H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 UNIVERSAL MUSIC GROUPE

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14233
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: UNIVERSAL MUSIC GROUPE   Jeu 11 Fév 2010 - 17:42

Lucian Grainge va prendre la tête d'Universal Music Group



Jusqu'ici pdg d'Universal Music Group International, basé à Londres, Lucian Grainge remplacera Doug Morris au poste de directeur général d'Universal Music Group en fin d'année 2010, ce dernier en conservant la présidence. Il reportera directement à Jean-Bernard Levy et deviendra membre du conseil d'administration de Vivendi.

Il partira pour New York début juillet et agira en qualité de co-directeur général d'UMG, aux côtés de Doug Morris, pendant six mois. Figure emblématique du music business, Lucian Grainge a débuté sa carrière chez CBS/April Music en 1979 avant d'obtenir des postes de direction chez Polygram UK et Universal Music à l'international. « Je suis ravi que Lucian Grainge ait accepté de s'installer à New York (...). Son parcours est éloquent : il a lancé des talents exceptionnels, fait progresser le chiffre d'affaires et créé de nouveaux modèles économiques. Il possède tout à la fois l'expérience et le sens de l'innovation requis pour piloter UMG au moment où s'accélère la conversion au numérique », a commenté Jean-Bernard Levy.

http://www.musiqueinfo.com/news/biz/lucian-grainge-va-prendre-la-tete-duniversal-music-group.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10433
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: UNIVERSAL MUSIC GROUPE   Ven 19 Mar 2010 - 16:38

Universal veut vendre tous ses CD moins de 10 $,
mais avec quel espoir à long terme ?


Guillaume Champeau -
Universal Music, Industrie musicale

Pour enrayer la chute des ventes de disques qui continue inéxorablement, Universal Music va essayer à partir du deuxième trimestre 2010 de vendre ses CD moins cher, avec une opération "Velocity" qui prévoit d'étiqueter les disques à des prix de 6 $ à 10 $. Des versions dites "deluxe", qui devraient en fait être la norme pour continuer à séduire les consommateurs, seront vendues parallèlement à des prix plus importants. L'information rapportée par Billboard ne précise pas si l'opération Velocity concerne exclusivement les Etats-Unis, ou si la France sera également impactée.

Universal Music espère avec cette opération que par la loi de l'offre et de la demande, le prix de vente abaissé augmentera suffisamment le volume des ventes pour compenser la baisse de chiffre d'affaires unitaire, voire mieux si affinité. Mais elle continue en réalité sa marche en avant qui la conduit doucement vers sûrement vers l'abandon de la commercialisation du CD. Déjà en 2006, Universal avait révisé ses grilles tarifaires à la baisse pour proposer des versions "Basic" de ses albums à 9,99 euros.

Les nouveaux tarifs ont sans doute aidé à ralentir la chute du marché du disque, mais pas à l'arrêter complètement. Le même scénario se produira nécessairement avec l'opération Velocity. Car il ne s'agit pas que d'un problème de prix. Pourquoi un consommateur irait acheter dans une grande surface ce qu'il peut trouver par ailleurs gratuitement ? Tant qu'Universal ne redonnera pas toute sa valeur à l'objet, le CD cloné industriellement vendu entre pommes de terre et boîtes de conserve ne séduira plus.

De plus, plus le prix au détail baisse, plus la marge bénéficiaire du distributeur se réduit. Les grandes surfaces qui rechignent déjà à consacrer du linéaire à des CD qui ne se vendent plus rechigneront encore davantage si leur marge s'écroule. C'est un cercle vicieux.

Universal devrait plutôt tenter de baisser le prix de vente de la musique en ligne, qui devient beaucoup plus chère que les CD alors qu'il n'y a ni essence à payer pour le transport des disques, ni boîte en plastique à produire pour les protéger, ni stockage à rentabiliser dans les grandes surfaces, ni pochettes d'album à imprimer,...
la liste des économies est longue.

http://www.numerama.com/magazine/15297-universal-veut-vendre-tous-ses-cd-moins-de-10-mais-avec-quel-espoir-a-long-terme.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10433
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: UNIVERSAL MUSIC GROUPE   Lun 11 Oct 2010 - 0:57

Le livre de Pascal nègre
Sans Contrefaçon




Pascal Nègre, le PDG d'Universal Music France annonce la sortie de son livre
"Sans Contrefaçon",
disponible en librairie à partir du 3 novembre 2010 aux éditions Fayard.

Quelques coups de gueule contre le téléchargement illégal,
un rôle souvent présenté comme ingrat dans le cadre de l'« affaire Johnny »
et les remises de prix de la « Star Academy »,
voilà à quoi se résume généralement l'image de Pascal Nègre aux yeux du grand public.
Autant d'arbres qui cachent la forêt.

Car l'entreprise qu'il dirige depuis plus de quinze ans est surtout,
avant tout, une de celles qui permet chaque jour à des millions de Français
d'écouter de la musique.

Ce métier, mal connu et objet de multiples fantasmes,
a besoin aujourd'hui d'être expliqué - et défendu face aux bouleversements
qu'il a subis ces dernières années.
La dématérialisation de la musique et la crise du disque qui en a découlé
ont en effet permis à Pascal Nègre de tirer des leçons qui concernent
l'ensemble des industries dites « de contenu ».

C'est tout le problème de la place de l'art et de la culture dans la société
qui se trouve ainsi mis en lumière.
Les produits culturels peuvent-ils devenir gratuits sans porter un coup fatal à la création ?
Le rôle des professionnels de la culture est-il vraiment devenu obsolète ?

Croit-on sincèrement que la disparition des intermédiaires
entre les artistes et le public améliorera la qualité et la diversité des œuvres proposées ?

L'économie propre aux maisons de disques permettait
à celles-ci de soutenir des artistes confrontés à des périodes moins fastes,
de relancer des carrières, d'investir dans de nouveaux talents,
de prendre part à l'élaboration de la musique de demain.
La mise à mal de ce système ne risque-t-il pas d'entraîner
un appauvrissement du paysage musical en France ?

Et comment le fait d'écouter des chansons en fichiers compressés
sur les minuscules enceintes d'un ordinateur pourrait-il être considéré
comme un mieux pour la musique ?

La crise du disque n'a-t-elle pas d'ores et déjà porté atteinte à la musique
dans ce qu'elle a de plus fondamental en détériorant le son ?

N'hésitant pas à hausser le ton,
Pascal Nègre abandonne ici la retenue habituelle des chefs d'entreprise.
Ce qu'il dit de la musique s'applique déjà en partie au cinéma, à la photographie,
et demain concernera le livre.
Les métiers de la création vivent un moment crucial de leur histoire,
que le président d'Universal analyse avec une bonne longueur d'avance.

INFO UNIVERSAL
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14233
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: UNIVERSAL MUSIC GROUPE   Jeu 14 Oct 2010 - 11:04

PROMOTION SUR LE NET DU LIVRE DE PASCAL NEGRE

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo


Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10433
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: UNIVERSAL MUSIC GROUPE   Jeu 14 Oct 2010 - 14:20

TRES BON TEASING !!!



SUR UN AIR DE MYLENE FARMER
vous connaissez la chanson ?

... Dis Maman !
pourquoi on a plus de belles chansons ? ...


Puisqu'il faut choisir
A mots doux je peux le dire
Sans Contrefaçon
c'est un grand Patron
Et pour un empire
Je ne vais pas le contredire
Puisque Sans Contrefaçon
c'est un grand Patron

Tout seul dans son bureau
Les yeux cernés de noir
A l'abri des regards
Il défie le hasard
même pas ringard
Dans ce monde qui n'a ni queue ni tête
il n'en fait qu'à sa tête
il sait aussi faire la fête

Tour à tour on l'agace
De vos résolutions
il n'admets aucune menace
Ses solutions
il s'en fout bien des qu'en dira-t-on
Il est caméléon
Prenez garde à ses soldats de plomb
C'est eux qui vous tueront

Puisqu'il faut choisir
des bonnes chansons
sans contrefaçon
qu'il feuillette son catalogue
il en sortira bien un artiste en vogue
Dans la musique
il n'y a jamais d'épilogue.

Le costume Blanc c'est un clin d'oeil
à Eddy Barclay ... NON !


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14233
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: UNIVERSAL MUSIC GROUPE   Mer 3 Nov 2010 - 18:28

Pascal Nègre - SANS CONTREFACON

"Sans contrefaçon", en librairie ce mercredi, le président d’Universal Music – qui fut également juré à la Star Ac – revient longuement sur le cas Johnny Hallyday.


Dans Sans contrefaçon, un livre écrit en collaboration avec Bertrand Dicale, Pascal Nègre revient sur son parcours dans l'industrie musicale. Il commence attaché de presse et prend, en 1994, la direction du label Mercury, puis d'Universal. Son grand défi quand il arrive chez Mercury, c'est redresser la carrière d'un certain Johnny Hallyday.

(R)Allumer le feu !

Le chanteur vient d'enregistrer, en anglais, Rough Town dans une tentative de se faire connaître à l'étranger. Malgré ses 400 000 exemplaires vendus, c'est un échec à l'international. Retour en France avec l'enregistrement de Lorada avec Jean-Jacques Goldman, qui s'écoule à 500 000 exemplaires. Pour apporter "une étincelle, un événement à la dimension de son mythe", comme l'écrit Pascal Nègre, l'idée est lancée du concert à Las Vegas en novembre 1996. Jean-Claude Camus, le producteur de Johnny, monte une formidable opération qui se soldera par un échec : le chanteur est fatigué, le répertoire de Las Vegas ne convient pas, le public est épuisé, la mayonnaise ne prend pas et les retombées médiatiques seront catastrophiques. L'idée était pourtant alléchante.

Le salut viendra d'une chanson, Savoir aimer, écrite par Pascal Obispo pour Florent Pagny : "Je réalise alors qu'Obispo est capable d'écrire pour des gens qui ne lui ressemblent pas." Nègre suggère alors Obispo à Johnny Hallyday, l'idée fera son chemin. Johnny suggère une chanson sur la scène, qui parle du feu. Obispo compose et Zazie écrit les paroles d'Allumer le feu.

L'album sort en 1998, porté par le buzz énorme d'une interview vérité de Johnny dans Le Monde. Nègre reconnaît que cette idée est de Johnny et qu'elle est du tonnerre ! Il y évoque sans détour sa carrière, ses excès, la drogue. "Les retombées son inimaginables, se souvient Nègre. Tous les journaux et toutes les radios reprennent l'interview (...) On dépasse de loin l'impact d'un article de sortie d'album, ce qui est l'idéal." Côté chiffres, l'album dépasse les 750 000 exemplaires, c'est alors que se joue l'incroyable tragédie du premier Stade de France de Johnny.

Johnny plus fort que jamais

Nous sommes le 4 septembre 1998, tout le monde a les yeux rivés vers ce stade où Johnny doit se produire avec orchestre, choristes, feu d'artifice et effets spéciaux. La pluie vient gâcher la fête. Pascal Nègre a vécu la crise de l'intérieur : "Après Las Vegas, Johnny ne peut se permettre de gâcher son grand retour en renonçant à une bonne partie des effets spéciaux et des surprises du spectacle." Jean-Claude Camus vit le pire soir de sa vie de producteur, monte sur la scène et annule : "C'est la mort dans l'âme..." On connaît ces images terribles. Camus s'écroulera en larmes dans les bras de Pascal Nègre, Johnny est parti dès qu'il a compris que jouer ce soir-là... mission impossible. Le lendemain, il ne pleut pas et Johnny offre un spectacle exceptionnel. Ce soir-là, "il ressuscite", écrit Pascal Nègre.

Les années suivantes, Johnny poursuit sa carrière selon la stratégie mise en place avec Pascal Nègre : "Universal ne gagne pas énormément sur les albums en studio de Johnny Hallyday, mais ses concerts constituent une bonne affaire. (...) La politique de la maison repose sur une tournée par album studio et un album live par tournée."

La suite de l'aventure, c'est l'album Sans pour sang composé par David Hallyday, qui s'écoule à 1,7 million d'exemplaires, du jamais vu pour Johnny. Pour remercier les fans, l'idée est lancée d'un concert gratuit : "Énorme succès. Mais la gratuité est toujours financée par quelqu'un. En l'occurrence, ce sera la mairie de Paris et Universal (...) Cependant, en termes d'image, c'est le moment où il devient intouchable. Français moyens, intellectuels, jeunes, vieux, droite, gauche, tout le monde revendique avoir en lui quelque chose de Johnny." Le mythe est de nouveau sur pied, plus puissant que jamais.

Du sang neuf...

L'autre grand chantier de Pascal Nègre, c'est l'éternelle jeunesse de Johnny Hallyday. Après David, Johnny travaille avec Gérald de Palmas, dont l'album Marcher dans le sable vient de sortir. Quand le disque de Johnny sortira, celui de De Palmas aura dépassé le million et demi : "L'idéal étant de dénicher des artistes qui ne sont pas encore installés quand ils commencent à écrire pour lui (...) A contrario, pour son album Ça ne finira jamais en 2008, Christophe Maé arrive trop tard dans son univers : la première vague Maé est passée, le public a l'impression que Johnny a découvert l'artiste après lui, ce qui peut accréditer l'idée qu'il est suiviste." Ce qui est faux. Pascal Nègre n'en est pas responsable. Depuis 2006, Johnny Hallyday n'est plus chez Universal, mais chez Warner.

Pour rajeunir la star, Pascal Nègre utilise la Star Academy. En 2002, les élèves travaillent pendant une semaine le tube Marie composé par De Palmas : "La chanson touche tout un public auquel Johnny n'a plus accès directement depuis des années : les moins de 18 ans (...) Nous ne rêvions pas d'un tel triomphe pour Marie. Ce succès illustre bien la nature de mon travail avec le chanteur : je veux lui apporter un public différent. C'est l'enjeu de la fameuse interview dans le Monde, c'est la raison pour laquelle je fais appel à des artistes sur le point d'éclater, c'est pourquoi j'insiste pour qu'il joue le jeu avec les gamins de la Star Ac' (...) À la Star Ac', il est le seul artiste (non Pascal, ce n'est pas le seul..., NDLR) à passer en faux direct, pour que les duos soient parfaits et pour ne laisser passer aucun plan ni aucune phrase qui pourrait nuire à son image."

Ah que coucou II

Pour Pascal Nègre, "que" restaurer l'image du Taulier n'a pas été de tout repos. En 1994, c'est l'époque de la boîte à coucou et des "ah que..." aux Guignols de l'info. Tout ça à cause d'une publicité pour le café Legal. De fait, Pascal Nègre décide de protéger au mieux l'image du chanteur. Son créneau : "J'obtiens qu'aucune association de l'image de Johnny avec une marque n'entre en interférence avec sa promotion télé pour ses albums. Je concède quelques campagnes pour des parfums, pendant les périodes creuses ou les tournées. On ne peut pas voir le clip de Marie en rotation en même temps qu'une campagne pour un produit de consommation le plus ordinaire."

En 2003 débarquent les premières campagnes Optic 2000 négociées dans le dos d'Universal. En 2004, le chanteur annonce son envie de démissionner alors qu'il vient de signer pour six albums avec Universal. Il n'en livrera qu'un - Ma vérité, en 2005 - et entamera une âpre bataille juridique pour récupérer ses masters. La justice tranchera en sa défaveur en décembre 2006.

Avec Warner, Johnny enregistre Le Coeur d'un homme et ne remporte pas le succès escompté. Pascal Nègre observe qu'à "aucun moment de sa carrière, Johnny n'aura vendu autant de disques" qu'avec lui. Le président d'Universal remarque tristement que Johnny a perdu de son aura ces dernières années. La faute aux campagnes Optic 2000 : "Lorsque Johnny chante le slogan 'oh Optic 2000', il se met au service d'une marque. Non seulement il désacralise sa voix, mais aussi son propre répertoire en revisitant une chanson classique pour chaque nouveau spot." Dernière victime, Retiens la nuit, dans un spot dont Laeticia est la vedette. "Le problème, c'est que désormais, dans les talk-shows, il y a toujours un comique pour chanter 'oh Optic 2000' quand on évoque Johnny. C'est l'effet boîte à coucou qui revient. Soit Hallyday n'en est pas conscient et c'est dommage. Soit il le sait et j'espère qu'il touche une fortune."

Après de graves problèmes de santé, Johnny Hallyday s'apprête à revenir, avec un nouveau producteur, Gilbert Coullier, et un nouvel album. Pour ce disque, il s'est entouré d'un jeune installé, Matthieu Chedid, et d'un jeune qui fait bien son trou, Yodelice.

De son côté, Pascal Nègre avoue dans Paris Match : "Fondamentalement, je n'ai toujours pas compris pourquoi il est parti [d'Universal, ndlr]. Mais il fait les choix qu'il veut, il est majeur après tout."

Tout au long de ce chapitre sur Le Taulier, on sent une vraie tendresse pour l'artiste, pour l'homme de la part de Pascal Nègre. D'ailleurs, il expliquera que la décision de Johnny de quitter Universal, ce n'est pas vraiment la sienne, mais celle d'avocats ou de comptables dans l'entourage de l'idole, qui l'ont mal conseillé.

Sans contrefaçon, de Pascal Nègre, avec la collaboration de Bertrand Dicale, éd.Fayard, 290 p., 19,90 €.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10433
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: UNIVERSAL MUSIC GROUPE   Dim 7 Nov 2010 - 0:18

" Les paillettes çà brillent, mais c 'est pas de la poussiere de diamants"
P.NEGRE