H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA FONDATION MAEGHT à SAINT PAUL DE VENCE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2416
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: LA FONDATION MAEGHT à SAINT PAUL DE VENCE   Dim 18 Aoû - 0:49

.  
LA FONDATION MAEGHT








Saint-Paul-de-Vence, située environ à 25 km de Nice, est l’une des plus anciennes villes médiévales de la Côte d’Azur, elle est aussi depuis longtemps un paradis pour les riches et célèbres.
Attirés par ses caractéristiques inhabituelles, cette ancienne ville vit dans les années 1960 l’arrivée de nombreux acteurs français comme Simone Signoret, Lino Ventura et Yves Montand.



En plus d’acteurs célèbres, de nombreux artistes de renommée internationale ont vécu à Saint-Paul-de-Vence comme Marc Chagall, et, plus récemment, des amateurs d’art comme Arielle Dombasle et Bernard-Henri Lévy.



Véritable ruche renommée pour attirer acteurs, poètes et artistes célèbres, il semble tout naturel que Saint-Paul-de-Vence soit aussi connue pour ses musées et galeries d’art moderne et contemporain, la plus célèbre étant la Fondation Maeght, l’une des galeries les plus estimées du sud de la France.



La Fondation Maeght fut fondée en 1964 par Marguerite et Aimé Maeght, un  collectionneur d’art et éditeur français. L’importante collection de la Fondation Maeght inclut des œuvres de quelques-uns des artistes les plus grands et influents du 20e siècle, dont Joan Miró, Fernand Léger, Georges Braque et Alexander Calder.












Cette galerie, fondée de façon privée et qui ne reçoit pas le moindre apport financier de l’Etat, attire plus de 200.000 visiteurs chaque année.
De nombreuses expositions d’art de musées en France, en Europe ou ailleurs dans le monde, sont organisées tous les ans à partir des collections de la Fondation Maeght.



Ce musée incroyable fut conçu par l’architecte catalan Joseph Lluís Sert, à qui l’on doit également la Fondation Joan Miró à Barcelone.
Voulant intégrer de nombreuses oeuvres monumentales au bâtiment et aux jardins, la Fondation Maeght est un labyrinthe de plaisirs artistiques de la plus haute qualité, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur.


Son emplacement ne pourrait pas être plus approprié. Située sur une colline au milieu d’une forêt méditerranéenne dense et au-dessus du village légendaire de Saint-Paul-de-Vence, la Fondation Maeght ne peut être décrite que comme un véritable et immense triomphe artistique








André Malraux , Aimé Maeght , Jean Lois Pra


Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2416
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: LA FONDATION MAEGHT à SAINT PAUL DE VENCE   Dim 18 Aoû - 1:09



.
Malraux à la Fondation Maeght


par Bernard Henri Levy / Le Bloc Note















Relu, dans les hasards de l'été, "La tête d'obsidienne" d'André Malraux.
Et, dans ce texte de la fin, dans ces pages que l'on sent, comme "Hôtes de passage" et "Lazare", hantées par la mort qui vient, les quatre derniers chapitres où il raconte sa grande exposition, il y a juste quarante ans, autour de l'idée de "Musée imaginaire", à la Fondation Maeght, à Saint-Paul-de-Vence.

Les avais-je, d'ailleurs, lues ?
Je n'en suis, tout à coup, plus très sûr.

Ou ce qui est sûr, en tout cas, c'est que je me rappelais, dans ce livre, les conversations avec Picasso, les visites aux ateliers de la rue des Grands-Augustins, de la Californie à Cannes, du château de Vauvenargues ou de Notre-Dame-de-Vie à Mougins - mais pas cette partie Fondation Maeght et ces 150 pages magnifiques consacrées à ce qui apparaît, soudain, comme la dernière aventure de l'auteur de "La condition humaine" et de "L'espoir".




Voici la Fondation telle que les quarante années passées ne l'ont pas tellement changée - jardins ; crissement des cigales et concerts de grenouilles ; silhouettes frémissantes des chênes-verts ; les oliviers de Virgile sur fond de Méditerranée homérique ; les mosaïques du bassin Braque ; les Giacometti qui veillent sur la cour du même nom et tremblent, dit-il, à la nuit tombée ; les sept ou huit salles, les mêmes qu'aujourd'hui et que je retrouve sans qu'il ait besoin de les nommer.

Voici l'arrivée des oeuvres, déballées au milieu des Miro et de leur "enfer ingénu" et entamant, devant l'écrivain-commissaire qui les dispose comme on bat un jeu de tarot, le plus inattendu, le plus improbable et, très vite, le plus fécond des conciliabules - avec le public des visiteurs, déjà ? avec le besoin de croire de ceux qui ne croient plus ? avec ce peuple à venir, pas encore né, dont Baudelaire disait que c'est lui qu'un poème, écrit ou peint peu importe, attend en silence, de tout temps ? ou bien avec les autres oeuvres, ces soeurs dans l'ordre de l'Invisible, qui seront, pendant les quelques mois que durera l'exposition, les agentes de leur résurrection ?

Voici l'accrochage, ce moment miraculeux où les tableaux que l'on croyait connaître reviennent, comme le lui avait annoncé Picasso, "drapés dans des robes dorées" ; voici le miracle du cadre qui fait sa cimaise, et non l'inverse ; celui du sculpteur des Cyclades dont la pièce, juxtaposée à un camaïeu qui ne lui allait pas, a failli perdre sa phosphorescence et ce Bouddha aux yeux clos que la proximité d'un Christ Pantocrator byzantin nimbe, au contraire, d'une grâce nouvelle et qui le transfigure ; voici l'absence de tout Monet qui, comme celle de la fleur selon Mallarmé, donne leur sens et leur éclat à tel Van Gogh, Cézanne ou Corot ; et voici les diables de Picasso dialoguant avec les anges de Chagall et réconciliant, dans leur dos, les deux artistes qui ne s'aimaient guère.










Et le dîner de vernissage, avec le ballet des prêteurs et des galeristes amis, des conservateurs et des critiques, des commissaires esthétiques chargés d'accompagner ce "Shigemori" ou ce Titien qui n'avaient jamais quitté leur musée d'origine ; et le joyeux brouhaha des invités dans un restaurant de Mougins où Caillois côtoie Chagall, et Louis Guilloux Dina Vierny, mais que je ne reconnais pas (peut-être a-t-il, lui, disparu) ; et le discours d'Aimé Maeght, père d'Adrien, président de la Fondation d'aujourd'hui ; et le discours de Malraux, enfin, avec ses culbutes et cavalcades, ses courts-circuits à travers les siècles, Spengler au corps-à-corps avec Elie Faure, l'énigme de la résurrection des toiles et de leur chair glorieuse, ou la grande lucidité des artistes qui savent que les oeuvres sont comme les dieux - objets de métamorphoses.




Et puis le dernier jour - la tristesse anticipée à la pensée de cet instant où les statues sumériennes devront retourner en Syrie, où la "Berthe Morisot" de Manet devra se séparer de la grande "Forêt vierge" du Douanier Rousseau auprès de laquelle elle aurait bien vécu un peu plus longtemps et où les Picasso devront rentrer chez Jacqueline, qui les avait prêtés en souvenir du colonel rouge de la guerre d'Espagne - alors viendra le temps de la grande dispersion et le Musée imaginaire sera jeté au cimetière des rêves qui semblent des mirages et dont il faut ces pages pour s'assurer qu'ils eurent, le temps d'une saison, le pouvoir de s'incarner.



Tout est là.

L'unité d'une existence.

L'heureux tourment d'un écrivain en lutte, comme toujours, avec ses songes et avec le monde qui leur résiste.

Et, pour moi qui ai commencé ma vie d'homme, il y a plus de quarante ans, en répondant à l'appel de cet écrivain qui avait lui-même répondu à celui, venu du delta du Gange, d'un peuple martyrisé, rien n'est plus émouvant que de le retrouver là, dans ces pages que j'avais oubliées, vieilli mais vaillant, titubant entre ses phrases mais retombant toujours sur la juste cadence et énonçant, de ce lieu qui était déjà "la seule fondation française comparable aux grandes fondations étrangères et, en particulier, américaines", l'unique parole capable de démentir le mot terrible de Staline que lui avait rapporté le général de Gaulle et qu'il nous rapporte à son tour - mais pour, depuis les jardins de Saint-Paul, la défier et s'en moquer : "c'est toujours la mort qui gagne"




.
Revenir en haut Aller en bas
 
LA FONDATION MAEGHT à SAINT PAUL DE VENCE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le 2 juin dernier, lors des exercices de simulation d’un accident nucléaire à Cadarache
» Accident des rampes de Saint-Paul (ile de la reunion)
» Douarnenez - Temps Fête 2012
» Grêve des Samedis sur Saussan, Murviel les Montpellier, Saint-Paul-et-Valmane, Vailhauqués, Montarnaud, Cournonterral, Cournonsec, St Georges d’Orques, Juvignac
» · WOJTYLA, Karol, pape Saint JEAN-PAUL II (1920-2005)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: A FLEUR DE TOILE :: ACTUALITES :: EXPOSITIONS-
Sauter vers: