H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 UN MUSEE POUR L'AMOUR DES LETTRES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13304
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: UN MUSEE POUR L'AMOUR DES LETTRES   Lun 16 Aoû - 10:30

Situé au coeur du quartier Saint Germain à Paris, le Musée des lettres et manuscrits offre à ses visiteurs une exceptionnelle collection de documents, depuis l'antiquité à nos jours. Visite guidée.


Façade du Musée des lettres et manuscrits (Paris VIIème)
DR

Auparavant situé rue de Nesle où il s'installa en juin 2004, le Musée des lettres et manuscrits , fondé par le collectionneur et homme d'affaire Gérard Lhéritier, a rouvert ses portes le 15 avril dernier, dans un somptueux immeuble haussmanien du boulevard Saint Germain. Le bâtiment, réaménagé de façon à accueillir dans des conditions optimum les milliers de manuscrits du musée, dispose d'un espace d'exposition des plus modernes, rigoureusement contrôlé par des capteurs relevant en permanence les taux d'humidité et de luminosité.

Il faut dire que les lettres que renferme l'établissement sont, par nature, particulièrement fragiles, et nécessitent que l'on soit pour elles aux petits soins. Pascal Fulacher, conservateur des lieux, justifie l'existence d'un tel musée par le souci de sauvegarder « un patrimoine culturel unique, afin que soit porté à la connaissance du plus grand nombre ce qui jusqu'à présent relevait d'une affaire de spécialistes ». Et pour cause, si les institutions publiques telles que la BNF (Bibliothèque Nationale de France) ou l'ITEM (Institut des Textes et Manuscrits Modernes [CNRS]) disposent d'un patrimoine manuscrit énorme, notamment par le biais des Archives Nationales, force est d'admettre que ces trésors culturels, sauf expositions temporaires, sont difficilement accessibles au grand public. Dans cette optique, le Musée des lettres et manuscrits (musée privé faut-il le rappeler!), affiche la noble ambition de démocratiser l'accès à un patrimoine méconnu.
Ceci étant, les chercheurs demeurent la bienvenue. « Depuis le début ! » renchérit même monsieur Fulacher. Et d'ajouter: « toute demande dûment motivée par un chercheur est acceptée ; les pièces sont consultables sur place, dans une salle dédiée à cet effet ».


« Une collection unique en France ! »

Le musée dispose en fond propre de près de 70 000 documents, lettres et autres manuscrits . A cela s'ajoutent des oeuvres émanant de collections privées, prêtées à l'établissement par des particuliers dans le cadre de contrats. Environ un millier de pièces sont présentées dans les quelques 600 mètres carrés d'espaces d'expositions, et renouvelées, pour des raisons aussi bien de conservation que de diversité, périodiquement. 10 à 15 000 documents sont conservés boulevard Saint-Germain ; le reste étant entreposé dans un lieu tenu secret (sécurité oblige).

La richesse de ce musée tient autant à l'ancienneté et à la rareté de ses lettres qu'au prestige de ceux qui en sont les auteurs. François Ier, Charles Quint, Louis XIV, Napoléon Bonaparte, Rousseau, Voltaire... Recouvrant des domaines aussi variés que l'Histoire, la Littérature, les Sciences de la découverte, les Arts ou la Musique ; l'on passe ainsi successivement d'un collectaire[1] du haut Moyen-âge (le plus vieux parchemin du musée datant de l'an 825 ) au manuscrit d'Einstein ayant servi de base à la théorie de la relativité, en passant par les deux manifestes du surréalisme d'André Breton, une correspondance de Saint-Exupéry ou bien encore des partitions de Wagner ; pour ne donner que quelques exemples.

Parmi les manuscrits incontournables, bien sûr, le testament politique de Louis XVI. Bien que le contenu historique du document soit connu depuis longtemps, notamment parce qu'il servit de pièce à charge lors du procès du Roi en 1792, l'on pensait l'original perdu (une copie se trouvant à la BNF). Retrouvé il y a peu aux Etats-Unis, on se souvient d'une certaine effervescence médiatique lorsque celui-ci fut racheté en 2009, près d'un million d'euros, par un certain... Gérard Lhéritier.


DR
Vitrine consacrée à Napoléon Ier

Deux pièces de collection sont par ailleurs répertoriées dans la liste des trésors nationaux : Le manuscrit original de Cellulairement, le recueil que Paul Verlaine écrivit en prison, entre Mons et Bruxelles, où il séjourna après avoir blessé son amant Arthur Rimbaud ; ainsi que le manuscrit autographe de la Belle et la Bête par Jean Cocteau. A ce titre, « ces pièces ont interdiction absolue de quitter le territoire national », comme le rappelle Pascal Fulacher.

La qualité des lettres et manuscrits exposés, en dépit de leur âge et d'une vie par essence mouvementée (il s'agit souvent de correspondances), peut surprendre. Pas besoin d'avoir des années de paléographie derrière soi pour réussir à déchiffrer des lettres du bas moyen-âge ou de la Renaissance ; et si vous avez la chance de maîtriser l'alphabet cyrillique, il vous plaira de contempler les missives de Catherine II, la grande tsarine de toutes les Russies.
Les documents les plus fragiles sont paradoxalement les plus récents, particulièrement ceux datant de la fin du XIXème siècle. Comme le fait valoir le conservateur du musée, ceci répond à une certaine logique : «les manuscrits les plus anciens que nous possédons, s'ils ont réussi à traverser le temps, cela témoigne d'une forme de robustesse » ; plus scientifiquement, Pascal Fulacher explique que « l'introduction du bois dans la fabrication du papier, et donc de la lignine, (un composant responsable du jaunissement et à terme de l'effritement du papier), nuit à la conservation de la matière »

Au détour des différentes salles, quelques surprises sont à prévoir! A ceux, qui, par exemple, s'attendaient à retrouver Jean-Jacques Rousseau en littérature (il y est aussi, rassurez-vous); c'est avec amusement que vous le remarquerez au milieux des grands scientifiques de l'histoire. L'objet? Un autographe portant sur la botanique, dont le thème n'a finalement rien d'étonnant lorsque l'on songe à Julie ou la Nouvelle Héloïse, oeuvre dans laquelle le philosophe expose son goût pour l'art du jardin.

Enfin, parmi les pièces « anecdotiques » que permet de découvrir le musée, nous pouvons citer ces tablettes cunéiformes remontant aux sources de l'écriture, dans la Mésopotamie plurimillénaire. Beaucoup plus proche de nous, l'une des premières ampoules incandescentes de Thomas Edison, et même un exemplaire de la célèbre machine Enigma datant de la Seconde Guerre mondiale!

Actuellement, au rez-de-chaussée, là où se tiennent les expositions temporaires, le musée propose une rétrospective consacrée à Marcel Proust, jusqu'au 29 août ; puis, à partir du 16 septembre, une exposition sur l'Académie française au fil des lettres, à travers la correspondance des plus illustres académiciens, et de ceux, non moins célèbres, qui nourrirent l'espoir de le devenir (ou pas) .

Un programme passionnant en perspective, et un musée paisible à découvrir seul, en famille ou en groupe, qui ravira les amateurs de vieux papiers.

1. Livre de prières.

Musée des lettres et manuscrits. 222 Boulevard Saint-Germain (Paris VIIème).

Par Joffrey Bollée
Publié le 13/08/2010

http://www.lexpress.fr/culture/un-musee-pour-l-amour-des-lettres_912027.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
 
UN MUSEE POUR L'AMOUR DES LETTRES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» pour l'amour de ma vie
» Extrait de pour l'amour d'une femme. Témoignage d'une femme alcoolique
» Pour l'amour du risque
» quel pierre pour l amour? merci de vos responses
» Application "Confusions de lettres" pour iPad, iPod et iPhone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA PLUME EST LA LANGUE DE L'AME :: COUPS DE COEUR-
Sauter vers: