H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DANS LES COULISSES DU GALA DES ETOILES

Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2540
Age : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: DANS LES COULISSES DU GALA DES ETOILES   Dim 20 Sep - 13:13

.

Dans les coulisses du Gala des étoiles




Daniil Simkin, prodige de 21 ans, a été découvert au Théâtre des Champs-Élysées il y a deux ans et a été aussitôt engagé comme soliste à l'American Ballet Theatre. Crédit photo : Rosalie O'Connor.



Les quatorze danseurs les plus prometteurs du monde se retrouvent pour trois jours au Théâtre des Champs-Élysées. Ce rendez-vous, créé voilà douze ans, est unique en France.

Ils sont arrivés de toute l'Europe, jeudi soir, à l'hôtel West End, après leur journée de travail. Vendredi à 10 heures, ils se retrouvaient au théâtre pour s'échauffer.
Première classe ensemble à midi : on se découvre, on s'observe, on règle le finale. Filage à 14 heures pour les lumières et la bande-son, lever de rideau à 20 heures.
Seul Daniil Simkin, prodige de 21 ans façon Barychnikov découvert ici à 19 ans et aussitôt engagé comme soliste à l'American Ballet Theatre, a atterri jeudi matin, à 9 heures. Dès 14 heures, il répétait avec sa partenaire, Yana Salenko : «Elle est à Berlin, moi à New York. On se connaît depuis six ans, mais on n'avait jamais dansé ensemble. Il fallait qu'on répète.»


«Emporter la salle en dix minutes»


Tout va vite dans un gala : «C'est la même différence entre le marathon et le sprint. Ce ne sont pas forcément les danseurs qui excellent dans les ballets d'une soirée, qui cartonnent en gala.
Emporter la salle en dix minutes, c'est un jeu à part. Il faut se jeter en scène comme une bombe, briller jusqu'à l'incandescence, soulever le public. Quand le rideau tombe, on est pantelant», dit Daniil.

C'est dire si le casting et l'ordre d'entrée en scène relèvent de la haute voltige : «Le gala dure trois jours, mais j'y travaille toute l'année», dit Richard Stéphant, son producteur. Fils d'un administrateur général du Théâtre des Champs-Élysées, frère de deux femmes de danse, Yannick et Anne, il a trouvé refuge dans le rock avant de revenir au chausson.
Il connaît des maîtres de ballet dans toutes les compagnies d'Europe. Ils lui signalent les prodiges naissants. Ainsi Simkin.

Ou Polina Semionova, 25 ans, aujourd'hui star à Berlin. Elle revient pour ce gala où elle avait fêté ses 19 ans lorsqu'elle était inconnue.
Ou Sophie Martin, joyau d'Édimbourg, Française inconnue dans sa patrie, à découvrir en ouverture de cette édition.

Un des attraits du gala est de ménager des surprises. Là où autrefois on réunissait des géants de la danse qu'on venait voir par curiosité, s'organise un spectacle plein d'aléas : «Aujourd'hui, il n'y a plus tellement de danseurs célèbres.
Ceux de l'Opéra n'ont pas l'autorisation de se produire à Paris ailleurs que sur leur scène de Bastille ou Garnier. J'essaie de mélanger étoiles en place et étoiles montantes, d'Europe et d'Amé rique, avec des cachets qui vont du simple au triple», dit-il.

Chacune amène son partenaire, sa bande-son et son pas de deux. Ceux-ci sont remis sur CD avant l'été, période où il faut déterminer l'ordre des passages. «C'est une science inexacte avec des principes intangibles.»
Impossible de commencer par un solo, obligation de finir par un pas de deux brillant, genre Don Quichotte ou Le Corsaire. Les créations, les parenthèses romantiques doivent être intercalées entre deux moments forts pour que, dans l'enthousiasme, le spectateur analyse comme une nouvelle couleur ce qui pourrait être pris pour une baisse de rythme.

Théâtre des Champs-Élysées samedi soir, à 20 heures, et dimanche à 15 heures. Loc. : 01 49 52 50 50.

http://www.lefigaro.fr/culture/2009/09/19/03004-20090919ARTFIG00219-dans-les-coulisses-du-gala-des-etoiles-.php



Ballet Don Quixote Basil by Daniil Simkin