H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 PRIX CONSTANTIN 2009

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2421
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: PRIX CONSTANTIN 2009   Ven 9 Oct - 1:01


Orelsan, Dominique A, Emily Loizeau en lice pour le 8e prix Constantin


Orelsan, Dominique A, Emiy Loizeau, Birdy Nam Nam et Fredo Viola font partie des dix groupes ou artistes sélectionnés pour le 8e prix Constantin, qui met en valeur les jeunes talents musicaux et sera décerné le 9 novembre à L'Olympia, ont annoncé les organisateurs jeudi.

Babx, Hugh Coltman, Piers Faccini, Yodelice et Diving with Andy complètent la sélection, annoncée lors d'une conférence de presse à L'Olympia à Paris.

Le prix Constantin a été créé en 2002 en hommage à Philippe Constantin, directeur artistique et découvreur de talents respecté, mort en 1996. Les précédents lauréats sont Avril (2002), Mickey 3D (2003), Cali (2004), Camille (2005), Abd Al Malik (2006), Daphné (2007) et la Nigériane Asa l'an passé.

Le prix sera décerné par un jury composé de professionnels de la musique (journalistes, programmateurs de radio et télévision, disquaires et distributeurs de musique en ligne) présidé cette année par Olivia Ruiz. Elle avait fait partie des artistes sélectionnés pour le prix en 2006.

Tous les disques produits en France peuvent concourir, quels que soient leur style et la langue d'expression, à condition que l'artiste n'ait pas été disque d'or pour des oeuvres précédentes. L'album proposé à la sélection n'est en revanche soumis à aucun quota de ventes.

Cent quarante-six albums ont été remis aux organisateurs, avant la sélection des dix finalistes par le jury en septembre, au terme de deux mois d'écoutes.

"Je n'avais pas mesuré la difficulté de la négociation avec les autres membres du jury. Ca a été féroce et finalement on a une très belle sélection, avec dix albums magnifiques", a déclaré Olivia Ruiz.

Le lauréat sera révélé lors d'un concert ouvert au public (tarif: 19,80 euros), qui verra les artistes interpréter deux morceaux chacun. Olivia Ruiz, entourée d'invités surprises, assurera la première partie de cette soirée présentée pour la troisième fois d'affilée par l'humoriste Thomas VDB.

La sélection:

- Babx: "Cristal Ballroom" (Warner Music)

- Birdy Nam Nam: "Manual for successful rioting" (Jive Epic/Sony Music)

- Diving with Andy: "Sugar Sugar" (Emarcy/Universal Music)

- Dominique A: "La Musique" (Cinq7/Wagram)

- Emily Loizeau: "Pays Sauvage" (Polydor/Universal Music)

- Fredo Viola: "The Turn" (Because Music)

- Hugh Coltman: "Stories from the safe house" (Mercury/Universal Music)

- Orelsan: "Perdu d'avance" (3ème Bureau/Wagram)

- Piers Faccini: "Two grains of sand" (tôt Ou tard)

- Yodelice: "Tree of life" (Mercury/Univers


http://www.rtlinfo.be/info/magazine/musique/277222/orelsan-dominique-a-emily-loizeau-en-lice-pour-le-8e-prix-constantin
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2421
Age : 66
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: PRIX CONSTANTIN 2009   Mar 10 Nov - 2:26

Emily Loizeau remporte le 8e Prix Constantin


La chanteuse franco-britannique Emily Loizeau a remporté le 8e Prix Constantin, destiné à mettre en valeur les jeunes talents musicaux, lundi soir à L'Olympia à Paris au terme d'un concert ouvert au public, qui réunissait les dix artistes ou groupes nommés.

Emily Loizeau succède à la chanteuse nigériane Asa, lauréate l'an dernier. Elle a été préférée par le jury à Babx, Birdy Nam Nam, Diving with Andy, Dominique A, Fredo Viola, Hugh Coltman, Orelsan, Piers Faccini et Yodelice.

Après un détour par le théâtre, cette pianiste de formation, âgée de 34 ans, a fait des débuts remarqués dans la chanson en 2006, avec son premier album "L'Autre bout du monde", sorti sur le label indépendant Fargo.

Sur son deuxième album "Pays sauvage" (Polydor/Universal), réédité ce lundi, la demoiselle a délaissé en partie le piano et gagné en liberté. Convoquant banjos et fiddles, elle y puise aux sources de la musique américaine (folk, blues, country...), mais s'inspire aussi de Kurt Weill et de la chanson française.

Olivia Ruiz était cette année la présidente du jury du Prix Constantin, composé de 19 professionnels de la musique (journalistes, programmateurs TV et radio, disquaires et distributeurs en ligne).

Le Prix Constantin a été créé en 2002 par les syndicats de producteurs de disques (Snep et UPFI), sur le modèle du Mercury Prize britannique. Il porte le nom de Philippe Constantin, directeur artistique mort du paludisme en 1996 et figure respectée du milieu musical, qui a notamment accompagné les débuts de Stephan Eicher, les Rita Mitsouko, Téléphone ou Noir Désir.

Le prix a souvent joué le rôle de tremplin vers le grand public pour les artistes récompensés par le passé : Avril (2002), Mickey 3D (2003), Cali (2004), Camille (2005), Abd al Malik (2006), Daphné (2007) et Asa (2008).

http://www.lepoint.fr/culture/2009-11-10/emily-loizeau-remporte-le-8e-prix-constantin/249/0/393572
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9688
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: PRIX CONSTANTIN 2009   Jeu 12 Nov - 2:50

Emily Loizeau remporte le prix Constantin



Après les larmes d'Asa l'année dernière, c'est au tour de la franco-britannique
Emily Loiseau
de remporter le Prix Constantin, avec son album « pays sauvage »
concocté en partie en Ardèche.

Déjà sélectionnée en 2006 pour son premier disque «L'autre bout du monde» en 2006,
la chanteuse marque cette fois l'essai, coiffant au poteau
Orelsan, Babx, Birdy Nam Nam, Diving with Andy, Dominique A, Fredo Viola,
Hugh Coltman, Piers Faccini et Yodelice.

Le jury présidé par Olivia Ruiz a été séduit par son univers mélodieux et sauvage,
son grain de voix déchiré, qui menace de rompre à tout instant et se promène
avec nonchalance sur cet album un peu «hippie».

«Ce choix me satisfait complètement :
le fait que ce soit une fille, que ce soit une artiste avec une super maîtrise de la scène»,
s'est félicité Olivia Ruiz.
Une fois encore, le jury de ce prix estimé aura eu le nez creux en récompensant
une artiste à l'univers très personnel.
«Je savais qu'en écrivant cet album très personnel, il serait difficile à défendre.
Ce prix va m'y aider»,
a déclaré l'artiste après avoir reçu son prix.

«Je suis très fière, j'étais convaincue que je ne l'aurais pas»

«Depuis que je sais que je suis sélectionnée, je suis certaine de ne pas l'avoir»,
confiait-elle juste avant que son nom soit annoncé.
«Il y a eu comme un blanc dans ma tête, je ne réalisais pas», raconte-t-elle.
Pour Emily Loizeau, la deuxième fut donc la bonne. «Je suis très fière,
j'étais convaincue que je ne l'aurais pas. J'ai l'impression que c'est un peu une erreur,
car il y a tellement de gens que j'admire dans cette sélection», a-t-elle ajouté.

Agée de 34 ans, Emily Loizeau est pianiste de formation.
Après un détour par le théâtre, elle fait des débuts remarqués dans la chanson en 2006,
avec son premier album «L'Autre bout du monde».
Née d'un père français et d'une mère britannique,
la fluette jeune femme aux boucles châtains avait été nommée en 2008 aux Victoires de la musique dans la catégorie
«révélation scène de l'année»
.

Des comptines en français et en anglais

Sur son deuxième album «Pays sauvage» (Polydor/Universal), réédité ce lundi,
elle a délaissé en partie le piano et gagné en liberté.
Convoquant banjos et fiddles, elle y puise aux sources de la musique américaine
mais s'inspire aussi de la chanson française.
Emily Loizeau y interprète en français et en anglais des comptines d'apparence légère
mais parfois graves, fortement inspirées de l'univers de l'enfance.

«Je trouve que l'univers de l'enfance,
le langage du conte permet d'être à la fois onirique et violent.
C'est un disque qui parle de mes racines, à la fois musicales et humaines.
C'est une cérémonie païenne, un appel à la vie», a expliqué la chanteuse.

«Pays sauvage» est aussi nourri par de nombreuses collaborations :
le groupe folk français Moriarty, Thomas Fersen, David Herman Düne
ou encore Jean-Loup Dabadie qui lui a écrit un texte ultra-sensible («La Photographie»)
sur un thème de l'Orphéo de Monteverdi. Emily succède à Avril (2002),
Mickey 3D (2003), Cali (2004), Camille (2005), Abd al Malik (2006),
Daphné (2007) et Asa (2008).


Le concert de l'Olympia sera diffusé sur France Inter le 13 novembre à 21 heures,
sur France 2 le 19 novembre à 0 h15 et sur France 4 le 21 novembre à 0 h 30.

Leparisien.fr
MYSPACE :
http://www.myspace.com/emilyloizeau


Dernière édition par Nine le Jeu 12 Nov - 3:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9688
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: PRIX CONSTANTIN 2009   Jeu 12 Nov - 3:00



Dernière édition par Nine le Jeu 12 Nov - 3:34, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9688
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: PRIX CONSTANTIN 2009   Jeu 12 Nov - 3:07

RAPPEL PRIX 2007
DAPHNE
(collaboration Benjamin Biolay)




"Quand j'entends du piano, certaines harmonies sont colorées, teintées.
Chez moi, l'émotion est colorée et sonorisée et c'est pareil pour l'odorat ou le goût :
un beau plat peut me faire entendre de la musique. ”

Daphné, l’aimée des dieux

Chimérique, éthéré et poétique, son univers évoque Emilie Simon, Björk ou Kate Bush,
quand sa voix singulière, un peu brisée, rappelle quelquefois Barbara.

Une carrière démarrée sous les auspices de Benjamin Biolay qui a vite trouvé son propre tempo. Attention, oiseau rare.

Dans la mythologie grecque, la nymphe Daphné était l'amante d'Apollon
qu'elle éconduisait régulièrement.
Elle demanda de l’aide à son père qui la changea en laurier-rose.
Mais l'amour du dieu se transforma et le laurier devint la plante de son culte et de ses pythies devineresses…
La chanteuse qui nous préoccupe ici, loin de ce cliché rétro,
a mis du corps dans sa voix et des sons jusque dans sa cuisine.

Out of nowhere
Est-ce à cause de son élégance, dans le geste comme dans le verbe,
que sa voix transforme les mots en notes et dessine en traits vibrants les sensations les plus fortes ? En tout cas, Daphné écrit et ­chante hors des modes.
Son second album, sorti en 2007, est un ovni poétique survolant de très haut la nouvelle chanson qu'incarnent ici Delerm, Marchet ou Sanseverino.
Carmin dégage un onirisme digne des grands auteurs classiques de la chanson française.
Et pourtant, elle n'a pas réussi à conquérir les ondes, malgré le prix Constantin reçu en 2007. Redoutant l'exercise de l'interview, elle déteste parler d'elle-même.
Tout juste concéde-t-elle deux ou trois mots sur sa nais­sance en Auvergne,
son goût des paysages sauvages, son enfance solitaire et son besoin d'écrire,
comme manière de s'ancrer en tant que trentenaire.
Elle préfère nettement l'exercice du chant qui laisse place à de quasi mystères sur ce qu'elle est,
tout en clairs-obscurs, avec une urgence qui fait vibrer sa voix.

Carmin
Après son prix Constantin, Daphné n'a eu de cesse de tourner et de peaufiner ses couplets.
Au printemps 2008, elle a donné, à La Cigale, un des concerts les plus intenses de la saison,
avant d'enflammer les Francofolies de Montréal.
A l'automne, elle a aussi été invitée par Neil Hannon de Divine Comedy, à partager deux soirs
ses cartes blanches à la Cité de la musique... De cela, Daphné sourit,
consciente de ses choix, tiraillée entre ce besoin de chanter et ­sa timidité, toute à l'intuition …

Musicamor
Après cela, on note sans étonnement qu'elle compose à l'instinct, sans avoir appris la musique,
et on trouve normal qu'elle avance, poussée par un culot qui parfois la dépasse.
Il lui en aura fallu, pour attendre 2004,
et oser glisser sa maquette entre les mains de Benjamin Biolay.
«Je me demande encore comment j'ai pu oser...
Mais je devais me lancer, j'avais la sensation de déborder.»
La semaine d'après, le chanteur la rappelait et, quatre mois plus tard,
Daph­né signait chez V2 pour enregistrer l'Emeraude dans la foulée avec le single 'l'Insoumise.

C'est vraiment quelqu'un qu'on aimerait voir plus souvent sur les antennes
ou entendre sur les ondes;
tant sa féminité et sa fragilité cachent des montagnes russes de sentiments
et d'expressions, carrément absents, par ailleurs du paysage musical actuel.

L'EMERAUDE



Daphné est une jeune fille qui vit dans un monde onirique;
proposant sa maquette à Benjamin Biolay lors de l'un de ses concerts,
le dénommé Benjamin apprécie et lui ouvre les portes de la production.
Joli conte de fée qui permet la réalisation de "L'Emeraude".

Un album qui semble illustrer de petits tableaux colorés, des images de rêves,
aériennes et sombres, des chansons à la poésie musicale sublime.

Bénéficiant de l'arrangement de Benjamin Biolay pour
"L'insoumise" et "Sagamore"
qui complète alors le travail de l'arrangeur Camille Rocailleux,
Daphné nous transporte grâce à une voix douce, qui se casse de temps à autres,
laissant place à un univers délicat et torturé.

On pourrait définir sa musicalité comme une rencontre entre Prokoviev et Tricky..
une savante orchestration alliée à des sons électro,
qui donnerait un hybride de trip-hop rappelant quelque peu Portishead.

Flirtant avec le jazz sur "Trafalgar Square", chantant dans un italien tremblant "Il Viaggio",
virevoltant quelque peu avec la samba sur
"L'insoumise"
elle fait un clin d'oeil à Cassavettes avec "Un homme sous influence"
et joue avec nos émotions; des émotions provoquées par des textes plein de désir, de tension,
de chaleur, de dynamisme ("La danse au loup") ou de nostalgie.

"L'Emeraude" est un livre de contes, un tableau qui appelle à l'évasion..
une caresse bien agréable au milieu de la scène française.

officiel........3ème album en préparation !
[/color]


Dernière édition par Nine le Ven 1 Oct - 1:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13168
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: PRIX CONSTANTIN 2009   Dim 22 Nov - 20:31

Prix cassé


Mais qu'est-ce qu'ils ont tous avec le Prix Constantin? Il y a d'abord eu ceux qui s'offusquaient, en voyant Dominique A parmi les 10 finalistes. Lui, le symbole de la nouvelle chanson française qui a ouvert la voie à tous les autres en 1992 avec son premier disque «La Fossette». Eh réveillez-vous les gars! Descendez en bas de chez vous. Votre voisin ne connait pas Dominique A malgré ses quinze ans de carrière et ses disques fabuleux.
Cela tombe bien le dernier est sans doute le meilleur. En plus le chanteur commence à écrire pour d'autres. Il signe notamment le texte du dernier single de Calogero l'excellent «La Fin de la Fin du monde» que l'on entend un peu partout sur toutes ces radios que les rabat-joie n'écoutent sans doute pas, trop grand public à leur goût.


Alors pourquoi ne pas lui donner un coup de projecteur au Prix Constantin? Il se trouve que cette année, je fais partie du jury. J'ai soutenu l'idée, face à d'autres plus réticents, que Dominique soit présent dans cette sélection, pour offrir une vraie promotion à cet éternel outsider. J'ai eu l'occasion de discuter avec lui le soir de la finale à l'Olympia lundi et il était ravi d'être là. Fin du premier acte.


Mais ce n'était rien à côté du billet consternant découvert hier sur le site internet de "Télérama". Le papier insinue que la victoire d'Emily Loizeau était pliée d'avance. D'abord, elle fait partie d'une major et les gros labels font la gueule parce qu'ils n'ont pas le prix depuis plusieurs années. Ensuite, Olivia Ruiz la présidente du jury est dans la même maison de disques. Enfin il fallait donner un coup de pouce à Emily qui malgré un formidable disque rame. "Hasard" du calendrier la nouvelle édition de son «Pays sauvage» était sorti le jour même.


Bref, le post prétend ainsi, entre les lignes, que le prix est truqué. Cela fait toujours plaisir de lire qu'en tant que membre du jury, je suis, avec d'autres, un crétin incapable d'avoir un avis sur un album, tout juste bon à passer les plats pour les majors. Pendant ce temps, aucun de mes confrères de "Télérama" n'a, bien sur, jamais été payés par un label pour rédiger une biographie ou un dossier de presse afin d'arrondir ses fins de mois. La bonne blague.

Le journal oublie aussi de dire qu'il a été évincé du Prix Constantin l'an passé après avoir déjà bavé sur Internet alors que sa représentante n'avait pas fait part de son mécontentement pendant les délibérations. Cela sent juste le règlement de compte.


Parlons-en justement des délibérations de cette année. Je ne suis pas censé le faire mais tant pis. Emily Loizeau a failli, à une voix près, ne pas avoir le prix au profit d'Orelsan. Tout le monde se foutait éperdument de savoir si elle était sur une major ou pas. La question sans doute naïve, consistait juste à se prononcer sur son disque, que certains détestaient vraiment, ou bien pour Orelsan que d'autres haissaient tout autant.


Olivia Ruiz n'a pas voté pour elle. Je le dis parce qu'elle l'a dit. Et moi non plus, mais j'aurais pu. L'album d'Emily est formidable tout comme celui d'Orelsan que j'ai finalement choisi. Mais si on lui avait donné, les mauvaises langues auraient sans doute vu là un coup médiatique pour faire parler du prix après la polémique «Sale Pute» qui n'est pas du tout entrée en ligne de compte dans les débats. Bref on ne s'en sort pas...


Je suis très fier de ce prix, je l'ai toujours été même quand j'ai fait partie du jury en 2004 et 2005 récompensant Camille et Cali qui n'en avaient déjà plus besoin. Je suis super content qu'Emily Loizeau l'ait reçu cette année, pour un deuxième album, alors qu'elle reste une inconnue pour 90% de la population française. Désolé, ce ne sont sans doute pas des lecteurs de «Télérama».

http://blog.leparisien.fr/zik_zag/2009/11/mais-quest-ce-quils-ont-tous.html#more
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PRIX CONSTANTIN 2009   

Revenir en haut Aller en bas
 
PRIX CONSTANTIN 2009
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GRANDS PRIX SACEM 2009
» festival Beauregard, 3 et 4 juillet 2009 (14).
» COMMANDO reportage du 28 janvier 2009- en six parties-
» PRÉDICTION POUR 2009...SELON GINETTE BLAIS ASTROLOGUE
» Nouveaux tests TCS 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: ACTUALITES MUSICALES :: RECOMPENSES ET PALMARES ANNUELS :: ANNEE 2009-
Sauter vers: