H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MELODY GARDOT

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 10:23

MELODY GARDOT

Un nom à retenir, elle s'appelle Melody en plus !

Chanteuse et auteur-compositeur Américaine de Philadelphie. Son style est fait de jazz vocal mâtiné de folk. Elle représente cette "voix Blanche du Jazz" tant recherchée par les labels et elle a tout d'une diva bien inspirée.





La belle confirmation jazz de ce printemps

Elle nous avait déjà enthousiasmé avec son premier album "Worrisome Heart" avec sa voix unique et son style personnel. La belle Melody Gardot nous revient en ce printemps avec ce superbe deuxième album "My One And Only Thrill". C'est certain Melody sera la prochaine révélation jazz touchant un large public comme le fût Norah Jones quelques années plus tôt. Avec son charme glamour et rétro, elle s'inscrit dans l'air du temps.

Ce nouvel album met l’accent sur les arrangements de cordes, les influences brésiliennes, et le blues insondable, on adore ! Avec sa vingtaine d'années seulement Melody arrive à nous raconter et nous chanter de brûlantes chansons d'amour mélancoliques. Les arrangements de l'album ont été confiés à Vince Mendoza, une pointure qui a travaillé entre autres avec Robbie Williams sur son album jazzy ‘Swing When You’re Winning’. Vince Mendoza a ciselé pour Melody des rythmes brésiliens sautillants avec des lignes pures jusqu'à des morceaux plus lents, dramatiques et troublants.

Vous l'aurez compris cet album sonne déjà comme un indispensable pour passer l'été. Cette jeune femme n'est pas sans nous rappeller le succès de Duffy dans un autre registre. L'album "My One And Only Thrill" est une bonne excuse pour se faire plaisir, pour découvrir un aspect des musiques brésiliennes tout en douceur. A coup sûr Melody Gardot sera la prochaine grande star du jazz vocal.

AlbumUniversal Jazz



« Avec ses mélanges de rythmes latins, de blues qui font claquer les doigts et de brûlantes chansons d'amour mélancoliques, c'est un album qui semble avoir été façonné par de multiples vies d'amour, de perte et de désir, bien que la chanteuse n'ait encore qu'une vingtaine d'années. »


Dernière édition par Nine le Sam 19 Sep - 5:26, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 10:43

Melody Gardot, éclats d’âme


BABY I'AM A FOOL
la jeune chanteuse américaine impose sa griffe crooner glamour.

Melody Gardot CD : My One and Only Thrill (Universal Jazz). En concert le 13 mai à l’Alhambra, rue Yves-Toudic, 75010.

Déploiements orchestraux dans la tradition crooner (à la Julie London encordée Nelson Riddle), poudrée folk ou chanson réaliste dans le texte («Les étoiles-les étoiles…») : entre dramaturgie charnelle («Physically speaking…»), tourment et tour de main de maîtresse pour composer, non contente d’interpréter en beauté, givrée de froideur à peine rétro, Melody Gardot, qui signe «Gardot», s’avance avec un deuxième album mid-tempo impressionnant, pianiste guitariste chanteuse jazz de charme d’époque, «priorité Universal 2009 avec U2», parfumée à la tragédie intime, canne d’infirme en main.

Arc-en-ciel. D’une liberté d’allure notable (Who Will Confort Me, troisième plage du classique né de saison My One and Only Thrill, groove rock, recadré ternaire d’un chorus de trompette bouchée, et clôt en éclat de rire lamé), la dame, née dans le New Jersey en 1985, accélère là en souplesse son démarrage en trombe étrange. Remontons le fil doré de cette carrière fatale…

Passé un brouillon 2004, Bedroom Sessions, le manifeste de 2008 Worrisome Heart gagne les Anglo-Saxons à la cause Gardot, du côté de Madeleine Peyroux, Norah Jones ou Lisa Ekdahl. «Sensation vocale de l’année». Et ici, avant de nous (lui) jeter à la tête Sade, Cassandra Wilson ou autre variétés jazzy smooth FM, que les esprits forts prennent la peine d’écouter Lover Undercover, Our Love Is Easy ou Deep in the Corners of My Mind, sur le volume suivant de sortie qui nous occupe, au nuancier si météorologique (pluie, arc-en-ciel, stars nocturnes…), puis tout le My One and Only Thrill afférent de la diva.

Verte certes, non exempte d’afféterie (If The Stars Were Mine), l’agréable postulante vamp (féminin de dandy ?) scatte avec quelque galanterie (sur une reprise d’Over The Rainbow), «bluese» bossa, sensualise tout en détachement idoine («J’aime la musique ; les hommes ne sont que des amants.»). Vibrant à fleur de peau (suturée, froissée, blessée), en transe moelleuse (boitant à l’occasion, elle est suivie pas à pas par un team médical - quitte à ne jamais marcher qu’en talons), exhalant la romance en voix de gorge, posant au bain en belle émoussée, swinguant bravement, flirtant gospel, latin jazz de salon (Your Heart Is as Black as Mine), elle chante et écrit bien.

Ecoute capiteuse, ambiance cosy, cultivé indémodable et enfin jeunesse (24 ans), nous en sommes là : à l’avènement d’une star, se révélant en fait résurrection après éclipse…

Chauffard. La fée philadelphique à prothèse bondage et voix Vieille Europe (c’est d’une mamie polonaise, férue de Sound of Music et du Magicien d’Oz, que Melody tiendrait son mood) a commencé en rideau à 19 ans, âge où l’on démarre, accidentée de la route - non en coupé comme il sied aux stars, mais à bicyclette, comme la chanson.

Quand, du coup, on demande à la dame : «Que s’est-il passé, exactement ?», elle dit :

«Je roulais à vélo, une jeep m’a heurtée.»

«Heurtée» est un bel euphémisme. Emplafonnée de plein fouet à un feu rouge par un chauffard en 4x4 il y a six ans, l’adolescente chantonneuse (elle chantait alors Radiohead ou The Mamas & The Papas dans les bars), fille pianiste de mère-enfant photographe absente et père inconnu, Melody Gardot passe là littéralement de vie à trépas.

Elle tombe, de haut, dans le coma, perd avec la tête l’équilibre, la vue, la mémoire, la parole et la motricité, entre autres lésions et séquelles musculaires, osseuses, neurologiques. Le tout laissant la jeune personne sur le carreau, grabataire, un an en soins spécialisés, réanimation, rééducation fonctionnelle tous azimuts.

«Catalyseur». Couchée paralysée, perdue, Melody - aveugle et en proie au vertige, la colonne vertébrale, le crâne et le bassin fracturés - reprendra vie en sons.

Dans le coma, se rappelle-t-elle, elle ouït les harmoniques d’une voix de femme qui calma sa panique, fanal au cœur du malaise vagal. A partir de là, elle réapprend à entendre, parler, toucher, marcher, revivre insensiblement. Chemin faisant, la revenante qui pianotait avant le saut métaphysique s’initie à la guitare, à plat dos - ce qui fait qu’aujourd’hui encore sujette au vertige, elle se voit volontiers couchée pour composer sur cet instrument…

«En quoi l’hôpital a-t-il interféré avec votre inspiration musicale?» est la question à la clef. Réponse :

«Aucune interférence ; un effet catalyseur, plutôt.»

Ce laconisme refroidissant de l’héroïne (lire ci-dessous) en dit paradoxalement long sur elle : dans sa subtile remontée ergothérapeutique, du calvaire au salut jazz via la table d’harmonie et la composition, Gardot a viré. L’artiste résolue sortie de là reste à quelque titre décalée, bancale. En transit essentiel, ou «tournée», vestale du «memento mori» éternel que sa canne de jeune vieillesse symboliserait, Melody n’habite plus nulle part, récuse toute possession comme illusoire (livres, disques, souvenirs - omnia vanitas), ne fonde rien sur l’attachement amoureux, cultivant un carpe diem pragmatique, ascétisme désenchanté qui lui ressemble.

Voix de grâce sans issue, Princesse cool au petit pois d’ailleurs végétarienne.

Article Liberation.


Dernière édition par Nine le Ven 22 Mai - 2:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 11:00




A entendre sa voix, mature et sensuelle, on a du mal à croire que Melody Gardot, cette jeune Américaine, n'a que 24 ans. Avec My One And Only Thrill, la chanteuse réalise une belle performance, à savoir, mêler à la fois le jazz, le blues et les rythmes latins, dans un ensemble homogène et harmonieux. Après Worrisome Heart en 2008, son premier opus acclamé par la critique, Melody Gardot arrive à maintenir le niveau en signant les onze titres de ce nouvel album, excepté la reprise de Over The Rainbow, en version latine. L'album s'ouvre par la ballade jazzy Baby I'm A Fool, à l'ambiance douce, soutenue par des nappes de cordes en fond sonore et portée par sa voix de velours.

Avec If The Stars Were Mine, elle fait une incursion réussie dans la bossa nova, avec son rythme chaloupé. C'est plutôt dans le blues qu'elle puise avec le titre Who Will Confort Me, tandis qu'elle se fait plus douce et plus profonde sur Our Love Is Easy. Beaucoup de chansons d'amour, màtinées de mélancolie, que son incroyable voix met en valeur, traversent ce My One And Only Thrill, notamment dans le morceau titre et ses cordes, qui est d'une grande beauté. Melody Gardot se fend même d'un titre en français aux influences latines, intitulé Les Etoiles, ainsi que d'une remarquable reprise d'Over The Rainbow, titre phare des années 30, interprété par Judy Garland dans le film Le Magicien d'Oz .

Belle prestation pour cette jeune artiste à la maturité évidente.


Dernière édition par Nine le Lun 29 Juin - 0:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 11:07




Love me like a river does
Cross the sea
Love me like a river does
Endlessly
Love me like a river does
Baby dont rush youre no waterfall
Love me that is all
Love me like a roaring sea
Swirls about
Love me like a roaring sea
Wash me out
Love me like a roaring sea
Baby dont rush youre no waterfall
Love me that is all
Love me like the earth itself
Spins around
Love me like the earth itself
Sky above below the ground
Love me like the earth itself
Baby dont rush youre no waterfall
Love me that is all


Dernière édition par Nine le Sam 17 Juil - 0:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 11:15




une bulle de Jazz dans un myspace :
http://www.myspace.com/melody

Universal Jazz

Sa maison de disques la présente comme la nouvelle Norah Jones. Melody Gardot, 22 ans, plume de talent, voix sensuelle, navigue dans les mêmes eaux d'un jazz populaire, mâtiné de blues et de folk. "Quand on parle de chanter le blues, ce n'est pas un style ou un genre: c'est un feeling", explique-t-elle, refusant les chapelles. "Je suis plutôt attirée par la musique qui adoucit, souvent dans un genre doux et sans prétention. La musique peut accomplir des miracles au niveau de l'esprit". De l'esprit et du corps.

A 19 ans, la jeune femme est fauchée par une voiture alors qu'elle se promène à vélo. Bassin, colonne, tête : son corps est brisé. Elle en garde des séquelles : une canne et des lunettes sombres pour préserver son regard de la lumière. Le médecin lui conseille la musique comme thérapie : avant même de retrouver l'usage de ses jambes, Melody compose et enregistre ses chansons sur un magnétophone installé à son chevet.

"Vous pouvez faire plus sordide?"

"J'ai commencé à enregistrer mes chansons pour me souvenir de ce que j'avais fait. J'avais de gros problèmes de mémoire immédiate, se souvient-elle.

"En fin de journée je ne me souvenais pas de la matinée.

" Un album de six titres, Some Lessons: The Bedroom Sessions, voit le jour en 2005.

La voici aujourd'hui partie à la conquête du monde avec Worrisome Heart, un album de dix titres, entièrement écrit par elle et produit par Glenn Barratt. "J'avais quelques idées concernant la tournure que je voulais.

Quand j'étais dans les studios pour l'enregistrement de Worrisome Heart, je me souviens d'avoir demandé aux cuivres, 'Est-ce que vous pouvez faire plus sordide?' Ils ont dit, 'Ouais, sordide, ça c'est cool!' Ce n'était peut-être pas la manière la plus musicale de m'exprimer, mais ils savaient exactement ce que je voulais dire!"

Sans doute plus travaillé que son prédécesseur, ce nouvel opus ne tombe pas dans le travers des arrangements ostentatoires et reste fidèle à la recette des débuts : sim-pli-ci-té. Découvrez cette voix.

*
Le site de Melody_Gardot : http://www.melodygardot.com/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 11:33

LES CONCERTS DE MELODY GARBOT




28 avr. 2009 12:00
MIDNIGHT SECRET SHOW* EMAIL FOR DETAILS New York, New York
28 avr. 2009 20:00
City Winery US LAUNCH **SOLD OUT! New York, New York
13 mai 2009 20:00
Alhambra Paris, Centre
20 mai 2009 20:00
Alte Oper Frankfurt
18 juin 2009 20:00
Regattabar Cambridge
19 juin 2009 19:30
World Cafe Live Philadelphia, Pennsylvania
21 juin 2009 19:30
Sellersville Theatre Sellersville, Pennsylvania
22 juin 2009 20:00
Rams Head Annapolis, Maryland
25 juin 2009 20:00
State Theatre State College, Pennsylvania
29 juin 2009 20:00
Enwave Theatre - Toronto Jazz Fest Toronto
1 juil. 2009 18:00
Theatre Maisoneuve Montreal Jazz Fest Montreal, Quebec
2 juil. 2009 18:00
Theatre Maisoneuve Montreal Jazz Fest - Night 2 Montreal, Quebec
7 juil. 2009 20:00
Istanbul Jazz Festival Istanbul
10 juil. 2009 20:00
Stimmen Festival Lorrach
12 juil. 2009 18:30
North Sea Jazz Fest Rotterdam
15 juil. 2009 20:00
Molde Jazz Festival Molde
17 juil. 2009 20:00
Montreux Jazz Festival Montreux
19 juil. 2009 20:00
Ghent Jazz Festival Ghent
21 juil. 2009 20:00
Blue Balls Festival Lucerne
24 juil. 2009 20:00
Nice Jazz Festival Nice

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 11:43

Melody Gardot, la voix de la guérison



Du défilé ininterrompu d'auteurs-interprètes dans les bacs, une jeune Américaine (24 ans) émerge. MELODY Gardot écrit les textes, la musique, s'implique dans les arrangements, et chante superbement. Ecoutez le morceau Who will comfort me, du CD qui sort fin avril, on croirait entendre une «briscarde» ébranler l'arrière-salle d'un bar louche.

Par quel enchantement un talent de cette étoffe fait-il irruption sans crier gare? L'étudiante surdouée, qui a appris très jeune le piano, se produit pour se distraire depuis l'âge de 16 ans dans les cafés de Philadelphie, sa ville natale, quand une Jeep catapulte son vélo. Accident dramatique. Multiples fractures (bassin, colonne, tête). Elle est immobilisée un an, garde des séquelles physiques (elle se déplace avec une canne et porte des lunettes teintées contre la lumière) et mentales. Un médecin diagnostique la névropathie du cerveau, suggère de se lancer dans une thérapie musicale. Elle s'y applique.


Avant même de se retrouver sur pieds, la fille compose et enregistre du fond du lit d'hôpital les chansons sur magnétophone. La démarche lui paraît naturelle: «J'avais de gros problèmes de mémoire immédiate. Je me retrouvais sous la douche sans comprendre ce que je faisais là. J'ai commencé à enregistrer les inspirations du moment pour me souvenir de ce que j'avais fait le matin. C'est devenu un réflexe naturel». Un mini-album circule. Un agent la repère. Décroche des dates dans les salles.

La compagnie Universal tend l'oreille. L'installe en studio. Enfin produit le CD, Worrysome heart. La critique anglaise, applaudit en premier les chansons sereines de ce talent naturel marqué du sceau des crooners historiques, n'omettant pas de pointer la poésie de textes colorés de mélancolie. Deux ans après, c'est la consécration du talent. Le CD: My One and Only Thrill (Universal Jazz) épate le milieu. Melody nous convie à onze plongées dans la vie, à dix chansons brûlantes d'amour portant sa patte, ainsi qu'une onzième, le classique Over the Rainbow, repris à la brésilienne.

Que représentent ses compositions?

«Ce sont des moments, des émotions de tous les jours picorés au milieu d'un climat amoureux général. Je suis une amoureuse», nous a confié début mars la vocaliste dans un salon privé de son hôtel de Saint-Germain-des-Prés, quartier dont elle est sensible au passé jazzy. «Mes élans du coeur débordent les soupirs envers l'être aimé, dépassent les sentiments langoureux de l'attente, du désir, du sacrifice. Je recherche les émois de l'adolescent devant l'amour qui se présente, la passion de ce qui se prépare.» Melody se donne à fond pour que le public ressente au plus près les sensations qui la traversent. A cause de ce souci, la belle enjôleuse en mini-jupe de soie blanche et bas noirs assise à côté de moi a suivi au cordeau les arrangements pour cordes et orchestre de Vince Mendoza. «Je sais lire la musique: du coup j'ai serré de près la mise en forme de mes idées. Il n'est pas question que la mise en place dénature l'intention de départ; que l'auditeur sache ce que j'avais en tête. Mon but se résume à ceci: communiquer une vision. Si ma tristesse intérieure ne passe pas, il y a un problème». Vince Mendoza, un des arrangeurs les plus rigoureux (et les plus en vue) de la planète actuellement, s'est incliné. On ne rigole pas avec les exigences de l'Américaine, qui salue au passage «la finesse du chef d'orchestre: il a suffi de sous-entendus...»


Comment les compositions voient-elles le jour?

«Aucun concept de démarrage, aucun travail préparatoire. L'air s'impose dans mon esprit, sans que je m'y attende. Comme si une personne rentrait dans la pièce. Je réalise alors qu'une mélodie nouvelle se présente. Le processus ressemble à une expulsion. Faut que la matière grise sorte. Soit capturée. Je saute sur le piano pour repérer les accords. Je ne force rien, mais je n'arrête le travail de concrétisation qu'à la dernière strophe du morceau. Certains morceaux, comme "Who will comfort me", peuvent barboter dans la tête pendant deux ans. Ils correspondent à une période. Dans ce cas précis, j'avais besoin de quelqu'un. L'état a duré.» Heureusement que personne ne s'est pointé: le résultat vaut la peine. Voilà le morceau le plus «pêchu» de l'album. Il dure 5 minutes et déménage comme trois camions. L'on voudrait le balancement sans fin, tant le groove accroche chaudement l'abdomen.

Se sent-elle encore limitée à cause de l'accident?

«Au début, car je ne pouvais pas m'asseoir plus de 5 minutes au piano après l'hôpital. Du coup, je composais dans un premier temps à la guitare, debout. Il s'agissait là de matériau de base. Je finalisais au clavier. Maintenant l'autonomie s'est accrue: je continue néanmoins le va-et-vient de création guitare-piano. J'ai observé que le passage de l'une à l'autre entraînait des effets bénéfiques sur la structure du morceau.»M-gardot-4

De qui s'inspire-t-elle?

«Oh là! Surtout pas de jazz intello! J'adore Duke Ellington. Ses changements de couleurs entre les bois et les cuivres sont renversants! L'impression que les sections dialoguent. Duke, le premier, m'a ouvert instantanément des voies. Tout paraît simple dans sa musique. Tout est surtout très bon! »

L'interprète qui l'impressionne le plus?

Jacques Brel!

Melody ne tarit pas de compliments sur les qualités du Belge, son idéal. Brel? « Parce qu'il chante sa propre vie ».

Exactement comme elle.

Bruno Pfeiffer LIBERATION

Melody Gardot chantera le 13 mai 2009 à l'Alhambra.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 11:54

Melody Gardot,
quand le jazz est là !

Olivier Nuc Le Figaro

Cette Américaine au parcours singulier publie, lundi, son deuxième album.

Il va définitivement l'installer dans la cour des grandes chanteuses.


À la voir déambuler dans les couloirs d'un hôtel chic de la rive gauche, on reconnaît immédiatement en Melody Gardot une star naturelle. Port altier, longues jambes, chevelure blonde : la jeune femme de 23 ans a des allures de diva un peu lointaine. Il suffit qu'elle commence à parler pour qu'on décèle derrière cette froideur une personnalité avec un humour et un franc-parler bien trempés.

La chanteuse publie lundi son deuxième album, My One and Only Thrill (Universal Jazz), disque superlatif qui va lui permettre d'élargir considérablement le cercle de ses amateurs. Paru l'an passé, Worrisome Heart lui a déjà valu les hourras et les bravos de la critique et du public. My One and Only Thrill va définitivement consacrer le timbre et l'écriture de cette originale, au parcours aussi cabossé que féerique.

Un vigoureux appétit pour la vie

Tout chez elle respire le paradoxe : on la croit échappée d'une comédie sentimentale des années 1960, la voici bien dans son époque, férue de technologie. On l'imagine éthérée et précieuse, la voilà qui s'enflamme à l'idée de pouvoir déguster à la bonne franquette les plaisirs de la gastronomie française.

Melody Gardot est une vieille âme dans un corps de jeune femme. Son disque dévoile des sentiments brûlants derrière des arrangements ultrasélects signés Vince Mendoza. À la réalisation, Larry Klein lui permet de signer un petit chef-d'œuvre au confluent du jazz, de la pop et du blues. L'ancien collaborateur de Joni Mitchell et de Madeleine Peyroux aurait eu maille à partir avec la chanteuse, très précise sur les options musicales de son album.

Melody Gardot n'est pas une énième interprète de standards de la musique américaine. Elle signe elle-même des mélodies et des textes qui révèlent un vigoureux appétit pour la vie. C'est après avoir passé plusieurs mois entre la vie et la mort suite à un accident de la circulation dans sa ville de Philadelphie qu'elle s'est plongée corps et âme dans la musique, à travers la musicothérapie. Une canne et d'épaisses lunettes teintées trahissent les séquelles de l'accident subi à l'âge de 19 ans.

Cela explique sans doute l'enthousiasme contagieux dont elle fait preuve au sujet d'un disque qui devrait réactiver de bonnes vieilles querelles entre les tenants de l'orthodoxie jazz et les autres. Melody Gardot n'en a cure, qui poursuit actuellement un tour du monde pour défendre ses morceaux.

« Il me tarde de revenir à Paris, une ville si romantique et tellement adaptée à mes chansons », expliquait-elle ainsi la semaine dernière.


Dernière édition par Nine le Ven 26 Juin - 12:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 9 Mai - 11:59



SOME LESSONS

Well, I'm buckled up inside
Miracle that I'm alive
Do not think I can survive
On bread and wine alone

To think that I could have fallen
A centimeter to the left
Would not be here to see the sunset
Or have myself a time

Well, why do the hands of time
so easily unwind?

Some lessons we learn the hard way
Some lessons don't come easy
And that's the price we have to pay

Well, some lessons we learn the hard way
They don't come right off and right east
And that's why they say some lessons learned
We learned the hard way

Remember the sound of the pavement
World turned upside down
City streets unlined and empty
Not a soul around

Life goes away in a flash
Right before your eyes
If I think real hard, well, I reckon
I had some real good times

Why do the hands of time
So easily unwind?

Some lessons we learn the hard way
Some lessons don't come easy
And that's the price we have to pay

Well, some lessons we learn the hard way
They don't come right off and right easy
And that's why they say some lessons learned
We learned the hard way


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Dim 10 Mai - 1:25


Melody Gardot sings "Worrisome Mind" in a Los Angeles recording session as part of a PBS documentary on creativity in Philadelphia. Produced by Wiland-Bell Productions, Director Harry Wiland, Cinematography Jonathan Bell Edited by Beverly Baroff

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Dim 10 Mai - 18:14



JP Stern.

L'âme du jazz, c'est l'amour de l'inouï, une mélancolie en mélodie , mélancolère dans le soft d'un saxo qui a envie de crier mais juste dans la douceur .. des notes de piano comme une accalmie après la tempête et une âme qui s'épanche pour parler en musique .. le tempo d'une batterie c'est le rythme de l'organe vital qui bat les heures du moment qu'elles soient tristes ou sereines, il draîne une amère douceur sur un nuage sensuel.

Une musique qui rapproche les âmes, même les plus tourmentées, et qui apaise, c'est aussi çà la guérison par les notes et ici elles sont bleues comme l'infini, l'insondable qui hante les mémoires,
et il y a des moments où l'amnésie est un luxe suprême et divin.

Je retrouve ce retour en grâce aussi chez Billie Holiday, désormais je peux rajouter dans ma liste la Melodyarmonie de Miss Gardot.

Nine


Dernière édition par Nine le Ven 22 Mai - 2:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2434
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Mar 12 Mai - 0:14


Melody Gardot, chanteuse sensible en lunettes noires






A l'âge de 19 ans, Melody Gardot, jolie fille mince comme il y en a tant, tombe victime d'un terrible d'accident. Vélo contre 4 × 4 dans les rues de Philadelphie, Melody Gardot, née en 1985, ne fait pas le poids.

Coma profond, polytraumatismes avec lésions cérébrales aggravées, dix-huit mois de lit à télécommande, elle expérimente le grand âge et la mort. Pour revenir à la vie, un médecin suggère la musicothérapie. Bloquée sur le dos, Melody Gardot ne peut gratouiller que sa guitare. Elle était pianiste de bar : "Petite, je chantais, mais personne ne voulait m'écouter ! Je passe une audition pour entrer dans une chorale, on me refuse. A croire que ma voix était horrible...", explique-t-elle, quelques jours avant son concert parisien à l'Alhambra, le 13 mai.


Sa voix parlée est douce, femme, enfant, aussi vive qu'une sauterelle, timbrée jusqu'au baryton. L'allure générale, d'une star, brushing trois fois par jour dans un style hésitant entre Catherine Deneuve et les personnages de la série télévisée "Dallas", couleur digne de Van Gogh, minceur préraphaélite, verres fumés, plus une nouvelle canne nacrée dont elle est, à juste titre, très fière.

La canne tient l'équilibre. Depuis l'accident, les verres la protègent d'une hypersensibilité au soleil qu'elle aime si violemment. Sur son lit de douleur, elle enregistrait de petites chansons. Un copain en balance une sur Internet, succès mondial. Melody Gardot s'en irrite, mais en profite pour s'entourer.

Vince Mendoza, grand arrangeur de Los Angeles, orchestre son nouvel album, paru fin avril, My One and Only Thrill (Verve/Universal Music) : "Je voulais quelqu'un de la stature de Gil Evans. Il a disparu, malheureusement. Vince Mendoza est très éclectique, très sensible, il laisse venir la musique." Et ces onomatopées qu'on assimile au scat ? "Non, je me sers de la langue des bébés, la langue d'avant le langage."

"J'AI BESOIN DE ME TESTER"

En scène, fascinante de précision et de look (lunettes noires, crinière, canne, talons aiguilles, rouge baiser), elle commence par une chanson a cappella : "Je n'en fais pas une règle, mais souvent, j'ai besoin de me lancer ainsi : c'est pour me tester, tester le public et le lieu. J'attaque avec un spiritual, No More My Lord, qu'Alan Lomax, l'ethnomusicologue, avait fait enregistrer par une femme en prison. Je me retrouve seule, nue, et je vois loin, comme un marin met au point sa longue-vue." Geste à l'appui.

Ce n'est pas du jazz, mais si le jazz d'aujourd'hui atteignait ce feeling tous les soirs, on n'en serait pas là. Depuis Berlin en mai 2008, où nous l'avions vue, pas mal de détails ont changé : "Je n'ai plus besoin de me battre avec mon corps. Ma voix ne me fait plus souffrir, et mes oreilles entendent davantage : plus de cordes, plus de tubas, plus de trombone."

En dehors du jazz, de Radiohead, et de la musique brésilienne, qu'aime-t-elle ? "Le tango. C'est une merveille. Je souffre de vertige cinétique. Voilà pourquoi, en scène, je m'agrippe au micro. Plus la canne. Mais dans le tango, vous voyez, quand vous vous tenez comme ça, allez, vous poussez votre partenaire, de sorte que, même si je sens le vertige arriver, sa main ferme dans mon dos fait que je ne tombe pas. Alors, je peux danser..." Expérience faite. Sur l'album, on l'entend rire. Dans la vie, aussi.

Melody Gardot à l'Alhambra, 21, rue Yves-Toudic, Paris-10e. M° République. Le 13 mai à 20 heures. Tél. : 01-40-20-40-25. 34 €.

Francis Marmande
Le Monde 11 Mai 2009.

http://www.alhambra-paris.com/index.php?wh=agenda&ev=163#infos
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2434
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Ven 15 Mai - 1:28



Melody Gardot : a star is born



Hier soir, à Paris, Melody Gardot, plus belle révélation féminine depuis des lustres, enchantait l'auditoire de l'Alhambra de sa voix fascinante. François Gorin raconte.

Il faisait lourd mais dès que Melody Gardot a paru sur la scène de l'Alhambra, l'air semblait plus léger. Etre debout sur ses seules jambes, c'est ordinaire pour une chanteuse. Pas pour elle, qu'un accident laissa meurtrie il y a cinq ans – elle en avait 19.

« Regardez, c'est la première fois que ça m'arrive ! » La canne est posée derrière, contre un ampli.
Pour fêter ça, Melody pousse a capella un blues de délivrance. Nous voilà déjà très haut. Le vrai miracle, c'est que ça ne va jamais retomber.

Ça : l'émotion, l'intensité. Pourtant, on n'a pas là exactement la douce tragédienne que pouvait laisser deviner l'écoute des disques. Miss Gardot sur ses belles gambettes, sous un béret coiffant une cascade blonde, a des faux airs de Madonna sans la culture physique. Entre les chansons, elle pépie des blagues d'une voix de Betty Boop, dans un franglais plutôt spirituel. « C'est une chanson sérieuse », coupe-t-elle avant de servir un extrait de Worrisome Heart ou du tout nouveau tout beau My one and only thrill. Ou une reprise époustouflante du standard pop Ain't no sunshine.

Derrière elle, un groupe au petit poil : trompette et saxophone, vibraphone, contrebasse et batterie fine. Une violoncelliste pour les ballades crève-cœur, au sommet desquelles Our love is easy.
Juste avant, Gardot s'adressait comiquement au président Sarkozy pour demander la nationalité française. La voici déjà adoptée par un Alhambra bondé, saluant debout. Dans la salle, combien d'amoureux consolés de ne pas avoir connu les plus belles heures de Peggy Lee ou de Shirley Horn ?

Jeunes gens sensibles au petit grain dans la voix de Camelia Jordana (oui, celle de la Nouvelle Star), sachez que le grand modèle existe, elle est américaine, elle écrit elle-même la plupart de ses chansons. Et elle navigue aussi à l'aise sur un Caravan classique en rappel. Son nom est Melody Gardot, une pareille étoile ne tombe pas du ciel à chaque pluie d'orage.

http://www.telerama.fr/musique/melody-gardot,42805.php


.
François Gorin


Dernière édition par Bridget le Jeu 5 Mai - 11:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Ven 15 Mai - 1:49

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Ven 22 Mai - 2:09



EPK VIDEO
Dans la lignée de Norah Jones et Stacey Kent,

une sacrée découverte

Les meilleurs musiciens ne font pas toujours le plus de bruit.

L'auteur-compositeur Melody Gardot a 22 ans mais elle sait déjà à quel point la subtilité et la litote peuvent avoir de la valeur.
Grâce à quoi son premier album 'Worrisome Heart' paraît à la fois familier et totalement surprenant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Ven 29 Mai - 14:59

ARTICLE PRESSE : C'était au Théâtre Montreal Canada O7/2008 après le festival du Jazz.

Melody Gardot: une étoile est née

Alain de Repentigny
La presse

Lundi au TNM, où elle chantera encore mercredi et jeudi, elle habitait les lieux comme peu d'artistes savent le faire à 23 ans, et ce même si elle doit se déplacer à l'aide d'une canne à la suite d'un accident qui a failli lui coûter la vie et qui a en quelque sorte initié sa carrière musicale.

Une canne, d'ailleurs, dont elle a rigolé quand, au moment de s'asseoir au piano pour interpréter sa superbe composition Love Me Like a River Does, ladite canne est tombée par terre. «Une surprise pour moi», a-t-elle dit dans un français charmant - elle a vraiment tout les talents - avant d'ajouter, coquine: «J'ai besoin d'un homme qui tienne ma canne; si ça vous intéresse, venez me voir après le concert, je vous donnerai des biscuits... pas mes biscuits, évidemment!»

Au tout début du spectacle, Melody Gardot s'est amenée seule et a établi le contact en nous chantant a cappella un spiritual, No More My Love, en claquant des doigts.

En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, cette parfaite inconnue faisait claquer des doigts et chanter une bonne partie du public du TNM. Quand ses trois musiciens sont venus la rejoindre pour Sweet Memory, une autre pièce de son unique album, le travail de séduction était déjà pas mal avancé.

Ses trois complices - trompette, contrebasse et batterie - ont magnifiquement contribué à l'ambiance feutrée propice aux chansons jazz et blues de Melody Gardot, ambiance à laquelle contribuait l'éclairage tamisé. Un concert intime, certes, mais en même temps plein de sourires et de fou rire, de clins d'oeil, dont un à sa grand-mère, et de surprises musicales.

Comme cette version de Ain't No Sunshine qu'elle a chantée tôt dans la soirée, et encore davantage une Somewhere Over The Rainbow complètement réinventée qu'elle nous a servie à la guitare sur un rythme de bossa. Je pense aussi au dialogue ludique entre le batteur Chuck Staab et le contrebassiste Ken Pendergast puis celui, tout aussi jouissif entre la chanteuse et le trompettiste Patrick Hughes pendant la chanson Goodnite.

Tôt en deuxième partie de spectacle, Melody Gardot nous a présentés ses musiciens, dont le trompettiste Staab qu'elle surnomme Chet, et elle nous a confiés à leurs bons soins pendant qu'ils jouaient justement My Funny Valentine à la façon de Chet Baker. Quand elle est revenue, c'était pour chanter les derniers mots de cette superbe chanson de Rodgers et Hart.

Que si jeune, et avec si peu d'expérience - il n'y a même pas cinq ans qu'elle joue de la guitare et compose ses propres chansons - Melody Gardot puisse être aussi à l'aise sur une scène, dans un registre musical qui exige une parfaite maîtrise de son art, dépasse l'entendement. On se se surprend à croire que cette jeune femme peut tout se permettre, y compris jouer la vamp avec juste ce qu'il faut d'humour quand elle rejette ses longues boucles blondes vers l'arrière tout en s'accompagnant au piano pendant Worrisome Heart.

Le Festival de jazz au eu la bonne idée de lui offrir le TNM pour sa première visite à Montréal. Courez-y mercredi ou jeudi et vous pourrez dire un jour à vos amis que vous étiez parmi les chanceux qui ont vu Melody Gardot dans l'intimité d'un bijou de petit théâtre.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13248
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Sam 13 Juin - 20:01



Mélody Gardot à l'Olympia le vendredi 13 novembre 2009 à 20 heures.



Dernière édition par liliane le Ven 18 Sep - 22:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Mar 23 Juin - 18:40





Your eyes may behold but the story i'm told is your heart is as black as night
Your lips may be sweet such that i can't compete but your heart is as black as night
I don't know why you came along at such a perfect time
But if i let you hang around i'm bound to lose my mind
Cause your hands may be strong but the feelings all wrong
Your heart is as black as night
I don't know why you came along at such a perfect time
But if i let you hang around i'm bound to lose my mind
Cause your hands may be strong but the feeling's all wrong
Your heart is as black
Your heart is as black oh your heart is as black as night.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Mer 1 Juil - 12:57


WHO WILL CONFORT ME ...

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Dernière édition par Nine le Ven 3 Juil - 0:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2434
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Jeu 2 Juil - 22:18

Ravissante, émouvante… Voici Melody Gardot



Melody Gardot au festival de jazz de Montréal 2009 - Photo : Denis Alix

Dans l’histoire qui lie désormais le public mondial à Melody Gardot, le dernier épisode était son concert à l’Alhambra où elle a séduit une salle de Parisiens résistants. En une seule chanson, elle s’était acquis des fans pour l’éternité. Elle fait pareil à Montréal dans une salle trois fois plus grande, où elle donne deux concerts, deux soirs consécutifs.
Dans la salle, on ne glisserait plus une petite cuillère. Elle arrive juchée sur des talons de dix centimètres qui mettent en valeur des jambes de cinéma, en collant noir. Dans la semi-obscurité qui nous la fait imaginer plus que vraiment voir, debout, elle frappe du pied en cadence, claque dans ses doigts pour le rythme et chante a capella une sorte de blues gospelisé, avec cette voix de velours doré et de satin désormais inoubliable.

Ses musiciens sont les mêmes qu’à Paris, Melody est une fidèle, son groupe a de la chaleur : un trompettiste et un sax, jouant en section des riffs de confort, peu de solos, un contrebassiste à longue barbe, un batteur attentif, un vibraphoniste britannique, discret.

Pas d’invités comme à Paris la violoncelliste et cette harmoniciste qui lui avait envoyé un lien sur YouTube et qu’elle avait fait venir pour quelques chorus.
A Londres, elle avait payé de sa poche un quatuor à cordes pour jouer les harmonisations de Vince Mendoza présentes dans l’album My One and Only Thrill, qu’on entend sur toutes les radios cet été. Elle alterne à la guitare et au piano, un ballon de cognac à côté d’elle sur la scène où elle se déplace avec grâce à l’aide d’une canne.
Elle est ravissante, ça on le sait, mais là on a la confirmation qu’elle est une formidable chanteuse et que la scène est vraiment son affaire à elle : elle installe une atmosphère intime, sensuelle, amicale, infiniment confortable, comme si nous étions chacun personnellement son invité et qu’elle voulait nous faire le cadeau de sa tendresse drôle. Sa spécialité, comme une signature calligraphiée, est son scat en écholalies et roulades joyeuses, un truc à mettre le public dans sa poche.

La chanson qu’elle enchaîne après celle en solo est Who will comfort me ? Chaque mâle dans la salle, mais probablement aussi chaque personne du sexe opposé, pense que si Dieu y manque, il ou elle y veillera.

Suit une chanson nouvelle (déjà un troisième album à venir ?), qui enveloppe comme un soir d’été. Puis quelque chose de plus allant où elle dit avec des gestes amusants que les garçons ne comprennent rien.
Elle chante ensuite très lentement Our Love is easy, en confidence affectueuse à l’homme qu’elle veut aimer et qu’elle charme encore dans une longue coda. Le saxophoniste a droit à un solo prolongé, dont il n’abuse pas (rares, les saxophonistes qui n’abusent pas, ils devraient toucher une prime). Et Melody enchaîne avec My One and Only Thrill, qu’elle chante mieux encore que dans le disque et qui fait littéralement fondre le public.

Elle a demandé qu’il applaudisse avec les doigts : 1 500 personnes qui claquent doucement du pouce et de l’index, cela produit un bruit cascadant, délicieux ; elle demanderait au public de se mettre debout sur la tête, il le ferait, en adoration.

Sur Worrisome Heart, chanson de son premier album, elle s’accompagne seule à la guitare, sur Baby I’m a fool, la chanson de son clip où un des danseurs en habit finit par la rejoindre dans le bain de mousse où elle folâtre nue, elle réussit l’alliance improbable de la sentimentalité, de la sensualité et de la drôlerie.
Les Etoiles, bien sûr, elle le chante aussi, et sa chanson sur les oiseaux, et cette autre sur la pluie, qui émeut. Elle a l’art de parler au public, improvisant avec humour, légère distance, sincérité, charme. L’ovation debout surgit bien avant la fin de son spectacle. Je me réjouis déjà de réentendre Melody Gardot sur la scène Matisse de Nice, le 24 juillet.


http://www.telerama.fr/musique/melody-gardot-jamie-cullum-baptiste-trotignon,44828.php
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Jeu 30 Juil - 0:50

Avec Melody Gardot, Dieu recréa le jazz




Révélation musicale de ces deux dernières années, cette jazzwomen étasunienne envoûte son auditoire et séduit de plus en plus de fans alors que chacun l'écoute dans un bonheur absolu.

Une voix à nulle autre pareille, un mélange de douceur, de sensualité et d’authenticité. Tel se révèle le timbre de Melody Gardot.

Baby I'm A Fool

On croirait au début, sans la connaître, sans l'avoir écoutée, qu'elle est le fruit d'une plaisanterie, un ersatz de Melody Nelson, une imitation de Bardot, à moins qu'elle ne joue les Garbo's? Non. Melody Gardot n'éprouve nul besoin de pasticher pour s'affirmer. Elle emprunte quelques références aux plus grands mythes juste pour faire mieux rêver. Pour se présenter et inviter à partager ses goûts et un sourire.

Who Will Comfort Me

Sa voix, ses lyrics se suffisent amplement à eux-mêmes pour nous propulser très haut, dans un univers où le jazz et le blues atteignent le plus profond de votre âme. Avec Melody Gardot, on se sent rassuré, extremement réconforté. Les hommes diront qu'elle a la voix de tous les désirs. Mais sans aucune ambiguité, je peux affirmer en tant que femme, qu'elle possède le charme que nous aimerions toutes pouvoir offrir à l'oreille de notre élu comme caresses.

An Introduction To Melody Gardot

Certains y verront des accents de Norah Jones, de Liane Foly à l'époque de Au fur et à mesure, mais en véritable inconditionnelle, je répéterais simplement qu'elle ne souffre d'aucune comparaison, tant elle se montre unique, talentueuse et exceptionnellement formidable.
Ces vidéos de Baby I'm A Fool, Who Will Comfort Me, An Introduction To Melody Gardot petits chefs d'oeuvre cinématographiques, démontrent s'il en était encore nécessaire, l'eden visuel et... mélodique de la demoiselle. Un délice où le noir & blanc flirte avec la couleur, où l'on entrevoit des live en studio ou on stage et toujours la même grâce, un sublime plaisir, reflets d'une esthétique parfaite.

Mais laissons là les palabres,
Just Melody Gardot...

A voir :
http://www.melodygardot.co.uk/gb/chateau-gardot/

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9727
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Mer 26 Aoû - 21:32

Melody Gardot en concert


Melody Gardot
- Our Love is easy -


La jeune chanteuse jazz-folk Melody Gardot donnera le 10 septembre, à Paris, un concert ouvert au public et retransmis en direct sur l’antenne de FIP.

Chanteuse mais aussi auteur-compositeur, Melody Gardot, originaire de Philadelphie, a été révélée l’année dernière par un premier album.
Son second album, plus blues, fait aussi la part belle aux sonorités latines.

Diffusion le jeudi 10 septembre à 20h30 sur FIP.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2434
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Ven 4 Sep - 23:13



Melody Gardot, c'est une plume de talent, une voix sensuelle et sensible qui navigue dans les eaux d'un jazz populaire, mâtiné de blues et de folk.

Son nouvel album "My one and only thrill " est une de nos sélections Fip. 13 titres tantôt mélancoliques, tantôt enjoués, mâtinés d'un zeste latino et de beaucoup de subtilité.

Mais c'est sur scène que Melody Gardot prend toute son ampleur. Elle installe une atmosphère intime et amicale, entraînant son public de son univers sensible, drôle et surprenant avec un scat énergique, unique.


Vous pourrez écouter ce concert exceptionnel le jour même en direct dès 20h00, sur notre antenne et sur fipradio.com !

http://sites.radiofrance.fr/chaines/fip/evenements/sommaire/feven.php?even_id=220000051
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13248
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Jeu 10 Sep - 10:15

Melody Gardot, la révélation de l’année


Les airs jazzy de Melody Gardot ont fait swinguer l’été. A 24 ans, l’Américaine est une rescapée : la musique l’a sauvée après un grave accident.

Emmanuel Marolle | 10.09.2009, 07h00



A Paris, Melody Gardot a passé un coup de fil. « J’ai appelé ma mère pour lui dire : Est-ce que tu as acheté des CD en France ces temps-ci ? » La chanteuse américaine, en concert exceptionnel à partir de 20 heures ce soir à la Maison de la radio, diffusé en direct sur Fip, avait de quoi douter en voyant son deuxième album, « My One And Only Thrill », grimper parmi les meilleures ventes de disques de l’été et dépasser les 100 000 exemplaires écoulés.

Encore cette semaine, elle est quatrième du Top. Un succès miraculeux pour ce petit bijou de chanson jazz, aux airs de classiques instantanés, qui a touché la France en plein coeur.

« Ah, Paris, mon petit ami », sourit Melody son vrai nom, assure-t-elle, dans la langue de chez nous. Et de poursuivre, en anglais : « Je veux vivre ici, j’adore la culture, les grands esprits, Sartre, Cocteau. Je veux devenir citoyenne française. » Carla Bruni est au courant. « L’une de ses amies est venue me voir en concert au printemps. Elle m’a dit : On peut la contacter tout de suite. Il était 2 heures du matin. J’ai laissé un message sur son portable : Bonjour Carla, c’est Melody, je suis chanteuse… J’attends de ses nouvelles. On ne s’est pas encore parlé directement. »

Elle vous raconte cela entre gêne et malice, serrée dans un chemisier blanc verrouillé jusqu’en haut, tout en sirotant un verre de vin rouge. Il lui échappe des mains. Melody Gardot tache sa jupe stricte de secrétaire et peste : « Ah, c’est la merdier. » Son français est en progrès.

Tout paraît ainsi hors norme chez cette Américaine de 24 ans qui chante comme si elle avait déjà vécu mille vies. « Je suis vieille, confirme l’intéressée, les larmes aux yeux. Du coup, je me demande combien de temps je vais encore vivre. » Elle n’est pas passée loin de la fin, il y a six ans. Alors qu’elle roulait à vélo à Philadelphie, Melody est heurtée par un 4 x 4. Elle se réveille avec un corps cabossé, le bassin brisé, la mémoire envolée. « Quand j’ai été renversée, une partie de mon cerveau a été endommagée. Tous mes souvenirs ont été désintégrés. Aujourd’hui, je n’ai que des flashs, des odeurs, les sourires et les mains de mon grand-père, la cuisine de ma grand-mère. J’ai redécouvert un journal intime que je tenais adolescente. Je réapprends ma vie. »

« Un conte de fées à la Cendrillon »

La reconstruction personnelle est passée par la musicothérapie, via la guitare, par défaut. « J’avais fait du piano avant l’accident. Mais pendant la rééducation, je ne pouvais plus en jouer, j’étais incapable de rester assise. » Elle enchaîne quelques notes pour se soigner, puis se met à composer pour s’exprimer. « J’ai écrit des chansons par accident. Ma vie est une série d’accidents. » Le dernier lui évoque « un conte de fées à la Cendrillon », ce triomphe inattendu qui pourrait lui valoir un succès planétaire à la Norah Jones. Elle n’attendait rien de la musique, « juste d’aller mieux ». Aujourd’hui, c’est la sienne qui nous fait du bien.


En concert le 13 novembre à Paris, à l’Olympia. Complet. Concerts supplémentaires les 7 et 8 avril 2010. Places : de 34,50 € à 56,50 €. Et le 5 novembre à Rouen, le 27 à Monaco.
http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/melody-gardot-la-revelation-de-l-annee-10-09-2009-633409.php


Dernière édition par liliane le Ven 16 Oct - 12:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13248
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   Lun 14 Sep - 20:42

Divine Melody


Avec Melody Gardot, il ne faut pas être en retard. Avant-hier, je rencontrais pour la première fois l'une des sensations du moment, de passage à Paris. C'est vrai j'étais un peu en avance et le confrère qui me précédait un peu à la bourre. Alors Melody a tranché, "Le Parisien est à l'heure. Je le fais d'abord". Désolé camarade et grande classe Melody qui me le redit de vive voix à la fin de l'entretien. Une demie-heure fascinante avec une artiste qui l'est tout autant.

Je ne vais pas répéter ce qu'elle m'a dit. Tout ou presque est dans le journal d'aujourd'hui. (à lire CI-DESSUS) . Mais cela fait partie de ces rencontres que l'on n'oublie pas, celle d'une chanteuse, d'un personnage, d'une femme qui sait ce qu'elle veut, qui gère son image au point de donner le ton elle-même des séances photos, qui est capable de se livrer sur son parcours, son accident avec une émotion retenue beaucoup plus touchante que toutes les plaies du showbizz qui polluent la presse people de leurs confidences marketing.

Loin d'être bête, Melody Gardot sait que l'accident qui a failli lui coûter la vie il y a trois ans, intéresse les médias, à l'heure de la première rencontre. Mais elle n'en fait jamais des tonnes malgré le lien étroit entre cet évènement et ses débuts dans la musique.

Je m'attendais à une fille à fleur de peau, j'ai découvert une personnalité aussi touchante que décoiffante, qui boit du vin rouge à 4 heures de l'après-midi et jure en français "c'est la merdier" quand elle en renverse la moitié sur sa jupe.

On aimerait discuter encore plus longuement avec elle en savoir davantage sur sa personnalité qu'elle ne dévoile malgré tout qu'à demi-mot. Elle jure que Melody Gardot est son vrai nom mais cela parait presque trop beau pour être honnête. Et pourtant on a envie de la croire, de tout croire, de la retenir. Demain, elle ne sera plus là autant, bientôt superstar. Dans quelques mois, c'est sans doute elle qui sera en retard.

9/09/09
http://blog.leparisien.fr/zik_zag/2009/09/divine-melody.html#more


Dernière édition par liliane le Ven 16 Oct - 12:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MELODY GARDOT   

Revenir en haut Aller en bas
 
MELODY GARDOT
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» MELODY GARDOT
» Melody rediffusera un académie des 9 avec Dorothée
» QCUTE / QUTIELAND
» Mouans-Sartoux : commune résiliente ?
» Barbie de collection de Camomille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: JAZZ - JAZZY-
Sauter vers: