H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ELVIS PRESLEY LA LEGENDE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: ELVIS THE KING AUX ENCHERES   Mar 21 Avr - 14:25




Le grand Elvis Presley, disparu en 1977, a laissé un grand vide dans le monde du rock et dans le coeur des fans... Mais The King n'a pas dit son dernier mot, et après avoir proposé des duos et être apparu à sa fille Lisa-Marie, il est une nouvelle fois de retour parmi nous !

En effet, le site internet Gotta Have Rock and Roll organise depuis hier et jusqu'au 25 mars une vente aux enchères au catalogue très fourni qui proposera aux inconditionnels d'Elvis, amateurs ou collectionneurs, une multitude d'objets ayant appartenu au King ou le représentant. Depuis 10 dollars, prix fixé pour une carte postale à l'effigie du rocker à banane, jusqu'à 8000 dollars pour une veste en cuir ou une ceinture ornée de turquoises imprégnées de la sueur de la star, il y en a pour toutes les bourses, et... tous les goûts.

Mais le clou incontestable de la vente sera sans doute les trois pièces suivantes : tout d'abord, un poème écrit et signé de la main d'Elvis, intitulé Ode to a Robin (Ode à un Rouge-gorge), dans lequel il décrit avec légèreté et délicatesse le... meurtre de l'oiseau. Ce poème est célèbre pour avoir été récité sur scène à de nombreuses reprises et avoir même servi de message vocal sur le répondeur du rocker provocateur.

Un costume de scène bleu ciel et doré orné d'une cape, devenu mythique car porté lors des meilleurs concerts du King, est également mis en vente pour la modique somme de 100 000 dollars, tandis que la star des enchères est bien évidemment le piano blanc de marque Knabe qu'Elvis avait installé chez lui, et qui accompagna sa voix de 1957 à 1969. Prix du jouet ? 500000 dollars... Pour l'instant !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 16 Aoû - 14:40

ELVIS PRESLEY THE KING


In loving memory.
Il nous avait définitivement dit "BYE BYE" à 14 H ... (j'avais 4 ans ...)
un 16 Août 1977.
alors :
It's now or never



Difficile, de vous raconter la légende du KING, charisme charme et paillettes oui là c est facile mais aussi détresse et solitude et là c 'est dur.
Tout ce qui brille n'est pas forcément un cadeau ... la vidéo en dit long !
la cerise sur le gâteau n'était pas aussi sucrée que celà.

Lui c'est GRACELAND ..

et je ne peux m'empecher de penser à un autre tout aussi "malheureux" lui c'était NEVERLAND je comprends mieux pourquoi ? le never ...drôle de destin tout de même.
La fille du king ne dira pas le contraire.


Dernière édition par Nine le Lun 17 Aoû - 1:26, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 16 Aoû - 15:06

Des Biographies du King il y en à 1000 ...
En voilà une au hasard :
juste pour le souvenir.

Elvis Aron Presley est né le 8 janvier 1935 à Tupelo dans le Mississippi.

... A poor little baby child is born ...


En 1948, la famille Presley s'installe à Memphis. Elvis obtient son bac au collège Humes en 1953. Durant l'été, il enregistre un 45 tours: My Happiness et That's Wen Your Heartaches Begin au Memphis Recording Service (siège de Sun Records) pour offrir à sa mère. En juillet 1954, le propriétaire-producteur de Sun Records, Sam Phillips, présente Elvis à deux musiciens locaux, le guitariste Scotty Moore et le contrebassiste Bill Black. Le 5 juillet, le trio enregistre That's All Right, Mama avec Blue Moon of Kentucky en face B. le disque sort sous le label Sun le 19 juillet.
C'est le premier disque d'Elvis. Les trois associés continuent d'enregistrer et commencent à jouer dans la région. Le batteur D. J. Fontana se joint au groupe en 1955.

Le colonel Tom Parker devient le manager d'Elvis. En novembre, il signe avec RCA Records qui sera son label pour tout le reste de sa carrière. En 1956, Heartbreak Hotel, le premier 45 tours d'Elvis chez RCA (et premier disque d'or), sort en janvier, suivi en mars de son premier album Elvis Presley.
Il apparaît pour la première fois à la télévision dans l'émission Stage Show, et la même année, dans The Milton Berle Show, The Steve Allen Show et The Ed Sullivan Show. En novembre, la première du premier film d'Elvis, Love Me Tender, a lieu à New York.

En 1957, il achète Graceland en mars. Loving You et Jailhouse Rock sortent cette même année. En novembre, il chante pour la première fois à Hawaii. En décembre, il reçoit sa feuille de convocation sous les drapeaux et passe son premier Noël à Graceland.

En 1958, Elvis est incorporé le 24 mars. En août, sa mère, Gladys, tombe malade. Il rentre à la maison le 12 août; Gladys décède le 14 à l'âge de 46 ans. En octobre, Elvis arrive sur la base militaire de Friedberg en Allemagne, où il restera jusqu'en mars 1960. Il visite Paris en 1959, pendant une permission de 15 jours. A l'automne, il rencontre Priscilla Beaulieu.

Il est officiellement libéré le 5 mars 1960. Le même mois, il enregistre une émission avec Frank Sinatra diffusée en mai. Avant la fin de l'année, il sort trois singles qui seront numéro un au hit-parade, un album numéro deux et un album numéro un. Le 25 février 1961 est décrété Jour Elvis Presley au Tennessee. Il donne deux concerts de charité au Ellis Auditorium au profit d'une trentaine d'oeuvres de la région de Memphis. En mars, il se produit à Pearl Harbor à Hawaii; la recette contribue à financer un mémorial à l'USS Arizona.

Ce sera le dernier concert en public avant le show télévisé de 1968. Elvis fait du cinéma et enregistre de (1962 à 1969), 23 bandes sonores de ses films; à raison de deux ou trois par année.

Le 1er mai 1967, Elvis et Priscilla se marient à l'Aladdin Hotel de Las Vegas. Le couple passe sa lune de miel à Palm Springs en Californie avant de rentrer à Memphis. 1968, naissance de sa fille Lisa Marie, le 1er février. La deuxième quinzaine de juin, il répète le show télévisé "Elvis". L'enregistrement a lieu du 27 au 30 juin, et l'émission sera diffusée le 3 décembre. En 1969, pour la première fois depuis 1955, Elvis enregistre à Memphis. De ces séances sortiront In The Ghetto, Suspicious Minds, Don't Cry, Daddy et Kentucky Rain. En mars et avril, il termine son dernier rôle, dans le film Change of Habit. Le 31 juillet, première d'un engagement de 4 semaines et 57 concerts, qui seront un triomphe, à l'International Hotel de Las Vegas.

Elvis est décédé, le 16 août 1977. Il fut trouvé mort dans la salle de bain de Graceland, par son amie Ginger Alden. Malgré tous les efforts pour le ranimer, il fut déclaré officiellement mort à 16 heures. Le rapport de l'enquête médicale conclut à une mort naturelle (arrêt cardiaque).
Dans les heures qui suivirent, des milliers de fans affluèrent devant les grilles de Graceland, espérant contre tout espoir que les rumeurs étaient fausses. Le lendemain, lorsque Elvis fut transporté à Graceland pour la dernière fois, plus de 80 000 personnes s'agglutinèrent le long d'un Elvis Presley Boulevard noir de monde afin de présenter leurs condoléances.

Des hommages affluèrent de partout; des camarades acteurs et chanteurs, des politiciens, des fans, tous semblaient désireux d'exprimer leur peine et leur reconnaissance envers Elvis.
Le président Jimmy Carter exprima le sentiment de millions de personnes lorsqu'il déclara:
"Elvis est peut-être parti, mais sa légende restera avec nous pour toujours."

Le jour des funérailles, un défilé de seize voitures amena le corps d'Elvis depuis Graceland jusqu'au cimetière le long d'une route de presque cinq kilomètres longée par des milliers de fans.

Son dernier lieu de repos se trouve dans le Meditation Garden, à Graceland pour des raisons de sécurité.


AMAZING GRACE
Source : www.retrojeunesse60.com/.../www.retrojeunesse60.com/elvis.html


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 16 Aoû - 15:34

Elvis Presley est largement considéré comme la personnification du rock and roll



Sa voix, sa musique, sa gestuelle provocatrice, ses habitudes vestimentaires excentriques, ainsi que son parcours (célébrité fulgurante, descente aux enfers et mort prématurée) contribuent à forger l'icône d'Elvis à la fois idole populaire et symbole d'une certaine rébellion adolescente.

Elvis peut être considéré comme le principal acteur de la popularisation du rock and roll auprès du grand public blanc américain puis européen.

En effet, si le jazz avait déjà associé étroitement musique et sexualité, et si plusieurs interprètes blancs étaient aux côtés d'Elvis dans son rôle de pionnier du rock (par exemple, Bill Haley), Presley est le premier blanc à associer le sex appeal (un physique avantageux, des inflexions de voix et des mouvements du bassin très suggestifs) à la nouvelle forme de musique, tout en y ajoutant un son plus dynamique et plus percutant issu des studios Sun de Memphis. Bien que considéré comme choquant par la frange conservatrice américaine, il contribue à rendre acceptable le genre musical et ouvre ainsi la voix de la reconnaissance à de nombreux artistes noirs, tels Chuck Berry, Bo Diddley et Little Richard, ainsi qu'aux rockers blancs, tels Buddy Holly et Jerry Lee Lewis.

Sa popularité, en particulier auprès des adolescentes, atteint des sommets inédits et ses concerts et ses apparitions en public donnent lieu à des mouvements de foule. Le succès d'Elvis auprès des jeunes, dont le pouvoir d'achat est grandissant, dicte la mode non seulement musicale, mais également capillaire ou vestimentaire.

C'est un véritable phénomène de société.

C'est principalement grâce à Elvis Presley que l'Europe découvre le rock, même derrière le rideau de fer. Cliff Richard s'en inspire et devient la plus grande star du Royaume Uni, et John Lennon lui-même avoua que "s'il n'y avait pas eu un Elvis, il n'y aurait pas eu les Beatles".

En France, Dick Rivers copie Presley, mais c'est surtout Johnny Hallyday qui popularise cette musique venue d'outre-Atlantique, devenant la vedette qu'il est encore aujourd'hui. Presley ouvre la voie à de nombreux rockers américains qui vendent leurs disques en Europe et y font des tournées. Les adolescents du monde entier commencent à copier la coiffure d'Elvis et la demande pour les transistors augmente énormément, permettant ainsi à Sony de passer du statut de petit fabricant japonais de radio à celui de multinationale.

Aujourd'hui, 32 ans après la mort du rocker, il demeure une icône du XXe siècle.

D'innombrables artistes de la seconde moitié du siècle se définissent par rapport à son influence, soit en revendiquant son héritage, soit pour le rejeter comme symbole d'une musique dépassée (en particulier à partir du mouvement punk).

L'artiste Elvis Costello a, par exemple, emprunté le prénom Elvis pour faire décoller sa carrière.
Le crooner pop Chris Isaac en est aussi la personnification directe.

En France, le chanteur rockabilly Jesse Garon emprunta son nom de scène à celui du frère décédé d'Elvis et le rockeur australien Nick Cave consacra l'une de ses plus puissantes chansons (Tupelo) à la mythification d'Elvis.



Le King déclencha aussi dans plusieurs pays, et en particulier dans la francophonie, une avalanche de clones plus ou moins crédibles dont parmi ceux qui lui survécurent ou en furent influencés profondément :

Johnny Hallyday, Dick Rivers, Eddy Mitchell bien sûr, parmi des centaines d'imitateurs, n'en sont pas les moindres.

Mentionnons aussi que le groupe californien Dread Zeppelin avec son leader Greg Tortell (alias Tortelvis) personnifiant et parodiant Elvis jusqu'au ridicule (distribuant foulards et colliers hawaiiens dans la foule lors des concerts), connut une fructueuse carrière durant les années 80. Enfin, remarquable hommage, le groupe U2 enregistra sur l'album The Unforgettable Fire, en 1984, la très belle chanson: Elvis Presley And America. Sans oublier certains imitateurs américains dont Jimmy « Orion » Ellis (1945-1998) et Doug Church dont les voix rapprochent énormément celle d'Elvis.


Dernière édition par Nine le Lun 17 Aoû - 1:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12904
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 16 Aoû - 20:36

FILMOGRAPHIE


1956 - Love Me Tender (Le cavalier du crépuscule) de Robert D. Webb

avec : Richard Egan (Vance Reno), Debra Paget (Cathy Reno), Elvis Presley (Clint Reno), Robert Middleton (M. Siringo), William Campbell (Brett Reno), Neville Brand (Mike Gavin), Mildred Dunnock (Martha Reno), Bruce Bennett (Major Kincaid), James Drury (Ray Reno), Russ Conway (Ed Galt)

La Guerre de Sécession se termine enfin Mais un commando sudiste qui ignore la signature d'un traité de paix, parvient à voler une importante somme d'argent appartenant aux Nordistes...


1957 - Loving You d'Hal Kanter

avec : Elvis Presley (Jimmy Tompkins (Deke Rivers)), Lizabeth Scott (Glenda Markle), Wendell Corey (Walter (Tex) Warner), Dolores Hart (Susan Jessup), James Gleason (Carl Meade), Ralph Dumke (Jim Tallman), Paul Smith (Skeeter), Kenneth Becker (Wayne), Jana Lund (Daisy Bricker), Grace Hayle (Mrs. Gunderson)

Une attachée de presse en instance de divorce remarque, lors d'une campagne électorale dans le Texas, un jeune guitariste talentueux. Elle le fait engager dans l'orchestre de son mari.
1957 - Jailhouse Rock de Richard Thorpe

avec : Elvis Presley (Vince Everett), Judy Tyler (Peggy Van Alden), Mickey Shaughnessy (Hunk Houghton), Vaughn Taylor (Mr. Shores, le narrateur), Jennifer Holden (Sherry Wilson), Dean Jones (Teddy Talbot), Anne Neyland (Laury Jackson)

En prison Vince apprend la guitare avec son compagnon de cellule Hank. Doué, il obtient la permission de passer dans une émission de télévision. Hank, jaloux, le lie à lui par un contrat. A leur sortie du bagne, Vince devient une star, et Hank, contre son gré, son homme à tout faire.



1958 - King Creole de Michael Curtiz

avec : Elvis Presley (Danny Fisher), Carolyn Jones (Ronnie), Walter Matthau (Maxie Fields), Dolores Hart (Nellie), Dean Jagger (Mr. Fisher), Liliane Montevecchi (Forty Nina), Vic Morrow (Shark), Paul Stewart (Charlie LeGrand), Jan Shepard (Mimi Fisher), Brian G. Hutton (Sal (sous le nom Brian Hutton))

Dany, après des études ratées, travaille comme serveur au Blue Shade. En conflit perpétuel avec une bande de voyous, il décide de se mettre à chanter, avec succès, et se fait engager au King Créole. Mais les vauriens l'y suivent.





1961 - Wild in the Country de Philip Dunne

avec : Elvis Presley (Glenn Tyler), Hope Lange (Irene Sperry), Tuesday Weld (Noreen Braxton), Millie Perkins (Betty Lee Parsons, la petite-amie de Glenn), Rafer Johnson (Davis, le majordome de Macy), John Ireland (Phil Macy), Gary Lockwood (Cliff Macy), William Mims (Oncle Rolfe Braxton), Raymond Greenleaf (Dr. Underwood)

Glenn Tyler est un adolescent brillant au comportement violent. Après une bagarre où il faillit tuer son frère, Glenn est confié à la garde de son oncle. Irène, une belle psychanalyste va s'occuper personnellement de son cas.


1961 - Blue Hawai de Norman Taurog

avec : Elvis Presley (Chad Gates), Joan Blackman (Maile Duval), Angela Lansbury (Sarah Lee Gates), Nancy Walters (Abigail Prentice (schoolteacher)), Jenny Maxwell

Chad revient à Honolulu, après son service militaire, et retrouve Maile, sa jolie fiancée. Pendant quelques jours, Chad en oublie même ses parents qui n'apprecient pas son attitude. De plus il refuse de travailler avec son père. Chad se fait alors engager comme guide.

1962 - Girls ! Girls ! Girls ! de Norman Taurog

avec : Elvis Presley (Ross Carpenter), Stella Stevens (Robin Gatner), Jeremy Slate (Wesley Johnson), Laurel Goodwin (Laurel Dodge), Benson Fong (Kin Yung), Robert Strauss (Sam, le patron de la Caverne aux Pirates), Guy Lee (Chen Yung), Frank Puglia (Papa Stavros)

Joss Carpenter, ayant perdu ses parents a été adopté. Il est attiré par la mer et il est très doué pour la pêche. Il va souvent voir Roby, une chanteuse de cabaret. Lors d'une de ses visites, il fait la connaissance de Laura, fille d'un milliardaire qui l'aidera à conserver le bateau de ses parents adoptifs.



1962 - Follow That Dream de Gordon Douglas

avec : Elvis Presley (Toby Kwimper), Arthur O'Connell (Pop Kwimper), Anne Helm (Holly Jones), Joanna Cook Moore (Alisha Claypoole (sous le nom Joanna Moore)), Jack Kruschen (Carmine), Simon Oakland (Nick)

La famille Kwimper part en vacances et comme elle est farfelue et imprévisible elle oublie de mettre de l'essence dans le réservoir, campe là où il ne faut pas, organise même un camp de pêche à la ligne...
1962 - Kid Galahad de Phil Karlson

avec : Elvis Presley (Walter Gulick dit Kid Galahad), Gig Young (Willy Grogan), Lola Albright (Dolly Fletcher), Joan Blackman (Rose Grogan), Charles Bronson (Lew Nyack), David Lewis (Otto Danzig)

A peine libéré de ses obligations militaires, le jeune boxeur Walter Gulick prouve qu'il a le sang chaud, tant sur le ring qu'en dehors. Ainsi, lorsqu'un gangster rusé décide de le faire chanter, Walter n'a pas d'autre choix que de montrer ce que signifie vraiment se battre.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12904
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 16 Aoû - 21:06

1962 - It Happened at the World's Fair de Norman Taurog


avec : Elvis Presley (Mike Edwards), Joan O'Brien (Diane Warren), Gary Lockwood (Danny Burke), Vicky Tiu (Sue-Lin), H.M. Wynant (Vince Bradley), Edith Atwater (Miss Steuben), Guy Raymond (Barney Thatcher)

Danny et Mike sont propriétaires de leur avion et ils louent leurs services aux agriculteurs qui veulent arroser leurs récoltes de pesticides. Mike a un faible pour les jolies filles. Quant à Danny, il est dévoré par la passion du jeu, ce qui les conduit aux pires difficultés financières. Ils accumulent les dettes et leur avion est saisi. Ils en sont réduits à faire de l'auto-stop pour se rendre à la foire internationale de Seattle. C'est un fermier chinois qui les y emmène avec sa petite nièce...


1963 - Fun in Acapulco de Richard Thorpe

avec : Elvis Presley (Mike Windgren), Ursula Andress (Marguerita Dauphin), Elsa Cárdenas (Dolores Gomez), Paul Lukas (Maximillian Dauphin), Larry Domasin (Raoul Almeido), Alejandro Rey (Moreno)
Mike Windgren, acrobate-trapéziste, quitte le cirque après la mort d'un de ses collègues, survenue lors de leur numéro. Mike ne l'a pas rattrapé, il se sent coupable. Il s'engage comme marin à bord d'un yacht, puis devient chanteur de charme, dans de luxueux établissements à Acapulco, par l'intermédiaire de Raoul, un enfant Mexicain. Jaloux de ses succès féminins, un autre maître-nageur lui lance un défi : plonger du haut d'une falaise qui domine la mer de plus de 45 mètres.


1964 - Kissin' Cousins de Gene Nelson

avec : Elvis Presley (Josh Morgan / Jodie Tatum), Arthur O'Connell (Pappy Tatum), Glenda Farrell (Ma Tatum), Jack Albertson (Capitaine Robert Jason Salbo), Pamela Austin (Selena Tatum (sous le nom Pam Austin))

L'armée a décidé de s'approprier le Mont Big Smokey, mais la famille Tatum, à qui la montagne appartient, refuse de la céder. On envoie sur place le lieutenant Morgan, natif du coin, qui a la surprise de retrouver dans l'un des neveux Tatum son propre sosie...



1964 - Viva Las Vegas de George Sidney

avec : Elvis Presley (Lucky Jackson), Ann-Margret (Rusty Martin), Cesare Danova (Comte Elmo Mancini), William Demarest (Mr. Martin), Nicky Blair (Shorty Fansworth), The Jubilee Four (eux-même)

Deux hommes s'affrontent dans une course automobile pour les beaux yeux d'une ravissante prof de natation.

1964 - Roustabout de John Rich

avec : Elvis Presley (Charlie Rogers), Barbara Stanwyck (Maggie Morgan), Joan Freeman (Cathy Lean), Leif Erickson (Joe Lean), Sue Ane Langdon (Madame Mijanou, la diseuse de bonne aventure)

L'année 1964. La mode est aux mini-jupes. La chanson du moment est Watusi. Cassius Clay (bientôt nommé Mohammed Ali) remporte le championnat du monde des poids lourds. Et Charlie Rogers est un motard réalisant un numéro. Au début, il montre ses muscles et distrait de jolies jeunes femmes. Puis il prend une guitare et fredonne des chansons. Ce gars rude au talent incontestable est peut-être ce dont la propriétaire Maggie Morgan a besoin pour sauver de la faillite son spectacle ambulant.


1965 - Girl Happy de Boris Sagal

avec : Elvis Presley (Rusty Wells), Shelley Fabares (Valerie), Harold Stone (Big Frank), Gary Crosby (Andy), Joby Baker (Wilbur), Nita Talbot (Sunny Daze)

1965 - Harum Scarum
de Gene Nelson

avec : Elvis Presley (Johnny Tyronne), Mary Ann Mobley (Princesse Shalimar), Fran Jeffries (Aishah), Michael Ansara (Prince Dragna), Jay Novello (Zacha), Philip Reed (le Roi Toranshah (sous le nom Philip Reed))

Johnny Tyronne accède en quelques mois à la gloire. Son succès incite les producteurs à vouloir le lancer dans le cinéma. Il présente un jour en avant première un de ses films au Moyen-Orient.


1966 - Frankie and Johnny de Frederick De Cordova

avec : Elvis Presley (Johnny), Donna Douglas (Frankie), Harry Morgan (Cully), Sue Ane Langdon (Mitzi), Nancy Kovack (Nellie Bly), Audrey Christie (Peg)
Frankie et Johnny vivaient sur les bords du Mississippi, exerçant le métier de chanteur à bord d'un restaurant cabaret flottant. Ils s'aimaient, pourtant un nuage planait sur leur bonheur car Johnny aimait trop le jeu. Il perdait souvent ses cachets au jeu et Frankie ne pouvait épouser un homme aussi instable. En consultant une voyante, Johnny apprend qu'il va gagner une forte somme grâce à une rousse qui lui portera bonheur. Un jour Johnny rencontre la jeune fille rousse annoncée par sa voyante. Cette capiteuse jeune femme au prénom de Nellie n'est autre que la petite amie du patron de nos deux chanteurs. Le dénouement semble se compliquer.

1965 - Tickle Me de Norman Taurog
Co-vedette : Julie Adams

1966 - Paradise, Hawaiian Style de Michael Moore
Co-vedette : Suzanna Leigh

1966 - Spinout de Norman Taurog
Co-vedette : Shelly Fabaras

1967 - Easy Come, Easy Go de John Rich
Co-vedette : Pat Priest

1967 - Double Trouble de Norman Taurog
Co-vedette : Yvonne Romain

1967 - Clambake d'Arthur N. Nadel
Co-vedette : Shelly Fabaras

1968 - Stay Away, Joe de Peter Tewksbury
Co-vedette : Joan Blondell

1968 - Speedway de Norman Taurog
Co-vedette : Nancy Sinatra

1968 - Live a Little, Love a Little de Norman Taurog
Co-vedette : Celeste Yarnall

1969 - Charro ! de Charles Marquis Warren
Co-vedette : Ina Ballin

1969 - The Trouble with Girls de Peter Tewksbury
Co-vedette : Marilyn Mason

1969 - Change of Habit de William A. Graham
Co-vedette : Mary Tyler Moore
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Lun 17 Aoû - 0:42

Comment expliquer qu’Elvis, 30 ans après sa mort, connaisse un si grand succès , vende autant de disques et soit une légende… vivante ?



Dans l’après-midi du 16 août 1977, Elvis Presley est retrouvé inanimé dans sa salle de bain.
Il décède quelque temps plus tard au Baptist Memorial Hospital de Memphis, âgé de 42 ans. La nouvelle fait instantanément le tour du monde. Les radios modifient leur programmation.
Les journaux changent leur une.
Soixante-quinze mille personnes se regroupent devant les grilles de Graceland, la propriété du chanteur, afin de lui rendre un ultime hommage.
Les déclarations officielles, éloges et messes se multiplient.

Le 18 août, dans un cortège funèbre composé de dix-sept limousines blanches, le corps de Presley est emmené vers le cimetière Forest Hill avec les honneurs dus à un chef d’État. On ne trouve plus une fleur dans tout le Mississippi. Elvis Aaron Presley, le roi du rock’n’roll, né à Tupelo en 1935, est mort et enterré.

C’est, semble-t-il, la fin d’une vie, d’une œuvre, d’une histoire, d’un phénomène qui ont bouleversé la musique et la culture populaire. La fin ? Pas tout à fait. Car Elvis Presley va renaître, devenir l’un des plus grands mythes du vingtième siècle et l’objet d’un culte croissant. Son succès posthume est retentissant.

Elvis renaît, plus complexe, plus grand, plus fort, plus adulé. Il vend année après année toujours davantage de disques et établit aujourd’hui encore de nouveaux records de recettes. Pourquoi, une fois mort, n’est-il donc pas progressivement tombé dans l’oubli qui guette les gloires disparues ?

Pourquoi et comment est-il devenu ce personnage omniprésent, régnant au panthéon des plus grandes figures du siècle ?
Pourquoi lui ?
Comment cela s’est-il produit ?
Qui furent les artisans de la résurrection de ce Roi quasiment déchu à la veille de sa mort ?

Pour répondre à ces questions, le sociologue Gabriel Segré, spécialiste du « culte Presley », dissèque la façon dont a été élaborée la postérité du King, montre comment s’est construit et développé son mythe, comment est né et a grandi le culte – souvent empreint d’une grande religiosité – qui lui est voué par des fans et fidèles toujours plus nombreux. Il permet de comprendre pourquoi il est finalement permis aujourd’hui d’affirmer :

ELVIS EST VIVANT !


Maître de conférences à l’université de Nanterre-Paris X où il enseigne la sociologie de la culture et l’anthropologie, Gabriel Segré s’est spécialisé dans l’étude du « culte Presley », à propos duquel il a déjà publié deux ouvrages : "Le culte Presley" (PUF, 2003) et "Au nom du King. Elvis, les fans et l’ethnologue" (Aux Lieux d’Être, 2007).
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Lun 17 Aoû - 0:52

GREEN GRASS OF HOME


"L'image est une chose, l'homme en est une autre.
C'est très difficile d'être à la hauteur de son image."
(Elvis Presley - 13 janvier 1973)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Lun 17 Aoû - 1:05

Ils ont dit d'Elvis Presley

Roi incontesté du rock ‘n’ roll, Elvis Presley a marqué de son empreinte singulière le monde de la musique.
Influent, envoûtant, il est à l’origine de la vocation artistique de nombreux chanteurs de par le monde.
Il reste à jamais un mythe.



"Avant Elvis, il n'y avait rien."
"Ma principale ambition dans la vie était de devenir aussi célèbre qu'Elvis".
(John Lennon)

" A chaque fois que les choses vont mal, j'écoute un disque d'Elvis et tout s'arrange"
( Paul Mc Cartney )

"Sans Elvis, aucun d'entre nous n'aurait existé."
(Buddy Holly)

"Il y a eu de nombreux prétendants, mais un seul King."
(Bruce Springsteen)

"Elvis était une bénédiction, il a ouvert les portes de la musique noire"
(Little Richard)

"Elvis avait un pouvoir sur l'imagination des gens, qui lui aurait permis d'obtenir de hautes fonctions".
(Richard Nixon)

"Je n'admire personne, mais Elvis Presley est le type le plus sympathique et le plus humble que j'ai rencontré."
(Muhammed Ali)

"Nous sommes devenus des adultes maintenant. La trace qu'il a laissée est marquée à jamais."
(Paul Simon)

"Tous les rockers, moi y compris, ont été touchés par son esprit. J'étais et je reste un fan."
(Bryan Ferry)

"C'est un grand chanteur. Il est si grand, vous n'avez pas idée. Vous ne pouvez pas comprendre,
je ne peux pas vous dire pourquoi il est si grand, mais il l'est."
(Phil Spector)

"Souvenez vous d'Elvis interprétant des morceaux noirs dans un style blanc. Il reste l'un de mes héros.
On oublie pas ses racines."
(Eric Clapton)

"Il a été le premier grand héros du rock.Un styliste et un amuseur fantastique, un interprètre formidable."
(Peter Gabriel)

"Il est impossible d'évaluer l'impact qu'il a eu sur la société, ainsi que le vide qu'il laisse derrière lui."
(Pat Boone)

"Je vivais Presley, respirais Presley et ne pensais à rien d'autre. Tout ce que je connais de la que, je l'ai appris grace aux disques d'Elvis. Son influence ne disparaitra jamais."
(Tom Petty)

"Lorsque Elvis est décédé, je me suis effondré. Une des rares fois. C'était toute ma vie, toute ma jeunesse qui repassait. Je n'ai parlé à personne pendant une semaine. S'il n'y avait pas eu Elvis et Hank Williams,
je ne serais pas là aujourd'hui."
(Bob Dylan)

"Les gens ne comprennaient pas qu'il n'était pas un dieu. C'était simplement un homme."
(Priscilla Presley)


Dernière édition par Nine le Lun 17 Aoû - 2:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Lun 17 Aoû - 1:39

ALL SHOOK UP



Elvis Presley une overdose de solitude

Par Adler Philippe - L'Express

Elvis Presley est mort à 42 ans.

Comme d'autres stars de la pop et du rock, il a succombé à une overdose.
Une overdose de solitude

"Sommé " par des milliers de concitoyens de décréter un jour de deuil national le président Carter a officiellement déclaré:

"Elvis Presley symbolisait la vitalité, l'esprit de rébellion et la bonne humeur des Etats-Unis. Sa mort prive notre pays partie de nous-mêmes".

Cette mort prive également le monde d'une de ses dernières superstars, d'un des derniers personnages à être vivants dans la légende.

Elvis Presley naît, pauvre, à Tupelo, une bourgade du fond du Mississippi, en janvier 1935. Son père est ouvrier journalier. Sa mère le couve. Tout gosse, il chante à l'église. Où il observe, fasciné, les prêcheurs noirs qui n'hésitent pas à sauter sur les harmoniums pour rendre plus convaincants leurs sermons. A 11 ans, il reçoit sa première guitare. "J'aurais préféré une bicyclette", murmure-t-il. Sept ans plus tard, il enregistre son premier disque. En un seul et unique exemplaire.
Et en payant 4 dollars: un message de tendresse filiale, le cadeau d'anniversaire qu'il réserve à sa mère.

C'est la seule fois où Elvis Presley paiera pour graver sa voix dans la cire. En revanche, depuis, près de cinq cents millions de fans ont payé leur écot pour danser, flirter, rêver sur "Heart break Hotel, Hound Dog, It's Now or Never ou Blue Suede Shoes.

Un an après son enregistrement "privé", Presley, jeune camionneur, revient au studio de Sun Records à Memphis. Mais, cette fois, le patron, Sam Phillips, l'engage, sûr d'avoir enfin trouvé l'oiseau rare. Lui, le Blanc, capable de chanter, avec le feeling, la musique des "nègres" du coin. A l'époque, d'autres chanteurs s'efforcent de marier le rhythm and blues violent et swingant des Noirs et le hillbilly grasseyant et pépère des cow-boys de la plaine.
Mais le Bill Haley est déjà trop vieux.

Presley, lui, est blanc, jeune, beau. Et puis, il chante comme un dieu:
voix ample, sensuelle.

Et puis il bouge comme un diable:

coups de reins ravageurs, manche de guitare érigé entre les hanches: "Elvis the pelvis... "
Alors, avec son mètre quatre-vingts, ses cheveux gommés, ses yeux bleus, sa moue pulpeuse et son sex-appeal candide, Presley va jouer les détonateurs, les catalyseurs.

1955: le moment s'y prête. Partout, mais surtout aux Etats-Unis, la jeunesse prend le pouvoir d'achat. Et se forge des idoles dont la "violence sans cause" passe par les écrans de cinéma (le Marlon Brando de L'Equipée sauvage, James Dean), ou les plateaux des électrophones. En quelques mois, Elvis Presley, le petit camionneur amateur de Memphis, se retrouve catapulté sur le devant de la scène mondiale. Acclamé par toute une génération. Voué aux gémonies par la précédente, qui l'accuse de transformer "les adolescents en bêtes sauvages et les jeunes filles en putains". II répond avec humour:

"Je bouge des hanches pour trois raisons. D'abord, parce que ça me fait du bien. Ensuite, parce que ça fait du bien à ceux qui me regardent. Enfin, parce que ça ne fait de mal à personne."

Ne pouvant juguler le phénomène, le show biz entreprend alors de le récupérer. Presley met de l'eau dans son rock and roll, part faire son service militaire en Allemagne, coupe ses cheveux, paie ses impôts, tourne, à Hollywood, navets en Technicolor sur navets en scope, et fait un mariage romantique (et malheureux) avec Priscilla Beaulieu. la fille de son capitaine. Le mustang est devenu poney.

Bousculé dans le même temps par la vague contestataire, le mouvement hippie, les Beatles, Bob Dylan et les Rolling Stones - ses enfants naturels -il va alors se retirer, en 1960, sur sa colline dorée. On le dit fini. Perdu pour la cause du rock n'roll. Faux. En 1968, il réapparaît, telle une tornade, et, en un show télévisé, remet le monde à ses pieds. Mais peut-on chanter à 40 ans ce que l'on chantait à 20?... Très vite, les shows d'Elvis, donnés à Las Vegas devant des fans aux cheveux grisonnants à 200 dollars le fauteuil, tournent au pastiche, à la "nostalgia". Alors, pour "compenser", Presley, qui a perdu sa mère (morte comme lui à 42 ans), et que sa femme a quitté, commence à se gaver d'énormes sandwiches au beurre de cacahuètes et à la banane...

Limousines dorées

Ces dernières années encore, Presley gagnait quelque soixante-dix mille francs par jour, dimanches et fêtes inclus. Deux milliards et demi de centimes par an... Ventes de disques et royalties sur les cravates, les T-shirts, les brosses à cheveux, les tubes de rouge à lèvres les oreillers, les slips peints à son effigie. Sur ses photos s'allumant toutes seules dans le noir. Sur son lait. Oui, il y a un lait Elvis Presley!
Alors, évidemment, il pouvait tout s'offrir. Manoir princier avec colonnades grecques et galerie des glaces. Limousines dorées. Gardes du corps, chargés même de goûter sa nourriture... Il pouvait tout offrir.
Des crèches, des hospices, des fondations pour les drogués.
Ou bien une Cadillac à un passant qu'il surprenait devant la vitrine d'un concessionnaire.

La seule chose qu'il ne pouvait acheter... c'était la certitude.
Certitude que ses amis l'aimaient.
Certitude que la fille qui s'accrochait à son bras était là pour lui et non pas pour les photographes.


Certitude qu'il était encore "le King" et non pas ce reclus volontaire, gavé de beignets à la confiture et de pilules amaigrissantes.
Alors, Presley s'est laissé grignoter par la mort pour aller rejoindre dans le néant toutes ces lucioles de la pop music - Brian Jones, Jimmy Hendrix, Janis Joplin, Jim Morrison -
qui, avant lui, s'étaient brûlé les ailes à la lumière d'une gloire planétaire.

Pour en finir, les autres avaient choisi la drogue.
Presley, lui, a préféré les sucreries. Il ne buvait pas. Ne fumait pas. Ne se droguait pas.

Pourtant, s'il est mort à 42 ans, c'est bien d'une overdose.
Une overdose de solitude



Dernière édition par Nine le Lun 17 Aoû - 2:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Lun 17 Aoû - 2:09

Glory, glory hallelujah



Oh I wish I was in the land of cotton
Oh je souhaite être dans le pays du coton
Old things they are not forgotten
Vieilles choses qu'ils n'ont pas oubliées
Look away, look away, look away Dixieland.
Regardes là bas, regardes là bas, regardes là bas les Etats du Sud

Oh I wish I was in Dixie, away, away
Oh Je souhaite être dans les Etats du Sud, là bas, là bas
In Dixieland I take my stand
Dans les Etats du Sud je reste sur ma position
To live and die in Dixie
De vivre et mourir Là bas.
Cause Dixieland that's where I was born
Parceque les Etats du Sud, c'est là où je suis né
Early Lord one frosty morning
Tôt Seigneur par un matin glacial.
Look away, look away, look away Dixieland.
Regardes là bas, regardes là bas, regardes là bas les Etats du Sud

Glory, glory hallelujah
Glory, glory hallelujah
Glory, glory hallelujah
His truth is marching on
Leur vérité se manifeste.

So hush little baby, don't you cry
Aussi tais-toi petit bébé, ne pleures pas
You know your daddy's bound to die
Tu sais ton Papa est parti mourir.
But all my trials, Lord
Mais toutes mes épreuves, Seigneur
Will soon be over
Seront bientôt terminées.

Glory, glory hallelujah
his truth is marching on
Leur vérité se manifeste.
His truth is marching on
leur vérité se manifeste.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12904
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Mar 18 Aoû - 9:05



August 12th, 2009 by James
The former Prime Minister known for his love of Elvis Presley attending the unveiling of a statue of “the King” in Kobe
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 23 Aoû - 1:59

CALLING ELVIS !

...Well tell I was calling just to wish him well
Let me leave my number - heartbreak hotel
Oh love me tender - baby don’t be cruel
Return to sender - treat me like a fool...



Même si 17 % des américains pensent qu’Elvis est toujours vivant, il restera quand même éternellement la seconde personne la plus connue au monde après Jésus !
Aujourd’hui, les disques et vidéos du King perpétuent la légende du rock and roll.
Elvis laissera dans l’histoire de la musique un trace indélébile.



DIRE STRAITS


Dernière édition par Nine le Dim 23 Aoû - 14:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 23 Aoû - 2:14

UNE LEGENDE RESTE ETERNELLE



Une rumeur ....

Elvis Presley Le King disparaissait il y a tout juste 32 ans.
Elvis aurait aujourd’hui 74 ans, et un nombre considérable d’Américains est encore convaincu que le King n’est pas mort. Selon un sondage CBS, quelque 7% d’entre eux, soit 20 millions de personnes, croient qu’il est vivant.

La légende urbaine, lancée par Weekly World News, a rapidement fait le tour de la planète, et les visions du roi du rock’n'roll n’ont fait que se succéder.

William Hill, le producteur du documentaire « la vérité sur Elvis » qui doit sortir bientôt, offre 3 millions de dollars à quiconque pouvant apporter la preuve que le King est vivant.

Aucune preuve tangible n’a encore été fournie, mais les témoignages des personnes qui ont rencontré Elvis vont bon train, et le plus souvent elles se sont faites dans des fast food.

Je ne savais pas que le Bic Mac avait des vertus hallucinogènes !

Les preuves irréfutables déjà avancés (trouvez mieux) :

* La faute d’orthographe sur son deuxième prénom, Aaron au lieu de Aron
* le cercueil était trop lourd (ou trop léger selon les versions)
* il n’aurait pas commandé de costumes pour sa nouvelle tournée contrairement à ses habitudes
* il aurait chanté «Blue Christmas» peu de temps avant sa disparition en plein été ...
manière de prévenir ses fans !


BLUE CHRISTMAS
Imparable !

Après tout, l’anagramme d’Elvis est « Lives » ! Elvis vit, une légende du rock ne peut pas mourir.

Elvis Presley - You are Always On My Mind
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 23 Aoû - 14:05

Elvis Presley peut-être encore plus adulé 30 ans après sa mort



Elvis Presley, déjà une idole de son vivant, semble avoir réussi à transcender la mort pour être toujours adulé trente ans après son décès, le 16 août 1977, à seulement 42 ans.

Bien que ses chansons ne fassent plus la Une des hit-parades depuis longtemps, la légende d'Elvis Presley continue de fasciner et à vendre. Des dizaines de milliers de fans de tous âges vont lui témoigner leur ferveur toute cette semaine à Memphis (Tennessee, sud) à l'occasion du 30e anniversaire de sa mort.

Elvis Aaron Presley c'était le pauvre qui a réussi, le blanc qui a su chanter comme un noir, le sex symbol proche de sa mère, le rebelle patriote, c'était aussi le roi du rock'n'roll, mort trop jeune, dont la célébrité et la fortune l'avaient plongé dans la dépression.

De John Lennon, le Beatles, qui s'y connaissait en matière de révolution musicale, au compositeur américain Leonard Bernstein, en passant par Bono, le leader du groupe U2, les grands ont loué le "King" et son influence."Avant Elvis il n'y avait rien", avait clamé Lennon. "C'est la plus grande force culturelle du XXe siècle", avait renchéri Bernstein. Et, le compositeur de "West Side Story" d'ajouter:
"Il a mis le 'beat' dans tout, la musique, le langage, les vêtements, c'est une révolution sociale".
Pour Bono, "Elvis a tout changé, musicalement, sexuellement, politiquement".

Même s'il n'a pas été le premier à mélanger le blues, une musique typiquement noire américaine inspirée de l'esclavage, avec la country music, l'apanage des blancs, il a donné vraiment donné son élan au rock avec son tube de 1956 "Heartbreak Hotel".



...You make me so lonely baby,
I get so lonely,
I get so lonely I could die...


D'une beauté physique et d'un charisme irrésistible, Elvis le rebelle a entraîné avec lui une génération d'après guerre qui voulait briser le corset des conventions imposé par leurs parents.Ses déhanchements sensuels et suggestifs lui ont valu l'opprobe des conservateurs tout comme son coup de foudre pour Priscilla, qui n'avait que 14 ans quand il l'a rencontrée.Mais Elvis a aussi fait sans rechigner son service militaire de deux ans en Allemagne et était un chrétien convaincu.Peu à peu pourtant, la bête de scène s'est empâtée physiquement jusqu'à devenir bouffie, les films médiocres se sont succédé à un rythme rapide, le kitsch a pris le pas et est tombé en dépression.

Pour autant cela ne l'a pas empêché de produire encore des classiques comme "In The Ghetto" et "Suspicious Minds", avant de mourir d'une crise cardiaque dans sa salle de bain.
Aujourd'hui, Elvis reste l'artiste solo le plus populaire au monde si on le mesure à l'aune du milliard d'albums vendus dans le monde entier.

Ils sont tous les ans 600.000 visiteurs à faire le pélerinage de Memphis, où Elvis a enregistré ses premières chansons, où il a vécu dans sa propriété de "Graceland" et où se trouve sa tombe.

Parmi les pélerins en 2006, Junichiro Koizumi, alors Premier ministre du Japon, qui avait profité d'une visite d'Etat pour aller à "Graceland" rendre hommage au "King".

Il exerce encore une telle fascination qu'il rapporte toujours entre 40 et 50 millions de dollars par an et la campagne de marketing sans précédent pour marquer le 30e anniversaire de sa mort devrait remplir les caisse de plus belle à coup de rééditions de chansons, de films, de tasses à café ou de pendules à son effigie.

Dans l'esprit de certains, il est si grand qu'il n'est pas mort et très régulièmement des témoins affirment avoir vu Elvis...bien vivant.


Dernière édition par Nine le Dim 23 Aoû - 14:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Dim 23 Aoû - 14:29

UN SOSIE VIEUX DE .... 1800 ANS


Statue romaine datant du II éme siècle après JC

Elle a été découverte en Égypte. C’est un ornement qui était disposé à l’angle d’un sarcophage.

Cette surprenante statuette, authentifiée et datée de l'époque romaine, sera vendue aux enchères chez Bonhams, à Londres, l'automne prochain.
Etonnante découverte
...Stupéfiant…
Une statuette, datant de l'époque romaine, trouble les esprits.
En effet, la statuette, qui sera vendue aux enchères à Londres en octobre prochain, présente de grosses similitudes avec…
Elvis Presley.

La statuette, en marbre, est haute de 33 cm et sa valeur est estimée entre 25 et 35000 livres sterling, l'équivalent d'environ 35000 euros.

Il y a comme un air de ressemblance avec Elvis, non ?
(On chantait déjà Hearthbreak Hotel)

C'est le chanteur qui compte le plus de "sosies" dans l'histoire du Rock et même de la musique, dans le monde entier même en Chine.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Lun 24 Aoû - 0:14

LOVE ME TENDER


...Love me tender,
love me sweet,
never let me go.
You have made my life complete,
and I love you so...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Mar 5 Jan - 13:29

BLACK VELVET
HOMMAGE A ELVIS PRESLEY
Alannah Miles.




Up in Memphis the music's like a heatwave
White lightening, bound to drive you wild
Mama's baby's in the heart of every school girl
"Love me tender" leaves 'em cryin' in the aisle
The way he moved, it was a sin, so sweet and true
Always wanting more, he'd leave you longing for


Dernière édition par Nine le Ven 4 Mar - 1:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9609
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   Ven 4 Mar - 1:44

BUDAPEST, Hungary -



Elvis Presley va devenir citoyen d'honneur à titre posthume de la ville de Budapest,
a annoncé mercredi le maire de la capitale hongroise.

Istvan Tarlos a déclaré que la municipalité entendait ainsi rendre hommage au
"King" pour son soutien aux Hongrois après l'insurrection d'octobre 1956
contre l'Union soviétique, qui a été écrasée par les chars de l'armée Rouge.

Par ailleurs, sur le site web de la ville,
les internautes sont appelés à désigner parmi 12 endroits à Budapest
le lieu qui sera rebaptisé du nom d'Elvis.
La clôture des votes aura lieu le 15 mars.

AP
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ELVIS PRESLEY LA LEGENDE   

Revenir en haut Aller en bas
 
ELVIS PRESLEY LA LEGENDE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Elvis PRESLEY
» Blue Suede Shoes - Elvis Presley.
» TONY GATTILLO...la même VOIX qu`ELVIS PRESLEY
» Bon Vendredi
» Elvis Presley aurait succombé à des crises... de constipation chronique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: ROCK & POP MUSIC :: Rock and Roll-
Sauter vers: