Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA RAFLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin


Féminin Nombre de messages : 12651
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: LA RAFLE   Mar 16 Mar - 19:43

LA RAFLE


Date de sortie cinéma 10 mars 2010



Réalisé par Roselyne Bosch
Avec Mélanie Laurent, Jean Reno, Gad Elmaleh, Raphaëlle Agogué,
Hugo Leverdez, Sylvie Testud, Anne Brochet, Catherine Allegret....

Long-métrage français. Genre Historique , Drame
Durée 1h55 min Année de production 2009
Distributeur : Gaumont Distribution



1942.
Joseph a onze ans.
Et ce matin de juin, il doit aller à l'école, une étoile Jaune cousue sur sa poitrine...
Il reçoit les encouragements d'un voisin brocanteur. Les railleries d'une boulangère.
Entre bienveillance et mépris, Jo, ses copains juifs comme lui, leurs familles, apprennent la vie dans un Paris occupé, sur la Butte Montmartre, où ils ont trouvé refuge.
Du moins le croient-ils, jusqu'à ce matin de 16 juillet 1942, ou leur fragile bonheur bascule...
Du Vélodrome d'Hiver, où 13 000 raflés sont entassés, au camp de Beaune-La-Rolande, de Vichy à la terrasse du Berghof, La Rafle suit les destins réels des victimes et des bourreaux.
De ceux qui ont orchestré.
De ceux qui ont eu confiance.
De ceux qui ont fui.
De ceux qui se sont opposés.
Tous les personnages du film ont existé.
Tous les évènements, même les plus extrêmes, ont eu lieu cet été 1942.

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=129166.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin


Féminin Nombre de messages : 12651
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LA RAFLE   Mar 16 Mar - 20:01



Tracklisting :
1 : Edith Piaf - Paris
2 : Ray Ventura - Quand un vicomte rencontre un autre vicomte
3 : Fréderic Chopin - Valse op posth
4 : Charles Trénet - Tombé du ciel
5 : L M Gottschalk - La savane op.3
6 : Georges Delerue - Concerto de l'adieu
7 : Philipp Glass - Concerto pour violon - 2ème mouvement
8 : Richard Wagner - L'or du Rhin
9 : Alix Combelle - Automne
10 : Ray Ventura - Insensiblement
11 : John Ottman - Operation terminated
12 : Jérôme Lemonnier - Etats d'âme
13 : Edward G Grieg - Peer Gynt - Suite n°1, op.46 "death of aase"
14 : Claude Debussy - Clair de lune




Dernière édition par liliane le Mer 14 Avr - 13:05, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin


Féminin Nombre de messages : 12651
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LA RAFLE   Mar 16 Mar - 20:45

La Rafle : Interview Rose Bosch
Par Nicolas SCHIAVI - 24 février 2010

C'est en 1992 et avec son script de 1492 : Christophe Colomb que le nom de Rose Bosch fut mis en lumière pour la première fois. La scénariste a depuis enchaîné les projets et est même passée à la réalisation il y a trois ans avec Animal, thriller d'anticipation ambitieux mais pas convaincant. Avec La Rafle, Rose Bosch revient avec un sujet dur et s'entoure d'une distribution prestigieuse.

Les premières projections à Rennes ont été un énorme succès...
On avait prévu une seule salle. A l'arrivée, on en a rempli trois. Il y avait une majorité de jeunes. J'ai d'ailleurs été bluffée par l'âge du public.


Le film a des vertus éducatives...
Les gens le voient comme cela. De mon côté, je n'ai pas voulu le faire de cette manière là. Autrement, j'aurais réalisé un documentaire ou écrit un livre d'Histoire. Quand j'ai fait Christophe Colomb, je me suis passionnée pour cet utopiste qui voulait créer un nouveau monde à partir de l'ancien et qui échoue. La Rafle était une autre forme de passion. Il fallait parler de ces enfants, certains sont encore parmi nous. Je me suis dit : pourquoi, en France, on ne s'autoriserait pas à faire notre film sur la Shoah ? Il y en a eu d'autres, comme Au revoir les enfants, mais je voulais montrer la déportation. Je voulais que l'on voie des enfants tirés de leur lit à quatre heures du matin, des gens qui frappent à leur porte... Pour autant, ce n'est pas insoutenable. Je décris des enfants qui sont plein de vie, qui jouent au Vel d'Hiv avec de vrais gendarmes qui leur courent après. Personne ne savait où il allait. Au fond, on navigue entre tragédie et rires, comme dans la vie. Quand on est entouré d'enfants, ça se passe comme ça...



Avez-vous puisé dans votre vie personnelle?
Tout à fait. J'ai été chercher des choses chez mes propres garçons : des phrases, des blagues. Je me suis remémoré certains comportements. Tous ces enfants ne sont plus là pour me dire qui ils étaient. Il a bien fallu les recomposer, leur donner une âme, un tempérament, des manies. Le petit Nono est incarné par des jumeaux de cinq ans. le persopnnage a réellement existé, il s'appelait Jacquot et était le protégé d'Annette Monod. J'ai mélangé son destin avec un autre enfant qui a été jeté d'un train, Simon. Ils ont créé Nono. Je ne pouvais pas supporter qu'il ne revienne pas. Ce sont des libertés que j'ai prises. est-ce que le véritable Nono a crié qu'il voulait descendre du wagon ? Oui, il l'a fait. Annette Monod le décrit dans ses mémoires. Est-ce qu'un enfant a été jeté sur la voie ? Oui, plusieurs. Les faits sont réels. La manière dont je les agence, c'est mon travail.

L'enquête et la documentation ont duré trois ans. Avez-vous vécu le processus d'écriture comme une libération ?
Je ne pensais jamais aller aussi vite. Je ne m'étais pas fixé de deadline mais j'avais pris le pari d'écrire le scénario en quatre semaines. Il m'en a fallu cinq. J'ai perdu mon pari mais gagné un temps fou. J'étais dans les archives depuis trois ans et je n'en pouvais plus. je m'étais interdit d'écrire quoi que ce soit. C'est ma manière de travailler. La trajectoire a été limpide. Je me suis complètement isolée, loin de tout le monde. J'ai ensuite ajusté le scénario au budget du film.

Avez-vous pu garder cette limpidité lors du tournage où vous deviez faire face à un casting prestigieux , des dizaines de figurants et sortir de cet isolement ?
J'ai eu la chance de rencontrer Roman Polanski sur le tournage du Pianiste et il m'avait dit que la chose la plus difficile était de garder le cap. Tout conspire à nous le faire perdre, parce qu'un acteur n'est pas en forme, parce qu'un enfant ne veut pas jouer, parce que la météo est mauvaise... J'ai gardé cela en tête et je me suis remis en tête mes objectifs de départ. J'ai accueilli les accidents de parcours, j'ai improvisé des choses. Mais je n'ai jamais perdu le cap.


Vous filmez souvent Adolf Hitler à travers l'objectif d'une petite caméra. Pourquoi ce parti pris ?
Les images les plus intimes d'Hitler ont été prises par Eva Braun qui est devenue sa femme à la fin de sa vie. Elles a mis ces images en lieu sûr avant de se sucider. C'est un témoignage incroyable. A certains moments, Hitler est filmé par Eva Braun. A d'autres, on est à l'intérieur du film et on la voit filmer Hitler. Cela m'a paru la meilleure manière de montrer que je m'étais inspirée de ces plans. Je voulais que l'on comprenne quelle sorte de monstre ordinaire il était.


La Rafle évite le pathos dégoulinant a bien des égards, notamment grâce à l'utilisation de la musique...
J'ai d'abord utilisé des musiques qui m'ont accompagnée durant l'écriture. Je n'ai cessé d'explorer I-Tunes et j'ai cherché ce qui me parlait. Je ne peux pas travailler en écoutant du rock ou des chansons. J'ai donc été naturellement amenée vers du classique. Celui qui me portait le mieux était le classique du début de siècle et de la fin XIXe siècle. Je ne pouvais pas imaginer une autre musique pour mon film. J'ai utilisé beaucoup de piano, des pièces douces, nostalgiques. Je ne voulais pas en rajouter dans la tragédie et m'y vautrer. Les musiques sont en majorité intimes sauf au moment de la séparation des enfants et des parents.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur Raphaëlle Agogué ?
C'est une découverte. Une autre actrice était prévue et elle s'est désistée trois semaines avant le tournage. J'ai donc préféré une actrice inconnue à d'autres que j'avais envisagées. Je suis allée sur des sites pour regarder des visages. Un visage porte en lui tellement de choses. J'ai selectionné cinq ou six jeunes femmes : je ne voulais rien savoir sur elles. Je leur ai donné la scène la plus difficile, la séparation, pour passer les essais. Si elle s'en tirait là, elle pouvait tout faire. Raphaëlle était de très loin la meilleure. Elle était la plus émouvante, la plus crédible. Elle est arrivée avec un petit accent yiddish et j'étais persuadée qu'elle venait d'Europe de l'Est.
C'était assez spectaculaire et beau de trouver une personne qui n'était pas prévue au départ et sur laquelle vous projetez tous les fantasmes du scénario. Beaucoup de personnes dans ce métier sont un peu fous. Raphaëlle a un naturel rare qui lui permet de ne pas leur ressembler. Je n'ai pas d'atomes crochus avec la folie...

Propos recueillis par Nicolas Schiavi.

http://www.excessif.com/cinema/actu-cinema/dossiers/la-rafle-interview-rose-bosch-5706687-760.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin


Féminin Nombre de messages : 12651
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LA RAFLE   Lun 29 Mar - 15:04

La critique d'Excessif



L'HISTOIRE :

Eté 1942, Paris. En cette période d'occupation allemande, les Juifs de France sont obligés d'arborer l'étoile jaune. Une partie d'entre eux tente de vivre « normalement » dans un quartier de la Butte Montmartre. Le jeune Jo et sa famille sont de ceux là, jusqu'à cette nuit du 15 au 16 juillet où leur destin bascule. Victimes de la tristement célèbre « rafle du Vel d'hiv », les membres de la communauté suivent dès lors un chemin qui les mènera droit aux camps de concentration.
Le genre de film qu’il est difficile de critiquer, tant il a le mérite d’exister.

Avec ce film, Rose Bosch prend le parti de suivre presque pas à pas le parcours funèbre de la communauté juive de France, ces Juifs Français qui se croyaient à l'abri au pays des droits de l'Homme. En décrivant les différentes étapes de cette mécanique morbide orchestrée par les Nazis et en mettant en avant le rôle et la responsabilité des autorités françaises, la réalisatrice force notre pays à regarder son Histoire en face. Une autocritique bienvenue et un rappel d'utilité publique à la démarche presque pédagogique.

Le principal écueil à éviter dans ces cas là est de tomber dans le pathos que la situation semble exiger. Un problème sans doute plus facile à gérer aujourd'hui car le sort du peuple juif a suffisamment été montré et son horreur soulignée pour qu'un film ne se sente pas obligé d'appuyer là où ça fait mal. Le simple fait d'expliquer la terrifiante logique à laquelle obéit la rafle et de décrire les conditions sanitaires déplorables dans lesquelles les Juifs furent parqués suffit à susciter l'émotion, le dégoût, la honte, le malaise.



Mêlant aisément didactisme et affect, un désir pédagogique évident et une sensibilité nécessaire à toute fiction, La Rafle parvient à dénoncer avec froideur des faits réels tout en s'attachant à des personnages campés par des stars de cinéma. A ce titre, une question se pose : le film n'aurait-il pas été plus fort encore avec des acteurs inconnus du grand public ? Pour autant, les vedettes participant à ce projet s'en tirent avec les honneurs, de Jean Reno à Mélanie Laurent, en passant par Gad Elmaleh et Sylvie Testud. Notons également la prestation étonnante de Raphaëlle Agogué, jolie révélation dans le rôle de la charmante épouse polonaise de Gad Elmaleh. Tous s'impliquent dans leurs rôles avec une conviction profonde et s'effacent très vite derrière leurs personnages.

Il faut dire que le métrage ne manque pas de scènes fortes en émotions, la réalisation laissant la place au jeu des acteurs, appuyant les regards, privilégiant les scènes intimistes, bien que le passage au Vélodrome d'hiver donne lieu à quelques mouvements de caméra plus virtuoses, jurant quelque peu avec la sobriété du reste du film.

Sans égaler la puissance narrative et formelle d'une Liste de Schindler, La Rafle remplit parfaitement son contrat en trouvant le bon dosage entre pédagogie et émotion. Le genre de film qu'il est difficile de critiquer, tant il a le mérite d'exister.


Laurent TITY

http://www.excessif.com/cinema/critique-la-rafle-5649882-760.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9588
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA RAFLE   Jeu 22 Avr - 9:53

JEAN FERRAT
D'APRES LA VRAIE LETTRE D ETHEL ROSENBERG A SES ENFANTS



Si nous mourons

Vous apprendrez un jour mes fils vous apprendrez
Pourquoi nous reposons sous terre
Le livre à moitié lu le chant interrompu
Et la besogne inachevée

Ne pleurez plus mes fils mes fils ne pleurez plus
Le monde entier saura le pourquoi du mensonge
Et de la calomnie le monde entier saura
Nos pleurs et notre peine

Joyeux et vert mes fils mes fils joyeux et vert
Sera le monde au-dessus de nos tombes
Les tueries cesseront la terre fleurira
Dans la paix fraternelle

Travaillez construisez mes fils un monument
A l'amour à la joie à la valeur humaine
Et à la foi que nous avons gardée
Pour vous mes fils mes fils pour vous

ETHEL ROSENBERG
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA RAFLE   Aujourd'hui à 18:09

Revenir en haut Aller en bas
 
LA RAFLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROUEN - rafle janvier 1943
» La rafle de Libourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARMONY :: LE CINEMA : UN OEIL OUVERT SUR LE MONDE :: COUPS DE COEUR :: FILMS-
Sauter vers: