H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BIOPIC les stars revivent au cinema.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: BIOPIC les stars revivent au cinema.   Mer 11 Juin - 13:30

Les stars revivent sur grand écran :etoile11:



Dans le rôle du Che, le nouveau film-fleuve (4 h 30) de Steven Soder­bergh, Benicio del Toro a reçu le prix d'interprétation masculine à Cannes.


Les «biopics», ⭐ ces films tirés des biographies des vedettes, se multiplient. Sagan, Coluche, Coco Chanel, Gainsbourg et Montand seront bientôt ressuscités.


Un an et demi après le triomphe de La Môme, la France a attrapé le virus des biopics ou biographical pictures, ces films tirés de la biographie de grandes figures de la chanson, de la littérature ou plus simplement de l'histoire collec­tive. Mercredi prochain, Sylvie Testud incarnera la Sagan de Diane Kurys. Éric Elmosnino inter­prète le Gainsbourg du dessinateur Joan Sfar, le comique Francois-Xavier Demaison joue Coluche réalisé par Antoine de Caunes. Et Vincent Cassel prend les traits de « l'ennemi public numéro un », Jacques Mesrine.

Comme souvent au cinéma, la vague est née à Hollywood. Les destinées des célébrités sur grand écran se sont multipliées, ces dernières années, outre-Atlantique. Sorti en 2004, Ray, le film de Taylor Hackford sur la vie tourmentée de Ray Charles, a valu à Jamie Foxx, choisi par Ray Charles lui-même, l'oscar du meilleur acteur. Auparavant, la vie tumultueuse de Tina Turner et celle de Charlie Parker avaient captivé des millions de spectateurs.

Les artistes et écrivains ont aussi leurs histoires romancées : Truman Capote a même inspiré deux films presque simultanément. L'actrice Salma Hayek a pris les traits de la peintre mexicaine Frida Kahlo. Salvador Dali, au cœur de quatre projets, pourrait être interprété entre autres par Johnny Depp et Al Pacino.

Les personnages de la vie politique occupent aussi une place de choix dans le catalogue des personnalités réincarnées : Oliver Stone, le réalisateur de JFK et de Nixon, s'apprête à mettre en boîte George Bush Jr dans un film simplement intitulé W.

Face à la déferlante, les Européens ont fini par répondre. Les Anglais ont ouvert les portes de Buckingham Palace avec The Queen, de Stephen Frears, et les Allemands celles du bunker de Hitler où ce dernier a vécu ses derniers jours dans La Chute, d'Oliver Hirschbiegel.


Un destin personnel

« Le biopic est un genre très important dans le cinéma hollywoodien, rappelle Marc Cerisuelo, professeur d'histoire et esthétique du cinéma à l'université de Provence. Il est lié à la manière dont les Américains représentent l'histoire. Un destin personnel fait revivre une époque et la rend plus intéressante. Deux grandes figures de l'histoire américaine ont marqué très tôt l'histoire du cinéma : Abraham Lincoln, formidablement interprété par Henry Fonda dans Vers sa destinée, de John Ford. Un gros travail de maquillage lui donnait une vraie ressemblance. Spielberg prépare à son tour un film sur ce même président. Et un autre personnage sulfureux cette fois : Jessie James. De grands cinéastes comme Nicholas Ray, Fritz Lang ou Henry King s'y sont intéressés, jusqu'à, tout récemment, Andrew Dominik, le réalisateur de L'Assassinat de Jessie James, interprété cette fois par Brad Pitt. »

Ces films réunissent de nombreux ingrédients pour séduire un large public. D'abord la métamorphose physique des acteurs qui se coulent dans leur modèle. François-Xavier Demaison a pris des kilos pour remplir la salopette rayée de Coluche, et Vincent Cassel arbore des moustaches et une bedaine pour mieux ressembler à Jacques Mesrine. Dans la peau d'Édith Piaf, Marion Cotillard a réalisé une performance qui a fasciné les spectateurs presque autant que le film d'Olivier Dahan lui-même.

Le film biographique est d'ailleurs une jolie rampe de lancement pour décrocher les plus prestigieuses récompenses. Dans le rôle du Che, le nouveau film-fleuve (4 h 30) de Steven Soder­bergh, Benicio del Toro a reçu le prix d'interprétation masculine à Cannes. Quelques mois auparavant, Marion Cotillard avait reçu l'oscar de la meilleure actrice. Dans les années 1980 Isabelle Adjani avait reçu le prix d'interprétation féminine au Festival de Berlin pour son rôle dans Camille Claudel, de Bruno Nuytten.

En misant sur ce genre de films, pittoresques et accessibles au grand public, les producteurs s'assurent un box-office record. D'autant que ces histoires tissent un lien entre les générations. Les adolescents qui ne connaissaient ni le répertoire ni l'histoire d'Édith Piaf les partagent désormais avec leurs grands-parents.

» La guerre des Coco Chanel

» Huit films biographiques bientôt en salle et autant de projets
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BIOPIC les stars revivent au cinema.   Mer 11 Juin - 13:36

Sagan :etoile11:



sortie : 11 juin 2008 -- DRAME --


par : Diane Kurys Avec : wink3

Jeanne Balibar , Sylvie Testud , Pierre PALMADE
Durée : 1h57min Pays de production : france

Titre original : sagan ⭐

Distributeur : EuropaCorp Distribution (BESSON)

Elle connaît un succès foudroyant avec son premier roman « Bonjour tristesse »: de ses 18 ans glorieux à sa fin, en passant par les amis, les amours, les emmerds, le parcours de françaoise Sagan, femme mythique, écrivain, scandaleuse.

wink3 tres belle et riche itv de l'actrice qui incarne le rôle de Françoise Sagan dans le film, journal l'express sur ce lien :

SaganDrameDate de sortie : 11 juin 2008> Toutes les sorties de la semaineRéalisé par : Diane Kurys Avec : Jeanne Balibar , Sylvie Testud , Pierre PALMADE ... > Tout le castingDurée : 1h57min Pays de production : france Titre original : saganDistributeur : EuropaCorp DistributionElle connaît un succès foudroyant avec son premier roman « Bonjour tristesse »: de ses 18 ans glorieux à sa fin, en passant par les amis, les amours, les emmerds, le parcours de françoise Sagan, femme mythique, écrivain, scandaleuse.

bel itv de l'actrice principale qui joue le role de F.SAGAN faite par le journal l'express ici :

http://www.lexpress.fr/culture/cinema/sylvie-testud-une-chose-est-sure-je-ne-joue-pas-sagan_509730.html


Dernière édition par Anny le Mer 11 Juin - 14:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9781
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BIOPIC les stars revivent au cinema.   Mer 11 Juin - 13:51

La « môme » Sagan ? Il y a de quoi redouter le rapprochement : deux petits brins de femmes ballottées par la vie, de la gloire à la souffrance physique - et in fine la même assuétude autodestructrice à tout un tas de substances chimiques ou liquides, légales ou non. Mais en termes de « biopic » - l'acronyme américain de la biographie filmée -, le film de Diane Kurys choisit une voie moins tire-larmes que le chemin de croix d'Edith Piaf. Tout est affaire d'héroïne, en fait, et ici l'on ne parle pas de poudre : Françoise Sagan, jeune prodige de la littérature devenue icône hédoniste, avait plus que la chanteuse populaire les mots pour tout dire, et son ironie mordante, sa feinte légèreté, son ivresse incontrôlée, sa liberté dangereuse finissent par contaminer ce récit sage de sa vie.

C'est le début que l'on préfère - et de loin. D'abord parce que Sylvie Testud, en Sagan jeune, est une apparition. La comédienne, dont le talent ne se discute plus, trouve tout de suite les trois ou quatre « trucs » ou attitudes fortes qui vont établir la singularité de son personnage : par exemple, un drôle de parler-chanter et le mouvement de bouche qui l'accompagne, ou encore une façon de bouger la main et avec elle la cigarette qu'elle porte. On est davantage dans l'expressionnisme que dans l'imitation pure, et ces drôles de maniérismes de jeunesse manqueront au fur et à mesure que le personnage prend de l'âge, et subit le maquillage qui va avec.

Suivant peu ou prou la chronologie des faits, Sagan séduit aussi par son charme rétro. Au mitan des années 50, le succès de Bonjour tristesse rattrape une frêle ado au percutant franc-parler, l'extirpe de son confort bourgeois pour la précipiter dans une jet-set littéraire enivrante (et enivrée). Diane Kurys soigne les seconds rôles - pas loin du téléfilm de prestige, mais pourquoi pas ? : derrière Lionel Abelanski en Bernard Frank, on trouve deux sociétaires de la Comédie-Française, Guillaume Gallienne et Denis Podalydès, le premier en frère trop honnête, le second dans le rôle de Guy Schoeller, le premier mari de la romancière. S'ajoute Pierre Palmade, convaincant en Jacques Chazot, dont le simple nom ressuscite une foule de souvenirs enfouis. Dommage, d'ailleurs, que le film ne s'attarde pas plus sur le savoureux folklore littéraire et artistique des années 60, et ne mette l'époque en perspective avec le destin scandaleux de la romancière.
Sagan, flambeuse, alcoolique, droguée, homosexuelle ? Le film n'occulte rien, mais il se garde du sordide et préserve une certaine légèreté, y compris dans les situations périlleuses - une descente de police devient ainsi prétexte à un ballet burlesque. La vie de Sagan elle-même tourne au vaudeville quand s'affrontent deux rivales hautes en couleur : Jeanne Balibar, tout d'abord, en Peggy Roche, la styliste qui fut le grand amour de la romancière, et Arielle Dombasle, incarnant celle - mi-soutien, mi-geôlière - auprès de qui Sagan finira sa vie. On connaît la fantaisie de la seconde - qui, ici, n'a vraiment pas le beau rôle -, on (re)découvre l'extravagance joyeuse de la première, aussi irrésistible qu'inattendue.

Connaît-on mieux Sagan au terme de ce portrait parcellaire mais bien senti ? Pas sûr. Diane Kurys s'attarde trop sur sa déchéance, et on ne sent pas toujours, malgré une voix off « verbatim », la grandeur de l'écrivain qu'elle fut. Il faut croire, pour reprendre le slogan-alibi (piqué à Oscar Wilde) de tant de biographies d'artistes, que sa vie était sa plus grande oeuvre... Au-delà du cliché, le plaisir de voir une belle actrice s'approprier un rôle, y trouver la matière d'une création originale, et de la voir entourée et servie par des partenaires attentifs vaut le voyage. Quitte à dévaliser une librairie en sortant.

Aurélien Ferenczi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BIOPIC les stars revivent au cinema.   

Revenir en haut Aller en bas
 
BIOPIC les stars revivent au cinema.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Haute Fidélité et Home cinema
» Les fashion stars
» The Normandy all stars.
» [CINEMA]La Petit Nicolas
» Les vacheries de stars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LE CINEMA : UN OEIL OUVERT SUR LE MONDE :: LES NEWS-
Sauter vers: