H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RICHARD HAWLEY

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10400
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: RICHARD HAWLEY   Ven 2 Oct - 17:50

RICHARD HAWLEY



Photo : Mathieu Zazzo
http://www.myspace.com/richardhawley

A la suite ses deux premiers albums solos en 2001 et 2003,
le chanteur anglais Richard Hawley sort son dernier opus Cole’s Corner en septembre 2005.
L’ex membre des Longpigs et guitariste de Pulp a été bercé dès sa plus tendre enfance par les accords de guitare de son père qui avait croisé la route d’Eddie Cochran.
Le chanteur de Sheffield nous revient avec un album aux accents mélancoliques et emprunt de son hypersensibilité. On y croise des morceaux tantôt intimistes tantôt expansifs,
mêlant envolées instrumentales et ballades rock,
dont certains ont été enregistrés en une seule prise.
Deux ans plus tard, Richard Hawley livre Lady's Bridge,
dont le titre reprend le nom du centre de la ville de Sheffield.





Etait-ce la première fois que vous improvisiez de la sorte ?


Euh oui. Disons que j’avais déjà improvisé une chanson pour l’enregistrer dans la foulée mais là, c’était la toute première fois qu’un enregistrement définitif est une improvisation. Quel pied c’était !

Les musiciens avec qui je travaille sont des pointures au niveau mondial. Je ne les laisse jamais trop savoir ce que j’ai en tête. Ils sont tellement bons que si je les faisais jouer deux ou trois fois les morceaux, ils ne feraient plus attention à ce qui se passe.

Je suis content de les écouter chercher leurs repères dans les morceaux, jouer en se demandant tout le temps : « Merde, c’est quoi l’accord suivant déjà ?» .
L’atmosphère était électrique dans le studio. Je n’oublierai jamais l’enregistrement de cette chanson : live en une prise !



En tant que père et musicien mature, vous sentez-vous un rôle à jouer pour les nouvelles générations ?



Ils n’en ont pas besoin. Ils disposent déjà de toutes les informations nécessaires.
Mais c’est fou ce qu’ils peuvent ingurgiter comme conneries. Je le sens avec ma fille de 15 ans. J’ai peur pour sa sagesse.
Mais j’aime les nouveaux groupes, ils me bluffent à chaque fois.

J’étais dans ce bar à Paris l’autre jour, le Truskel, il y avait un groupe de jeunes qui jouait et c’était génial. Ils étaient très roots. Ils étaient à 110%, je revois la tronche du batteur, il était à donf. J’ai adoré. Le bassiste était monté sur piles comme Wilko Johnson de Dr Feelgood. Le guitariste jouait de la guitare comme on tape avec un marteau, je plaignais ses doigts.

C’était fou, ils avaient le truc ces gamins. Tout ça pour dire que définir qui on est à travers son âge me semble assez stupide. Si un groupe est connu et n’a de l’intérêt que parce que ses membres sont jeunes, combien de durée de vie peut-on espérer pour eux ? Un an, deux ans ?

L’âge n’a pas d’importance pour moi. J’apprends autant de gens beaucoup plus jeunes que moi que de gens de mon âge. Je pense qu’il est plus important d’écouter que de parler. J’aime écouter ce que disent mes enfants. C’est parfois si innocent, parfois si sage.



Vous pensez qu’il est plus difficile d’être jeune aujourd’hui que ça l’était quand vous l’étiez ?



Je ne sais pas, je ne suis pas jeune aujourd’hui. Je lisais l’autre jour comme souvent, et c’était un texte qui mettait en pièces la jeunesse genre : « Les jeunes d’aujourd’hui n’ont plus de savoir vivre, ils s’habillent n’importe comment, n’ont rien à foutre de la politique» . Vous savez qui était l’auteur ? Sophocle !



Et votre fille du coup, elle l’a écouté l’album ?


Je lui ai demandé « alors, alors ?» . Elle m’a dit : « Oh c’est pas mal !»
Et elle est repartie écouter Lady Gaga ou je ne sais quelle connerie du genre. Je connais ça. De toute façon c’est indispensable d’au moins connaître ce genre de chose.

C’est pareil pour la politique.
Quand je vois la montée du BNP en ce moment (l’extrème droite anglaise, ndr), je m’intéresse à ce qui se passe et à ce qu’ils racontent. Je ne les méprise pas en tous cas. C’est terrifiant hein, et je sais que chez vous il y a aussi ce qu’il faut dans le genre.

Des gens parlent de l’interdire. Moi je suis pour qu’ils existent et justement pour qu’on soit conscient de ce qu’ils sont pour les contredire. Plus ils parlent plus ils disent des conneries et moins ils sont crédibles.




Vous auriez aimé votre disque quand vous étiez ado ?



Oui, j’ai toujours aimé la musique douce. J’aime bien sûr le rock’ n’ roll et plein de genres de musiques.
La seule musique que je méprise c’est celle uniquement destinée à faire du fric. Je visualise ça comme un cartoon avec des notes de musiques qui défileraient sur l’écran, sauf qu’à la place des notes et des clés, il n’y a que les symboles des Euros ou des Livres Sterling.

Cette musique là n’apporte rien, elle ne cherche qu’à te faire les poches.




Truelove’s Gutter est à nouveau un lieu à Sheffield ?


C’est assez spécial. Je suis sûr que ça vous est arrivé aussi souvent qu’à moi de sortir de chez vous acheter des chaussures et revenir avec un chapeau. C’est ce qui m’est arrivé pour le titre de l’album.

Je suis passionné par l’histoire de Sheffield. Je suis tombé sur un livre du XVIIIe siècle racontant l’histoire des rues de la ville. C’est un livre superbe avec des calligraphies et tout.

J’imagine que plein de gens trouvent ça ennuyeux, moi ça m’intéresse. Je n’avais pas de titre pour mon disque mais je ne cherchais pas vraiment là-dedans jusqu’à ce que je trouve ce nom: “Truelove’s Gutter“ (traduction littérale: « Le caniveau de l’amour vrai» , ndlr).

J’ai fait : « Parfait c’est ça !» .

Ce nom était donné en référence à un type nommé Thomas Trulove. C’était sur ce qui est désormais Castle Street.
En fait je voulais rompre avec ma tradition de donner le nom de lieux de Sheffield à mes disques. Il n’y a que des ruptures avec le passé sur ce disque, je voulais qu’il en soit ainsi aussi pour le titre.

Mais là, quand j’ai eu sous les yeux cette juxtaposition de mots : « Truelove’s Gutter» , c’était trop beau.
Mais attendez, il y a encore d’autres coïncidences incroyable !
Sur ce disque, je joue du Glassharmonica une invention de Benjamin Franklin de 1756.
Figurez-vous que c’est de la même année que datait mon bouquin sur les rues de Sheffield.

Dernière coïncidence amusante, je vais faire un tour au musée de la musique à Londres et sur quoi je tombe, la date de naissance de Mozart, 1756 ! Voilà !

Tout ça pour dire que voilà un disque sur lequel j’ai vraiment voulu aller de l’avant, et finalement, il m’a personnellement ramené loin dans le passé.

Voilà pourquoi les gens qui parlent de rétro sont ridicules à mes yeux. Il ne se rendent pas compte à quel point le genre humain, sa nature profonde, a peu évolué depuis l’âge des cavernes.

Tout ce que nous avons connu depuis 60 ans, ce n’est finalement que de la consommation de masse. Mais moi je me sens contemporain des enregistrements des années 20. Ce n’est pas par amour du rétro, c’est parce que j’y trouve une authenticité qui m’intrigue.

Notre époque prône le « toujours plus vite» . C’est inquiétant quand on voit les effets sur la politique. On se préoccupe plus de qui les habille plutôt que de leur action. C’est des pop stars. Merde ! Comment mon père peut-il comprendre ça ?

C’était un syndicaliste. Dans les débats politiques en Angleterre aujourd’hui, je vois les hommes politiques pleurnicher : « Pourquoi les gens ne nous font pas confiance ?» « Parce que vous n’êtes que des tas de merde !» j’ai envie de leur répondre.

Rien de ce qu’ils racontent n’a une quelconque valeur. Rien de ce qu’ils disent n’a de sens profond et concernant.
Tout ce qu’ils font, c’est apprécier leur pantalon dans la glace. C’est la montée en puissance des branleurs insipides.
Voilà pourquoi, aujourd’hui plus que jamais, il est primordial de savoir à quoi on croit et d’honorer nos principes.


Entretien mené par Benjamin Durand et Mathieu Zazzo
Bookmark and Share

.

http://www.voxpopmag.com/fr/pop-up/12440-richard-hawley-voxpop-part-2.php/2


Dernière édition par Bridget le Mar 12 Oct - 12:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2531
Age : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: RICHARD HAWLEY   Lun 23 Nov - 0:52

L'épure absolue



Richard Hawley
“Truelove's Gutter” Mute/EMI
Depuis huit ans, Richard Hawley fait la plus belle musique du monde, mais il semble que peu de gens le sachent.

Depuis “Late Night Final” inaugurant sa carrière solo jusqu’à ce “Truelove’s Gutter”, l’homme n’a pas bougé d’un iota, à l’exception du précédent, “Lady’s Bridge”, son seul album à moitié raté. Il tient la barre et ne dévie pas.

Entre-temps, nous avons eu les Strokes, les White Stripes, un groupe avec un chanteur à tête de rat (Muse), un autre à tête de nœud (Coldplay), Keane, Arcade Fire, MGMT, etc.

Tout ce beau monde se décarcasse avec plus ou moins de talent pour laisser sa petite empreinte dans un rock and roll qui commence à sentir l’arthrite.

Hawley fait tout le contraire et c’est pour ça qu’il durera plus que les autres. Hors du temps, hors du monde, l’homme de Sheffield chante des berceuses trouvant leur source à une époque que personne n’a réellement connue.

Hawley, dans le fond, est comme Dylan : ses références sont toutes hors d’âge. De Gene Vincent à Hank Williams, de Dean Martin à Faron Young, il s’auto-alimente, en toute autarcie, avec les disques qu’écoutaient son père et le père de ce père, et le père de ce père.

Rien d’autre n’est venu polluer ses oreilles. Depuis huit ans, il laboure le même sillon.

Son art est dans la chanson d’amour, reposant sur presque rien. On trouve, en fouinant bien, du céleste, de la guitare baryton, du vibrato, de l’écho, de la batterie jouée aux balais. Mais pour le reste, c’est le vide. Hawley, Miles Davis, du rock, fait ses disques de manière silencieuse.

Ce sont les mêmes accords qui l’obsèdent d’album en album et, à vrai dire, le musicien travaille toujours la même chanson. Celle-ci est pleine d’écho, de vent, et chiche en notes. C’est la chanson de “La Nuit Du Chasseur” mais en version positive, en version anesthésiante...

C’est l’épure absolue. Chez ce romantique vivant dans un monde pré-Beatles, à l’esthétique fifties pleine d’innocence, il n’y a pas une note en trop. Il y a même des fantômes de note. De la guitare liquide, des sons fantasmatiques, des ectoplasmes !

Et puis, le voici qui ouvre la bouche, s’empare du micro, et sort ce truc... cette voix !

Du baryton dément, plus beau encore que ceux de Lee Hazlewood et Scott Walker réunis.

Lorsque Richard Hawley chante, la beauté du monde paraît. C’est un révélateur, un magicien. Qui gère son talent avec une infinie grâce : voir, par exemple, le crescendo hallucinant de “Soldier On”.

Un moment rare, un frisson violent, un émerveillement. Tout le monde est tenté, après s’être enfilé cinquante fois de suite les huit morceaux de “Truelove’s Gutter”, de dire qu’il s’agit de son plus bel album. A vrai dire, non. “Late Night Final” était parfait. “Cole’s Corner” aussi. “Lowedges” idem.

Celui-ci est seulement aussi beau que les précédents, et ce n’est pas une mince affaire. Alors que le monde tourne, s’agite, se pose des questions inutiles (Oasis reformé ? déformé ?), Richard Hawley traîne sa Gretsch et sa mélancolie, chante l’homme de tous les jours, ce working class hero dont il se sent si proche, et continue de sortir méticuleusement des disques comme on n’en fait plus, qui n’ont d’ailleurs jamais vraiment existé avec lui...

Et, de chanson en chanson, au fil des ans, atteint la perfection suprême. Et avec lui est retrouvé le plaisir adolescent de la quête : voici enfin un auteur dont on attend chaque nouvel album en trépignant. Par conséquent, la vraie question est : comment pourrions-nous vivre sans les albums de cet homme ? Durement, sans doute.

Nicolas Ungemuth


http://www.rocknfolk.com/site/disquedumois.php


Dernière édition par Bridget le Jeu 10 Déc - 14:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2531
Age : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: RICHARD HAWLEY   Mer 2 Déc - 10:18

La Session live: Richard Hawley

VIdéo : Le crooner britannique interprète un titre de son dernier album
et une reprise d'Elvis Presley.


Sa meilleure expérience? "La rencontre de [sa] femme sous acide",
dit-il dans une interview donnée à Libé. Mi-crooner, mi-psyché,
le britannique Richard Hawley, accompagné à la guitare et à la mandoline,
interprète un titre de son dernier album et une reprise de Crawfish,
chanson popularisée par Elvis Presley.

http://www.liberation.fr/musique/06011451-la-session-live-richard-hawley
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2531
Age : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: RICHARD HAWLEY   Jeu 10 Déc - 14:11


RICHARD HAWLEY en concert à Paris le 10/02/2010



http://www.alias-production.fr/concert-richard_hawley-199.html
Revenir en haut Aller en bas
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10400
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: RICHARD HAWLEY   Mar 22 Déc - 1:35

HAWLEY, Richard - Truelove's gutter

/ paru le 20-12-2009 /



Après "Coles Corner" et "Lady’s Bridge",
"Truelove’s gutter" est le 6e album de ce natif de Sheffield, ex-guitariste de Pulp.
C’est bien simple, Hawley produit à chaque fois des disques magistraux,
et "Truelove’s gutter" n'échappe pas à la règle mais va encore plus loin
en nous renvoyant l’encéphalogramme sonore du coeur en charpie d’un crooner
qui a trop badiné avec l’amour, à l’encontre des modes et styles musicaux actuels.

Au-delà de la déclaration d’amour,
Hawley rend hommage à une époque où les chanteurs n’avaient pas peur du ridicule
en dévoilant leurs tripes sans retenue à travers leurs textes.
On pense bien évidemment à Roy Orbison, Frank Sinatra, Burt Bacharach...
On peut même dire que "Truelove’s gutter" est un album-concept
autour de l’obsession amoureuse, qui s’affranchit de tous les standards habituels
(huits titres seulement, dont un frôlant les dix minutes).

Cela commence dès l’aube: "As the dawn breaks", avec ses chants d’oiseaux,
ouvre l'album comme une douce rêverie.
Tout est-il pour autant aussi noir que le suggère la pochette du CD,
où juste une petite partie du visage du chanteur sort de l’obscurité ?

Sur "Open up your door" les violons progressent dans un crescendo tragique,
superbe de maîtrise orchestrale, comme un hommage à Burt Bacharach.
"Remorse code" s’étend sur plus de neuf minutes, au fil des arpèges d’une guitare Gretsch.
La scie musicale de "Don’t get hung up in your soul" renforce cette impression de flottement.
Et puis il y a le grand morceau de l’album "Soldier on",
qui commence très lentement puis explose littéralement dans un torrent mêlant
violons et guitares électriques, nous laissant KO, un solo presque floydien.

Au-delà du cliché de l’amour qui fait souffrir, cet album d’une très grande beauté,
servi par un son irréprochable,
est aussi le regard d'un artiste porté sur un monde qui a perdu sa capacité
d’émerveillement pour des choses simples.

Olivier Dahon
musicinbelgium
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10400
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: RICHARD HAWLEY   Mar 22 Déc - 1:47

THE OCEAN