H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'HYMNE DE LA FLEUR

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mar 16 Fév - 18:30

WOODSTOCK
L'ANCETRE DES FESTIVALS



Le Festival de Woodstock
(plus exactement le Woodstock Music and Art Festival)

s’est tenu aux Etats-Unis, à Bethel,
près de Woodstock dans l’Etat de New York, du 15 au 18 août 1969.
Prévu pour 50 000 spectateurs, il en accueillit plus de 450 000.

Si Woodstock est resté aussi présent dans l’imaginaire collectif mondial,
au point de résumer à lui seul (et probablement à tort) la culture hippie,
c’est probablement qu’il marque l’apogée en même temps que la fin du
« flower power » aux Etats-Unis.

Le Woodstock Music and Art Festival est ainsi,
non seulement un évènement musical majeur
*(à quelques exceptions près, toutes les grandes stars du rock y participèrent),


Jimi Hendrix - Woodstock

mais également un évènement historique s’inscrivant
dans le contexte de la contre culture américaine,
en pleine guerre du VietNam, de la conquête de l’espace, etc.

Il ne faut donc pas oublier la dimension de catharsis du Festival ;
de même qu’il ne faut pas négliger le rôle fondamental joué par l’image
et plus précisément par le cinéma comme véhicule de l’imaginaire « woodstockien ».


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mer 24 Fév - 11:18

LE SECRET DE LA ROSE
Symbole mystique




La rose devint, dans le monde entier, un témoignage des histoires d'amour :

La coutume voulant que la mariée porte un bouquet de roses,
symbole de beauté, d'amour et de pureté.
Au Tyrol autrichien, le fiancé offre des roses à sa promise.
En France, le matin de son mariage, la jeune femme jette des pétales de rose
dans un étang ou dans un ruisseau, acte symbolique d'adieux à sa vie de jeune fille,
la rose symbolise l'amour et traduit généralement une beauté gracieuse.
Tandis que la rose jaune signifie "jalousie".
Cela est peut-être dû à la piquante senteur verte caractéristique de cette variété.

La rose de Damas, emblème de la " beauté que l'on remarque",
a une senteur riche et somptueuse.
La rose de Chine, symbole de "beauté perpétuellement renouvelée",
a la senteur verte et élégante de la violette.
La rose sauvage du Japon, symbole de "guérison d'une grande souffrance",
a elle, une senteur agréablement douce et poudrée qui peut même apaiser
les douleurs d'un amour non partagé.

Autrefois, la rose était aussi un symbole de mystère.
Ainsi, l'on suspendait traditionnellement une rose au-dessus de la table
pour indiquer que tout ce qui se dirait au cours du repas restait secret.

En Europe, une rose fraîchement cueillie était symboliquement
suspendue à la porte du conseil municipal et ce sub rosa signifiait
"confidentiellement", en "secret".

On dit que la rose idéale doit avoir une corolle haute,
des pétales pointus et de longues tiges.
Bien qu'on l’ait créée de nombreuses couleurs – rouge, blanc, jaune –
au cours des siècles, la rose bleue semble impossible.
C'est pourquoi l’expression «rose bleue» désigne quelque chose d'inaccessible.



Dernière édition par Nine le Jeu 25 Fév - 1:58, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Mer 24 Fév - 11:32

LA REINE DES ROSES EST ROUGE



Savez-vous pourquoi la reine des roses est rouge
Pourquoi toutes les roses ont leurs tiges hérissées d'épines ?

Un rossignol chantait, chantait si fort qu'il gênait le calme de la nature,
mais il avait des raisons dictées par son coeur....
Depuis quelques mois, il avait remarqué la naissance d'une fleur dont la beauté pure,
d'un blanc de neige, lui avait éveillé une profonde envie de chanter !

Il était parvenu à se jucher sur une branche d'un arbre feuillu
et non loin de la magnifique corolle.
Il n'avait de cesse de lui chanter son coeur,
cet amour qui le gagnait et le rongeait chaque jour, chaque heure,
chaque minute, chaque seconde un peu plus....
Il étouffait d'amour et avait besoin d'ouvrir son gosier pour respirer à fond
et libérer le trop plein de cet émoi qui lui faisait oublier de manger...

La fleur, jeune et fraîche, d'une beauté quasi parfaite,
s'appelait Rose, et, à cette époque, toutes les roses étaient blanches...

Le temps de ces chants qu'elle savait lui être destinés,
affaiblissait son coeur, l'émouvait et faisait s'ouvrir tous les boutons de son pied,
elle savait son temps compté mais l'amour que le bel oiseau lui chantait
était tel qu'elle préférait s'y abandonner; elle était profondément flattée,
et, parfois, jouait de coquetterie en repliant ses feuilles sur ses tiges,
faisant mine de s'abriter mais finalement trés atteinte dans son égo.

Sa mère, pied beaucoup plus important et beaucoup plus imposant,
lui conseilla de ne point se laisser émouvoir,
qu'un oiseau et une rose n'étaient point faits pour s'aimer,
que cela était contre nature, que si jamais elle se laissait prendre au piège de cet amour,
le Dieu des fleurs se mettrait en grande colère et les punirait sévèrement,
mais...
comment oublier un être qui ravive chaque jour la flamme grâce à des vocalises sublimes ?

Les chants durèrent onze jours puis au douzième jour....

Bien que la jeune fleur sache le bon conseil de sa mère,
elle préféra, et de loin, écouter son coeur, après tout, quel risque ?

Le risque...



Plus son amour pour l'oiseau grandissait plus cela se voyait car,
imperceptiblement, sournoisement mais sûrement,
le blanc pur qui était sa couleur prenait de légers reflets roses...
L'oiseau s'enhardit, maintenant,
il avait envie d'éffleurer, de toucher cette si parfaite beauté
et tenta par un beau jour d'été d'atterrir sur l'une des tiges.
L'émotion fut si forte pour la fleur qu'elle piqua un fard et devint aussi rouge
que certaines plumes d'un ara.

Le rossignol ne put demeurer sur les tiges fragiles,
n'eut guère le temps de déployer ses ailes tant il était surpris,
tomba et , très gravement blessé, sa tête ayant heurté une énorme dalle de pierre,
il n'eut qu'un dernier regard pour sa belle toujours cramoisie !

Le Dieu des fleurs rentra comme prévu dans une terrible colère,
fit donner un coup de chaud à la mère qui n'avait su empêcher son enfant
de commettre cet amour tragique et la laissa mourir en asséchant l'arrivée d'eau
jusqu'à son pied, puis, décréta que dorénavant,
la rose rouge resterait rouge comme le sang écoulé de la tête du pauvre rossignol.

Le Dieu des fleurs la fit reine pour que sa honte soit à tout jamais
exposée aux autres fleurs rappelant ainsi que
l'ordre des choses doit rester dans son ordre...
De plus, pour punir l'impertinence de la jeune fleur et inviter les autres
à ce que l'histoire ne se répète pas,
il imposa des épines sur les tiges convaincu qu'ainsi aucun oiseau ne viendrait s'y frotter !

Depuis la reine des roses est rouge,
et sa légende dit le pourquoi de son symbole:
offrir douze roses rouges à une femme pour lui déclarer son amour ...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 28 Fév - 1:40

L'EPHEMERE DANS UN VERRE ...



« Je connais bien le sentiment de tristesse qu’inspire la précarité de toute chose,
je l’éprouve à chaque fois qu’une fleur se fane.
Mais il s’agit là d’une tristesse sans désespoir ».

Hermann HESSE
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 28 Fév - 1:53

FEMMES FLEURS

A l’ombre et au soleil,
les femmes sont des fleurs qui ne fanent jamais.
Femmes-fleurs, aux parfums enivrants.
Femmes-fleurs aux délicates pétales sur lesquelles perle la rosée.
Fleurs de corail,Fleurs exotiques, fleurs de printemps et fleurs des champs
- Toutes différentes mais toutes belles.



« Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur »
Victor HUGO
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 28 Fév - 13:39

Les femmes sont sur la terre


Recueil: Les contemplations.

Les femmes sont sur la terre
Pour tout idéaliser ;
L'univers est un mystère
Que commente leur baiser.

C'est l'amour qui, pour ceinture,
A l'onde et le firmament,
Et dont toute la nature,
N'est, au fond, que l'ornement.

Tout ce qui brille, offre à l'âme
Son parfum ou sa couleur ;
Si Dieu n'avait fait la femme,
Il n'aurait pas fait la fleur.

A quoi bon vos étincelles,
Bleus saphirs, sans les yeux doux ?
Les diamants, sans les belles,
Ne sont plus que des cailloux ;

Et, dans les charmilles vertes,
Les roses dorment debout,
Et sont des bouches ouvertes
Pour ne rien dire du tout.

Tout objet qui charme ou rêve
Tient des femmes sa clarté ;
La perle blanche, sans Eve,
Sans toi, ma fière beauté,

Ressemblant, tout enlaidie,
A mon amour qui te fuit,
N'est plus que la maladie
D'une bête dans la nuit.

Victor Hugo.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Dim 28 Fév - 13:46

Histoire du muguet


Il semble que le muguet aussi appelé lys des vallées, une plante originaire du Japon, soit présente en Europe depuis le Moyen-Age.
La plante à clochettes a toujours symbolisé le printemps et les Celtes lui accordaient des vertus porte-bonheur.



LE TEMPS DU MUGUET

L'histoire du muguet est longue et a évoluée à travers le temps,
mais il reste un symbole et est toujours associé au mois de Mai.

Les Celtes fêtaient au début du mois de mai, le premier jour de l’année.
Pendant cette célébration, ils honoraient le muguet pendant les festivités.

Puis au Moyen Age, comme Mai annonçait les fiançailles,
le muguet changea de signification,
jusqu'à ce qu'on l'accroche au dessus du seuil de sa bien aimée.

Puis à la Renaissance, Charles IX remet en avant cette coutume.
Mais cette tradition ne reste pas fixée,
car le 1er mai devint le seul et unique jour où l'on utilisait le muguet
grâce à une coutume née dans le milieu de la mode.
En effet, le premier de ce mois,
les petites mains recevaient de la part des couturiers,
un brin de muguet, garantissent le bonheur.

La fleur est aussi celle des rencontres amoureuses.
Longtemps, furent organisés en Europe des "bals du muguet".
C'était d'ailleurs l'un des seuls bals de l'année où les parents
n'avaient pas le droit de cité.
Ce jour-là, les jeunes filles s'habillaient de blanc et les garçons
ornaient leur boutonnière d'un brin de muguet.

Les ouvriers s'approprièrent cette coutume et le brin de muguet
devint le symbole de la fête du travail et du premier mai.
Il n'est pas rare de voir les français acheter quelques brins de muguet
dans la rue ou chez les fleuristes à cette occasion,
que cela soit pour leurs amis ou une petite composition pour leur bien aimée.



Dernière édition par Nine le Jeu 4 Mar - 13:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HYMNE DE LA FLEUR   Jeu 4 Mar - 12:28

Le Coquelicot
Yves Jamait