Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 CRISE DE LA FICTION TELE FRANCAISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin


Nombre de messages : 9589
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: CRISE DE LA FICTION TELE FRANCAISE   Lun 21 Sep - 20:37

la fiction française à la diète



Enguérand RENAULT
Le Figaro

Frédéric Mitterrand est intervenu samedi, lors d'un débat organisédans le cadre du 11e Festival de la fiction à La Rochelle.

Le secteur fait face à une double crise :
baisse de l'audience et du financement.
Les pouvoirs publics cherchent de nouvelles recettes pour soutenir la création.

L'année 2010 sera ter­­­rible pour les producteurs de fiction française, a prévenu Patrice Duhamel, directeur général de France Télévisions, à l'occasion du Festival de la fiction qui s'est tenu jusqu'à samedi à La Rochelle.
Du sang et des larmes.

Les créations hexagonales sont confrontées à une double crise.
Une crise d'audience et une crise de financement.«Rien n'est rentable en fiction française. Aucun format, ni le 90 minutes ni le 52 minutes, n'attire les annonceurs»,
explique Laurent Storch, di­recteur général adjoint en charge des programmes de TF1.

Selon des estimations de producteurs, une fiction de 90 minutes coûte environ 1,8 million d'euros à produire et ne rapporte qu'environ 0,8 à 1,2 million d'euros de recettes publicitaires. Au final,
un trou important pour le diffuseur à chaque prime time consacré à la fiction française.

Du coup, en cette période de crise, les diffuseurs privés comme TF1 et M6 font profil bas. Parce qu'il a fi­nalement signé les accords inter­professionnels sur les quotas de production,«le groupe M6 est contractuellement obligé d'augmenter son financement en œuvres patrimoniales françaises de 17 millions d'eu­ros» cette année, explique Bibiane Godefroy, responsable des programmes de M6.

«Le financement de la fiction française est assuré» , ajoute-t-elle.

Mettre plus d'argent dans les fictions françaises, oui, les mettre en prime time, non. M6 a annoncé que les séries américaines, très rentables d'un point de vue publicitaire, remplieraient quatre prime time par se­maine.
La fiction française sera plu­tôt placée en access ou dans une nouvelle case de 13 h 10.

Prévisible manque à gagner

Mais c'est en ce qui concerne TF1 que l'inquiétude grandit. Du fait de ses quotas, la chaîne doit consacrer 12,5 % de ses recettes publicitaires à la production française. Soit environ 170 millions d'euros l'an dernier.
Or, si les recettes publicitaires de TF1 baissent de 12 à 15 % en 2009, comme cela est prévu, l'argent consacré à la production française baissera mécaniquement d'autant en 2010. Voire plus.
En effet, une clause des accords conclus entre TF1 et les producteurs français - et qui sera révélée dans les prochains jours par la publication des décrets officialisant ces accords - stipule qu'en cas de recul des recettes publicitaires de plus de 10 % (ce qui est très probable), TF1 pourrait décaler d'un an 50 % de ses obligations. Le manque à gagner pourrait donc dé­passer les 80 millions d'euros !

Heureusement, il reste France Télévisions. En 2009, le groupe audiovisuel public va consacrer 262 millions d'euros à la production de fiction française, un chiffre qui montera à près de 292 millions d'euros en 2012.
«Le problème, souligne Patrice Duhamel, c'est que France Télévisions représentera à cette date plus de la moitié du financement de la fiction française.»
Ce n'est pas sain.

À la recherche de nouvelles sources de financement, les pouvoirs publics suggèrent de mettre à contribution les fournisseurs Internet et les moteurs de recherche comme Google.
Autre idée de nouveau sur la table,
taxer les fabricants de produits bruns :
téléviseurs, lecteurs de DVD afin d'alimenter un fonds de soutien à la production française.

Pour atténuer les effets de la crise, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture, est venu à La Rochelle assurer les producteurs du soutien de l'État,
notamment via le fonds de soutien du Centre national de la cinématographie.


Dernière édition par Nine le Mar 22 Sep - 1:41, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9589
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: CRISE DE LA FICTION TELE FRANCAISE   Mar 22 Sep - 0:37

La 11ème édition du festival de la fiction TV s'intéresse cette année aux œuvres audiovisuelles québecoises et africaines.


Voici le film de promotion de ce Festival.
Tourné en temps réel, il a fallu plus dune semaine de tournage intensif pour obtenir la chorégraphie de l'œil parfaite et en rythme avec les mouvements de la musique. Le but étant d'emmener le spectateur dans une émotion certaine, et qu'il ressente le moindre battement de cil comme le moindre plissement de paupière.


Le festival est un événement sur La Rochelle puisqu'il s'intéresse à toutes les cultures cinématographiques francophones.


Le 11ème Festival de la fiction TV aura lieu du 16 au 20 septembre 2009 à La Rochelle avec en présence deux séries de projections : les œuvres en compétition et les œuvres hors-compétition. Le cinéma le Dragon sera ouvert tous les jours au grand public, gratuitement, pour les films en compétition. Et les films hors-compétition seront projetés à La Coursive, uniquement sur invitation. De nombreuses animations et rencontres sont prévues en parallèle. Le public pourra croiser certaines équipes de tournage, assister à des interprétations de scénario par des acteurs reconnus ou encore participer à des séances de dédicaces.


Le festival de la fiction TV a été impulsé dès sa création par Quentin Raspail en 1999 sur La Rochelle. Dix ans plus tard l'événement dépasse les frontières françaises et rassemble toute la profession de l'hexagone. Entièrement dédié à la création originale audiovisuelle de fiction, 1700 professionnels de la télévision française sont venus en 2008 pour soutenir les créations en compétition. Cette année, le festival de la fiction TV 2009 s'oriente vers les créations québecoises et africaines francophones. Les supports proposés sont divers : téléfilms et mini-séries de Prime Time inédit en France, pilotes inédits, docu-fictions inédits et web fictions.


Les films hors-série sont programmés à l'avance grâce à la participation des chaînes de TV françaises qui proposent en avant-première une oeuvre majeure de leur programmation annuelle à venir. Ainsi la scène nationale de La Coursive a établit son programme :


-mercredi 16 septembre à 20h30

L'internat, un film de Bruno Garcia, présenté par M6.


-jeudi 17 septembre

A 19h – un film présenté par ARTE

A 21h – Mes amis, mes amours, mes emmerdes, un film de Sylvie Aymé, présenté par TF1


-vendredi 18 septembre

A 19h – Mourir d'aimer, un film de Josée Dayant, présenté par France 2

A 21h – La maîtresse du président, un film de Jean-Pierre Sinapi, présenté par France 3


-samedi 19 septembre à 18h

Braquo, un film d'Olivier Marchal, présenté par Canal Plus


Le festival propose aussi une sélection de films en provenance de 8 pays européens. Cette année les réalisateurs sélectionnés sont issus des pays suivants : Pologne, Tchécoslovaquie, Italie, Espagne, Portugal, Royaume-Uni, Suède, Allemagne. Les réalisations sont éclectiques, passant d'un drame à une fiction jeunesse puis d'un film de cape et d'épée à une comédie. Les linguistes apprécieront également un sous-titrage pointilleux assuré par le partenaire Télétota. Cette sélection sera projetée à un jury de journalistes médias qui décerneront un prix lors de la cérémonie finale du 19 septembre au cinéma La Coursive.


Cette 11ème édition du festival de la Fiction TV à La Rochelle promet de grands moments de cinéma. Les professionnels et les publics en présence au cinéma assisteront à des projections inédites qui dépassent nos frontières.




Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9589
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: CRISE DE LA FICTION TELE FRANCAISE   Mar 22 Sep - 0:48

Palmarès du Festival de la fiction TV de la Rochelle 2009

le jury présidé par Robin Renucci a attribué ses récompenses.



Présidé par Robin Renucci le jury de ce 11ème festival de la fiction TV était composé d'Alexandre Brasseur, Florence Darel, Marine Delterme, Olivier Guignard, Nicole Jamet, Bruno Madinier, François Staal et Raymond Vouillamoz.


Séries TV - Lundi 21 Septembre 2009
Du 16 au 20 septembre 2009 se tenait à la Rochelle le 11ème festival de la fiction TV avec un palmarès qui offre principalement un tour d'horizon de la fiction télé en France.

Le festival de la Rochelle, qui a pour but de récompenser les meilleures fictions, a dévoilé son palmarès ce week-end, dont voici les principaux gagnants :

Prix de la meilleure mini série :
Paradis criminel

Production : Télé Images Studio (Sandra d'Aboville) avec la participation de FTV, pôle France 3
Réalisateur : Serge Meynard
Scénaristes : Serge Meynard et Chantal Pelletier
Avec Quentin Baillot, Jemima West, Samuel Labarthe, Marie-France Pisier, Thomas Jouannet
Synopsis: À Laydène, une petite ville de 30 000 habitants, deux adolescents, Eric et Virginie, sont retrouvés au bord de la route. Éric est mort. Virginie est dans le coma.
La thèse de l'accident est adoptée et l'enquête se met en route pour retrouver le chauffard.
Mais on découvre que la jeune fille a été violée dix minutes avant l'accident et que la mort du jeune homme n'est pas liée aux blessures causées par l'accident...

Prix de la meilleure série de prime-time :
Kaamelott

Production : CALT Production pour M6
Réalisateur : Alexandre Astier
Scénariste : Alexandre Astier
Avec Alexandre Astier, Lionel Astier, Jean-Christophe Hembert, Patrick Chesnais, Pierre Mondy, Tchéky Karyo, Manu Payet...
Cette série comique s'inspire de la légende arthurienne, et parodie le quotidien des chevaliers de la table ronde.
Le Livre VI de Kaamelott sera prochainement diffusé sur M6.

Prix du meilleur programme court :
Déformations professionnelles

Production : Thalie Images (un label de Marathon Images) pour M6
Réalisateur : Benjamin Guedj
Scénariste : Benjamin Guedj
Avec Virginie Hocq, Jean-Michel Lahmi, Alex Lutz, Géraldine Nakache, Laurent Spielvogel...
Archéologue, footballeur ou homme politique, quelle que soit la profession, quand les tics du travail empiètent sur la vie privée, cela peut conduire à des situations cocasses...


Prix du meilleur interprète masculin :
Mehdi Nebbou dans Douce France

Production : Cipango (Thomas Anargyros et Edouard de Vesinne) pour France 2
Réalisateur : Stéphane Giusti
Scénaristes : Régis Wargnier et Stéphane Giusti
Avec Malik Zidi, Mehdi Nebbou, Elodie Bouchez, Karina Testa, Brigitte Roüan
Dans la famille Chaouche, parfaitement intégrée en France, deux frères s'opposent et remettent en cause l'unité familiale ainsi que la réalité de leur condition.

Prix de la meilleure interprète féminine :
Annelise Hesme dans Entre deux ombres

Production : Cinétévé (Fabienne Servan-Schreiber et Jean-Pierre Fayer) avec la participation de FTV, pôle France 3
Réalisateur : Philippe Venault
Scénaristes : Marc Herpoux et Sébastien Thibaudeau
Avec Annelise Hesme, Michel Vuillermoz, Marc de Montlivault, Cédric Weber, Léa Wiazemsky
Spécialisée dans l'éducation d'enfants aveugles, Betty Vitallini (Annelise Hesme) accepte de participer au mensonge d'un père à son fils concernant la mort de sa mère...

Prix du meilleur scénario :
Hervé Korian pour Les Associés

Production : Little Big TF1
Réalisateur : Alain Berliner
Scénariste : Hervé Korian
Avec Christophe Lambert, François Berléand, Thierry Frémont, Sophie Duez et Georges Corraface .
Trois bandits qui se cachent en banlieue, en attendant de faire un "coup", décident de se mêler aux activités peu recommendables de leurs "paisibles voisins".

Prix de la meilleure réalisation :
Claude Desrosier pour Aveux

Production : Pixcom
Réalisateur : Claude Desrosiers
Scénariste : Serge Boucher
Avec Maxime Denommée, Catherine Proulx, Danielle Proulx, Guy Nadon, Evelyne Brochu, Benoît McGinnis, Marie-Ginette Guay, Steve Laplante, Micheline Bernard, Vincent Bilodeau, Marie-Hélène Thibault et Pierre-Alexandre Fortin
Carl Laplante décide de quitter sa famille et ses amis à la suite d'un drame, sans donner de nouvelles. Quinze ans plus tard, il s'appelle Simon, partage sa vie avec Brigitte depuis huit ans et s'est inventé un nouveau passé. Mais l'horreur de celui-ci va le rattraper...

Prix du meilleur téléfilm :
Belleville Story

Production : ARTE France, Gloria Films Production
Réalisateur : Arnaud Malherbe
Scénariste : Arnaud Malherbe
Avec Paco Boublard, Tien Shue, Shanhui Piao, Philippe Krhajac, Longmon Wang et Anca Radici
À Belleville. M. Zhu doit sauver Hibiscus, une jeune femme prisonnière de trafiquants. Ceux-ci engagent Freddy pour l'éliminer. Mais M.Zhu se révèle inarrêtable et fait finalement équipe avec Freddy pour sauver Hibiscus.

Prix de la révélation masculine (ex-aequo) :
Paco Boublard dans Belleville Story (voir meilleur téléfilm)

Théo Frilet pour Les gens qui passent
Production : JNP france Films pour France 2
Réalisateur : Alain Nahum
Scénaristes : Patrick Modiano (roman) et Jacques Santamaria (adaptation)
Avec Laura Smet, Hippolyte Girardot, Théo Frilet, Jean-Michel Dupuis, Laurent Bateau, Charley Fouquet et Gabrielle Forest

Prix de la révélation féminine :
Karina Testa pour Douce France (voir interprète masculin)

Prix spécial du jury :
Grands reporters
Réalisateur : Gilles de Maistre

Production : ARTE France, Mai Juin Productions
Scénaristes : Christophe Graizon et Gilles de Maistre
Avec Bruno Wolkowitch, Toinette Laquière, Adamo Younous Junior et Keiro Kaunkoula
Une jeune journaliste et un grand reporter tombent amoureux dans un pays d'Afrique en pleine crise humanitaire...
Diffusion prévue sur ARTE le 4 décembre 2009

Prix de la meilleure fiction de deuxième partie de soirée (remis pour la première fois cette année) :
Azad

Production : Kien Production
Réalisateur : Nicolas Tackian
Avec Virgile Bramly, Jacques Herlin, Anne Suarez, Michaël Abiteboul, Laurence Gormezano et Jacky Nercessian
Makak, jeune arménien a pour projet de retracer l'histoire de son grand père à travers celle du génocide arménien. Mais ses convictions vont se trouver bouleversées par une jeune colocataire kurde qui réfute le génocide...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9589
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: CRISE DE LA FICTION TELE FRANCAISE   Mar 22 Sep - 1:20

France Télévisions investit plus dans le cinéma



Le groupe France Télévisions a annoncé mardi un renforcement de ses investissements dans le cinéma, qui seront en constante augmentation, selon son contrat d’objectifs et de moyens (COM), de 2009 à 2012.

Selon les chiffres prévisionnels du groupe public, les investissements de ses deux filiales, France 2 cinéma et France 3 cinéma, dans la production cinématographique s’élèveront à 56,90 millions d’euros en 2009, 57,53 millions d’euros (+1,1%) en 2010, 58,39 millions d’euros (+1,5%) en 2011 et 59,27 millions d’euros (+1,5%) en 2012.
Plus de 50 films par an

“L’aboutissement de ces négociations avec les organisations professionnelles traduit la volonté commune de l’ensemble des participants de soutenir l’activité cinématographique et de s’inscrire dans une logique de partenariat, et confirme le statut de France Télévisions en tant qu’acteur majeur du secteur”, précise le communiqué.

A cette occasion le groupe public précise qu’il coproduit plus de 50 films par an, dont 13 premiers films en 2008 et qu’il s’attachera “à poursuivre cette politique axée sur la qualité et la diversité des films”.
Satisfaction des producteurs

Pour sa part, l’UPF (Union des producteurs de films) a remercié “vivement” dans un communiqué France Télévisions “pour l’accord conclu concernant sa contribution annuelle en valeur absolue à la production cinématographique française”.

“Cet accord s’inscrit dans une perspective dynamique tenant compte prioritairement de la soif de création exponentielle qui caractérise notre pays”, écrit l’UPF.

Afp
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9589
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: CRISE DE LA FICTION TELE FRANCAISE   Mar 22 Sep - 1:43

Des taxes pour financer la fiction française
selon les professionnels



Depuis que toutes les chaînes se livrent cette bataille pour l'audimat, parler de l'intelligence à la télévision, c'est comme si l'on distribuait des guides gastronomiques au Sahel.
Guy Bedos

*********************
Coûteuse et non rentable, la fiction TV française, confrontée à un problème de financement lié à la crise de publicité, devrait bénéficier de taxes imposées aux fournisseurs internet ou aux consommateurs, estiment des professionnels du secteur.

"Rien n'est rentable en fiction française", a soutenu Laurent Storch, directeur général adjoint de TF1, lors d'un débat sur la fiction française dans le cadre du festival de la Rochelle.

"Que ce soit en séries de 52 minutes ou en téléfilms de 90 minutes, les annonceurs ne sont pas intéressés par la fiction française", a-t-il expliqué. Désintérêt des jeunes, difficulté à fidéliser les téléspectateurs en raison d'un rythme de diffusion peu soutenu, concurrence des fictions américaines sont à l'origine de la frilosité des annonceurs.

"Et même quand on se fixe pour objectif le renouvellement du genre, avec un plus grande liberté de ton, on se rend compte qu'il est difficile de rivaliser avec la fiction américaine et de créer une addiction", selon Fabrice de la Patellière, directeur de la fiction chez Canal+. Pour autant, toutes ont dit vendredi leur désir de mettre "un peu plus d'audace" dans les programmes (comédie, fantastique, polar, politique...) et les formats (120 minutes, 26 minutes, web-fiction). Le groupe public France Télévisions, assuré du financement de son programme de fictions par l'Etat à hauteur de 262 millions d'euros cette année,
prévoit de proposer toujours dans ce genre,
tout en reconnaissant une désaffection du jeune public et des femmes.

France Télévisions (France 2, France 3...), qui diffuse 49% de la fiction française, verra son enveloppe augmenter progressivement jusqu'à 292 millions en 2012.

Les chaînes privées sont quant à elles davantage tributaires de la publicité, dont les recettes sont en chute libre cette année. Or "la fiction est un genre cher et dans un paysage audiovisuel qui se morcelle avec l'arrivée des nouvelles chaînes de la télévision numérique terrestre (TNT), il est de plus en plus difficile de la financer", a souligné Jacques Peskine, délégué général de l'organisation de producteurs USPA. Des discussions sont en cours avec les pouvoirs publics pour que les chaînes gratuites de la TNT ne soient plus dispensées de respecter les quotas de production d'oeuvres françaises imposées aux chaînes historiques.

Elles pourraient ainsi apporter entre 50 et 100 millions d'euros au secteur, selon Pascal Rogard, directeur de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD).

Parallèlement, une nouvelle taxation des fournisseurs d'accès à internet "apporterait énormément à la création alors que ce secteur fait des milliards de bénéfices", a suggéré le sénateur PS David Assouline, vice-président de la Commission culture. Une proposition qui risque de susciter une nouvelle levée de boucliers de la part des fournisseurs, déjà taxés à hauteur de 0,9% de leur chiffre d'affaires pour compenser en partie le manque à gagner lié à l'arrêt de la publicité après 20H00 sur les chaînes publiques.

Le député UMP, Christian Kert, vice-président des affaires culturelles, propose de son côté de mettre en place une taxe "culturelle" de 1% sur les produits "bruns" (téléviseurs, lecteur de dvd),
destinée au financement de la fiction française.

En revanche, la taxe modulable entre 1,5% et 3% payées par les chaînes privées à destination des chaînes publiques ne devrait pas dépasser les 1,5%, selon certains.

"Cette taxe vient en déduction de la production de la fiction des chaînes privées",
a soutenu M. Rogard.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: CRISE DE LA FICTION TELE FRANCAISE   Aujourd'hui à 9:42

Revenir en haut Aller en bas
 
CRISE DE LA FICTION TELE FRANCAISE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensées rationnelles pour surmonter nos peurs lors d'une crise de panique
» Crise la nuit
» La crise...
» Cherbourg, ville-arsenal en crise
» Crise des 8-9 mois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARMONY :: TRIBUNES LIBRES :: LA PETITE LUCARNE-
Sauter vers: