H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA SUPERBE

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA SUPERBE   Jeu 17 Déc - 19:33

La superbe : Biolay double et gagne



Ecrit par Jean Marc Jacob, le 17-12-2009 00:00

Il est plus que temps de dissiper le malentendu :
Benjamin Biolay n'est pas un ex-beauf fils de Catherine Deneuve surdoué
qui fait la gueule mais ce qui est arrivé de mieux à la chanson française
ces 10 dernières années.
Son nouvel album s'appelle La Superbe. Il l'est

Il est apparu assez sagement il y a une dizaine d'années, en binôme avec Keren Ann,
dans le sillage d'Henri Salvador.
Son premier disque concept, Kennedy Rose, témoignait déjà d'une réelle ambition.
Il a depuis accumulé les collaborations prestigieuses ( Gréco, Hardy, Julien Clerc...)
et ses deux derniers albums, A l'origine et Trash yéyé l'ont définitivement propulsé
vers des sommets qualitatifs.

Les frasques du personnage médiatique, volontiers arrogant, lapidaire et provoquant
ont pourtant maintenu Benjamin Biolay hors de portée du véritable succès public.
La méprise est évidente pour qui a eu l'occasion de voir l'artiste sur scène,
un peu gauche, simple et touchant.
Son nouvel album, La Superbe, a tout ce qu'il faut pour rétablir la balance.
Il prouve une nouvelle fois qu'aucun de ses concurrents n'a aujourd'hui
la puissance de feu de Biolay.
Elle prend la forme rare d'un double album, soit 23 titres, tenus de bout en bout.

Autoportraits

Déployées en une vaste fresque introspective,
les chansons de La superbe imposent un constat tranchant du spleen contemporain.
Elles sont magnifiques et semblent presque avoir atteint la force sereine des classiques.


Cette pleine maturité n'exclut pas la hargne et les formules chocs.
Un flow né du rap librement interprété court tout au long de l'album,
scandé par moment avec fougue.
Il fraie avec les mélodies imparables et les blessures amoureuses à vif.
Dans cette somme impressionnante, on peut surligner quelques titres significatifs,
comme la chanson d'ouverture et premier extrait, dont l'ampleur et le lyrisme
sont assez représentatif de l'ensemble. Brandt rhapsodie, en duo avec Jeanne Cherhal,
accumule les petits mots et fait et défait un amour en quelques minutes sidérantes.

D'un extrême à l'autre de l'autoportrait sans concession,
Tout ça me tourmente assume avec crudité
"mais dès 20h30 je n'ai pas de cœur je n'ai que ma queue",
tandis que les harmonies osent la simplicité sur Ton héritage,
superbe et touchante adresse à sa fille. En début et fin de parcours, Biolay répète
"Quelle aventure, quelle aventure". Paris, Buenos Aires,
Lyon en sont les étapes géographiques et le voyage vaut vraiment le coup.

Jean Marc Jacob (www.lepetitjournal.com) jeudi 17 décembre 2009


Dernière édition par Nine le Jeu 17 Déc - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA SUPERBE   Jeu 17 Déc - 19:40

Du beau, du bon, du Biolay


La Vierge G. Klimt
Les poètes n'inventent pas les poèmes
Le poème est quelque part là-derrière
Depuis très très longtemps il est là
Le poète ne fait que le découvrir.
Jan Skacel


Grand soir / lundi 14 décembre par Sébastien Bataille


Benjamin Biolay sort un bijou double, "La Superbe",
à ranger à côté de "L’Histoire de Melody Nelson".

Il y a des grandes gueules comme Jean-Louis Murat qui sortent de bons disques
et il y a des petites gueules qui sortent des disques géniaux.

Ce double de Biolay, « La Superbe », est un chef-d’œuvre
(avec pourtant Jeanne Cherhal dedans, je vous raconte pas l’exploit),
la gélatine gonflée du négatif de la vie poétisée.
L’esprit de Philippe Léotard n’est pas loin.

Benjamin Biolay a bâti le triptyque d’une vie d’artiste avec ses albums « A l’origine »,
« Trash yéyé » et « La Superbe ».
Et il a une fois encore enregistré une chanson parfaite : « Night shop ».
Qui a dit que la perfection, cette chose non subventionnée, n’existait pas ?

C’est bien simple, cet album est actuellement LE seul qui vaille si on veut écouter
ce que c’est qu’être vivant : un carrefour de vibrations mélancoliques,
de bords de mer échoués dans nos affects, des cuivres tragiques,
des arrangements cinématographiques
(le long plan séquence textuel de « Brandt Rhapsody » - correspondance d’un couple,
de la naissance du désir à la fin de la relation, noyée dans les habitudes du quotidien -, sublime et paralysant).

Disque à l’intelligence des sens, des mots, des climats, des mélodies,
« 15 août », « 15 septembre », la boucle conceptuelle est bouclée,
le Beau est en boîte, Biolay peut mourir.

Voilà ce qui restera de la chanson française quand elle sera lavée
de tout le purin contemporain - ce purin d’idéaux où tout fabrique des sots
comme dirait Murat -, long travail que seul le temps peut effectuer.

Et les autres chanteurs, que vont-ils faire maintenant que ce disque est sorti ?
Vont-ils avoir le courage de démissionner ?
De se retirer, de nous foutre la paix, de laisser l’espace radiophonique et télévisuel à Biolay,
qu’on respire enfin, comme semble nous y inviter le visuel de l’album.

D’ailleurs, que voit-on sur cette pochette :
le grand soir sur la morne plaine ensablée (si si, regardez bien).
Suivez le guide Biolay, on y est presque !


http://www.bakchich.info/Du-beau-du-bon-du-Biolay,09568.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14301
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LA SUPERBE   Sam 19 Déc - 0:23

Biolay Le Superbe



La Superbe, cinquième album de Benjamin Biolay, est déjà considéré par la critique comme le plus réussi de l’année. Retour sur un artiste blanchi.

Artiste très controversé, Benjamin Biolay réussit à mettre tout le monde d’accord avec La Superbe, sorti en octobre dernier. Télérama lui fait sa une et l’encense, tandis que les dates de concerts s’allongent à mesure que les critiques élogieuses tombent.

Le 8 décembre, iTunes communique ses ventes et met dans ses choix éditoriaux La Superbe en meilleur album de l’année. Pour Biolay qui a pris la peine de sortir son double-album en vinyle, la consécration arrive par la plus grosse entreprise de téléchargement.

Depuis son dernier album, Trash yéyé (2007), l’artiste s’est adouci : « Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais, malgré ses revers, le personnage du disque n’éprouve aucune haine. A la fin, il est même plus apaisé qu’au début », explique t-il à Télérama. Cela se remarque dans ses chansons qualifiées de superbes par la critique. En passant de Brandt Rhapsodie (en duo avec Jeanne Cheral) à Ton héritage, cruel auto-portrait - « J’ai un peu dressé le vrai bilan de ce que je suis » -, Benjamin Biolay écrit une boucle allant du 15 septembre au 15 aout. L’album voyage de La toxicomanie à Lyon presqu’île par des rimes internes. Pour se finir par cette conclusion : « quelle aventure ».

Fils d’un clarinettiste, le chanteur qui pratique le trombone, le violon, le tuba et la guitare, a collaboré avec Henri Salvador (le titre Jardin d’hiver), Keren Ann, Juliette Gréco, Françoise Hardy, etc. de 1995 à 2001. C’est en mai de cette année-là que sort son premier album solo, Rose Kennedy, aux accents pop-jazzy.

Suivront Négatif (2003), album folk bien reçu par la critique, puis A l’origine (2005), aux tonalités plus sombres, et enfin Trash Yéyé (2007). Sa maison de disque (EMI) ayant négligé ces deux dernières productions, le succès n’est pas au rendez-vous. Benjamin Biolay quitte donc cette firme pour signer en avril 2009 chez Naïve.

Parallèlement à ses trois derniers albums l’artiste fait ses débuts d’acteur dans Didine, film de Vincent Dietschy, puis embraye avec Sang Froid, téléfilm de Sylvie Verheyde. Son rôle dans Stella lui vaudra en février 2009 une nomination aux Oscars comme Meilleur acteur dans un second rôle.

Hautain, snob, vaniteux, prétentieux, bobo... tout y sera passé pour le désigner. Il déclare à Marie-Claire : "Je préférerais cent fois qu’on arrête de dire que je suis prétentieux et que je me la raconte, plutôt que de vendre un million de disques". En un disque, il réussit les deux avec brio.

http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/le-nouveau-biolay-66732
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14301
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LA SUPERBE   Sam 19 Déc - 0:25

Portrait 2009 de Benjamin Biolay


Le mois de décemb' venu, l'heure des bilans carillonne à tous les étages. Vous connaissez déjà une partie de notre tableau d'honneur des albums, singles et autres groupes de 2009, le détail restant à découvrir dans le cinquième volume de Hors-série 365 Chroniques actuellement en kiosque. Dans ce même numéro, vous trouverez aussi les portraits de nos dix personnalités de l'année, de Dayve Hawk à Pascal Teixeira en passant par Steve Beckett, Caroline Polachek, Mark Linkous, Luke Haines ou... Benjamin Biolay ! Nous y voilà. Voici le profil nourri du chanteur français le plus acclamé de l'année.


“J’attendais en vain/Que le monde entier m’acclame/Qu’il me déclare sa flamme”. Ces paroles extraites du single Padam resteront prophétiques de l’année 2009. Car à son cinquième (double) album, Benjamin Biolay fait – enfin – l’unanimité critique et publique. Mieux vaut tard que jamais, donc. Pourtant, longtemps, on a cru que le succès populaire et l’enthousiasme médiatique se refuseraient obstinément à lui alors que le prodige de la chanson française suit une courbe artistique ascensionnelle depuis l’inaugural Rose Kennedy (2001), même si le revirement de certains réfractaires constaté à la sortie de Trash Yéyé (2007) pouvait augurer de l’engouement actuel. À la manière d’un Serge Gainsbourg, son modèle avoué avec The Beatles, BB prédisait dans Elle, en octobre, que sa reconnaissance serait “post mortem”. Et bien avant la sortie de La Superbe, les paroles éloquentes de L’Espoir Fait Vivre témoignent du désarroi de l’intéressé : “Combien de temps/Avant l’amour suprême et l’admiration des gens”.

Si le malentendu originel peut s’expliquer par le prisme déformant des médias (la franche timidité de Benjamin Biolay passant à tort pour une suffisance hautaine), doublée du savonnage d’Henri Salvador qui lui dut pourtant son retour en grâce (Chambre Avec Vue, 2000) et par une omniprésence au générique de la production hexagonale (de Keren Ann à sa sœur Coralie Clément, de Juliette Gréco à son ami Hubert Mounier), on ne peut que s’étonner d’assister aujourd’hui à une tellle unanimité autour de son plus ambitieux et plus long album. D’ailleurs, un nouveau malentendu est en train de naître, sur l’air (erroné) de “On a plus parlé de Benjamin Biolay pour ses frasques que pour sa musique” (in Les Inrockuptibles, qui lui offrent seulement sa première couverture en dix ans, après avoir mis à l’honneur des fossoyeurs tels Cali, Vincent Delerm ou M). Or, à l’exception d’une déclaration fracassante ici (mais pas autant qu’on veut bien nous le vendre) ou là (dans des conditions parfois éthyliques à une presse en mal d’épaisseur, comme Technikart), cet homme érudit n’a jamais rien cultivé d’autre que sa frénésie artistique – cinquante-sept morceaux enregistrés pour Trash Yéyé, encore davantage pour La Superbe.

Franc et massif, Benjamin est à l’image de sa discographie : il ne recule devant rien. Après deux disques en forme de Black Album – À L’Origine (2005) et Trash Yéyé (2007) –, Biolay signe un “vrai” double album, édité pour le compte du label Naïve après son départ fracassant de Virgin. En vingt-deux titres dont beaucoup se contenteraient pour une intégrale, l’auteur de Rendez-Vous Qui Sait parcourt toutes ses obsessions musicales : de la pop ligne claire des Smiths (Reviens Mon Amour) au jazz toxique de Chet Baker (La Toxicomanie), de la berceuse ourlée (Ton Héritage, bouleversant) aux envolées orchestrales (La Superbe), du hip pop domestique (Padam) au duo d’un nouveau genre (Brandt Rhapsody avec Jeanne Cherhal). Revers de la médaille attendu, le consensus autour de Benjamin Biolay risque d’en agacer plus d’un, à commencer par ses récents thuriféraires. En attendant, cette forte tête risque de glaner quelques Victoires de la musique, à la cérémonie du 6 mars 2010. On prend les paris ?
Franck Vergeade

http://www.magicrpm.com/a-lire/tous/benjamin-biolay/portrait-2009?cmpid=C09actflux
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14301
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LA SUPERBE   Sam 19 Déc - 9:56

Critique de 'La Superbe'


Dandy tourmenté aux poses introspectives et au maniérisme parfois indigeste, Don Juan des temps modernes cumulant tous les clichés de l'artiste maudit, élevant la dépression et l'alcoolisme au rang de préceptes de vie, Benjamin Biolay agace, irrite autant qu'il peut fasciner. Il le sait, et jouait déjà à se regarder le nombril sans complaisance, à édifier ironiquement un culte à sa personnalité torturée sur 'A l'origine' ou 'Trash Yéyé'. Si cette tête à claques des beaux quartiers n'a apparemment toujours pas réglé ses problèmes d'ego, force est de constater que son nouvel album, 'La Superbe', se distingue par une profondeur inédite. Avec pour fil conducteur la rupture amoureuse, Benjamin Biolay déroule un journal intime en forme d'éducation sentimentale, exorcise ses petites misères et ses grandes peines sans pour autant verser (trop) dans la fausse pudeur. Les mots sonnent souvent justes, même les plus noirs (lorsqu'il aborde le suicide dans 'Tout ça me tourmente'), même les plus crus. On pense notamment à 'Brandt rhapsodie', duo avec Jeanne Cherhal, qui retrace en accéléré la vie d'un couple, de sa genèse jusqu'à son déclin, via un échange de post-it laissés sur un frigo. Et si Benjamin Biolay se laisse encore aller à ses vieux démons, affichant par moment une affectation vocale qui donnera matière à ses détracteurs (chuchotements, chanté-parlé), on retient surtout la richesse instrumentale de 'La Superbe' : cordes douloureuses sur le morceau éponyme, piano lugubre avec le poignant 'Ton héritage' ou intermèdes pop plus ensoleillés ('Prenons le large'). Un grand écart musical étonnamment maîtrisé.
par Cécile Rémy


Prochaines dates :

Le 21 Janvier 2010
Théâtre de Longjumeau
91163 Longjumeau
20h00
36,50 euros


Le 22 Janvier 2010
Théâtre Simone Signoret
78700 Conflans-Sainte-Honorine
21h00
de 15 euros à 25,30 euros


Le 26 Janvier 2010
Théâtre André Malraux
92500 Rueil Malmaison
20h45
31 euros


Le 2 Février 2010
Olympia à Arcachon
33120 Arcachon
20h00
27,80 euros


Du 4 au 6 + 9 Février 2010
Casino de Paris
75009 Paris
35,90 euros


Le 24 Février 2010
La Laiterie
67000 Strasbourg
20h30
30 euros


Le 25 Février 2010
Noumatrouff
68100 Mulhouse
20h30
30 euros


Le 2 Mars 2010
Le Cargö
14000 Caen
20h00
26 euros


Le 3 Mars 2010
L'Oasis au Mans
72000
20h00
25 euros

Le 4 Mars 2010
Exo 7
76140 Petit-Quevilly
20h00
21,70 euros


Le 5 Mars 2010
La Cartonnerie
51100 Reims
20h00
29,70 euros


Le 6 Mars 2010
L’Ancienne Belgique
01000 Bruxelles - Belgique
20h00
28 euros


Le 10 Mars 2010
Le Chabada
49100 Angers
21h00
26,70 euros



Le 12 Mars 2010
Espace Malraux de Joué-lès-Tours
37300 Joué-lès-Tours
20h00
26,70 euros


Le 13 Mars 2010
Espace Malraux de Châteaudun
28200 Châteaudun
20h00
26,70 euros


Le 13 Mars 2010
Pasino
13100 Aix-en-Provence
20h30
29 euros


Le 25 Mars 2010
La Vapeur
21000 Dijon
21h00
25 euros


Le 26 Mars 2010
Le Transbordeur
69100 Lyon-Villeurbanne
20h30
33 euros


Le 30 Mars 2010
La Pasino au Havre
76600
20h00
25 euros

Le 31 Mars 2010
Les Gémeaux, scène nationale
92330 Sceaux
20h45
35,20 euros


Le 1 Avril 2010
L'Avant-Seine
92700 Colombes
20h30
39,60 euros


Le 9 Avril 2010
Rockhal à Luxembourg
4361
20h30
27 euros

Le 16 Avril 2010
Théâtre du Casino à Enghien Les Bains
95880
20h30
de 14 euros à 49,50 euros

Le 23 Avril 2010
Le Confort moderne
86000 Poitiers
20h00
26,70 euros


Le 24 Avril 2010
L'Astrolabe
45000 Orléans
20h00
26,70 euros


Le 6 Mai 2010
Le Splendid de Lille
59800 Lille
20h00
25 euros


Le 7 Mai 2010
Espace François Mitterrand
62000 Bully les Mines
20h30
25 euros


Le 27 Mai 2010
Le Bikini
31520 Ramonville-Saint-Agne
20h30
25 euros


Le 29 Mai 2010
Casino Barrière de Bordeaux
33000 Bordeaux
20h30


http://www.evene.fr/culture/agenda/benjamin-biolay-426.php?programme


Dernière édition par liliane le Dim 20 Déc - 8:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA SUPERBE   Dim 20 Déc - 0:46

LA TRIBUNE DE GENEVE
Extrait.