H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'ABSENCE ET LE VIDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: L'ABSENCE ET LE VIDE   Dim 28 Juin - 0:46

Quand il ne reste plus qu'un objet pour combler le vide
De l’un à l’autre la parole a cessé
Dans l’air flotte un étrange parfum





SUR L'OREILLER
Paroles et Musique: Juliette Noureddine 1991
© Le Rideau Bouge

J'aurai beaucoup trop chaud peut-être
Il fera sombre, que m'importe
Je n'ouvrirai pas la fenêtre
Et laisserai fermée ma porte
Je veux garder pour en mourir
Ce que vous avez oublié
Sur les décombres de nos désirs
Votre parfum sur l'oreiller

Laissez-moi deviner
Ces subtiles odeurs
Et promener mon nez
Parfait inquisiteur
Il y a des fleurs en vous
Que je ne connais pas
Et que gardent jaloux
Les replis de mes draps
Oh, la si fragile prison!
Il suffirait d'un peu de vent
Pour que les chères émanations
Quittent ma vie et mon divan
Tenez, voici, j'ai découvert
Dissimulées sous l'évidence
De votre Chanel ordinaire
De plus secrètes fulgurances
Il me faudrait les retenir
Pour donner corps à l'éphémère
Recomposer votre élixir
Pour en habiller mes chimères
Sans doute il y eut des rois
Pour vous fêter enfant
En vous disant "Reçois
Et la myrrhe et l'encens"

Les fées de la légende
Penchées sur le berceau
Ont fleuri de lavande
Vos yeux et votre peau
J'ai deviné tous vos effets
Ici l'empreinte du jasmin
Par là la trace de l'oeillet
Et là le soupçon de benjoin

Je pourrais dire ton enfance
Elle est dans l'essence des choses
Je sais le parfum des vacances
Dans les jardins couverts de roses
Une grand-mère aux confitures
Un bon goûter dans la besace
Piquantes ronces, douces mûres
L'enfance est un parfum tenace
Tout ce sucre c'est vous
Tout ce sucre et ce miel
Le doux du roudoudou
L'amande au caramel
Les filles à la vanille
Les garçons au citron
L'été sous la charmille
Et l'hiver aux marrons

Je reprendrais bien volontiers
Des mignardises que tu recèles
Pour retrouver dans mon soulier
Ma mandarine de Noël

Voici qu'au milieu des bouquets
De douces fleurs et de bonbons
S'offre à mon nez soudain inquiet
Une troublante exhalaison
C'est l'odeur animale
De l'humaine condition
De la sueur et du sale
Et du mauvais coton
Et voici qu'ils affleurent
L'effluve du trépas
L'odeur d'un corps qui meurt
Entre ses derniers draps

Avant que le Temps souverain
Et sa cruelle taquinerie
N'emportent votre amour ou le mien
Vers d'autres cieux ou d'autres lits
Je veux garder pour en mourir
Ce que vous avez oublié
Sur les décombres de nos désirs
Toute votre âme sur l'oreiller



Dernière édition par Nine le Dim 28 Juin - 2:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Dim 28 Juin - 1:57



Je pense que si le parfum est le plus puissant évocateur de souvenirs,
c'est que le nez est plus près du coeur que les yeux.
Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable (1998)
Citation de Hervé Le Tellier



Dernière édition par Nine le Sam 17 Juil - 1:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Dim 28 Juin - 12:53



... Dis, quand reviendras-tu?
Dis, au moins le sais-tu
Que tout le temps qui passe
Ne se rattrape guère...
Que tout le temps perdu
Ne se rattrape plus!

Le printemps s'est enfui depuis longtemps déjà
Craquent les feuilles mortes, brûlent les feux de bois
À voir Paris si beau en cette fin d'automne
Soudain je m'alanguis, je rêve, je frissonne
Je tangue, je chavire, et comme la rengaine
Je vais, je viens, je vire, je me tourne, je me traîne
Ton image me hante, je te parle tout bas
Et j'ai le mal d'amour, et j'ai le mal de toi ...


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13171
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Dim 28 Juin - 15:45

GILBERT BECAUD - L'ABSENT
1960 - Paroles : Louis Amade - Musique : Gilbert Bécaud


Interprétation : Jean-Claude PASCAL


Qu'elle est lourde à porter l'absence de l'ami,
L'ami qui tous les soirs venait à cette table
Et qui ne viendra plus, la mort est misérable,
Qui poignarde le coeur et qui te déconstruit.

Il avait dit un jour : "Lorsque je partirai
Pour les lointains pays au-delà de la terre,
Vous ne pleurerez pas, vous lèverez vos verres
Et vous boirez pour moi à mon éternité."

Dans le creux de mes nuits, pourtant, je voudrais bien
Boire à son souvenir pour lui rester fidèle,
Mais j'ai trop de chagrin et sa voix qui m'appelle
Se plante comme un clou dans le creux de ma main.

Alors je reste là au bord de mon passé,
Silencieux et vaincu, pendant que sa voix passe
Et j'écoute la vie s'installer à sa place,
Sa place qui pourtant demeure abandonnée.

La vie de chaque jour aux minuscules joies
Veut remplir à tout prix le vide de l'absence
Mais elle ne pourra pas, avec ses manigances,
Me prendre mon ami pour la seconde fois.

Qu'elle est lourde à porter l'absence de l'ami.
Qu'elle est lourde à porter l'absence de l'ami !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13171
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Dim 28 Juin - 15:55


JEAN JACQUES GOLDMAN - L'ABSENCE

il s'agit d'une chanson de Rose LAURENS, écrite par Jean-Jacques GOLDMAN (texte) et Jean-Pierre GOUSSAUD, mari de Rose Laurens(musique) extraite de son album "J'TE PRETERAI JAMAIS" en 1991 que Jean-Jacques Goldman a reprise par la suite.





Le tango lent de ton sang dans mes veines
J'entends battre ta vie plus que la mienne
Quand la nuit rapproche ceux qui sont loin
Le matin prend ma place et je m'éteins

Nulle envie, nulle pensée pour personne
L'absence a tout pris, que l'on me pardonne
Quand on n'est même plus la moitié d'un
Comme un billet déchiré ne vaut rien

Les saisons ne sont plus que de passage
Les couleurs ont déserté mes images
Je reverrai tout quand tu seras là
Je repeindrai tout quand tu reviendras

Je reverrai tout quand tu seras là
Je repeindrai tout quand tu reviendras


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13171
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Dim 28 Juin - 16:29

L'ABSENCE
Calixa Lavallée - Remi Tremblay






Te souvient-il quand ta chère présence
Troublait mes sens, exaltait mon amour?
Seul, aujourd'hui, je pleure ton absence,
Jetant ma plainte aux échos d'alentour.
O toi que j'aime
Plus que moi-même,
Puisse ton coeur garder le souvenir
Des jours d'ivresse
Où ta tendresse
Me promettait un heureux avenir.

Te souvient-il de l'aveu de ma flamme,
Nous étions seuls, c'était par un beau soir.
D'un long regard incendiant mon âme,
Tes yeux si beaux me versèrent l'espoir.
Rayon céleste,
Trouble de l'âme, et pudique candeur,
Tendre délire,
Je croyais lire,
Dans ton oeil noir, l'arrêt de mon bonheur.

Te souvient-il avec quelle constance
Je recherchais ce regard de tes yeux?
Pour le revoir,
Vers toi mon coeur s'élance,
Et je me sens brûler des mêmes feux,
Joie éphémère!
Pensée amère!
Je ne pourrai donc jamais te franchir,
Longue distance,
Mon existence
Je donnerais,
Destin, pour te fléchir!

Souvent la nuit je crois revoir tes charmes,
Tu m'apparais, pressant encore ma main.
Puis dans mon coeur renaissent les alarmes,
Et je crains le réveil du lendemain.
Le jour m'enlève
Un si doux rêve;
C'est en vain que mon regard éperdu
Te cherche encore
Après l'aurore,
Je reste seul, navré, triste, abattu.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Dim 28 Juin - 23:43

Dans l'île de Ré
Ma belle adorée
Je t'emmènerai
Demain
Ta main dans la mienne
Come rain or come shine
Comme reine ou comme chaîne
Je t'aime
Rois mages en cohorte
Barbe-Bleue des Portes
L'océan t'apporte
La clé
La clé du mystère
A toi, ma Miss Terre
Que tu sauras taire
Dans l'île de Ré
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mer 1 Juil - 1:04


La lettre Juliette
duo avec G. DEPARDIEU

...Mon amour, ma bien aimée,
Me voici trop loin de toi,
Comment survivre éloigné,
De ton cœur et de tes bras ? ...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mer 1 Juil - 1:25


L'absence qui embellit, amplifie et sublime l'être qui vous manque



"L'absence est une charmeresse, l'absence est une bonne déesse, l'absence est une fée ! Qu'elle touche un de nous du bout magique de sa baguette, le voilà soudain enveloppé d'un nuage rose, un cercle d'or au front, des étoiles dans chaque main... Oui, l'absence embellit tout..."

Alphonse Daudet
(Les absents)


Dernière édition par Nine le Mar 28 Juil - 1:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mer 1 Juil - 1:39

C'est ce qui manque qui donne la raison d'être... Lao-Tseu

Une fuite amoureuse, ce gouffre, ce vide, cette sensation d'oppression, ces larmes, et puis cette absence envahissante.
Ces nombreuses questions, cette douleur lancinante, fulgurante, incontrôlable :

Tout ne tient que par un fil ! et toujours les mêmes questions ...

- Pense t'il encore à moi ?
- Ressent-il lui aussi ce que j'éprouve ?
- Est-il lui aussi malheureux ou indifférent ?
- Y a t il une nouvelle femme dans sa vie ?
- Est-elle plus jolie que moi ?
-Mais que fait il de ces jours, de ces nuits ?
-quel temps fait il dans sa ville ... dans son coeur ?

Toutes ces questions n'apporteront pas de réponses mais de nouvelles questions.


(Ma thérapie s'appelle Musique, elle me fait rêver sans m'endormir)

Alors j'attends , j'espère,
j'imagine notre rencontre que je rêve et je sublime et je le garde en moi , je me nourris de son absence, je me remplis d'espoir, je me laisse envahir par nos souvenirs. Je l'attends...Ce vide, cette absence, ce silence voilà de quoi je me nourris ...ce qu'il me reste de lui...et tout cela est devenu " Mon tout".
Surmonter une rupture, implique de le laisser sortir de sa tête, de son coeur, de sa vie... mais c'est impossible.
Il ne peut pas s'en aller comme çà, s'échapper au petit jour comme un rêve.
Je ferme portes et fenêtres et je reste dans ma bulle. Rien ne doit en sortir c'est le silence la vraie définition de l'absence, l'intensité d'une douleur ne se raconte pas on la garde pour soi. Douce et amère solitude, ma meilleure Amie, ma confidente c'est la musique, elle seule me raconte ... me contente.
c'est ma survie.

Et on a envie que le temps passe vite, très vite, 10 semaines, 10 mois, 10 ans ...presque .. 10 Noel et autant d'anniversaires. Il y a même eu des guerres, des tremblements de terre, des inondations, des explosions ... j ai même vu s'écrouler les Twins Towers un jour de septembre sur mon écran de télévision.

Le temps apaise, c'est écrit dans les livres est ce vrai ? et un jour peut être qu'un appel viendra juste une sonnerie une seule, une que l'on reconnaitra entre mille comme par hasard ce jour là on aura enfin un signe ... quelqu'un qui connait quelqu'un bref ... çà faisait longtemps, juste quelques nouvelles de la vie courante,
et le fleuve tranquille se transforme en torrent, la vie revient intacte, l'espoir est vivant.
Il est là juste quelques mots, une voix familière, une fréquence particulière, qui demande " mais comment çà va", comme si on s'était vu la veille ... on a presque envie de rajouter "quel temps fait il chez toi ?" voilà tout çà pour çà, et puis le silence qui parle mieux que les mots qui font le marathon. Grande solitude du coureur de fond.

L'absence apprend à mieux se connaître, aussi à se détruire pour mieux renaître, c'est dans l'épreuve et la douleur que la vraie personnalité se forge, est ce une chance alors ?


Il restera dans le coeur ce goût acidulé et lointain d'une passion jamais éteinte, qui conforte ce sentiment que nous sommes devenus ce que nous sommes, parce que nous pouvons nous souvenir d'hier, sans amertume et sans regrets. Est ce çelà que l'on nomme "expérience, recul" ?
Et ce temps qu'on voulait rapide et fulgurant on a envie de l'arrêter ... de le déposer comme une plainte parce qu'il vous a volé tant de moments. Il faut lui pardonner et ne plus le laisser tourner à sa guise c'est peut être çà la vraie maitrise.

Et pour clore mon écrit, me revient comme un écho cet air d'Alain Bashung imprimé à jamais dans mon âme ...

...mon ange je t'ai puni
à tant me sacrifier
icône idolâtrée
immondices à la nuit
mon ange je t'ai haï
je t'ai laissé tuer
nos jeunesses ébauchées
le reste de nos vies
si loin de moi...

Toutes les histoires, peuvent s'écrire comme çà avec des chansons, des morceaux de vie, des bouts de chagrin, et ce n'est pas rien. C'est ma thérapie.

Nine en Har'Mony
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Jeu 2 Juil - 1:26


Vivre à coté de l’autre
Et partager sa vie
Aimer tout ce qu’il est
Son odeur ses gestes aussi

Avancer cote à cote
Et s’arrêter ici
Au milieu des regrets
Et de tout c’qu’on s’est dit

Le souvenir de l’autre
Est tellement précis
On l’entend on le frôle
On caresse son ombre la nuit

Le temps pousse à la faute
Et on en paie le prix
Avoir le premier rôle
Et plus rien aujourd’hui

On est si peu de chose
Quand l’autre s’en va
Quand le manque s’impose
Quand on a plus le choix
On apprend tant de choses
Quand l’autre n’est plus là
Plus là

On refait son décor
On range les photos
On a peur quand on sort
On se dit que c’est trop tôt

On est mal dans son corps
On ne se trouve pas beau
L’impression d’être mort
Sans l’autre contre sa peau

On est si peu de choses
Quand l’autre s’en va
Quand le manque s’impose
Quand on a plus le choix
On apprend tant de choses
Quand l’autre n’est plus là
Plus là

On est si peu de choses
Et tellement à la fois
Quand le manque s’impose
On est plus vivant que l’on croit
On comprend tant de choses
Quand l’autre n’est plus là
Plus là
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Lun 6 Juil - 10:08

LETTRES ET MUSIQUES

La musique comme l'amour laisse des traces, des ombres,
des notes disséminées dans un espace infini.
La musique, tel le silence, est un cri,
une espérance de lien avec l'autre et avec soi.
Sans elle, le silence se perd dans le vide sidéral.
Il est appel désespéré, sans écho. Un rien. Une angoisse pétrifiante.
La musique est un lien silencieux, quand l'être aimé est loin.

J'aime méditer cette citation :

"Dans la vie, il n'y a pas de solutions.
Il y a des forces en marche,
il faut les créer et les solutions suivent"
(Antoine de Saint-Exypéry)


Outre la musique,
l'écriture fait partie aussi des solutions "placebo" pour atténuer le manque,
le chagrin, lettres écrites mais jamais envoyées aux destinataire,
carnet et cahiers à spirales noircis à l'encre noire ou bleue,
selon les périodes et les humeurs ...
traces de pages déchirées , griffonnées,
qu'on relit longtemps après comme pour vérifier si les choses ont changées,
évoluées, bref une trace d'apaisement éphèmere mais efficace dans l'instant.
écrire, dévider les mots dans un complément d’absence
le vide des mots est désir d’écriture comblé par le vide des choses



Le paquet de lettres devient volumineux,
et on joue à en tirer une au hasard, comme dans un jeu de carte pour la lire,
c 'est un exercice surprenant ?
Nin@rtmony

et alors surgit dans l'inconscient de la mémoire ce poème de circonstance :

Les Séparés

N'écris pas - Je suis triste, et je voudrais m'éteindre
Les beaux été sans toi, c'est la nuit sans flambeau
J'ai refermé mes bras qui ne peuvent t'atteindre,
Et frapper à mon coeur, c'est frapper au tombeau
N'écris pas !

N'écris pas - N'apprenons qu'à mourir à nous-mêmes
Ne demande qu'à Dieu ... qu'à toi, si je t'aimais !
Au fond de ton absence écouter que tu m'aimes,
C'est entendre le ciel sans y monter jamais
N'écris pas !

N'écris pas - Je te crains; j'ai peur de ma mémoire;
Elle a gardé ta voix qui m'appelle souvent
Ne montre pas l'eau vive à qui ne peut la boire
Une chère écriture est un portrait vivant
N'écris pas !

N'écris pas ces mots doux que je n'ose plus lire :
Il semble que ta voix les répand sur mon coeur;
Et que je les voix brûler à travers ton sourire;
Il semble qu'un baiser les empreint sur mon coeur
N'écris pas !


Marceline Desbordes-Valmore


Dernière édition par Nine le Mar 11 Mai - 0:56, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Lun 6 Juil - 10:42

BEETHOVEN lui, avait le talent d'écrire une lettre sans un mot, juste quelques notes de musique, évoquent bien plus les maux.



quand la musique, seule se fait l'empreinte de la nostalgie et du manque elle est "parlante".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Lun 6 Juil - 15:03

LES PARFUMS DE SA VIE



C'est vrai que dans ses draps fourbus
Jusqu'aux aurores un inconnu
Elle a roulé à demi-nue
Son corps de bras en bras tendus

C'est vrai qu'au vent de ses cheveux
A ce parfums de safran bleu
Elle a brûlé à petit feu
Sa liberté manière d'un jeu
Elle a dans son regard
Un reste d'étendard
L'ombre d'un corbillard
Que poussent des pillards

Moi je l'ai tant aimée
Tant aimée, tant aimée
Que mon corps est pétri
Des parfums de sa vie
Moi je l'ai adorée
Adorée
Que mon corps est pétri
Des parfums de sa vie

C'est vrai qu'au bord de ses écarts
Ses yeux froissés sont en retard
Quand sonne l'heure de leur départ
Ou d'un sourire ou d'un regard
Elle a le corps ouvert aux rives adultères
A la caresse amer des amours passagères
Moi je l'ai tant aimée
Tant aimée, tant aimée
Que mon corps est pétri
Des parfums de sa vie
Moi je l'ai adorée
Adorée
Que mon corps est pétri
Des parfums de sa vie
C'est vrai qu'elle a donné souvent
Des nuits, des rêves éblouissants

Je l'ai tant aimée, tant aimée
Que mon corps est pétri
Des parfums de sa vie

ART MENGO


Dernière édition par Nine le Mar 28 Juil - 1:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mar 7 Juil - 2:26

Les caresses des yeux



Les caresses des yeux sont les plus adorables ;
Elles apportent l'âme aux limites de l'être,
Et livrent des secrets autrement ineffables,
Dans lesquels seul le fond du coeur peut apparaître.

Les baisers les plus purs sont grossiers auprès d'elles ;
Leur langage est plus fort que toutes les paroles ;
Rien n'exprime que lui les choses immortelles
Qui passent par instants dans nos êtres frivoles.

Lorsque l'âge a vieilli la bouche et le sourire
Dont le pli lentement s'est comblé de tristesses,
Elles gardent encor leur limpide tendresse ;

Faites pour consoler, enivrer et séduire,
Elles ont les douceurs, les ardeurs et les charmes !
Et quelle autre caresse a traversé des larmes ?

Texte de Auguste Angellier (1848-1911)


Dernière édition par Nine le Mar 28 Juil - 1:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Sam 11 Juil - 14:30

ALCALINE



...Si tu veux j'peux t'aider
Ca m'a l'air un peu lourd à porter
Sûr, t'as rien oublié ?
Les bateaux que tu me démontais

En vertu des rasoirs
Tu viens couper court à notre histoire
À tiroirs
Dehors l'incandescence
N'approuve que les larmes d'un sampler
J'veux tout réécouter
Vaguement brisé
Sur une plage alcaline

Où veux-tu qu'j'te dépose ?
Tu m'as encore rien dit
T'aimes plus les mots roses
Que je t'écris ?

J'aimais ta géométrie
Exacerbée d'une pensée profonde
À tourner l'dos au soleil
On n'est pas pour ça plus fort en nombre

Décor décortiqué
Reconstitué
Sur une plage alcaline


... extrait chanson ALCALINE Alain Bashung


Dernière édition par Nine le Mer 26 Aoû - 2:05, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Lun 13 Juil - 2:39

I'M YOUR MAN



...
If you want a lover
I’ll do anything you ask me to
And if you want another kind of love
I’ll wear a mask for you
If you want a partner
Take my hand
Or if you want to strike me down in anger
Here I stand
I’m your man
...

Leonard Cohen



Dernière édition par Nine le Sam 1 Aoû - 20:27, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mar 14 Juil - 3:19



Je me suis tellement manquée
Véronique Sanson

C'est une histoire de folle
Qui commence vraiment bien
C'est devenu rock'n'roll
Presque tous les matins
Et puis des jours ignobles
Ont saboté ma fête
J'ai cru que je devenais folle
J'ai su que je perdais la tête

Je me suis tellement manquée
Je me suis tellement fait mal
J'ignorais tous les gens
Ca me paraissait normal
Je m'étais tellement trahie
J'avais rendu les armes
Et j'ai tout démoli
A cause d'une petite larme

C'était mon Lucifer
Qui tremblait devant moi
C'est pas que j'en sois bien fière
Mon hôte était à moi
Je pleurais des larmes de kirsch
Aux petites heures du matin
Dommage qu'il faille qu'on triche
Avec tous nos chagrins

Je me suis tellement blessée
Je me suis tellement maudite
Je me sentais violée
Diminuée et petite

Je m'étais tellement perdue
Dans une flamme allumée
J'ai une longueur d'avance
Sur toute l'éternité

J'ai du mal à vous le dire
Tellement honte d'en sourire
Heureusement que j'ai eu mal
Tout ça était fatal

Je me suis tellement volée
je me tellement faite mal
Ca me fait rire qu'à moitié
Ca me fait rire en silence
S'il me reste un sanglot
Une petite lampe allumée dans mon âme
Je les offrirai aux autres
Je me suis pardonnée



Dernière édition par Nine le Mar 28 Juil - 1:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Lun 27 Juil - 16:27

LE TREMBLE EST BLANC



Le temps irrévocable a fui. L'heure s'achève.
Mais toi, quand tu reviens, et traverses mon rêve,
Tes bras sont plus frais que le jour qui se lève,
Tes yeux sont plus clairs.
.
A travers le passé ma mémoire t'embrasse.
Te voici. Tu descends en courant la terrasse
Odorante, et tes faibles pas s'embarrassent
Parmi les fleurs.
.
Par un après-midi de l'automne, au mirage
De ce tremble inconstant que varient les nuages,
Ah ! verrai-je encore se farder ton visage
D'ombre et de soleil ?


¤¤¤¤¤
Paul-Jean Toulet


Dernière édition par Nine le Mar 28 Juil - 1:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mar 28 Juil - 0:32

LE CHAGRIN



Connais-tu l'herbe amère, le liseron, la plante
Toute noire et très belle enroulée dans la gorge ?
Ô que quelqu'un la dise, ô que quelqu'un la chante
Seulement sur le bruit d'un coeur et d'une horloge
Et le train de Dunkerque au loin sur son refrain
Le chagrin

Cet animal familier, ce chien que tu traînes
Dans les couloirs et les vieux escaliers du corps
Il est un peu méchant, pas très beau mais tu l'aimes
Il tire vers les ponts, le soir, quand tu le sors
Et tu as beau être son maître, tu le crains
Le chagrin

Son couteau à douleur et sa gouge artisane
A sculpter des oiseaux de bois sur les potences
Des épines aux lilas, des pétales aux larmes
Et tout le désespoir qu'il faut à l'espérance
C'est le meilleur de toi qui brille dans l'écrin
Du chagrin

Un jour il t'offrira son collier de morsures
Un jour, demain, ta main prendra dans la corbeille
Emplie de raisins ronds une grappe un peu sûre
Il a de belles vignes, il soigne bien ses treilles
Il a le temps pour lui, il presse grain par grain
Le chagrin

Laisse-le libérer ses sources sous tes cils
Son fleuve qui n'a que tes paupières pour grèves
Cet océan profond sans bateau et sans île
Qui met son grain de sel sur les phrases des lèvres
Tu peux lâcher la corde, il a le pied marin,
Le chagrin

A se sentir lavé, presque beau, transparent
Aux bras des vieux matins édentés de la ville
A appeler encore son règne de tyran
Ses carrefours muets, ses grands théâtres vides
Le vent chargé de clous, de soleils souterrains
Du chagrin

Ami, pardon, c'est à ton rire que j'accroche
Son manteau qui me tient bien froid quand il fait froid
Une enveloppe bleue déchirée dans la poche
Eteignez en sortant, et ne me plaignez pas,
Plaignez plutôt celui que n'a jamais étreint
Le chagrin
Le chagrin
ALLAIN LEPREST



Dernière édition par Nine le Mar 15 Déc - 2:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mar 28 Juil - 1:33

Ecoute…



Ecoute, apprendras-tu à m’écouter de loin,
Il s’agit de pencher le cœur plus que l’oreille,
Tu trouveras en toi des ponts et des chemins
Pour venir jusqu’à moi qui regarde et qui veille.

Qu’importe en sa longueur l’Océan Atlantique,
Les champs, les bois, les monts qui sont entre nous deux,
L’un après l’autre un jour il faudra qu’ils abdiquent
Lorsque de ce côté tu tourneras les yeux.

Jules Supervielle
(« Le forçat innocent », 1930)


Dernière édition par Nine le Mar 28 Juil - 4:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mar 28 Juil - 2:45

L'ABSENCE



C'est un volet qui bat
C'est une déchirure légère
Sur le drap où naguère
Tu as posé ton bras
Cependant qu'en bas
La rue parle toute seule
Quelqu'un vend des mandarines
Une dame bleu-marine
Promène sa filleule

L'absence, la voilà, l'absence
D'un enfant, d'un amour
L'absence et la même
Quand on a dit je t'aime un jour
Le silence est le même

C'est une nuit qui tombe
C'est une poésie aussi
Où passaient les colombes
Un soir de jalousie
Un livre est ouvert
Tu as touché cette page
Tu avais fêlé ce verre
Au retour d'un grand voyage
Il reste les bagages

L'absence, la voilà, l'absence
D'un enfant, d'un amour
L'absence et la même
Quand on a dit je t'aime un jour
Le silence est le même

C'est un volet qui bat
C'est sur un agenda la croix
D'un ancien rendez-vous
Où l'on se disait vous
Les vases sont vides
Où l'on mettait les bouquets
Et le miroir prend des rides
Ou le passé fait le guet
J'entends le bruit d'un pas

Serge REGGIANI
.......................................................................


Dernière édition par Nine le Mar 28 Juil - 4:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Mar 28 Juil - 4:25



LES GRANDS ESPACES



Autour de moi l'étau se resserre
Et les consolations d'hier
Ne sont plus de taille à affronter
Cette toute nouvelle réalité

J'ai peur de ne jamais me faire
A cette pesante atmosphère
J'ai peur de manquer d'air
J'ai peur de manquer d'air

Je ne me sens plus ici à ma place
Je ne rêve plus que de grands espaces

J'ai besoin de sentir la douceur
D'une lointaine et complice chaleur
Et défier l'apesanteur
Ami intime des vents porteurs

J'ai peur de ne jamais me faire
A cette pesante atmosphère
J'ai peur de manquer d'air
J'ai peur de manquer d'air

Je ne me sens plus ici à ma place
Je ne rêve plus que de grands espaces

Chaque nouveau battement de mon coeur
Me pousse à ne pas faire l'erreur
De tenter de survivre ainsi
Et de le payer de ma vie

Je ne me sens plus ici à ma place
Je ne rêve plus que de grands espaces
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Ven 31 Juil - 15:37

J'AI CHANTÉ AUX ETOILES




Découvrez Loïc Lantoine!


J'ai chanté aux étoiles mon amour pour toi
Et j'ai fait le calcul
Ma voix leur parviendra dans 3 milliards d'années
Surement elles vont s'éteindre
De n'avoir pu t'aimer car moi seul peut t'étreindre
A ton seul souvenir mon bonheur perle en larmes
Et s'en va, dévalés en cascades et vacarmes
Si la ville panique
Ca n'est que d'ignorer que mille torrents d'amour viennent l'abreuver

Qu'on me redise un jour que l'amour n'a qu'un temps
Tant que courera l'amour, je t'aimerai autant
T'en fais pas mon amour
Laissons le défiler
Il est temps de s'étendre pour mieux le défier

J'ai voulu voir du beau ailleurs que sur ton corps
Mais mes yeux sans repos doivent fouiller encore
Je n'ai d'autre sommeil que dormir sur ton ventre
Je n'ai d'autres folies que rentrer dans ton antre
j'ai le coeur qui pense et le tête qui pompe
Bonheur d'etre a l'envers, la raison qui s'estompe quand
Quand de tes doigts glacés tu me brûles la peau
Quand dans tes petits bras je couche un château

Et qu'on me redise un jour que l'amour n'a qu'un temps, non,
Tant que courera le temps je t'aimerai autant
T'en fais pas mon amour
Laissons le défiler il est temps de s'étendre
Pour mieux le défier

S'agit pas d's'en aller sinon qui va m'aider ?
Me dire qu'il faut manger puis aussi respirer
Je ne sais plus rien faire que de penser à toi
Non c'est vrai, j'exagère, je veux parler de toi
Tu t'es offerte à moi et j'ai gagné ma mort
Ma même, ma pareille
Me voilà couvert d'or pour te dire que je t'aime
J'ai dû en faire des couches
A ton prochain sourire j'en rajouterai trois louches

Et qu'on me redise un jour l'amour n'a qu'un temps
Non tant que courra le temps je t'aimerai autant
T'en fais pas mon amour
Laissons le défiler il est temps de s'étendre
Pour mieux le défier

Loïc Antoine
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9689
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   Sam 1 Aoû - 20:30

« Plus tu t'éloignes et plus ton ombre s'agrandit. »
Robert Desnos



SI TU SAVAIS ...

Loin de moi et semblable aux étoiles, à la mer et à tous les accessoires de la mythologie poétique,
Loin de moi et cependant présente à ton insu,
Loin de moi et plus silencieuse encore parce que j' t'imagine sans cesse,
Loin de moi, mon joli mirage et mon rêve éternel, tu ne peux pas savoir.
Si tu savais.
Loin de moi et peut-être davantage encore de m'ignorer et m'ignorer encore.
Loin de moi parce que tu ne m'aimes pas sans doute ou ce qui revient au même, que j'en doute.
Loin de moi parce que tu ignores sciemment mes désirs passionnés
Loin de moi parce que tu es cruelle.
Si tu savais.
Loin de moi, ô joyeuse comme la fleur qui danse dans la rivière au bout de sa tige aquatique, ô triste comme sept heures du soir dans les champignonnières.
Loin de moi silencieuse encore ainsi qu'en ma présence et joyeuse encore comme l'heure en forme de cigogne qui tombe de haut.
Loin de moi à l'instant où chantent les alambics, l'instant où la mer silencieuse et bruyante se replie sur les oreillers blancs.
Si tu savais.
Loin de moi, ô mon présent présent tourment, loin de moi au bruit magnifique des coquilles d'huîtres qui se brisent sous le pas du noctambule, au petit jour, quand il passe devant la porte des restaurants.
Si tu savais.
Loin de moi, volontaire et matériel mirage.
Loin de moi c'est une île qui se détourne au passage des navires.
Loin de moi un calme troupeau de boeufs se trompe de chemin, s'arrête obstinément au bord d'un profond précipice, loin de moi, ô cruelle.
Loin de moi, une étoile filante choit dans la bouteille nocturne du poète. Il met vivement le bouchon et dès lors il guette l'étoile enclose dans le verre, il guette les constellations qui naissent sur les parois, loin de moi, tu es loin de moi.
Si tu savais.
Loin de moi une maison achève d'être construite.
Un maçon en blouse blanche au sommet de l'échafaudage chante une petite chanson très triste et, soudain, dans le récipient empli de mortier apparaît le futur de la maison : les baisers des amants et les suicides à deux et la nudité dans les chambres des belles inconnues et leurs rêves même à minuit, et les secrets voluptueux surpris par les larmes de parquet
Loin de moi,
Si tu savais.
Si tu savais comme je t'aime et, bien que tu ne m'aimes pas, comme je suis joyeux, comme je suis robuste et fier de sortir avec ton image en tête, desortirs de l'univers.
Comme je suis joyeux à en mourir.
Si tu savais comme le monde m'est soumis.
Et toi, belle insoumise aussi, comme tu es ma prisonnière.
Ô toi, loin-de-moi à qui je suis soumis
Si tu savais.
¤¤¤¤¤
Robert Desnos

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'ABSENCE ET LE VIDE   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'ABSENCE ET LE VIDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» deux VIDE GRENIERS : les 21/09 et 5/10
» Grand vide grenier à venir
» palette vide pour refill
» recharge fap mufe pour palette vide ?
» Palette vide Mac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA PLUME EST LA LANGUE DE L'AME :: ESSAIS, CONTES ET LEGENDES-
Sauter vers: