver ce nom in fine.




Pour l’heure Ferrari entretient un certain buzz autour de ce nouveau modèle.

D’abord en ayant entretenu plus ou moins sciemment une fausse information sur une “petite” Ferrari à moteur V8, voire V6, qui ferait descendre en gamme la marque et proposer une alternative au Porsche 911 ou Aston Martin V8.

Personnellement je n’y croyais pas trop, ne voyant pas l’intérêt pour Ferrari pour descendre en gamme, qui plus est en allant concurrencer la cousine Maserati.

Surtout, Ferrari a lancé un site où on découvre peu à peu la future beauté…

à commencer par la bande-son !

Je vous invite donc fortement à y faire un tour, ici, et n’hésitez pas à augmenter le volume de vos enceintes.
Un cri de V8 italien, c’est toujours jouissif…Théoriquement, en vous connectant sur le site, vous ne pourrez qu’entendre la voiture, puis peu à peu la dévoiler.

http://www.ferrari.com/Pages/Country_selector.aspx

En réalité, les 3 premières photos officielles sont sorties, et il faut bien avouer que le dessin est caractéristique de chez Ferrari. Les feux ronds, les ailes sculptées davantage par la soufflerie que par le designer, ou encore les jantes sont indéniablement des signes forts de la marque.

La prise d’air sur le capot, les ouies latérales également, mais sont surtout là pour assurer la filiation avec la 250 GT California, une des plus belles Ferrari construites à mon avis, qui se retrouve régulièrement dans les concours d’élégance.

On notera d’ailleurs que la California est proposée uniquement, à priori, en cabriolet, comme la 250 GT. Il se murmure d’ailleurs qu’elle pourrait être un coupé cabriolet, ou dotée d’un toit en verre comme la Superamerica, mais vu les photos, j’ai des doutes…

La ressemblance avec la California de 1960 s’arrête là.
La nouvelle version n’est pas motorisée par un V12, mais par un V8 à injection directe d’environ 460 CV à 7500 T/min, dérivé étroitement de celui de la F 430. Elle inaugurera la nouvelle boîte robotisée à 7 rapports, et proposera non seulement des freins carbone céramique, mais aussi et surtout le dispositif de contrôle de la motricité F1 Trac lancé sur la 599 GTB.

Bref, la California ne sera pas là pour amuser la galerie, ou faire office d’entrée de gamme.
Avec un prix déjà estimé à plus de 200 K€, on s’en doutait…

Mais ne boudons pas notre plaisir, et comme à chaque fois, apprécions le talent de Ferrari, qui sait toujours nous faire rêver
.


Dernière édition par Nine le Jeu 10 Sep - 1:37, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 16:08

FORMULE 1 LA SCUDERIA FERRARI

La Scuderia Ferrari a su engager régulièrement les meilleurs pilotes de Formule 1, d'Alberto Ascari à Michael Schumacher, en passant par Nino Farina, Juan-Manuel Fangio, John Surtees, Jacky Ickx, Nicky Lauda, Gilles Villeneuve ou Alain Prost.


Début en F1 : Monaco 1950
Grands Prix : 776 (au 01/01/09)
Victoires : 209
Pole Positions : 203



M.Schumacher
PILOTES CHAMPIONNAT DU MONDE :
1952 Ascari
1953 Ascari
1956 Juan Manuel Fangio
1958 Mike Hawthorn
1961 Phil Hill
1964 John Surtees
1975 Niki Lauda
1977 Niki Lauda
1979 Scheckter
2000 Michael Schumacher
2001 Michael Schumacher
2002 Michael Schumacher
2003 Michael Schumacher
2004 Michael Schumacher
2007 Kimi Räikkönen

CONSTRUCTEURS CHAMPIONNAT DU MONDE :
1961 Ferrari
1964 Ferrari
1975 Ferrari
1976 Ferrari
1977 Ferrari
1979 Ferrari
1982 Ferrari
1983 Ferrari
1999 Ferrari
2000 Ferrari
2001 Ferrari
2002 Ferrari
2003 Ferrari
2004 Ferrari
2007 Ferrari
2008 Ferrari


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 16:50

FERRARI SCUDERIA



Dernière édition par Nine le Jeu 10 Sep - 0:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Mer 9 Sep - 18:36

FERRARI ENZO



Type de moteur V12 de 5998 cm³ de cylindrée
Transmission Boîte séquentielle à 6 rapports
Puissance (ch) 660
0 à 100 km/h 3.65 s
0 à 200 km/h N.C.
1000 m (départ arrêté) 19.6 s
Vitesse maxi (en km/h) 353
Poids (en kg) 1365
Prix TTC en € 675.000

Dévoilée en 2002, la Ferrari Enzo est un hommage au fondateur de la marque italienne, Enzo Ferrari, disparu le 14 août 1988.

Embarquant les dernières technologies issues de la F1 ainsi que pas moins de 660ch, on peut dire que la belle se montre digne du "Commendatore".

A noter : seul 399 exemplaires ont été produits.
Si vous êtes intéressé il faudra donc vous tourner vers un modèle d'occasion...

Il s'agit pour le constructeur d'entretenir la rareté de ce modèle, pour lui conférer une exclusivité appréciée à ce niveau de gamme et lui conserver une demande élevée en occasion.

Par exemple le prix de ce véhicule sur le marché de l'occasion varie de 750.000 € à 1. 000.000 €.

Ferrari propose régulièrement aux amateurs fortunés des voitures qui rassemblent en un seul modèle toutes les dernières connaissances techniques et technologiques de la marque.

La Enzo, dessinée par Pininfarina, plus précisément par le japonais Ken Okuyama, est une synthèse entre la technologie et le design directement déclinés des F1 de la Scuderia Ferrari.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Jeu 10 Sep - 0:36

LE PERSONNAGE
LE FILM


SCENE MYTHIQUE


Bien des films ont été réalisés sur Ferrari

(”Ferrai 50 years in Formula one“, le fameux “C’était un rendez-vous” de Claude Lelouch qui a été filmé au volant d’une… Mercedes, etc.) mais peu sur le personnage lui-même.

Heureusement, un italien du nom de Carlo Carlei a comblé ce manque et a réalisé ce chef d’oeuvre d’une durée de trois heures consacré entièrement à l’homme que fut Enzo Ferrari, sa vie, ses relations avec les différentes personnes qu’il connut, qu’elles soient de son entourage proche ou plus lointain.

Ferrari fut un personnage atypique, se définissant toujours comme un homme d’orchestre plutôt qu’un technicien voir un ingénieur. Ce n’est pas totalement exact, mais il eut l’intelligence de s’entourer des meilleurs collaborateurs.

Je vous épargne le reste, je vous propose plutôt de découvrir ce que fut Ferrari intime et c’est justement l’attraît principal de ce film.

Ferrari déclare dans sa biographie :

“le seul véritable amour d’un homme puisse éprouver est pour son fils.
Les femmes ne sont que l’objet du désir“.


Cela résume d’une certaine manière la vie de celui qui fut le commendatore.
Le première femme de Ferrari, Laura Garello, donna naissance à son premier fils, Alfredino “Dino” qui fut atteint d’une maladie génétique, la myopathie de Duchenne.
En dépit des efforts et soins attentifs de son père, Dino, qui fut l’objet d’une affection toute particulière, décéda en 1956 à l’âge de 24 ans.

Il est souvent affirmé que Dino conçut avant sa mort le moteur V6 qui permit de remporter le championnat du monde de F1 édition 1961.

La disparition de Dino entraîna une rupture entre Ferrari et sa femme, cette dernière ne parvint jamais à se remettre de la mort de son fils. Toujours est-il que Ferrari et Laura Garello se séparèrent, Ferrari alla alors s’installer dans l’usine et se lança à corps perdu dans le travail.

Laura Garello, bien que d’un caractère trempé, eut la douleur de vivre toute sa vie dans l’ombre, tout en se sachant ouvertement trompée.

Les premières disputes conjugales éclatèrent dès que Ferrari parcourut les différents circuits de compétition, la naissance de son premier fils en janvier 1932 fut l’occasion d’une autre escarmouche, à l’issue de laquelle il promit à sa femme, pour qu’elle ne quitte pas le foyer, d’arrêter la conduite en compétition.

Malheureusement pour elle, la situation alla de mal en pis, car le futur commendatore étant fréquemment absent, elle se retrouvait seule et inoccupée.
Et Ferrari fit la connaissance d’une jeune femme alors qu’il était déjà marié et père.
Cette femme, qu’il alla voir chaque soir ou presque pendant des années, lui donna un deuxième fils, Pietro, qui naquit en 1945.

Ce dernier fit une sorte d’apprentissage avec un des plus vieux compagnons de Ferrari, du temps ou la Scuderia se dévouait corps et âme à Alfa Romeo, Federico Giberti.

C’est durant cette initiation à la mécanique que Laura Garello rencontra Pietro dans l’usine, la légende veut qu’elle l’ait reconnu immédiatement en raison des traits de visage communs à ceux d’Enzo Ferrari.

Tous les habitants de Modène savaient parfaitement ce qu’il en était de la situation familiale de Ferrari, maire, fonctionnaires et administration compris, mais personne n’y trouva jamais rien à redire.

Laura Garello décéda, Ferrari attendit deux ans avant de se mettre en couple avec celle qui avait été sa maîtresse, reconnut son deuxième fils, lequel débuta réellement sa carrière au sein de l’entreprise créée par son père pendant les années Niki Lauda.

Enzo Ferrari, le film, de Carlo Carlei, avec Sergio Castellitto, Ed Stoppard et Jessica Brooks.
Disponible sur amazon.fr


Dernière édition par Nine le Sam 12 Sep - 2:02, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Jeu 10 Sep - 0:45

L'histoire de "Enzo Ferrari - le film


Enzo Ferrari la vie d'un homme devenu une légende.

Dès son jeune âge, Enzo, gagné par la fièvre de la vitesse, mettra tout en oeuvre pour réaliser ses rêves de gloire. Son tempérament gagnant, son pouvoir de convaincre et de séduire donneront naissance à l'empire Ferrari !
Toutefois la réussite a un prix...


Réalisation : Carlo Carlei
Auteurs & scénaristes : Carlo Carlei, Massimo De Rita et Mario Falcone
avec : Sergio Castellitto (Enzo Ferrari), Ed Stoppard (l'alter ego de Ferrari), Jessica Brooks (Lina Lardi), Pierfrancesco Favino , Vincent Schiavelli (Mr. Paradise), Gabriella Pession , Pietro Ragusa (Piero Ferrari), Francesca de Sapio (Adalgisa Ferrari), Matteo Angius (Gilles Villeneuve), Jonathan Bailey (Alfredo Ferrari)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Jeu 10 Sep - 0:55

LE REVE FERRARI


Qui n'a pas demandé un jour au Père Noël
une voiture Rouge Passion ... ?
une Ferrari peut être !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Jeu 10 Sep - 1:30


En novembre 1962 Enzo Ferrari a publié un livre
"mes Joies terribles".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   Sam 4 Fév - 10:58

Et Dieu créa la Ferrari California

Comme tous les ans, la maison d'enchères Artcurial organise une vente en grande pompe en marge du salon Rétromobile. Cette année, c'est la très désirée Ferrari de Roger Vadim


Fanfare, musique, défilé délirant de 90 modèles historiques dans les allées... Vendredi soir, les coups de marteau de maître Hervé Poulain ont retenti dans le hall 4 de la Porte de Versailles. L'objet de tous les désirs : la Ferrari 250 GT California ayant appartenu au cinéaste Roger Vadim. Sur place, l'excitation était à son comble. Le joyau atteint le chiffre de 4,4 millions d'euros ! Un record mondial ! Même les plus beaux modèles partent en général à plusieurs centaines de milliers d'euros "seulement", indique l'équipe.

Souvenirs, souvenirs
Samedi 25 juillet 1959. Au petit port de Saint-Tropez, à la terrasse du café le Sénéquier, à 18 heures, tous les regards se tournent vers l'engin sublime au coloris "grigio metallizzato". Le nouveau modèle au dessin parfait de Ferrari : la 250 Spyder California est sublime dans sa robe sur mesure. Un coup de génie signé de l'italien Pininfarina. Au volant de cette oeuvre d'art roulante, Roger Vadim très élégant, habillé d'une fine chemise bleu azur. Il est déjà très connu. Son film scandale avec Brigitte Bardot a fait le tour du monde et l'a immédiatement porté au Panthéon des plus grands réalisateurs internationaux. Son premier mariage avec l'actrice en 1952 a fait couler beaucoup d'encre. À ses côtés, Annette Stroyberg, sa deuxième épouse, jeune actrice danoise de 23 ans. Ils viennent de tourner Les Liaisons dangereuses avec Gérard Philippe et Jeanne Moreau...

Certainement le plus beau cabriolet construit de l'après-guerre, cette auto faisait partie d'une très belle collection inscrite dans la vente, l'ancienne collection Jean-Claude Bajol, grand amateur de voitures italiennes de la première heure.

EMILIE EYZAT
http://www.lepoint.fr/automobile/et-dieu-crea-la-ferrari-california-03-02-2012-1427241_214.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ENZO FERRARI   

Revenir en haut Aller en bas
 
ENZO FERRARI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: TRIBUNES LIBRES :: LES FABULEUX DESTINS-
Sauter vers: