H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net

Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mer 22 Juil - 16:20

En guise de SAGA DE L'ETE

je vous propose de suivre la technique du "BUZZ" sur le net.

COMMENT DEVENIR UNE ROCK STAR ?
c'est nickel ...


Petite leçon en musique

Certains (es) y ont recours bien sûr pour garder une "visibilité" et il en faut de la mémoire vive et du disque dur ... pour retenir l'actu de Mr ou Mme Dupont.
(qui quoi qu'il arrive est un artiste), du moins lui le pense.

Cela même avec un seul album, ou un rôle plus que secondaire dans le 1200e épisode de "sous le soleil". D'ici là il aura une bio en préparation ou même un roman .., avec un zeste de chance une animation jeu télé, il paraît qu'on cherche un remplaçant à LAGAFFE .... pas Gaston l'autre ..., quoique l'idéal serait bien sûr une bonne realtv qui recycle, on ne sait pas encore ou ni comment, mais çà le fait, c'est sûr ...

Qui sait ? le tout c'est d'EXISTER :

TO BE OR NOT TO BE ... THAT IS THE QUESTION ?

Il ou elle n'a rien souvent ou si peu à distiller, dur dur d'être un BUZZER ?

Il en faut des efforts, de l'énergie et surtout de l'imagination pour garder " le contact"; c'est un vrai travail.

Avec l'espoir secret qu'on finira bien par nous annoncer une "vraie fausse nouvelle" aussitôt démentie par une vraie déclaration, dans un vrai journal ou sur un "vrai site" parce qu'il y en a des "faux" ... (c'est sympa çà les démentis surtout les officiels), oui l'illusion est maître mot, pendant ce temps certains captivent l'attention, fabriquent du click en fait, çà arrange bien du monde tout çà !

Et le pauvre malheureux personnage, rompu à la dure technique du BUZZ de tout et surtout de n'importe quoi, abuse et s'use comme du papier de verre,
c'est pas une vie çà quand même ... Les attachés de presse ne sont plus efficaces... les agents surbookés, le travail se fait rare et même une certaine presse "people" semble bouder, on préfère les Américaines bien "trashy" : qu'à celà ne tienne on est vraiment pas à la traîne ... (nous aussi on sait faire !)

Ici on a de l'expo, de la bonne, je cite au hasard le décor ocre de Roland Garros ou au lieu d'attraper un strabisme oculaire en suivant la trajectoire de la balle fulgurante d'un NADAL ou d'un FEDERER ...
on fixe l'objectif du photographe, on pose même, mince alors au prix du pass VIP chez Derby, çà fait cher la photo ?

Nous avons aussi les soirées VIP en tous genres, inauguration de bars hypes de la Capitale ... soirée d'une grande marque alcoolisée, défilés de mode etc etc

Dans la séries des bonnes recettes, on peut aussi se "coller" au bras de quelqu'un de connu plus ou moins, qui a bonne réputation et de bonnes entrées maintenant si c'est une star c'est encore mieux et si en plus il a de l'actu alors c 'est BINGO ! tout un art presque de l'inné .

Résultat, les vraies stars boudent, les organisateurs ne sont pas satisfaits, rien ne va plus dans la sphère strass et paillettes.
Trop de chercheurs d'or tuent la chasse au trésor. Les pépites ne sont pas légion.

Avec un bon carnet d'adresse, des invitations aux Premières ..., des vernissages .. Tout le monde n'a pas hélas la chance d'être invité à l'anniversaire de notre Johnny national, mais dans l'optique 2000 d'exister en insistant un peu .. çà peut se trouver.
Bref voilà le décor, et quand on est dans le show biz c'est très important le décor.

Ah, j'allais oublier "l'humanitaire". Oui çà c 'est vraiment indispensable dans la panoplie, parce que là si l'info et la photo ne sont pas relayées, c 'est qu'il y a vraiment un gros problème "d'image". On se demande si on est encore "bankable", à la mode ... questions existentielles terribles ? Même avec un bon coatch le résultat reste aléatoire.

Dur Dur d'être un BUZZER !

Vouloir faire "connu" c'est une sacrée inconnue, je vais pourtant vous livrer la technique en théorie mais je ne garantis pas la pratique ...

Il y en a cependant qui réussissent, sans faire de bruit et qui sont rares .. Ceux là ont compris que ce qui est rare reste précieux, et ils en vendent de la galette qui chante et du film qui cartonne etc ...

Mais c'est peut être çà les vrais Artistes, eux quand il s'expriment c'est qu'ils ont quelque chose à dire, ou même à chanter. Et le silence c'est bien aussi parce que c'est de la musique.

Et je vais conclure cette introduction sur une déclaration de :
GRETA GARBO LA DIVINE

le critique de cinéma Remo Forlami déclare que Greta Garbo était :
"l'incarnation même de la star telle qu'on l'entendait encore il y a quelques années".
Voilà bien le mythe de la star, distante jusqu'à en être inaccessible, au propre et au figuré ; et non, la star n'est pas ce concept galvaudé, cet anglicisme (américanisme ?)
qu'on entend à tout bout de champ, pour un oui ou un non, pour la minette d'un jour ou le bellâtre d'un instant.
Pauvre Greta au statut déchu... étoile pâlie par la mode du vocabulaire excessif...

******
Declaration de Greta Garbo :

"Je ne veux pas qu'on parle de ma mère et de mon père. Pas plus de mon frère et de ma soeur. Vous n'obtiendrez aucune confidence intime de moi.
Pourquoi raconterai-je leur histoire ? Ils sont à moi ! Et que vous dirai-je d'extraordinaire ?
Toutes les vies se ressemblent. On va à l'école, on apprend, on grandi. Qu'importe que mes parents aient été ceci ou cela, qu'ils aient accompli ceci ou cela ? Ces détails ne sont que des balivernes, un individu ne se justifie que par ce qu'il laisse derrière lui, ce que nous édifions est notre seule identité, mes marques se trouvent, elles, actuellement dans l'expression cinématographique".

Nine artmony


Dernière édition par Nine le Ven 21 Aoû - 2:33, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mer 22 Juil - 17:41

Le Buzz sur Internet (Videos drôle, trash, polémique, sexe, ...)

Introduction

(un peu de technique pour la compréhension)

Fausse pub, Détournement ou Provocation, les publicitaires utilisent de plus en plus un outil marketing appelé « Buzz ».
Ce dossier est consacré à cet outil de promotion publicitaire qui va nous permettre de comprendre ses fondements, ses caractéristiques, ses qualités mais aussi ses défauts. Nous tenterons enfin de répondre à la question :

Comment réussir un Buzz ?
I. Le Buzz : Définitions & Cadre


Le terme « Buzz » est assez récent puisqu’il date de l’apparition des nouvelles technologies de l'information et de la communication. Egalement appelé « Marketing Viral », le Buzz est surtout employé pour la diffusion d’un message publicitaire sur internet. Lorsque l’on fait du « Buzz », cela signifie que l’on fait du bruit autour d’un produit (d’une idée, d’une marque).

C’est un terme utilisé par les services marketing qui se popularise depuis quelques années sur Internet avec l’apparition des services communautaires, notamment la vidéo en ligne.
Dans les livres ou sur Internet, les définitions du Buzz sont multiples et ne sont parfois plus adapté aux fonctions actuelles du Buzz. A mesure que les techniques marketing sur Internet se développent, le terme Buzz se complexifie.
Les différents type de Buzz

On entend souvent parler de buzz marketing ainsi que de marketing viral, que se cache-t-il réellement derrière ces termes. Certains énonceront de grandes différences entre l’un et l’autre en expliquant que le buzz marketing est toujours rattaché à un évènement ou une action spectaculaire, seulement voilà le marketing viral repose sur le même fondement.

D’autres encore tenterons de nous faire croire que seul le buzz marketing c’est du bouche à oreille, oui mais le marketing viral ? Qu’est -ce, si ce n’est pas du bouche à oreille ? Pour synthétiser et surtout simplifier l’amalgame blogosphérique, buzz marketing et marketing viral sont identiques à un élément prêt, leur diffusion au sein des consommateurs.

Le buzz marketing c’est la diffusion d’un message par une société, le marketing viral c’est la réussite suite à la diffusion du buzz, comme la diffusion d’un virus le message se suffira à lui-même pour « contaminer » chaque individu du monde sans que la société n’ait à débourser un centime de plus.


Dernière édition par Nine le Mer 22 Juil - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mer 22 Juil - 17:47

Le Buzz sur Internet
1. Un médium global

L’une des particularités du réseau Internet c’est bien sur de faire tomber les distances. On peut également parler de « village global » où tout le monde peut accéder à la même information à n’importe quel moment .
L’information à transmettre pour les publicitaire est donc grandement facilitée car tout connecté à internet est susceptible de pouvoir recevoir cette information.

Même si le réseau Internet tend à se standardiser, certaines exceptions vont intervenir lors de la diffusion de l’information : la tradition à laquelle est relié l’internaute ainsi que sa langue. On comprend aisément que l’humour anglais ne fera pas forcément mouche chez les Américain et que les pubs Indous ne toucheront pas entièrement le public Français…

Outre ces exceptions, qui peuvent être surpassé lors de publicités dont l’humour peut se comprendre par tous, Internet reste un vecteur d’information bel et bien mondial.

Exemple de Buzz « Mondial » : BudWeiser et son « Wassuup »

>

Pour étayer la globalité d’Internet et donc des publicités virales, nous prendrons l’exemple de la bière BudWeiser qui, en 2000 a lancé une pub qui à fait, en quelques semaines, le tour du monde. « Wassuup » : Internet, TV, Presse, personne n’a pu manquer le buzz généré par cette publicité. Et même si le message publicitaire n’était pas forcément compréhensible, la marque à réussi à ce placer dans les esprits, et ce partout dans le monde.

A noter qu’une étude marketing sur cette pub a montré que très peu de personne, lors du lancement de cette pub, l’avaient compris. Pire, ils ne se rappelaient jamais de la marque … Néanmoins, quelques années après ce buzz phénoménal, la quasi-totalité des interrogés savent que c’est une marque de bière qui avait proposé cette pub et plus de la moitié, la marque BudWeiser. Pub raté ou pas, le Wasssuppp est devenu célèbre !

2. Un médium souple et permissif

L’autre avantage du réseau c’est sa souplesse. Une campagne ne se révèle pas assez performante ? Mettons en ligne la deuxième version ! Avez-vous les statistiques sur cette campagne pour hier, entre 18 et 22h ? Bien sur ! L’information ne passe pas bien ? Pas de problème, multiplions les vecteurs d’informations (Mailling, Forum, Sites communautaires, Blogs, …)…
Toutes ces questions que les clients peuvent poser à leur publicitaires sont tout de suite plus simple à résoudre et surtout l’action et immédiate (ou presque). Les possibilités d’actions sur une campagne publicitaire programmée sur une chaine de TV ou une radio sont bien plus restreintes (Voire nulle).

Exemple de Buzz « Souple » : Les pubs Axe « Bom Chicka Wah Wah »

La communication de l’entreprise de déodorant Axe, qui s’adresse à un public d’homme est souvent orientée vers des publicités portant autour du sexe. Ce domaine est difficile à mettre en place de façon systématique à la télévision par exemple. Problème de public, de transmission et compréhension du message, … C’est pour cela que Axe utilise Internet pour débuter ces campagnes de pub. Par vague de 5 ou 6 pubs différentes, Axe propose aux internautes, via son site ou les sites de partage en ligne, de visualiser les pubs. C’est en partie ainsi que certaines pubs, mal comprises ou mal interprétés ne seront pas diffusé à la TV
.
Les internautes servent de beta-testeur dans ce cas précis …et certaines pubs pour les campagnes « Bom Chicka Wah Wah » que l’on a pu voir dernièrement à la TV n’ont pas été diffusé suite à certain propos tenus sur les sites communautaire. On y voyait des femmes toucher de façon sensuelle des objets métalliques de leur vie quotidienne de la même façon que leur mari…Cela à cause du déodorant Axe qui était recyclé avec les métaux... Ou encore une pub sulfureuse, où une femme craquait pour son dentiste tout en ayant du coton dans la bouche …


PUB NON DIFFUSEE
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mer 22 Juil - 17:54

Un médium ou l'info circule vite

Certains événements récents comme l’élection présidentielle nous l’on encore prouvé, Internet est un médium ou l’information circule extrêmement rapidement… Vidéo caché, Info internationale, photo volée, enregistrement audio, … Les informations diffusés sont alors incontrôlable et se propage très rapidement d’internaute en internaute via différents vecteurs : Blogs, Site communautaire, Site de partage de vidéo et audio, réseaux P2P … Tout est fait pour que l’information se transmette facilement.

*
Les photos privées de Laure Manaudou

Photo Laure Manaudou ...presque nue !Dernier exemple en date, celui de notre nageuse nationale Laure Manaudou. En quelques heures les clichés de la nageuse, dévêtue pour l'occasion, se sont faufilés aux quatre coins du web. Les requêtes sur Google ont elles aussi explosés "Laure Manaudou nue", "Laure manaudou sex", "photo nue Laure Manaudou" ... De très nombreux bloggeurs ont ainsi publié des posts contenant des mots clés pour ensuite espérer avoir des retours sur les affluences ... Eh bien le pari à été gagné puisque durant ces trois jours d'effervescence, certain ont multiplié leur audience par 10 ! Impressionnant !

Quelques heures après la publication, les avocats français de la jeune nageuse ont demandé la suppression des photos. Il est désormais difficile de trouver les photos sur internet ... sauf sur les réseaux P2P ou les photos poursuivent leur multiplication... Un exemple de Buzz très rapide donc ou le web à une nouvelle fois montré sa rapidité de diffusion ... même si sur le fond, le fait de publier des photos privée n'est pas vraiment positif pour l'image que véhicule Internet auprès des autres médias.

Un autre exemple flagrant de cette propagation de l’information est par exemple la vidéo du président Sarkozy au G8 dévoilé au départ par une chaine de TV Belge … L’information s’est propagé en France via Internet et en quelques jours, la vidéo avait été vu par plus de 5 millions d’internautes…C’est également par ce billet que des rumeurs et fausses informations ont transité …et ont même était repris par les TV.



*

On se demande parfois si les publicitaires ne prennent pas les internautes pour des Beta-Testeurs. Pour les pubs Axe, la société l’avait ouvertement affirmé. Dans les deux exemples ci-dessus, les publicitaires n’ont pas hésitez à mettre en jeu l’image de la marque Le Buzz à certes fonctionné …mais pas dans le bon sens.

Les internautes ont maintenant d’énormes possibilités pour s’exprimer, notamment grâce aux commentaires des billets postés par les journalistes ou les bloggeurs ainsi que des sites communautaires ou le dialogue et la franchise sont de mise. Les deux campagnes suivantes ont ainsi fait réagir des milliers d’internautes.

*
Nothing to Hide


Les réactions ont naturellement étaient centrés sur le fait de montrer la nudité pour vendre. Ainsi, le Buzz à fonctionné grâce à la nudité. Le message publicitaire à lui aussi eu du mal à passer à priori, surtout lorsque l’on tape le nom de la marque sur internet, des commentaires très violents envers la marque sont proposés … Difficile de croire que ce Buzz va promouvoir la qualité de la marque et son image …
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mer 22 Juil - 18:02

III Y a-t-il une méthode pour qu’un Buzz fonctionne ?

Après avoir vu les enjeux du Buzz et les différents moyens de le propager, essayons de voir maintenant s’il existe une méthode pour réussir son Buzz. C'est-à-dire :

* Qu’il se propage sur le net
* Que sa propagation soit rapide
* Qu’il fasse parler de lui
* Que le message soit compris
* Que l’association Pub / Marque soit faite correctement



Pour réussir son buzz il peut être intéressant de suivre 6 grands principes. (Principes tirés de l'excellent Blog de JF Ruiz)

1. Créer de l'émotion
2. Etre original
3. Raconter une histoire
4. Garder l'attention
5. Liberté du buzz
6. Maîtriser les supports et les réseaux

o
Créer de l'émotion

Pour qu'un buzz fonctionne, il doit susciter une réaction chez le spectateur, quelle soit positive ou négative. Ça peut être de l'amour, de la haine, de la compassion, un mal-être, bien-être, admiration, dédain... Il faut essayer à tout prix de marquer les esprits avec des actions fortes même s’il faut choquer.

o
Être original

L'une des plus grandes difficultés est de surprendre le public avec des idées originales, inattendues, encore inexploitées par la concurrence. Si vous voulez copier une campagne de pub, faites le en prenant de la distance, voir avec un ton parodique, et inutile de vanter les mérites du produit en citant ces avantages, tout le monde le fait depuis les débuts du siècle dernier.

o
Racontez une histoire

Pour que le buzz ait une portée dans le temps, il doit absolument être soutenu par une histoire, un univers tenant la route, la principale erreur est de penser que le produit et ses avantages se suffisent à eux-mêmes. L'utilisation de sublimes mannequins dénudés ou de star est un plus mais non une fin en soi, Par analogie, pour comprendre, penchons nous sur le cinéma, la majorité des grands films sont souvent soutenus par un récit intéressant. Si visuellement le film est esthétiquement très bon et l'histoire banale, son impact sera bien moindre. C'est finalement un mélange délicat entre l'histoire, l'univers et la promotion du produit.

o
Gardez l'attention

L'une des grandes difficultés du Web, là où tout se passe plus vite, c'est de tenir l'attention du public sur la longueur. Miser sur la qualité, l'originalité du buzz est un pari dangereux, mieux vaut assurer le buzz sur la durée en proposant des spots réguliers (exemple : Axe). La poursuite d'un buzz peut s'articuler de différentes manières soit en segmentant le récit en plusieurs épisodes soit en présentent l'envers du décor (type making of : BNP Paribas). La poursuite du buzz peut également se poursuivre sous la forme d'un site, blog, widget, stickers, goodies.
Exemple du très récent Buzz pour Lagardère Publicité :

* Premier jour : Vidéo assez énigmatique avec pour fin le slogan « Emma je t’aime ! »
* Troisième jour : Apparition du site Internet
* Quatrième jour : Apparition de flyer et affiche dans Paris
* Ainsi de suite pendant 3 semaines (Pub TV, Radio, Journaux, Vidéos, …)

Paul222 a utilisé le site Wat.tv pour diffuser toutes ses annonces, voici donc une playlist Wat.tv !

A noter que l'épisode "Emma je t'aime" a fait l'objet d'une petite rétrospective d'un particulier. A voir si vous n'avez pas suivi le buzz !



o
Libérez le buzz

Plus les méthodes de partage d'un buzz sont larges, plus l'expansion du buzz sera rapide et efficace. l'expansion passe dans un premier temps par des formats d'échanges classiques jpg , mpg facilitant donc l'échange puis dans un deuxième temps par des réseaux adéquates type dailymotion, youtube, blogmarks, delicious, magniolia. Pour une diffusion constante et exponentielle, il est important que les moyens de cette diffusion soit gratuits et ne nécessitent aucune inscription, authentification, logiciels particuliers. Les outils qui reviennent souvent sont : « Envoyez à un ami » « Promouvoir sur » « Copier-collez le code suivant sur votre blog », « diffusez d'après votre carnet d'adresse Gmail (Quetshup -> à la limite du spam !».

Puisque le buzz produit des émotions, il est normal de permettre à tout internaute de poster des réactions sous forme de commentaires, que les avis soit positifs ou négatifs le plus important c'est qu'on en parle, de toute façon le débat entre personne pour et contre nourrit le buzz. Pensez cependant à prévoir la modération des commentaires et n'hésitez pas à supprimer s’il le faut.

o
Maitriser les supports et les réseaux

Si autrefois une simple optimisation des pages et quelques backlinks suffisaient pour être présent sur le devant de la scène aujourd'hui c'est devenu très différent. A mesure qu'Internet vieilli les méthodes de marketing web se complexifient.

Pour accroître son rayonnement il est de bon ton d’utiliser soit le support blog et de tenter de percer d'après des articles de qualités soit d’utiliser l’influence même de grands bloggeurs (bloggeur dit influenceur) via les méthodes de seeding. L’approche du seeding (marketing d’influence) nécessite du temps mais peut payer énormément sur le long terme. En revanche cette approche est peut être la plus délicate, les influents sont à manier avec précaution, une approche trop commerciale peut déboucher sur un flop, pire si ils se rendent compte que vous leur avez menti ou si ils se sentent utilisés, votre plan marketing ira irrémédiablement dans le mur.

Un autre type d’actions marketing consiste à placer directement le consommateur comme créateur du produit, cette technique est appelé le Consumer Generated Media. Un certain nombre de marque ont ainsi offert aux internautes de proposer leurs vidéos ou photos pour participer à un concours ou un module collaboratif (Wat.tv, Gmail, Nike), mieux encore les internautes peuvent désormais proposer leur scénario et pitch. Ce genre d’approche ne peut fonctionner uniquement dans les cas ou l’implication demandée au public reste faible.


Dernière édition par Nine le Mer 22 Juil - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mer 22 Juil - 18:06

CONCLUSION

Longtemps considéré comme un média de deuxième choix du à son manque de maturité, Internet a su attirer les publicitaires qui lui ont trouvé de nombreux atouts :

Rapidité des messages, souplesse et globalité du réseau, large espace de test.

Le consommateur étant, sur internet, un acteur, le risque de modification du message devient plus grand : Les discussions se font très facilement et le détournement rapide. Le risque étant proportionnel à la diffusion du message sur la toile. Il faut donc réussir à diffuser largement son message, tout en évitant les pièges de la toile.

Les Buzz sont désormais monnaie courante et internet n’est plus la seule cible :

Radio, TV, Journaux … sont maintenant les cibles des publicitaires pour leur Buzz (Cretins.fr, Emmajetaime.com, …). Les médias classiques redirigent vers le web.
Tout cela nous permet de dire qu’Internet est devenu un média de masse.


Elements source :
l'excellent site informanews
******

Voilà si çà peut aider certains apprentis ou buzzers professionnels à affiner leurs techniques, pour les rendre moins lourdes et plus "agréables" ? et surtout d'arrêter le mauvais "matraquage" ce serait sympa.

Bien qu'il existe, je le redis, un peu de "classe" dans ce monde de brutes. Fort heureusement j'en connais, mais trop rares dommage ! En même temps ce qui est rare et bon.

La rareté du fait donne du prix à la chose.

Citations de Jean de La Fontaine



Dernière édition par Nine le Mer 22 Juil - 18:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mer 5 Aoû - 13:07


Tous people ou la dernière farce de la société du spectacle
************************************************************
Sylvain Lapoix | Lundi 12 Mai 2008 journal Marianne.

Dans La société des people (le 28 mai chez Michalon), Hugues Royer, directeur d'édition de Voici, se penche sur ces inconnus qui, en devenant célèbres, cassent l'échelle des valeurs et instaurent un curieux «droit à la notoriété» illusoire qui ne fait que renforcer la fracture sociale.


Tous people ou la dernière farce de la société du spectacle
Qui de Louis XIV, Robert Mitchum, Christophe Dechavanne ou Steevie est le plus populaire ?

Ne répondez pas trop vite, vous seriez surpris. Dix ans au coeur du magazine Voici ont bien fait comprendre à Hugues Royer que la question des people ne pouvait plus être traitée à la légère. Dans son dernier ouvrage, La société des people (à paraître le 28 mai chez Michalon), cet ancien prof de philosophie érige en sujet d'analyse une figure qui incarne à elle seule le paroxysme du culte de l'image : le people.

Le people : ready made télévisuel
Créé de toute pièce par les programmes de télé-réalité, le people constitue une sorte de paroxysme de cette société du spectacle que Guy Debord théorisait en 1967. Inconnu, sans talent particulier, le people n'émerge de la foule que par son image répercutée sur les écrans : il n'est célèbre que d'être regardé par des millions de téléspectateurs admiratifs de la notoriété qu'ils lui fabriquent. A la manière des objets manufacturés que l'artiste Marcel Duchamp transformait en oeuvres d'art par leur simple exposition, le people est un « ready made » télévisuel.
Une inconnue devenue célèbre malgré un physique en dehors des canons contemporains chante en duo en prime time avec une autre people promue par la même émission de télé réalité


« En laissant entrevoir une sorte de « droit à la notoriété », qui signifierait une démocratisation de la célébrité, la peoplisation de la société est perçue comme un signe de modernité alors qu'elle ne fait qu'entretenir une illusion sociale », explique l'auteur. Se greffant sur le concept chiraquien de la « fracture sociale », ce nouveau canal est perçu comme un pont entre les marges et l'élite, entretenu par les slogans populistes des gens de téléréalité qui vivent de ce fantasme. C'est le règne du :
«Pourquoi pas moi ?»

Paris Hilton, parangon du nouvel ordre social
Au travers des émissions comme Loft story, la notoriété devient sans condition, sans préalable

inutile d'être talentueux, intelligent, riche ou membre de réseau influent, il suffit de vivre. Un « être célèbre » porté à son paroxysme par le « scandaleuse » Paris Hilton qui, en faisant le plein d'essence, cassant un talon ou achetant de nouvelles lunettes, magnétise toute la presse people.


Une panne d'essence de Paris Hilton ? Elle demande aux paparazzis de remplir son réservoir. Une véritable synthèse de la société des people !

Dès lors, la célébrité devient une fin en soi, un nouvel idéal social promu par la société consumériste comme accessible à tous, suivant toutes les déclinaisons inventées par le Hollandais De Mol, créateur de Big Brother. Mais le hic est de taille : dans ce système, aucune différence entre privé et public, intime et télévisé. Un jeu auquel s'est adonné Nicolas Sarkozy, élargissant la sphère du people mais dont il paie le prix par une chute de popularité vertigineuse.

Les peoples sont-ils des assistantes sociales ?
Dans son ouvrage, Hugues Royer s'inquiète néanmoins de ce mouvement d'uniformisation qu'Alain Finkielkraut dénonçait déjà dans La défaite de la pensée : aux yeux du public, une reprise d'une chanson de Francis Lalanne par les étudiants de la Star Academy vaut un concerto de Schubert et une cuite d'Amy Winehouse un poème d'Aragon. Les critères de jugement semblent faussés au point que se développent les « mini peoples » qui développent une notoriété vide de légitimité dans des micro réseaux, notamment sur Internet : Myspace, Facebook, etc.

L'auteur se veut rassurant :

« nous nous adapterons : à terme, le tous people videra de son sens le simple fait d'être célèbre. » Se penchant sur son métier, il perçoit même une qualité cathartique à ces célébrités si communes et proches des gens : « je suis sincèrement persuadé que, en observant la vie d'amour, de réussite, d'échec et de rupture de ces personnes, les gens normaux comprennent un peu mieux leur propre vie, qu'ils perçoivent comme très complexe », développe-t-il. Retour à La société du spectacle : éblouissant, scandaleux et célèbre, les peoples sont le négatif photographique des milliers d'anonymes qui les regardent et les comprennent plus facilement qu'ils ne réussissent à le faire avec les êtres qui sont les plus proches d'eux. Ils réinjectent un peu d'être dans le paraître en attendant de pouvoir se passer de l'image sublimée de l'autre pour vaincre sa propre transparence sociale.

EXTRAIT
Chapître 2 LA CONFUSION DES GENRES

Autrefois, les rares individus qui accédaient à la notoriété bâtissaient leur réputation sur des actes ayant marqué les esprits. Christophe Colomb découvre l’Amérique, Henri IV promulgue l’édit de Nantes, Napoléon fixe les règles du droit moderne, Einstein élabore la théorie de la relativité. Grâce à l’invention de l’imprimerie, cette notoriété a pu gagner de nouveaux territoires en dépassant le cadre de la transmission orale : le bouche à oreille a été relayé à une échelle plus vaste. Ensuite, grâce au cinéma, on a vu émerger les stars qui mimaient les exploits de ces héros de légende.

Ainsi, John Wayne n’a jamais accompli d’acte mémorable susceptible de le faire entrer adans l’Histoire ; il n’a fait que jouer les cow-boys valeureux. L’apparition de la télévision a encore changé la donne : elle a permis à des animateurs, en tous points semblables aux téléspectateurs, de devenir des vedettes. Depuis la fin des années 1990, nous assistons à un quatrième phénomène : ce sont les téléspectateurs eux-mêmes qui, en entrant dans la petite lucarne, accèdent au rang de people.
À chaque étape, on observe une déperdition par rapport à l’exploit originel : chaque nouveau genre est un avatar issu du précédent, une pâle copie.

Ainsi, la star est un avatar de la légende (qu’elle incarne avec plus ou moins de talent), la vedette un avatar de la star (c’est la première qui valorise la seconde lors des talk-shows), et le people un avatar de la vedette (les héros de la téléréalité ont une espérance de vie plus brève que les animateurs des émissions qui les voient naître).

Si cette typologie a le mérite de clarifier la situation, proposant un outil qui permet à chacun de classer aisément l’ensemble des personnes médiatisées, elle reste un modèle théorique, aujourd’hui mis à mal par une lame de fond qui tend à gommer toute hiérarchie entre les célébrités. De fait, il arrive qu’un animateur soit plus connu que l’actrice qu’il reçoit dans son émission ou encore qu’un people issu de la téléréalité ravisse la une d’un magazine au présentateur vedette du 20 heures. En d’autres termes, stars, vedettes et people sont de plus en plus logés à la même enseigne. De surcroît, victimes d’un nivellement par le bas, tous s’apparentent désormais à des people.

Sur ce point, l’exemple d’Isabelle Adjani est particulièrement significatif. Star étiquetée comme telle du cinéma français depuis trente ans, spécialiste des héroïnes passionnées, de Marguerite de Valois à Camille Claudel, en passant par Adèle Hugo, l’actrice n’a pas hésité à se muer en authentique people durant l’été 2004 : alors qu’elle avait fait de son absence sur la scène médiatique une éthique, elle a soudain pris le contre-pied total en se répandant dans la presse. Convaincue que son compagnon, Jean-Michel Jarre, la trompe avec la comédienne Anne Parillaud (ses limiers auraient surpris le couple illégitime dans un hôtel), elle contacte le directeur de Paris Match. Le 24 juin, en couverture du magazine, elle annonce qu’elle quitte le musicien :
«J’y ai cru et il m’a trompée.» Depuis Londres, où il travaille, Jean-Michel Jarre apprend donc la rupture en même temps que les lecteurs de Match. Mais l’ouragan Adjani n’en est qu’à son commencement : l’actrice multiplie les rencontres avec les directeurs de presse, accorde deux autres interviews-fleuves sur le sujet, l’une à Elle, l’autre à l’Express. Au total, elle fera la couverture d’une dizaine de magazines – dont trois pour le seul VSD.

À la faveur de cet accroc dans sa vie privée, Adjani a donc consenti à descendre de son piédestal pour disserter sur l’infidélité en général, truffant son propos d’anecdotes personnelles, comme l’aurait fait n’importe quel témoin anonyme d’une émission de Jean-Luc Delarue. Besoin soudain de reprendre son image en main, pour ne pas être considérée comme une victime par le public, après le souvenir amer de sa rupture avec l’acteur Daniel Day-Lewis, six ans auparavant ? Quoi qu’il en soit, cet été-là, Isabelle Adjani est apparue comme une femme résolument moderne, comme si elle avait compris que le star-système était mort et qu’à force d’être absente, elle risquait, davantage encore que de désacraliser le mystère dont elle s’entoure, de sombrer dans l’oubli. i[«Je ne me réveille pas le matin en me disant : “Voilà, c’est moi la dernière star, c’est inouï le mystère que je dégage’’ [...] J’essaie de vivre ma vie et c’est tout.»]i Ultime pied-de-nez à son statut d’icône ? Force est de constater, en tout cas, la rapidité avec laquelle la star Adjani s’est muée en people. On le voit bien, il ne sert à rien de vouloir maintenir une hiérarchie entre les différents types de célébrités.

Mireille Dumas l’a bien compris. Dans «Vie privée, vie publique», son émission diffusée sur France 3 depuis 2000, alternent les confessions d’anonymes et celles de personnalités connues, dans une forme d’équivalence absolue. En choisissant le titre de ce talkshow aux allures de thérapie de groupe, l’animatrice a anticipé un mouvement de fond de la société française : l’abolition de la frontière entre ce qui relève de l’intime et ce qui peut être montré.
En présence des caméras et face à une «accoucheuse» de talent, ce qui est privé devient aussitôt public. Cette perméabilité entre «vie privée» et «vie publique» est consubstantielle au people : c’est même dans cette zone incertaine, ce mélange des genres, qu’émerge le people en tant que tel. Ainsi Ségolène Royal fait-elle un pas décisif vers le statut de people lorsqu’elle convoque, en 1993, les caméras de télévision à la maternité où elle vient d’accoucher.

http://www.marianne2.fr/Tous-people-ou-la-derniere-farce-de-la-societe-du-spectacle_a86966.html


Dernière édition par Nine le Mer 5 Aoû - 14:30, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Sam 8 Aoû - 13:48

UN BUZZ SUR LA RUMEUR
(...."De source sûre" ...)



Quelle imagination tout de même ?
çà marche pas çà court la rumeur qui "buzz".

**********************************
Le très sérieux site d’informations et de débat rue89 frappe fort avec une campagne publicitaire qui génère un buzz incomparable.

Construite à partir de célèbres rumeurs reprises et réinterprétées à outrance par les médias et les citoyens, la pub de rue89 tourne en dérision toutes ces informations que l’on colporte autour de soi sans avoir de source sûre et fiable.

Bien évidemment il s’agit ici d’un second degré à la limite du cynisme, mais il y a fort à parier que bon nombre de personnes risquent de prendre ces informations au pied de la lettre. De fait, cette vidéo fait actuellement l’objet d’une polémique certaine…
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mar 1 Sep - 2:18

IL Y A DU BUZZ INTELLIGENT !
en provenance d'Angleterre

(la plus belle histoire du Buzz)

Ce groupe de jeunes rockers de Manchester a utilisé les caméras de la ville pour tourner leur clip car ils n'avaient pas les moyens de se produire !!!
La lois les autorise a réclamer toutes les images ou ils sont représentés résultats un super clip d'assez bonne qualité et un buzz internet à venir énorme !!!

je trouve cette idée originale !
et le groupe est vraiment pas mal.

et çà donne un clip très bien fait.


The infamous CCTV music video from The Get Out Clause

Un groupe de musique réalise son clip grâce aux caméras de vidéosurveillance

HAPTON - Un groupe de musiciens britanniques désargentés a eu une idée de génie pour tourner son propre clip à peu de frais :
utiliser les caméras de vidéosurveillance qui pullulent dans les rues de Grande-Bretagne puis réclamer les images comme le permet la loi sur la liberté d'information.

Faute de pouvoir s'offrir une onéreuse équipe de tournage
les membres de The Get Out Clause
ont utilisé les caméras couvrant Manchester, leur ville d'origine dans le nord-ouest de l'Angleterre, pour filmer le clip devant accompagner la sortie de leur dernier single, a rapporté mercredi la chaîne Sky News.

Le groupe s'est patiemment installé devant quelque 80 caméras, avant de chaque fois recommencer son récital.
Puis en vertu de la loi sur la liberté d'information, il a réclamé les images aux entreprises gérant ces caméras, pour "produire quelque chose de bien et pas cher à faire".

Récupérer les enregistrements n'a cependant pas toujours été facile :

certains agents de sécurité ont été peu coopératifs, quelques caméras se sont révélées factices, et si les petits commerces ont été accommodants, les grandes entreprises ont été moins enthousiastes pour collaborer.

Source AFP.
***************************
... Voilà pour tous ceux qui pleurent parce que la méchante major
ne veut pas mettre leur guimauve en clip
(comme je les comprends des fois ! auraient ils enfin pitié de nos pauvres oreilles les majors ?)
il n'y a jamais de problèmes mais des solutions, encore faut il avoir des "idées" autres que les humides salles de bains, douches etc et là même pas besoin de se mettre "à poil"dans la rue.
un vrai luxe, qui s'appelle l'ingéniosité doublée de créativité, c 'est aussi çà qu'on attend d'un Artiste,
et à moindre budget, qui dit mieux ? ...

Depuis tout va bien ils ont même un label : Indie
The Get Out Clause; Paper released Jan 07Un myspace :
http://www.myspace.com/thegetoutclause
un single en préparation
Un site officiel :
http://www.thegetoutclause.co.uk/index.htm

On a même parlé d'eux au journal de 13H sur france 2



On peut décerner enfin LA PALME D'OR DU BUZZ GENIAL largement méritée.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mer 2 Sep - 20:16

LE BUZZ SUBLIMINAL


SOYEZ ATTENTIFS ...



EN PLEINE CAMPAGNE ELECTORALE

Cette petite vidéo nous montre très bien la tête de Mc Cain au milieu des images du jingle de la célèbre chaîne de Tv Fox News !

Patience, çà va sûrement arriver en France, on trouvera bien une loi qui facilitera le procédé et là ... un petit buzz subliminal dans le jingle des infos de Claire Chazal sera possible voire même phénomenal !

si vous voyez quelque chose qui ressemble à un "boubou bleu" porté par une femme çà vous fera penser à quelqu'un, parce qu'elle le vaut bien comme dans la pub.

par contre chapeau au conseiller en communication de Mc Cain qui a réussi à faire passer ca !
trop fort ces Américains.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mar 6 Oct - 15:54

SPEED ACADEMY
LA REALTV OU LE SERIAL BUZZ


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13655
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Lun 12 Juil - 13:32

Pourquoi le pokémon Vendetta a tout compris
Par Alexis Blas




Son concept : La bogossitude

Son programme : Ne pas boire / Ne pas fumer / Ne pas se droguer / Faire du sport / Manger bio


Ses centres d'intérêt :
Son Corps
Son Intelligence
Sa Beauté
La Jalousie qu'il inspire
Le Monde de la nuit
L'Huile qu'il applique sensuellement sur son Corps
Les Femmes
Les Armes en Plastique dans une piscine
Le Moule-Burnes


Si Mickael Vendetta incarne à merveille le pokémon d'occident dépeint par Muray, navigant joyeusement dans les eaux sans nitrate d'un monde « confuso-onirique » constitué d'êtres bien dans leur corps et dans leur tête, débarrassés de tout, ferment chagrin et communiant dans un hygiénisme ravi, il apparaît chez lui, à bien y regarder de près, quelque chose d'autre que la caricature grotesque qu'il exhibe et qu'il serait aussi vain que rebattu de moquer une fois de plus.

Hors de question non plus de jouer les malins et de faire de lui le monstre d'intelligence et de ruse qu'il n'est certainement pas. Néanmoins, l'absence d'aspérités du personnage et le glabre de la marionnette qu'il met en scène laissent perplexe et autorisent quelques remarques.


Le narcissisme ne se laisse entamer par aucun argument. En effet, rien qui puisse ressortir de la raison n'a de prise sur l'opinion qu'on a de soi. Voilà pourquoi les personnages narcissiques, si odieux qu'ils apparaissent à ceux qui les entourent, ne font se heurter que deux opinions subjectives en contradiction l'une avec l'autre. Au nom de quoi Vendetta se proclame-t-il le plus beau gosse de la terre ? Cette affirmation n'a pour seul critère de validité que la certitude de celui qui l'énonce et j'ai beau m'insurger, me porter en faux (c'est peut-être bien moi le plus beau gosse de la terre...), qualifier Vendetta de tous les noms de pokémons existant, voir en lui le dernier homme, je n'arriverai jamais à faire bouger d'un iota son socle.

La question se pose : Pourquoi diable ce perdreau dont chacun pourra convenir avec évidence qu'on ne l'attendait pas, est-il devenu aussi incontournable, aussi indéboulonnable? Pourquoi fascine-t-il tant, pourquoi suscite-t-il, comme le président (qu'il vénère par ailleurs), tant de haine et tant de passion ?

Le vrai credo de Vendetta est le bannissement du doute. « Tous ceux qui doutent de moi, dit-il, sont des crétins et des frustrés. » Pour bannir le doute, il ne faut laisser à personne l'occasion de vous faire douter. Pour cela, deux manières : soit vous isoler, avec le risque non moindre que les remparts de votre citadelle ne se fissurent sous l'érosion de votre solitude , soit trouver une botte imparable, tant en public que dans le secret de votre chambre. Plus forte que la dialectique et la disputatio – t'es mort si tu fais ça aujourd'hui – mieux, bien mieux que la violence verbale ou physique: la légèreté.


Aucune concession n'est faite au dialogue chez Mickael Vendetta pour qui la superficialité constitue l'arme de guerre la plus efficace qui soit. Il annule tous les effets de la dialectique par une assurance et un culot sur lesquelles glissent toutes les critiques – et il y en eut de vraiment odieuses, bien plus que les outrances du jeune Cagliostro. Plus que les mots, c'est la monstration de soi dans l'exercice d'habitation du lieu saint où jouit Adonis qui suffit.

Partant, et bien évidemment sans le vouloir, c'est à la philosophie prégnante du système lui-même qu'il s'en prend. Celui qui se dit un « produit made in Sarkozy » a tout compris. Il renvoie à son manufacturier sa tétanisante image de santon de cire . Il lui fait voir toute la laideur de son prototype. Alors que se vendaient par dizaines de milliers les exemplaires de ces belles et beaux gosses, vendus dans tous les formats du rêve, voilà que la Bogossitude vient faire trembler le doux commerce d'annihilation des esprits. Elle donne en effet la recette et c'est Chucky qui balance. Ce qui devait rester caché, de biais : l'envie de gloire, la soif d'argent, l'absence revendiquée de talent hormis celui qui précisément consiste à en faire l'aveu est mis à découvert. Le narcissisme n'est pas autre chose que l'habit de circonstance d'un empereur qui, au fond de lui, sait que dans ce monde-là, il va nu. Les longues contemplations amoureuses auxquelles il se livre devant les miroirs d'une ferme aux célébrités boiteuses nous montrent en réalité toute l'angoisse d'une société qui sait que les modèles qu'on lui propose sont des faux, que le corps lui-même se dissout en l'absence d'une signification autre que sa seule présence. Si Mickael a peur de quitter son reflet, c'est qu'il n'est devenu pour lui-même qu'une persistance rétinienne et déjà plus un corps. Les vampires ne se reflètent pas dans les glaces.

En jetant à la face du petit monde de l'entertainment français son concept, Vendetta a voué à la parodie le propre système qui le porte. Il l'a vampirisé et subverti. Comme une incarnation messianique, il porte sur lui tout le poids de la légèreté d'une post-modernité dont les fétiches de papier glacé ne masquent plus l'angoisse du manque à soi. Il nous montre l'horreur. Il met le doigt dessus. Ce qui est insupportable, ce n'est pas le narcissisme de Mickael Vendetta mais le monstre qui l'a engendré: l'esprit de l'époque. L'homme en a fait trembler les plateaux. Sur les documents vidéo disponibles, sa présence semble toujours induire un malaise, très palpable chez les présentateurs. Un exemple, cet épisode où il prit à témoin l'animateur Benjamin Castaldi pour attester avec lui « l'hypocrisie » consensuelle de la production et des vedettes. Embarras immédiat pour l'animateur qui n'entendait pas déflorer la mariée ni intégrer le club des « nous, on a tout compris » de Vendetta.

De la transparence obligée qu'impose le libéralisme médiatique, il perce encore l'opacité. Car Mickael Vendetta organise un autre paradoxe. Au contraire des demi stars de la télé-réalité qui distribuent à l'envi des morceaux choisis de leur vie privée et dont les parents donnent des interviews avec la fierté d'une gare d'échanges, lui ne fait aucune concession à la sienne. A la clarté de son programme, il cache avec un soin méticuleux tout ce qui appartient à son passé. Vendetta aurait-il une revanche à prendre ? Les rares moments d'intimité qu'il concède aux journalistes sont savamment orchestrés et mis en scène. On le soupçonne de faire jouer son frère et de s'inventer de faux parents. Il a compris le jeu de la transparence et à son tour, il joue avec elle. La chose est assez étonnante pour qu'elle soit relevée car, à moins de révélations nouvelles, ce comportement témoignerait d'une pudeur que le jeune homme entendrait conserver, de la présence d'un moi inattendu, tout autre que celui dont il nous asperge, et qui ferait taire tout candidat au procès de son néant.

Le climax hygiéniste que le citoyen de Groslay a transcendé, porte en soi les germes de son autodestrution. Toutes les partouzes ont une fin. La crise a, comme qui dirait, donné un coup de vieux à l'antienne et si l'hygiénisme et le vitalisme ont encore de quelques beaux jours devant eux, il flotte comme un parfum de suranné dans ce flacon dont Vendetta a éventé les fragrances.

En 1930, période décadente de l'entre-deux-guerres, Karl Kraus déclarait: « C'est peut-être le signe de la mort d'une culture que le ridicule ne tue plus mais agisse comme un élixir de vie. » Quelques années plus tard, éclataient en France les évènements sociaux d'où naquirent le Front Populaire et les ligues d'extrême droite. L'élixir de vie devint soupe populaire. Dans les soubresauts actuels le retour de la « bonne franquette », à travers les rassemblements spontanés et les apéros géants, marque ainsi la distance dores et déjà prise par le peuple avec le « bobo-isme » dont la souveraineté du modèle n'est plus assurée.

Dans la calamiteuse marmite télévisuelle et le chaudron du net se vendent des recettes d'apothicaire qui auront tôt fait de disparaître au feu de la survie, la vraie, et les ventres réclameront autre chose que des tablettes de chocolat. Le corps reprend du sens lorsque lui manque le pain.


Source :
http://www.surlering.com/article/article.php/article/pourquoi-mickael-vendetta-a-tout-compris
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Mar 10 Aoû - 2:13

LES ILLUSIONS DU STAR SYSTEME
MEDIAS MADE IN TELEVISION
OU LE 1/4 D'HEURE DE GLOIRE


MONSIEUR TOUT LE MONDE
HOCUS POCUS



HOCUS POCUS - ESPRITS LIBRES 5/10/07
envoyé par hocuspocus. - Plus de vidéos fun.

Un petit détour chez Mr Tout le monde
Sofa, chips et télécommande. J'me demande
Nikos, en vrai, il est comment ?
Cet inconnu devient quelqu'un le temps d'une fausse note
Et au prix de quelques larmes versées aura gagné leur vote
La dépression est de bon ton, maman est fière de son fiston
Qui a chanté "L'envie d'aimer" sans l'écart d'un demi-ton
Le guitariste donne tout mais sa gratte n'est pas branchée
Et j'me rend compte que dans ce morceau y'a que du clavier.
Un duo commence elle oublie texte et mélodie.
Personne n'y voit que du feu et tout le public applaudit.
Comme toujours l'épilogue idéal.
Moi aussi j'veux vivre dans un catalogue Ikea
Jusqu'au Ché car au fond ces cons donnent de l'espoir
J'me dis que j'sais rien rien faire mais ça empêche pas d'être une star
A quand la gloire, l'oscar pour mon rôle d'anonyme
Voici mon pseudonyme :

I'm Mister Nobody
Somebody...

Personne ne veut être monsieur Tout le monde
Tout le monde veut devenir quelqu'un
Et quand quelqu'un y parvient on dit tous quel con.
Lui fait la couv' de Elle. Elle fait la couv' de lui.
Elle a des ennuis depuis qu'elle est un produit
Pourtant lui comme elle sont des personnes quelconques
Et quelques secondes d'antennes ont tout changé. Quel honte.
Le talent est moins important que la notoriété
D'abord les interviews et après on t'écoute chanter
On t'regarde danser, on t'observe monter
En haut d'l'affiche et le lendemain on t'regarde tomber
Dans mon canap' j'rêve un hommage posthume
Où des stars défileraient pour moi dans un noir costume
On vanterait mes qualités de zappeurs hors-norme
Avec un maitre de cérémonie en chapeau haut-de-forme
J'me fais un film seulement y'a rien sur la pellicule
J'suis Mr Tout le monde bon qu'à se gratter les testicules.

I'm Mister Nobody
Somebody...
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10020
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   Ven 17 Déc - 3:05

L'ENFER DES STARS

Gilles Verlant présente son livre "L'enfer des stars" (Albin Michel)
qu'il a co-écrit avec un ex-rédacteur en chef de Voici.


008Tcast-gillesverlant
envoyé par clemtom. -
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net   

Revenir en haut Aller en bas
 
LA DURE VIE DU BUZZER ! .... sur le net
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fievre qui dure. dents ??
» LA PLUS DURE PRISON AU MONDE !
» L'attente est trop dure....
» DURA LEX, SED LEX - La loi est dure... Surtout dans certains cas !
» Votre avis sur un rhume qui dure 12 mois...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: L'INDUSTRIE DE LA CHANSON :: BUZZ STORY-
Sauter vers: