H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 VIVE LA CRISE DU DISQUE !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9637
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: VIVE LA CRISE DU DISQUE !   Sam 30 Jan - 10:40

VIVE LA CRISE DU DISQUE !



Les cinq ténors de l'industrie musicale

Il est parfois jouissif de voir des patrons arrogants s'auto-flageller,
comme dans Vive la Crise du Disque, d'Emmanuel Torregano.
Journaliste, celui-ci a interrogé cinq acteurs majeurs du marché de la musique en France :

Stephan Bourdoiseau (maison de disques Wagram),
Thierry Chassagne (Warner Music France),
Bernard Miyet (Sacem),
Pascal Nègre (Universal Music France)
et enfin Patrick Zelnick (Naïve et la commission gouvernementale portant son nom).

Au menu :
le déclin réel des grandes maisons de disques par rapport à des années
fastes de la fin du vingtième siècle.
L'auteur parvient à arracher des confessions sur l'inadéquation de l'approche répressive
adoptée au fil des textes toujours plus liberticides (Dadvsi, Hadopi, etc.).

Le premier coupable du déclin du marché du disque,
c'est en effet les acteurs du disque eux-mêmes.

Tous aujourd'hui semblent reconnaître que leur approche a été mauvaise
dans une période de recomposition du marché.
Cependant, la question du cycle de renouvellement des médiathèques individuelles
n'est pas abordé et c'est bien dommage :
le CD a bénéficié de l'abandon des supports vinyles mais le numérique peut être obtenu
directement à partir des CD existants, sans que nul n'ait à racheter quoique ce soit
(et en toute légalité). L'exploitation du fond de catalogue n'a plus été une stratégie payante.

Le degré 0 de la créativité, les compilations, est cependant bien identifié
comme une cause de chute des ventes.
On redécouvre ainsi -mais un peu tard- que l'art, ce n'est ni du pognon ni du marketing.

La thèse défendue est qu'après la pluie vient le beau temps,
ce d'autant plus vite que l'on est rentré dans la bourrasque de bonne heure.

Selon cette théorie, le marché du disque devrait sortir de la crise
avant les autres acteurs traditionnels qui commencent à s'engluer dans le numérique,
de la presse au cinéma. D'où l'exclamation du Vive la crise.

Mais les modèles alternatifs sont à peine étudiés.
Les limites du succès de Madonna avec le modèle du concert sont claires
avec une star en fin de vie commerciale.
Les insuffisances de la licence globale sont certes soulignées
mais aucune véritable solution n'est apportée.
De la même façon, l'évolution du budget disponible pour acheter de la musique
n'est pas non plus vraiment étudié,
en dehors de considérations assez vagues sur la concurrence
des autres loisirs (notamment le jeu vidéo).
Quelques études de l'INSEE auraient pu montrer que, en cas de crise économique,
on rogne en premier lieu sur les loisirs, en commençant par les plus superficiels
et les plus faciles à obtenir sans frais (même illégalement).

Et au bout du compte, ce qui manque à cet ouvrage, c'est de regarder réellement vers l'avenir.
Il se contente d'invoquer les mânes du passé en leur demandant à quelle sauce
elles se verraient bien mangées.
Pire : les premiers concernés -normalement- ne sont même pas interrogés :
ni les consommateurs, ni les artistes.

L'auteur ne veut simplement pas voir que les dinosaures de la musique
comme Universal ou Warner doivent être balayés par la météorite de la numérisation
pour que la vie artistique se poursuive.
En ce sens, c'est un ouvrage où presque rien ne peut être trouvé pour préparer l'avenir.
Mais les instants de clairvoyance des acteurs interrogés font tout de même passer de bien agréables moments.

L'auteur Emmanuel Torregano Il était l'invité de La Matinale
pour lui :
" Si la musique a été la première à être emporter par le cyclone,
elle sera forcément la première à en sortir.
Alors "vive la crise” !"
A écouter ici :
http://www.lemouv.com/news/musique/2010-01-22/le-midem-et-la-crise-du-disque

******************************

Vive la crise de la musique, par Emmanuel Torregano
(Editions Les Carnets de l'Info, 173 pages, 21 euros)
Essai (broché). Paru en 01/2010

http://livre.fnac.com/a2452401/Emmanuel-Torregano-Vive-la-crise-du-disque?PID=726


Dernière édition par Nine le Sam 30 Jan - 13:30, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9637
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VIVE LA CRISE DU DISQUE !   Sam 30 Jan - 10:54

MIDEM 2010 : vive la crise du disque ?



27/01/2010

Depuis dimanche,
des milliers de producteurs et de distributeurs de disques sont réunis à Cannes, pour le Midem.

Le début de la fin de la chute ?
Comme chaque année en cette saison, les responsables de l'industrie musicale
ont rendez-vous à Cannes, pour le Midem,
le Marché International de la Musique et de l’Edition Musicale.
C'est pour eux l'occasion de rencontrer des partenaires du monde entier mais aussi
de s'informer des nouvelles tendances et de faire un bilan de l'année écoulée.

Justement, les premiers chiffres tombent et ils ne sont plus désespérants.
La chute des ventes de disques se poursuit mais semble ralentir.
Le SNEP (Syndicat National de l’Edition Phonographique)
a annoncé pour 2009 une baisse totale de 3,2%, alors qu’elle était de 15% l’année précédente.
Beaucoup de professionnels se prennent donc à rêver d'une stabilisation du marché à cette hauteur.
Sans vouloir à tout prix briser leurs rêves,
il faudrait peut-être leur rappeler que c'est la mort de Michael Jackson qui a inversé la tendance
et qu'une telle émotion populaire ne se reproduira pas souvent.
Les professionnels ont, de toutes façons, un autre motif de réjouissance :
les ventes numériques continuent de progresser.

Les cinq ténors de l'industrie musicale

Dans ce climat moins morose que d’ordinaire,
l'ironie du titre du livre d’Emmanuel Torregano prête à sourire.
Baptisé « Vive la crise du disque »,
cet essai paru la semaine dernière est basé sur des conversations
avec cinq ténors de l’industrie musicale :

Pascal Nègre (PDG d’Universal Music France),
Thierry Chassagne (directeur de Warner Music France),
Stephan Bourdoiseau (fondateur de Wagram),
Patrick Zelnik (responsable de Naïve) et Bernard Miyet (président de la Sacem).

C’est dire si l’affiche est excitante :

l’auteur nous introduit dans les coulisses,
là où les décisions les plus importantes se prennent.
La conversation porte sur l’impréparation de l’industrie du disque
au moment où Internet est arrivé (les témoins reconnaissent avoir commis des erreurs),
sur la diversification vers le spectacle ou le merchandising,
sur les nouvelles formes de commercialisation sur Internet, …

Le lecteur apprend ainsi que les majors cherchent désormais à acquérir
le capital des nouveaux acteurs d’Internet, tels que MySpace Music.
Mais, à laisser ainsi les dirigeants de maison de disque s’exprimer,
Emmanuel Torregano les autorise parfois à user de mauvaise foi,
voire à noyer quelques poissons peu frais.
La question de la part des artistes sur les revenus digitaux, par exemple,
est ravalée avant que la question ne soit réellement éclaircie.

Dans le brouillard

Au final, cet essai permet de saisir les différences entre les uns et les autres.
Deux camps s’opposent assez clairement :
celui des indépendants, relativement compréhensif envers les dérives
qu’ont provoquées les nouvelles technologies,
et celui des majors, plus soucieuses de contrôle.

Mais il apporte peu de révélations.
L’avenir de l’économie de la musique reste,
une fois le livre clos, toujours aussi énigmatique.
Et c’est bien normal :
même s'ils sont brillants, ces cinq responsables de l’industrie musicale
ne sont pas pour autant extra-lucides.
Ils avancent dans le même brouillard que tout le monde.




Dernière édition par Nine le Sam 30 Jan - 12:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9637
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: VIVE LA CRISE DU DISQUE !   Sam 30 Jan - 11:11

Présentation de l'éditeur


Emmanuel Torregano

-20, -30, -50 %... En six ans, le marché de la musique a perdu la moitié de sa valeur.
Les chiffres sont sans pitié et pour beaucoup la musique est aujourd'hui
un secteur industriel sinistré dont tout le monde s'écarte, à raison certainement.

Pour les rescapés du désastre en cours, la tâche est immense,
il leur faut dans l'urgence trouver les solutions pour faire face au défi du numérique.
Licence globale, vente de chansons sur le Net, abonnements illimités,
ou bien musique contre publicité, tout y passe pour redresser la barre...
Il n'y a pas le choix, c'est le numérique ou la mort.

La musique est le plus grand laboratoire à ciel ouvert du futur.
Toutes les autres industries touchées par l'invasion des bits,
comme le cinéma mais aussi l'information, ont les yeux rivés sur ce qui se passe.
Car si la musique a été la première à être emportée par le cyclone,
elle sera forcément la première à en sortir.
Alors "vive la crise"!

Biographie de l'auteur

Après des études de philosophie, Emmanuel Torregano bifurque vers le journalisme.
Tout d'abord à L'Evénement du Jeudi, puis au Figaro.
Il profite alors d'une position exceptionnelle pour voir la révolution numérique
bouleverser tous les métiers de la culture et des médias.
Il quitte le quotidien en novembre 2007 pour se lancer dans le grand bain virtuel
avec le site electronlibre. info.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: VIVE LA CRISE DU DISQUE !   

Revenir en haut Aller en bas
 
VIVE LA CRISE DU DISQUE !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» “Vive la crise” – Dix arguments et orientations par Philippe Milliau ( Bloc Identitaire)
» Vive la Normandie
» Comment récupérer un peu de place sur votre disque dur
» et Vive la Varicelle
» Pensées rationnelles pour surmonter nos peurs lors d'une crise de panique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: L'INDUSTRIE DE LA CHANSON-
Sauter vers: