H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ARTHUR RIMBAUD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 2:19

ARTHUR RIMBAUD
A L C H I M I E D U V E R B E



L'homme aux semelles de vent.

A moi.
L'histoire d'une de mes folies.

Depuis longtemps je me vantais de posséder tous les paysages possibles,
et trouvais dérisoires les célébrités de la peinture et de la poésie moderne.

J'aimais les peintures idiotes, dessus de portes, décors,
toiles de saltimbanques, enseignes, enluminures populaires;
la littérature démodée, latin d'église, livres érotiques sans orthographe,
romans de nos aïeules, contes de fées, petits livres de l'enfance,
opéras vieux, refrains niais, rhythmes naïfs.

Je rêvais croisades, voyages de découvertes dont on n'a pas de relations,
républiques sans histoires, guerres de religion étouffées,
révolutions de moeurs, déplacements de races et de continents :

je croyais à tous les enchantements.

J'inventai la couleur des voyelles! - A noir, E blanc, I rouge, O bleu, U vert. -
Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et,
avec des rhythmes instinctifs, je me flattai d'inventer un verbe poétique accessible,
un jour ou l'autre, à tous les sens.

Je réservais la traduction.

Ce fut d'abord une étude.
J'écrivais des silences, des nuits, je notais l'inexprimable.
Je fixais des vertiges.

ARTHUR RIMBAUD
Saison en Enfer


Dernière édition par Nine le Ven 16 Avr - 3:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 2:31

FRAGMENTS DE VIE D'UN POETE



Né le 20 octobre 1854
Décédé le 10 novembre 1891 (à l'âge de 37 ans)


1854-1868 - Rimbaud est né le 20 octobre 1854 à Charleville
(et non à Charleville-Mézières car ces 2 villes étaient distinctes
à cette époque et n'ont fusionnées qu'en 1966),
une petite ville des Ardennes, de l'Est de la France, tout près de la Belgique.

Son père, Frédéric Rimbaud, est capitaine d'infanterie,
il a épousé en 1853 Vitalie Cuif, fille de paysans ardennais.
Le père quitte très vite le foyer familial. Il laisse Vitalie seule avec cinq enfants :
Frédéric, né un an avant Arthur, Vitalie (née en 1858), Isabelle (née en 1860)
et une autre fille née en 1857 qui meurt en bas-age.

Dès l'age de huit ans, Rimbaud fréquente l'Institut privé Rossat, à Charleville.
En 1865, il entre au collège.
C'est sur les bancs du collège qu'il rencontre Ernest Delahaye.
Né un an avant Rimbaud,
Delahaye noue avec le jeune Arthur des liens d'amitié
qui se prolongeront toute sa vie.
Certaines des lettres échangées entre les deux hommes
ont été conservées et sont importantes pour retracer la vie du jeune poète,
mais aussi pour comprendre son rapport à la création littéraire.
Au collège, Arthur se révèle vite être un « fort en thème »
remarqué et encouragé par ses professeurs.

1869 - Rimbaud a quinze ans.
Toujours collégien, c'est un excellent latiniste :
« Jugurtha », publié avec trois autres de ses compositions latines
dans « Le moniteur de l'enseignement secondaire »
lui vaut le premier prix du Concours Académique.
C'est de cette année que datent ses premiers vers en français :
« Les étrennes des orphelins »,
publiés un an plus tard. 1870 -

Entré en classe de rhétorique, Rimbaud rencontre Georges Izambard.
Cet enseignant lui fait lire Victor Hugo, Théodore de Banville,
Rabelais et lui ouvre sa bibliothèque.
La mère de Rimbaud n'apprécie pas l'amitié entre le jeune garçon et le professeur :
elle ne correspond pas à l'éducation stricte qu'elle entend donner à ses enfants.
Izambard jouera un rôle important pour Rimbaud ;
il conserve notamment ses premiers textes
(voir par exemple Un coeur sous une soutane).

Le 24 mai, Rimbaud envoie à Banville trois poèmes,
espérant leur publication dans la revue du « Parnasse contemporain »:
Sensation, Ophélie, et Credo in unam ... (intitulé plus tard « Soleil et Chair »).
Ces vers ne seront pas publiés mais une revue, « La Charge »,
lui ouvre deux mois plus tard ses pages pour « Trois Baisers »
(connu sous le titre « Première Soirée »). À la fin du mois d'août,
Rimbaud quitte brusquement Charleville pour gagner Paris.

Le 19 juillet, la France est entrée en guerre contre la Prusse :
Rimbaud espère sans doute assister à la chute de l'empereur,
affaibli par la bataille de Sarrebrück.
Il est arrêté dès son arrivée dans la capitale.
Il appelle Izambard à l'aide. Le professeur parvient à gagner Paris,
fait libérer le jeune homme et le reconduit à Charleville à la fin du mois de septembre.

En octobre Rimbaud fugue une nouvelle fois.
Il part pour Bruxelles, puis Douai où il débarque dans la famille de Georges Izambard.
Il y recopie plusieurs de ses poèmes.
Ce recueil que Rimbaud confiera au poète Paul Demeny,
ami d'Izambard, est connu sous le nom de « Cahier de Douai ».


Dernière édition par Nine le Jeu 15 Avr - 2:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 2:35

OPHELIE


Sur l'onde calme et noire où dorment les étoiles
La blanche Ophélia flotte comme un grand lys,
Flotte très lentement, couchée en ses longs voiles...
- On entend dans les bois lointains des hallalis.

Voici plus de mille ans que la triste Ophélie
Passe, fantôme blanc, sur le long fleuve noir,
Voici plus de mille ans que sa douce folie
Murmure sa romance à la brise du soir.

Le vent baise ses seins et déploie en corolle
Ses grands voiles bercés mollement par les eaux ;
Les saules frissonnants pleurent sur son épaule,
Sur son grand front rêveur s'inclinent les roseaux.

Les nénuphars froissés soupirent autour d'elle ;
Elle éveille parfois, dans un aune qui dort,
Quelque nid, d'où s'échappe un petit frisson d'aile :
- Un chant mystérieux tombe des astres d'or.

II
O pâle Ophélia ! belle comme la neige !
Oui tu mourus, enfant, par un fleuve emporté !
C'est que les vents tombant des grand monts de Norwège
T'avaient parlé tout bas de l'âpre liberté ;

C'est qu'un souffle, tordant ta grande chevelure,
A ton esprit rêveur portait d'étranges bruits ;
Que ton coeur écoutait le chant de la Nature
Dans les plaintes de l'arbre et les soupirs des nuits ;

C'est que la voix des mers folles, immense râle,
Brisait ton sein d'enfant, trop humain et trop doux ;
C'est qu'un matin d'avril, un beau cavalier pâle,
Un pauvre fou, s'assit muet à tes genoux !

Ciel ! Amour ! Liberté ! Quel rêve, ô pauvre Folle !
Tu te fondais à lui comme une neige au feu :
Tes grandes visions étranglaient ta parole
- Et l'Infini terrible effara ton œil bleu !

III
- Et le Poète dit qu'aux rayons des étoiles
Tu viens chercher, la nuit, les fleurs que tu cueillis ;
Et qu'il a vu sur l'eau, couchée en ses longs voiles,
La blanche Ophélia flotter, comme un grand lys.

15 mai 1870
Ophélie - Arthur Rimbaud





Dernière édition par Nine le Lun 19 Avr - 1:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 2:48

PRELUDES ET FUGUES
La rencontre avec VERLAINE



1871 - En février, Rimbaud part pour Paris, il rentre à pied à Charleville début mars.
En mai, il est encore à Charleville, d'où il écrit à Georges Izambard
et Paul Demeny les deux « lettres du Voyant ».
Suit une période dont on sait peu de choses.
Rimbaud participe probablement aux événements de la Commune de Paris
pour laquelle il semble s'être passionné.
C'est sans doute à ce moment qu'il compose « Les déserts de l'amour »,
où mûrit déjà ce qui fera le corps de la
« Saison en enfer ».

Cette année-là, Rimbaud rencontre Auguste Bretagne.
Cet employé aux contributions indirectes de Charleville
a connu Paul Verlaine à Arras.
Bretagne, passionné de poésie, féru d'occultisme et buveur d'absinthe
encourage le jeune poète à écrire à Verlaine.
Rimbaud, aidé de Delahaye qui joue les copistes,
envoie quelques poèmes.
Verlaine s'enthousiasme pour ces textes qu'il diffuse dans son cercle d'amis.
Il prie Rimbaud de le rejoindre à Paris.

À la fin du mois de septembre, Rimbaud débarque dans la capitale.
C'est sans doute juste avant ce voyage qu'il compose le « Bateau ivre ».
À Paris, Rimbaud loge d'abord chez les parents de Mathilde,
la femme de Verlaine, mais il se rend indésirable,
et est bientôt contraint à se réfugier chez des amis de Paul
(Charles Cros, Forain et Banville).
Rimbaud participe avec Verlaine aux dîners des « Vilains Bonshommes »
et aux réunions du « Cercle Zutique »
au cours desquelles la joyeuse bande compose des pastiches
dont certains sont consignés dans un cahier,
désigné par les éditeurs de Rimbaud sous le nom
« d'Album Zutique » (voir notamment le fameux « Sonnet du trou du cul »
ou encore « Les remembrances du vieillard idiot » et « Aux livres de chevet... »).

1872 - Les deux poètes hantent les cafés du Quartier Latin.
Ils mènent une vie dissolue, de provocation en beuverie.
Mathilde Verlaine, excédée, quitte Paris pour Périgueux avec son fils.
Verlaine, troublé par ce départ, écrit à sa femme une lettre suppliante.
Mathilde lui fait savoir qu'elle n'acceptera de rentrer que si Rimbaud est renvoyé.
En mars, Rimbaud regagne les Ardennes.
Mais Verlaine parvient à le faire revenir à Paris en mai.
Il ne loge plus chez les Verlaine, mais dans une chambre rue Monsieur-le-Prince,
puis à l'hôtel de Cluny.

Le 7 juillet, Rimbaud et Verlaine partent pour la Belgique.
Mathilde découvre alors à Paris les lettres que Rimbaud a adressées à son mari
de février à mai. Elle part aussitôt pour Bruxelles pour tenter de récupérer Paul.
Verlaine accepte dans un premier mouvement de rentrer à Paris
mais s'esquive au dernier moment.
Début septembre, Rimbaud et Verlaine sont en Angleterre.
Leur misère est grande et Verlaine est préoccupé par le procès en séparation de corps
que Mathilde vient de lui intenter.
Les deux poètes se séparent,
Rimbaud retrouvant les Ardennes à la fin du mois de décembre.

1873 - A la mi-janvier, Rimbaud reçoit une lettre de Verlaine
qui se dit malade et mourant de désespoir à Londres.
La mère de Paul, toujours prompte à tout faire pour son fils, se rend à son chevet;
elle offre à Rimbaud l'argent du voyage.
En avril, Verlaine et Rimbaud passent d'Angleterre en Belgique.

Peu après, Rimbaud rentre à la ferme familiale de Roche.
Il commence à rédiger « Une saison en enfer »
(évoquée dans une lettre adressée en mai à Ernest Delahaye).
Rimbaud s'ennuie à Roche,
il y rencontre de temps en temps Delahaye et Verlaine à Bouillon,
à la frontière franco-belge.
C'est là que Verlaine entraîne à nouveau Rimbaud vers l'Angleterre,
à la fin du mois de mai.

Les deux hommes se querellent et Paul prend au début du mois de juillet
l'initiative d'une rupture.
Il laisse Rimbaud sans un sou à Londres et gagne la Belgique,
espérant renouer avec sa femme.
L'échec de cette tentative de réconciliation le conduit à rappeler Rimbaud
auprès de lui à Bruxelles, mais les deux hommes se querellent encore.
Verlaine tire deux coups de feu sur son ami qu'il blesse au poignet.
Rimbaud est conduit par Verlaine et sa mère à l'hôpital Saint-Jean où il est soigné.

Mme Verlaine persuade son fils de laisser partir Rimbaud mais,
sur le trajet qui mène le trio à la gare du Midi,
Verlaine porte la main à la poche où se trouve son revolver.
Rimbaud s'affole et trouve la protection d'un agent de police.
Arthur ne souhaite pas porter plainte,
mais l'affaire est aux mains de la justice belge
et Verlaine écope de deux ans de prison. Rimbaud n'est que légèrement blessé :
il sort de l'hôpital le 20 juillet.
Rimbaud passe l'hiver dans la ferme familiale de Roche.

1874 - En mars, Rimbaud se trouve à Londres en compagnie de Germain Nouveau,
un ancien du cercle zutique qui l'aide à copier des poèmes des « Illuminations »,
mais ce dernier décide bientôt de rentrer à Paris;
Rimbaud se retrouve seul et désemparé.
Il donne des leçons de français puis se résigne à retourner dans les Ardennes.

1875 - Rimbaud part pour l'Allemagne. Il est embauché comme précepteur à Stuttgart.
Verlaine vient de sortir de prison,
il est revenu aux pratiques catholiques et décide de se rendre à Stuttgart.
Il voudrait renouer avec Rimbaud, mais aussi « sauver son âme ».
L'attitude de Verlaine irrite fortement Arthur qui le renvoie après deux jours seulement.
En mai, Rimbaud quitte l'Allemagne pour la Suisse et entre en Italie à pied.
Lorsqu'il arrive à Milan, il est malade et doit s'arrêter.

Rimbaud reprend en juin sa route vers le sud peut-être pour embarquer vers l'Afrique.
Terrassé par une insolation sur la route de Livourne à Sienne,
il est rapatrié à Marseille par le consulat français.
Il rêve de s'enrôler dans l'armée carliste,
mais ne donne pas suite à son projet et remonte à Paris en juillet.
Il retrouve Charleville en Octobre.
De ce passage dans les Ardennes, on a conservé la dernière « manifestation poétique »
de Rimbaud : Rêve, un texte inclus dans une lettre à Ernest Delahaye.

1876 - Rimbaud part à Vienne.
Il se fait détrousser par des brigands puis expulser d'Autriche,
repart pour la Hollande et signe, le 19 mai,
à Harderwijk un engagement de six ans dans l'armée coloniale hollandaise.
Mercenaire étranger, il doit rétablir l'ordre à Java.
Il s'embarque le 10 juin et arrive à Batavia (aujourd'hui Djakarta) le 19 juillet.
Au bout de quelques semaines,
Rimbaud déserte et regagne l'Europe sur un voilier écossais.
Il est à Charleville à la fin du mois de décembre.

1877 - Au printemps, Rimbaud part pour Brême,
où il semble avoir envisagé de s'engager dans la marine américaine,
puis à Hambourg, parcourt la Suède et le Danemark avec un cirque ambulant.
Il revient quelque temps à Charleville puis tente une autre évasion.
On le trouve à Marseille, d'où il s'embarque en septembre pour Alexandrie.
Malade à bord, il est débarqué à Civita-Vecchia,
visite Rome, et passe l'hiver dans les Ardennes.


Dernière édition par Nine le Ven 16 Avr - 1:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 3:00

ON EST PAS SERIEUX
QUAND ON A 17 ANS ...



PAR LEO FERRE.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 3:13

PARTIR ... FUIR



1878 - Au printemps, Rimbaud éprouve une nouvelle fois le besoin de fuir.
Se rend-il à Hambourg dans le but de gagner l'Orient ?
Fait-il le tour de la Suisse ?

On l'ignore. Il se replie sur Roche où il passe l'été, repart fin octobre,
traverse les Vosges, la Suisse et le Saint-Gothard à pied.
A Lugano, il prend le train pour Gênes, d'où il s'embarque pour Alexandrie.

Il semble chercher activement du travail en Égypte,
allant même jusqu'à demander à sa mère dans une lettre écrite en décembre
de certifier qu'il est en règle avec l'armée, et bon travailleur.
Il gagne à la fin de l'année l'Île de Chypre où il a trouvé un emploi
de chef de chantier au service d'une maison française.

1879 - En juin, Rimbaud, épuisé par une fièvre typhoïde,
doit regagner précipitamment la France.
Il revient à Roche où il se soigne et travaille à la ferme.
A Delahaye qui lui rend visite, Rimbaud dit son détachement de la littérature :
« Je ne pense plus à ça ».

1880 - Rimbaud regagne Chypre au printemps.
Il est embauché dans une entreprise chargée d'édifier un palais
destiné au gouverneur britannique.
Mais Rimbaud démissionne de son poste et quitte l'île en juillet,
s'embarque pour l'Egypte et gagne Aden en août.
Il trouve un emploi à la maison Viannay, Mazeran, Bardey et Cie,
spécialisée dans le commerce des peaux et du café.
Bardey vient d'ouvrir une succursale à Harar :
Rimbaud accepte de s'en charger et arrive le 13 décembre à Harar
après avoir traversé à cheval le désert somalie.

1881 - Rimbaud est acheteur pour la maison Bardey.
Après une période d'enthousiasme, il commence à s'ennuyer,
se plaint du climat, se heurte à la jalousie des négociants.
Il charge sa mère de lui faire parvenir des ouvrages techniques,
des instruments, un appareil photographique.
Il rêve d'explorations.
En juin-juillet, expédition à Bubassa, qui le fatigue et le rend malade.
Rimbaud se lasse de Harar, s'exaspère des retards du courrier,
a des ennuis avec ses patrons. Il quitte la ville pour Aden en décembre.

1882 - Rimbaud travaille à Aden pour la maison Bardey.
Il s'occupe toujours de science et d'exploration,
et commande du matériel de photographie, activité dont il espère tirer quelque profit.

1883 - Rimbaud repart d'Aden pour Harar où Bardey le charge d'entreprendre
des explorations dans le Somali et le pays Galla.
Rimbaud décide alors de reconnaître l'Ogadine qui est encore mal connu.
Il y pénètre en août et rédige peu après un rapport d'ensemble sur la région.
Cette étude sera publiée l'année suivante dans le bulletin de la Société de Géographie
(c'est le « Rapport sur l'Ogadine »).

La fortune tarde à venir : Rimbaud se voit découvreur, explorateur, bâtisseur...
Il continue à commander dans ses lettres à sa famille (et surtout à sa mère)
des manuels et du matériel technique tout en donnant des instructions
sur le placement de ses économies.
Le poète devenu commerçant sans succès semble,
tout en se plaignant de sa situation à ses employeurs,
se plaire à imaginer une vie de rentier, il pense même à se marier !


Dernière édition par Nine le Lun 19 Avr - 1:42, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 3:17

FIEVRES & VENT DE SABLE
Poète lumineux né dans un siècle obscur



1884 - La maison Bardey, en difficulté, liquide.
Rimbaud reprend en avril la route d'Aden où il demeure au chômage,
désespéré de voir s'amenuiser ses économies.
Par chance, Bardey, qui a réussi à monter une nouvelle affaire,
engage Rimbaud pour six mois, jusqu'à la fin de l'année.

1885 - Rimbaud signe en janvier un nouveau contrat d'un an avec Bardey.
Lorsque, en octobre,
il entend parler d'une affaire d'importation d'armes dans le Choa,
il dénonce son contrat et s'engage dans l'aventure.
Il s'agit de revendre cinq fois plus cher à Ménélik, roi du Choa,
des fusils d'un modèle devenu obsolète en Europe, achetés à Liège.
Parti en novembre pour Tadjourah prendre livraison des fusils
et organiser une caravane qui les acheminera jusqu'au roi,
Rimbaud est bloqué plusieurs mois par une grève des chameliers.

1886 - En avril, la caravane est enfin prête à partir quand Rimbaud
apprend l'ordre transmis par le gouverneur d'Obock :
à la suite d'accords franco-anglais,
toute importation d'armes est interdite dans le Choa.
Rimbaud cache son stock dans le sable afin d'éviter une saisie.
Il se plaint auprès du Ministère des affaires étrangères français,
fait diverses démarches.
Apprenant en juin qu'une expédition scientifique italienne
est autorisée à pénétrer dans le pays, il s'arrange pour se joindre à elle.
Malgré l'abandon de Labatut,
principal instigateur de l'affaire et la mort de l'explorateur Soleillet,
Rimbaud prend en septembre la tête de la périlleuse expédition.
Une chaleur de 70 degrés pèse sur la route qui mène à Ankober, résidence de Ménélik.
Rimbaud ignore que, pendant ce temps,
La Vogue publie en France des vers de lui et une grande partie des Illuminations.

1887 - Rimbaud arrive à Ankober le 6 février, mais le roi est absent.
Il doit gagner Antotto à 120 kilomètres de là.
Le roi l'y reçoit, accepte les fusils mais fait des difficultés au moment de payer;
il entend déduire de la facture les sommes que Labatut mort récemment d'un cancer
lui devait, et invite Rimbaud à se faire régler le reste par Makonen,
le nouveau gouverneur de Harar.

Rimbaud fait donc route vers Harar, avec l'explorateur Jules Borelli.
Il parvient à se faire payer par Makonen, mais il n'a rien gagné sinon,
comme il l'écrit au vice-consul de France à Aden le 30 juillet,
« vingt et un mois de fatigues atroces ».
À la fin du mois de juillet, il part au Caire pour se reposer ;
Rimbaud est épuisé, vieilli, malade.
« J'ai les cheveux absolument gris. Je me figure que mon existence périclite »,
écrit-il à sa famille dans une lettre du 23 août.
Dans une lettre au directeur d'un journal local, le « Bosphore égyptien »,
il raconte son voyage en Abyssinie et au Harar.

Les lettres envoyées à sa famille à la fin de cette année témoignent
de ce découragement. Rimbaud se plaint de rhumatismes
et son genou gauche le fait souffrir.
Il a pourtant assez de courage pour faire paraître dans le journal
Le Bosphore égyptien une étude traitant de l'intérêt économique du Choa.
Ce travail sera transmis à la Société de Géographie.
Rimbaud songe un moment à se rendre à Zanzibar, puis à Beyrouth,
mais un procès, lié à l'affaire Ménélik,
le rappelle en octobre à Aden où il tente sans succès de faire du commerce.

1888-1890 - Rimbaud est à Aden au début de l'année 1888.
En mars, il accepte de convoyer une cargaison de fusils vers Harar,
mais renonce à une seconde expédition.
Peu de temps après, il fait la connaissance d'un important commerçant d'Aden,
César Tian, qui lui offre un poste de représentation à Harar.
Rimbaud accepte, d'autant plus qu'il pourra en même temps travailler à son compte.
Pendant trois ans, Rimbaud importe, exporte, mène ses caravanes à la côte.
Pourtant, il s'ennuie beaucoup et n'a pour relations que la petite poignée d'Européens
fixés ou de passage dans le pays.
Il entretient avec eux une importante correspondance.

1891 - Rimbaud est atteint d'une tumeur cancéreuse au genou droit,
aggravée par une ancienne syphilis.
Le 15 mars, il ne peut plus se lever et se fait transporter à Zeilah sur une civière.
Il s'embarque pour Aden : « Je suis devenu un squelette : je fais peur »,
écrit-il à sa mère le 30 avril. Le 9 mai,
il se fait rapatrier et arrive le 22 mai à Marseille où il entre à l'hôpital de la Conception. L'amputation immédiate de la jambe s'avère nécessaire.
La mère de Rimbaud accourt à Marseille le 23 mai.
Le 25, l'opération a lieu. Rimbaud est désespéré.
« Notre vie est une misère, une misère sans fin. Pourquoi donc existons-nous ? »,
écrit-il à sa soeur Isabelle le 23 juin.

A la fin du mois de juillet, Rimbaud, en a assez de l'hôpital.
Il retourne à Roche où sa soeur Isabelle le soigne avec dévouement.
Mais la maladie progresse et l'incite a revenir à Marseille où il compte
sur les bienfaits du soleil et aussi sur la possibilité d'un retour en Afrique
où ses amis l'appellent.
Il arrive à Marseille à la fin août, en compagnie d'Isabelle qui l'assistera jusqu'à sa mort.

Rimbaud doit aussitôt retourner à l'hôpital de la Conception.
Son état empire, il se désespère. Après une courte période de rémission,
Rimbaud connaît plusieurs semaines d'atroces souffrances.
Sa soeur parvient à lui faire accepter la visite d'un aumônier qui conclura
bien légèrement à la foi du moribond.

La veille de sa mort, il dicte, en proie au délire, une lettre adressée
au directeur des Messageries Maritimes :

« Je suis complètement paralysé, donc je désire me trouver de bonne heure à bord,
dites-moi à quelle heure je dois être transporté à bord.»

Rimbaud meurt le 10 novembre.
Il est âgé de trente-sept ans. Il sera enterré le 14 au cimetière de Charleville.

INFOS ET BIO
Source : www.azurs.net/.../hur-rimbaud/rimbaud_biographie.htm


Dernière édition par Nine le Ven 16 Avr - 1:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 3:39

AUX SOMBRES HEROS DE L'AMER


Noir Désir-Aux sombres héros de l'amer par djoik

... Qui ont su traverser les océans du vide
A la mémoire de nos frères
Dont les sanglots si longs faisaient couler l'acide
Always lost in the sea
Always lost in the sea
Tout part toujours dans les flots
Au fond des nuits sereines
Ne vois-tu rien venir ?
Les naufragés et leurs peines qui jetaient l'encre ici
Et arrêtaient d'écrire...

Noir Désir

Une chanson qui me fait penser à Rimbaud,
mais aussi au regretté Guillaume Depardieu
même "saison en enfer"
Tous deux "Samouraï dans les maux"
lumineux nés dans un siècle obscur
amputés d'un dernier sanglot.

Nin@rtmony


Dernière édition par Nine le Mer 16 Nov - 19:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 15 Avr - 16:27



Photo inédite d'Arthur Rimbaud adulte,
assis à droite, près de la femme.
Elle a été prise sur le perron de l'hôtel de l'Univers à Aden en Abyssinie
À gauche : le portrait de Rimbaud tiré d'un agrandissement

© LIBRAIRES ASSOCIES / ADOC-PHOTOS/AFP


Une photo inédite d'Arthur Rimbaud, âgé d'une trentaine d'années,
la seule de bonne qualité de lui adulte, prise à Aden en Abyssinie,
a été découverte par deux libraires qui devaient la présenter
jeudi soir au Salon du livre ancien.
La photo, qui n'est pas précisément datée mais remonte au
"début des années 1880",
faisait partie d'un lot d'une trentaine d'autres prises à Aden
et découvertes lors d'une brocante par les deux libraires,
Jacques Desse et Alban Caussé, deux jeunes quadras
passionnés d'histoire des livres et dont la librairie se trouve
dans le 18e arrondissement de Paris.

"On voyait ce visage, ce type à l'oeil clair qui a l'air d'un extraterrestre
au milieu des autres, un peu comme s'il était là et en même temps ailleurs",
a raconté Jacques Desse.
"L'endroit où nous l'avons acquise et son prix importent peu.
L'extraordinaire, c'est que c'est un peu le chaînon manquant
entre la célèbre photo du poète de 17 ans d'Etienne Carjat
et quatre autoportraits réalisés dans des conditions très mauvaises
avant sa mort en 1891", ajoute-t-il.

Pour authentifier le cliché, les deux libraires ont fait appel à J
ean-Jacques Lefrère, spécialiste de Rimbaud
et auteur d'une correspondance posthume sur le poète
qui paraît ce jeudi chez Fayard.

Cet ouvrage, Sur Arthur Rimbaud, correspondance posthume ,
montre comment toute la correspondance au sujet du poète,
après sa disparition, a contribué à créer un mythe,
alors qu'il était totalement oublié au moment où il est mort,
selon la maison d'édition.
Après de nombreux recoupements avec d'autres photograhies,
des lettres et un travail minutieux de deux années,
consistant notamment à vieillir la photo de Carjat et à analyser
entre autres l'implantation des cheveux de Rimbaud,
le cliché a été authentifié avec certitude.

http://www.lepoint.fr/culture/2010-04-15/decouverte-une-photo-inedite-de-rimbaud-a-30-ans/249/0/444640
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Ven 16 Avr - 0:52

LE DORMEUR DU VAL



C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Arthur RIMBAUD

Le Dormeur du val est un des premiers poèmes de Rimbaud.
Il a environ seize ans lorsqu’il fugue pour la deuxième fois
du domicile parental de Charleville
Il recopie vingt-deux textes dans un cahier qu’il confie à son ami Paul Demeny,
poète également.
Le Dormeur du val en fait partie, écrit pendant son errance d’octobre 1870,
en pleine guerre franco-prussienne
L’année suivante, il demandera à son ami de le détruire avec les autres
quand il refusera tout romantisme,
toute subjectivité, tout culte de la forme.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Ven 16 Avr - 1:23

L'amour est à réinventer,
on le sait.


Je devins un opéra fabuleux :

je vis que tous les êtres ont une fatalité de bonheur :
l'action n'est pas la vie, mais une façon de gâcher quelque force,
un énervement. La morale est la faiblesse de la cervelle.

A chaque être, plusieurs autres vies me semblaient dues.
Ce monsieur ne sait ce qu'il fait : il est un ange.
Cette famille est une nichée de chiens.
Devant plusieurs hommes, je causai tout haut avec un moment
d'une de leurs autres vies. - Ainsi, j'ai aimé un porc.
Aucun des sophismes de la folie, - la folie qu'on enferme, - n'a été oublié par moi :
je pourrais les redire tous, je tiens le système.

Ma santé fut menacée. La terreur venait.
Je tombais dans des sommeils de plusieurs jours, et, levé,
je continuais les rêves les plus tristes.
J'étais mûr pour le trépas, et par une route de dangers
ma faiblesse me menait aux confins du monde et de la Cimmérie,
patrie de l'ombre et des tourbillons.
Je dus voyager, distraire les enchantements assemblés sur mon cerveau.
Sur la mer, que j'aimais comme si elle eût dû me laver d'une souillure,
je voyais se lever la croix consolatrice.
J'avais été damné par l'arc-en-ciel.
Le Bonheur était ma fatalité, mon remords, mon ver :
ma vie serait toujours trop immense pour être dévouée à la force et à la beauté.
Le Bonheur ! Sa dent, douce à la mort, m'avertissait au chant du coq,
- ad matutinum, au Christus venit,- dans les plus sombres villes.

extrait de "Une Saison
En Enfer" .1873.


Arthur Rimbaud, poète superbe, archétype de l'artiste maudit,
enfant terrible de la poésie,
c'est entre 15 et 20 ans qu'il écrit la quasi totalité de son oeuvre à laquelle,
déçu, il tournera le dos pour s'en aller vers d'autres horizons.
Après plusieurs tentatives de départ infructueuses,
l'homme aux semelles de vent s'envolera pour de bon
et ira brûler sa vie sous le soleil d'éthiopie.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Ven 16 Avr - 2:09

Une saison en enfer est un recueil de poèmes en prose
d'Arthur Rimbaud.


Rédigé en juillet 1873 après une période de crise dans la vie du poète
l'accident de Bruxelles avec Verlaine
et le retour à Roche dans la ferme familiale ,
à partir d'une ébauche commencée quelques mois auparavant,
le Livre païen ou Livre nègre.

Chant païen halluciné, le poème est aussi une profession de foi,
marquée par la quête du salut, les déceptions sentimentales et artistiques,
et un réquisitoire contre la civilisation occidentale et ses valeurs.

« Prodigieuse autobiographie psychologique,
écrite dans cette prose de diamant qui est la propriété exclusive de son auteur »,
selon les termes de Paul Verlaine.
Une Saison en enfer est la seule œuvre de Rimbaud
dont il ait entrepris la publication, à compte d'auteur.
Mais, vraisemblablement parce qu'il avait manqué d'argent
pour payer l'imprimeur, elle ne fut pas diffusée.
Seuls les exemplaires d'auteur furent distribués par Rimbaud à ses amis.
Un stock de quelques cinq cents exemplaires de l'ouvrage fut retrouvé en 1901 à Bruxelles.


"Une saison en enfer" - Rimbaud -Lavant

Jadis, si je me souviens bien,
ma vie était un festin où s'ouvraient tous les coeurs,
où tous les vins coulaient.

Un soir, j'ai assis la Beauté sur mes genoux. - Et je l'ai trouvée amère. -
Et je l'ai injuriée.

Je me suis armé contre la justice.
Je me suis enfui.
O sorcières, ô misère, ô haine, c'est à vous que mon trésor a été confié !

Je parvins à faire s'évanouir dans mon esprit toute l'espérance humaine.
Sur toute joie pour l'étrangler j'ai fait le bond sourd de la bête féroce.

J'ai appelé les bourreaux pour, en périssant, mordre la crosse de leurs fusils.
J'ai appelé les fléaux, pour m'étouffer avec le sable, avec le sang.
Le malheur a été mon dieu. Je me suis allongé dans la boue.
Je me suis séché à l'air du crime. Et j'ai joué de bons tours à la folie.

Et le printemps m'a apporté l'affreux rire de l'idiot.

Or, tout dernièrement, m'étant trouvé sur le point de faire le dernier couac !
j'ai songé à rechercher la clef du festin ancien,
où je reprendrais peut-être appétit.

La charité est cette clef. - Cette inspiration prouve que j'ai rêvé !

"Tu resteras hyène, etc..."
se récrie le démon qui me couronna de si aimables pavots.
"Gagne la mort avec tous tes appétits, et ton égoïsme et tous les péchés capitaux."

Ah ! j'en ai trop pris :
- Mais, cher Satan, je vous en conjure, une prunelle moins irritée !
et en attendant les quelques petites lâchetés en retard,
vous qui aimez dans l'écrivain l'absence des facultés descriptives ou instructives,
je vous détache des quelques hideux feuillets de mon carnet de damné.

A. RIMBAUD
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Ven 16 Avr - 2:27

Matin



N'eus-je pas une fois une jeunesse aimable, héroïque, fabuleuse,
à écrire sur des feuilles d'or, - trop de chance !
Par quel crime, quelle erreur, ai-je mérité ma faiblesse actuelle ?
Vous qui prétendez que des bêtes poussent des sanglots de chagrin,
que des malades désespèrent, que des morts rêvent mal,
tâchez de raconter ma chute et mon sommeil.
Moi, je ne puis pas plus m'expliquer que le mendiant avec ses continuels
Pater et Ave Maria. Je ne sais plus parler !

Pourtant, aujourd'hui, je crois avoir fini la relation de mon enfer.
C'était bien l'enfer; l'ancien, celui dont le fils de l'homme ouvrit les portes.

Du même désert, à la même nuit,
toujours mes yeux las se réveillent à l'étoile d'argent,
toujours, sans que s'émeuvent les Rois de la vie, les trois mages,
le coeur, l'âme, l'esprit.

Quand irons-nous, par delà les grèves et les monts,
saluer la naissance du travail nouveau, la sagesse nouvelle,
la fuite des tyrans et des démons, la fin de la superstition,
adorer - les premiers - Noël sur la terre!
Le chant des cieux, la marche des peuples !
Esclaves, ne maudissons pas la vie.


Dernière édition par Nine le Ven 16 Avr - 12:01, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Ven 16 Avr - 2:38

LE GENIE DANS LA TRAGEDIE



... "Dans la douleur et dans la tragédie, les hommes ont inventé la beauté ;
il faut les plonger et les retenir dans la douleur et dans la tragédie
pour maintenir en eux le sens de la beauté. ...
Nietzsche


Autant que par son oeuvre, Rimbaud a fasciné par son destin :
" L'homme aux semelles de vent",
selon l'expression de Verlaine, traverse, de seize à vingt ans,
la poésie française et la métamorphose,
puis disparaît aux quatre horizons de l'aventure pour trafiquer de l'ivoire
et des armes dans les mystérieux royaumes abyssins.

Voyou, saint, dieu, pervers, crétin, ascète, imposteur :
on insulte Rimbaud ou on le prie.
Il semble interdit d'en parler :
l'accusation de vouloir récupérer l'archange du bien ou du mal est immédiate.
Il semble cependant que de nos jours l'auteur Rimbaud soit abordé
avec moins de passion :
une fois dénoncés les mythes entourant le personnage,
l'espace s'ouvre à une critique désormais plus sereine.

Arthur Rimbaud
on le sait, cessa d'écrire de la poésie vers 1875
pour aller gagner sa vie dans le commerce, en Afrique.
On s'est beaucoup interrogé sur les raisons du "silence de Rimbaud".
Il y en a sans doute plusieurs, qui se sont mutuellement renforcées.

La première est la conviction, héritée de Baudelaire et ressassée
tout au long de son œuvre, que l'Art est par nature mensonge,
qu'il n'y a de poésie que de l'Impossible et que toute quête poétique
digne de ce nom est vouée d'avance à une insatisfaction fatale.

Sartre résumait fort bien cette posture idéologique dans une note
fameuse de Qu'est-ce que la littérature :

"La poésie, c'est qui perd gagne.
Et le poète authentique choisit de perdre jusqu'à mourir pour gagner."

Une autre, à laquelle on ne songe pas assez,
est que Rimbaud était un poète pauvre, absolument désargenté.
Une fois consommée la rupture avec Verlaine et constatée (à l'automne 73)
l'hostilité du milieu littéraire parisien,
le jeune auteur pouvait légitimement se demander s'il y avait un avenir pour lui
dans la République des Lettres.

N'ayons garde d'oublier que nul éditeur, nulle revue ou presque
ne s'est intéressée aux écrits de Rimbaud avant 1886.
Il n'est, par exemple, venu à l'idée de personne
(j'entends : parmi ceux qui en avaient les moyens)
de publier Le Bateau ivre qui, pourtant,
avait fait quelque bruit dans le public des poètes, à l'automne 1871 !

Mais il est vrai que l'on vivait, en ces années qui suivirent
l'écrasement de la Commune, une bien sombre "nuit d'hiver" (Génie)...
Bref, la poésie ne nourrissant pas son homme,
il fallait bien d'une manière ou d'une autre
(dit plaisamment Julien Gracq dans La littérature à l'estomac)
"changer de job".
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Ven 16 Avr - 12:05

LE BATEAU IVRE

LEO FERRE interprête RIMBAUD

léo ferré - Rimbaud - le bateau ivre

L'importance du "Bateau ivre" dans la carrière de Rimbaud
tient précisément à la prise de conscience et à la formulation de cet échec.
Échec éprouvé, raconté et d'une certaine manière surmonté
par le poème lui-même. Rimbaud sait bien
qu'on ne change pas sa vie avec des mots mais il sait aussi
que ses échecs lui donnent la "Vigueur" dont il a besoin pour un nouveau départ.

Le "Voyage" était pour Baudelaire un testament,
le "Bateau ivre" est pour Rimbaud un passeport vers la voyance.


Lecture intégrale ici :
http://www.feelingsurfer.net/garp/Poesie/Rimbaud.LeBateauIvre.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Lun 19 Avr - 1:52

Une saison en enfer
(extrait)

Arthur Rimbaud

Adieu

L'automne, déjà !
- Mais pourquoi regretter un éternel soleil,
si nous sommes engagés à la découverte de la clarté divine,
- loin des gens qui meurent sur les saisons.

L'automne.

Notre barque élevée dans les brumes immobiles tourne vers le port de la misère,
la cité énorme au ciel taché de feu et de boue.
Ah ! les haillons pourris, le pain trempé de pluie, l'ivresse,
les mille amours qui m'ont crucifié !
Elle ne finira donc point cette goule reine de millions d'âmes
et de corps morts et qui seront jugés !
Je me revois la peau rongée par la boue et la peste,
des vers plein les cheveux et les aisselles et encore de plus gros vers dans le coeur,
étendu parmi des inconnus sans âge, sans sentiment...
J'aurais pu y mourir... L'affreuse évocation !
J'exècre la misère.

Et je redoute l'hiver parce que c'est la saison du comfort !

- Quelquefois je vois au ciel des plages sans fin couvertes de blanches nations en joie.
Un grand vaisseau d'or, au-dessus de moi,
agite ses pavillons multicolores sous les brises du matin.
J'ai créé toutes les fêtes, tous les triomphes, tous les drames.
J'ai essayé d'inventer de nouvelles fleurs, de nouveaux astres,
de nouvelles chairs, de nouvelles langues.
J'ai cru acquérir des pouvoirs surnaturels.
Eh bien ! je dois enterrer mon imagination et mes souvenirs !
Une belle gloire d'artiste et de conteur emportée !

Moi ! moi qui me suis dit mage ou ange, dispensé de toute morale,
je suis rendu au sol, avec un devoir à chercher,
et la réalité rugueuse à étreindre ! Paysan !

Suis-je trompé ? la charité serait-elle soeur de la mort, pour moi ?

Enfin, je demanderai pardon pour m'être nourri de mensonge. Et allons.

Mais pas une main amie ! et où puiser le secours ?
Oui l'heure nouvelle est au moins très-sévère.

Car je puis dire que la victoire m'est acquise :
les grincements de dents, les sifflements de feu, les soupirs empestés se modèrent.
Tous les souvenirs immondes s'effacent.
Mes derniers regrets détalent,
- des jalousies pour les mendiants, les brigands, les amis de la mort,
les arriérés de toutes sortes. - Damnés, si je me vengeais !

Il faut être absolument moderne.

Point de cantiques :
tenir le pas gagné.
Dure nuit ! le sang séché fume sur ma face, et je n'ai rien derrière moi,
que cet horrible arbrisseau...
Le combat spirituel est aussi brutal que la bataille d'hommes ;
mais la vision de la justice est le plaisir de Dieu seul.

Cependant c'est la veille.
Recevons tous les influx de vigueur et de tendresse réelle.
Et à l'aurore, armés d'une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes.
Que parlais-je de main amie ! Un bel avantage,
c'est que je puis rire des vieilles amours mensongères,
et frapper de honte ces couples menteurs,
- j'ai vu l'enfer des femmes là-bas ;
- et il me sera loisible de posséder la vérité dans une âme et un corps.

Avril-août, 1873

Et je m'en vais - Au vent mauvais - Qui m'emporte
- Deçà, delà, - Pareil à la - Feuille morte.
Poèmes saturniens, Chanson d'automne
Paul Verlaine



Dernière édition par Nine le Lun 19 Avr - 2:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Lun 19 Avr - 2:01

RIMBAUD ET VERLAINE

C’est en 1871 qu’Arthur Rimbaud débarque à Paris.
Il y rencontre Paul Verlaine.
Commence alors entre ces deux hommes une belle histoire,
une histoire tragique qui les lie à tout jamais au-delà des temps.

Deux poètes, deux génies en quête d’amour et d’inspiration.
Pendant deux longues et merveilleuses années,
les deux hommes composent des vers magnifiques,
des poèmes aujourd’hui encore adulés et aimés
que chacun fredonne et se dit et se lit…

De cette intimité innocente naît un amour interdit ou coupable ?
Mais cette expérience entre beauté, bonheur et aussi douleur…
s’achève un beau jour de juillet 1873 à Bruxelles.
En proie à l’alcool, tiraillé par ses sentiments profonds,
Paul Verlaine tire une balle sur Arthur Rimbaud.
Il sera simplement blessé, blessé physiquement,
mais aussi blessé dans l’âme.
Arthur Rimbaud s’en va et quitte Paul Verlaine.

Verlaine Le poète s’use…
Il s’éteint à Paris le 8 janvier 1896…

On raconte qu’au lendemain de son enterrement,
plusieurs quotidiens évoquent un événement curieux et pour le moins étrange :
ce serait dans la nuit suivant les obsèques que la statue de la Poésie sur l’Opéra,
aurait perdu un bras.
Son bras se serait cassé, écrasé littéralement, avec la lyre qu'il soutenait,
à l'endroit même où le corbillard de Verlaine venait de passer
quelques heures auparavant...

***************

"Son nom ?
Je me souviens qu'il est doux et sonore
Comme ceux des aimés que la Vie exila.
Son regard est pareil au regard des statues,
Et, pour sa voix lointaine, et calme, et grave,
elle a L'inflexion des voix chères qui se sont tues".

Poèmes saturniens - Mon rêve familier
Paul Verlaine

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nounouka

avatar

Féminin Nombre de messages : 416
Age : 67
Localisation : IDF
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Lun 19 Avr - 2:26

Publié dans La Revue pour tous du 2 janvier 1870.
Pas de manuscrit connu.

Vu sa date de publication, ce poème a évidemment été rédigé en 1869
.

Les Étrennes des orphelins
I
La chambre est pleine d'ombre ; on entend vaguement
De deux enfants le triste et doux chuchotement.
Leur front se penche, encore alourdi par le rêve,
Sous le long rideau blanc qui tremble et se soulève...
— Au dehors les oiseaux se rapprochent frileux ;
Leur aile s'engourdit sous le ton gris des cieux ;
Et la nouvelle Année, à la suite brumeuse,
Laissant traîner les plis de sa robe neigeuse,
Sourit avec des pleurs, et chante en grelottant...
II

Or les petits enfants, sous le rideau flottant,
Parlent bas comme on fait dans une nuit obscure.
Ils écoutent, pensifs, comme un lointain murmure...
Ils tressaillent souvent à la claire voix d'or
Du timbre matinal, qui frappe et frappe encor
Son refrain métallique et son globe de verre...
— Puis, la chambre est glacée... on voit traîner à terre,
Épars autour des lits, des vêtements de deuil :
L'âpre bise d'hiver qui se lamente au seuil
Souffle dans le logis son haleine morose !
On sent, dans tout cela, qu'il manque quelque chose...
— Il n'est donc point de mère à ces petits enfants,
De mère au frais sourire, aux regards triomphants ?
Elle a donc oublié, le soir, seule et penchée,
D'exciter une flamme à la cendre arrachée,
D'amonceler sur eux la laine de l'édredon
Avant de les quitter en leur criant : pardon.
Elle n'a point prévu la froideur matinale,
Ni bien fermé le seuil à la bise hivernale ?...
— Le rêve maternel, c'est le tiède tapis,
C'est le nid cotonneux où les enfants tapis,
Comme de beaux oiseaux que balancent les branches,
Dorment leur doux sommeil plein de visions blanches !...
— Et là, — c'est comme un nid sans plumes, sans chaleur,
Où les petits ont froid, ne dorment pas, ont peur ;
Un nid que doit avoir glacé la bise amère...
III

Votre cœur l'a compris : — ces enfants sont sans mère.
Plus de mère au logis ! — et le père est bien loin !...
— Une vieille servante, alors, en a pris soin.
Les petits sont tout seuls en la maison glacée ;
Orphelins de quatre ans, voilà qu'en leur pensée
S'éveille, par degrés, un souvenir riant...
C'est comme un chapelet qu'on égrène en priant :
— Ah ! quel beau matin, que ce matin des étrennes !
Chacun, pendant la nuit, avait rêvé des siennes
Dans quelque songe étrange où l'on voyait joujoux,
Bonbons habillés d'or, étincelants bijoux,
Tourbillonner, danser une danse sonore,
Puis fuir sous les rideaux, puis reparaître encore !
On s'éveillait matin, on se levait joyeux,
La lèvre affriandée, en se frottant les yeux...
On allait, les cheveux emmêlés sur la tête,
Les yeux tout rayonnants, comme aux grands jours de fête,
Et les petits pieds nus effleurant le plancher,
Aux portes des parents tout doucement toucher...
On entrait !... Puis alors les souhaits... en chemise,
Les baisers répétés, et la gaîté permise !
IV

Ah ! c'était si charmant, ces mots dits tant de fois !
— Mais comme il est changé, le logis d'autrefois :
Un grand feu pétillait, clair, dans la cheminée,
Toute la vieille chambre était illuminée ;
Et les reflets vermeils, sortis du grand foyer,
Sur les meubles vernis aimaient à tournoyer...
— L'armoire était sans clefs !... sans clefs, la grande armoire !
On regardait souvent sa porte brune et noire...
Sans clefs !... c'était étrange !... on rêvait bien des fois
Aux mystères dormant entre ses flancs de bois,
Et l'on croyait ouïr, au fond de la serrure
Béante, un bruit lointain, vague et joyeux murmure...
— La chambre des parents est bien vide, aujourd'hui :
Aucun reflet vermeil sous la porte n'a lui ;
Il n'est point de parents, de foyer, de clefs prises :
Partant, point de baisers, point de douces surprises !
Oh ! que le jour de l'an sera triste pour eux !
— Et, tout pensifs, tandis que de leurs grands yeux bleus,
Silencieusement tombe une larme amère,
Ils murmurent : "Quand donc reviendra notre mère ?"
...........................................................................
V

Maintenant, les petits sommeillent tristement :
Vous diriez, à les voir, qu'ils pleurent en dormant,
Tant leurs yeux sont gonflés et leur souffle pénible !
Les tout petits enfants ont le cœur si sensible !
— Mais l'ange des berceaux vient essuyer leurs yeux,
Et dans ce lourd sommeil met un rêve joyeux,
Un rêve si joyeux, que leur lèvre mi-close,
Souriante, semblait murmurer quelque chose...
— Ils rêvent que, penchés sur leur petit bras rond,
Doux geste du réveil, ils avancent le front,
Et leur vague regard tout autour d'eux se pose...
Ils se croient endormis dans un paradis rose...
Au foyer plein d'éclairs chante gaiement le feu...
Par la fenêtre on voit là-bas un beau ciel bleu ;
La nature s'éveille et de rayons s'enivre...
La terre, demi-nue, heureuse de revivre,
A des frissons de joie aux baisers du soleil...
Et dans le vieux logis tout est tiède et vermeil :
Les sombres vêtements ne jonchent plus la terre,
La bise sous le seuil a fini par se taire...
On dirait qu'une fée a passé dans cela !...
— Les enfants, tout joyeux, ont jeté deux cris... Là,
Près du lit maternel, sous un beau rayon rose,
Là, sur le grand tapis, resplendit quelque chose...
Ce sont des médaillons argentés, noirs et blancs,
De la nacre et du jais aux reflets scintillants ;
Des petits cadres noirs, des couronnes de verre,
Ayant trois mots gravés en or : "À NOTRE MÈRE !"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Lun 19 Avr - 22:08

Le dormeur du val



C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit

Arthur RIMBAUD (1854-1891)
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Mar 20 Avr - 2:00

LES POETES LEO FERRE
PAR BERNARD LAVILLIERS



LES POETES BERNARD LAVILLIERS
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nounouka

avatar

Féminin Nombre de messages : 416
Age : 67
Localisation : IDF
Date d'inscription : 09/04/2010

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Mer 21 Avr - 1:34

Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Mer 21 Avr - 1:47

Guillaume, Arthur, étoiles filantes



Guillaume Depardieu disparaît à 37 ans.
Troublante similitude de destin avec Arthur Rimbaud.
Décédé au même âge, dans une chambre d'hôpital,
amputé d'une jambe, lui aussi, et de tant d'espérances,
il y a un peu plus d'un siècle.

Troublante similitude encore,
avec ce père encombrant qui sembla parfois étouffer Guillaume,
avec ce père désespérément absent qu'Arthur sembla parfois
rechercher sa vie durant.
Hier, tandis qu'était inaugurée à Charleville la médiathèque « Voyelles »
en hommage au poète,
l'acteur embarquait pour toujours à bord du Bateau ivre des âmes révoltées.

On regrettera donc à jamais que le projet du cinéaste
François Dupeyron n'ait pas abouti. Une adaptation du roman de Philippe Besson,
« Les jours fragiles », évoquant les derniers jours du poète de Charlestown.
Guillaume devait y camper Arthur (son frère jumeau en soif d'absolu),
sa sœur Julie y jouer le rôle d'Isabelle, la sœur du poète.
Rendez-vous manqué.

Quand on est une étoile filante, quand on cherche des Ailleurs impossibles,
on se brûle, on s'égare parfois, on va à cent à l'heure, on tutoie le génie.
« Vivons dangereusement »
revendiquait hier le poète André Velter,
l'un des parrains de la médiathèque de Charleville.

Arthur et Guillaume ont appliqué le mot d'ordre à la lettre.
Ils en auront payé le prix fort.

Le prix à payer quand on refuse toutes les concessions.
Quand on vit en voyants.


Philippe Mellet

Et lui aussi est parti sur une jambe.
Comme Guillaume, Arthur avait exactement 37 ans.
Adieu à vous chers révoltés.


Dernière édition par Nine le Jeu 13 Mai - 2:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 13 Mai - 2:14

RIMBAUD A LA FOLIE


Rimbaud un mythe moderne ?
Le point de vue de Claude Jeancolas en vidéo

Le poète est devenu une icône :

l'exposition que lui consacre la Galerie des bibliothèques
est à la mesure du phénomène, foisonnante et moderne.
Des artistes de rue ont lancé les trois mois de Rimbaudmania
en créant des fresques. Jusqu'au 1er août

Il s'est tu à 20 ans, mais ses vers résonnent encore dans le monde entier.
Plus d'un siècle après sa disparition,
Arthur Rimbaud (1854-1891)
continue d'influencer la vie artistique contemporaine,
bien au delà du champ littéraire.
C'est l'influence d'une icône que retrace la très riche exposition
organisée à la Galerie des bibliothèques (4e) de la Ville de Paris.

Illustration de ce phénomène qui dépasse largement la littérature :

des artistes de rue ont réalisé des fresques du poète à l'entrée de l'expo.
Tous, chacun à leur manière,
s'inspirent de l'oeuvre d'Ernest Pignon-Ernest ,
qui a collé le visage de l'enfant de Charleville-Mézières
dans les rues de Paris dès les années 70.

"Rimbaud a ouvert des portes à beaucoup d'autres créateurs,
estime Pedro, en pleine finition d'un pochoir "Anarchie en Rimbaldie".
Son esprit est libertaire, et il prône la différence et le droit à la différence".
A ses côtés, Ariane et Dominique, du collectif Nice Art,
ont repris la figure du Rimbaud enfant,
avec son visage "poché" sur une carte de la région parisienne.
"C'est un hommage à un poète ambulant, qui adorait marcher,
et une référence à ses dessins d'écolier,
qu'il faisait au dos de cartes de géographie", témoigne Ariane.



"L'influence d'un phénomène"

Interview de Claude Jeancolas,
commissaire de l'exposition, sur un phénomène littéraire devenu objet de culte.

Opéras, chansons pop-rock, films, BD, romans, objets quotidiens...
Arthur Rimbaud a été utilisé sur une quantité infinie
de supports artistiques ou non. Pourquoi ?

Il a nourri la société moderne.
C'est un engrais universel pour la langue et la créativité.
Et ce n'est pas un phénomène franco-français.
La sortie du film "Rimbaud-Verlaine" avec Leonardo DiCaprio
a fait ainsi renaître des traductions de Rimbaud dans le monde entier,
notamment dans des langues pour lesquelles il n'avait jamais été traduit.
Les deux-tiers des objets de l'exposition viennent des Etats-Unis,
car la beat generation s'est beaucoup intéréssé à Rimbaud,
mais il est aussi populaire dans de nombreux pays
comme l'Italie, la Corée, le Japon...

Que pensez-vous de la photo présumée d'Arthur Rimbaud à l'âge adulte,
découverte très récemment ?

Je doute que cette photo soit authentique,
et les arguments évoqués pour attester que c'est bien Rimbaud
me semblent peu convaincants.
On ne perd pas son regard en quelques années,
et ce regard vide n'a plus rien à voir avec celui du Rimbaud enfant.
Cela ne ressemble pas à l'aventurier qu'il était alors.
Les personnes photographiées pourraient très bien être des touristes :
des milliers de voyageurs sont passés par cet hôtel d'Aden
[ndlr : l'hôtel où a été prise la photographie].

Que révèle la passion déclenchée par cette photo ?

L'emballement médiatique autour de cette photo montre que Rimbaud
est un phénomène mondial.
Son mythe est très vivant, et il y a finalement peu de reliques,
peu de traces de lui.
Dès qu'il y a une nouveauté, authentique ou non, cela devient un événement !
Je peux ainsi vous annoncer la sortie très prochaine d'un manuscrit inédit.
Rendez-vous le 10 juin prochain...

Exposition Rimbaudmania.
L’éternité d’une icône


Du 7 mai au 1er août 2010
Ouverture du mardi au dimanche de 13h à 19h,
nocturne jeudi jusqu’à 21h.
Fermeture les 8, 13 mai et 14 juillet
Galerie des bibliothèques / Ville de Paris
22, rue Malher, Paris 4e- Métro : Saint-Paul
Entrée 4 €. Tarif réduit : 2 €

http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=1&document_type_id=2&document_id=83783&portlet_id=21961
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Mer 9 Juin - 9:53

La photographie de Rimbaud authentifiée

Par Jean-Jacques Lefrère
un article détaillé réalisé par l'Express


Rimbaud sur le perron de l'hôtel de l'Univers, à Aden.
Libraires associés/ADOC-Photos

Il y a deux mois, L'Express révélait une photo absolument inédite d'Arthur Rimbaud.
Elle est aujourd'hui authentifiée et datée.
Le photographe et la plupart des figurants ont même été identifiés.

On se souvient qu'il y a deux mois, une photographie inconnue de Rimbaud,
la première montrant avec netteté ses traits d'adulte,
a été rendue publique.
Elle montre l'ancien poète à Aden, assis au sein d'un groupe,
sur la véranda de l'Hôtel de l'Univers.
Le document, qui figurait parmi une trentaine de clichés d'Aden
à la fin du XIXe siècle, provenait des archives de Jules Suel,
propriétaire de cet hôtel où Rimbaud résida à diverses reprises
et où il se fit parfois adresser son courrier.
Le poète reconverti dans le négoce fut en outre en relations d'affaires, notamment au moment de son expédition d'armes à travers le désert dankali, avec ce Suel qui était une personnalité importante de la communauté française locale - une communauté au demeurant fort réduite, dont les membres sont connus, et nous serions bien en peine, après une trentaine d'années de travaux sur le sujet, de citer un bien grand nombre de noms de ressortissants français dans l'Aden de cette époque.

En publiant cette photographie de Rimbaud, nous escomptions que des lecteurs pourraient nous aider à identifier les autres figurants de ce "coin de table" d'Aden, à mieux en cerner le contexte, voire de situer la photographie dans le temps. Cet espoir n'était pas vain, et les choses n'ont pas traîné, puisque nous sommes aujourd'hui en mesure de dater le document de manière très précise et d'indiquer l'identité probable de la majorité des personnages.

Il n'était certes pas aisé, cent trente ans plus tard, de placer des noms sur des visages. Et pourtant, on pouvait se demander qui sont les deux personnages debout, celui de gauche fixant l'objectif avec une expression farouche et décidée, celui de droite photographié comme dans le mouvement, souriant et portant son regard vers la dame assise au premier plan, en paraissant la contempler avec une sorte de bienveillance réjouie?

De même, qui peuvent bien être les deux barbus assis à gauche, l'un déjà quelque peu déplumé et à la physionomie soucieuse ou dédaigneuse, l'autre au visage plus impassible et semblant chaussé de souliers à talons?

Une identification qui permet de dater la photo

Qui est l'individu assis au centre, à la droite de Rimbaud? Il est apparemment le plus âgé du groupe, et son étrange costume à carreaux l'a déjà fait entrer dans la geste rimbaldienne sous le surnom de Pyjama.
L'auteur de cette enquête, Jean-Jacques Lefrère, a pour habitude de chasser les pièces inédites dans la littérature. En décembre 2008, L'Express lui avait consacré un portrait.

Surtout, qui est la dame à droite, accoudée à son fauteuil, porteuse d'une alliance et arborant un ventre à la courbe généreuse? Sa présence détonne quelque peu, car les Européennes étaient alors plutôt rares à Aden. Une autre question, non moins essentielle, était: de quel séjour de Rimbaud dans la ville date la photographie? La présence de tel ou tel figurant allait-elle permettre de l'établir?

Peu de temps après la publication de la photographie, Jacqueline Sibertin-Blanc (née Lucereau), descendante collatérale de l'explorateur Édouard-Henri Lucereau, nous contacta pour nous signaler qu'elle avait formellement reconnu ce dernier, par la comparaison avec une photographie, dans le personnage debout à gauche. La consultation d'autres portraits photographiques de Lucereau nous permit peu après de confirmer tout à fait l'identification.

Né en 1850, cet explorateur avait obtenu du Gouvernement français la mission de rechercher les sources de la Sobat, affluent du Nil bleu. Il résida à Aden à partir d'octobre 1879, logeant précisément à l'Hôtel de l'Univers, en faisant deux séjours prolongés à Zeilah, de l'autre côté de la Mer Rouge. En août 1880, ayant reçu de Delagenière, le gérant du vice-consulat de France à Aden, l'assurance que sa caravane allait enfin pouvoir partir à la conquête des régions inconnues qu'il comptait parcourir en Abyssinie, Lucereau reprit la mer et, après trois semaines de marche dans le désert, arriva à Harar, où il bénéficia un temps de l'hospitalité d'Alfred Bardey, le futur patron de Rimbaud à Aden. Mais son aventure tourna tragiquement: en octobre, il fut tué à Ouarabelly, dans le territoire des Itous-Gallas, à une journée de marche à l'ouest de Harar.

Une enquête minutieuse

L'identification de Lucereau sur la photographie est une grande chance, car elle permet de dater la photographie, de manière absolue, de 1880, qui est l'année où Rimbaud est venu à Aden pour la première fois.

Mieux: leur rencontre en cette ville n'a pu avoir lieu qu'en août. En effet, Rimbaud avait débarqué depuis peu de temps dans la colonie anglaise. Dans sa première lettre adressée d'Aden à sa famille, datée du 17 août, il confie qu'il a quitté Chypre "depuis près de deux mois" et a cherché depuis "du travail dans tous les ports de la Mer Rouge, à Djeddah, Souakim, Massaouah, Hodeidah, etc."

Il ajoute qu'il a été "malade en arrivant" à Aden. La manière dont il rapporte ceci indique que cet ennui de santé ne date pas de la veille, ni de l'avant-veille. Fait piquant, cet épisode fut mentionné en France du vivant de Rimbaud, qui entrait déjà dans sa légende, dans Le Symboliste du 22 octobre 1886: "Revenant d'Asie (via Suez), Rimbaud arriva malade à Aden."

L'arrivée de Rimbaud doit donc se situer début août, voire quelques jours plus tôt, car rien ne permet d'exclure que, parti de Chypre en juin, il ait bourlingué quelques semaines d'un port de la Mer Rouge à l'autre et soit arrivé à Aden au cours de la seconde quinzaine de juillet. S'il n'a rédigé sa première lettre aux siens que le 17 août, c'est qu'il n'a su que la veille qu'il avait désormais un emploi fixe dans cette ville: son engagement dans la factorerie Bardey date de la mi-août (ne sachant s'il allait rester sur place, il n'avait pas écrit à sa famille lors de ses séjours à Djeddah, Souakim, Massaouah et Hodeidah).

Au demeurant, Rimbaud ne fut jamais un épistolier empressé de donner à sa mère des nouvelles de ses changements de résidence: les années suivantes, lors de la plupart de ses installations ou réinstallations à Aden ou à Harar, il laissera parfois passer plusieurs semaines après son arrivée avant de lui envoyer un courrier (déjà, à Chypre, il ne lui avait écrit qu'au bout d'un mois de séjour).

Un fait est donc établi: Rimbaud et Lucereau sont simultanément à Aden en ce mois d'août 1880 et, comme tous les Français de l'endroit, fréquentent l'Hôtel de l'Univers, principal lieu de rencontre de la minuscule communauté française.

La technique de prise de vue révelée

Cette date se trouve d'ailleurs corroborée par la technique photographique qui fut employée pour réaliser le cliché. Il nous faut, sur ce point, dire notre dette aux spécialistes de l'art photographique au XIXe siècle qui nous ont fourni ces précisions.

À l'encontre de ce que nous supposions, il n'est pas du tout certain que le flou cernant le visage de Rimbaud soit dû au fait que le modèle ait bougé pendant la pose: le cliché serait plutôt affecté par un léger "bougé de plaque", qui est, de même que d'autres caractéristiques techniques, typique d'une technique alors toute nouvelle: l'instantané au gélatino-bromure d'argent.

Si l'on examine bien la photographie, les autres personnages, ainsi que les objets, ne sont pas tout à fait nets: leurs bords sont masqués par un léger tremblement, plus ou moins apparent selon le contraste des zones, et ceci constitue, d'après M. André Gunthert, une caractéristique des premiers essais d'instantanés au gelatino-bromure d'argent. Avec de telles plaques, le temps de pose était très bref, mais le plus infime choc transparaissait sur le cliché.

Par ailleurs, le cliché apparaît trop clair par excès de pose, avec une surexposition manifeste, le négatif verre au gelatino-bromure d'argent étant beaucoup plus sensible que le collodion, et le tirage ayant été réalisé sur un papier albuminé pas encore adapté à ces nouveaux négatifs. C'est en tout cas cette surexposition qui a donné à Rimbaud, plus que sa maladie récente, cette pâleur de visage: venant de passer quelques mois comme contremaître de chantier sous le soleil de Chypre, son teint devait être plutôt hâlé lorsqu'il arriva à Aden.

Ce sont là des renseignements précieux, mais ils soulèvent un problème: a priori, personne, à Aden, en 1880, ne pouvait disposer d'une technologie aussi moderne, le gelatino-bromure d'argent ou "plaque sèche" s'étant surtout répandu quelques années plus tard, rares furent, de par le monde, les photographes qui l'utilisèrent à cette date, surtout outre-mer.

Or, le 25 juillet 1880, l'explorateur-photographe Georges Révoil s'embarquait à Marseille, sur le navire Peï-Ho des Messageries maritimes, à destination d'Aden, où il prit pied le 7 août. Chargé, par le ministère de l'Instruction publique, d'une mission scientifique et géographique dans ce pays somali qu'il allait parcourir pour la seconde fois, il avait emporté un matériel photographique flambant neuf, qu'il comptait tester en réalisant de nombreux clichés à Aden. Il fut accueilli dans la ville par Jules Suel, qui lui fit naturellement visiter son hôtel, et écrivit par la suite à la Société de géographie de Marseille, laquelle publia son récit dans son bulletin trimestriel: "Je séjourne un mois dans cette ville, où je reçois le meilleur accueil de notre agent consulaire, M. Delagenières [sic], et des résidents et sous-résidents anglais, MM. Godfelow [sic] et Hunter, ainsi que de l'honorable M. César Tian [le futur associé de Rimbaud] et de tous nos compatriotes. J'utilise mon séjour à Aden à faire de nombreux essais photographiques".

Sur place, Révoil fera aussi la connaissance de Lucereau avant le départ d'Aden de ce dernier, ce dont il fera part aux Sociétés savantes dont il était membre correspondant. Lui-même n'allait pas s'éterniser à Aden, embarquant le 12 septembre à bord de l'Émile-Héloïse, petit vapeur d'une maison marseillaise.

Si nous avons évoqué la présence de ce Révoil à Aden, en ce mois d'août 1880, c'est parce que, le 28 du même mois, il écrivait de là à Henri Duveyrier, secrétaire de la Société de géographie de Paris, qu'il "se félicit[ait] beaucoup de l'emploi du gélatino-bromure de M. Rigault [sic], de Marseille". Révoil s'était donc embarqué pour Aden avec les plaques photographiques dernier modèle qu'il s'était procurées auprès de la Maison Jules Rigaut, sise au 37, rue Vacon, à Marseille, et dont des réclames de l'époque vantent les « plaques au gélatino-bromure » (ce Rigaut est l'auteur d'une monographie intitulée La Photographie pratique à l'usage des débutants traitant le procédé au gélatino-Bromure d'argent). Quoique la photographie du coin de table d'Aden ne porte aucun nom de photographe, il faut ainsi reconnaître que Révoil n'est pas le plus mauvais candidat pour en être l'auteur.

Les autres personnes identifiées

Revenons aux personnages figurant sur la photographie. En août 1880, Alfred Bardey, futur employeur de Rimbaud, vient de partir pour son voyage d'exploration commerciale en Abyssinie. Son absence sur ce portrait de groupe ne saurait donc surprendre. Avant de connaître la date du cliché, nous nous étions posé la question de son identification au personnage assis à l'extrême-gauche, mais ne regrettons pas aujourd'hui d'avoir formulé cette hypothèse au conditionnel.

Le seul portrait connu de Bardey est une photographie communiquée en novembre 1883 à la Société de géographie: son examen établit que Bardey, personnage à la physionomie pleine d'énergie, aux cheveux denses et coupés court, âgé de 26 ans en 1880 (il avait exactement le même âge que Rimbaud) n'est pas le barbu notablement plus âgé et déjà dégarni, même sur les tempes, qui apparaît sur la photographie d'Aden.

En revanche, d'autres personnages ont été reconnus par un de leurs descendants directs, à l'aide de photographies d'époque: l'un, le second barbu, pourrait être Maurice Riès, et une confirmation familiale est en cours, en provenance... d'Aden. Deux autres, Édouard-Joseph Bidault de Glatigné et son épouse. Lui serait le second homme debout, un peu penché et dirigeant son regard vers son épouse Augustine-Émilie, laquelle a toutes les raisons d'être assise: c'est une dame et elle est enceinte de six mois (elle donnera naissance à une petite Cécile, qui verra le jour à Aden le 11 novembre 1880).

Bidault, qui a trente ans sur la photographie et a épousé à Aden, le 19 mai 1878, Augustine-Émilie Porte, est bien connu des biographes de Rimbaud: photographe et voyageur --plus photographe que voyageur--, il sera hébergé quelques mois par Rimbaud dans sa maison de Harar. L'italien Robecchi-Bricchetti, qui les reçut l'un et l'autre chez lui le soir de Noël 1888, mentionnera, dans son livre Nell'Harrar, paru en 1896, "Bidault et son ami Rimbaud".

Bidault, qui s'était lancé dans la photographie dès son arrivée à Aden, aura par la suite le projet --comme Rimbaud-- de constituer un album sur le Harar et sa région, et prendra des photographies du pays et de ses habitants. Mais ni Bidault ni Rimbaud ne parviendront à réaliser leur album.

Si le nom de Bidault revient à plusieurs reprises dans la correspondance africaine de Rimbaud, parfois avec quelque ironie ("il vit toujours dans la contemplation"), il n'y est jamais question d'une Mme Bidault: c'est que celle-ci n'avait pas suivi son époux en Abyssinie, s'étant séparée de lui pour refaire sa vie avec un ancien officier italien reconverti dans le commerce colonial par penchant pour les voyages, qu'elle suivit dans son pays natal avant de revenir du côté de la Mer Rouge.

Ceci explique pourquoi, en avril 1888, Alfred Ilg, correspondant de Rimbaud dans le Choa, écrivait au pauvre Bidault: "De votre dame je n'ai pu avoir autre nouvelle que celle qu'elle était parti[e] en Italie, mais personne ne savait me dire où. J'en suis très fâché parce que j'aurais bien voulu vous donner de bonnes nouvelles surtout de votre chère petite."

Deux personnes pas encore renconnues

L'homme qui avait pris son épouse à Bidault n'est pas non plus un inconnu des biographes du Rimbaud africain: il s'agit de Pietro Felter, qui écrira à Rimbaud, en juillet 1891, de Harar : "Maintenant il me faudrait savoir l'époque précise a laquelle vous descendrez à Aden, et si de la côte (Djibutil ou Zeylah) vous seriez assez gentil de permettre à la caravane de ma femme de s'ajouter à la votre. » À cette date, Felter ignorait manifestement que Rimbaud, revenu en France, n'était plus en état de regagner Aden. Peu après, l'Italien prendra à son service l'ancien domestique de Rimbaud, ce Djami auquel son premier maître avait légué une somme qu'Isabelle Rimbaud eut à cœur de faire parvenir à destination.

En définitive, seuls deux personnages de la photographie s'obstinent encore à garder pleinement le mystère de leur identité : le barbu de gauche et Pyjama. Nous entrons ici dans le domaine des hypothèses, mais, concernant le premier, dont le maintien ne manque pas de solennité, il serait intéressant de retrouver un portrait d'Albert Delagenière, le gérant de l'agence consulaire française à Aden qui fut en relations avec Lucereau avant son départ pour sa dernière aventure.

Quant au second, ce Pyjama portant alliance et babouches, et qui fume le cigare, nous ne tomberions pas des nues si quelque descendant de Dubar, l'homme qui engagea Rimbaud à son arrivée à Aden, nous apprenait, photographies en main, qu'il s'agit de son aïeul. Son âge et son attitude pourraient correspondre à ceux du vieux colonial qu'était Dubar. Sa position sur la photographie s'expliquerait dès lors: il est le doyen du groupe, le vieux baroudeur, ses voisins n'étant que de jeunes expatriés. Dans ce qui n'est encore qu'une hypothèse, le cliché pourrait être, à l'origine, un portrait de Dubar, qui apparaîtrait en personnage central, entouré de quelques compatriotes, sur la véranda de l'Hôtel de l'Univers.

Nous avons trouvé récemment quelques précisions biographiques sur ce Dubar, dont on ignorait jusqu'au prénom. Né à Lyon le 31 janvier 1829, François-Aimable Dubar avait été adjudant d'administration à l'intendance militaire de la VIIIe Division à Privas, avait participé à la guerre de Crimée et commandé, avec le grade de colonel -- titre qu'il continua à porter une fois revenu à la vie civile -- la Cinquième Légion du Rhône pendant la campagne de 1870. Il vint à Aden avec Bardey, en 1880, et en repartit en début d'année 1882. Il s'installa alors dans sa ville natale, où il mourut le 10 janvier 1888. Dubar était le beau-frère de Suel -- au moins devait-il se sentir en famille à l'Hôtel de l'Univers --, ayant épousé en 1864, à Lyon, sa sœur Zoe, née en 1833 à Aubenas. Si quelque descendant de Dubar retrouve un album de famille contenant une photographie du "colonel", il peut nous contacter sans hésiter, nous lui offrirons volontiers un verre.

Quant à Jules Suel, qui était né le 17 mars 1831 à Aubenas et s'était marié le 19 avril 1882 à Aden devant le vice-consul de France, il est mort sans postérité à Ussy-sur-Marne, le 29 novembre 1898. L'état de sa succession montre qu'il n'avait pas réellement fait fortune à Aden. Il est sûr qu'il ne s'est jamais douté qu'un personnage d'une des photographies de son album allait rendre cette image célèbre dans le monde entier, plus d'un siècle plus tard.

En attendant de nouvelles identifications --espérons qu'elles ne tarderont pas et pourront prendre place, avec l'ensemble des documents autour de cette photographie, dans l'article général que préparent activement Jacques Desse et Alban Caussé, les deux découvreurs du document--, il est désormais établi que cette photographie montre des membres de cette petite communauté française d'Aden qui constitua l'entourage de Rimbaud au cours des séjours qu'il passa dans la ville.

Il s'agit bien d'habitués de l'Hôtel de l'Univers (pourquoi Suel, propriétaire de l'établissement où a été prise la photographie, aurait-il gardé dans son album les portraits d'inconnus de passage ?) et en aucun cas de simples touristes, comme le prétendaient récemment deux ou trois commentateurs qui parlaient sans savoir et s'exposaient hardiment au soupçon de vouloir faire parler d'eux en prenant des positions antagonistes. L'un de ces exégètes n'était pas loin de penser que c'étaient des estivants en transit (drôles d'estivants, revenant sans doute d'une après-midi de plongée en Mer Rouge !), un autre attestait qu'il ne s'agissait pas de Rimbaud avec autant d'assurance que s'il l'avait connu personnellement. On serait prêt à vouer à l'oubli de telles considérations si elles ne constituaient un matériau utile pour les futurs exégètes de l'acrimonie et de la balourdise au XXIe siècle.

Un Rimbaud malade après un long périple

Sans reprendre tous les éléments donnés dans l'article du n° 41 d'Histoires littéraires, la similitude, trait pour trait, du Rimbaud de ce coin de table adéni avec celui de la photographie attestée par un contemporain comme étant la plus ressemblante du poète, nous remarquons que le portrait retrouvé présente bien plus de similitude avec les portraits de jeunesse qu'avec les autres photographies connues de l'adulte. Certes, ces dernières sont souvent floues et ne montrent guère que l'allure générale d'un visage, mais si leur authenticité ne se trouvait pas attestée par la correspondance de Rimbaud, plus d'un exégète aurait à coup sûr mis en cause cette authenticité dans le cas où le destin n'aurait fait découvrir qu'aujourd'hui ces autoportraits photographiques pris à Harar en 1883.

Au moins la nouvelle photographie aura-t-elle fait rouvrir le dossier de Rimbaud africain: des données ont été vérifiées, d'autres complétées, et il a fallu admettre que des ouvrages de spécialistes reconnus colportaient des erreurs ou des approximations assez grossières.

En réalité, jamais un document iconographique concernant Rimbaud n'a été étudié avec autant d'attention, et ceci suggère qu'il serait utile de se pencher sur les autres, y compris -- et surtout ? --les plus célèbres: qui a étudié attentivement, et sur un tirage original, la célèbre photographie prise par Étienne Carjat ?

Avant de connaître la date exacte de la photographie du coin de table d'Aden, nous avions mentionné, dans l'article d'Histoires littéraires, que l'allure de Rimbaud y était "celle d'un homme fatigué et un peu égaré", affichant une "expression de lassitude".

Nous savons maintenant que ce cliché a été pris alors que Rimbaud était malade ou se remettait tout juste d'une maladie, après un périple sans doute épuisant le long des ports de la Mer Rouge. Par ailleurs, une des réactions les plus communes, lorsque ce portrait a été rendu public, a été de prétendre que Rimbaud n'y avait pas une tête de poète, que l'on ne retrouvait plus du tout cette expression perdue dans le rêve qu'exprime la célèbre photographie prise par Carjat.

C'est, de fait, peu contestable. Mais peut-on en vouloir à Rimbaud, arrivé depuis peu à Aden après des moments difficiles, et se remettant à peine d'une maladie, de n'avoir pas posé devant le photographe comme un poète, ni même comme un ancien poète ? Il faut souvent toucher à l'imaginaire pour revenir à la réalité, et pourtant cette réalité a ici, qu'on le veuille ou non, une certaine puissance d'évocation, qui n'est pas pour rien dans le retentissement impressionnant qu'a eu la photographie depuis sa publication.

http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-photographie-de-rimbaud-authentifiee_897362.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   Jeu 10 Nov - 18:58

"
De Rimbaud, les auteurs actuels ne retiennent que l'attitude"

Il y a 120 ans jour pour jour, Arthur Rimbaud mourrait. Il a inspiré bon nombre d'artistes... mais ceux-ci passent aujourd'hui plus de temps à travailler leur posture de poète maudit que leur œuvre, selon l'écrivain Antoine Bueno.


Au premier plan, de gauche à droite : Paul Verlaine et Arthur Rimbaud.
Atlantico : Nous célébrons ce jeudi les 120 ans de la mort d'Arthur Rimbaud. Ce dernier correspond à la figure de l'artiste marginal, du poète maudit. Cet archétype perdure-t-il aujourd'hui ?

Antoine Buéno : Oui. En réalité c’est la figure de l’artiste romantique qui est reprise jusqu’à écœurement par les auteurs actuels, qui écrivent plus pour en avoir le statut et la posture que par réel goût de la littérature. Tout cela est un ensemble qui compose des personnages savamment stéréotypés et sérigraphiés. Cet ensemble emprunte plusieurs aspects : le look branché mais négligé, l’alcool et la drogue comme entrant dans le cadre d’un conventionnel de l’opposition… Quant au fond, à l’écriture, ces auteurs vont souvent nous raconter leur petite vie un peu merdique, leurs masturbations, le tout sous le terme plus que galvaudé d’autofiction. Ces derniers temps, nous assistons également à une prolifération d’auteurs qui, faute d’avoir de l’imagination, reçoivent l’AFP et nous font des livres sur des starlettes ou des faits divers.

Rien n’a changé dans notre époque, si ce n’est que les artistes maudits de la fin du XIXème siècle agissaient conformément à une forme d’urgence et de nécessité, au mépris de très mauvaises conditions matérielles. Aujourd’hui, ceux dont il est question sont surprotégés, ils disposent de filets de sécurité personnels ou sociaux, donc il ne reste aucun des désagréments imposés par l’exercice.



Le côté mal-aimé un peu surjoué s’est donc doublé d’un conformisme bobo aujourd’hui ?

Bobo je ne sais pas, mais en tout cas clairement bourgeois privilégié, favorisé, et cultivant une révolte hyper stéréotypée et totalement artificielle.



Faut-il être bizarre, déjanté, drogué, pour être un artiste ?

Il faut se saouler, oui. Je me rappelle d'un dossier du magazine Technikart sur la question. Ils avaient interrogé un grand nombre d’auteurs, et j’étais le seul contrexemple, le seul qui déclarait ne pas boire. Idem pour toute cette atmosphère un peu sulfureuse qui doit tourner autour de l’auteur comme garantie de sa créativité, qui est par ailleurs nulle puisque l’autofiction et les faits divers sont la négation de l’imagination ! Être artiste passe aussi par des drogues diverses et variées, potentiellement une sexualité débridée… On peut penser par exemple à Frédéric Beigbeder, qui a énormément joué là-dessus par le passé, mais ils sont très nombreux.



Ce côté surjoué dont vous parlez caractérisait-il déjà les artistes du temps de Rimbaud ?

Je pense qu’il y avait aussi une posture, celle du marginal. Ils se mettaient en position d’être hors la société. Quand on l’est vraiment, ce n’est pas facile à vivre. Ils ne fabriquaient pas les conditions de leur épanouissement, et peut-être qu’ils en ressentaient la nécessité pour alimenter leur œuvre. La grande différence est qu’ici on est dans un retournement complet, puisque cette posture de l’artiste marginal propulse au contraire au centre des réseaux et de la bonne société germanopratine.



L'artiste d'aujourd'hui prendra les habits, les atours, d’une marginalité complètement has-been, obsolète, qui en réalité correspond aux codes et attributs d’une classe dominante qui s’arroge des privilèges culturels, sans non plus endosser le fardeau des devoirs de la création.



Un artiste ne peut donc pas être en costume-cravate, non-fumeur, buvant de l’eau gazeuse et non-consommateur de drogue ?

Si, par bonheur c’est possible. Prenez par exemple Jean-Marie Gustave Le Clézio : il n’est pas du tout là-dedans. Certes, il a un certain âge, il s’est fait connaître dans d’autres circonstances, mais tout de même. C’est possible.

En revanche pour avoir un succès rapide, médiatique, efficace, il faut être dans les bons réseaux, et donc avoir un certain nombre de pratiques permettant de se rapprocher des sphères d’influence. Il va falloir fréquenter des lieux parisiens à la mode comme le Montana ou le Mathis (à des heures très tardives). Là-bas on ne boit pas du jus de fraise… De même, dans les salons littéraires, ça picole ! L’alcool est le dénominateur commun minimum.



Ce phénomène a-t-il donné une mauvaise image, depuis le XIXème siècle, des artistes en général, et généré un processus qui continue aujourd’hui ?

En effet, des codes ont ainsi été déterminés. Mais ce n’est pas vraiment le public qui entretient cela. Parce qu’on ne parle ici que d’une petite pique de jeunes à la mode. Mais parmi les auteurs à succès actuels, beaucoup ne sont pas passés par ces codes-là. Je pense par exemple à Anna Gavalda ou Maurice Dantec (lui souscrit à d’autres codes, ceux de l’étrange et de la provocation). Il en va de même pour Michel Houellebecq, qui a la cigarette mais pas grand-chose d’autre.

Le public n’est pas responsable, ne sont à blâmer que les auteurs qui se croient obligés d’acheter toute la panoplie, ou plutôt qui pensent qu’en l’achetant ils acquièrent dans le même temps la capacité de production. C’est une confusion totale entre le fond et la forme de ce qui fait un artiste.

La démarche est souvent d’un cynisme indécent : ils pensent presque que cela va suffire. Et la société le valide !

http://www.atlantico.fr/decryptage/arthur-rimbaud-auteurs-actuels-retiennent-que-attitude-120-ans-mort-poete-antoine-bueno-221105.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ARTHUR RIMBAUD   

Revenir en haut Aller en bas
 
ARTHUR RIMBAUD
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ARTHUR RIMBAUD
» Le Dormeur du Val ( Arthur Rimbaud)
» Betameche, Arthur, E.T, Stitch et Jack (Mes ratous)
» General Mac Arthur
» "Ce soir avec Arthur", nouvelle émission sur Comédie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA PLUME EST LA LANGUE DE L'AME :: ECRIVAINS ET POETES-
Sauter vers: