H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BULGARI, LE STYLE ET LA BEAUTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12904
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: BULGARI, LE STYLE ET LA BEAUTE   Jeu 28 Mai - 17:05



Avril 2007, New York. Une femme entre dans la boutique Bulgari de la Cinquième Avenue, qui vient de faire peau neuve. Elle regarde les cravates taillées dans les plus belles soies italiennes, jette un oeil aux lunettes de soleil dont les strass renvoient la lumière à la façon d’un flash de paparazzi, essaye Omnia Améthyste, le nouveau parfum de la marque. Et file à l’espace maroquinerie. Elle veut s’acheter un sac. Un sac Bulgari. Elle repartira avec une paire de boucles d’oreilles à 15 millions de dollars en diamants blancs, diamants roses et diamants bleus. L’histoire ne dit pas si, in fine, elle s’est offert le sac. Bien que le groupe italien soit peu enclin à ce que l’on raconte cette vente mirifique, elle témoigne d’une stratégie de diversification exemplaire, entreprise à la fin des années 1970.



Le coup d’envoi est donné en 1977 avec le lancement de la première montre, la Bulgari-Bulgari qui est encore aujourd’hui l’un des best-sellers de l’entreprise. En 1993, le joaillier romain sort son premier parfum, l’Eau parfumée au thé vert, qui va révolutionner ce secteur, en introduisant cette note singulière dans une fragrance. Quatre ans après, Bulgari ajoute d’autres cordes à son arc : soieries, lunettes (via un accord signé avec Luxottica)et maroquinerie. En 2001, c’est la création de Bulgari Hotels & Resorts, un joint-venture avec Marriott International qui propulse la marque sur le devant de la scène. Un premier établissement cinq étoiles pousse à Milan en 2004, il sera suivi d’un deuxième en 2006 à Bali. La rumeur en prévoyait un récemment à Paris, place Vendôme, dans l’ancien hôtel d’Évreux, à côté du Ritz, de tous les grands joailliers parisiens et quasiment en face de la grande boutique Bulgari… Cela, dit-on, ne se fera pas.



Enfin, la marque a présenté cette semaine, à Milan, une ligne de soins cosmétiques à base d’un complexe de poudres de pierres précieuses, vendue, dans un premier temps, uniquement en Italie. Un nouveau terrain de jeu pour le géant italien qui, selon, son administrateur délégué, Francesco Trapani devrait « dans les cinq ans, générer un business important ». On le croit volontiers tant le joaillier semble avoir le don de transformer tout ce qu’il touche en or.



En 2006, le chiffre d’affaires du groupe a franchi la barre symbolique du milliard d’euros avec un résultat net de plus de 134 millions d’euros, en hausse de 15 %. Les bijoux raflent la mise avec 401 millions d’euros, suivis par les montres (289 millions d’euros), les parfums (201 millions d’euros), les accessoires (88 millions d’euros), les royalties et le reste (29 millions d’euros)…

« La diversification permet d’augmenter les ventes et les profits, tout en accroissant la visibilité et la notoriété de Bulgari, observe Francesco Trapani. Aujourd’hui, le marché du luxe s’est internationalisé, c’est devenu un marché global. Les attentes du consommateur ont changé : il est prêt à payer un peu plus pour un bijou, un parfum ou une montre griffée. Quand on a une marque forte, elle doit être utilisée sur différents produits, cela nous permet de toucher une clientèle que nous n’avions pas. Une jeune femme rentre chez Bulgari pour acheter un parfum ou un sac, puis reviendra acheter une bague. » Ou des boucles d’oreilles…

http://madame.lefigaro.fr/mode/en-kiosque/531-bulgari-un-empire-cinq-etoiles


Rome. Via Condotti.
Le premier magasin. Le lieu de rencontre de l'aristocratie et du monde de la culture et du cinéma. Dolce Vita et Hollywood.


Bulgari. Depuis 1884.

Depuis plus d'un siècle, Bulgari impose sa vision du style italien en joaillerie. Un esprit créatif tourné vers l'avenir qui tire sans cesse son inspiration de la beauté intemporelle de l'art grec et romain tout en lui conférant une touche contemporaine inimitable. Grec comme son fondateur, Sotirio Bulgari, et romain comme la culture qu'il épousa.

Le luxe pur obtenu grâce à des associations audacieuses, des matières précieuses, une esthétique pure et une attention méticuleuse aux détails.




- 1857 : Naissance de Sotirio Boulgaris en Grèce.
- 1879 : Sotirio émigre en Italie.
- 1884 : Ouverture du premier magasin à Rome.
- 1970-1979 : Ouverture de magasins à New York, Genève, Monte-Carlo et Paris. Lancement de la première montre.
- 1993 : Lancement du premier parfum.
- 1995 : La société est cotée en Bourse.
- 1997 : Lancement des accessoires et de la maroquinerie.
- 2000 : Rachat de Gérald Genta et de Daniel Roth, deux marques suisses spécialisées dans les complications horlogères.
- 2002 : Acquisition de 50 % de Crova, entreprise italienne spécialisée dans la fabrication de joaillerie.
- 2004 : Ouverture de l’hôtel Bulgari à Milan. Joint-venture avec l’Israélo-Russe Lev Leviev, premier producteur mondial de diamants taillés.
- 2007 : Lancement d’une ligne de cosmétiques à Milan. Inauguration en décembre du 228e magasin Bulgari, la Ginza Tower à Tokyo, qui sera la plus grande vitrine du groupe au monde.



Pour fêter ses 125 ans, le célèbre joaillier italien a organisé une exposition au Pallazio delle Espozioni à Rome et poursuit son soutien humanitaire à l'association "Save The Children" qui défend le droit à l'éducation des enfants dans plus de 120 pays. La plus ancienne ONG devrait bénéficier d'un don de 10 millions d'euros de la part de la prestigieuse maison d'ici la fin de l'année 2009. Une somme en grande partie issue de la vente de bagues en argent gravées au nom de l'organisation.




A cet élan de solidarité se sont jointes des personnalités du cinéma, de l'art et du spectacle comme Ben Stiller, Isabella Rossellini, Jason Lewis, Terrence Howard, Valeria Golino ou encore Willem Dafoe... qui n'ont pas hésité à apporter modestement leur pierre à l'édifice en posant pour la campagne publicitaire "Save The Children". L'anneau Bulgari "Save The Children" est vendu au prix de 292 euros dont 50 € seront reversés à l'organisation humanitaire.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12904
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: BULGARI, LE STYLE ET LA BEAUTE   Dim 29 Aoû - 14:32

BULGARI, 125 ans de magnificence italienne

Grand Palais, Paris

Exposition du 10 décembre 2010 au 12 janvier 2011



Après le grand succès obtenu l'an passé à Rome à l'occasion de la célébration du 125e anniversaire de sa création, Bulgari expose son histoire, sa créativité et son prestige pour la première fois dans la Ville Lumière et l'écrin mythique du Grand Palais. L'occasion d'un voyage unique au coeur de l'art, de la couleur, des gemmes, du luxe, du monde du cinéma et de l'histoire.

L'exposition "125 ans de magnificence italienne" revisite les chapitres les plus importants de l'histoire de la célèbre Maison et l'évolution du design Bulgari, depuis l'ouverture de la première boutique Via Sistina à Rome en 1884 jusqu'à nos jours. Plus de 500 objets précieux montrent le parcours que l'orfèvre a suivi pour devenir le premier joaillier au monde dans le travail des pierres précieuses de couleurs.


Articulée en sections chronologiques, la rétrospective commence par les créations en argent et les bijoux en diamants de la première moitié du xxe siècle, puis montre le tournant créatif des années 1960 pendant lequel naît un style nouveau qui mêle aux pierres précieuses des matériaux originels et peu communs. L'exposition continue avec le style éclectique inspiré du pop art des années 1970, les modèles audacieux des années 1980 et 1990, et enfin les créations spectaculaires des années 2000.


Bijoux, dessins, photographies de cinéma et pièces inédites de collections privées jamais exposées au public en France, parmi lesquelles la collection vintage de Bulgari et celle d'Elisabeth Taylor, plongent les visiteurs dans le monde chatoyant de Bulgari, grâce à une mise en scène spectaculaire qui magnifie l'exposition.


http://www.moreeuw.com/histoire-art/exposition-bulgari-paris.htm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12904
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: BULGARI, LE STYLE ET LA BEAUTE   Mar 21 Déc - 10:18

BULGARI

« Le seul nom que Liz Taylor connaisse en italien est Bulgari » disait avec humour Richard Burton. Une phrase mythique comme celle de Marilyn Monroe et ses quelques gouttes de N°5 (Chanel) pour habiller ses nuits. Marque de joaillerie italienne, Bulgari célèbre ses 125 ans d’existence à Paris, au Grand Palais.

La nef du Grand Palais sert d’écrin à une rétrospective autour de la joaillerie Bulgari. Pour magnifier les bijoux a été imaginé un espace dans l’espace en forme de diamant noir à facettes de 9 mètres de haut et de 27 mètres de diamètre. Dans la réalité, ce diamant serait une pierre de 50 milliards de carats ! Si l’exposition reprend dans son contenu celui de la rétrospective romaine, la scénographie parisienne est plus ambitieuse dans son jeu de miroirs aux allures de futuroscope de la joaillerie.



Le parcours permet une plongée dans le temps depuis les origines de la maison jusqu’à nos jours en passant par bijoux de stars et parures mythiques. Les prêts de collections privées sont aussi venus enrichir avec éclat les oeuvres conservées par la maison.

En 1884 un orfèvre d’origine grecque, Sotirio Bulgari ouvrit une boutique où il fabriquait des objets en argent. Un esprit byzantin habille les modèles de la fin du XIXème siècle.

Giorgio et Costantino, les deux fils viennent ensuite continuer l’affaire familiale qui se développe.

Les créations des années 20 et 30 s’inspirent de l’art déco avec des formes épurées et une stylisation géométrique.

Si dans les années 40 ou 50 se reflète une influence de la joaillerie française, la maison s’imposera ensuite par un style personnel et italien.



Boucles d’oreilles en or avec saphirs et diamants. 1945

Les années 60 sont majeures dans l’histoire de la maison. A la stylisation des formes empreintes de douceur répond l’audace des associations de couleurs.

Les années 70 n’hésitent pas à manier une forme d’humour inspiré du Pop art avec des broches en cornets de crème glacée ou en forme de temple grec.



Ras du cou or avec saphirs, diamants et émail bleu. 1975

Dans les années 80 Bulgari est le joaillier des stars avec ses parures portées par Grace Jones, Tina Turner…

A découvrir aussi des pièces peut-être moins connues mais typiques du patrimoine comme les « gemme numarie », bijoux composés à partir de pièces de monnaie antique.

Magnifiques, les bijoux serpents sur le poignet s‘enroulent avec pierres semi-précieuses ou émail.



Bracelet montre en or et émail polychrome 1965
Si les bijoux sont magnifiques tout le travail de documentation qui innerve l’exposition est passionnant ainsi les dessins préparatoires au travail de sertissage, d’une précision quasi photographique. Extraits de films, documentaires font revivre les personnalités qui ont porté ces bijoux. Anna Magnani, Monica Vitti, Claudia Cardinale, Romy Schneider, Sophia Loren, Ingrid Bergman… font toujours rêver. Cinecitta et Dolce Vita participent à l’éclat de Bulgari.

Fleuron de l’exposition, la collection privée de Liz Taylor est présente dans toute sa splendeur. En 1959 l’actrice avait reçu un trophée Bulgari pour son interprétation inoubliable de Catherine dans Soudain l’été dernier. Mais c’est à partir de sa rencontre avec Richard Burton que la marque devient indissociable de leurs amours. L’acteur disait : « J’ai initié Liz à la bière, elle m’a présenté Bulgari ». Depuis leurs fiançailles avec une broche de diamants et émeraudes en 1962, le couple a multiplié les achats de bijoux magnifiques dont des émeraudes somptueuses mettant en valeur les yeux de la belle Liz.



Collier émeraudes et diamants ayant appartenu à Liz Taylor. 1962
L’exposition donne à admirer plus de 500 pièces au Grand palais jusqu’au 21 janvier.

Une rétrospective à voir sur les traces d’Andy Warhol : « Je visite toujours Bulgari parce que c’est le plus important musée d’art contemporain. »

Antigone Schilling

http://blog.slate.fr/anti-blogue-la-mode/2010/12/20/bulgari/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BULGARI, LE STYLE ET LA BEAUTE   

Revenir en haut Aller en bas
 
BULGARI, LE STYLE ET LA BEAUTE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» BULGARI, LE STYLE ET LA BEAUTE
» La beauté, la carrière et le style de Brigitte Bardot (fb)
» même style que bugaboo...
» Cec'style
» Dupes collection style black (guilt by association + le vernis)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MODE SE DEMODE, LE STYLE JAMAIS :: LA MODE-
Sauter vers: