H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE MARCHE , LES ENCHERES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2374
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: LE MARCHE , LES ENCHERES   Ven 24 Sep - 14:59

.

2010 Bilan d’un premier semestre aux enchères


A l’issue du premier semestre 2010, les recettes générées par les ventes d’œuvres d’art dans le monde se hissent à 2,9 M€.

Ce résultat représente certes 800 m€ de moins que le sommet de 2007 (3,7 M€), mais il grimpe de 1,2 M€ par rapport aux performances du premier semestre 2009.

Comment le marché s’est-il si rapidement rétabli ?

Grâce notamment au retour des investisseurs sur le segment du très haut de gamme et à la bonne santé du marché asiatique.

Depuis le début de l’année 2010, les chefs-d’œuvre les plus chers du monde ont fait leur retour en salles avec des enchères de plusieurs dizaines de millions de dollars dont une sélection est proposée dans notre article le Top des ventes de Londres .


Aujourd’hui, aux Etats-Unis, une œuvre à plus de 100 000 $ a d’ailleurs plus de chance de se vendre qu’une œuvre abordable pour moins de 10 000 $.

Pourtant, le marché haut de gamme atteignait un seuil critique en 2008 avec plus de 38% d’œuvres ravalées.
En 2010, le taux d’invendus pour des œuvres à plus de 100 000 $ est retombé à 27%, celui des œuvres proposées à plus d’un million de dollars est de seulement 20%.






Performances chinoises


La crise n’a pas fait vaciller la place de marché chinoise qui affiche au contraire des résultats supérieurs à 2007 avec 322 m€ de recettes sur le premier semestre 2010 contre 212 m€ il y a trois ans.


A l’heure où les places de marché anglo-saxonnes étaient à l’agonie, les enchères battaient leur plein en Chine qui enregistrait son meilleur produit des ventes semestriel.

Les quelques 384,4 m€ dégagés par les ventes d’œuvres d’art en Chine au second semestre 2009 représentent plus de deux fois le résultat français et écrase surtout le produit des ventes anglais !

En effet, avant que le Royaume-Uni ne reprenne du souffle en 2010, la Chine s’est imposée quelques temps comme la seconde place de marché mondiale pour la vente d’œuvres d’art, talonnant de 116m€ les Etats-Unis.


Les performances des places de marché de Hong-Kong - capitale du marché de l’art asiatique et quatrième ville pour les enchères derrière New-York, Londres et Paris - et de Shangai sont éloquentes : le volume d’affaires de la première gonflait de 158% entre 2009 et 2010, celui de la seconde explosait de 187% !





La réussite de Hong-Kong doit beaucoup à l’implantation des maisons de ventes Christie’s et Sotheby’s sur place.

L’antenne hongkongaise de Sotheby’s, par exemple, active depuis 2008, enregistrait de nouveaux sommets cette année, notamment avec les records Man Fong LEE pour sa toile Bali Life cédée 2,8 m$ le 5 avril 2010 et celui de Ye LIU, signé le même jour pour Bright Road vendue l’équivalent de 2,1 m$.



Lee Man Fong [Balinese Life]



LIU Ye (Bright Road )


Le marché asiatique en plein développement n’a pas encore atteint son degré de maturité. Le centre de gravité du marché de l’art mondial poursuit son déplacement vers l’Est.


Source © Artprice.com


.
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2374
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: LE MARCHE , LES ENCHERES   Ven 24 Sep - 16:50

.


L'art placement



Le palmarès des 10 meilleures enchères frappées à Londres en 2010 ( Août 2010 ).


A l’issue du premier semestre 2010 le marché haut de gamme enregistre un net rebond par rapport à 2009. En effet, le marteau a frappé fort sur le sol londonien où ont été présentées des pièces d’une qualité rare.


La clé de voûte de ces vacations : L’homme qui marche I d’Alberto GIACOMETTI vendu pour 58M£ (92,5m$) le 3 février dernier contre une estimation de 12-18m£.



Alberto Giacometti L'Homme qui marche


Depuis, les enchères records se sont succédées jusqu’au mois de juillet et les deux ténors du marché ont vu leurs chiffres d’affaires exploser (+46% pour Christie’s et + 116% pour Sotheby’s).

Si les cessions londoniennes ont été prospères, notamment en juin, elles affichent toutefois leur lot de déceptions…


Top 10 : Ventes de Londres 2010

Rang Artiste Adjudication Œuvre Vente
1 Alberto GIACOMETTI $92 521 600 L'homme qui marche I 03/02/2010 (Sotheby's London)

2 Pablo PICASSO $45 814 900 Portrait d'Angel Fernandez de Soto 23/06/2010 (Christie's London)

3 William TURNER $40 211 100 Modern Rome-Campo Vaccino 07/07/2010 (Sotheby's London)

4 Gustav KLIMT $38 284 800 Church in Casson-Landscape with Cypresses 03/02/2010 (Sotheby's London)

5 Édouard MANET $29 674 000 Portrait de Manet par lui-même, en buste 22/06/2010 (Sotheby's London)

6 Gustav KLIMT $24 754 825 Frauenbildnis (Portrait of Ria Munk III) 23/06/2010 (Christie's London)

7 André DERAIN $21 513 650 Arbres à Collioure 22/06/2010 (Sotheby's London)

8 Paul CÉZANNE $16 749 600 Pichet et fruits sur une table 03/02/2010 (Sotheby's London)

9 Pablo PICASSO $15 961 320 Le baiser (1969) 23/06/2010 (Christie's London)

10 Henri MATISSE $15 578 850 Odalisque jouant aux dames (1928) 22/06/2010 (Sotheby's London)


L’art moderne, une valeur sûre .

Avec l’Homme qui marche I, Giacometti ouvre une nouvelle ère du marché de l’art après un an et demi de crise.

En effet, lors de la cession du 3 février, Sotheby’s vendait aussi au double de son estimation basse une œuvre de Gustav KLIMT intitulée Church in Casson - Landscape with Cypresses.




Gustav Klimt Kirche in Cassone

A à 24 M£, elle affiche un record pour un paysage de l'artiste.

La vente Sotheby's enchaîne les succès et disperse encore la nature morte Pichet et fruits sur une table de Paul CÉZANNE.
Ravalée en mai 2001 alors estimée 14-20m$ , elle est cette fois adjugée 10,5M £ (est. 10-15m£) et se hisse à la huitième place de ce top.



Paul Cézanne Pichet et fruits sur une table 1893 / 94


Sotheby’s enregistre d'autres enchères historiques en juin lors de sa vente d’art impressionniste et moderne, notamment pour trois lots phares présents au palmarès : un rarissime autoportrait de Édouard MANET, Portrait de Manet par lui-même, en buste (on connaît seulement deux autoportraits de l’artiste) parti pour son estimation basse de 20m£ (29,6m$).


Bien que ce chef-d’œuvre soit le nouveau record de Manet aux enchères et qu'il représente à lui seul plus de 20% du produit de la vente du 22 juin 2010 (produit de ventes total : 98,87m£), Sotheby’s en espérait jusqu'à 30m£…


Une toile fauve d’André DERAIN, Arbres à Collioure, a aussi exalté les enchérisseurs, portée par une histoire rocambolesque (issue de la collection du marchand Ambroise Vollard et qui a sommeillé pendant quatre décennies dans le coffre d’une banque).
Frappée à 14,5m£, l’œuvre devance de 7m£ le précédent record de l’artiste.



André Derain Arbres à Collioure 1905


Quant à l’Odalisque jouant aux dames (1928) d'Henri MATISSE, qui peine à atteindre son estimation basse de 10m£ (soit 15,5m$) se hisse toutefois à la dixième place de ce palmarès.

Pour concurrencer son adversaire, Christie’s se devait de réussir sa vente du 23 juin. Ce fut chose faite avec trois beaux scores à la clé s’octroyant les deuxième, sixième et neuvième places de ce classement.


On pouvait s'attendre à une première place du top 10 pour le formidable buveur d’absinthe de la période bleue par Pablo PICASSO.



Pablo Picasso Portrait d'Angel Fernandez de Soto


Or ce Portrait d’Angel Fernandez de Soto dépasse à peine son estimation basse à 31m£ (45,8m$). C'est finalement une enchère décevante pour cette œuvre pouvant prétendre à une estimation haute de 40m£.


Le 23 juin toujours, Christie's cédait le Portrait of Ria Munk III de Gustav KLIMT à 16,7 m£ dans sa fourchette d’estimation (14-18m£).

Restituée en 2009 aux héritiers, cette œuvre est l’un des trois portraits commandés par Aranka Munk, la mère du modèle.

Enfin, Le Baiser de Picasso, toile acquise 2,5m£ en 2003 à Londres, grimpait cette fois à 10,8m£ (est. 8 – 12m£).

La vente consacrée aux Maîtres anciens et à la peinture anglaise chez Sotheby’s Londres dispersait le 7 juillet 2010 une œuvre de Joseph Mallord William TURNER: Modern Rome – Campo Vaccino.



William Turner Moder Rome - Campo Vaccino

Issue de la famille Archibald Rosebery, l’œuvre pulvérisait son précédent record pour une enchère s’élevant à 26,5m£ (est. 12-18m£).

Preuve qu'une actualité prestigieuse est un formidable stimulant pour le marché : cette vente advint après la grande exposition Turner et ses maîtres qui débutait à la Tate Britain (sept 09 – jan 10) et se poursuivait au Grand-Palais de Paris (fev – mai 10).


.
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2374
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: LE MARCHE , LES ENCHERES   Ven 24 Sep - 17:26

.

Nicolas De Stael



Pour la seconde fois en quinze ans, la Fondation suisse Pierre Gianadda ouvre une importante rétrospective du peintre Nicolas de Staël (18 juin – 21 novembre 2010).

Issu d'une famille aristocratique russe (baron Nicolaï Vladimirovitch Staël von Holstein), Nicolas STAëL de naît le 5 janvier 1914 à Saint-Petersbourg.
Il est élevé à Bruxelles après le décès de ses parents ou il est formé à l’Académie royale des Beaux-Arts et à celle de Saint-Gilles.
Arrivé en France en 1938, il étudie la peinture auprès de Fernand LÉGER, multiplie les rencontres et travaille avec acharnement pour devenir bientôt l’une des figures phares de l’École de Paris.

En quinze ans de production, De Staël peint un millier de toiles. Il se suicide au sommet de sa gloire le 16 mars 1955.

Ses œuvres des années 50 comptent parmi les favorites de l’École de Paris.

Son palmarès est d’ailleurs impressionnant par rapport aux autres artistes regroupés sous ce nom : De Stael affiche vingt enchères millionnaires à son actif (Wou-ki ZAO le bat cependant avec 41 enchères millionnaires) dont cinq furent signées lors de la précédente bulle spéculative entre 1989 et 1990.

Pendant quatorze ans, la maison de ventes parisienne Ader-Picard-Tajan a détenu son enchère record équivalente à 1,9m$ pour sa toile Syracuse datée de 1954.

Ce sommet est déclassé une première fois en 2004 à Londres avec Méditerranée (1,15m£ soit 2,1m$, Sotheby's) et une seconde fois en 2008 pour Marseille sous la neige qui frôlait les 3m$ (1,5m£ soit 2,99$, Christie's, Londres).



Nicolas De Staël Méditerrannée 1954



Nicolas De Staël Marseille sous la neige 1954


Comme Syracuse, ces deux toiles furent exécutées en 1954, année clef où la technique de l’artiste se modifie, devient plus fluide (dilution de l’huile étalée au coton ou à la gaze), et où il expose chez Rosenberg à New-York.






Les toiles des années 40, plus hermétiques et abstraites ne grimpent pas si haut.

A l’époque, De Stael cherche encore son langage et explore l’abstraction sous plusieurs angles, influencé par d’autres artistes de l’École de Paris.
Ainsi, ses toiles précoces sont accessibles dans une gamme de prix moindre, proche de celle des œuvres de Jean-Paul RIOPELLE ou de Serge POLIAKOFF.

Les prix grimpent par palier, selon l’évolution stylistique du peintre. Ainsi, les huiles des années 47-48 sont accessibles dans une fourchette moyenne de 200 000 à 300 000$ ; le prix des abstractions plus construites de 1949, fonctionnant par parcelles colorées, grimpe d’un cran avec des enchères oscillant entre 300 000 et 1m$, jusqu’à franchir le seuil des 2m$ pour les deux œuvres de 1954.






De l’importance de la place de marché



A la fin des années 80, la place de marché londonienne était au coude à coude avec Paris pour disperser les plus belles œuvres de De Stael.

Aujourd’hui, Londres a pris le dessus réalisant 61% des recettes mondiales pour 29% des transactions en salles, tandis que la France s’octroie 46% des lots et réalise "seulement" 29% de son produit des ventes.

Le travail de Nicolas De Stael est donc disputé avec plus de passion à Londres, comme en témoigne la Composition de 1949 vendue l’équivalent de 586 350$ en 2005 à Milan (Farsetti, 26/11/2005) et revendue le double à Londres sept mois plus tard (Christie's, 22 juin 2006).

Entre janvier et août 2010, Londres dispersait trois de ses œuvres pour un total de 2,1m$, Paris vendait deux pièces pour un résultat avoisinant les 400 000$.

La France est la place de marché n°1 pour les rares lithographies (entre 1 500 et 6 000$ en moyenne) et propose plus de dessins qu’ailleurs, souvent accessibles entre 10 000 et 30 000$. Les enchères fusent si le papier comprend un travail de collage : comptez alors entre 80 000 et 120 000$.





Source ArtPrice.com
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LE MARCHE , LES ENCHERES   

Revenir en haut Aller en bas
 
LE MARCHE , LES ENCHERES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marche pied pour poussette
» Traité d'Ambassade avec le Limousin et la Marche
» poussette double et marche pour 3° enfant
» Carte cadeau sephora... marche pour mac?
» Marche de la ZM-FN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: A FLEUR DE TOILE :: ACTUALITES :: MARCHE DE L'ART-
Sauter vers: