H A R M O N Y

Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 FRANCOIS RENE DUCHABLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: FRANCOIS RENE DUCHABLE   Mer 30 Sep - 15:22

FRANCOIS RENE DUCHABLE
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Né le 22 avril 1952 à Paris

François-René Duchâble obtient, en 1965, un premier prix de piano au CNSM de Paris, où il poursuit une formation musicale complète.

Le 29 janvier 1966, il donne son premier concert dans la Salle Gaveau de Paris, il y interpréte le premier concerto de Grieg.

Lauréat du Concours Reine Elisabeth de Belgique en 1968, Arthur Rubinstein le remarque et lui prodigue, en 1973, de précieux encouragements.

C'est en partie grâce à lui qu'il choisit définitivement la carrière d'interprète et obtient ses premiers engagements internationaux.

Dés lors, il effectue de nombreuses tournées dans le monde,
et se produit dans de prestigieux festivals et dans les plus grandes salles.


François-René Duchâble remporte notamment un grand succès au Lincoln Center de New York, en octobre 1986, lors d'un récital dans le cadre du Festival Liszt.
En 1988, il est invité à plusieurs reprises en Allemagne.

Grand interprète de Chopin et de Liszt, il choisit dès lors de s’orienter davantage vers le répertoire germanique et joue Beethoven, Brahms, Schumann
en Allemagne, en Autriche, en France, aux Pays-Bas, en Suisse, etc.

En 1996, 97 et 98 François-René Duchâble a été élu
« Soliste Instrumental de l’Année »

aux Victoires de la Musique et s’est vu décerner en 1997 la récompense du
« Meilleur Enregistrement de Musique Classique Français »
pour son enregistrement des Transcriptions et Paraphrases de Liszt (EMI).

Après 30 ans d'une carrière riche ,
François René Duchâble veut se consacrer à d'autres activités (sports, participation active à des associations, se rapprocher de la nature...).

N'ayant pas le goût prononcé pour la carrière de pianiste,
il n'a jamais cherché à flatter le public et n'a, en retour, jamais eu la reconnaissance qu'il mérite pourtant.

En Juillet 2003, il mettra donc fin à sa carrière "classique" pour offrir sa musique à ceux qui n'y ont pas habituellement accès
(concerts dans des lieux exceptionnels , et gratuits, dans des hopitaux etc...)
et donner des cours d'interprétation.



A retenir dans son répertoire

Pianiste de renommée internationale,
François René Duchâble a reçu nombreuses récompenses tout au long de sa carrière : choc de la musique, diapasons d'or...

Sa discographie comprend notamment les Etudes de Chopin (Grand Prix de l’Académie Charles Cros 1981), une intégrale de l’œuvre concertante de Poulenc (Grand Prix de l’Académie du Disque Français 1986), les Transcriptions et Paraphrases de Liszt (Grand Prix de l’Académie Charles Cros et RTL D’Or), les Sonates de Beethoven (Choc de la Musique et Diapason d’Or), les Concertos de Ravel et Debussy (Choc de la Musique).

Il a également enregistré les Concertos de Chopin avec l’Orchestre de Toulouse et Michel Plasson, les Douze Etudes d’exécution transcendante de Liszt et la transcription du Concerto pour violon et le Concerto pour piano n°2 de Beethoven avec le Sinfonia Varsovia dirigé par Yehudi Menuhin.

Ses derniers disques comportent des sonates de Beethoven et les concertos de Ravel avec l'Orchestre du Capitole de Toulouse et M. Plasson.


A venir ..les concertos 1 et 2 et fantaisies hongroises de Liszt (réédition).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: FRANCOIS RENE DUCHABLE   Mer 30 Sep - 15:37

François-René Duchâble
"Je suis en accord avec moi-même"


INTERVIEW


fin du 1er mouvement du 3eme concerto pour piano de beethoven
le plus beau moment de l'histoire de la musique!


Il a deux ans, François-René Duchâble mettait un terme à la "carrière"
telle qu'on l'entend généralement pour vivre la musique d'une manière conforme à ses vœux.
"Départ à la retraite", a-t-on parfois écrit au sujet d'un artiste qui annonçait pourtant clairement la nouvelle voie qu'il empruntait.
Quant aux petites entorses à la règle - qui ont pu lui valoir les foudres de certains - elles n'ont eu pour motivation que la profonde fidélité du pianiste envers des partenaires de très longue date.

Les apparitions de François-René Duchâble en compagnie du comédien Alain Carré seront nombreuses cet été. Dans un futur très proche, notez un spectacle autour de Gérard de Nerval, "Mes Chimères", à Biot (17 juin) et aux Fêtes Romantiques de Nohant (18 juin).
Le jeune public n'a pas été oublié : les 25 et 26 juin, le pianiste et le comédien interprètent "L'Enfant Orchestre", un spectacle musical de Jean-Louis Agobet proposé dans le cadre du 150ème anniversaire de l'Orchestre Philharmonique de Strasbourg.

Alain Cochard : "N'avez-vous pas eu le sentiment d'avoir été mal compris, voire trahi par certains commentateurs qui ont évoqué un prétendu "départ à la retraite ? "

François-René Duchâble : "Mes choix ont sans doute parfois fait l'objet d'interprétations erronées, de commentaires en décalage avec la réalité, mais je dois dire que les articles de fond qui ont été publiés dans les revues musicales - et que j'avais contrôlés - étaient extrêmement précis. Maintenant, ils n'ont pas forcément été lus en profondeur… J'annonçais pourtant très clairement tout ce que je fais aujourd'hui. Je n'ai jamais dis que j'arrêtais de jouer ou je ne sais quoi, mais que j'arrêtais la carrière telle qu'on l'entend habituellement. Je n'ai peut-être pas assez insisté là-dessus mais, avec le recul, je me rends compte que "la" principale raison de mon rejet du système de carrière était le besoin de rompre de manière définitive et totale avec la carrière internationale - une chose que je n'avais jamais acceptée au fond de moi-même parce que je détestais les voyages.

Le côté international est donc désormais totalement exclu, à l'exception de l'Allemagne l'année prochaine, à Leverkusen, pour un spectacle avec comédien dans le cadre de l'année Schumann. J'ai d'ailleurs participé en novembre 2003 à plusieurs concerts (dont deux sous la baguette de Michel Plasson) à Leverkusen, chez Bayer (le sponsor des DVD des concertos de Beethoven avec l'EOP). J'avais annoncé ces concerts et je ne pouvais les refuser, en raison de la très longue amitié qui m'unit à l'organisateur, M. Kerkenrat. Je l'ai rencontré en 1988 et il a été à l'origine de ma première intégrale des concertos de Beethoven - en deux soirées consécutives !

Sinon, je m'interdis dorénavant de jouer sur toute scène traditionnelle que ce soit, sauf dans des cas très particuliers et des formules inhabituelles : des hommages, des anniversaires, etc. Ca m'amuse maintenant, je ne vois pas pourquoi je vais m'en priver ! Je serai par exemple présent au 30ème anniversaire des Concerts du dimanche matin, le 2 octobre prochain, en musique de chambre dans du Dvorak.

A. C. : L'orientation que vous avez prise vous a-t-elle permis de dégager du temps, pour engranger du nouveau répertoire par exemple ?

F.R. D. : Pas tellement car je ne suis pas passionné par l'apprentissage de nouvelles œuvres ; je vis en grande partie sur mes acquis. Il est vrai que j'ai monté de courtes pièces pour les besoins des spectacles avec comédien, mais je n'ai pas un amour du travail tel que je vais m'attaquer à l'Opus 106 ou à des Scriabine. J'avais c'est vrai dit à la presse que j'allais me consacrer à la découverte d'œuvres nouvelles. Je parlais surtout sur un plan personnel et pas dans le but de les interpréter en public.
Le fait de partager la musique n'a jamais été essentiel pour moi. Ce qui compte aujourd'hui, après cette réconciliation avec moi-même - difficile à réaliser mais qui se réalise -, c'est de vivre la communion avec le public grâce à des éléments extra-musicaux. Le musique pure ne m'intéresse pas, à l'exception des nombreuses actions sociales que j'effectue dans des prisons, des hôpitaux, des lieux décalés. J'y vais gratuitement et je diffuse de la musique à de petits groupes, d'où j'exclus totalement les "connaisseurs", les étudiants des conservatoires, même les organisateurs. Je ne veux pas de présence du monde musical, encore moins des journalistes. Lorsque je l'accepterai, ce sera pour montrer ce travail ; les images seront très sélectives, il ne s'agira pas de faire pleurer dans les chaumières !

A. C. : La formule du spectacle musical et poétique, avec le comédien Alain Carré en particulier, vous occupe désormais beaucoup…

F.R. D. : En effet, et ce n'est pas un refuge, le résultat d'une forme d'usure - ce qui est le cas pour certains collègues, je me permets de le penser.
Alain Carré souhaitait travailler avec moi depuis longtemps déjà lorsqu'il y a une dizaine d'années nous avons commencé, à Annecy, avec un spectacle intitulé "L'Oiseau prophète", que nous avons redonné par la suite en un certains nombre d'endroits, chez Jeanine Roze au Châtelet entre autres.

Ces spectacles exigent des prises de risques considérables, il posent des problèmes d'amplification, de sonorisation, les pianos sont souvent moins bons, mais je fais ce qui me plait, je suis en accord avec moi-même. Alain Carré et moi nous nous connaissons depuis dix ans et nous vivons ces moments comme de la musique de chambre, avec un rythme commun. Nous ne cherchons pas un accord chronologique entre les textes et la musique, mais d'abord une force, une énergie, un naturel dans la manière d'amener les enchaînements. On obtient dans ces spectacles une attention du public, une qualité de silence que l'on ne trouve jamais dans un récital traditionnel et ça me procure une joie immense. C'est aussi l'occasion de "prendre par la main" des auditeurs non initiés au classique et de les amener à découvrir cette musique.

Pour la liste des spectacles d'Alain Carré et François-René Duchâble voir : http://www.lisiere.com/carre/agenda.htm

A. C. : Outre de nombreuses apparitions aux côtés d'Alain Carré, on vous entendra également en juillet sous la baguette de Marek Janowski à Monte Carlo…

F.R. D. : J'ai en effet accepté de venir gratuitement à Monte Carlo, car si j'ai un regret aujourd'hui dans ma nouvelle orientation c'est de ne plus jouer avec certains chefs. Marek Janowski en fait partie et j'ai eu envie de vivre un moment de musique à ses côtés, sous les étoiles, au palais princier. Mon côté provocateur, mon goût pour le décalage s'exprime là : moi le pianiste des banlieues, des campagnes, le pianiste vicinal, l'animateur qui n'hésite pas à mélanger Schumann et Piaf, je vais me retrouver dans les circuits où normalement on fait appel à Grimaud, Perahia ou je ne sais qui - seulement eux n'auraient sans doute pas été gratuits !

Faire de la musique avec Janowski, jouer sous les étoiles, vivre un moment de décalage :

voilà mes motivations. Quitte à m'attirer les foudres de certains…
Qu'ils le fassent, je suis en accord avec moi-même puisque je m'amuse.
Et puis parce je n'ai aucune leçon de morale à recevoir, d'abord parce que je le fais gratuitement,
ensuite parce que je fais énormément de gratuité par ailleurs.
Même si j'étais payé et très bien payé, ce qui n'est malheureusement pas le cas, c'est en participant à un concert tel que celui-là que je trouve
l'énergie de partager la musique d'une autre manière."

Interview réalisée par Alain Cochard.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: FRANCOIS RENE DUCHABLE   Mer 30 Sep - 15:46

François-René Duchâble
est un des plus grands techniciens français.
Son piano est fluide et superbe.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Même après un revirement à 180° de sa carrière et son départ très contesté du monde musical,
il demeure un des meilleurs pianistes français.


De 1996 à 1998, au sommet de sa carrière, il obtient aux Victoires de la musique le prix très convoité de "soliste instrumental de l'année".
En 1997 il obtient également un prix pour le meilleur enregistrement français.

Sa carrière est déjà bien rempli (30 ans) et il compte parmi les chefs d'orchestre avec lesquels il a travaillé Von Karajan, Michel Plasson ou encore Armin Jordan.

Mais las des concerts élitistes sur un public qu'il trouve vieillissant,
il décide à la stupeur général de mettre fin à sa carrière.
Il en parle et finit par faire ses adieux de façon théâtrale
(piano à queue jeté d'un hélicoptère dans le lac Léman),
règle ses comptes avec ses paires, et s'engage sur une voie qu'il à réellement choisi

offrir aux publics qui n'y ont pas accès, la musique savante.
Il joue alors dans les endroits les plus inattendus :
hôpitaux psychiatrique, prisons, petits villages etc...

François René Duchâble :
l'artiste

François-René Duchâble est un pianiste français d'une grande valeur.
Sa technique est telle qu'il peut tout jouer avec fluidité et une apparente facilité.
Ce grand humaniste a trouvé maintenant sa voie en alliant ses deux grandes passions,

les gens et la musique.

Mais tout le monde espère le voir revenir dans un comeback fracassant
comme il en a le secret.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: FRANCOIS RENE DUCHABLE   Mer 30 Sep - 15:58

A chacun sa vérité.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Martha Argerich a cessé de jouer solo,
Alfred Brendel a mis un terme à sa carrière pour écrire des poèmes et donner des conférences,
Radu Lupu ne fait plus de disques,
Pollini continuera jusqu’au bout de ses forces…

Duchable, lui, ne veut plus jouer pour les publics traditionnels des salles de concert.

Cela ne l’amuse plus d’épater le bourgeois et de ravir sa femme.

Il veut aller à la rencontre des publics exclus de la manne musicale des grandes villes
et devenir un missionnaire du Beau.

Tel Don Quichotte, il s’est battu contre les moulins à vent de la carrière, du succès, de la performance.
Il en est devenu lui-même un moulin à paroles (quel débit !)
Avec un mélange de générosité agressive, d’orgueil blessé et d’esprit de sacrifice,
il court la campagne pour trouver un sens à sa vie.

A son âge, il a bien gagné le droit de faire ce qu’il veut.
D’autant qu’il apporte beaucoup de joie autour de lui.
Sa franchise a de quoi réjouir en ces temps de langue de bois.
Il agace ses collègues parce qu’il a l’air de cracher dans la soupe,
mais s’il n’a pas le triomphe modeste,
on ne peut pas lui enlever un courage certain dans la mise en application de ses idées.

Personnellement, je le trouve à la fois touchant et extraordinaire.

Il se moque de son image avec un humour décapant et il est animée d’une vraie volonté de changer le monde par ses propres moyens.
Il détruit sa statue avec une joie féroce et s’assied à la table des plus humbles dans son habit de roi.
L’exercice n’est pas facile,
mais la difficulté n’a jamais fait peur à ce virtuose émérite.

Le 20 janvier 2009
par Olivier Bellamy
Blog radio Classique

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: FRANCOIS RENE DUCHABLE   

Revenir en haut Aller en bas
 
FRANCOIS RENE DUCHABLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» bébé Geek
» équipage des M927 & M917 de 1967
» Future habitante de Villefontaine !
» 11ème exposition à Fauverney organisée par T'ouche d'Arts
» Notables et personnalités - Saint-Romain-de-Colbosc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: LA MUSIQUE CLASSIQUE-
Sauter vers: