H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  MARINO DI TEANA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2417
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: MARINO DI TEANA   Mer 4 Jan - 2:03

.

MARINO DI TEANA 8 aout 1920 - 1er janvier 2012



Francesco MARINO di TEANA nous a quitté le 1 er janvier 2012









Il rejoint tous les grands hommes dont il a lu et relu la vie, et à qui il a rendu hommage : Imhotep, Jules César, Alexandre, Aristote, Archimède, Frederic II Hohenstaufen, Giordano Bruno, Michel-Ange, Paolo Uccelo, Bruneleschi, Caravaggio, Nervi et bien d'autres.



Passionné d’architecture, Marino di Teana réalise une sculpture architecturale. Ses sculptures sont pensées pour être monumentales.

Visionnaire, ses sculptures monumentales ne sont pour lui que des maquettes. Elles sont des architectures, des futurs édifices habitables, jusqu’à devenir même, les "villes du futur" dont Il réalise les maquettes dans les années 60.










Marino di Teana est a été en relation avec tous les artistes de son époque. Agam, Calder, Jean Arp, Tinguely, Dubuffet, Cesar, Tomasello, Penalba... Mais il garde sa propre voie artistique : la sculpture et la peinture architecturale.

Il développe sa théorie de "la logique tri-unitaire" où l'espace compte autant que la masse. Dans son imaginaire, il coupe la statue du cheval de Foch du Trocadéro en deux.

L’espace créé compte alors autant que les deux parties séparées. ainsi : " 1 + 1 = 3 ". Comme le dit Harry Belley du journal Le Monde à propos de Monumenta 2011 dans son analyse - Reflets dans les sphères rouges d'Anish Kapoor - : "c'est une des découvertes de la sculpture du XXe siècle depuis que Marino Di Teana a formulé sa théorie du "vide actif", Léviathan est l'occasion de se rappeler qu'une oeuvre est structurée autant par ses vides que par ses pleins."

Il nous laisse une grande oeuvre artistique trés complète, dont la majorité des centaines pièces sont dispersées dans le monde. Mais elles seront retrouvées, répertoriées et présentées au public par tous les moyens.




Cérémonie religieuse en l'église de St Leu à Périgny sur Yerres 94520 Mardi 10 janvier à 14h30

Cet avis tient lieu de faire-part.






.


Dernière édition par Bridget le Mer 4 Jan - 2:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2417
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: MARINO DI TEANA   Mer 4 Jan - 2:17

.
MARINO Di TEANA UN PARCOURS DE SCULPTURES


ART-PARIS 2007 au GRAND PALAIS



A l'occasion de la foire d'art contemporain Art-Paris qui se déroule sous la verrière du Grand Palais, le public, les amateurs d'art et les professionnels ont pu découvrir ou retrouver l'oeuvre si caractéristique de Di Teana.

Un grand succès pour de ce one man show organisé par la galerie Michele BROUTTA.























Adieu Marino , j'espère que tu es bien entouré là haut avec tous les copains qui t'attendaient bisous


http://www.diteana.com/atelier-sculpture/
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2417
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: MARINO DI TEANA   Mer 4 Jan - 2:46

.


Le portrait d'artiste de Marino di Teana pour RTL -

Liliane Thorn-Petit. Partie 1/3



La journaliste Liliane THORN-PETIT, épouse du ministre d'état Gaston Thorn, interview Marino di Teana pour RTL Télé-Luxembourg, dans la série télévisée "PORTRAIT D'ARTISTE"


Le peintre-sculpteur raconte sa vie, sa pensée sur l'art, les grands artistes, l'histoire, la science, et la nature.

Marino di Teana cite Bruneleschi, Vespacien, Marino Marini,... et montre comment il voit la cité de l'avenir.











L'art roman m'a donné une image qui met en evidence l'art monumental comme la tour de Chartres









Denière partie de l'interview du sculpteur-architecte pour RTL télévision Luxembourg par Liliane Thorn-Petit dans l'émission "Portrait d'artiste"

"L'art doit être une musique. La musique est équilibre. La ville doit être en musique. Les volumes et les espaces doivent chanter."









.


Dernière édition par Bridget le Sam 7 Jan - 11:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2417
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: MARINO DI TEANA   Sam 7 Jan - 11:57

.
Marino Di Teana, la ville mode d’emploi



Disparition . Architecte de formation, le sculpteur italien, mort à 91 ans, a bousculé le paysage urbain.


http://journal.liberation.fr/publication/liberation/817/#!/0_24







Le nom de Francesco Marino Di Teana n’évoque pas forcément grand-chose pour le grand public. Disparu le 1er janvier à Brunoy, dans l’Essonne, à 91 ans, l’homme a pourtant révolutionné le hall d’immeuble, le rond-point et la place communale de banlieue dans les années 60 et 70.



Acier

C’est en effet dans la rue que l’on peut contempler ses œuvres monumentales, dans le Val-de-Marne par exemple : à Fontenay-sous-Bois s’élève la plus haute sculpture d’Europe (21 mètres), et à Choisy-le-Roi, où se trouvent deux œuvres pour les immeubles «Résidence».
Ou encore à Reims (Marne) dans le groupe scolaire Demaison, et à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), dans l’usine Soproreal de L’Oréal… Il travaille le bronze, l’acier, l’inox, matières qui hantent le paysage urbain, legs de l’explosion des «grands ensembles».



Mais pas seulement. Francesco Marino Di Teana a fait l’objet d’une grande rétrospective au musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 1976, représenté l’Argentine à la Biennale de Venise en 1982 et exposé au Grand Palais en 2007.



Marino Di Teana, né en 1920 dans le village de Teana, en Italie (d’où son nom d’artiste), était aussi peintre et architecte, ce qui l’amènera à développer le concept de sculpture architecturale : «Un tableau ou une fresque enrichit la maison et son architecture, disait-il.

La sculpture qui fait partie d’un ensemble significatif enrichit la cité et son architecture. Quand on regarde du Louvre à l’Arc de Triomphe, c’est l’avenue, la place, les sculptures et les monuments situés aux endroits névralgiques qui donnent la valeur artistique et significative à cet ensemble. Si on décale les chevaux du Carrousel hors de la perspective, ils perdent leur beauté. Ils res tent un corps sans âme.»



Parti vivre en Argentine à 16 ans, il y travaille comme maçon, puis entre aux Beaux-Arts de Buenos Aires et devient professeur à 29 ans. Il retourne en Europe en 1952 et s’installe à Paris en 1953, où sa carrière commence véritablement.
Découvert par sa future femme, Huguette Séjournet, amie de Vasarely, il fréquente les figures les plus marquantes de l’art de son époque (César, Dubuffet, Tomasello, Agam…), mais choisit de rester en marge des différents courants, abstrait, cinétique ou brut. Très influencé cependant par Le Corbusier et Pier Luigi Nervi, Marino Di Teana a la volonté d’épurer des créations qui le rapprochent du Bauhaus.



Humaniste.


Sa formation d’architecte et d’ingénieur confère une rationalité mathématique à son esthétique, laquelle fait preuve d’une rigueur impressionnante et illustre sa philosophie : lutter contre l’art de «bibelots entreposés au-dessus d’une cheminée».
Souvent considéré comme un artiste humaniste, il l’est au sens littéral du terme, puisque son obsession pour les proportions extrêmes (des plus petites aux plus grandes), l’amène vers cette idée que l’homme doit accaparer la nature et l’espace, jusqu’à les combler.

Faire du vide sa possession.



La taille de ses œuvres rappelle cette volonté de s’élever vers le ciel et cette espèce de folie ordinaire des hommes à vouloir perdurer quoi qu’il arrive. Toutes ses sculptures monumentales sont d’abord réfléchies en fonction des lieux dans lesquels elles vont être placées, puis modélisées sous forme de maquettes.

On peut notamment voir au Mac/Val de Vitry-sur-Seine les plans et copies de la sculpture de Fontenay, intitulée Liberté, en hommage au général de Gaulle. Le film d’Arno Gaillard, le Chant du Corten (visible en ligne), montre Marino Di Teana aux prises avec sa création.




Par Louda Ben Salah
07.01.2012
.


Dernière édition par Bridget le Dim 15 Jan - 15:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2417
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: MARINO DI TEANA   Dim 15 Jan - 15:34



.



Avec la disparition de Francesco Marino di Teana, la sculpture perd un "philosophe de l'espace"









LEMONDE 13.01.12



"Un poète et un philosophe de l'espace", selon la formule de Marie-Ange Brayer, directrice du Frac Centre (Fonds régional d'art contemporain), s'en est allé. Francesco Marino di Teana, qui s'est éteint le 1er janvier à l'hôpital de Brunoy (Essonne) à 91 ans, était connu pour ses œuvres monumentales.



Avec lui, la sculpture se fait architecture, elle est un édifice, le vide se fait matière contribuant à l'équilibre des formes. Il considérait d'ailleurs qu'une œuvre est autant structurée par ses vides que par ses pleins, d'où sa théorie du "vide actif".

"Pour créer un dialogue harmonique dans l'espace, il faut un certain nombre de formes libres, comme il faut une certaine distance entre deux personnes pour que la conversation soit significative." Il a su aussi, confie la galeriste Denise René, "donner une humanité au plus froid des matériaux, l'acier" grâce à son "étonnante sensibilité au métal".



EXIL POUR ÉCHAPPER AU SERVICE DU DUCE


Né en 1920 à Teana, petit village de la Basilicate au sud de l'Italie qui porte le nom de la femme de Pythagore, il aide son grand-père dans les champs dès l'âge de cinq ans. Il devient berger et, ainsi qu'il le rappellera plus tard, " apprend les maths comme Pythagore en comptant les cailloux. " Il apprend aussi à forger, à repeindre les fresques des églises, à faire de la maçonnerie.


A 16 ans, pour ne pas être enrôlé dans l'armée du Duce, il rejoint son père en Argentine. Arrivé à Buenos-Aires, il se fait maçon, devient chef de chantier à 22 ans et le soir suit les cours de l'école nationale Salguero où il obtient un diplôme d'architecture. Il entre ensuite à l'école des beaux arts Ernesto de la Corcava où il suit les cours le jour et travaille la nuit. Il en sort major, reçoit le titre de professeur. Une chaire l'attend à l'université, où il enseigne avant de rentrer en Europe en 1952.


Ce sera l'Espagne, puis la France en 1953. Malgré ses diplômes, il connaît des moments difficiles, dort dans des jardins publics. Découvert par sa future femme Huguette Séjournet, une élève de Fernand Léger, amie de Vasarely, celui-ci le recommande, en 1957, à la galerie Denise René qui lui organise plusieurs expositions personnelles.



Sa notoriété explose au début des années 1960 et il enchaîne les manifestations d'art contemporain. Ses pièces figurent au musée d'Art moderne de la Ville de Paris qui lui organise une rétrospective en 1976, au Centre Georges-Pompidou et au MacVal.
Hasard du calendrier, ce musée présentera à partir du 5 février une exposition intitulée Vision d'avenir où figurera une de ses œuvres, Tour-jardin 2. Il est aussi présent dans de nombreux musées étrangers à Bruxelles, Francfort, Copenhague, Tokyo, Tel Aviv, Mineapolis... Il est vendu par les galeries les plus prestigieuses de Paris, Milan, Londres, Cologne... Ses œuvres sont achetées pour des collections privées comme celles de L'Oréal ou de François Pinault.



SCULPTURES MONUMENTALES



Il représente l'Argentine à la Biennale de Venise en 1982 et la France au Symposium international des arts et des sciences de Séoul (Corée du Sud) en 1997. Il est reçu à l'Académie des beaux arts le 18 novembre 2009 où il reçoit le nouveau prix de sculpture Commandant Paul-Louis Weiler pour l'ensemble de son œuvre.



Ce qui restera de lui ce sont probablement la cinquantaine de sculptures monumentales de près de 20 mètres de haut, pour certaines, qu'il a conçues à la suite de concours et qu'on peut voir entre autres à Nancy, Reims, Montpellier, Mulhouse, Canjuers. La plus connue étant probablement Liberté, à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne), plus grande sculpture en acier Corten d'Europe avec 21 mètres de haut, d'un poids de 100 tonnes, pouvant résister à des vents de 250 km/h, dont la couleur vire du noir au rouge au gré des températures.



Michel Lucas, ancien maire de Périgny (Val-de-Marne) où il résidait depuis le début des années 1960, a perdu un ami intime. "On dissertait sur l'art et le bien être, on partageait nos repas en écoutant des chants grégoriens car il était profondément croyant, d'ailleurs ses œuvres sont autant d'élans. C'était aussi un ouvrier au sens noble. Il aimait le travail bien fait et il était d'ailleurs un des plus fins soudeurs que j'ai connus." Il avait aussi "l'esprit aussi clair et net que ses sculptures", rappelle son ami, qui loue aussi la discrétion dont cet immigré se réclamait vis-à-vis de son pays d'accueil.



Francis Gouge




Francesco Marino di Teana devant sa sculpture "Liberté" à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). D.R.D.R.




.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MARINO DI TEANA   

Revenir en haut Aller en bas
 
MARINO DI TEANA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CANNES 2011 – Une palme d’or pour Bertolucci

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: A FLEUR DE TOILE :: LES SCULPTEURS-
Sauter vers: