Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ZAZA FOURNIER

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: ZAZA FOURNIER   Mer 1 Juil - 11:06

belle à écouter
Elle est sexy, joue de l'accordéon et n'a pas la langue dans la poche

Zaza Fournier




En novembre elle est allée chanter en Australie (Sydney, Adélaïde) manière de se frotter aux festivals locaux ; au début du mois de décembre, c'est au Sentier des Halles, à Paris où elle reviendra à L'Alhambra en avril, qu'elle a présenté son album en live, en trois concerts. Elle est parisienne et s'appelle Zaza Fournier.

Drôle de nom -et prénom pas très à la mode- pour une chanteuse d'aujourd'hui. Et pourtant elle est bien d'aujourd'hui cette jolie blonde, elle joue de l'accordéon !

Ses chansons, rodées sur les alentours de Beaubourg :

des comptines d'aujourd'hui sur lesquelles elle n'a pas peur de faire valser ses boutons (ceux de l'accordéon) aux rythmes mélangés de rock, de jazz, de soul, de mambo et de java.

Et Zaza nous raconte de belles histoires de rues (« Mademoiselle », magnifique portrait de travesti dont les grands yeux noirs racontent à eux tous seuls tout le drame de sa vie), des histoires d'amour (de couple), pleines de drôleries, d'auto-dérision (« Baston »), de romantisme (« Mon slow »), de rêves (« Rêve américain » chanté façon Elli Medeiros), de tendresse à fredonner à tue-tête : « La vie à deux », « Les mots toc », « Mon homme », « S.O.S ».



Zaza Fournier, sur scène, s'accompagne de son accordéon et du plus petit orchestre de la planète, un i-pod planqué dans une petite boîte.

. (Zaza Fournier, CD Warner).

BERNARD LESCURE LA DEPECHE

Zaza Fournier sur Myspace
http://www.myspace.com/zazafournier


Dernière édition par Nine le Mer 1 Juil - 12:08, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mer 1 Juil - 11:11





Issue du revival de la chanson néo-réaliste, qu’elle assaisonne d’une bonne dose d’humour, Zaza Fournier n’en est pas moins une artiste de cabaret « à l’ancienne », rodée par la bourlingue dans les estaminets parisiens. Chanteuse à la fois par accident et par passion, dotée d’une amusante tête de guingois et d’un sympathique brin de voix, la Parisienne a rapidement trouvé un créneau comme zébulon de la chanson française.

Née à Paris 1985, l’artiste connue sous le sobriquet de Zaza Fournier est venue à la chanson de manière progressive et un peu inattendue. Elle pratique la musique toute jeune, s’essayant d’abord au violon avant de se mettre, à l’âge de quinze ans à l’accordéon, instrument qu’elle trouve d’une plus grande liberté d’utilisation.

C’est cependant comme comédienne que la demoiselle envisage de faire carrière, suivant une formation en ce sens au Conservatoire de Paris. Une fois ses études terminées, la jeune femme enchaîne les cachets dans divers spectacles théâtraux : la vie de comédienne débutante ne permettant pas toujours de rouler sur l’or, elle tient des petits boulots entre deux rôles.

Zaza zinzin


Ayant l’habitude d’écrire des textes, elle a l’idée de les mettre en chanson, un peu pour s’amuser et un peu pour se faire de l’argent de poche. Avec un accordéon pour l’accompagner et une musique d’accompagnement additionnelle, enregistrée sur son iPod, elle réalise des mini-concerts dans divers établissements parisiens ; on l’entend dans le quartier de Montmartre et dans les environs de Beaubourg. Encouragée par ses proches et par l’accueil du public, Zaza Fournier enregistre alors une maquette qu’elle envoie sans trop y croire à divers producteurs, alors qu’elle continue de considérer son activité de chanteuse comme une sorte d’accident de parcours, parallèle à sa carrière d’actrice.

Suivant la logique un peu éculée, mais toujours agréable, des contes de fée, une maison de disques, et pas la moindre, se laisse séduire : Warner Music prend en main la carrière de la chanteuse-accordéoniste, qui sort en octobre 2008 un premier album, titré simplement Zaza Fournier, et un single, « La Vie à deux ». Mêlant techniques de la chanson française traditionnelle et une posture second degré, résolument moderniste et rappelant volontiers certaines artistes des années 1980, comme Elli Medeiros.

A Zaza Fournier, maintenant, de séduire durablement le public, peut-être en allant au-delà du registre de la rigolote chantante.

Nikita Malliarakis Musicstory




Dernière édition par Nine le Mer 1 Juil - 12:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mer 1 Juil - 11:33

LA VIE A DEUX vue par miss Zaza Fournier



Rétro Kitsch, Zaza Fournier mélange des influences diverses comme Edith Piaf, Elvis Presley, Tom Waits ou Brigitte Fontaine.



Dernière édition par Nine le Mer 1 Juil - 12:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mer 1 Juil - 11:42

SOS ... L'amour est une piqure

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mer 1 Juil - 11:47





Zaza Fournier vient d'arriver dans le paysage musical avec son premier album et son accordéon. Soutenu par son premier single La vie à deux, Zaza nous dévoile son univers et nous conte les relations hommes/femmes dans toute leur complexité avec humour et émotion. Après avoir assité aux balances, nous avons pu rencontrer Zaza quelques minutes avant un de ses concerts sold out au Sentier des Halles : elle nous parle de son histoire, de son travail, de son personnage...

Bonjour Zaza Fournier et bienvenue sur PTiTBloG. Comment arrives-tu aujourd'hui au Sentier des Halles car au départ tu avais plus une formation de comédienne...

Je ne me voyais pas du tout faire de la musique. C'était un fantasme. Ce n'était pas concret et ce n'était pas un objectif réel de projet de vie. Comme tout le monde, j'ai chanté dans ma chambre avec une brosse en guise de micro. Comme je n'ai jamais pris de cours de chant ni d'accordéon, pour moi cela n'était pas possible. J'ai toujours eu l'idée naïve de croire qu'il fallait prendre des cours pour apprendre son métier. Jusqu'à l'année dernière, j'étais encore au Conservatoire. J'ai fait huit ans de théâtre, j'ai commencé à faire des trucs, travailler sur des créations. Avant que tout cela se mette en route, je faisais plein de petits boulots pour manger. Cela prend toujours plus de temps que ce qu'on voudrait. Cela prenait du temps sur mon temps de création, c'était assez frustrant. Du coup j'ai eu l'idée idiote de me dire que je gagnerai autant en chantant mes chansons dans la rue. J'ai vraiment commencé cette idée là sans aucune ambition. Cela a duré 2/3 mois, l'hiver est arrivé et on m'a proposé de chanter dans des bars. Pendant un an et demi j'ai fait des bars, des restos, des petits théâtres jusqu'à 4/5 fois par semaine parfois. Au moment où je commençais à me fatiguer - car quand on s'impose à des gens dans des bars, parfois on ne nous entend pas- j'ai commencé à faire des maquettes avec Rob et Jack Lahana et c'est eux qui m'ont dit "Ce serait bien de commencer à démarcher". Moi je n'y croyais toujours pas, j'ai suivi. Et là ça a été super vite: la maquette a tourné un peu toute seule car je n'ai pas tant démarché que ça et c'est Warner qui m'a appelé un matin pour un rendez-vous.

Quand tu as été contactée pour ton premier album, as-tu préparé de nouvelles compositions ou avais-tu assez de matières pour un album ?

Il y a des anciennes et des nouvelles compositions. Il y a des chansons que je chantais dans la rue comme Baiser d'un soir, Les mots toc. Evidemment quand on a commencé à travailler plus profondément sur ces maquettes parce qu'on avait signé et qu'il y avait un disque à la clé, là je me suis vraiment consacrée à ça. Là j'ai fait des chansons comme Rêve américain, Slow, Baston, P.S.. Donc c'est vraiment un mélange des deux.

Comment se passe ton travail de composition ?

Il n'y a pas de formule prédéfinie. Je peux partir d'une note, je peux partir d'une phrase que j'ai entendu, je peux partir de l'accordéon, de ma voix, du piano, de mon ordi... Moi j'aime bien essayer des choses un peu différentes. J'aimerai bien avoir une formule pour être plus efficace (rires).

L'accordéon est omniprésent dans ton univers. Comment cet instrument est arrivé jusqu'à toi ? est-ce une formation musicale quand tu étais petite ?

Petite, j'ai fait du violon. J'ai fait dix ans de cours. J'étais très mauvaise et je n'étais pas libre avec mon instrument. Ca me gonflait car je voulais chanter et avec un violon c'était un peu compliqué. De plus, quand on prend des cours, on a une technique qui est bien plus imparable que quand on est seul avec son instrument. En même temps, je ne peux pas jouer sans partition avec mon violon. J'ai passé tous mes étés chez la soeur de mon père qui joue de l'accordéon. Elle est aussi autodidacte, elle chante ses textes, elle est peintre... Elle me faisait rêver avec sa vie un peu rock'n'roll. L'accordéon a eu tout de suite pour moi une image très féminine, sexy et pas du tout dépassé. C'est vraiment un truc de transmission. C'est vraiment maintenant que je comprends que le violon a un passif lourd mais ça me fait marrer car j'ai l'impression que mon disque appartient à son époque. Ca nous a fait marrer de faire un slow à l'américaine avec des arpèges. On est parti d'un instru d'Al Green, le génie du slow: je chante en français, il y a de l'accordéon mais cela reste un slow.

Tu n'avais pas l'image du violon un peu "ringard" mais t'es tu posée la question en te disant je vais devoir faire d'autres arrangements pour que ce ne soit pas rétro ?

Moi je n'ai jamais pensé à faire un disque donc je faisais les choses pour moi. Dans ce disque, rien n'a été calculé. On a fait les choses. Je commence à être habituée à des critiques mais au départ elles m'étonnaient vachement comme le fait que j'avais un côté rétro. Peut être en fait, je n'en sais rien. Le disque ne m'appartient plus. Je pense que c'est toujours difficile pour quelqu'un de définir son travail. Je n'ai pas assez de recul pour définir ma musique.

Tu as une écriture très féminine, tes thèmes sont très féminins : est-ce que c'est un souci de cohérence ou juste le hasard qui fait que les thèmes s'entrecroisent...

Je ne peux pas faire autrement qu'avoir une parole de femme car c'est ce que je suis. On me dit "l'amour est au centre de ton travail". C'est aussi dû à mon âge peut-être. Je n'ai pas encore le culot de parler du monde de manière un peu engagé. Et je ne sais pas si je le ferai un jour. Je pense que c'est compliqué de parler de choses aussi lointaines et violentes que la guerre, la faim dans le monde... Après je pars de ce qui m'émeut, de ce que je peux toucher même de loin... D'ailleurs plus que l'amour, je pense que ce sont les rapports homme/femme et le paradoxe et nos propres contradictions dont je parle. J'aime bien parler de ce qui nous rend humain.

Tu parles de l'amour mais ce n'est pas une seule vision du sentiment amoureux...

Cela n'existe pas dans la vie. On sait que c'est compliqué. En fait c'est d'une banalité affligeante ce que je raconte dans mes chansons. Il y a des moments où tu as envie de faire l'amour et des moments, tu as envie de tuer l'autre. Je crois que je ne suis pas la seule à ressentir ça. Comme Piaf, l'amour est au centre de ses chansons mais ce n'est jamais l'amour mièvre, c'est toujours où c'est un peu moche. C'est ça qui m'intéresse.

Tu cites Edith Piaf. Est-ce que tu as d'autres influences ?

Piaf c'est pour ses textes mais pas pour la musique qui a un peu vieillie, je trouve. Après un homme qui est très important dans mon histoire musicale, c'est Tom Waits. Avant Tom Waits, j'écoutais que de la chanson française car j'étais d'abord émue par les mots. Tom Waits m'a fait comprendre qu'on pouvait être ému par des notes, des sons et que ça pouvait vous toucher au corps. Je trouve que Tom Waits, il parle au corps. En plus, j'ai compris après que c'était un grand poète. Il y a aussi Brigitte Fontaine qui est très libre. J'aime bien les identités comme ça.

Tu parles de Brigitte Fontaine qui est vraiment un personnage : si on prend ton premier clip, la pochette de l'album, tu as aussi créé un univers. C'est toi qui avais cette envie ?

Oui c'est moi, ce n'est pas Warner. Je ne me suis pas dit "Je vais créer un personnage". Encore une fois, c'est l'accumulation d'idées qui me sont venues sur 2 ans. Je préfère chanter en petite robe et talons qu'en jean et baskets parce que je me sens plus jolie peut-être. C'est important de se sentir bien dans ses pompes quand on est sur scène. Ensuite, au début c'était une fleur et c'est devenu un pot de fleurs... C'est comme le pseudonyme: au début, on fait les choses parce qu'elles nous amusent et puis après on se rend compte que cela a un rôle dans le travail. Peut-être que Zaza c'est moi en moins inhibée. Peut-être que je suis plus libre parce que j'ai décidé que je m'appelais Zaza et que je m'habille un peu comme ça. J'ai plus d'insolence.

Parlons de Zaza : est-ce que pour toi c'est un personnage, c'est toi ou tu te dis c'est un personnage pour cet album et je changerai ensuite...

Je pars de moi. Je pense que la musique est un acte intime. Je pense que Mathieu Chédid, par exemple, c'est un relai pour atteindre l'autre. Ce n'est pas une barrière, ce n'est pas un truc pour se cacher. Au contraire, je crois que c'est pour parler encore mieux de ce qu'on est. La scène est un lieu de rêve: si on ne peut pas faire ça sur une scène, quand est-ce qu'on le fait? Mon premier souci est d'être au service de ce que j'ai à dire et de m'amuser. Etant donné que je viens du théâtre, j'ai surement un goût pour le visuel. Quand j'allais voir des artistes en concert, ça me faisait marrer d'écouter autre chose que ce que j'avais entendu sur le disque. C'est ce qu'il y a d'intéressant quand on va à un concert donc je le fais pour moi.

Tu as commencé dans les bars où on ne venait pas te voir particulièrement. Là, on vient pour te voir : quel est ton sentiment ?

Ca change tout. C'est radicalement différent. J'ai l'impression d'avoir une responsabilité vachement différente. En fait c'est la première fois que je me pose la question de la responsabilité de l'artiste. Quand on se pose dans la rue ou dans un bar et qu'on s'impose aux gens, ils s'en foutent. L'enjeu c'est de les capter. Dès que quelqu'un nous écoute, qu'ils aiment ou qu'ils n'aiment pas, c'est déjà une victoire. Là c'est différent, les gens ont payé leurs places. C'est absurde que les gens paient pour venir te voir chanter mais c'est une grande joie car c'est un objectif qui est rempli car les trois soirs sont complets et je ne pouvais pas rêver mieux. Du coup, j'ai peur aussi.

Pour terminer cette interview, un dernier mot pour les lecteurs de PTiTBloG ?

Ecoutez les enfants, travaillez à l'école, c'est important. C'est comme ça qu'on arrive à faire ce que l'on veut dans la vie. Travaillez ! (rires)

Merci Zaza Fournier d'avoir répondu à nos questions. On rappelle que ton album éponyme est toujours dans les bacs et que tu seras sur les routes en 2009 à travers la France. On peut retrouver toutes les informations sur ton Myspace officiel !



Dernière édition par Nine le Mer 1 Juil - 12:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mer 1 Juil - 11:57

Shows à venir



27 juin 2009 20:00
Parc du Château de Septmonts Septmonts
28 juin 2009 20:00
Musiques et Terrasses Verdun
2 juil. 2009 20:00
Place de chambre Metz
7 juil. 2009 20:00
Pavillon de Grignan Istres
8 juil. 2009 20:00
Festival « Des Déferlantes » Argeles
10 juil. 2009 20:00
Festival « Destination Soleil » Marseillan
11 juil. 2009 20:00
Scène des Arcades Albi
12 juil. 2009 20:00
Festival « Musilac » Aix les Bains
14 juil. 2009 20:00
Théâtre Verdière La Rochelle
15 juil. 2009 20:00
Festival la deferlante, les jardins du tribunal Les sables d’Olonne
18 juil. 2009 20:00
Théâtre de Verdure Saint-Malo du Bois
19 juil. 2009 20:00
Festival de la Côte d’Opale Boulogne Sur Mer
22 juil. 2009 20:00
Festival des deux cités Carcassonne
24 juil. 2009 20:00
Les Arènes de Nîmes Nîmes
25 juil. 2009 20:00
Estivales du Luneville Luneville
25 juil. 2009 20:00
Festival Muzik’elles Meaux
26 juil. 2009 20:00
Paleo Festival, club Tent Nyon
29 juil. 2009 20:00
Festival « Les Voies du Gaou » Six Fours
26 sept. 2009 20:00
tbc Créhange
15 oct. 2009 20:00
Espace Beaumarchais Maromme
16 oct. 2009 20:00
Vauban Brest
17 oct. 2009 20:00
MJC Marelle Scaer
18 oct. 2009 20:00
Salle Avel Dro Plozevet
18 nov. 2009 20:00
La Bouche d’Air Nantes
19 nov. 2009 20:00
Théâtre Municipal Colmar
20 nov. 2009 20:00
Théâtre Jeanne d’Arc Bellegarde
10 déc. 2009 20:00
Théâtre Espace Molière Luxeuil Les Bains
11 déc. 2009 20:00
Le Firmanent Firminy

Bonne chance Zaza Fournier
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mer 1 Juil - 12:14



A droite, Jean Corti, ancien camarade de Jacques Brel, à gauche, Zaza Fournier, chanteuse poétique et gouailleuse. Ils seront ensemble ce lundi soir sur la scène des Bouffes du Nord en ouverture du Festival Fragile. Avant goût dans un café parisien, Le Duc d'Enghien, avec Les Amants d'un jour, une reprise d'Edith Piaf.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mer 1 Juil - 12:20

MADEMOISELLE



Imaginez une grande fille blonde qui aurait adoré jouer dans « Grease », écoute les disques de Fréhel et en pince pour Wanda Jackson, et vous aurez une -vague- idée de l'artiste. Car sous ses dehors de chanteuse réaliste rétro-kitch, Zaza Fournier est résolument contemporaine. Sur scène, outre l'instrument sus-nommé (« un accordéon c'est fort, drôle et sexy » affirme-t-elle), elle se fait accompagner d'un... i-pod, son orchestre à elle planqué dans une petite boîte. Et si ses chansons parlent d'amour, toujours et encore d'amour, c'est avec le recul romantique et la suave cruauté qui seyent à l'époque. Comme elle dit: « j'aime quand c'est fort, quand ça fait mal, quand on se sent vivant ! »

Zaza Fournier est née à Paris il y a une petite vingtaine d'années, d'un papa prof de linguistique et d'une maman graphiste. Une enfance tranquille, entourée de livres et de disques, qui lui donnent envie d'apprendre le violon (dix ans de cours...) et d'étudier le théâtre. Mais c'est de l'accordéon qu'elle tombe amoureuse, par le biais d'une tante mélomane. Entre études et petits jobs, elle décide soudain, il y a deux ans, d'aller chanter dans la rue, armée de son fidèle compagnon à boutons et soufflets. La voilà qui fait la manche sur la place Beaubourg, on la remarque, on lui propose de jouer dans les bars, parfois devant trois piliers de comptoir. Rude école, bonne école. Sa rencontre avec le producteur-arrangeur Jack Lahana et le musicien Rob feront le reste. Premières maquettes, premiers contrats. Aujourd'hui, là voilà qui publie enfin l'album dont elle a toujours rêvé. Un disque dense et doux, lyrique et énergique, où domine une voix à la fois rauque et sensuelle, forgée aux concerts de rues et modelée aux rythmes de l'amour.

Qu'elle se fasse chroniqueuse impitoyable des rapports de couple, « avec ses couci-couça, ses tracas et ses tralalas » (« La vie à deux », « Les mots tocs »), chantre de l'amour serein (« Mon homme », « Baiser d'un soir ») ou des blessures sentimentales (SOS, Post scriptum) c'est avec la même intensité vocale, le même supplément d'âme. Ce qui ne l'empêche nullement de croquer avec tendresse ses contemporains (« Mademoiselle », portrait d'un travesti inspiré par une pièce de Copi mais que n'aurait pas renié l'Aznavour de « Comme ils disent »), de pratiquer l'auto-dérision (« Baston »), de fantasmer sur une Amérique inconnue (« Rêve américain ») ou de militer de belle manière pour le retour du slow, du vrai, celui qu'on pratique langoureusement enlacés (« Mon slow).

Bref, vous l'avez compris, voici donc une chanteuse à texte et à voix ! Un univers plein de gouaille.




Dernière édition par Nine le Dim 18 Oct - 10:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mer 7 Oct - 2:05

MADEMOISELLE

Les 12, 13, et 14 novembre à La Boule Noire PARIS !

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mar 2 Mar - 1:23

ITV



Zaza Fournier est en concert ce jour à la salle Marie-José Pérec.
La jeune Parisienne évoque son premier album,
l'univers théâtral ou bien encore le mythique Jean Corti. ...
Piaf et Prévert
C'est marqué d'influences bigarrées mais cela ne sonne jamais rétro ou daté.
Mieux, au fil du concert c'est tout un pan de la culture populaire,
de Piaf à Presley en passant par Prévert que Zaza Fournier transcende.
Confirmation lors du rappel avec une poignante reprise des Feuilles mortes.

> Peut on évoquer votre parcours ?

Zaza Fournier : J'ai toujours pratiqué la musique pourtant
ma formation initiale est liée au théâtre.
J'ai d'ailleurs suivi un cursus au conservatoire d'art dramatique
avant de me lancer dans la chanson.

> Une tonalité que l'on ressent à l'écoute de votre premier enregistrement...

Z.F. : Oui. Au théatre, j'ai toujours préféré les rôles de genre.
J'aime incarner des personnages aux contours bien délimités.
Musicalement je suis marquée par des influences fortes comme Tom Waits ou Piaf.
Ceci expliquant cela.

> Le titre Mademoiselle est évocateur...

Z.F. : Oui, là le personnage est explicite puisqu'il concerne un travesti.
J'ai voulu me mettre dans la peau d'un homme, essayer de comprendre son trouble.
Je reste pourtant surprise des coups de fil qui me sont passés après écoute,
notamment de la part de personnes concernées.
Je pensais la chose admise auprès de l'opinion.
Ce n'est visiblement pas le cas.

> Une plage comme Les mots toc n'aborde-t-elle pas justement
la complexité des rapports entre homme et femmes ?

Z.F. : Peut être. En tant qu'interprète je me sens parfois dure et parfois plus douce.
C'est une question de moments partagés. Les chansons reflètent ces moments.

> Comment s'est effectuée votre rencontre avec l'accordéoniste de Jacques Brel,
Jean Corti ?

Z.F. : C'est Christian Olivier, le chanteur des Têtes Raides qui m'a demandé
si ça m'intéressait de collaborer au dernier album de l'artiste.
J'ai dit oui sans attendre. Trois titres de Brel m'ont été proposés.
J'ai choisi Les vieux.

> Votre usage de l'accordéon est-ce une volonté d'innover ?

Z.F : J'ai essayé de transformer l'héritage du piano à bretelles
au travers d'arrangements alternatifs.
C'est une façon de rappeler que l'accordéon est présent dans nombre de musiques.


ZAZA FOURNIER Jean CORTI : LES VIEUX
envoyé par michelsardoudead. - Clip, interview et concert.


Dernière édition par Nine le Mar 2 Mar - 1:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin


Nombre de messages : 9596
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   Mar 2 Mar - 1:38

LES MOTS TOC

Tu me dis "Je t'aime"
Je te dis "Toi même"
Je suis pas de celles-là
Qui disent des mots tendres
Qui se laissent prendre
par un mâle de surcroit !

Tu me dis "Je t'aime."
Je te dis "La ferme !"
On ne m'aura pas comme ça.
Aux grands sentiments
J'préfère un amant
Un de ceux qui n'parlent pas.

J'aime pas les caresses
Et les mots qui blessent,
Je les donne à qui mieux-mieux.
Je suis pas une tendre,
J'préfère les esclandres
Aux chichis des amoureux.

Tu me dis "J'ai mal"
Je te dis "Normal,
La vie c'est pas qu'du bonheur !
On fait comme tu veux
Les yeux dans les yeux
Mais tu n'auras pas mon coeur."

Je suis pas méchante,
Juste un peu méfiante :
Les poilus je connais ça.
Toi et ton sourire
Je vous vois venir,
Je ne mange pas d'ce pain-là

J'aime pas les poèmes,
Les lettres qui traînent,
Je suis pas une littéraire.
Les glaces à deux boules,
Les mélos qui coulent,
Tout cet amour m'exaspère !

Je suis pas morose,
J'vois la vie en rose,
J'suis pas du tout déprimée.
J'veux pas qu'on m'chuchotte
Des mots bleus en toc
A l'oreille toute la journée !

Je suis pas morose.
J'vois pas la vie en rose.
Et je pleure toute la journée.
Je veux qu'on m'chuchotte
Des mots bleus en toc
Ou je sens que j'vais craquer
Je veux qu'on m'chuchotte
Des mots bleus en toc
Ou je sens que j'vais craquer
Je veux qu'on m'bécote
Je veux qu'on m'tripote
J'veux d'l'amour à en crever

ZAZA FOURNIER
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ZAZA FOURNIER   

Revenir en haut Aller en bas
 
ZAZA FOURNIER
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ZAZA FOURNIER
» [Alette] Une centenaire en 1703 : Péronne FOURNIER (?)
» mariage de ma zaza et de fred le 28 juillet 2007
» Fournier, Familles Fournier d'Amérique
» Eric Lapointe laisse partir Marie-Eve Fournier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HARMONY :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: LA CHANSON FRANCAISE :: CHANTEURS FRANCOPHONES-
Sauter vers: