H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MARILYN MONROE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12969
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Sam 21 Fév - 16:54

BIOGRAPHIE DE MARILYN MONROE


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Alfred Eisenstaedt

Née le 1er juin 1926 à Los Angeles. Sur le certificat de naissance on peut lire Norma Jeane Mortensen mais elle fut parfois appelée Norma Jeane Baker.
On ignore qui est vraiment son père, le nom de Mortensen est celui du second mari de sa mère mais celui-ci l'aurait quittée avant la naissance de Norma Jeane. D'autre part, la mère de Norma Jeane avait une liaison avec un de ses collègues de travail pendant l'absence de son mari et cela durant plusieurs mois.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
®Bert Stern

L'enfance de Norma Jeane est assez chaotique. Sa mère la place en famille d'adoption alors que le bébé n'est âgé que de quelques jours. Sa mère ne vient la voir que le week-end et parfois reste longtemps sans voir sa fille car elle fait de fréquents séjours en hôpitaux psychiatriques. Les sept premières années de la petite fille sont assez stables. Ayant mis assez d'argent de côté pour s'offrir un bungalow la mère de Norma Jeane récupère sa fille. Cette situation ne dure pas longtemps car sa mère est de nouveau internée en clinique psychiatrique.
Norma Jeane est confiée à diverses familles d'adoption et orphelinats sous la tutelle de sa "tante" Grace une amie de sa mère. Grace obtient la tutelle officielle de l'enfant et celle-ci vient donc vivre avec Grace, son mari en 1937.Cette année-là, elle a été agressée sexuellement par le mari, ainsi que par son cousin Jack Monroe.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Cecil Beaton

A 16 ans Norma Jeane épouse Jim Dougherty un voisin de 5 ans son aîné. Mariage quelque peu "arrangé" par "tante Grace". La cérémonie à lieu le 19 juin 1942 à 20h30. Norma Jeane entame une vie de femme au foyer, mais la guerre incite son mari à s'engager dans la marine. Malgré la fréquentation assidue du cinéma de son quartier Norma Jeane s'ennuie ferme. Elle trouve du travail comme vérificatrice de parachutes à la R. Plane Co.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1946

C'est un photographe de l'armée ayant pour consigne de photographier des femmes au travail pour relever le moral des troupes qui la remarque. Elle fait la couverture du magazine "Fank" du 26 juin 1945. Pleine d'assurance et nourrie de rêves de gloire depuis son enfance, elle se présente à l'agence de mannequins d'Emmeline Snively "Blue Book". C'est Miss Snively qui l'incite à se décolorer en blonde pour plus de "piquant". Elle commence alors à se dire que la carrière de mannequin est incompatible avec celle d'épouse et malgré les réticences de Jim obtient le divorce qui sera prononcé le 2 octobre 1946.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Richard Avedon

Dès 1946 elle fait la couverture de tous les magazines, Miss Snively lui arrange une entrevue avec Ben Lyon le recruteur de talents de la 20th Century Fox qui lui permit de faire un bout d'essai. Le verdict est sans appel : elle est pourvue d'une qualité déterminante, le "sex-appeal". Daryl Zanuck donna l'ordre à Lyon de lui faire signer un contrat. Mais Lyon a une initiative de génie c'est de donner un nouveau nom à cette nouvelle femme. Il propose Marilyn en hommage à l'actrice Marilyn Miller et c'est Norma Jeane qui propose Monroe le nom de famille de sa grand-mère maternelle.

Elle n'accepta néanmoins d'en faire son nom légal que 7 ans avant sa mort.
Elle tourne deux petits rôles pour la Fox mais son contrat n'est pas renouvelé. Elle signe alors un contrat d'essai de 6 mois avec la Columbia où elle joue quelques rôles secondaires dans des films de série B. Pendant ce temps elle prend des cours d'art dramatique et de diction. La Columbia ne renouvelle pas son contrat. Marilyn se trouve au chômage.Elle accepte alors de poser pour de nombreux reportages photographiques notamment avec Tom Kelley qui réalisa le fameux calendrier scandale ou elle pose nue.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Milton Greene

En 1950 Groucho Marx l'engage pour le film "La pêche au trésor" car selon ses dires "elle a le plus beau cul de la profession !".Depuis quelques mois elle vit avec Johnny Hyde un agent important et fortuné qui veut l'épouser et en faire son héritière mais elle ne veut pas en entendre parler. Il arrive quand même avant sa mort à faire engager Marilyn pour le film de John Huston "Asphalt Jungle". A la sortie du film c'est un gros succès personnel pour Marilyn. La M.G.M. est submergée de courrier à son sujet mais lui refuse un contrat. La Fox l'engage. Sa carrière est lancée. C'est alors qu'éclate le scandale du calendrier (en 1952). La Fox affolé demande à sa vedette de nier qu'il s'agit d'elle. Marilyn refuse et s'explique publiquement. "J'avais besoin d'argent" dira-t-elle.

Début 1952, elle rencontre Joe DiMaggio, idole du base-ball. Ils se marient le 24 janvier 1954, mais Joe ne supporte pas le succès de Marilyn, le regard des hommes sur elle, le divorce est prononcé le 27 octobre 1954.
Marilyn est avide de respectabilité selon ses dires, elle rêve d'un foyer, d'enfants, d'une vie normale en parallèle à sa carrière. Cela semble bien sûr assez difficile à concilier.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Milton greene

Celle qui reçoit 250 demandes en mariage par semaine entreprend de soigner son image de marque et part à New York suivre les cours de l'"Actors Studio" dirigé par Lee Strasberg. Elle y recueille beaucoup de satisfactions et de gratifications tant elle se montre bonne élève.

A l'époque on la voit beaucoup au bras de Marlon Brando. C'est aussi à cette période que s'amorce sa relation avec Arthur Miller.

Auteur dramatique, marié et père de 2 enfants, celui-ci obtient le divorce d'avec sa femme le 11 juin 1956 et épouse Marilyn le 29 juin 1956 (mariage civil). Le 1er juillet eu lieu une cérémonie juive traditionnelle, Marilyn s'étant convertie au Judaïsme. Toujours en recherche d'une "vraie" famille, elle s'intègre totalement à la cellule familiale de Miller, ses 2 enfants et ses parents. L'été 1956 passé à Amagansett fut l'époque la plus heureuse de la vie de Marilyn. En Juillet elle se découvre avec joie enceinte mais c'est un bonheur de courte durée car il s'agit d'une grossesse extra-utérine qu'il faut interrompre au grand désespoir de Marilyn qui sombre dans la dépression. A deux reprises on la sauve d'overdoses de barbituriques.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bert Stern

Le métier d'écrivain de Miller l'oblige à une certaine solitude qui au début, semble convenir à Marilyn, mais à la longue, l'isolement lui pèse et Miller insiste pour qu'elle accepte le tournage de "Certains l'aiment chaud". Sur les plateaux de cinéma elle agace tout le monde par ses caprices et aussi ses nombreux retards. Fin décembre, elle fait une fausse couche et même le triomphe de "certains l'aiment chaud" ne la sort pas de sa déprime.
Son couple se détériore. Pendant le tournage du film "Le milliardaire" le bruit court d'une idylle entre Marilyn et Yves Montand. Il est plus probable que Marilyn ait eu un béguin pour lui mais qu'il n'ait pas voulu de cette aventure.
Pendant le tournage du film "Les désaxés" spécialement réécrit par Miller pour Marilyn, les relations du couple vont de mal en pis. Ils se séparent en novembre 1960. Le divorce sera prononcé le 20 janvier 1961. Suit alors une longue période de dépression. Séjours en clinique, abus d'alcool et de médicaments.

Début 1962 Marilyn à (probablement) une liaison avec Robert Kennedy. Cela semble lui remonter le moral, elle entame le tournage d'un autre film. Il est plus que possible qu'elle ait eu aussi une liaison avec le Président Kennedy. Paradoxalement, après sa mort, on trouvera une lettre inachevée adressée à Joe DiMaggio dans laquelle elle lui fait part de son intention de se remarier avec lui...
En mai 1962, elle est conviée à chanter "Happy Birthday" au Madison Square Garden pour l'anniversaire du Président Kennedy. Mais elle l'interprète à sa manière en chantant, susurrant, haletant... Ce à quoi le Président répondit : "Après d'aussi douces paroles, je peux prendre ma retraite".

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Le tournage de "Something got to give" est interrompu en juin 1962, Marilyn étant trop épuisée physiquement ne peut continuer. Elle sera contrainte ainsi que Dean Martin son partenaire (qui prend sa défense) à payer des dommages et intérêts à la Fox pour rupture de contrat.

Le matin du 5 août 1962 on découvre Marilyn morte à son domicile. Officiellement l'enquête conclut à un suicide, mais saura-t-on jamais ce qui s'est réellement passé?

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Milton Greene



Romances


Milton Berle
Marlon Brando
Andre de Dienes
Yul Brynner
Oleg Cassini
Paddy Chayefsky
Tony Curtis
Sammy Davis, Jr.
Blake Edwards
Albert Einstein
Milton Greene
Howard Hughes
John Huston
Johnnny Hyde
Elia Kazan
John F. Kennedy
Robert Kennedy
Dean Martin
Robert Mitchum
Yves Montand
Harry P. Cohn
Mickey Rooney
Porfirio Rubirosa
George Sanders
Joseph M. Schenck
Bugsy Siegel
Frank Sinatra
Mel Torme
Charlie Chaplin Jr
Orson Welles
Darryl F. Zanuck


Dernière édition par liliane le Mar 23 Fév - 16:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12969
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Sam 21 Fév - 20:22

FILMOGRAPHIE


Something's got to give - 1962
Réalisé par George Cukor

Avec Marilyn Monroe, Dean Martin, Cyd Charisse

Résumé : Ellen est mariée à Nicholas, qui lui a donné deux enfants. Un jour, elle disparaît mystérieusement. Laissée pour morte, elle réapparaît plus tard dans la vie de son époux.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Les Désaxés - 1961
Le Milliardaire- 1960
Réalisateur: George Cukor
Avec Marilyn Monroe, Yves Montand, Tony Randall, Frankie Vaughan
Résume: Un riche industriel veut faire interdire une pièce satirique dans lequel il est caricaturé. Ebloui par Amanda, la vedette féminine du spectacle, il ne fait rien pour rétablir l'heureux quiproquo qui a fait de lui un membre de la troupe de théâtre. Le milliardaire devenu figurant saura-t-il conquérir le coeur de l'actrice ?
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Certains l'aiment chaud - 1959
Réalisateur: Billy Wilder
Marilyn Monroe, Tony Curtis, Jack Lemmon
résumé: Deux musiciens de jazz au chômage, mêlés involontairement à un règlement de comptes entre gangsters, se transforment en musiciennes pour leur échapper. Ils partent en Floride avec un orchestre féminin. Ils tombent illico amoureux d'une ravissante et blonde créature, Sugar Cane, qui veut épouser un milliardaire.
Le Prince et la danseuse - 1957
Réalisé par Laurence Olivier
Avec Laurence Olivier, Marilyn Monroe
Résumé : Le prince Charles, Régent de Karpathie, petit royaume d'Europe Centrale, vient représenter son pays aux cérémonies du couronnement de George V, à Londres, en l'année 1912. Le prince assiste alors à la représentation d'une revue légère où il tombe sur le charme d'une jeune actrice américaine. Guindé et portant monocle, il semble pourtant se réveiller à la vie, au contact de cette délicieuse chorus girl...
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Arrêt d'autobus - 1956
Réalisateur: Joshua Logan
Avec Marilyn Monroe, Don Murray, Arthur O'Connell
Scénariste: George Axelrod
résumé: Bo Decker, un jeune cow-boy du Montana sans expérience de la vie autre que les vaches et les chevaux, se rend à Phoenix avec son ami Virgil Blessing pour y participer à un rodéo. Virgil lui annonce d'entrée qu'il faudra penser enfin à faire la connaissance d'une femme. Bo, d'abord surpris, se rallie à l'idée: "I'm gotta get me an angel" (Je vais me trouver un ange). Bo trouve bientôt son ange en la personne de Chérie, une chanteuse ambitieuse et de petite vertu
Sept ans de réflexion - 1955
Réalisateur: Billy Wilder
Avec Marilyn Monroe, Tom Ewell,Evelyn Keyes
Résumé: Richard Sherman, un publiciste, vient de déposer à la gare sa femme et ses enfants. Il prévoit de rester seul pour les vacances d'été dans son appartement new-yorkais. Après sept ans de mariage, il fantasme allègrement sur les filles qu'il rêve de séduire. Sa solitude va vite être troublée par sa charmante voisine blonde du dessus. Il ne tarde pas à l'inviter chez lui pour prendre un verre.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La Joyeuse Parade - 1954

Réalisé par Walter Lang
Avec Ethel Merman, Donald O'Connor, Marilyn Monroe
Une photographe de Los Angeles tente de se remettre de la mort tragique de son compagnon. Mais durant cette période de deuil, elle tend à perdre le sens des réalités.
Rivière sans retour - 1954
Réalisateur: Otto Preminger
Avec Robert Mitchum, Marilyn Monroe, Rory Calhoun, Tommy Rettig
Résume: En 1875, Matt Calder, un ancien repris de justice veuf, vient chercher Mark, son fils âgé de neuf ans, dans un camp de chercheurs d'or. C'est Kay, une chanteuse de saloon, qui avait pris l'enfant sous son aile. Ils vont se retrouver quand l'amant de Kay l'abandonnera, ayant auparavant volé le fusil et le cheval de Matt, les laissant sans défenses à la merci des Indiens.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Comment épouser un millionnaire - 1953
Réalisateur: Jean Negulesco
Acteurs: Betty Grable, Marilyn Monroe, Lauren Bacall

Résumé : Pour gagner les faveurs des hommes fortunés, les trois mannequins Schatze, Loco et Pola louent un superbe appartement. Leur rêve : faire un beau et riche mariage ! Voilà pourquoi Shatze commence par refuser les avances de Tom, qui semble être, selon toute évidence, sans le sou. La jeune femme jette alors son dévolu sur Hanley, un quinquagénaire rencontré lors d'une soirée, où ses deux amies rencontreront deux autres millionnaires.
Les Hommes préfèrent les blondes - 1953

Réalisateur: Howard Hawks

Avec : Jane Russell, Marilyn Monroe, Charles Coburn

Résumé: Une blonde explosive, croqueuse de diamants et une brune foudroyante éblouie par les muscles des beaux messieurs s'embarquent pour la France. Sur le paquebot se trouvent le richissime Piggie, les athlètes américains de l'équipe olympique et un beau detective chargé de surveiller Lorelei
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Niagara - 1953
Réalisateur: Henry Hathaway
Avec Jean Peters,Marilyn Monroe, Joseph Cotten
résumé: Ray et Polly Cutler sont en séjour à Niagara Falls. Ils font la connaissance de George et Rose Loomis, un couple au bord de la rupture. Rose a organisé le meurtre de son mari avec son amant mais quand elle annonce la disparition de son mari aux Cutler, elle a la désagréable surprise de reconnaître à la morgue le cadavre de son amant.
La Sarabande des pantins - 1952

Réalisé par Henry Hathaway, Howard Hawks, Henry King
Avec Anne Baxter, Jeanne Crain, Farley Granger, Marilyn Monroe (une passante)
Film à sketchs inspiré de cinq nouvelles de l'auteur O.Henry, allant du polar au drame.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Chéri je me sens rajeunir - 1952
Réalisé par Howard Hawks
Avec Cary Grant, Ginger Rogers, Marilyn Monroe
Barnaby Fulton, chimiste de talent, tente de mettre au point une eau de jouvence. La guenon qui lui sert de cobaye s'échappe et l'imitant, concocte sa propre mixture. Barnaby en boit et se conduit comme un gamin. Puis c'est sa femme qui en ingurgite...

Troublez-moi ce soir 1952
5 mariages à l'essai 1952
Le Démon s'éveille la nuit 1952
Chéri, divorçons 1951
Love Nest 1951
Trop vieux mon vieux 1951
Home town story 1951
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Right Cross 1950
The Fireball 1950
Eve 1950
Quand la ville dort 1950
A ticket to Tomahawk 1950
La Pêche au trésor 1950
Les Reines du music-hall 1948
Scudda hoo ! Scudda hey ! 1948
Dangerous years 1947
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12969
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Sam 27 Juin - 16:21

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Bert Stern
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12969
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Ven 7 Aoû - 9:08

Dans ses mémoires, The Making of 'Some Like It Hot', l'acteur décrit sa liaison avec l'actrice avec des détails très explicites, et affirme même que l'enfant qu'elle portait en 1958 était le sien. Lire la suite l'article

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Tony Curtis se souvient du jour où l'actrice a annoncé sa grossesse en octobre 1958, lors d'un échange houleux avec son mari, Arthur Miller, qui refusait de croire que le bébé était celui de Tony Curtis.

Et même si Janet Leigh, la femme de Tony Curtis à l'époque, était aussi enceinte de leur deuxième fille, Jamie Lee, il affirme que Marilyn Monroe avait l'intention d'élever l'enfant qu'elle a perdu lors d'une fausse-couche.

L'acteur a aussi révélé que sa première relation avec Marilyn Monroe date de 1950, lorsqu'elle lançait sa carrière, et il avoue qu'il n'oubliera jamais leurs ébats sexuels.

Il écrit "Lorsque j'étais au lit avec Marilyn, je ne savais jamais avant, pendant ou après, où j'avais la tête. Elle était actrice. Elle jouait peut être un rôle. Elle jouait peut être le rôle qu'elle pensait que un homme voulait. Je n'en ai jamais demandé davantage. Ce que j'ai vécu avec elle est inoubliable."

Le livre de Tony Curtis devrait sortir le 28 septembre (09).

http://fr.news.yahoo.com/60/20090807/ten-tony-curtis-parle-de-la-grossesse-de-735c8f3.html


Dernière édition par liliane le Mar 3 Aoû - 9:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Lun 10 Aoû - 15:38

Chanson composée par Claude Nougaro en 1963
suite à la mort de Marilyn Monroe.



Marilyn, Marilyn

Quel est le film, le scénario
Qu'il te faut tourner de nouveau
Et dans quel néant s'illumine
Le néon de ton nom, Marilyn

Avais-tu donc le cœur si las
Que tu préfères l'au-delà
A l'eau si bleue de ta piscine
O Marilyn, Marilyn

Le talent payé à prix d'or
La beauté en technicolor
Et le soleil californien
Non, tout cela ne sert à rien
Quand on voit l'envers du décor

Ça tourne mal, ça tourne court
Nos rêves, nos joies, nos amours
L'espoir comme un vieux magazine
A glissé de tes doigts, Marilyn

Nos vies ne sont qu'un bout d'essai
Pour qui, pourquoi, Dieu seul le sait
Toi qui connais la fin du film
Dis Marilyn, est-ce un baiser

Dis Marilyn, est-ce un baiser ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12969
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Mar 23 Fév - 16:03

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Une des rares photos avec John Kennedy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12969
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Ven 23 Avr - 21:34

Des textes inédits de Marilyn Monroe publiés au Seuil, détenteur des droits mondiaux

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Des lettres, notes, poèmes inédits et jamais divulgués de Marilyn Monroe vont être publiés à l'automne en France par les éditions du Seuil, qui ont obtenu les droits mondiaux et les ont négociés dans plusieurs pays, dont les Etats-Unis, a annoncé l'éditeur vendredi.
C'est Anna Strasberg, veuve du célèbre directeur de l'Actors Studio Lee Strasberg, héritier par testament de la succession de Marilyn, qui a confié le soin de publier ces textes à Stanley Buchthal, ami de la famille, et à Bernard Comment, éditeur au Seuil. La plupart de ces textes sont manuscrits.

"Cette aventure est une suite de hasards de la vie. Je suis entré en relation avec quelqu'un de la succession Monroe à l'automne 2008. Je suis allé à New York et j'ai réussi à obtenir la confiance des ayants-droit", a confié à l'AFP Bernard Comment.

Le livre de 250 pages, comprenant les fac-similés des textes écrits par l'actrice américaine et dont le titre n'est pas encore arrêté, sortira en octobre en France et dans plusieurs pays dont l'Allemagne (S. Fisher Verlag), l'Espagne (Seix Barral), l'Italie (Feltrinelli) et bien sûr les Etats-Unis (Farrar, Straus & Giroux), a-t-il précisé.

"C'est un investissement de développer un tel projet", a reconnu M. Comment sans vouloir citer de chiffres. "A l'étranger, nous avons choisi des éditeurs au profil littéraire. Ce n'était pas forcément les plus offrants mais ceux qui avaient le catalogue le plus prestigieux", a-t-il relevé.

"J'ai été très ému par ce que j'ai eu entre les mains. Il s'agit d'un parcours inédit de la vie de Marilyn. On y trouve des lettres à Lee Strasberg, à sa psychanalyste... Le premier document date de fin 1943 et le dernier de 1962, l'année de sa mort", ajoute-t-il.

Chaque section du livre, organisé par ordre chronologique, est introduite par un texte qui replace les documents dans leur contexte. Une trentaine de photos de l'actrice illustrent l'ouvrage.

"Il n'y a pas eu d'expertise graphologique. Son écriture change beaucoup et il n'y a pas de doute sur l'origine des documents qui se trouvaient dans les affaires de Marilyn dont Lee Strasberg a hérité après la mort de l'actrice", a estimé M. Comment. "Nous avons écarté les quelques textes qui circulent sur internet et dont nous n'avions pas les originaux", a-t-il ajouté.

Marilyn Monroe a été retrouvée morte le 5 août 1962 à Los Angeles. Elle avait 36 ans. Les causes de sa mort font toujours l'objet de spéculations.

http://www.commeaucinema.com/afp/des-textes-inedits-de-marilyn-monroe-publies-au-seuil-detenteur-des-droits-mondiaux,182154
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12969
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Mar 3 Aoû - 9:52

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« C'est l'humeur et l'état d'esprit d'une femme qu'un homme doit stimuler pour que le sexe ait un intérêt. L'amant, le vrai, est celui qui vous fait fondre rien qu'en vous touchant la tête, en vous souriant droit dans les yeux. »


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
«Une carrière réussie est une chose merveilleuse, mais on ne peut pas se pelotonner contre elle, la nuit, quand on a froid l'hiver.»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2380
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: MARILYN MONROE " FRAGMENTS "   Sam 2 Oct - 13:01

.
C'est un livre attendu dans le monde entier : «Fragments» paraîtra au Seuil ce 7 octobre, et simultanément dans une dizaine de pays.

Il rassemble des poèmes, des écrits intimes et des lettres - tous inédits - de Marilyn Monroe.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Longtemps elle n'est allée qu'à l'école de la vie dans les faubourgs de Los Angeles.

Un père qui s'éclipse avant sa naissance. Une mère schizophrène, avec qui elle vivra brièvement à 7 ans, avant de la voir partir à l'asile.
Un séjour à l'orphelinat entre deux familles d'accueil.
Des études écourtées pour convoler à 16 ans, en juin 1942, avec James Dougherty, de cinq ans son aîné, le fils d'un voisin d'une famille d'accueil.
James «ne coïncidait pas en réalité avec l'idéal de l'homme de mes rêves probablement étais-je très fortement attirée par lui comme l'un des rares jeunes gens pour lesquels je n'avais pas de répulsion sexuelle», explique-t-elle dans la longue note ouvrant les Fragments.

L'ensemble de ce texte introspectif, lumineux et chaotique, fut-il vraiment écrit vers 18 ans?

Le recul face aux événements, les ruptures de ton et de temps, le choix assumé d'un «point de vue objectif et analytique» (sic) et la frappe à la machine interrogent.

Marilyn griffonnait sur des carnets, des feuilles volantes, des bouts de papier.
S'agit-il de notes éparses mises au net ultérieurement ?
Ce n'est pas la seule zone d'ombre de ces Fragments (manuscrits ou dactylographiés) alignant une Marilyn dans tous ses états d'écriture: écrits intimes, lettres, poèmes, recettes de cuisine, notes diverses.

La teneur d'un certain nombre de textes étant loin d'être inédite, c'est autant le fond que la forme de l'ouvrage, son principe d'accumulation, sa mise en perspective biographique qui font sa singularité.

Précisons que Marilyn ne se souciait aucunement de reconnaissance littéraire (ses souvenirs sont posthumes et rapportés).
Elle n'écrivait que pour se rassembler, se donner l'heure, elle qui était toujours en retard. Dans le monde, pour le monde, elle se voulait actrice.




Marilyn plongée dans «Ulysse» de Joyce. Crédits photo : Eve Arnold / Magnum Photos



Dougherty n'aurait donc jamais dû s'embarquer dans la marine marchande, sa petite femme en a profité pour réanimer un rêve de gloire enfantin en posant pour des magazines de pin-up.

Quand le marin revient, elle ne pense plus qu'au cinéma, ils divorcent en 1946. Le magnat Howard Hughes a remarqué Norma Jean Baker sur un magazine.

Rebaptisée Marilyn Monroe par la Fox, elle commence par jouer les utilités blondes. Même après ses prestations dans Eve de Mankiewicz et dans Quand la ville dort de Huston, elle ne passe pas pour une cérébrale à Hollywood.


En 1951, assistant à une discussion entre Elia Kazan et le dramaturge Arthur Miller, l'auteur de Mort d'un commis voyageur, elle se trouve «effroyablement stupide.

Je ne connaissais rien à la peinture, à la musique, à la littérature, à l'histoire, à la géographie»(1).
Elle suit un cursus d'histoire de l'art, se plonge dans Freud et les classiques.

Bientôt elle lira Ulysse de Joyce en débardeur bariolé. Ce rattrapage se double de cours de comédie ; elle consigne studieusement dans un carnet: «Une actrice n'a pas de bouche», «Ecoute avec les yeux», «Flottement», «Tension».

Quand elle note «Seule!!!!!!» et «Je crois en moi jusque dans mes sentiments les plus délicats et ténus», elle a doublement raison.




Découvrez Fragments, les écrits intimes de Marilyn Monroe sur Culturebox !




Après Niagara, le producteur Darryl Zanuck, qui la surnommait «Tête de paille»(1) à ses débuts, la voit en poule aux œufs d'or.

Mais c'est son tour de mépriser Hollywood, ses têtes vides, ses bourses pleines.

Elle préfère parler poésie avec Edith Sitwell. L'envol de sa robe au-dessus de la bouche de métro sur Sept ans de réflexion a pourri son mariage avec l'ex-base-balleur Joe DiMaggio.
Elle veut changer d'air, de films, lancer sa maison de production.

Fin 1954, en lunettes et perruque noires, elle prend un billet au nom de Zelda Zonk et s'envole pour New York.

A New York, c'est la rencontre décisive avec Lee Strasberg, le directeur artistique de l'Actors Studio.
Il collectionne les livres, écoute Mozart et passe pour un gourou. Il conseille à ses élèves d'entamer une psychanalyse pour exprimer leur potentiel.
En entrant à l'Actors Studio, Marilyn entre aussi en psychanalyse, chez le Dr Margaret Hohenberg.

Sur du papier à en-tête de l'hôtel Waldorf Astoria, où elle loge l'année de son arrivée à New York, elle lâche des mots édifiants sur l'emprise du mentor et de la psy: «Le meilleur des chirurgiens - Strasberg doit m'ouvrir le corps ce qui m'est égal puisque le DrH m'a préparée - m'a donné un anesthésiant, mais elle a fait aussi un diagnostic et est d'accord avec ce qui doit être fait - une opération pour me rendre à la vie et pour de cette terrible maladie, quelle qu'elle soit.»
Cela ressemble à un mauvais rêve.


A New York, elle retrouve Arthur Miller. L'homme à la silhouette de héron est inquiété pour ses idées communistes.
Marilyn s'en fout, qui griffonne dans un agenda un hymne auseul «être humain que j'ai jamais rencontré que je pourrais aimer non seulement comme un homme que je désire jusqu'à en être pratiquement affolée - mais (...) en tant qu'autre être humain à qui je fais confiance autant qu'à moi-même».

Son problème, c'est la confiance en elle. En atteste une note ironique de 1955: «Souviens-toi que tu peux être assise au sommet du monde (on ne dirait pas).»

S'asseoir n'est pas son genre. Malgré l'insistance de Tennessee Williams, Kazan ne voudra plus de ses fesses pour Baby Doll: «Il dit que j'ai été à ce point déifiée comme sex symbol que le public ne me verra jamais comme une vierge ou une fille de dix-neuf-vingt ans.»

Le sex-symbol électrise les intellos de Manhattan. Elle se lie avec Carson McCullers, le garçon manqué aux joues en côtes d'agneau.

L'inévitable Truman Capote l'escorte en boîte de nuit et se rappellera plus tard que c'est en 1955 qu'elle «commença à avaler trop de cachets et à boire trop de champagne»(1).

Quand elle annonce qu'elle veut jouer le rôle de Grushenka dans Les Frères Karamazov, les mongols d'Hollywood ricanent.

Là-bas, on l'attend au tournant sur Bus Stop de Joshua Logan. Malgré les cours de Strasberg et la présence de sa femme Paula, dépêchée en chaperon sur le tournage, elle panique toujours autant.

«Dès que j'entre dans une scène je perds ma relaxation mentale (...). Ma volonté est en éveil mais je ne peux rien supporter. J'ai l'air folle mais je crois que je suis en train de devenir folle.»


Terreur récurrente qui obligera Strasberg à débarquer sur le tournage londonien du Prince et la Danseuse (ça barde avec Laurence Olivier) et Miller à se pointer sur celui de Certains l'aiment chaud pour la sortir de la loge où elle se barricade.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Exclusivité «Figaro Magazine» : en 1956, Marilyn semble se retrouver dans les yeux clos de cette rare « Danseuse » en cire de Degas (Los Angeles, 1956). Crédits photo : Eve Arnold / Magnum Photos



En tournant Le Prince et la Danseuse, nouvellement mariée à Miller en cet été 1956, elle s'aperçoit qu'elle n'est pas la seule à noircir du journal intime.

Elle est tombée sur celui de Miller, qui se dit déçu par elle.
On ignore si c'est avant ou après la trouvaille qu'elle couche sur du papier de sa résidence du Surrey: «Je pense que j'ai toujours été profondément effrayée à l'idée d'être la femme de quelqu'un car j'ai appris de la vie qu'on ne peut aimer l'autre, jamais, vraiment.»

En villégiature dans leur campagne de Roxbury (Connecticut), elle écrit vers 1958 qu'elle «déteste être ici parce qu'il n'y a plus d'amour». Que des barbituriques, des terreurs, des fausses couches et des livres.

La lionne et la poétesse.

Dans Certains l'aiment chaud et Marilyn(2), son collègue Tony Curtis raconte qu'elle sortait de la salle de maquillage avec Les Droits de l'homme de Thomas Paine en main. Les livres, les écrivains, les mots furent ses meilleurs compagnons, ceux qui convoquaient ses parts de raison et de goût les plus sûres.

Elle fut la première à morigéner Miller à propos des faiblesses du scénario des Désaxés. Perdue à tous les étages de sa vie, elle s'y retrouvait dès que l'esprit flottait quelque part.

En 1959, McCullers lui présente Karen Blixen, qui la décrit «d'une vitalité sans frein et d'une incroyable innocence», en «jeune lionne» exhalant un «sentiment presque écrasant de force invincible».

Ecrire la tenait aussi debout.
Les manuscrits poétiques des Fragments sont fébriles, biffés.

On serait tenté d'y voir les signes de son désordre intérieur, mais, après tout, il s'agit d'ébauches, de brouillons, de variations. On connaissait d'ailleurs plusieurs de ces textes pour les avoir rencontrés ailleurs sous une forme ou sous une autre, mais il est toujours bon de lire :

«Vie

Je suis tes deux directions

Demeurant tant bien que mal suspendue vers le bas le plus souvent mais forte comme une toile d'araignée dans le vent (...)»

Lapidaires, mouchetés, bousculés ou filant droit, fléchés, métastasiques, voués à la mort, bucoliques, sensibles aux fleuves et aux ponts, striés de terreurs enfantines, les poèmes et la prose de Marilyn exhalent une odeur de nerfs brûlés, mais ils sont comme elle, à large spectre, et témoignent parfois d'un humour sidéral, telle cette espièglerie destinée à son ami le poète Norman Rosten, son lecteur privilégié:

«Norman si difficile à contenter

quand tout ce que je veux c'est taquiner

Si ça doit rimer

Pourquoi s'offusquer?

Après tout ce temps passé sur la terre»




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


En préface de Fragments, Antonio Tabucchi analyse assez prodigieusement la gentillesse de Marilyn.

Il est moins probant quand il suppute que si elle avait été moins belle, elle n'aurait pas fait de cinéma, elle aurait publié ces textes, avant de se suicider comme Sylvia Plath.

Marilyn n'a peut-être écrit que parce qu'elle était actrice, contre la pression du star-system et les malentendus induits par sa beauté, dans la position, comme l'écrit Norman Mailer, d'«un poète au coin de la rue essayant de réciter ses vers à une foule qui lui arrache ses vêtements»
.

Au printemps 1960, c'est une femme au bout du rouleau qui couche avec Yves Montand sur le tournage du Milliardaire et qui le fait savoir à la presse pour écœurer Miller.

En juin, avant de démarrer Les Désaxés, radeau de la méduse carbonisé dans les sables du Nevada, John Huston craint le pire.

Fin août, elle est hospitalisée, avant de reprendre le collier. Elle n'achèvera plus d'autre film.


Pas de secret d'Etat, des états d'âme.

Dans les premiers mois de 1961, après son divorce d'avec Miller, elle écrit deux lettres, déjà publiées, avec quelques variantes, dans Marilyn dernières séances (3) de Michel Schneider.

Dans la première, elle appelle à l'aide le couple Strasberg après la trahison du Dr Marianne Kris, la psy qui l'a fait boucler à son insu dans une «division psychiatrique», un «cauchemar», elle se voit «devenir folle», comme sa mère.

La seconde est pour un autre psy, le Dr Ralph Greenson, alors qu'elle récupère dans un hôpital plus humain.

Elle dit lire la Correspondance de Freud, et pleurer sur la photo d'un Sigmund paraissant «vraiment déprimé».

En post-scriptum, elle évoque «Yves», dont elle n'a «aucune nouvelle», mais de qui elle garde «un souvenir fort, tendre, merveilleux».

Il n'y a rien dans ces Fragments sur ses rapports avec John Kennedy, si ce n'est peut-être une allusion dans la lettre à Greenson : «Lorsque j'ai prononcé le nom d'une certaine personne, vous avez lissé votre moustache et regardé le plafond. Vous devinez de qui il s'agit?
Il a été pour moi (en secret) un ami très tendre.»

S'il s'agit de Kennedy, un poème de la star, intitulé Sur les habits d'hôpital, en forme de cadavre exquis, résonne étrangement :

«Mon derrière

nu

pointe dans l'air

quand ce n'est pas volontaire (...) »


Au milieu des années 50, Kennedy fut opéré du dos.
Dans sa chambre un poster, Marilyn debout sur la plage, en short, cambrée sur ses jambes écartées.
Détail : le poster est fixé la tête en bas. Dans le sens de la tendresse kennédyenne.


Fragments ne révèle aucun secret d'Etat, seulement les états d'âme de Marilyn.

On attend toujours la réapparition de son carnet rouge dit «carnet de secrets»(1) disparu dans les méandres de l'enquête après son improbable suicide, mais c'est une autre histoire.

Pour l'instant, il y a cette panthéonisation littéraire qui nous rapproche d'elle intensément.

En annexe, on a droit à un échantillonnage de sa bibliothèque: Hemingway, Conrad, Beckett, Flaubert, Camus, Steinbeck...
Marilyn a dû souvent poser ses yeux sur ces couvertures : on dirait qu'elles nous regardent.

Fragments, Marilyn Monroe, édité par Stanley Buchthal et Bernard Comment, traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Tiphaine Samoyault, préface d'Antonio Tabucchi, Seuil, 269 p., 29 € (en librairie le 7 octobre).

(1) Cité par Don Wolfe, dans Marilyn Monroe. Enquête sur un assassinat (Albin Michel), à qui l'on doit aussi l'anecdote sur le poster de Kennedy.

(2) Le Serpent à Plumes.

(3) Grasset.




Dernière édition par Bridget le Mar 12 Oct - 11:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   Dim 24 Oct - 15:57

Le destin de Marilyn Monroe
est énigmatique comme un conte de fées »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Song: Forever Young
Artist: Youth Group

Entretien avec Joyce Carol Oates, auteur de « Blonde »


La Croix : Comment expliquez-vous que Marilyn Monroe
occupe cette place si singulière dans l’imaginaire collectif ?

Joyce Carol Oates : Plusieurs « icônes » américaines ont connu un sort similaire.
Souvent très douées, elles semblent en quelque sorte maudites :
follement célébrées dès leur jeune âge, écrasées par l’attention collective,
elles disparaissent relativement jeunes, comme Elvis Presley ou James Dean.

Leur destin est de demeurer comme des symboles dans l’imaginaire collectif,
plutôt que comme des individus ayant eu des trajectoires personnelles difficiles.
Marilyn Monroe est peut-être la plus célèbre de ces icônes de l’Amérique.
N’est-il pas tristement ironique de se souvenir
que celle que le magazine Playboy avait surnommée
« la femme la plus sexy du XXe siècle » s’est suicidée à l’âge de 36 ans ?

Plus qu’un personnage, vous en avez fait un sujet de roman.
D’autres écrivains, et des créateurs, comme Andy Warhol,
s’en sont inspirés. Qu’est-ce qui, selon vous, la rend si passionnante pour les artistes ?

Cela tient, me semble-t-il, aux raisons que nous venons
de décrire et aussi au fait que la femme qui se tenait derrière
le personnage Marilyn Monroe – Norma Jean Baker –
était extraordinairement attachante et émouvante.
Les photographies de cette fille, prises quand elle avait dix-sept ans, sont déchirantes :
elle est jolie, mais pas « glamour » ; et elle n’est même pas blonde.
Son destin la précède, énigmatique comme un conte de fées
qui promet toutes les richesses et qui pourtant a la couleur de la tragédie.

Pensez-vous que son image a évolué depuis sa mort ?

Pas forcément dans l’esprit d’un public populaire.
Mais au sein d’un public intéressé par la culture cinématographique, probablement.
Peut-être son image est-elle devenue moins simpliste :
plus dense, plus complexe, et plus mystérieuse aussi.

Quel fut votre propre chemin avec Marilyn Monroe à travers Blonde,
avant le projet, durant son écriture, et depuis sa publication ?

À l’origine, je voulais écrire l’histoire d’un conte de fées maudit :
celle de Norma Jean Baker, qui accède à la gloire,
aux attentions auxquelles les autres aspirent, et qui est détruite par ça.
Mais rapidement, alors que je faisais des recherches pour le roman,
j’ai acquis la conviction qu’il fallait présenter la femme dans sa complexité,
pas principalement comme une victime des hommes
(bien que, assurément, Marilyn Monroe fût « une victime »),
mais comme un être immensément doué,
et une actrice extrêmement travailleuse et idéaliste,
dont les performances à l’écran demeurent quelque peu sous-évaluées.

Recueilli par Sabine AUDRERIE

(1) traduit de l’anglais (États-Unis) par Claude Seban, 980 p., 26 €.
http://www.la-croix.com/Joyce-Carol-Oates---Son-destin-est-enigmatique-comme-un-cont/article/2441812/55403
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MARILYN MONROE   

Revenir en haut Aller en bas
 
MARILYN MONROE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marilyn Monroe
» Est-ce que Marilyn Monroe flirte avec BB?
» Marilyn Monroe
» MAC Marylin Monroe
» Bardot / Monroe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LE CINEMA : UN OEIL OUVERT SUR LE MONDE :: COUPS DE COEUR :: ACTEURS ACTRICES-
Sauter vers: