H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LE MYTHE DE L'ANDROGYNE

Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10390
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: LE MYTHE DE L'ANDROGYNE   Mer 11 Aoû - 3:21

Le mythe de l'Androgyne

« Androgynes brisés par la colère des dieux jaloux,
nous galopons derrière notre moitié perdue,
nous tentons de reconstituer l’unité des origines :
où est mon autre moi ?
qu’est devenue la complétude exquise dont je me souviens
et dans quelle vie l’ai-je
connue ? »

Jacqueline Harpman,
Orlanda, p. 120.



Jadis, ne vivaient que des androgynes,
êtres formés chacun de deux êtres de sexe opposé,
accolés l'un à l'autre et indissociables.

Forts de leur double nature, ils voulurent défier les dieux,
et Zeus décida de les punir en les séparant en deux êtres distincts,
l'homme et la femme...

Depuis, chaque être humain chercherait désespérément sa moitié,
son âme soeur, afin de s'unir à nouveau avec elle.

L'amour ne serait donc rien d'autre
que le sentiment de nostalgie de notre ancienne nature,
et une quête désespérée de l'unité perdue...


Une bien jolie histoire !

"Plus humaine que tout, l’androgyne est au fond de nous."
Freud


Dernière édition par Nine le Jeu 12 Aoû - 3:13, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10390
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LE MYTHE DE L'ANDROGYNE   Jeu 12 Aoû - 1:06

Dans Le Banquet
Aristophane présente la théorie platonicienne de l'androgyne :

Autant le dire toute suite.
Le mythe de l’androgyne, le fameux mythe de l'androgyne, n’existe pas,
et n’a pas jamais existé.
Il est souvent évoqué pour expliquer de manière symbolique l’hétérosexualité
et l’attirance entre homme et femme.
Le Banquet est sans doute le plus connu des dialogues socratiques.
Plusieurs personnages prennent la parole pour évoquer éros, la puissance du désir ;
puis survient Aristophane, qui raconte la légende




au commencement, il n'existait que des androgynes,
autrement dit tout à la fois mâles, femelles et hermaphrodites.

Chacun se suffisait à lui-même, le sentiment amoureux n'existait pas,
ou plutôt il existait seulement envers soi.
Le monde était pétri d'orgueil et ne craignait plus les Dieux.

Zeus lança alors sa foudre,
séparant les mâles, les femelles et les hermaphrodites en deux,
faisant naître les genres masculin et féminin.
Depuis, l'être humain cherche sa moitié.
C'est la naissance de la quête amoureuse,
mais aussi de l'hétérosexualité (souvenir des hermaphrodites)
et l'homosexualité (les mâles et femelles (pris séparément).
L'androgyne est dans le même mouvement la perfection humaine et l'origine de l'amour.

Platon, à travers le mythe,
donne la mesure de la fascination que l'androgyne exerçait dès l'Antiquité.
On retrouve l'androgyne dans les figures divines de l'Asie (Shiva-Shakti)
et des mers du Sud où il représente toujours le symbole de la réunion des contraires
en une union autonome et parfaite, le retour à l'unité originelle,
la totalité du monde naissant de la fin des oppositions.

Eve aussi naît d'une côte de l'Adam primitif androgyne (Genèse 1:27)

reprenant l'idée qu'il était une fois la perfection avant la différenciation.

"Aussi longtemps que l'Adam ne prend pas en considération
cet autre "côté" de lui-même, il "boite".


Dernière édition par Nine le Jeu 12 Aoû - 3:28, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10390
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LE MYTHE DE L'ANDROGYNE   Jeu 12 Aoû - 1:17

HERMAPHRODITE ENDORMI



Rome - Hermaphrodite endormi
Oeuvre romaine d'époque impériale
(IIe siècle après J.-C.)
Rome, près des thermes de Dioclétien
Marbre grec (hermaphrodite) et marbre de Carrare (matelas)
Musée du Louvre Paris.

L'Hermaphrodite endormi du Musée du Louvre est une oeuvre romaine
de l'époque impériale (IIe siècle ap. JC),
probablement une copie d'une oeuvre héllenistique,
comme de nombreuses sculpture de cette époque.
C'est Le Bernin qui réalisa en 1619 le matelas sur lequel est posé le marbre.
Ce matelas, tout en courbe ne fait que magnifier la sculpture.

Hermaphrodite est le fils d'Hermès et d'Aphrodite,
celui-ci avait repoussé les avances de la nymphe Salmacis,
qui folle d'amour optin de Zeus que leur corps soient unis pour toujours,
Zeus acquiesa, et ainsi apparut l'Hermaprodite,
mariage étrange entre les deux corps.

LE MYTHE

Hermès aura de nombreuses liaisons amoureuses.
Il donnera naissance à Hermaphrodite et Priape en séduisant Aphrodite.
Celle-ci succombera à son charme après avoir été dépouillée
de l'une des sandales d'or par un aigle envoyé par Zeus
(qui voulait aider son fils) alors qu'elle se baignait dans le fleuve Achéloos.
Hermès offrira de lui rendre la sandale en échange de ses faveurs.

Hermaphrodite sera élevé sur le mont Ida, en Phrygie.
Devenu adolescent, il se rendra à Halicarnasse, en Carie.
Salmacis tombera amoureuse de lui vainement.
Hermaphrodite se baignera par hasard dans sa source.
La Naïade l'entraînera au fond de l'eau en suppliant les dieux
de réunir leurs deux corps éternellement.
La créature deviendra l'Hermaphrodite qui possède les proportions
et la poitrine de femme ainsi que des organes mâles.
Les parents d'Hermaphrodite l'autoriseront à faire en sorte
que la source exerce un effet identique sur tous les hommes qui s'y baigneront.

Le sculpture habile, nous présente en premier une image très féminine du modèle,
dans une position d'abandon complète,
mais c'est pour mieux nous révèler de l'autre côté la véritable nature androgyne du sujet.
Ce type de figure était courant à la fin de la période hellénistique
et en vogue dans l'empire.



L’Hermaphrodite endormi s’agite dans son sommeil avec son drap,
et l’artiste en profite pour créer une rupture de rythme :
le drap longe le corps horizontal puis remonte soudain
verticalement au niveau des chevilles.
L’œil rebondit sur cet effet plastique extraordinaire,

Toute la délicatesse et le raffinement de cette sculpture témoigne
d'une civilisation parvenu au faite de son art, et en recherche de nouvelle sensation.
d’un plaisir perdu.
Ni le matelas, ni l’oreiller ne vont résister,
comme le chante Bashung dans Vertige de l’amour :
« J’ai crevé l’oreiller, j’ai du rêvé trop fort ».
Entraînés par une sœur d’Alice, nous n’allons pas de l’autre côté du miroir,
nous allons au-delà du marbre de la culture grecque
et Lou Reed nous propose une promenade dans le monde moderne
avec Walk on the wild side.


Dernière édition par Nine le Jeu 12 Aoû - 1:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10390
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LE MYTHE DE L'ANDROGYNE   Jeu 12 Aoû - 1:39

LOU REED
WALK ON THE WILD SIDE


Une planète est un corps androgyne,
pourvu des deux sexes et fonctionnant en masculin par les copulations du pôle nord,
et en féminin par celles du pôle sud.
Le Phalanstère
Citations de Charles Fourier