H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 VOILES SUR LES ETOILES

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: VOILES SUR LES ETOILES   Sam 27 Mar - 13:27

***AUX ETOILES QU'ON VOILE !***

"La tâche des instituteurs, ces obscurs soldats de la civilisation,
est de donner au peuple les moyens intellectuels de se révolter."
Mémoires (1886)
Citation de Louise Michel



Lettre à ma fille

Comme tous les matins, tu es passée devant ce miroir,
Ajusté ce voile sur tes cheveux, qui devra tenir jusqu'à ce soir
Tu m'as dit au revoir d'un regard, avant de quitter la maison
Le bus t'emmène à la fac, où tu te construis un horizon.

Je suis resté immobile, j'ai pensé très fort à toi
Réalisant la joie immense de te voir vivre sous mon toit
C'est vrai, je ne te l'ai jamais dit -ni trop fort, ni tout bas
Mais tu sais ma fille chez nous, il y a des choses qu'on ne dit pas.

Je t'ai élevée de mon mieux, et j'ai toujours fait attention
À perpétuer les règles, à respecter la tradition
Comme l'ont faits mes parents (crois moi sans riposter)
Comme le font tous ces hommes que je croise à la mosquée.

Je t'ai élevée de mon mieux comme le font tous les nôtres
Mais étais-ce pour ton bien ? Ou pour faire comme les autres ?
Tous ces doutes qui apparaissent et cette question affreuse :
C'est moi qui t'ai élevée, mais es tu seulement « heureuse » ?

Je sais que je suis sévère, et nombreux sont les interdits :
Tu rentres tout de suite après l'école et ne sort jamais le samedi
Mais plus ça va et moins j'arrive à effacer cette pensée :
« Tu songes à quoi dans ta chambre, quand tes amis vont danser ? »

Tout le monde est fier de toi, tu as toujours été une bonne élève
Mais a-t-on vu assez souvent un vrai sourire sur tes lèvres ?
Tout ça je me le demande, mais jamais en face de toi
Tu sais ma fille chez nous, il y a des choses qu'on ne dit pas…

Et si on décidait que tous les bien-pensants se taisent ?
Si pour un temps on oubliait ces convenances qui nous pèsent ?
Si pour une fois tu avais le droit de faire ce que tu veux,
Si pour une fois tu allais danser en lâchant tes cheveux…

J'veux qu'tu cries, et que tu chantes à la face du monde !
Je veux qu'tu laisses s'épanouir tous ces plaisirs qui t'inondent
J'veux qu'tu sortes, j'veux qu'tu ries, j'veux qu'tu parles l'amour
J'veux qu'tu aies le droit d'avoir 20 ans,
Au moins pour quelques jours…

Il m'a fallu du courage pour te livrer mes sentiments,
Mais si j'écris cette lettre, c'est pour que tu saches, simplement,
Que je t'aime comme un fou, même si tu ne le vois pas,
Tu sais ma fille chez nous, il y a des choses qu'on ne dit pas.

TEXTE : Grand Corps Malade
Voix : Idir



Dernière édition par Nine le Sam 27 Mar - 18:38, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Sam 27 Mar - 13:31

LE VISAGE

Visages dont on devine, du premier coup d'oeil,
qu'ils ne cessent d'affronter la tempête. Et d'autres, lisses, satisfaits,
qui ont toujours trouvé moyen de tourner le dos au vent.
Un jour, ils seront frappés par-derrière ;
on les verra soudain stupéfaits, défaits, pitoyables.

Gilbert CESBRON
(Un miroir en miettes. Paris, Robert Laffont, 1973, p. 10)



... C’est parce qu’ils sont des visages que les êtres humains sont des personnes.
Le visage est en quelque sorte l’apparence matérielle de l’âme.
Il pâlit, il rougit, il « pique un fard », il se trouble, il se couvre de frissons.
Parfois il se veut impassible de crainte de trahir ses sentiments
– et se trahit par cette impassibilité même !
Autrement dit :
il exprime la vérité intérieure de l’être humain, ses sentiments et ses pensées.
Tout se passe comme si le visage, visible,
était habité par la vérité invisible des hommes, l’âme et le cœur.

Les hommes se reconnaissent entre eux par le visage.
Plus précisément :
ils s’apparaissent les uns les autres par le biais du visage.
Lorsqu’un visage s’approche vers moi, surgit dans mon champ de vision,
tout autre chose qu’un simple squelette animé recouvert de chair
se présente à mes yeux :
un sujet, avec une vie intérieure, affective et intellectuelle,
un passé personnel, autrement dit des choses qui ne voient pas.
Bref, l’invisible.
Deux conséquences :
le visage est l’apparition de l’invisible, d’une part,
la condition humaine se définit par l’échange des visages, d’autre part. ...

Extrait Robert Redeker
pour Sud Ouest le 20 février 2010


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Sam 27 Mar - 17:00

DEVOILE LES ETOILES

A Celles,
Filles,
Soeurs, Mères, Epouses ou Amantes ...
aux Femmes dans la tourmente !

Sans images
sans identités
ombres parmi les ombres
victimes du gommage ...

Drapées de Noir
endeuillées, floutées
l'expression gommée
liberté sacrifiée, paroles mutilées

Pour une faute prétendue
un antique pêcher
largement payé
enfanter dans la souffrance
le prix d'une transe
faut il prier ?
mendier une offrande ?
payer une amende
à Jéhovah, Vichnou ou Allah ...

Pour que tu sois
petite soeur fille de Roi
Vénus de Botticeli
Sirène de Copenhague
ou Reine de Saba

L'Occident serait il vaincu
éteint de toutes lumières
la Vierge de toutes les douleurs
serait elle un leurre ?

il est peut être là l'origine de ton deuil
les inquisiteurs avancent masqués
plus d'armes à leurs chevets
ils ont les mots manipulés
les pensées censurées
le sourire et la grammaire polissée
des lois ils ont tout maitrisé
dialectique programmée.

Au pays de Voltaire et d'Hugo
on ne sait plus définir les mots
c'est peut être çà
le règne des Démaguos.

Viendra un jour d'arc en ciel
ou tu sera Aldebaran
la rebelle et la plus belle
étoile, cheveux aux vents
triomphante de l'écume
frémissante sur les rivages
le voile c'est un nuage
des temps
et que souffle le vent
souverain et libre
à lui personne
ne ment !

Nin@rtmony

(ce texte est protégé
merci de ne pas l'exporter).


Dernière édition par Nine le Jeu 1 Avr - 14:13, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Sam 27 Mar - 17:40

LE MONDE EST FEMME


Chasseriau la Reine Esther

Paroles: Pierre Delanoé.
Musique: François Bernheim

1999 "Les Adieux Différés"
© 1999 Éditions Art Music

Le monde est femme femme
Jusqu'au bout de l'âme
Même les droits de l'homme le proclament
On ne pourra jamais changer le programme
Le monde est femme sur toute la gamme

Le monde est femme femme
Jusqu'au bout de l'âme
Napoléon César ou Abraham
Pourraient vous en parler
Vous en faire un drame
Le monde est femme sur toute la gamme

Salomé, Cléopâtre et Messaline
Sans parler de la reine de Saba
Frénégonde et Clotilde et la grande Catherine
Elles ont régné sur les rois

Le monde est femme femme
Jusqu'au bout de l'âme
Dans le palais ou sur le macadam
Que ce soit sous les armes ou bien dans le charme
Le monde est femme sur toute la gamme

C'est la seule dictature contre laquelle
Aucun homme n'a jamais rien pu faire
Elle est parfois cruelle, oui mais éternelle
Pas la peine de partir en guerre

Le monde est femme femme
Jusqu'au bout de l'âme
Même les droits de l'homme le proclament
Ce monde il est aux ordres des grandes dames
Et même des filles du port d'Amsterdam

***
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Sam 27 Mar - 17:47

A CECILE
ma petite soeur ... la vraie
mon Etoile.



Claude Nougaro - Cécile, ma Fille


Claude Nougaro extrait du Concert
"Hombre et lumière" du21 Juillet 1998 à Toulouse .

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Sam 27 Mar - 18:34

RIMES FEMININES
JULIETTE


... Élire parmi les éminentes
Celle qui me ferait frissonnante,
Parmi toutes celles qui surent s'ébattre,
Qui surent aimer qui surent se battre,
Mes soeurs innées mes philippines,
Mes savantes et mes Bécassines.
Julie Juliette ou bien Justine,
Toutes mes rimes féminines :
Clara Zetkin,
Anaïs Nin
Ou Garbo dans La Reine Christine.
Sur le céleste carrousel,
Choisir entre ces demoiselles:
Camille Claudel,
Mamzelle Chanel
Ou l'enragée Louise Michel...



... Extraits ...
Mais si tant de souhaits vous chagrinent,
S'il est contraire à la doctrine
De viser haut dans les karma,
Alors faites dans l'anonymat.
En attendant que tout bascule,
Que Satan ne me congratule
Ou que les anges me fassent la fête,
Permettez une ultime requête:
Faites-la renaître votre frangine
En n'importe qui, en fille d'usine,
En fille de rien ou de cuisine,
En croate ou en maghrébine,
En Éponine,
En Clémentine,
En Malka Malika ou Marilyn...
Et si votre astrale cuisine
Par hasard ne le détermine
J'accepterais par discipline
De revenir en cabotine,
En libertine,
En gourgandine...
Tiens: en Juliette Noureddine.

Paroles: Pierre Philippe
musique: Juliette Noureddine

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Sam 27 Mar - 19:33

... ET DU VOILE ...

Léger et transparent
je ne retiens que la mantille
quand il se fait dentelle
sur le visage des filles
lumineux et subtil
comme les belles de Séville
Nin@rtmony




Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Dim 28 Mar - 12:47

LIBERTE


Je Chante Avec Toi Liberté

Quand tu chantes, je chante avec toi liberté
Quand tu pleures, je pleure aussi ta peine
Quand tu trembles, je prie pour toi liberté
Dans la joie ou les larmes je t'aime
Souviens-toi des jours de ta misère
Mon pays, tes bateaux étaient des galères
Quand tu chantes, je chante avec toi liberté
Et quand tu es absente j'espère
Qui es tu ?
religion ou bien réalité
Une idée de révolutionnaire
Moi je crois que tu es la seule vérité
La noblesse de notre humanité
Je comprends qu'on meure pour te défendre
Que l'on passe sa vie à t'attendre
Quand tu chantes, je chante avec toi liberté
Dans la joie ou les larmes je t'aime
Les chansosns de l'espoir ont ton nom et tavoix
Le chemin de l'histoire nous conduira vers toi
Liberté, liberté

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Dim 28 Mar - 14:06

LE TISSU
Jeanne Cherhal


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Dim 11 Avr - 21:38

LOUISE
Superbe chanson
Gérard Berliner



Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Lun 7 Juin - 13:13

LES SOUFFRANTES


Les souffrantes
(Aux femmes afghanes
et aux autres ....)

Derrière des grilles nommées tchadris
Des femmes sont prisonnières,
des femmes d’aujourd’hui.
Héroïnes au secret
d’une histoire délirante,
Ce sont elles les souffrantes.
Kaboul maboule
les masques foulent
L’intégrité et la beauté
Des amantes, des filles,
des femmes, des souffrantes
Notre moitié.

Où sont les yeux des Afghanes
Elles regardent ailleurs et pleurent
Où sont leurs visage ?
Elles regardent ailleurs
Vers l’intérieur.
Des chars de guerre ont défilé
Des hommes vainqueurs,
inquisiteurs d’intimité
Qui ont foulé, défiguré...
charge infâmante
Le rêve sacré des souffrantes.
Où sont les yeux des Afghanes
Elles regardent ailleurs et pleurent
Où sont leurs visages ?
Où sont leurs visages ?
La kalachnikov sur la hanche
Les hommes paradent
et se déhanchent
Recouvrant de voiles sombre
et de pénombre
Les rêves infinis des souffrantes
Derrière des grilles
nommées tchadris
Des femmes sont prisonnières,
des femmes d’aujourd’hui.
Héroïnes au secret
d’une histoire délirante,
Ce sont elles les souffrantes.
Où sont les yeux des Afghanes
Où sont les yeux des Afghanes

© 1999 - Editions Transit
Album INTEMPESTIVES
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13048
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Dim 11 Juil - 9:41

Maitre Sara Hossain du Bangladesh, la féministe du siècle




Me Hossain a mené l'équipe de procureurs qui ont gagné, devant la Haute Cour du Bangladesh, le recours contestant la constitutionnalité des décrets religieux (fatwa) imposant des châtiments cruels

http://www.postedeveille.ca/2009/07/bangladesh-une-mineure-enceinte-après-un-viol-par-un-imam-est-fouettée-et-forcée-dépouser-son-agress.html

dont la vaste majorité des victimes sont des femmes

http://www.postedeveille.ca/2010/07/bangladesh-victoire-pour-les-femmes-la-haute-cour-déclare-que-les-fatwas-sont-inconstitutionnelles.html

Me Hossain a plaidé avec succès que ces peines contreviennent aux conventions internationales contre la torture, les châtiments cruels, inhumains et dégradants, et toutes les formes de discrimination contre les femmes.

Je la désigne, ainsi que son équipe, la féministe du siècle pour avoir remporté, contre les islamistes, une victoire extraordinaire : le Conseil des droits de l'Homme lui-même ne veut pas admettre que la charia contrevient au droit international ! Sultana Kamal, de l'ONG Ain o Salish Kendra (ASK) partie au recours, a déclaré : « les auteurs de fatwas ne peuvent imposer aux femmes leurs conceptions religieuses cruelles.»

Avec ce jugement sans précédent dans le monde musulman, les fatwas cruelles, ainsi que les peines imposées par des instances extra-judiciaires telles que les tribunaux de la charia, sont non seulement illégales au Bangladesh, mais toute personne qui serait impliquée dans la mise en application de telles fatwas s'expose désormais à des poursuites criminelles......

http://www.postedeveille.ca/2010/07/me-sara-hossain-du-bangladesh-la-féministe-du-siècle.html



Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9635
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Ven 23 Juil - 2:00

ALLAH
VERONIQUE SANSON



Paroles et Musique:
Véronique Sanson 1988 "Moi le venin"


Pour l'amour d'un homme
Elle avait quitté l'Oued en automne
Elle était un peu folle
Elle ne craignait ni Dieu ni personne
Tout l'été ils se sont vraiment préparés
Tout l'été ils ont beaucoup voyagé
Elle était là debout
Sous le regard flou de son homme
Et dans sa robe rose
Elle avait mis des choses qui détonnent

Tout le monde dort et pourquoi, pourquoi pas elle ?
Tout le monde dort et pourquoi, pourquoi pas elle ?

O Allah
A quoi te sert d'avoir un nom ?
Pourquoi ce feu ce tonnerre ?
Au nom de quoi fais-tu la guerre ?
Mais si c'est ça que tu veux
Tout le monde fermera les yeux

Et le camion explose
Elle a donné sa vie pour ta cause
La mort est sur le sable
Te sens-tu mutilé dans ton âme ?

Tout le monde dort et pourquoi, pourquoi pas toi ?
Tout le monde dort et pourquoi, pourquoi pas toi ?

O Allah
A quoi te sert d'avoir un nom ?
Pourquoi le feu, la misère ?
Si j'étais toi je serais pas fière
Mais si c'est ça que tu veux
Tout le monde fermera les yeux

O Allah
A quoi te sert d'avoir un nom ?
Si tu as trois vœux à faire
Choisis-les bien parmi tes pairs
Mais si c'est ça que tu veux
Tout le monde fermera les yeux
A quoi te sert d'avoir un nom ?
Pourquoi ce feu ce tonnerre ?
Au nom de quoi fais-tu la guerre ?
A quoi te sert d'avoir un nom ?
C'est pour souiller le désert
Avec le sang versé pour
Allah

Pourquoi le feu et la misère ?
Prie pour la fin de la guerre
Délivre-les du mal
Allah

Pourquoi le feu le tonnerre ?
Mais c'est de toi qu'on se sert
C'est en ton nom qu'on se bat
Allah

A quoi te sert d'avoir un nom ?
Pourquoi la faim la misère ?
Si j'étais toi je serais pas fière
Mais c'est de toi qu'on se sert
Délivre-les du mal
Allah

A quoi te sert d'avoir un nom ?
Si tu as trois vœux à faire
Choisis-les bien parmi tes pairs
Et c'est de toi qu'on se sert
C'est en ton nom qu'on se bat
Allah
A quoi te sert d'avoir un nom ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13048
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Ven 17 Sep - 12:57



Quand tu appuieras sur le bouton, tu verras plein de fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13048
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Mar 19 Oct - 21:20

Battez votre femme, mais effacez les traces
Battre sa femme et ses enfants, d'accord. Mais surtout, ne pas laisser de trace ni sur la peau de sa dulcinée, ni sur celle de sa progéniture.

C'est ce qu'a décrété la Cour suprême fédérale des Emirats Arabes Unis, à la suite du procès d'un Emirati qui avait battu en public sa femme et sa fille, un peu trop violemment au goût de ses compatriotes. «Même si [la loi] permet au mari de battre sa femme pour [la discipliner], il doit contrôler sa force», a déclaré le juge principal, Falad-al-Hajeri, dont les propos ont été rapporté par l'AFP.

De plus, l'islam interdit de battre les enfants qui ont dépassé l'âge pubère. Or la fille de l'homme au coeur du procès vient de fêter ses 23 ans. Parce qu'il a «laissé des traces» sur sa femme et qu'il n'a pas pris l'âge de sa fille en considération –et non pas parce qu'il les a battues–, la cour islamique des Emirats Arabes Unis l'a condamné à une amende équivalente à 136$ (98 euros). Selon le Guardian, l'Emirati a saisi la Cour de Dubai afin de faire appel.

«De manière générale, les Emirats Arabes Unis ont fait des progrès en promouvant l'éducation des femmes, [en les encourageant à devenir] entrepreneures et à participer en politique», rappelle le Guardian. D'ailleurs, le quotidien britannique donne la parole à Jihad Hashid Brown, directeur de recherche pour la Fondation Tabah, afin qu'il explique ce que préconise le Coran pour les femmes. «La Sharia interdit de battre sa femme. C'est illégal d'insulter la dignité de sa femme. Ça, c'est si on regarde les traditions [musulmanes] comme un tout: le Coran, les Hadith et les textes des juristes islamiques.» Le docteur Jassim al-Shamsi, doyen du collège de loi à l'université des Emirats Arabes Unis et aussi cité par le Guardian, souligne que le Coran prêche l'amour et le respect entre mari et femme. «Comment l'un d'entre vous peut battre sa femme comme il bat le chameau et ensuite l'enlacer?» peut-on aussi lire dans le Coran. Avant de battre sa femme, le Coran exige que le mari passe par deux étapes préalables: d'abord, la gronder, ensuite quitter son lit.

Pour le Huffington Post, «la décision de la Cour Suprême Fédérale montre la forte influence de la loi islamique dans les Emirats, en dépit de sa bonne réputation internationale, le nombre d'étrangers [vivant aux Emirats Arabes Unis] surpassant largement celui de la population locale».

http://www.slate.fr/lien/28825/battez-votre-femme-mais-effacez-les-traces
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13048
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Sam 20 Nov - 9:49

PIERRE PERRET - LA FEMME GRILLAGEE


(paroles et musique Pierre Perret – © 2010 Editions Adèle – NS 91678)

Ecoutez ma chanson bien douce
Que Verlaine aurait sû mieux faire
Elle se veut discrète et légère
un frisson d’eau sur de la mousse
C’est la complainte de l’épouse,
de la femme derrière son grillage
Ils la font vivre au Moyen-âge
Que la honte les éclabousse.

Refrain
Quand la femme est grillagée
toutes les femmes sont outragées
les hommes les ont rejetées
Dans l’obscurité

Elle ne prend jamais la parole
En public ce n’est pas son rôle
Elle est craintive elle est soumise
Pas question de lui faire la bise
On lui a appris à se soumettre
A ne pas contrarier son maître
Elle n’a droit qu’à quelques murmures
Les yeux baissés sur sa couture

REFRAIN

Elle respecte la loi divine
Qui dit par la bouche de l’homme
Que sa place est à la cuisine
Et qu’elle est sa bête de somme
Pas question de faire la savante
Il vaut mieux qu’elle soit ignorante
Son époux dit que les études
Sont contraires à ses servitudes

REFRAIN

Jusqu’aux pieds sa burka austère
Est garante de sa décence
Elle prévient la concupiscence
Des hommes auxquels elle pourrait plaire
Un regard jugé impudique
Serait mortel pour la captive
Elle pourrait finir brûlée vive
Lapidée en place publique

REFRAIN

Jeunes femmes larguez les amarres
Refusez ces coutumes barbares
Dites non au manichéisme
Au retour à l’obscurantisme
Jetez ce moucharabieh triste
Né de coutumes esclavagistes
Et au lieu de porter ce voile
Allez vous-en mettez les voiles
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13048
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   Dim 8 Avr - 19:05


Retour sur l’acquittement d’une femme


C'était pendant Toulouse et les longues, très longues heures de siège autour de l'appartement de Mohamed Merah, jusqu'à l'assaut, les tirs en rafale et la mort. A l'autre bout de la France, dans la salle d'audience de la cour d'assises de Douai (Nord), on jugeait une femme meurtrière de son mari qui la battait.

Ce qui s'est passé là, pendant trois jours, est exceptionnel. On parle parfois de "miracle d'audience", l'expression n'est pas usurpée.

Le "miracle", c'est voir vaciller et s'effondrer toutes les défenses que l'on avait dressées contre l'horreur d'un crime dans un monde qui n'est pas le sien. C'est laisser peu à peu les questions entrer et faire leur chemin. C'est partir de très loin et se rapprocher chaque heure un peu plus, jusqu'à se laisser happer. Et s'apercevoir que soudain, c'est Toulouse qui semble loin.

Pendant ces trois jours d'audience, une caméra a été autorisée à tourner. Je n'ai pas vu le résultat, j'espère qu'il est à la hauteur du procès. Il est diffusé dimanche 8 avril à 18H sur TF1 dans l'émission "7 à 8". Si vous voulez poursuivre le débat ici, après l'émission, vous êtes bienvenus.

Pour ceux auxquels l'histoire aurait échappé, voici le compte-rendu d'audience publié dans Le Monde (daté 25 et 26 mars):

C’est une sale affaire de violence et de misère. Une de celles auxquelles on rechigne à s’intéresser parce que tout cela semble trop loin, trop moche et qu’on en a bien assez comme ça. C’est ce que l’on pensait, au début. Comme sans doute les six jurés – quatre femmes, deux hommes – tirés au sort devant la cour d’assises du Nord pour juger Alexandra Guillemin, 32 ans, qui comparaissait pour le meurtre de son mari, Marcelino.

Un soir de juin 2009, dans la cuisine de leur appartement à Douai, cette mère de quatre enfants a dit à son mari qu’elle voulait le quitter. Il a explosé de fureur, a cherché à l’étrangler, elle a saisi un couteau de cuisine. La plaie dans le cou mesurait 13,5cm de profondeur. Il est mort sur le coup, « dans une mare de sang », dit le procès-verbal des policiers. Voilà pour les faits.

Le procès s’est ouvert mercredi 21 mars. Alexandra Guillemin comparaissait libre après dix-sept mois de détention provisoire. Elle s’est assise dans le prétoire, le visage légèrement incliné, ses longs cheveux sombres noués sur la nuque, les yeux baissés, les mains posées sur les genoux et elle n’a plus vraiment bougé.

Dehors, c’était le printemps, le ciel était bleu tendre. Le soleil inondait les murs clairs de la salle d’audience. C’est là, dans cette lumière si blanche, si crue, qu’une cour et des jurés ont plongé dans la nuit d’une femme.

Alexandra avait 17 ans, elle était en première, au lycée, quand elle a rencontré Marcelino, un gitan sédentarisé, de quatorze ans son aîné. Elle est tombée amoureuse, a claqué la porte de chez sa mère qui ne l’aimait guère et rompu avec son père qui était en colère. Quelques mois plus tard, elle s’est mariée, le premier des quatre enfants est né et Alexandra Guillemin a renoncé à passer son bac.

Le reste est un long calvaire. Une épouse que l’on viole, frappe, insulte et humilie. Que l’on menace lorsqu’elle murmure des confidences à sa sœur au téléphone ou cherche à voir son père. Que l’on épie quand elle se tente de se confier à l’assistante sociale. Que l’on écrase et engloutit. Au XXIème siècle, dans une ville française, une ombre dans une caverne.

Pendant trois jours, un homme ne l’a pas quittée des yeux. Luc Frémiot est avocat général. Cela fait plus de dix ans qu’il se bat contre les violences conjugales. Qu’il essaie de secouer les consciences. Qu’il tonne à l’audience, bat les estrades, s’invite dans les colloques. Qu’il donne des instructions écrites aux policiers pour transmettre systématiquement au parquet les « mains courantes » déposées par les femmes, afin de ne pas laisser échapper la moindre chance de briser le silence, d’endiguer la violence dès le premier coup porté. Pour qu’il ne soit pas suivi d’un deuxième, puis d’un troisième, qui fait plus mal, détruit plus profond.

Il l’a regardée, Alexandra Guillemin, lorsqu’à la barre elle triturait son mouchoir, en répondant d’une voix faible aux questions de la présidente, Catherine Schneider. Lorsque des larmes roulaient sur son visage à l’évocation par les voisins, par les rares amis, par les dépositions de ses enfants, de ce qu’avait été sa vie. Lorsqu’elle chassait de la main les images qui l’assaillaient, honteuse de devoir expliquer ce que son corps avait subi et qu’elle avait toujours tu.

Luc Frémiot observait tout, aspirait tout. Il a dévisagé aussi ces femmes assises dans le public, dont soudain s’échappait un cri, presque un ordre : « Parle, Alexandra ! parle ! ». Il a crucifié du regard cet officier de police judiciaire concédant un « dysfonctionnement » quand on lui a demandé d’expliquer comment et pourquoi son service n’avait pas jugé nécessaire de donner suite à la plainte que voulait déposer Alexandra Guillemin contre son mari. Elle avait l’œil tuméfié, on lui a conseillé une main courante et on l’a renvoyée chez elle parce que « ça ne saignait pas ».

Vendredi 23 mars, l’avocat général s’est levé. Ou plus justement dit, il s’est jeté. Les notes sur le carnet ne disent ni la voix qui enfle et se brise, ni les silences, le souffle qui emporte, les mains tendues qui escortent les paroles jusqu’aux visages concentrés des jurés, le regard suspendu de l’accusée.

- Alexandra Guillemin, nous avions rendez-vous. C’est un rendez-vous inexorable, qui guette toutes les victimes de violences conjugales. Ce procès vous dépasse parce que derrière vous, il y a toutes ces femmes qui vivent la même chose que vous. Qui guettent les ombres de la nuit, le bruit des pas qui leur fait comprendre que c’est l’heure où le danger rentre à la maison. Les enfants qui filent dans la chambre et la mère qui va dans la cuisine, qui fait comme si tout était normal et qui sait que tout à l’heure, la violence explosera.

Elles sont toutes sœurs, ces femmes que personne ne regarde, que personne n’écoute. Parce que, comme on l’a entendu tout au long de cette audience, lorsque la porte est fermée, on ne sait pas ce qui se passe derrière. Mais la vraie question, c’est de savoir si l’on a envie de savoir ce qui se passe. Si l’on a envie d’écouter le bruit des meubles que l’on renverse, des coups qui font mal, des claques qui sonnent et des enfants qui pleurent.

Ici, dans les cours d’assises, on connaît bien les auteurs des violences conjugales. De leurs victimes, on n’a le plus souvent qu’une image, celle d’un corps de femme sur une table d’autopsie. Aujourd’hui, dans cette affaire, nous sommes au pied du mur, nous allons devoir décider.

Mon devoir est de rappeler que l’on n’a pas le droit de tuer. Mais je ne peux pas parler de ce geste homicide sans évoquer ces mots des enfants : « Papa est mort, on ne sera plus frappés ». «Papa, il était méchant ». « Avec nous, il se comportait mal, mais c’était rien comparé à ce qu’il faisait à maman ».

On n’a pas le droit de tuer, mais on n’a pas le droit de violer non plus. D’emprisonner une femme et des enfants dans un caveau de souffrances et de douleur.

Je sais la question que vous vous posez. « Mais pourquoi Alexandra Guillemin n’est-elle pas partie avec ses enfants sous le bras ? » Cette question est celle d’hommes et de femmes de l’extérieur, qui regardent une situation qu’ils ne comprennent pas et qui se disent : « Mais moi, je serais parti ! ». En êtes-vous si sûr ?

Ce que vivent ces femmes, ce qu’a vécu Alexandra Guillemin, c’est la terreur, l’angoisse, le pouvoir de quelqu’un qui vous coupe le souffle, vous enlève tout courage. C’est sortir faire les courses pendant cinq minutes parce que celui qui vous envoie a calculé exactement le temps qu’il vous faut pour aller lui acheter ses bouteilles de bière. Et c’est à cette femme là que l’on voudrait demander pourquoi elle est restée ?

Mais c’est la guerre que vous avez vécu, Madame, la guerre dans votre corps, dans votre cœur!

Et vous, les jurés, vous ne pouvez pas la juger sans savoir les blessures béantes qu’elle a en elle. C’est cela être juge, c’est être capable de se mettre à la place des autres.

Alexandra Guillemin, il suffit de l’écouter, de la regarder. De voir son visage ravagé. Mais un visage qui change dès qu’elle parle de ses enfants. On a beaucoup dit d'elle qu’elle était « passive ». Mais c’est une combattante, cette femme! Ses enfants, elle leur a tenu la tête hors de l’eau, hors du gouffre. Il n’y a pas beaucoup d’amour dans ce dossier, mais il y a le sien pour ses enfants, et ça suffit à tout transfigurer. Ils ont 13, 11, 8 et 6 ans aujourd’hui, ils vous aiment, ils seront votre revanche.

Nous, la question que nous devons nous poser, c’est : « de quoi êtes-vous responsable, Alexandra Guillemin ? » Quelle serait la crédibilité, la légitimité de l’avocat de la société qui viendrait vous demander la condamnation d’une accusée, s’il oubliait que la société n’a pas su la protéger ?

Alors, je vais parler de légitime défense. Est-ce qu’au moment des faits, Alexandra Guillemin a pu penser qu’elle était en danger de mort ? Est-ce qu’en fonction de tout ce qu’elle a vécu, subi, elle a pu imaginer que ce soir là, Marcelino allait la tuer ? Mais bien sûr ! Cela fait des années que ça dure. Alexandra a toujours été seule. Aujourd’hui, je ne veux pas la laisser seule. C’est l’avocat de la société qui vous le dit : vous n’avez rien à faire dans une cour d’assises, Madame. Acquittez la ! ».

Vendredi 23 mars, six jurés – responsable de paie, retraitée, techniciens, ingénieur, assistante d’achat- et trois magistrats professionnels l’ont écouté. Et d’une sale affaire de violence et de misère, si loin, si moche, ils ont fait un grand moment de justice, si proche.

http://prdchroniques.blog.lemonde.fr/2012/04/08/retour-sur-lacquittement-dune-femme/#xtor=RSS-3208
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VOILES SUR LES ETOILES   

Revenir en haut Aller en bas
 
VOILES SUR LES ETOILES
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» VOILES SUR LES ETOILES
» Des Etoiles.... ou pas!!
» De retour de Londres, des etoiles pleins les yeux... EDIT PHOTOS
» etoiles au crochet
» Les voiles de protection....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: TRIBUNES LIBRES :: AU FIL DE L'ACTU :: REFLEXIONS SUR LE QUOTIDIEN-
Sauter vers: