Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MICHEL PORTAL

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget



Féminin Nombre de messages : 2349
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: MICHEL PORTAL   Mar 1 Fév - 1:31

.
MICHEL PORTAL, AVENTURIER DE LA MUSIQUE







A 75 ans, le musicien inclassable sort Baïlador. Un album qui mêle plusieurs genres.



Ses phrasés, ses mélodies se terminent souvent par des points d'interrogation, d'exclamation, de suspension. Comme des autoportraits en Polaroid de ce compositeur insaisissable et en métamorphose perpétuelle.

Michel Portal a été clarinettiste et saxophoniste classique, concertiste et chambriste (spécialiste de Schumann), propagateur du free-jazz, compagnon de route de Gainsbourg, collaborateur de Boulez, Stockhausen et Berio, et compositeur pour le cinéma.

Aventurier, Portal n'a jamais envisagé la musique autrement que comme l'espace intime d'une mise en danger maximale.


A 75 ans, le maître basque sort Baïlador, un disque d'une densité formidable. Sa formation inédite entremêle générations et traditions musicales à travers des musiciens de la trempe du batteur Jack DeJohnette, du guitariste béninois Lionel Loueke, du jeune trompettiste d'origine nigériane Ambrose Akinmusire ou du pianiste Bojan Z.


Un projet d'un lyrisme brucknérien, aux couleurs feutrées, mêlant le jazz, le tango, la musique cubaine et africaine.

Quant au Michel Portal instrumentiste, il suffit de l'écouter pour se convaincre définitivement de son éternelle jeunesse.


http://www.lexpress.fr/culture/musique/michel-portal_955844.html










MICHEL PORTAL : « Baïlador »




Michel Portal (clb, ts, ss), Ambrose Akinmusire (tp), Bojan Z (), kyb), Lionel Loueke (g), Scott Colley (cb), Jack De Johnette (dm)



Encore une fois Michel Portal se réinvente, prend le contre-pied et surprend là où on ne l'attendait pas.

De cet all stars qui aurait pu ressembler à une session "name dropping" on aurait pu craindre une réunion de performers jouant sur le caractère vraisemblablement éphémère de la rencontre.
Or cette formation, inédite s'il en est, et dont le casting fort surprenant a été réuni sous la houlette du maître basque, livre ici un réel projet extrêmement abouti.

Projet magnifiquement écrit par Portal ( qui signe tous les titres à l'exception d'un titre d’Eddy Louis et un de De Johnette) et remarquablement mis en scène par le saxophoniste.
Bien plus qu'une rencontre, un vrai projet musical à la fois riche et d'une formidable densité.


Projet aux couleurs parfois sombres ou à tout le moins en clair obscur mêlant les harmonies du jazz à celles de la musique latine ( Cuba si, cuba no) ou à celles suggérées de quelques bandas assagis et sobres.



Portal fait ici preuve d'orfèvrerie dans l'organisation très précise d'une trame subtile qui évite tous les clichés d'écriture, les césures des chorus alignés ou les montées en paroxysme, pour privilégier le charme d'une musique dont la cohésion orchestrale se dévoile intégralement tout en laissant l'auditeur en découvrir des raffinements cachés.

Pas d'explosion donc, mais une musique plus feutrée et totalement maîtrisée jusque dans ses moindres détails ( pour l'explosion on attendra la scène). Le plaisir des musiciens à jouer ensemble et le respect qu'ils s'inspirent mutuellement semble évident.

Jamais policée (Portal ou Akinmusire peuvent parfois rugir à la limite du free), mais toujours aérienne cette mécanique-là est parfaitement bien huilée. Et c'est là un équilibre très délicat à trouver et que Portal organise avec une pointe de génie et beaucoup de retenue.


Les rencontres émergent avec tact. Il peut s'agir des questions-réponses entre Portal et Lionel Loueke (écouter ce sublime jeu d'Ombres dans le morceau éponyme, magnifique magie du temps en suspens).

Ce peut être la répartition de l'espace entre le saxophoniste et un Bojan dont la discrétion est d'une présence indispensable.
À moins que ce ne soit la complicité de la paire américaine entre Scott Colley (qui apporte toute sa gravité) et Jack de Johnette (maître dans le jeu fin des cymbales légères) et qui forment un tapis rythmique d'une incroyable finesse, véritable écrin pour la musique "portalienne".

Et il y a bien sûr cette communion totalement improbable entre Michel Portal et le jeune Ambrose Akinmusire (28 ans) dont on ne cesse de vous dire dans ces colonnes qu'il est l'un des trompettistes les plus talentueux de la jeune génération New Yorkaise.


Entre les deux, point de reniement. Le jeune trompettiste assume totalement son jeu et sa (déjà) forte personnalité musicale dans une complémentarité absolue avec Portal ( à l'image de cette intro un peu fusionnelle des deux hommes sur Tutti No Hystérique).

Michel Portal quand à lui s'y montre presque paternel, lui emboîtant parfois le pas avec une grande intelligence comme dans ce Citrus Juice où il émerge de l'ombre du jeu du trompettiste dans un fondu enchaîné admirable.


Entre Europe et Amériques Portal trouve un juste équilibre. En demi-teinte Portal transmet ici le feu sacré du savoir avec beaucoup de sagesse. Transmets aussi le "son" et l'énergie. Et ce bien précieux circule entre eux : la quadrature du quintet est ici résolue.



Jean-Marc Gelin Dernières nouvelles du jazz

http://www.lesdnj.com/article-michel-portal-bailador-58873345.html

.
Revenir en haut Aller en bas
 
MICHEL PORTAL
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» St Michel Calvi 2009 2 REP LEGION ETRANGERE
» Olga et Michel Drucker
» Michel Mercier convoqué à l'Élysée
» Rando Baie du Mont-Saint-Michel
» Aujourd'hui écouter l'émission de Michel Desautel...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARMONY :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: JAZZ - JAZZY-
Sauter vers: