H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LES VENDANGES DE MONTMARTRE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: LES VENDANGES DE MONTMARTRE   Dim 4 Oct - 13:46

Les vendanges de Montmartre


Les escaliers de la Butte.

une cuvée 2009 particulièrement succulente



Rien ne manquera cette année à la fête des vendanges de Montmartre,
qui s’étale du 7 au 13 octobre.
Cette 76e édition se déroule en outre
sous les yeux bienveillants d’une marraine : Anaïs
et d’un parrain :
Charles Aznavour.

Au programme :

2 concerts-événements en hommage à Jacques Canetti et aux Trois Baudets
d’hier et d’aujourd’hui, 9 expositions, 3 bals, un Feu d’artifice en musique,
des apéros-découverte, le Grand Défilé,
le Parcours du Goût sur la Butte Montmartre,
le Parcours du Vin Blanc à la Goutte d’Or, la fête des enfants,
les célèbres non-demandes en mariage...

Pour voir le programme jour pour jour, cliquez sur la date :

- Le 7 octobre
- Le 8 octobre
- Le 9 octobre
- Le 10 octobre
- Le 11 octobre
ICI :
http://www.fetedesvendangesdemontmartre.com/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=7&Itemid=23


Dernière édition par Nine le Dim 4 Oct - 14:41, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LES VENDANGES DE MONTMARTRE   Dim 4 Oct - 13:56

50 ans de chanson avec Jacques Canetti

l’incroyable parcours d’un révélateur de talents

Du 22 Septembre au 21 octobre •
Hôpital Bretonneau • tous les jours • 10h à 18h • entrée libre

La première exposition sur son père, conçue par sa fille Françoise Canetti.

Alors que l’industrie de la musique traverse sa pire crise, un des héros de l’histoire du disque en France reparait en pleine lumière : on réédite le livre de Jacques Canetti, Mes 50 ans de chanson française (chez Flammarion) et parait sous le même titre un coffret avec un DVD et quatre CDs.

Canetti est passé à la postérité pour avoir, en tant que directeur artistique des disques Philips,

signé les contrats de Georges Brassens, Jacques Brel, Henri Salvador,
Juliette Gréco, Patachou, les Frères Jacques, Armand Mestral, Dario Moreno,
Robert Lamoureux, Francis Lemarque, André Claveau, Catherine Sauvage, Jacqueline François, Guy Béart, Philippe Clay, Boris Vian, Boby Lapointe,
Ricet Barrier, Serge Gainsbourg, Jean-Claude Darnal, Zizi Jeanmaire,
Félix Leclerc…


Un tableau de chasse phénoménal sans équivalent dans le domaine francophone, ni avant, ni après lui.
Certes, la période était artistiquement magnifique,
mais Jacques Canetti y manifesta un flair et un dynamisme hors normes.

Début chez Polydor

Juif du Levant de l’Europe
(il est le frère du futur prix Nobel de littérature Elias Canetti),
il a grandi entre la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Autriche
et quelques autres terres de transit avant d’arriver à Paris.

Là, sa connaissance des langues compte beaucoup dans son entrée à HEC,

qu’il quitte en 1930 pour entrer aux disques Polydor où on lui confie très vite des responsabilités artistiques, puis à Radio Cité,
qui révolutionnera un média encore nouveau.

Toutes ces années, le jeune Jacques Canetti multiplie les premières :

il tient la première émission régulière de jazz à la radio,
il organise les premiers concerts de Duke Ellington à Paris,
il monte le premier orchestre de musiciens noirs de jazz en France, il convainc Marlene Dietrich de graver ses premières chansons en français, il dirige les premières séances d’enregistrement d’Edith Piaf,
il compose et enregistre (au pipeau !) le premier jingle d’une radio…

Dans la France puis l’Afrique du Nord de la guerre et de l’Occupation,
ses aventures le mènent à diriger des théâtres,
organiser des tournées, diriger des radios,
dans un maelström d’aventures hautes en couleurs.

Après-guerre, il poursuit son activité tous azimuts.
A Paris, il crée le théâtre des Trois Baudets, au pied de la Butte Montmartre.

Là vont passer tous les noms qui comptent,
chanteurs comme comiques, débutants inconnus comme noms déjà prestigieux. Une photo de famille prise dans les années 50 dans la salle des Trois Baudets est édifiante :

on y voit Juliette Gréco entre Boris Vian et Pierre Dac
ainsi que Serge Gainsbourg, Christian Duvaleix, Ricet Barrier, Pierre-Jean Vaillard, Guy Béart, Jacques Brel, Darry Cowl,
Jean-Claude Darnal, les Quatre Barbus, Aglaé, les Garçons de la Rue,
Francis Lemarque, Raymond Devos, les Trois Horaces,
Gérard Séty, Catherine Sauvage, Philippe Clay,
Lucienne Vernay, Fernand Raynaud, Mouloudji, Pierre Dudan,
Georges Brassens, Francis Blanche, Patachou, Robert Lamoureux…

Et les tournées Radio Programme
(que tout le monde appelle "tournées Canetti")
proposent des plateaux de quatre à dix artistes aux salles de province et des colonies françaises – théâtres municipaux,
salles des fêtes, casinos ou scènes en plein air...
Ecole "à la dure", au rythme effréné,
dans laquelle les jeunes artistes apprennent le métier de la scène et leurs aînés rodent leurs nouvelles chansons avant leur rentrée parisienne.

Incontournable et tout-puissant dans les années 50

Dans les années 50, personne n’est aussi puissant que Jacques Canetti dans les métiers du spectacle.

Il détecte tous les nouveaux talents pour Philips, Polydor et Fontana,
avec la conviction qu’un artiste met parfois des années à percer.

Ainsi, il s’obstinera à sortir les premiers albums de Serge Gainsbourg,
convaincu de son talent malgré des ventes qui ne dépassent pas quelques centaines d’exemplaires.

Avec son poids dans le système des tournées et l’importance des Trois Baudets dans le lancement des carrières de music-hall,
il est incontournable et tout-puissant, ce qui suscite forcément des inimitiés.

Il est vrai que l’homme n’a pas un excellent caractère.

Impulsif, ce n’est pas non plus un juriste.
Cela va nouer le tournant de sa carrière.

En 1962, la direction de Philips arrache le jeune Johnny Hallyday aux disques Vogue, qui ne croient pas vraiment que le potentiel de sa musique dépasse une saison de petits succès.
La direction de Philips explique à Jacques Canetti que de gros efforts commerciaux vont être consentis pour développer la carrière de Johnny
et que toutes les énergies doivent se tourner vers l’exploitation de la mine d’or
que représente le rock’n’roll,
qui a tout écrasé sur son passage aux Etats-Unis.

Or, Canetti pense que cette musique n’est qu’un vilain bâtard du jazz et ne durera pas.
Il monte sur ses grands chevaux et claque la porte.
Tant pis !
Il ira exercer ses talents de directeur artistique pour son compte,
en pensant que ses artistes préférés vont le suivre.

Mais il n’avait pas lu assez attentivement son contrat :
une clause de tacite reconduction le lie pour encore trente mois à Philips.
Pour s’en libérer, il doit accepter de ne pas travailler avec les artistes
qui furent sous sa responsabilité chez
Philips, Polydor ou Fontana.

Création des productions Canetti

Il crée donc les Productions Jacques Canetti à partir de zéro.
Comme il signait à tour de bras chez Philips,
il ne reste plus sur le marché que des artistes… qui ne chantent pas.

Convaincu par sa prestation dans Jules et Jim de François Truffaut dans lequel elle chante Le Tourbillon,
il fait enregistrer un disque de chansons de Rezvani à Jeanne Moreau.



Il convainc Serge Reggiani d’entrer en studio pour un disque de chansons de Boris Vian, il fait enregistrer La Voix humaine de Jean Cocteau à Simone Signoret…
Plus tard, il sera le premier à enregistrer un débutant de dix-huit ans du nom de Jacques Higelin, ainsi que Brigitte Fontaine.

Mais il ne retrouvera pas la splendeur de ses années Philips,
privé des moyens auquel il avait jadis accès, et précisément au moment où le disque, devenu une industrie de masse,
exige des investissements de plus en plus lourds.

Le coffret que viennent de publier les Productions Jacques Canetti permet toutefois de prendre conscience de la singularité et de la richesse d’un catalogue
qui compte parmi les plus stimulants des années 60-70,
avec de nombreux croisements entre le monde de la chanson et la littérature.



Jacques Canetti, Mes 50 ans de chanson française, 176 pages et 1 CD, 39 €, Flammarion

Jacques Canetti, 50 ans de chanson française, 4 CD et 1 DVD, Productions Jacques Canetti.

Bertrand Dicale

Exposition CanettiDe Charles Trenet à Jacques Higelin, d
’Edith Piaf à Brigitte Fontaine, en passant par Charles Aznavour, Georges Brassens, Jacques Brel, Guy Béart, Boris Vian, Serge Gainsbourg,
Félix Leclerc, Serge Reggiani, Jeanne Moreau, et bien d’autres encore ...
tous ont démarré leur immense carrière dans la chanson avec Jacques Canetti.


De Radio Cité aux Trois Baudets, l’exposition «50 ans de chansons françaises
avec Jacques Canetti» retrace la vie de cet étonnant découvreur de talents,
à travers des documents rares et souvent inédits
que sa fille Françoise a rassemblé pour nous.

Exposition réalisée par les Productions Jacques Canetti.

Visitez le site www.lehall.com/galerie/3baudets


Dernière édition par Nine le Dim 4 Oct - 14:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LES VENDANGES DE MONTMARTRE   Dim 4 Oct - 14:24

PRODUCTION JACQUES CANETTI
entres autres chansons et chanteurs !

SERGE REGGIANI


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LES VENDANGES DE MONTMARTRE   Dim 4 Oct - 14:42



Jacques Canetti, flaireur de talent(s)

Par Gilles Médioni
l'express.

Le chanteur belge Jacques Brel (2e à gauche)
joue de la guitare en compagnie de quelques amis dont Georges Brassens (à gauche),
Jean-Pierre Chabrol (à droite) et Guy Béart (2e à droite ) chez Jaques Canetti en 1970.

Il révéla Piaf, Brel, Brassens et des générations de chanteurs.
Ses Mémoires, réédités et augmentés,
retracent le parcours du légendaire directeur artistique.

Qui était Canetti ?

Un flair hors pair et deux oreilles ouvertes ont imposé Jacques Canetti (1909-1997), frère d'Elias, le Prix Nobel de littérature, comme le plus grand directeur artistique de l'après-guerre.
C'est lui qui a inventé le radio- crochet, fondé le théâtre des Trois-Baudets, lancé Piaf, Trenet, Brel et Brassens, qui le surnommait Socrate. C'est encore lui qui convertit à la chanson des comédiens comme Marlene Dietrich, Jeanne Moreau et Serge Reggiani. Ses Mémoires, parus en 1978, sont réédités aujourd'hui, complétés par des dizaines de documents et de photos inédits.
Belle initiative.

Comment définissait-il son métier ?

« Directeur artistique n'est pas une activité, mais un sport,
que je pratique passionnément, disait-il.
Le talent ne s'insuffle pas, mais il peut se détecter avec de la chance et de l'intuition.
Je ne suis qu'un catalyseur.
Et je donne de la confiance aux artistes, c'est épanouissant. »


Cette confiance était réciproque.

Sur son contrat, Félix Leclerc avait spécifié comme clause de garantie sa « présence divine ».

De la gratitude selon Brel

Entre 1953 et 1958, Canetti n'a pas lâché le grand Jacques,
dont la maison de disques, Philips, ne voulait pas, en le programmant six fois de suite aux Trois- Baudets.

Au faîte de sa gloire, en 1967, alors que Canetti était devenu producteur indépendant,

Brel lui lança :

« Vous avez eu le mérite de me sortir de mon trou, mais, en somme,
vous m'avez dit ce qui était probablement évident et,
comme vous étiez Canetti,
cela m'a donné l'élan nécessaire pour faire ce que j'avais envie de faire dans mon for intérieur. [...]
C'est vous qui devez me dire merci !
J'ai fait honneur à votre réputation de découvreur [...]. »

Salut l'artiste !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LES VENDANGES DE MONTMARTRE   Mar 6 Oct - 8:52

Fête des Vendanges « Montmartre Fête les 3 Baudets »: Le Terrass Hôtel accueille la Vente aux Enchères du Clos Montmartre solidaire le 11 octobre à 13h 5 octobre 2009
Posted by webmaster in : News , trackback

Fête des Vendanges de Montmartre 2009 Renouant avec une tradition originale attachée au célèbre Clos Montmartre, le Comité des Fêtes et d’Actions Sociales du 18ème que préside depuis 2002 Brigitte Houdinière, relance cette année la fameuse Vente aux Enchères du plus célèbre des vins de Paris avec le soutien du Terrass Hôtel qui met à disposition ses prestigieux salons pour l’organisation de cette vente solidaire et conviviale.: Autour de Charles Aznavour, parrain de La Fête des Vendanges 2009, d’Anaïs, la marraine, et de Françoise Canetti, fille de Jacques Canetti de la mythique salle de spectacle des Trois Baudets, artistes et personnalités de l’arrondissement se sont été mobilisés pour cette vente au profit des Œuvres Sociales !

Des objets personnels, insolites, rassemblés grâce à la générosité de prestigieux donateurs seront vendus associés à la cuvée « Trois Baudets » du Clos Montmartre sous le maillet du célèbre Commissaire priseur Maître Pierre Cornette de Saint-Cyr :

Charles Aznavour a ainsi fait don pour cette vente d’un exceptionnel coffret de lithographies de Danial Sciora illustrant quelques uns des plus beaux textes de M. Aznavour ,

Anäis, marraine de la Fête des Vendanges, a fait don d’ une de ses robes de scène,

Françoise Canetti a retrouvé les clefs d’origine de la mythique salle des « Trois Baudets » identifiées par une étiquette de la main de son père Jacques Canetti ,

Serge Cazzani, neveu de Georges Brassens a offert une photo inédite de l’artiste célébré lors de l’édition 2007 de la Fête des Vendanges

Jean-Jacques Clérico a fait don d’une lampe originale du Moulin Rouge célébré lors de l’édition 2004 de la Fête des Vendanges

Yves Matthieu a fait don d’une affiche ancienne du Lapin Agile dédicacée par toute l’équipe du doyen des cabarets de la Butte,

Etienne Daho a fait don d’un de ses cotsumes de scène,

Jean-Pierre Jeunet a dédicacé pour cette Vente les dossiers de presse de ses 3 derniers films dont un des 3 catalogue épuisé du « Fabuleux Destin d’Amélie Poulain » issu de sa collection personnelle et bien sûr du très attendu « Micamcs à tirelarigot » avec Dany Boon,

Nolwenn Leroy a fait don de son portrait dédicacé fait par un artiste de la place du Tertre,

Anne Roumanoff a fait don d’une de ses célèbres tuniques rouge dédicacée

Michou, figure emblématique de la Butte Montmartre, a fait don d’une de ses mythiques paires de lunettes bleue,

Gérard Majax, une boîte de magicien …

Tous ces objets assurément « collector » seront exposés dimanche 11 octobre de 10h à 12h30 dans les salons du Terrass Hôtel ainsi que les dons de Maxime Boublil, Gisèle Casadesus, Gérard et Athur Jugnot, Salomé et Claude Lelouch, Nadine Monfils, , qui ont déjà répondu présent à cet appel à la solidarité du Comité des Fêtes, comme les P’Tits Poulbots, la République de Montmartre, ainsi que le Maire du 18ème Daniel Vaillant ! Les artistes peintres et plasticiens du 18ème exposant pour la plupart dans la salle paroissiale de l’Eglise Saint-Pierre lors de la Fête des Vendanges ont également fait don d’une oeuvre pour cette Vente.

Pour que la générosité des acheteurs égale celle des donateurs , rendez-vous le 11 octobre à 13h dans les salons du Terrass Hôtel.

Inscriptions sur cfas18@wanadoo.fr .

www.fetedesvendangesdemontmartre.com
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LES VENDANGES DE MONTMARTRE   Dim 11 Oct - 18:35

La marie du XVIIIème est dirigée par des flipettes !

La fête des vendanges du XVIIIème arrondissement de Paris à débuté hier à Paris. A cette occasion, la société israélienne Soda Club était invitée à offrir aux parisiens du quartier su square Montcenis, de l’eau gazeuse Made In Israël. Mais puisque tout ce qui touche aux “juifs” devient scandale en France, voilà que la mairie de cet arrondissement a finalement annulé l’invitation faite aux israéliens et leur a même vivement demandé de ne pas venir ! Pourquoi ? Parce que, selon les anti-juifs et anti-israéliens basiques, il circule une rumeur complètement fausse : la firme israélienne serait basée à Maalé Adumim.

Avec un public de plus de 350 000 personnes chaque année, ce rendez-vous convivial et traditionnel est avant tout une rencontre autour du vin et du goût.

Mais les pro-palestiniens ne l’entendaient pas de cette oreille et ont menacé les responsables politiques locaux de désordre si les israéliens venaient à offrir leur eau gazeuse aux passants. Ainsi, dans une lettre envoyée à la mairie, l’AFPS écrit:

“La question qui vous est posée est simple : la colonie de Ma’ale Adumim fait-elle partie ou non d’Israël ? Si ce n’est pas le cas, et ce n’est pas le cas, alors la présence de la société « Soda Club » pour ces fêtes parisiennes ne saurait être ni légitime ni politiquement supportable. J’ajoute que cette initiative, si vous deviez vous obstiner à la maintenir, donnerait prise à des manifestations de protestation contre cette présence injustifiable dans les conditions actuelles. Vous prendriez ainsi la responsabilité de perturber sérieusement une grande fête traditionnelle de Paris qui se doit de conserver son caractère convivial. Admettons que vous ignoriez ce point, et alors la décision d’annuler cette initiative sera prise très rapidement. Admettons que vous n’ignoriez pas ces éléments, et alors la décision politique de la suspendre s’impose.”

Ainsi, la mairie s’est couchée. Elle s’est inclinée est a baisé les pieds de ces trublions dont la République française a peur. La mairie du XVIIIème devient donc une mairie de “collabo” et on peut dès lors se demander: à quand des panneaux “interdit aux chiens et aux juifs”. Moi qui suis à Paris pour les prochains jours, ais-je le droit d’aller dans le XVIIIème arrondissement malgré le fait que je vive dans Jérusalem Est ? Suis-je un apatride aux yeux de la République Française ?

Ce Jean-Claude Lefort, le Président de cette association antisémite fait partie de la pire espèce humaine. Ces mots sont sournois et faux. Quand il dit, plus loin dans la lettre ” la ville de Paris doit être clairement dans le camp de la paix au Proche-Orient !” cela signifie t-il qu’il se classe lui-même dans la catégorie des faiseurs de paix ? Peut-être faudrait-il lui proposer de faire la paix en France ? Peut-être devrait-il se mobiliser sur la criminalité en banlieue ? En tout cas, une chose est certaine, pour insulter les israéliens de la localité de Maalé Adumim (et par extension les juifs puisqu’il critique le fait que “des juifs ne vivent pas dans les frontières d’Israël”) cet homme devrait être enfermé dans les geôles de notre chère République.

En fait, ce qui me déçoit le plus, c’est l’attitude d’un homme pour qui je portais beaucoup de respect, Monsieur Daniel Vaillant (le maire arrondissement). Ses services ont ainsi déclarés “Ne souhaitant aucunement que la Fête des vendanges soit pertubée par quelque trouble à l’ordre public et souhaitant avant tout préserver son caractère populaire, convivial et festif, Soda Club ne sera pas présente sur l’événement.”

Une mairie de flippette. Une mairie qui n’a pas confiance en sa police. Une mairie de gauche (encore une) qui aide au développement de l’antisémitisme et de l’anti-israélisme primaire. A vouloir “faire la paix” israélo-palestinienne en haïssant les juifs, Daniel Vaillant et ses services prouvent toujours de plus en plus à quel point la France à décidément la mémoire courte
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LES VENDANGES DE MONTMARTRE   

Revenir en haut Aller en bas
 
LES VENDANGES DE MONTMARTRE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LES VENDANGES DE MONTMARTRE
» Les chats de Montmartre
» Les Vendanges
» Bon Samedi
» au travail.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: ACTUALITES MUSICALES :: SPECIAL FESTIVALS :: ANNEE 2009-
Sauter vers: