H A R M O N Y

Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SERGE GAINSBOURG

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Dim 9 Aoû - 13:26

EMOTION


Hommage à Serge Gainsbourg par les Petits Chanteurs d'Asnières - les Poppys

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2358
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 11 Aoû - 23:23

SERGE GAINSBOURG JE SUIS VENU VOUS DIRE -
DERNIERE INTERVIEW DE SERGE GAINSBOURG DU 14-11-1990 - 30 MINUTES


Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Sam 29 Aoû - 15:05

LES DESSOUS CHICS



Les dessous chics

C'est ne rien dévoiler du tout
se dire que lorsqu'on est à bout
c'est tabou
les dessous chics
c'est une jarretelle qui claque
dans la tête comme une paire de claques-
les dessous chics
ce sont des contrats résiliés
qui comme descas résilles
ont filé-
les dessous chics
c'est la pudeur des sentiments
maquillés outrageusement
rouge sang
les dessous chics
c'est se garder au fond de soi
fragile comme un bas de soie-
les dessous chics
c'est des dentelles et des rubans
d'amertume sur un paravent
désolant-
les dessous chics
ce sarait comme un talon aiguille
qui transpercerait le cœur des filles

S.GAINSBOURG

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Ven 4 Sep - 1:04

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Lun 7 Sep - 0:25

SORRY ANGEL



C'est moi qui t'ai suicidée
Mon amour
Je n'en valais pas la peine
Tu sais
Sans moi tu as décidé
Un beau jour
Décidé que tu t'en allais

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2358
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Ven 25 Sep - 19:29

ANNA

Gainsbourg toujours






Diffusée à la télévision en 1967, Anna, la comédie musicale avec Anna Karina et Jean-Claude Brialy, signée par Gainsbourg et filmée par Pierre Koralnik, sortira pour la première fois en DVD le 2 novembre prochain.


Le téléfilm sera édité avec un CD qui comprendra 28 titres, dont certains inédits jusqu'ici, dans lesquels Anna Karina chante en duo avec Eddy Mitchell. Une exposition de photos devrait avoir lieu au Cinéma du Panthéon, à Paris.
Le 4 janvier paraîtront trois autres coffrets Gainsbourg : l'un rassemblant ses 45-tours originaux, les deux autres ses musiques de film.

http://www.lexpress.fr/actualite/indiscret/gainsbourg-toujours_789918.html



Anna Karina - Sous le soleil exactement


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo



NE DIS RIEN - 1967 - ANNA - PIERRE KORALNIK AVEC SERGE GAINSBOURG ANNA KARINA








BRIALY GAINSBOURG POISON VIOLENT - 1967 - ANNA -


PIERRE KORALNIK AVEC SERGE GAINSBOURG ANNA KARINA





ANNA KARINA AVEC DES LUNETTES - 1967 - ANNA -
PIERRE KORALNIK AVEC SERGE GAINSBOURG ANNA KARINA




Dernière édition par Bridget le Sam 19 Fév - 16:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Jeu 15 Oct - 13:42

VIEILLE CANAILLE
VERSION JAZZ


CLIP GAINSBOURG VIEILLE CANAILLE DUO LIVE EDDY ORCHESTRE FR

l'intro de la chanson me rappelle quelque chose !
récemment entendu.
Les premières notes du BIG BAND.


Dernière édition par Nine le Mar 9 Fév - 1:24, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12798
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mer 20 Jan - 14:01

Gainsbourg en librairie

La déferlante Gainsbourg a commencé il y a quelques temps déjà et les librairies ne sont pas en reste. Ce n’est probablement pas près de s’arrêter et il est bon de savoir prendre un peu de recul pour différencier l’œuvre inspirée de la pompe à billets.

Un premier ouvrage est directement signé par le réalisateur Joann Sfar qui réalise son rêve de transformer Gainsbourg en personnage de BD. Peu de rapport avec le film si ce n’est l’auteur, mais une passion qui transpire à chaque page. Deux ouvrages découlent de ce travail de titans (43 carnets, 1800 dessins) : « Gainsbourg (hors champ) », une bande dessinée, et « Gainsbourg (images) », un recueil de dessins accompagné de citations de l’artiste.


La vie de Gainsbourg a été maintes fois racontée et le fan averti ne découvrira rien à la lecture de l’ouvrage « Serge Gainsbourg » de la collection Beau Livres de Timée Editions. De Lucien Ginzburg à Gainsbarre, c’est par grandes thématiques qu’est développée la vie de cet homme plein de paradoxes. Du génie qui se prenait pour un raté, il ne reste que des photos et des anecdotes pour le grand public. Un livre pour ceux qui veulent savoir qui il a été dans les grandes lignes, ceux qui découvrent sur le tard celui de nos contemporains qui mérite le plus sa place auprès des plus grands hommes qui ont fait les classiques de notre culture.

Enfin, le plus gros morceau de cette sélection, le making of BD du film de Joann Sfar Gainsbourg (vie Héroïque) par Mathieu Sapin. « Feuille de chou » se présente comme le journal de cet auteur de bande dessinée. Il se retrouve à espionner tout le monde sur le tournage du film que son pote prépare. Probablement l’œuvre la plus éloignée du matériau original, mais l'une des plus intéressantes si on la compare aux habituels discours promo que nous livrent par exemple les bonus de DVD. Comme une petite sourie armée d’un appareil photo, d’un stylo et d’un carnet, il rapporte des anecdotes de tournage, toujours teintées d’humour. Les quelques confidences recueillies ne sont jamais déplacées, jamais de trop, même si l’auteur ne se prive pas de balancer ou dire ce qu’il pense. Une bonne BD pour ceux qui veulent se rendre compte du travail de reconstitution fourni, pour les fous de cinéma ou les passionnés de neuvième art.


Voilà de quoi se faire une idée pour ceux qui veulent dépenser quelques euros dans les linéaires consacrés que ne manqueront pas de mettre en avant les librairies et autres grandes surfaces culturelles. On retiendra surtout le travail réalisé par Mathieu Sapin qui dépasse largement le cadre de l’ouvrage dédié à l’artiste, et celui de Joann Sfar réalisé en parallèle du film, et l’accompagne comme si tout était lié par une seule force : la passion pour l’homme, et surtout le personnage.

« Serge Gainsbourg, ouvrage collectif » – Timée éditions – Parution janvier 2010 – Prix : 19 euros.
« Feuille de chou : journal d'un tournage » – de Mathieu Sapin – Editions Delcourt G. Productions – Parution 22 janvier 2010 – Prix : 29,90 euros
« Gainsbourg, images - de Joann Sfar » – Editions Dargaud – Parution décembre 2009 – 11 euros.

Yohan Labrousse (20 janvier 2010)
http://www.commeaucinema.com/a-lire/gainsbourg-en-librairie,176039


Dernière édition par liliane le Jeu 27 Mai - 19:49, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12798
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mer 20 Jan - 14:47

Samedi 6 février à 01:30, M6 diffusera le concert de Serge Gainsbourg, enregistré en 1989 au Zénith de Paris lors de sa dernière tournée.

Après l’indéniable succès de ses deux derniers albums, « Love on the beat » et « You’re under arrest », Serge Gainsbourg se lance en 1989 dans sa dernière et sa plus ambitieuse tournée. Enregistré au Zénith avec ses musiciens américains, ce programme est...

un excellent moyen de redécouvrir l’œuvre d’un des plus grands artistes français au sommet de sa carrière.

http://www.coulisses-tv.fr/modules.php?name=News&file=article&sid=7907


Dernière édition par liliane le Jeu 27 Mai - 19:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2358
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Ven 22 Jan - 14:16


.
UN JOUR, UN DESTIN - SERGE GAINSBOURG : LE PRIX DE LA GLOIRE






Mardi 26 janvier à 22h45

Magazine. Proposée et présentée par Laurent Delahousse. Préparée par Laurent Delahousse, Frédéric Martin et Renaud Hetru. Réalisée par Serge Khalfon. Produite par Magneto Presse.

Un film de Florent Chevolleau. Montage de Anne Rochefort.

Serge Gainsbourg, c’est une vie marquée par les excès en tous genres, les scandales médiatiques et évidemment quelques unes des plus belles mélodies de la chanson française. Mais tout cela n’est qu’une partie de l’histoire.
L’homme était bien plus complexe et plus mystérieux… Gainsbourg c’est aussi un enfant marqué par l’infamie de l’étoile jaune qui échappera à la traque des nazis, un artiste peintre qui brûlera finalement ses toiles et un homme complexé qui finira par croire qu’il était laid.

Et puis le talent et l’ambition l’emporteront, l’artiste timide et réservé deviendra alors le roi de la provoc’, le séducteur des plus jolies femmes de son époque et un compositeur populaire.
Grâce à des archives inédites et aux témoignages de ses proches parmi lesquels Lise Lévitsky, sa première femme qui s’exprime pour la première fois, Jane Birkin, Bambou ou encore Juliette Gréco, UN JOUR / UN DESTIN vous fait découvrir l’intimité de Serge Gainsbourg, ses tourments, ses failles et aussi ses secrets. Il est des femmes et des hommes dont le destin était de s’inscrire dans l’histoire.

Gravés dans la mémoire collective, leurs noms évoquent des moments forts, des drames et des mystères… Des vies hors normes. Des destins connus dont on ignore pourtant beaucoup. Vous découvrirez que plus il y a de lumière, plus ces destins sont faits d’ombre…

http://programmes.france2.fr/un-jour-un-destin/32463206-fr.php


Dernière édition par Bridget le Sam 19 Fév - 16:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 9 Fév - 0:37

LA NOYEE
VIDEO RARE SOURCE INA


retrouver ce média sur www.ina.fr

LA NOYEE
Serge Gainsbourg


Tu t'en vas à la dérive
Sur la rivière du souvenir
Et moi, courant sur la rive,
Je te crie de revenir
Mais, lentement, tu t'éloignes
Et dans ma course éperdue,
Peu à peu, je te regagne
Un peu de terrain perdu.

De temps en temps, tu t'enfonces
Dans le liquide mouvant
Ou bien, frôlant quelques ronces,
Tu hésites et tu m'attends
En te cachant la figure
Dans ta robe retroussée,
De peur que ne te défigurent
Et la honte et les regrets.

Tu n'es plus qu'une pauvre épave,
Chienne crevée au fil de l'eau
Mais je reste ton esclave
Et plonge dans le ruisseau
Quand le souvenir s'arrête
Et l'océan de l'oubli,
Brisant nos cœurs et nos têtes,
A jamais, nous réunit.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 9 Fév - 0:47

Serge GAINSBOURG ET L'ECRITURE



Il est intéressant de souligner l'importance de la rime chez Gainsbourg.
Toujours précise, toujours stricte; la rime, élément musical par excellence,
va parfois jusqu'à phagocyter le texte, le plier à sa mesure.

Elle n'en n'est plus alors un simple accessoire mais la colonne vertébrale,
celle qui le tient debout. Comme tout joueur, Gainsbourg a ses martingales.
Orfèvre en la matière, il joue en permanence avec la notion de retour.
Cette notion, constitutive de l'écriture du texte de chanson,
y est présente à plusieurs niveaux.

D'abord le vers, je vous rappelle que le mot vers vient du latin versus,
qui signifie retourner la charrue au bout du sillon.
Ensuite au niveau du pied,
puisque le vers français issu du latin d'église est monosyllabique,
c'est le retour d'une unité de mesure qu'est la syllabe.
Enfin au niveau de la rime, le retour des sonorités identiques en fin de phrase.

Ces trois éléments rythmiques et prosodiques,
Gainsbourg les utilise de façon stricte.
Et c'est peut être là qu'il faut, au risque de choquer les puristes,
considérer Gainsbourg comme un auteur classique.

Iconoclaste dans le ton ou la forme,
Gainsbourg reste presque toujours classique dans la métrique et la prosodie.
Si, comme on l'a vu, il s'autorise une exception,
il se dépêche d'en faire un système comme pour mieux marquer la licence poétique.
Besoin de reconnaissance ou conformisme inattendu,
Gainsbourg ne s'autorise pas par exemple les audaces ou les innovations
d'un Boris Bergman vis a vis de la rime ou de la métrique.
La mesure garde le dessus. Gainsbourg tire la langue mais la ménage.

Dans Teenie Weenie Boppie, on trouve un bel exemple de ce classicisme:

Un grand Garçon en habit sudiste
Lui tend ses deux mains gantées de blanc
A son doigt une fauve améthyste
En la griffant s'est teintée de sang.

Quatrain presque pompier. N'empêche que l'écriture est fluide et que le style,
à défaut d'être novateur, s'oblige à l'esthétisme.

Gainsbourg habille ses provocations d'une élégance convenue,
comme il met un blazer bleu sur son jean.
Seulement voilà, la coupe comme la toile sont de la meilleure qualité.
Au delà du classique on est déjà dans le standard.
A peine écrites, les chansons de Gainsbourg entrent dans cette catégorie.
Hors mode même quand elles flirtent avec l'air du temps et du coup éternelles.
On ne manquera pas, à raison, d' y voir une forme de génie
(fut-il dit «mineur»).


C'est que, quel que soit le système choisi,
il y a une telle rigueur dans l'exploitation de ses contraintes
que l'exercice de style touche à la perfection,
celle qui ne recouvre l'émotion que pour mieux la faire ressentir.
Cette émotion habillée de style, elle est toujours là.
Parfois grossier, voire même scato
(eau et gaz à tous les étages, des vents des pets des poums...),
Gainsbourg ne sera jamais vulgaire. Style oblige.

Gainsbourg, homme pudique (homme pudique comme on dirait homme public)
se méfie des mots.
L'émotion il faut aller la chercher derrière. S'ils ne la disent pas, il la portent.

C'est là où je crois qu'il faut peut-être relativiser
le qualificatif d'art mineur qu'on reprend trop facilement à toutes les sauces.
Si la chanson ne demande pas forcément d'initiation à l'auditeur,
celle de Gainsbourg, comme d'ailleurs celle d'autres auteurs majeurs
(Roda-Gil, Vian, Boris Bergman, ou Jacques Duvall...) demande un travail.

Si la devise de Descartes était «J'avance masqué»;
Gainsbourg, fin lettré, a su faire du style un masque derrière lequel il peut dire sans trahir,
oser sans offenser, choquer sans avilir.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 9 Fév - 0:56

"UN ART MINEUR "


Emission APOSTROPHE/Guy Beart la polémique ...

II fut un temps où j'avais sur la chanson cette phrase acidulée :
“Un art mineur destiné aux mineures”.

Qu'on le prenne comme I'on veut, quant à moi qui ne trouve dans cette définition
absolument rien de blessant pour qui que ce soit, exception faite pour moi-même,
je resterai sur ma position,
car a-t-on besoin d'être initié dans une discipline qui n'en connaît aucune ?

Je dis que tout art qui se peut aborder sans initiation préalable
ne peut être qu'un art mineur,
et se pourrait-il que I'on puisse approcher et décrypter Paul Klee sans avoir
connu et compris
(”comprendre, c'est egaler”, disait Raphaël)
Fra Angelico, Mantegna, Delacroix, Manet, Cézanne, Juan Gris et Max Ernst ?
Et comment comprendrait-on Francis Bacon sans avoir étudié Paul Klee ?

Une fois subie I'initiation,
à chacun de trouver son style et sa voie et de s'assurer s'il y a lieu de son génie.
II en est de même pour I'approche de Rimbaud, Alban Berg et Le Corbusier.
Or, dans un art mineur comme le mien,
il nous suffira de viser juste de I'oeil qui nous reste, roi chez les aveugles,
bien sûr, que sont les autres, et faire mouche.
Ainsi voulais-je dire que les tireurs d'élite n'auront jamais que du talent
tandis que le génie visionnaire,
ignorant les cibles immediates et autres disques d'or et pointant son arc vers le ciel
selon les lois d'une balistique implacable, ira percer au coeur les générations futures.

Je me suis laissé dire que Marlon Brando se mettait des boules Quiès
pour ne point entendre les répliques de ses partenaires et qu'ainsi,
totalement isolé et tétanisé par son auto-admiration,
son jeu y gagnait en intensité dramatique.
Peut-être devrais-je en faire autant.
Mais comment savoir alors si je plais toujours aux mineures ?

Serge Gainsbourg

S’il y a une chose que Lucien Ginzburg détestait c’est bien la chanson…
L’auteur de La Javanaise a toujours insisté – avec théâtralité –
sur le fait que la chanson était un “art mineur”
et il a traîné un complexe persistant de n’être qu’un artiste de music-hall.
Lui qui se destinait à la peinture.
L'expression "Art mineur" appliquée à la chanson nous vient de Serge Gainsbourg,
parce que disait-il - et on l'oublie un peu –
elle ne nécessite pas d'initiation, au contraire par exemple de la peinture.
Et il est en effet avéré que tout un chacun – et c'est très bien ainsi –
peut fredonner quelques notes et écrire quelques vers pour au final
produire ce qu'il est convenu d'appeler une chanson.
mais il y a chansons et chansons ... !
l'art et la manière.
Il suffit de consulter le TOP 50 actuel
ou de tourner le premier robinet à musique pour s'en rendre compte.
Nin@rtmony


Dernière édition par Nine le Ven 12 Fév - 2:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 9 Fév - 1:40

L'ORFEVRE ABSOLU


L'anamour de gainsbourg

Quel parolier n'a jamais rêvé d'avoir, ne serait-ce qu'une journée,
son incroyable talent d'écriture ?
Certains se focalisent sur le sens des mots qu'ils écrivent en oubliant totalement les sonorités,
la mélodie des phrases.
D'autres au contraire travaillent les sons, les allitèrent, les télescopent,
mais oublient complètement que les paroles doivent avoir un minimum de sens.

Gainsbourg, lui, alliait ces deux versants de l'écriture avec une grâce inégalée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 9 Fév - 2:17

L'HOMME QUI AIMAIT LES FEMMES


Gainsbourg, l'homme qui aimait les femmes : la bande annonce


« Prendre les femmes pour c’quelles ne sont pas… et les laisser pour ce qu’elles sont ».
Ainsi parlait Serge Gainsbourg.
Sous cette apparente mysoginie se cachait une profonde tendresse.
Si Gainsbourg s’est beaucoup affiché avec des femmes, il n’a pas toujours vécu des histoires d’amour.
Et les histoires d’amour n’ont pas non plus fini en beauté. Pas toutes.
« J’en ai connu beaucoup à l’horizontale, mais je ne peux pas dire qui :
ce serait de la délation », disait-il,
gentleman mais entretenant savamment le doute.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Ven 12 Fév - 2:33

DEPRESSION AU DESSUS DU JARDIN


Gainsbourg - Dépression au dessus du jardin
<
Dépression au-dessus du jardin
Serge Gainsbourg
Album: Souviens-toi de m'oublier

Dépression au-dessus du jardin
Ton expression est au chagrin
Tu as lâché ma main
Comme si de rien n'était de l'été
c'est la fin les fleurs ont perdu leurs parfums
Qu'emporte un à un Le temps assassin

Dépression au-dessus du jardin
J'ai l'impression que c'est la fin
Je te sens soudain
Tellement lointain
Tu t'es égaré en chemin
Tu essaies de me faire croire en vain
Que l'amour reviendra l'été prochain

Chanson écrite pour C. Deneuve
qu'il a repris en live lors d'un concert au Casino de Paris
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Dim 14 Fév - 20:09

UN INEDIT RARE
SERGE GAINSBOURG
COMME UN BOOMERANG


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2358
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Dim 28 Fév - 22:24




.



ACOUSTIC Emission spéciale Serge Gainsbourg TV5 / Monde 25 Février 2010


La nouvelle scène francophone rend hommage à Serge Gainsbourg dans « Acoustic ». À l’occasion de l’anniversaire de la mort du chanteur disparu le 2 mars 1991 et alors que le film « Gainsbourg, vie héroïque » de Joann Sfar vient de sortir en France et sera à l’affiche dans de nombreux pays à travers le monde, l’émission musicale de TV5MONDE propose une spéciale avec 9 titres de « l’homme à tête de chou » revisités par les artistes d’aujourd’hui :


Benjamin Biolay "La ballade de Melody Nelson"

Vincent Delerm "La ballade de Johnny Jane"

Julien Doré "SS in Uruguay"

Gonzales "Le poinçonneur des Lilas"

Grace "Ces petits riens"

Ibrahim Maalouf "Requiem pour un con"

Ariane Moffatt "Fuir le bonheur de peur qu'il ne se sauve"

Coeur de Pirate "Je suis venu te dire que je m'en vais"

Emilie Simon "La javanaise"


Benjamin Biolay - La ballade de Melody Nelson
Gainsbourg - Vannier / Mercury Universal




Julien Doré - SS in Uruguay
Gainsbourg / Mercury Universal




Gonzales - Le poinçonneur des Lilas
Gainsbourg / Mercury Universal




Emilie Simon - La javanaise
Gainsbourg / Mercury Universal




Vincent Delerm - Ballade de Johnny Jane
Gainsbourg / Mercury Universal




Ibrahim Maalouf - Requiem pour un con
Gainsbourg / Mercury Universal

Mercury Universal



Et les autres .....

http://www.youtube.com/results?search_query=acoustic+sp%C3%A9cial+gainsbourg&search_type=&aq=f



.


Dernière édition par Bridget le Sam 19 Fév - 16:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Ven 16 Avr - 13:20

Lise Lévitsky et Serge Gainsbourg
44 ans d'amour




La première femme de Serge Gainsbourg,
chez elle, à L'Hermitage-Lorge, dans les Côtes-d'Armor.
Lise Lévitsky, 84 ans, vient d'écrire Lise et Lulu.

Entretien.

Comment est née cette histoire d'amour qui a duré 44 ans ?

C'était le 5 mars 1947. Quand j'ai rencontré Lucien
(le vrai prénom de Gainsbourg) à l'Académie Montmartre, c'était un petit Juif russe.
Moi aussi j'étais russe, mais d'une famille d'aristocrates épouvantablement antisémites. Notre amour a été une fête extraordinaire. Nos deux familles ne s'aimaient pas. On voulait vivre un amour libre, à la manière de Sartre et Beauvoir. C'était la bohème. Je ne voulais pas dépendre d'un homme, j'étais secrétaire du poète surréaliste Georges Hugnet et dans des maisons d'édition. Je peignais, Lulu assez peu. Il disait pourtant qu'il était destiné à devenir un grand peintre.

Un jour, vous vous retrouvez chez Dali...

Pendant quatre mois ! Le poète pour qui je travaillais, malade, ne pouvait plus m'employer, je n'avais plus de logement. Sa femme m'a passé les clés d'un appartement que Dali n'occupait pas. Il y avait des tableaux partout. Lulu, au service militaire, me rejoignait quand il avait une permission. Il avait 21 ans et moi 23. Gala, femme de Dali, inquiète qu'une jeune femme occupe son appartement, est venue compter les draps. Même pas les tableaux, les draps ! Dali est venu le lendemain, avec du champagne, excuser sa femme. Il nous a ouvert une pièce, tapissée d'astrakan noir, du sol au plafond. Lucien était suffoqué : qu'on puisse fouler ça aux pieds était merveilleux. C'est de là que lui est venue l'idée, bien plus tard, de tapisser de noir son appartement de la rue de Verneuil.

Cette première période s'est achevée dans la douleur.

Oui, petit à petit, l'amour libre s'est transformé en tromperies. Lulu vivait des aventures de 24 heures et moi de longues histoires. Jaloux, il exige qu'on se marie, j'accepte en pleurant. Je n'ai plus de liberté, je ne vois plus mes amis, sa mère me surveille. On est en 1959. Il ne veut plus peindre, je me sens trahie. J'entre dans une profonde dépression et nous divorçons. Puis je me remarie... Lui est avec Brigitte Bardot.

Mais l'histoire n'est pas finie...

On ne s'est pas vus pendant des années. Un jour, en mai 68, sur le pont Louis Philippe, on tombe nez à nez. Le début d'un long « revenez-y ». C'est son tour d'être déprimé après que Bardot l'a quitté. Mais chacun est libre, c'est très amusant. Après, mon téléphone sonne régulièrement : « C'est moi, viens ! » Il avait horreur de la solitude. Il y avait un tel défilé de bonnes femmes, je devais représenter un point fixe dans sa vie. Même plus tard, plus vieille, je me suis toujours sentie valorisée avec lui. Dès qu'il revenait, quelle fête ! On était de vieux amis, comme frère et soeur aussi. Un jour où je lui demandais ce qu'il pensait de notre relation, il m'a répondu : « Elle est pérenne et incestueuse ». Même si j'ai voulu parfois le détester, je continue de l'aimer, c'est l'homme le plus extraordinaire que j'ai eu.

Qu'est-ce qui explique son image de séducteur ?

Les femmes tombaient dès qu'il posait son regard sur elles. Le regard du peintre. Il poursuit celle qu'il a choisie d'une attention extrême, irrésistible. Elle croit qu'elle est intéressante. Elle est, en fait, comme un papillon sur une épingle et il la peint. Il est très attentif. Je n'ai jamais connu quelqu'un cherchant autant à faire plaisir, à avoir une relation aussi égalitaire avec une femme. Aucun geste autoritaire, un mot de trop ou une grivoiserie. Lulu, c'est le respect total, le contraire du misogyne. Sa voix aussi m'a toujours touchée, il pouvait dire n'importe quelle connerie avec, ça passait.

Décririez-vous un trait méconnu de Lucien-Serge ?

Gainsbourg, c'est une histoire triste. Il ne se pardonnait pas d'avoir abandonné la peinture, il se sentait en faute. Ce n'est pas pour rien qu'il se représentait en Saint-Sébastien, le martyr transpercé de flèches.

Avez-vous un regret ?

Je suis la seule des femmes qu'il a connues à avoir entendu le téléphone, quand il a appelé le matin de sa mort. J'étais ici, dans ma maison, en Côtes-d'Armor. Il m'a dit : « Je ne veux pas mourir ». J'ai répondu des banalités, du genre « Mais non, t'inquiète pas... » Il est mort le soir même. Je n'ai pas été à la hauteur.

Que reste-t-il de lui aujourd'hui ?

La poésie. Il était la poésie incarnée.
Rimbaud devait être de la même espèce.


Recueilli par Marie-Claudine CHAUPITRE.
Ouest France

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Lise-Levitsky-et-Serge-Gainsbourg-44-ans-d-amour-_3639-1329839_actu.Htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 20 Avr - 1:25

L'AMOUR CACHE DE GAINSBOURG



Lise Lévitzky,la première femme de Serge Gainsbourg
sort un livre sur son "Lulu"

« C’est moi, viens tout de suite. »
L’appel de Serge Gainsbourg arrivait à n’importe quelle heure.
Pour Lise Lévitzky, sa première femme, c’était Lulu qui lui téléphonait en urgence.
Alors, Lise partait rejoindre l’homme de sa vie. Sauf le samedi 12 mars 1991.
« Nous prononçons quelques mots banals. On se salue, on se quitte, on raccroche.
Quelques heures plus tard, seul chez lui, Lulu meurt. »

Dans son livre, Lise et Lulu,
écrit avec la collaboration du journaliste Bertrand Dicale,
un des meilleurs spécialistes de la chanson française, elle vide son sac de souvenirs.
L’épouse de l’ombre, âgée aujourd’hui de 84 ans,
parle pour la première fois
de ses quarante années de passion en dents de scie.
Quand elle le rencontre, le mercredi 5 mars 1947,
Gainsbourg s’appelait Lucien Ginsburg.
Ce Lulu de 19 ans ne pensait pas au show-biz mais voulait devenir un peintre célèbre.
Lise avait elle aussi l’ambition de faire une carrière d’artiste peintre.

C’est dans l’atelier de l’académie de Montmartre qu’ils se côtoient.
Le mercredi 5 mars comptera d’autant plus pour Lise que ce jour-là,
elle fête ses 21 ans, à l’époque l’âge de la majorité.

Elle est désormais libre vis-à-vis de sa famille qui veut l’obliger
à abandonner ses pinceaux pour être une virtuose du piano.
Très belle, elle affriole les messieurs devant lesquels
elle défile comme mannequin de lingerie.
Mais la jeune fille, terriblement marquée par un père incestueux qui pour lutter
contre le bolchevisme s’engagera dans une unité SS
et sera porté disparu sur le front de l’Est, ne s’en laisse pas conter.

Ne jamais rien devoir à un homme, telle est sa devise.
Et elle ricane quand on lui parle de mariage.
Pourtant, le samedi 3 novembre 1951,
elle se marie avec Lulu à la mairie de Mesnil-le-Roi.
Il fallut que Gainsbourg, ou plutôt Lucien Ginsburg insiste beaucoup,
se traîne presque à ses pieds, pour qu’elle consente à l’épouser.
Jusque-là, le couple avait pris modèle sur Sartre et Beauvoir et leurs relations contingentes.
En réalité, Lulu est fou de jalousie malgré ses propres écarts amoureux.
« Il me recommande de ne pas le tromper, ça lui ferait trop mal. »
Le futur Gainsbarre est un romantique absolu.

Lise et Lulu divorceront le 9 octobre 1957.

« Je suis libre. C’est comme si on m’enlevait un énorme poids des épaules.
Lucien boude toujours. »
Ils célébreront l’événement au champagne et s’offrent une…
nuit de noces à l’hôtel !
Gainsbourg scelle avec son ex-femme un pacte d’amour en mêlant leur sang.
Une façon de ne jamais se quitter.
Rendez-vous clandestins, amants intermittents.

Lise Lévitzky a été le backstreet de Gainsbourg qui abandonna la peinture
par détestation de l’art abstrait.
« Si c’est ça, l’art moderne, je n’ai rien à voir là-dedans »,
dit-il après avoir vu triompher Yves Klein.
Lise, retirée dans les Côtes-d’Armor, est persuadée du génie pictural de Lulu
malgré sa remarque :


« Je sais peindre, mais je n’ai rien à dire. »

Jean-Claude LAMY
MIDI LIBRE

"Lise et Lulu",
Lise Lévitzky, avec Bertrand Dicale, First Éditions, 17,90 €.


http://livre.fnac.com/a2804350/Lise-Levitzky-Lise-et-Lulu?PID=26491


Dernière édition par Nine le Mar 20 Avr - 1:45, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 20 Avr - 1:39

AUTO PORTRAIT
DE SERGE GAINSBOURG



Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 27 Avr - 23:50

BALLADE A LA R.A.T.P.
***OUI MAIS VOILA !***
PAS TOUCHE A GAINSBOURG



même à travers une affiche de Film !


A la Ratp, on applique la loi Evin à la lettre.
Cigarette ou pas, volutes bleues ou mauves, il n'en demeure pas moins
que Monsieur Gainsbourg à fait la promo de la dite R.A.T.P. en chantant :

Le Poinçonneur des Lilas ...
Là on lui a fait des trous de ZERO CLASSE


Gainsbourg le poinçonneur des Lilas
envoyé par YoungFool. - Clip, interview et concert.

alors qu'il mérite la PREMIERE CLASSE.



donc aux mémoires courtes, et aux idées fumeuses, loi Evin ou pas je dis çà suffit !
on sait que "fumer tue" c'est "écrit en gros sur les paquets de cigarettes.
supprimer la Marlboro de Lucky Luke passe encore,
effacer la pipe de Mr Tati là je commençais à tiquer sérieusement ...
Mais finir avec la Gitane de Gainsbourg là je m'insurge !
dans la foulée, qu'on oublie surtout la pipe d'écume de Georges Brassens.
C'était une fausse en chocolat ...

le tabac vient d'augmenter au passage ...
qu'en est il alors de l'alcool !
il y a même Cointreau qui fait des soirées peoples,
avec des pseudos stars un "verre à la main"
Et ce soir c'est la fête du Beaujolais nouveau ...

Quand on réalise un film sur le fléau de l'alcoolisme on fait comment ?
on suce des bonbons a l'anis.
la je dis attention il faut aussi censurer :
Annie aime les sucettes, les sucettes à l'Anis  etc
voila juste de quoi ressortir l'extincteur de l'Homme à la tête de chou.

quelle hypocrisie c'est lamentable ! on savait déjà que la R.A.T.P. c 'était
(rentre avec tes pieds) désormais la vanne est dépassée on pourra dire
(réfléchis avec tes pieds).

Il me vient une furieuse idée et si je tournais un "film" sur le tabagisme
QUID de l'image ?

et la LIBERTE, le LIBRE ARBITRE on en fait quoi ...
on fait quoi pour la pollution, la couche d'ozone, le recyclage des déchets Nucléaires.
mais voilà çà fait bien de s'en prendre a une AFFICHE C'EST FACILE SURTOUT !
çà donne bonne conscience, belle image.
un visuel quelqu'il soit ne me fera jamais faire ce que je n'ai pas envie de faire.

et là j'ai juste envie d'en fumer une,
Pour GAINSBOURG !
et pour les poinçonneurs de la R.A.T.P. qui font des trous dans les affiches.

J'en profite pour rendre un discret hommage au regretté  Guillaume Depardieu
qui a écrit une chanson qu'il a intitulé
"JE FAIS CE QUE JE VEUX DE MON CORPS"
il a sa place dans ce sujet.

en conclusion quelques citations de SERGE GAINSBOURG :
(pour le plaisir)

"J’ai eu une une crise cardiaque ce qui prouve que j’ai un cœur.
J’arrête de fumer toutes les 5 minutes.
Je fume, je bois, je baise. Triangle équilatéral.
La connerie est la décontraction de l’intelligence."

amateur de bons mots il disait :
"Je bois et je fume. L'alcool conserve les fruits ; la fumée conserve la viande."
il aimait emprunter cette expression à Ernest Hemingway.
Gainsbourg n'était jamais à court de bons mots.

voila pour l'affiche c'est ICI :
http://www.artmony.biz/coups-de-coeur-f108/gainsbourg-une-vie-heroique-t755.htm


Quoiqu'il arrive il parait que Dieu est un Fumeur de HAVANES
et Gainsbourg un Fumeur de Gitanes.




on censure ou pas dans ce cas !
nin@rtmony


Dernière édition par Nine le Mer 28 Avr - 1:16, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nounouka

avatar

Féminin Nombre de messages : 416
Age : 66
Localisation : IDF
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mer 28 Avr - 0:15

Je ne retiendrai que deux Grands Artistes! lol! Gainsbourg restera toujours Gainsbourg!La censure est inutile! mort de rire
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2358
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mer 2 Juin - 1:13

.
Anna Karina, Pierre Koralnik,
l'hommage précieux à Jean-Claude Brialy




A l'invitation de Bruno Finck, une soirée très rare aux Bouffes Parisiens : la projection d'un film diffusé en janvier 1967 par la télévision française. Un chef d'oeuvre de l'époque avec en vedette le jeune et beau Jean-Claude Brialy, Serge Gainbourg tout frais, Anna Karina superbe. Un film audacieux et spirituel du réalisateur Pierre Koralnik.

C'était un temps déraisonnable, peut-être. En tout cas à cette époque la télévision française produisait et diffusait des films dont seuls ceux qui ont eu la chance de les voir alors peuvent avoir une juste idée...et tout cela en noir et blanc sur l'unique chaîne....Mais le film, ainsi qu'on le redécouvre, éclate de couleurs, des couleurs qui éclaboussent, très "pop" art et d'ailleurs, la première scène est un grand "morceau de peinture"...

Anna est un film culte qui vient d'être édité en DVD et qui connaît une vie étonnante de festival en festival. Anna est un film musical dont le compositeur et auteur des "lyrics" est Serge Gainsbourg, l'un des proagonistes de cette histoire d'amour fou.


L'une des chansons principales d'Anna est connue, très connue et l'on a revu souvent à la télévision les séquences qui la concernent. C'est Sous le soleil exactement. Anna Karina court, danse, tourbillonne sur une plage en chantant cette chanson.



Le film a été diffusé en janvier 1967. On suppose donc qu'il a été tourné dans le courant de l'année 66. A la belle saison. Il y a du soleil sur Paris, du Trocadéro au Quartier Latin. Les autobus ont encore des plates-formes et les filles ont des robes très structurées, le style Cardin de ces années là, le style strict aux coupes à la Courrèges.
Anna, l'héroïne, porte un imperméable transparent sur ses jupes déjà courtes et ses petits pulls près du corps. C'est le temps des catogans et des pulls en shetland.

C'est Michèle Arnaud, femme exceptionnelle, qui produisit ce film. Et les premières indications du film (35 mm, 87 minutes) sont : "la télévision française présente", "une production de Michèle Arnaud". Sobre.

Dans ce film musical, à la manière des Parapluies de Cherbourg ou des Demoiselles de Rochefort, tout le monde chante. Anna Karina, Serge Gainsbourg, Jean-Claude Brialy. On croise Henri Virlogeux, Hubert Deschamps, Christian de Tilières, entre autres et dans une composition épatante de vraies/fausses jumelles à style très "sixties", très Polly Magoo, Barbara Sommers et Isabelle Felder, les tantes de Serge qui tel Orphée cherche partout une femme entraperçue, saisie par hasard par son objectif de photographe de publicité sur un quai de gare...

On voit aussi, et elle chante, visage d'adolescente encore, Marianne Faithfull, belle voix, beau visage. Quant au jeune Eddy Mitchell, il est déjà rocker dans une boîte par où passe Serge (le prénom du personnage que joue...Brialy).

Pierre Koralnik, cinéaste d'origine suisse né en France où il avait fait ses études, ne pouvait cacher son émotion lundi soir après la projection d'Anna, copie de l'INA en très bon état, avec un son un peu faible hélas. Dans la salle, ses amis et des amis de Jean-Claude Brialy. Alain Delon, Nana Mouskouri, Micheline Presle, Brigitte Fossey, Françoise Dorin,Jean Reno, Jean-Jacques Aillagon, Francis Huster.



Et Anna Karina, bien sûr, avec ses longues jambes minces, blue jean, trench coat, feutre sur la tête dissimulant son si beau regard exactement comme les lunettes rondes d'Anna le font dans le film.
La femme qu'il cherche, une jeune fille pleine de fantaisie qui est coloriste dans l'atelier de création publicitaire qu'il dirige, est à ses côtés sans cesse.
Mais Serge/Brialy ne la reconnaît pas...pas plus qu'elle ne se reconnaît vraiment, au début, sur cette photographie démesurément agrandie qui ne laisse place qu'aux yeux, une photo placardée sur tous les murs de Paris...

Tout commence comme dans West Side Story par une chorégraphie de rue mais il s'agit d'un affrontement avec la couleur. Un immense happening pictural....Séquence d'ouverture hallucinante, morceau d'anthologie.

Au générique, pas de scénariste, mais l'on dit que les dialogues ont été composés par le jeune Jeanloup Dabadie. Les chorégraphies sont signées d'un des grands noms de la télévision d'alors, Victor Upshaw et le montage est de la main de la collaboratrice d'alors de Jean-Luc Godard, Françoise Collin. D'autres noms devenus grands sont certainement à repérer sur le générique assez succint...

Avant que ne commence la projection, Bruno Finck, aujourd'hui directeur des Bouffes Parisiens, organisateur de l'hommage, était monté sur scène pour lancer sobrement la soirée. Francis Huster, s'adressant à Jean-Claude Brialy comme s'il était là, sur le plateau, avait fustigé les médiocres, loué la "classe et l'humilité" du comédien qui n'obtint jamais de "molière" mais multiplia les risques.

Il proposa, annonça, la création d'un prix qui, à la manière du Prix Plaisir du Théâtre/Jean-Jacques Gautier de Monsieur Marcel Nahmias, récompenserait à la fois une star et une jeune pousse. Et de lancer quelques couples...légende et avenir : Romy et Raimu, Brigitte Bardot et Jouvet, Annie Girardot et Bourvil, Moreau et Fernandel, Delon et Gabin...

On n'oublie pas Jean-Claude Brialy, disparu le 30 mai 2007. On ne l'oublie pas et le revoir si jeune, si vif, si fin dans Anna, on est d'autant plus certain que ce prix aura un sens.

Par Armelle Héliot le 31 mai 2010 23h33

http://blog.lefigaro.fr/theatre/2010/05/anna-karina-pierre-koralnik-lh.html


Dernière édition par Bridget le Sam 19 Fév - 16:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12798
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   Mar 13 Juil - 12:08

Tel-Aviv va accueillir un très prestigieux spectacle
en hommage à Serge Gainsbourg




Il y a 20 ans le légendaire Serge Gainsbourg disparaissait. Auteur-compositeur-interprète totalement atypique et outrageusement doué, Gainsbourg avait réussi à transformer totalement la chanson française en la rendant à la fois sensuelle, populaire, poétique et provocante.

Aujourd’hui, afin de rendre hommage au génial songwriter , les productions LollyProd et leur président et fondateur David Stern organisent un événement musical qui devrait faire date tant par l’originalité de son concept que par le parterre de stars françaises et israéliennes qui seront présentes. Ce concert-hommage aura lieu à l’Opéra National de Tel-Aviv le 28 juillet prochain.


Lulu Gainsbourg

Lulu Gainsbourg en personne, le fils de Serge, sera l’hôte de cet évènement. Il accompagnera au piano les nombreux artistes qui seront sur scène pour chanter et célébrer le grand Serge.

La liste des chanteurs est prestigieuse : Alysée, Dani, Shirel, Rose, Catherine Falgayrac, Harel Skaat, Daniel Lévy, Michæl Greilsammer et évidemment Lulu Gainsbourg seront donc présents ce soir-là. Tout ce beau monde sera accompagné par 15 musiciens du Israël Jazz Orchestra.

Le fils de Serge Gainsbourg sera en Israël pour rendre hommage à son père dans le pays que l’auteur-compositeur-interprète de génie aimait et pour lequel il avait composé en 1967 ''Chanson pour Israël – Le Sable et le Soldat ''.

C’est aussi une partie essentielle de ses racines et de son identité que Lulu Gainsbourg vient chercher dans l’État hébreu, d’où son enthousiasme pour ce concert exceptionnel.

Il faut souligner qu' à la différence des déglonflés que sont les Pixies, Archive, Elvis Costello, Klaxons et Gorillaz Sound System qui ont boycotté Israël pour des raisons plus que fallacieuses, tous les grands artistes français qui seront présents à cette soirée sont ravis de pouvoir se produire dans l' État juif, comme l' ont fait tout récemment (dans des styles musicaux bien différents) The Editors, Elton John, Metallica, Rod Steward ou encore Missy Elliott et comme le feront très bientôt Suzanne Vega, Peter Murphy ou PIL ! Honneur leur soit rendu !

Les Productions LollyProd ont décidé que cette aventure musicale devait se prolonger tout au long de la nuit et c’est pour cela qu’unAfter-Party et un cocktail VIP seront organisés après le concert * en compagnie de Lulu Gainsbourg himself et de tous les artistes qui auront participé à cette superproduction musicale. Cet ''After'' se déroulera dans un endroit très sélect de Tel-Aviv, endroit tenu secret jusqu’au soir du concert.

Pour obtenir tous les renseignements nécessaires et réserver vos places :

http://gainsbourgopera.com/

Frédéric SROUSSI

http://www.aschkel.info/article-tel-aviv-va-accueillir-un-tres-prestigieux-spectacle-en-hommage-a-serge-gainsbourg-53849919.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SERGE GAINSBOURG   

Revenir en haut Aller en bas
 
SERGE GAINSBOURG
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Serge Gainsbourg
» Serge Gainsbourg parle de Brigitte
» Un jour un destin : Serge Gainsbourg
» SERGE GAINSBOURG
» Gainsbourg à travers les femmes de sa vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: LA CHANSON FRANCAISE :: CHANTEURS FRANCOPHONES-
Sauter vers: