Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 TOULOUSE : OFFICE DE LA TRANQUILLITÉ ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin


Féminin Nombre de messages : 12654
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: TOULOUSE : OFFICE DE LA TRANQUILLITÉ ?   Jeu 24 Sep - 13:05

PUBLIÉ LE 24/09/2009 08:24 - MODIFIÉ LE 24/09/2009 À 10:31 | V.S.
Office de la tranquillité. Composer le « 3101 » : la ville à l'écoute 24h/24h
Société. Nuisances, conflits de voisinage, incivilités… la Ville de Toulouse innove avec un Office de la tranquillité pour répondre aux maux des Toulousains.


Les affaires de tapages et les querelles de voisinage devraient constituer une bonne partie des appels.

Le «3101».

Retenez bien ces quatre chiffres si vous habitez Toulouse. C'est le numéro d'appel de ce l'on nomme désormais « l'Office de la Tranquillité ». Une sorte d'écoute citoyenne permanente, unique en France, lancée par la nouvelle municipalité conformément à ses engagements de campagne. À partir du 5 octobre, les Toulousains pourront téléphoner 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 au «3101» pour toute préoccupation ou dysfonctionnement dans leur vie quotidienne : un problème de bruit ou de voisinage, de nuisances sur la voie publique, de violences intraconjugales, d'incivilités…

« TOUT CE QUI TOURNE AUTOUR DE LA VIOLENCE »
Au bout du fil, un opérateur pour répondre et prendre en compte la demande qui sera traitée dans l'immédiateté, si nécessaire, ou transmise à un régulateur, voire à un médiateur par la suite. L'office de la tranquillité va s'attacher à faire « remonter » « tout ce qui tourne autour de la violence » a indiqué hier, Pierre Cohen qui a présenté ce nouveau dispositif, rappelant que le nombre de violences contre les biens et les personnes « avait augmenté au premier semestre 2009, avec 22 293 faits de délinquance générale » ; soit une hausse de 1, 5 % par rapport à la même époque en 2008. La ville veut exercer sa mission de tranquillité publique, au travers de « cet observatoire pour nous obliger aussi en terme de réponses », a ajouté le maire. « On est parti du constat qu'après 17 heures plus personne ne répond sauf les services d'urgence », a expliqué Jean-Pierre Havrin, adjoint à la sécurité, indiquant que cette absence de lien « est un facteur aggravant de solitude et d'insécurité ». Sans compter que la gestion de la vie nocturne à Toulouse est un éternel casse-tête pour les municipalités, pour tenter de concilier la fête et l'animation étudiante avec la quiétude des riverains.

Le «3101» ne doit pas se substituer aux services d'urgence comme police secours ou aux services sociaux habituels. Mais quel usage feront les Toulousains de ce numéro ? La mairie s'est donnée trois mois, pour y répondre.

Rue de la Colombette : entre nuisances nocturnes et saleté
Rue de la Colombette… « c'est une rue pittoresque, commerçante le jour. Quant à la nuit, c'est devenu invivable, infréquentable » explique posément André, un riverain qui a toujours connu le quartier. « Il suffit de voir l'état de la rue le matin, une poubelle ! » soupire Nathalie à la supérette du coin, « avec des cigarettes, des papiers gras, des emballages, des bouteilles et du vomi… Quand j'amène ma fille à l'école, je suis écœurée. » Le soir venu, La Colombette s'anime au rythme de ses bars de nuit et bodegas dans le quadrilatère de la rue Gabriel Péri, Saint-Aubin, la rue de l'Industrie et de la rue d'Aubuisson qui déversent leur clientèle dans les rues, passés 2 heures du mat, 3 heures le samedi. « Ils sont tous dehors avec leurs verres. Ils chahutent, fument, rigolent, sautent parfois sur les voitures… c'est infernal pour les riverains », ajoute André, qui converse avec Marc, un artisan : « Même les étudiants qui ont leurs appartements qui donnent sur la rue ne tiennent pas plus de six mois ici. Ils n'ont pas de double vitrage. L'été avec les fenêtres ouvertes ils ne peuvent pas dormir », renchérit ce commerçant. Le tapage, ça fait même du tort aux restaurants qui sont obligés de faire circuler la clientèle pour ne pas qu'ils stationnent dans la rue. » « Il y a beaucoup de pagaille, beaucoup de passages la nuit avec tous ces bars et kebabs. Je trouve régulièrement du vomi devant la boutique, de l'urine sur la vitrine. On est obligé de nettoyer avant le passage des municipaux », ajoute Camille, qui déplore surtout la saleté ».

Accoudés au comptoir d'un café, Adrien et un serveur d'un bar voisin, commentent : « Tous les lieux qui vivent la nuit sont décriés. ça a toujours été comme ça à Toulouse, pour Saint-Pierre, ; la rue des Blanchers, Le Filochard… Toulouse c'est pourtant une ville étudiante. Il faudrait que les gens le comprennent. On veut tout verrouiller. Aujourd'hui, on a mis les gens dehors pour fumer. C'est sûr, dès qu'il y a dix, quinze personnes qui parlent et rigolent, ça fait forcément du bruit. Mais est-ce qu'il faut tout interdire ? »

3 questions à Pierre Cohen
Pierre Cohen, maire de Toulouse.
Ne redoutez-vous pas qu'il y ait confusion avec les numéros des services d'urgence ?

Il n'est pas question de se substituer à tout ce qui est urgence qui est de la compétence de l'État. Le 3 101 est un système d'écoute opérationnel qui permet à la fois de répondre à tous les habitants 24h/24 et d'assurer surtout un suivi en deuxième rideau. Nous avons à travailler sur une notion de médiation. On s'engage à résoudre des problèmes, avec un suivi. Ce dispositif pourra évoluer en fonction de la réalité des demandes. C'est un vrai pari d'aller jusqu'au bout de ce qu'on essaie de faire au travers des six cellules territoriales de veille, prévention et sécurité (CTVPS) que nous avons mises en place en octobre 2008.

En cas de problème de fin de soirée autour d'un café, qui intervient ?

Là encore, s'il y a de la violence après 2 heures, ce ne sera pas de notre compétence. Ce n'est pas une fuite de nos responsabilités, mais on accompagne pour aller plus loin dans la notion de tranquillité publique dont nous avons la responsabilité.

Que devient « Allô mairie ? »

Ce dispositif disparaît pour l'office de la tranquillité, que l'on a complété avec un effectif total de 40 personnes. Allô mairie recevait en moyenne 700 appels par jour entre 9 heures et 19 heures. Là, sur combien d'appels serons-nous ? Pour l'instant, on n'en sait rien.

À votre avis
Mise en place de l'office de la tranquillité par la mairie de Toulouse
Une solution aux nuisances subies par les Toulousains ?
Claire 38 ans Responsable marketing

« Oui ». Habitante du centre-ville, j'ai souvent eu affaire à quelques nuisances, que ce soit un cadavre de chat devant ma porte ou du bruit la nuit. J'appelle la police ou les poubelles mais sans vraiment de résultats concrets car ils sont parfois longs à venir.

Je trouve cette mesure positive dans le sens ou on se préoccupe réellement des gens. J'espère par-dessus tout que ce dispositif sera efficace et surtout rapide.


Jean-Michel 48 ans Président de l'association Bon pied, Bon œil

« J'attends de voir ». Quand je suis dérangé par le bruit, j'appelle la police, mais ils sont souvent débordés et n'arrivent pas forcément tout de suite.

Cette mise en place est positive mais il faut qu'elle se montre réellement efficace. C'est malgré tout à tenter et une bonne initiative de la part de la municipalité qui tient ses promesses.

J'attends de voir ce que ça donnera sur du long terme.

Yannick 28 ans animateur de rue

« Il ne faut pas que ça devienne excessif ». Si grâce à ce dispositif on peut éviter que ça s'échauffe inutilement c'est bien.

Il ne faut pas cependant que cela devienne excessif en tombant dans la délation de son voisin pour tout et n'importe quoi. ça doit rester raisonnable. Il m'arrive de sortir tard le soir et j'essaye toujours de respecter les riverains afin de garder une bonne entente. Recueillis par A.B.

Marie 19 ans étudiante

« Une bonne alternative à la police ». J'habite en ville et je n'ai jamais eu de problèmes de voisinage. Quelque fois du bruit le soir, mais rien d'insupportable. Je pense cependant que tout le monde n'est pas dans mon cas. C'est donc bien qu'il y ait une alternative à la police, un numéro où les gens pourraient demander des conseils sur la marche à suivre quitte à être redirigés par la suite vers un autre service.

Philippe 74 ans retraité

« Inutile ». Je trouve cette initiative complètement inutile. Le vrai problème n'est pas là : c'est la violence des jeunes. Il faudrait mieux les éduquer en particulier leur faire comprendre le respect des autres et des lieux communs, et ainsi réduire le risque d'incivilités. On favorise trop le communautarisme.

Faire du social ne sert à rien, pour voir à long terme des résultats notables il faut du concret.


Sophie 43 ans déléguée médicale

« On saura qui appeler ». Je trouve que cette initiative est à saluer dans la mesure où on prend enfin en compte les personnes seules, isolées et qui ne savent pas très bien à qui s'adresser en cas de problème. Si ce numéro s'avère vraiment efficace et disponible on saura qui appeler au lieu de ne rien faire car appeler la police est dans certaines situations vraiment excessif et inutile car ils ne se déplaceront pas pour si peu.

http://www.ladepeche.fr/article/2009/09/24/679577-Office-de-la-tranquillite-Composer-le-3101-la-ville-a-l-ecoute-24h-24h.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin


Féminin Nombre de messages : 12654
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: TOULOUSE : OFFICE DE LA TRANQUILLITÉ ?   Jeu 24 Sep - 13:09

40 personnes employées pour ce nouveau service ?

La facture va être lourde pour les Toulousains. Peut être un moyen de camoufler les autres dépenses "farfelues" de la Municipalité ? Ou de justifier les délibérations qu'elle va être contrainte de faire appliquer et qui ne seront que le résultat de la politique de ville désastreuse menée par le maire ?

wait and see
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
 
TOULOUSE : OFFICE DE LA TRANQUILLITÉ ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» KINO POLSKA à Toulouse et environs du 24 au 30 octobre 2009
» Echanger un appartement Toulouse-paris
» stage de 2 mois a la BM saint cyprien de Toulouse
» Conseil MUA à Toulouse ?
» Communiqué Capitada et Forom des Langues - Toulouse 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARMONY :: TRIBUNES LIBRES :: AU FIL DE L'ACTU :: REFLEXIONS SUR LE QUOTIDIEN-
Sauter vers: