H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'HOMME A TETE DE CHOU

Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10487
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 29 Oct - 1:14

FACE A L'ABSENCE DE BASHUNG



Le chorégraphe Jean-Claude Gallotta évoque dans un entretien à l'Associated Press les liens qu'il a pu tisser avec Alain Bashung à l'occasion du projet autour du spectacle
"L'homme à tête de chou",
qui doit être présenté cet automne au public.


Marilou "tuée par le personnage de Gainsbourg" mais "toujours présente", Gainsbourg disparu,
Bashung aujourd'hui parti, "j'ai cet héritage de l'absence", a confié jeudi le chorégraphe.

La réinterprétation d'Alain Bashung de "L'homme à tête de chou"?

Jean-Claude Gallotta: "Très sincèrement, c'est magnifique. Il était encore avec sa voix, en pleine puissance, en pleine intériorité. C'est extraordinaire, parce que c'est à la fois Gainsbourg et Bashung. Il a réussi un truc incroyable. On sent dans sa voix : il le réinvente tout en lui rendant hommage. Je crois que c'est une très grande chose".

C'est "comme s'il l'avait répété toute sa vie en fait.
Alors que c'est pas facile, il l'a fait comme ça, d'une traite". "
Il n'a rien rajouté au niveau des textes, ça, il ne voulait pas.
Il a vraiment respecté l'oeuvre de Gainsbourg. Par contre", Bashung "a travaillé avec Denis Clavaizolle pour trouver l'adaptation des musiques et leur prolongement".

Le spectacle ?

JCG: "Il n'y a pas de metteur en scène. En fait, je fais tout, ce qui me donne une plus grande liberté. J'ai vraiment la bande d'Alain, l'histoire de Gainsbourg. Ca rejoignait en fait mes préoccupations.

"Je pense que tous deux ont flirté à la fois avec Beckett, l'intériorité et en même temps le rock. C'est une énergie du désespoir en fait, c'est sombre mais il y a de l'énergie".

Sur scène, il y aura "14 danseurs, sept filles, sept garçons,
et les spectateurs y verront soit l'homme à tête de chou soit Marilou.
Je pense que chacun va se passer le relais.
Parce qu'il y a douze séquences" mais "on a essayé de faire en sorte" qu'"on puisse aussi avoir une continuité, un seul ballet d'un seul jet".

"Avec la voix, on aura non seulement la charge émotionnelle mais aussi l'histoire. Tout est raconté", "l'oreille sera chargée musicalement et le visuel ne sera que la danse".

"On va commencer à répéter vers le mois de juillet, à l'été" et "après on se lance".

"Je ne sais pas encore" si l'absence de Bashung sera soulignée dans le spectacle. "C'est tellement brusque. Là, je suis en train de tout retravailler. Je ne veux pas m'arrêter parce que j'y ai vraiment cru, lui, il y a cru. Il faut dire que c'était un projet sur lequel il travaillait encore".

Mais Bashung ayant dit "qu'il ne serait pas sur scène", "c'était à moi de me débrouiller" sans "lui, avec sa voix". "La mort rajoute un effet de sublimation, mais ce que j'avais imaginé devrait continuer en fait".

La couleur du spectacle sera "le noir, le sombre, parce qu'il y a tout dans le noir comme dirait (Pierre) Soulages. Les deux aimaient le noir, c'étaient des sombres, Gainsbourg et Bashung". Et le plateau sera "nu". Car le "plateau nu, c'est vraiment un écran", une "page noire, c'est comme une scène de rock, c'est aussi comme un hôpital psychiatrique, comme une prison, en fait, ce sont des lieux de rassemblement. La lumière va sculpter l'espace".

"Normalement, on devait faire le projet la saison prochaine. Et puis, il s'est trouvé que Jean-Michel Ribes (directeur du théâtre du Rond-Point) avait un créneau d'un mois" cet automne et qu'il "fait une thématique sur la danse et la musique (...) En plus, on voulait gagner du temps, on savait Bashung malade. On s'est dit: on sera au moins ensemble pour ça (...) On voulait qu'il soit avec nous jusqu'au dernier moment et qu'il vienne voir les spectacles. Et puis rien n'interdisait même qu'il le fasse un soir en live, tout était ouvert et on voulait faire au plus vite".

Que retenez-vous de Bashung ?

JCG: "Pour moi, c'était le modèle parfait, parce qu'il représentait le rock que j'aime beaucoup, mais aussi une sorte d'intello. Donc, il nous rejoignait dans notre quête d'essayer d'embrasser le monde, avec des choses très populaires, très rock, très rockabilly, et en même temps", on pouvait "échanger sur Beckett, le pop art, ou sur des cinéastes, comme Straub et Huillet".

"On avait (avec sa musique) quelque chose à la fois de rythmé et de lyrique, de poétique, d'un peu fou, puis très beau".

"On s'est entendus incroyablement bien, c'était vraiment comme un ami spirituel parce qu'on avait les mêmes références", "c'était quelqu'un d'une incroyable douceur, très tranquille (...) Notre dernière rencontre date d'il y a "peut-être un mois dans un restaurant (...) Je me dis que je perds quelqu'un de précieux".

Le défi maintenant qu'Alain Bashung n'est plus là?

JCG: "Je ne sais pas. Je me dis que c'est un peu lourd à porter". "A la fois, c'est terrible et magnifique. Parce qu'on est les derniers à porter une chose comme ça, et en même temps, il y a cette lourdeur. Un peu trop, et du coup, je me rassure en disant: même si les gens n'aiment pas la danse, même si les gens n'aiment pas le spectacle que j'ai fait, au moins, ils entendront, je crois,
une très, très belle bande, comme un CD posthume de Bashung,
parce que c'est vraiment magnifique", "c'est énorme"
. AP

article paru sur nouvel obs AP | 20.03.2009


Dernière édition par Nine le Jeu 29 Oct - 3:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10487
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 29 Oct - 1:22

Bashung à tête de chou
Interview 03/2009



Le chorégraphe Gallotta révèle comment le chanteur mourant œuvrait avec lui
à une création d’après «l’Homme à tête de chou» de Gainsbourg.

Recueilli par MARIE-CHRISTINE VERNAY
LIBERATION

Après la disparition de Bashung, Jean-Claude Gallotta, directeur du Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN), se retrouve avec un enregistrement de l’Homme à tête de choux de Gainsbourg par Bashung, qui sera la bande-son de son prochain spectacle - et accessoirement, événementiellement,
tôt ou tard le «nouvel album» évident du chanteur de Chanteur disparu sur l’air de
Marilou repose sous la neige.

Dernière bande médiumnique, cette BO posthume est donc signée de feu-Bashung :

le rocker pharaon était déjà présent au finale d’un précédent spectacle du chorégraphe, Chroniques intimes-saison 1, présenté en décembre. Cet ensemble à la «Gallo», plein d’élan collectif et d’échappées belles individuelles, était en effet porté par Résidents de la République. Un clin d’œil-hommage qui inaugurait un projet plus vaste - encore et plus que jamais en oeuvre désormais.

Récit par Jean-Claude Gallotta de cette collaboration au sommet in extremis, qui aboutira au mois de novembre prochain à la création d’un ballet, à la MC2 de Grenoble et au Théâtre de l’Odéon, sans parler de la sortie discographique insolite, mort sur mort, tête à tête.
Très vite, il a accepté…

Ma première rencontre avec Alain remonte à l’inauguration de la MC2 en 2004. Il était venu faire un concert avec Christophe, et ma compagnie présentait My Rock. Bashung avait vu le spectacle et m’avait dit qu’il voulait mettre un peu de danse dans ses concerts. Nous en sommes restés là. Je pensais que, peut-être, c’était cela qui pouvait encore lui manquer, une dimension abstraite qu’il allait trouver dans la danse contemporaine.
Réincarner Gainsbourg…

En 2006, le producteur Jean-Marc Ghanassia avait envie de mettre en scène l’Homme à tête de chou de Gainsbourg. Il avait vu mes spectacles et pensait à un ballet. Mais qui pouvait réincarner Gainsbourg ? On a très vite évoqué Bashung, à la frontière entre le rock et quelque chose de plus contemporain. Alain a tout de suite accepté, dans la perspective de le jouer sur scène, et il a enregistré très vite sa voix, en 2006. C’était comme s’il l’avait répété toute sa vie. C’est sorti d’une traite.
Sans changer le texte…

Alain avait bien compris qu’il s’agissait de danse et a eu une attitude très humble, en prévoyant que les danseurs seraient sur le devant de la scène et les musiciens en retrait. Il n’a pas du tout changé les textes. Il a rallongé la musique pour que cela fasse une heure. de ballet. Les douze morceaux sont respectés, mais dans un continuum, comme s’il s’agissait d’un montage de film. Et puis il y a comme une 12 bis. Ecrire encore n’était pas faux, c’était comme si cette musique restait inachevée, il l’a prolongée.
Etrange été…

On s’est vu souvent l’été, on parlait, on échangeait chez lui et il était venu voir les Gens qui dansent. J’étais bien, il était si doux. Tout prenait sens. Etre avec lui, c’est rassurant, tu te dis :

«Merde, c’est encore possible…»
Silence radio…

Dès l’automne, c’est le silence radio. Je ne sais pas ce qui se passe. En 2007, j’apprends qu’il a le cancer. Je pense qu’alors, il a mis toute son énergie dans son album, toutes ses forces, et j’accepte sans problème le report du projet. En 2008, il m’informe qu’il n’a pas la force, qu’il n’aura pas le souffle suffisant, qu’il faudra trouver une autre solution. Il me demande : «Est-ce que ma voix est bien enregistrée ?» Elle l’est.

Une maquette magnifique…

Je ne sais pas vraiment, mais je pense qu’il avait prévu qu’il n’aurait pas la force de revenir sur la bande après son album. Ils nous a laissé une maquette magnifique, confiant aux mixeurs, Denis Clavaizolle et Jean Lamoot, le soin d’aboutir le projet musical. Le samedi précédant sa mort, on ne savait pas qu’il était à l’hosto, et on écoutait la bande. Je me suis dit que Bleu Pétrole était déjà dans l’Homme à tête de chou :

L’absence…

J’ai pensé abandonner, mais on était allé trop loin. Tout est engagé. On ne savait pas où on allait mais cela relevait de l’intuition, du coup de foudre, et lui, il me faisait un cadeau. On a parlé du cinéma, de la littérature. Il n’évoquait sa maladie que lorsqu’il allait mieux. Quand j’ai fait les Chroniques, je suis allé le voir. Je me sentais mal mais son entourage m’a dit :«Vas-y, cela lui fera plaisir.» C’était dans un resto. Il était très amaigri, affaibli, et je lui racontais ce que les danses faisaient sur sa musique.

Ce contact qu’il a avec la danse contemporaine, je le comprends.

Il y a l’absence de Marilou dans l’Homme à tête de chou. Puis il y a l’absence de Gainsbourg, et maintenant celle de Bashung…
Comme si la danse était le réceptacle de l’absence, qu’elle avait en charge l’énergie qui reste, la trace.



Dernière édition par Nine le Jeu 29 Oct - 1:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10487
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 29 Oct - 1:28


[Théâtre - Danse]

Lieu : Théâtre du Rond-Point - Paris
Dates : du 27 Novembre 2009 au 19 Décembre 2009


Chorégraphie et mise en scène : Jean-Claude Gallotta assisté de Mathilde Altaraz
Paroles et musiques originales : Serge Gainsbourg
Interprétation : Alain Bashung
Orchestration, musiques additionnelles : Denis Clavaizolle

Qui d'autre que Serge Gainsbourg pouvait imaginer pareille histoire et la développer
sur toute la durée d'un album ?
Interné dans une clinique psychiatrique, l'homme en question y ressasse son aventure fatale avec la belle Marilou pour laquelle il a claqué tout son fric et même plus,
avant de la démolir dans un accès de folie à coups d'extincteur.
Sorti en 1976, ce disque d'anthologie qui ne rencontra pas immédiatement le succès
devient aujourd'hui une oeuvre scénique.
Avec les danseurs du CCN de Grenoble
----------------
L'homme à tête de chou

Je suis l'homme à la tête de chou
Moitié légume moitié mec
Pour les beaux yeux de Marilou
Je suis allé porter au clou
Ma Remington et puis mon break
J'étais à fond de cale à bout
De nerfs, j'avais plus un kopeck
Du jour où je me mis avec
Elle je perdis à peu près tout,
Mon job à la feuille de chou
A scandales qui me donnait le bifteck
J'étais fini foutu échec
Et mat au yeux de Marilou
Qui me traitait comme un blanc-bec
Et me rendait moitié coucou.
Ah non tu peux pas savoir mec
Il lui fallait des discothèques
Et bouffer au Kangourou
Club alors je signais des chèques
Sans provision j'étais fou fou
A la fin j'y fis le caillou
Comme un melon une pastèque
Mais comment-Je ne vais pas du tout
Déballer comme ça aussi sec
Quoi ? Moi ? L'aimer encore ? Des clous.
Qui et où suis-je ? Chou ici ou
Dans la blanche écume varech
Sur la plage de Malibu

Serge GAINSBOURG


Dernière édition par Nine le Jeu 29 Oct - 3:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10487
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 29 Oct - 1:38

VARIATIONS SUR MARYLOU

«Là-dessus, cette Narcisse plonge avec délice
Dans la nuit bleu-pétrole de sa paire de Levis».



...Dans son regard absent
Et son iris absinthe
Tandis que Marilou s'évertue à faire des vol
Utes de sèches au menthol
Entre deux bulles de comic-strip
Tout en jouant avec son zip
A entrebailler ses Levi's
Dans son regard absent et son iris
Absinthe dis-je je lis le vice
De baby doll
Et je pense à Lewis Caroll...

L'homme à tête de chou est une oeuvre de Gainsbourg,
mise en scène par le chorégraphe Jean-Claude Galotta sous forme d'un ballet
Sauf qu'il fallait quelqu'un pour incarner Gainsbourg.
Le nom de Bashung est rapidement apparu comme une évidence.

En 2006, le chanteur a donc enregistré la maquette de l'oeuvre, d'une traite.
Les mois qui suivirent furent ceux des soucis liés à sa maladie, aux traitements lourds.

Bashung se rendit rapidement compte qu'il n'aurait "pas la force", plus "le souffle suffisant"
pour chanter cette oeuvre. Il se concentra sur son dernier album, Bleu Pétrole.
Mais il restait la maquette de L'homme à tête de chou, enregistrée quelques mois auparavant.
Alain Bashung et Jean-Claude Galotta étaient donc d'accord.

Cette maquette étant magnifique, malgré le décès du chanteur, le spectacle se fera, avec sa voix.
Etrange impression en perspective :
un génie interprété par un autre génie... les deux décédés...
nul doute que le spectacle sera d'une rare émotion.


Dernière édition par Nine le Jeu 29 Oct - 23:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10487
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 29 Oct - 1:47

Au-delà, Bashung…



Oeuvre posthume que cette adaptation de L’Homme à tête de chou de feu Gainsbourg,
mis en scène par le chorégraphe Jean-Claude Gallotta

Ce fut une somme de rencontres qui présida à cette œuvre.
Naguère celle, fortuite, du chorégraphe Jean-Claude Gallotta et d’Alain Bashung.

Entre eux l’étincelle et, pour le chanteur, l’envie de chorégraphies à venir…
Et cette autre rencontre entre le producteur Jean-Marc Ghanassia, et son désir têtu de faire mettre en scène L’Homme à tête de chou de Serge Gainsbourg, avec le ballet de Gallotta.

L’affaire est faite, rondement menée presque. Leur restait à trouver celui qui chanterait le personnage et prolongerait la musique : ça ne pouvait être, selon Gallotta, que Bashung.
Dont acte, ce fut Bashung dans une rencontre charnelle avec le matériau Gainsbourg.
L’œuvre existe désormais, qui sera créée le mois prochain à la MC2 de Grenoble.
Avec quatorze danseurs, en douze tableaux et la constante idée de suggérer
Marilou et cet Homme à tête de chou.

A l’origine, Bashung devait se produire en direct sur scène, en contrepoint des pas du ballet.
Puis vient la maladie que l’on sait… De fait, ce sera bande posthume,
tant que l’auteur de La Nuit je mens n’aura connu la bande musicale que par la maquette qu’il avait consigné sur son ordinateur, sans avoir pu entendre ni su attendre la version intégrale, celle avec de vrais musiciens.
Ni bien sûr constaté de visu l’union charnelle qui associe chant, musique et danse, qui lie l’art de Gainsbourg,
le sien et celui de Gallotta, constantes négociations entre
« l’art populaire et la profondeur, l’énergie et le sombre, dandy et désespéré ».

Sans être le testament musical d’Alain Bashung,
cet opus ultime est le dernier acte de l’œuvre que l’on sait.
C’est dire si ce sera événement. Un disque devrait sortir prochainement…

Du 12 au 14 novembre à la MC2 à Grenoble
puis au Théâtre du Rond-Point, à Paris, du 27 novembre au 19 décembre,
et à l’Espace Malraux de Chambéry, les 12 et 13 janvier.
*******************
Journaliste spécialisé dans la chanson
Michel Kemper
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10487
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 29 Oct - 2:11

JEAN CLAUDE GALOTTA



"Aux Beaux-Arts, le professeur de dessin souhaitait que l'on peigne le mouvement
et que l'on sorte de l'atelier. (...) En dessinant ces petits chignons transpirants,
j'ai eu un coup de foudre pour cet art méconnu. ”


JC Gallotta commence la danse à 20 ans après avoir étudié aux Beaux Arts.
Fort de cette expérience, il imposera son style de chorégraphies pluridisciplinaires intégrant textes, musiques et interventions plastiques.
A New York, il découvre le travail de Merce Cunningham qui influencera durablement sa pratique.

En 1979 il fonde avec Mathilde Altaraz le Groupe Emile Dubois
qui s’intégrera bientôt à la Maison de la Culture de Grenoble dont il prendra la direction.
Il la rebaptise le « Cargo » en 1986, Cargo qui deviendra CCN (Centre Dramatique National).

Il crée alors Ulysse, son premier ballet, les décors et les costumes sont blancs en signe d’innocence, de commencement. Le spectacle sera vivement acclamé et fera une tournée au Japon et en Amérique du Nord, imposant un certain renouveau de la danse contemporaine.
JC Gallotta le reprendra 26 ans plus tard sous le nom de Cher Ulysse.
En 1987, il élabore Mammame, autre grand succès.

Entre 1997 et 2000, il travaillera au Japon avec le département danse du
Shizuoka Performing Arts Center.
En 2004, il élabore un spectacle nommé Trois générations
qui rassemble des enfants et d’anciens danseurs de la compagnie.
Avec Hans Peter Cloos, il travaille ensuite sur Les Sept péchés capitaux de Bertolt Brecht
sur une partition de Kurt Weill.



À plusieurs reprises, Jean-Claude Gallotta travaille à des projets audiovisuels.
Il réalise plusieurs longs métrages.
Il est également metteur en scène de textes de Jean-Marie Piemme et Bernard Pouy.
Galotta est l’auteur d’un livre autour de sa pratique Mémoire d’un dictaphone,
il existe aussi un recueil d’entretiens du chorégraphe nommé Les yeux qui dansent.

2009 : L'HOMME A TETE DE CHOU
Ce spectacle sera créé le 12 novembre 2009 : MC2 : Grenoble (Grenoble)

Mise en scène Jean-Claude Gallotta
Chorégraphie Jean-Claude Gallotta
Dramaturgie Claude-Henri Buffard
Costumes Jacques Schiotto, Marion Mercier
Musique Serge Gainsbourg
Paroles Serge Gainsbourg
Assistanat chorégraphique Mathilde Altaraz
Voix off Alain Bashung
Production Jean-Marc Ghanassia

Dates
2009-2010 MC2 : Grenoble (Grenoble) du 12/11/2009 au 15/11/2009
[ 4 rep. ] (à venir)
Théâtre du Rond-Point - Paris
Dates : du 27 Novembre 2009 au 19 Décembre 2009

Le Cratère (Alès) du 18/05/2010 au 19/05/2010 Grande salle

Partenaires de création
Co-production MC2 : Grenoble (Grenoble)
Maison de la Culture de Grenoble (Grenoble)
Centre chorégraphique national de Grenoble - Groupe Émile Dubois (Grenoble)
Co-réalisation Theâtre du Ront-point - Paris.


Dernière édition par Nine le Jeu 29 Oct - 3:28, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10487
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 29 Oct - 2:19



« Avec son regard absent et son iris absinthe »,
la petite garce shampouineuse Marilou rend « fou et à moitié coucou »
un type aux grandes oreilles, « moitié légume moitié mec »,
lequel finira par la faire disparaître sous la mousse, à coups d'extincteur.

L'Homme à tête de chou est un album-concept écrit en 1976 par Serge Gainsbourg.
Il y développe une dérision, une liberté et une invention verbale et musicale exceptionnelles.

Alain Bashung était de la même famille musicale, celle de l’élégance morale,
de l’exigence artistique, de l’ironie un peu désespérée, oscillant de la même façon entre gravité et légèreté.
Au printemps dernier, juste avant de s'en aller « faire un tour de l'autre côté »,
il a eu le courage et l'élégance d'achever sa part de travail
pour le projet chorégraphique de Jean-Claude Gallotta.
Il a enregistré les chansons de l'album l'Homme à tête de chou,
a lié les différents tableaux de l'histoire de Marilou en une continuité musicale d'une heure dix.
« Il l’a fait magnifiquement, dit Jean-Claude Gallotta,
sa voix était en pleine puissance, et en pleine intériorité. »

Jean-Claude Gallotta qui aime croiser le fer avec des genres différents
(rock, jazz, musique khmer, Bach, Kurt Weill, Janacek, Dusapin, Lully..)
retrouve ici ses idoles d'adolescent par lesquels il a découvert la musique.

En douze tableaux et avec quatorze danseurs, sous le regard des deux maîtres,
mais «leur absence en héritage »,
Jean-Claude Gallotta se propose de fondre son univers aux leurs,
de traiter chorégraphiquement le dépouillement, la violence, le désir,
« qu'on perçoive quelque chose, dit-il,
de la douleur latente qui parcourait ces deux artistes
en même temps que leur formidable énergie ».

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2545
Age : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 1 Sep - 12:16





.



Lundi 5 septembre 2011 de 23h20 au mardi 6 septembre 2011 00h40 sur TV5MONDE




L'Homme à tête de chou










Synopsis de L'Homme à tête de chou


«L'Homme à tête de chou» est le deuxième album concept de Serge Gainsbourg, après «L'Histoire de Melody Nelson». Mi-homme, mi-légume, le héros revit l'histoire tragique de son amour fatal pour Marilou, qui l'a conduit à la folie et au crime.

Sur un plateau nu, sans meubles ni décor, Jean-Claude Gallotta met en scène cette histoire en différents tableaux chorégraphiques, exécutés par une troupe de quatorze danseurs.
Les chansons de Serge Gainsbourg sont interprétées sur bande musicale par Alain Bashung, avec de nouvelles orchestrations et des musiques additionnelles de Denis Clavaizolle.
La musique originale est augmentée de clavecins, congas, guitares, trompettes, violons et violoncelles, nourrie de Ravel comme des Doors ou de Debussy.




A l'épicentre de la scène gît une chaise vide. Elle symbolise la fugue. Celle de Marilou, « chienne shampouineuse » à « l'iris absinthe », assassinée pour avoir rendu « moitié coucou » l'homme à tête de chou en 1976.
Celle de son démiurge, surtout : Serge Gainsbourg, barré voilà déjà vingt printemps.
Celle d'Alain Bashung, enfin, qui revisita l'album en 2006 mais disparut trois ans plus tard avant d'avoir eu le temps de l'interpréter sur les planches.



« Comme si la danse était le réceptacle de l'absence », Jean-Claude Gallotta, chorégraphe et directeur du MC2 de Grenoble, leur rend ici hommage. Hanté par le chant sépulcral de Bashung et réarrangé par le producteur Denis Clavaizolle, ce ballet désenchanté prolonge en douze tableaux impressionnistes les trente-deux minutes originelles du chef-d'oeuvre protéiforme de Gainsbourg.



Quatorze danseurs et danseuses élastiques y incarnent la fable tragique des amants terribles, du prélude éponyme à l'épilogue funeste Lunatic Asylum, en passant par Chez Max, coiffeur pour hommes, Marilou Reggae, Ma Lou Marilou ou les superbes Variations sur Marilou...

Quatorze doubles maléfiques qui virevoltent tour à tour du désir à la jalousie, de l'égarement à la violence, jusqu'à la mort. Tournée par Jean-Marc Birraux au Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine en 2011, cette captation épouse soigneusement la mise en scène de Gallotta : souple et dépouillée jusqu'à l'épure.


Éléonore Colin


http://television.telerama.fr/tele/programmes-tv/l-homme-a-tete-de-chou,23442687.php



.
Revenir en haut Aller en bas
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14292
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   Jeu 3 Nov - 20:23


Le 7 novembre sortie de L'Homme à tête de chou, oeuvre culte de Serge Gainsbourg chanté par Alain Bashung peu avant sa mort en mars 2009



Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'HOMME A TETE DE CHOU   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'HOMME A TETE DE CHOU
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'HOMME A TETE DE CHOU
» Un homme va se faire greffer la tête sur un autre corps
» Droit de l'homme et démocratie
» L'eau potable art31 déclaration univers droits l'homme
» Ce que la maman ne peut manger pendant l'allaitement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA DANSE EST UNE POESIE MUETTE :: LES GRANDS BALLETS-
Sauter vers: