H A R M O N Y

Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SHOAH CLAUDE LANZMANN

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: SHOAH CLAUDE LANZMANN   Mer 20 Jan - 3:05

Shoah
Claude Lanzmann livre son témoignage
sur Arte dès le 20 janvier




Shoah est une oeuvre monumentale :
onze ans de travail, dix campagnes de tournage.
Entre 1976 et 1981, trois cent cinquante heures de film ont été tournées.

A l’occasion du 65ème anniversaire de la libération d’Auschwitz

la chaîne Arte rediffusera intégralement, les mercredis 20 et 27 janvier dès 20h35, Shoah,
l’œuvre monumentale de Claude Lanzmann qui assurera l’introduction de ses soirées événements.
Arte proposera l’un des longs-métrages historiques les plus bouleversants du XXe siècle, Shoah .
Les mercredis 20 et 27 janvier, la chaîne franco-allemande diffusera,
en deux parties, le chef d’œuvre de Claude Lanzmann d’une durée de 9h.

Shoah, qui donne directement la parole aux témoins de la terreur nazi
a été récompensé de pas moins de 13 prix internationaux du Meilleur documentaire,
dont un César en 1986, le Prix 1986 du Festival de Rotterdam et 2 Prix BAFTA 1987.

Cet ovni du 7e art nous replongera dans le camp de concentration de Chelmno en Pologne,
l’un des vestiges les plus lugubres de la Seconde Guerre mondiale.

Chelmno témoigne à lui seul de l’horreur vécu par plus de 400000 personnes
victimes des chambres à gaz nazies de décembre 1941 au printemps 1943
et de juin 1944 à janvier 1945.

40 années après cette torture, Lanzmann donne la parole à Simon Srebnik,
qui a miraculeusement réchappé à la mort pour rejoindre Israël quelques mois plus tard
et qui livre un témoignage bouleversant sur cet enfer absolu.

Ce documentaire pour l'Histoire sera introduit par le réalisateur lui-même,
Claude Lanzmann ( Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures , Pourquoi Israël ),
qui livrera sur Arte son point de vue de réalisateur sur son œuvre.

Un marqueur de l'Histoire de la Seconde Guerre mondiale

à ne pas manquer dès le 20 janvier sur Arte !


Dernière édition par Nine le Mer 20 Jan - 3:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SHOAH CLAUDE LANZMANN   Mer 20 Jan - 3:13

Claude Lanzmann



né le 27 novembre 1925 à Bois-Colombes, est un journaliste, écrivain et cinéaste français.
À partir de 1943, à l'âge de 18 ans, il s'engage dans la Résistance
à Clermont-Ferrand puis dans les maquis d'Auvergne.
Il est le réalisateur de Shoah, film documentaire de neuf heures et demi
consacré à l’extermination des Juifs d'Europe dans les camps nazis,
qui fut diffusé pour la première fois en 1985.

"Face à la Shoah, affirme Claude Lanzmann, il y a une obscénité absolue de comprendre".

Évoquer la Shoah en terme de compréhension ne contribue aucunement à justifier
les crimes des assassins qui, d'ailleurs, se dédouanent de leurs responsabilités
(qui désigner comme responsable dans une mort industrielle ?).

Jamais nous ne refuserons la moindre compassion aux survivants,
mais il faut saisir le "phénomène des camps et du ghetto" pour éviter que cela se reproduise.
C'est, à l'aide d'un outillage mental, mettre des mots là où jadis le silence prévalait.
Il est visible que Lanzmann rejette cette idée d'autocensure qui consiste à parler d'indécence
de l'art eu égard au sadisme de ce crime bureaucratique.
Cette réalité mise sur bobines n'est pas euphémisée.
Représenter l'Holocauste, c'est prendre le risque d'en diluer l'épouvante diront certains.
Mais comment faire pour que ce temps-là ne soit pas perdu ?
Filmer le ghetto de Varsovie, est-ce tuer l'effroi par le représentable ?
Quand Jan Karski (résistant juif polonais) s'écrit à propos du ghetto :
"Ce n'était pas un monde. Ce n'était pas l'humanité !"
doit-il se taire pour que nous puissions continuer à vivre ?

Démence, détresse, Lanzmann rentre dans l'absurdité d'un univers sans nom,
inqualifiable, où la vie tourne à vide, où la mort tourne à plein.
"Ce n'était pas l'humanité, c'était une sorte... une sorte... d'enfer (Jan Karski).

Le chemin de la vérité passe par l'expérience de l'horreur.
Shoah c'est l'histoire d'un peuple, mais c'est pour tous, nous tous, un devoir de mémoire.

*Le terme Shoah
שואה
veut dire catastrophe.


Dernière édition par Nine le Mer 20 Jan - 4:17, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SHOAH CLAUDE LANZMANN   Mer 20 Jan - 3:28

L’œuvre phare de Lanzmann


Avec le film de Claude Lanzmann, la connaissance de la Shoah bascule.
Désormais, elle
atteint les cœurs, la chair.

par Evelyne SELLÉS-FISCHER

Lanzmann montre des hommes qui souffrent et malgré tout résistent,
il montre l’horreur palpable de l’univers concentrationnaire,
sans concession, sinon à la pudeur. Et il change la donne.
On ne peut plus parler de la Shoah sans parler du film.
Shoah ne fait pas appel à l’imaginaire de la fiction. Ni aux archives.

En ce sens, ce n’est pas un documentaire.
Il se déroule à l’écran en dehors de toute morale :
les camps, supermarchés de la mort, les nazis, stakhanovistes de la mort
ou le macabre rendement à tout prix.
Quand on a dit l’indicible, qui peut encore prendre la parole ?
Shoah a changé les mentalités.
« Shoah est un événement majeur qui bouleverse notre vision du monde »,
dit ainsi l’universitaire Rachel Ertel.

Nul ne peut le voir sans en être retourné car ce film a quelque chose d’une métanoïa :
il force le regard à se diriger vers ce qui fait peur, ce qui fait honte, ce qui fait mal,
vers le monstre qui sommeille en chacun.

« Le film le plus puissant jamais réalisé contre l’oubli », dit Jean-François Forges,
enseignant et auteur d’Eduquer contre Auschwitz.
Il a été une étape essentielle dans l’appréhension de l’Holocauste,
révélant ce qu’aucun avant lui n’avait su révéler.
Un spectateur a écrit à Claude Lanzmann :
« C’est la première fois que j’entends le cri d’un enfant dans une chambre à gaz. »

Le film a suscité de nombreux articles, livres, débats et polémiques.
En Pologne, où il y avait les « pour » et les « contre »,
cinq cents articles ont été écrits après sa sortie.
Ce film a eu, a, aura un formidable retentissement car il n’est pas terminé,
il continue son œuvre en tout nouveau spectateur.

C’est un monument à la mémoire des disparus, le seul à la hauteur de l’insupportable,
leur véritable sépulture.
Méticuleux, Lanzmann accouche véritablement les protagonistes, les viole,
jusqu’à obtenir la substantifique vérité.
Car il pose les vraies questions, à la mesure de l’horreur, banales,
qui révèlent le quotidien : le froid, la boue, la saleté,
les problèmes mathématiques et techniques que posaient les camions à gaz !
Par-delà le devoir de mémoire, Lanzmann nous acquitte de nos dettes de transmission,
revendique la mémoire de ceux qu’on a fait taire dans les camps,
parle à la place des morts.

Shoah est un rempart possible contre ce que Hannah Arendt appelle la banalisation du mal.
Le temps n’efface pas la barbarie.

Lanzmann met l’accent sur le danger du non-respect
des droits élémentaires de l’être humain,
sur le danger d’absence de réflexion individuelle
au bénéfice d’une pensée unique générée insidieusement
par une communauté au service des plus bas instincts,
sur un événement qui a ébranlé les valeurs fondatrices de notre société.
Il appelle à la vigilance car le « plus jamais ça » n’est qu’une pirouette qui rassure.

Il pose la question essentielle : peut-on tirer des leçons du passé ?

L’homme est-il capable de ne pas recommencer ?
Chacun ressent qu’il aurait pu être, d’un côté ou de l’autre, victime ou bourreau.
Ceux qui se sont tus et savaient sont coupables : il est une violence du silence.

Shoah instaure un débat permanent, non seulement entre soi et les autres,
qui naît du regard différent que chacun jette sur ces images et le tragique qu’elles relatent,
mais entre soi et soi.

En ce sens, il est pédagogique. On peut considérer que Shoah,
dont le spectateur le moins averti ne peut nier qu’il est « écrit » avec les tripes,
est l’œuvre de toute une vie quand on sait que Claude Lanzmann
y a consacré tout son temps, toute son âme pendant douze ans
et qu’il accompagne le film là où il est présenté.

Il se décrit comme « un géographe, un topographe, un maniaque du détail,
un enquêteur obsédé, hanté par des lieux vides, acharné à les faire parler,
lancé dans une traque des plus spongieuses mémoires ».

Sa nécessité première fut de maîtriser le temps.
« J’ai été le maître du temps », dit-il. « Malgré toutes nos connaissances,
dit Simone de Beauvoir dans sa préface au livre Shoah (Folio),
l’affreuse expérience restait à distance de nous.
Pour la première fois, nous la vivons dans notre tête, notre cœur, notre chair… »
(Claude Lanzmann a collaboré avec Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir
aux Temps Modernes dont il est aujourd’hui le directeur.)

Shoah, de Claude Lanzmann, existe en coffret collector comprenant
l’intégrale de l’œuvre et le livre préfacé par Simone de Beauvoir.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SHOAH CLAUDE LANZMANN   Mer 20 Jan - 3:47

CITATION DE SIMONE VEIL



LE 17 juillet 2005, Paris
dans Journée nationale de commémoration de la rafle du Vel d’Hiv

Le principal danger aujourd’hui, c’est la banalisation,
qui fait qu’on en parle à mauvais escient,
qu’on s’y réfère en des occasions qui ne le justifient pas,
qu’on cherche à dévoyer la mémoire au service d’une cause quelconque.

La menace, c’est celle de la comparaison des souffrances,
de la relativisation des martyres, de la concurrence des victimes.
Bien sûr, d’autres génocides ont été commis depuis.
Mais transmettre la mémoire du massacre des juifs d’Europe, c’est aujourd’hui, avant tout,
rappeler son caractère unique dans l’histoire des hommes.

La Shoah, cette entreprise de destruction systématique de tout un peuple,
sur tout un continent, ne souffre pas de comparaison.
La diffamation des victimes et l’infidélité de la mémoire commence quand on songe
à relativiser l’absolu au lieu de l’enseigner.

Simone Veil, née Simone Jacob le 13 juillet 1927 à Nice, est une femme politique française.
Rescapée de la Shoah.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: SHOAH CLAUDE LANZMANN   Mer 20 Jan - 4:14

Poème placé en exergue de
Si c'est un homme
de PRIMO LEVI




Vous qui vivez en toute quiétude
Bien au chaud dans vos maisons,
Vous qui trouvez le soir en rentrant
La table mise et des visages amis,
Considérez si c'est un homme
Que celui qui peine dans la boue,
Qui ne connaît pas de repos,
Qui se bat pour un quignon de pain,
Qui meurt pour un oui ou pour un non.
Considérez si c'est une femme
Que celle qui a perdu son nom et ses cheveux
Et jusqu'à la force de se souvenir,
Les yeux vides et le sein froid
Comme une grenouille en hiver.
N'oubliez pas que cela fut,
Non, ne l'oubliez pas :
Gravez ces mots dans votre cœur,
Pensez-y chez vous, dans la rue,
En vous couchant, en vous levant ;
Répétez-les à vos enfants,
Ou que votre maison s'écroule,
Que la maladie vous accable,
Que vos enfants se détournent de vous.

*******

Primo Levi, né le 31 juillet 1919 à Turin et mort le 11 avril 1987 à Turin,
est l'un des plus célèbres survivants de la Shoah.
chimiste de profession et de vocation,
il devint écrivain afin de témoigner,
transmettre et expliquer son expérience concentrationnaire dans le camp d'Auschwitz,
où il fut emprisonné à la Buna au cours de l'année 1944.
Son livre le plus célèbre Si c'est un homme
(Se Questo è un Uomo, publié aux États-Unis sous le titre de Survival in Auschwitz)
a été décrit comme « l'une des œuvres les plus importantes du vingtième siècle.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: SHOAH CLAUDE LANZMANN   

Revenir en haut Aller en bas
 
SHOAH CLAUDE LANZMANN
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SHOAH CLAUDE LANZMANN
» Famille de Clercy évoquée par Claude LESUEUR maire du Tilleul
» émission des maternelles sur les punitions avec Claude Halmos
» Claude Sauvage steward dans les 70's
» Mémoire des enfants de la SHOAH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LE CINEMA : UN OEIL OUVERT SUR LE MONDE :: COUPS DE COEUR :: FILMS-
Sauter vers: