H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ROBIN MC KELLE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: ROBIN MC KELLE   Mar 26 Mai - 11:54

Une nouvelle étoile montante du Jazz vocal



Robin McKelle est une chanteuse de jazz née à Rochester aux États-Unis. Elle est régulièrement comparée à Ella Fitzgerald pour son registre de voix alto et a partagé la scène avec de prestigieux artistes comme Herbie Hancock, Wayne Shorter, Terence Blanchard, Michael McDonald ou Jon Secada.

Biographie

C’est la révélation jazz inattendue de fin 2006 avec un premier album sensation, Introducing, propulsé comme une déferlante au sommet des charts et comme "best-seller" dans le monde. Rien qu’en France, 3 concerts complets à Paris et 60 dates en province ont suivi cette sortie. Un succès tel que le mythique label Blue Note a demandé à Robin McKelle de les rejoindre et sort son second album Modern Antique.

Robin McKelle, plus "entertainer" que jamais !
Des standards des années 50 et 60, un magnifique titre de Steve Miller "Abracadabra", quelques grands standards du jazz swing tels "Lover Man" et "Lullaby Of Birdland" ! Une touche de blues avec "Go To Hell" de la fabuleuse Nina Simone et enfin une composition de Robin que son public «live» connaît deja bien, "Remember"....

En présentant un coté plus contemporain que le premier album, grâce entre autres à ce mélange de grands classiques "Cheek to Cheek" et de blues moderne tels que "Save Your Love for Me", Robin à voulu faire parler sa diversité et sa culture musicale très large. Un coté toujours "Antique" mais cette fois-ci résolument ..."Moderne".

« Imaginez un vieux film hollywoodien en noir et blanc. Accoudée au bar, une jolie rousse pousse un vieux jazz. Sa voix est féline, décontractée, classe. C’est un contralto chaud, puissant, avec tout ce qu’il faut de soul. La pellicule a quelques années, cela se voit sur l’écran. Puis l’image se fait plus nette, plus actuelle. Elle est même en couleur désormais, haute résolution. L’héroïne, elle, n’a pas changé. Elle continue de chanter, avec une voix qui évoque celle des plus grandes (Sarah Vaughan, Billie Holliday ou Ella Fitzgerald), tandis que derrière elle, les cordes d’un orchestre s’épanouissent de manière insensée. » (Jean-Marc Grosdemouge, M-la-Music.net)

Accompagnée comme pour l’album précédent d’un big band, dont la plupart des musiciens sont issus du mythique orchestre de Franck Sinatra, on ne peut que constater la réalisation impeccable, à l’image des vieux jazz bands des années 40, la clarté du numérique en prime.
C’est presque un calque, tant au niveau de la prise de son que du mixage. Willie Murillo, trompettiste au sein du Brian Setzer Orchestra, s’occupe de la réalisation et des arrangements à la différence près que Robin, cette fois-ci, produit l’album en sa compagnie.
Myspace pour plus de musique :
http://www.myspace.com/robinmckelle


Dernière édition par Nine le Mar 13 Avr - 0:41, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 26 Mai - 12:02

Le son riche en cuivres de cet album est un hommage à l’époque où les orchestres de jazz régnaient en maîtres sur les salons de danse et les salles de concerts.

Nommée trois fois cette année aux Boston Music Awards, Robin McKelle n’en finit pas de collectionner les hommages..:



"VOIX SUBLIME..», "NOUVEAU PHÉNOMÈNE VOCAL"

Les expériences qui ont formé Robin McKelle commencent dans sa ville natale de Rochester, dans l’état de New York. McKelle, dont le père chante à l’église, entame son parcours musical en étudiant le piano classique, avant de jouer des claviers dans un groupe de jazz au lycée.
Après des études à l’Université de Miami et un diplôme de musique du prestigieux Berklee College of Music, elle part pour Los Angeles, où elle travaille comme choriste.

De retour à Boston, McKelle fonde son propre trio, puis retrouve son ancienne école, Berklee, où elle s’inscrit en classe de chant. En 2004, elle participe au prestigieux Thelonious Monk Vocal Jazz Competition à Washington, DC, où elle obtient un prix.

En fait de découverte, Introducing proposait de redonner vie à des classiques des années d'avant et d'après-guerre. On retrouvait ainsi le swing d'un big band, mené par Willie Murillo (Aimee Mann, Brian Stezer Orchestra, LeAnn Rimes...), qui projetait l'auditeur dans une machine à remonter dans le temps, directement connectée à l'époque des grandes... Ella Fitzgerald, Sarah Vaughan... Charme rétro quand tu nous tiens, le timbre profond de l'américaine, contralto aux intonations soul, avait de quoi faire frémir bien des ouïes nostalgiques.

Il suffisait d’écouter le premier thème de «..Introducing..» Something’s gotta give, pour comprendre très vite qu’une chanteuse considérable venait d’enregistrer son premier disque. Robin McKelle s’est révélée comme la nouvelle artiste du moment avec un bouche-à-oreille impressionnant et une critique unanime.

.
Robin Mc Kelle a, dans la voix, des accents soul, mâtinés de swing, un cocktail envoûtant. La jeune chanteuse est touchante quand elle aborde un répertoire de balades, aux accents de blues.

Sa voix se fait rauque, presque cassante. Une fêlure qui est, sans aucun doute, la marque des grandes dames du jazz.

La France n’a pas tardé à lui faire les yeux doux. La jeune chanteuse à la jolie frimousse et à la voix d'or est très attendue avec ce nouvel album, par un public qui lui a ouvert grands les bras..!





Dernière édition par Nine le Mar 26 Mai - 12:34, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 26 Mai - 12:21



Robin McKelle Abracadabra steve miller band

C’est la voix, le swing, le charme et le groove, la déferlante Robin McKelle revient avec un nouvel album et une tournée...

Il suffisait d’écouter le premier thème de Introducing « Something’s gotta give pour comprendre très vite qu’une chanteuse considérable venait d’enregistrer son premier disque.


Dernière édition par Nine le Mar 26 Mai - 12:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 26 Mai - 12:36

Au New Morning Europe 1





Dernière édition par Nine le Mar 26 Mai - 18:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 26 Mai - 12:40

Robin McKelle: "J'ai voulu montrer tout ce que je sais faire"



Chanteuse à la voix d'or, Robin McKelle a sorti voilà quelques mois un album ambitieux intitulé "Modern Antique" dans la veine jazz big band. A l'occasion d'un concert parisien, Concertlive.fr a pu s'entretenir avec la jeune femme.

Concertlive.fr: Votre nouvel album s'intitule "Modern Antique". C'est ainsi que vous voyez votre musique, comme un mélange de vieilles recettes et de style moderne?

Robin McKelle: Oui, c'est le concept de l'album: mélanger l'ancien et le récent, un peu à la manière de certains décorateurs. Nous avons essayé de traiter des vieux standards de jazz de façon plus actuelle. D'un autre côté, il y a une chanson comme "Abracadabra", chantée à l'origine par le Steve Miller Band dans les années soixante-dix, donc plus moderne, mais que nous avons voulu habiller à la mode des années d'avant-guerre, avec beaucoup de cuivres et un swing différent.

Sur cet album figurent principalement des standards et des reprises. Comment avez-vous sélectionné les morceaux?

Ce fut un long processus! Nous jouons énormément de standards au cours de nos concerts et nous avons recueillis les impressions du public durant les derniers mois. Lorsqu'un morceau fonctionnait bien en live, nous pouvions envisager de le retravailler pour le mettre sur l'album. C'est ainsi que s'est faite la sélection. Il y avait aussi quelques standards que nous n'avions jamais joué mais que j'avais envie de mettre sur l'album.

Il y a également une de vos compositions sur ce disque, intitulée "Remember". C'est quelque chose que vous voulez renouveler à l'avenir?

Probablement. Les gens me connaissent aujourd'hui comme une interprète, une chanteuse de jazz, mais j'ai envie de leur montrer que je sais faire autre chose, comme écrire des chansons par exemple. C'est un peu comme dans une relation: on se dévoile petit à petit. Le premier album était une introduction et celui-ci livre un peu plus d'éléments au public. Peut-être que j'écrirai deux ou trois morceaux pour le prochain disque, et peut-être que je finirai par écrire tout un album!

Vous tournez avec un trio et pourtant "Modern Antique" a été enregistré avec un "big band". Vous faite un peu le grand écart là, non?

(Rires) Oui, c'est vrai! Mais c'est ce qui est intéressant dans le passage entre le studio et la scène. Il faut savoir profiter des avantages de chaque circonstance. La formule de trio m'offre beaucoup liberté, mais jouer avec un big band est quelque chose d'incroyablement puissant.

Dans quelle formation prévoyez-vous de tourner pour cet album?

Je serai avec mon trio habituel, avec peut-être quelques musiciens additionnels pour jouer les cuivres. Je ne pourrai pas amener un big band sur les routes, pour des raisons de coûts trop importants et de logistique contraignante. Mais vous aurez l'occasion de voir que mon trio fait beaucoup de bruit !

En tant que chanteuse, quelles sont vos influences?
En premier lieu les grandes chanteuses de jazz et de soul: Ella Fitzgerald, Nina Simone, Billie Holliday, Aretha Franklin. Mais j'aime aussi une chanteuse comme Janis Joplin dont j'admire la puissance vocale et émotionnelle. Stevie Wonder est une de mes grandes influences également, de même que de musiciens comme Miles Davis ou John Coltrane.

Propos recueillis par Yoan Rega pour Concertlive.fr
"Modern Antique" (EMI)


Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 26 Mai - 18:29

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Jeu 4 Fév - 1:21

Shows à venir

12 mars 2010 20:00
Espace St Exupery Franconville
13 mars 2010 20:00
Nouveau Theatre de Beaulieu St Etienne-France
16 mars 2010 20:00
L’usine Istres
18 mars 2010 20:00
Theatre Le Pediluve Chatenay Malabry
19 mars 2010 20:00
Theatre Le Pediluve Chatenay Malabry
20 mars 2010 20:00
Scezin City-Poland Scezin City
22 mars 2010 20:00
Porgy and Bess Vienna
23 mars 2010 20:00
Unterfahrt Munich
24 mars 2010 20:00
ewz-Unterwerk Selnau Zurich
26 mars 2010 22:00
Half Note Athens-Greece
27 mars 2010 20:00
Half Note Athens-Greece
28 mars 2010 22:00
Half Note Athens-Greece
29 mars 2010 20:00
Half Note Athens-Greece
30 mars 2010 20:00
Half Note Athens-Greece
30 mars 2010 20:00
Half Note Athens-Greece
31 mars 2010 22:00
Half Note Athens-Greece
1 avr. 2010 22:00
Half Note Athens-Greece
3 avr. 2010 20:00
Blue Note Milano Milan
8 avr. 2010 20:00
Perpignan-France Perpignan
10 avr. 2010 20:00
Salle Municipal Marciac
11 avr. 2010 20:00
Barbey Bordeaux
14 avr. 2010 20:00
Bataclan Paris
16 avr. 2010 20:00
Le Lobis Blois-France
17 avr. 2010 20:00
Le Carre St Maxime-France
19 avr. 2010 20:00
Festival Kesckemet
16 mai 2010 20:00
Dizzy’s NYC
20 mai 2010 20:00
Sculler’s Boston, Massachusetts
3 juil. 2010 20:00
Adge-France Adge
6 nov. 2010 20:00
Theatre Centennial Sherbrooke, Quebec
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 13 Avr - 0:45

Robin McKelle: «J'adore décomposer»



Par Annie Grandjanin
le Figaro

Après deux albums jazz, la chanteuse américaine amorce, avec Mess Around,
un virage soul et rhythm and blues.
Un disque audacieux dans lequel elle revisite - entre deux compositions personnelles -
des titres de Leonard Cohen, des Bee Gees
et de Lennon et McCarney.

LE FIGAROSCOPE - Cet album, vous en rêviez depuis longtemps ?

ROBIN McKELLE. - Mon premier disque de jazz (Introducing Robin McKelle)
a été un succès, et le deuxième (Modern Antique), sa suite logique.
J'ai attendu le troisième pour faire quelque chose qui me correspondait davantage.
Je ne voulais pas avoir l'étiquette de chanteuse de jazz toute ma vie.
On m'a parfois comparée à Ella Fitzgerald…
C'est un immense honneur, mais ça fait peur et c'est bien trop lourd à porter.

Pourquoi avoir choisi un titre des Bee Gees (I Can't See Nobody),
lesquels ne sont pas vraiment des représentants du rhythm'n'blues ?

En fait, j'ai complètement craqué en entendant cette chanson,
interprétée par Nina Simone et j'ai découvert que ce sont les Bee Gees qui l'ont écrite !
Elle a été complètement réarrangée par Fred Wesley.
Ce que j'aime par-dessus tout, c'est « décomposer » !
C'est aussi ce qui me séduit dans le jazz :
cette liberté d'improviser en traversant les genres.

Leonard Cohen a-t-il écouté votre version de Everybody Knows ?

Je ne sais pas. Nous la lui avons envoyée, mais je n'ai pas de nouvelles.
Peut-être a-t-il envie de me tuer !

Vous avez écrit Angel après le 11 Septembre.
Étiez-vous à New York à ce moment-là ?

Non. J'étais à Los Angeles, seule, sans ma famille.
Ma manière de gérer cette tragédie a été d'écrire ce morceau,
d'où son côté sombre.
À l'époque, je travaillais comme choriste et nous devions partir en tournée.
Tout a été annulé et je suis retournée travailler comme vendeuse
dans un magasin d'accessoires pour salles de bains.

Vous avez déclaré que vous assumiez enfin de ne pas avoir
le même répertoire que Diana Krall et Norah Jones. Pourquoi ?

C'est grâce à elles que j'ai pu avoir du succès,
car elles ont rendu le jazz plus accessible.
Mais je suis heureuse de m'exprimer aujourd'hui en puisant
dans toutes les influences musicales qui m'ont nourrie.

Arrangeur d'exception

Surnommé « The Funkiest Trombone Player Ever »,
Fred Wesley a superbement arrangé deux des titres de l'album :
I Can't See Nobody, des frères Robin et Barry Gibb (Bee Gees)
et Lonely Avenue de Doc Pomus.
Celui qui, après avoir joué au sein du Count Basie Orchestra,
fut durant une quinzaine d'années le tromboniste et directeur musical de James Brown.
Membre du fameux JB's Horns avec Maceo Parker et Pee Wee Ellis,
il a aussi composé quelques standards de la soul pour le Godfather,
comme Gimme Some More, Same Beat, Pass the Peas…

Robin McKelle, Bataclan, 50, bd Voltaire (XIe).
Date : le 14 avril, à 20 heures. Tél. : 01 43 14 35 35. Place : 39,30 €.


Dernière édition par Nine le Mar 13 Avr - 1:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 13 Avr - 0:52

Robin McKelle :
"Mes plus grandes sources d’inspiration
s’appellent Ray Charles et Nina Simone"




Article de type Interview
publié dans le genre Variétés Internationales le 18/03/2010
par Christian Eudeline

Le jazz serait-il à la mode ?
Michael Bublé, Harry Connick Jr, Stacey Kent, Diana Krall,
Norah Jones et aujourd’hui Robin McKelle.
Entre le Broadway des comédies musicales et le Las Vegas du rat pack,
tous s’essayent au swing et ça marche plutôt bien.
Surtout en France où les crooners ont toujours été accueillis à bras ouverts.

Rencontre avec l'une d'entre eux :
Robin McKelle.

Robin McKelle est une nouvelle venue dans ce circuit,
jolie rousse d’une trentaine d’années s’essayant souvent
au français pendant notre interview,
Mess Around n’est pas son premier album mais le plus convaincant
de sa discographie car le plus personnel.
Saupoudrant son jazz de swing et aussi parfois d’épices soul,
elle adore s’approprier des standards pour les remodeler,
des Beatles à Leonard Cohen en passant par les Bee Gees.

Pourquoi ? Comment ? C’est ce que nous lui avons demandé.

Vous qui apprenez le français, pourquoi n’y a t-il pas de morceau en français ?

Vous aviez pourtant le choix entre Charles Aznavour ou Serge Gainsbourg,
Michel Legrand…
Robin McKelle : (énorme éclat de rire) L’idée de ce projet c’était de devenir mon propre réalisateur et je ne connaissais pas de chanson française qui s’adaptait comme je l’entendais. Mais c’est quelque chose que j’ai très envie de faire. Si tu as des idées, fais moi une liste, ça m’intéresse…

Les Bee Gees (I Can’t See Anybody) et Leonard Cohen (Everybody Knows)
étaient donc plus appropriés ?
Etre une artiste jazz c’est souvent se limiter à un certain répertoire comme Night And Day ou Summertime, des morceaux très populaires dans les années 40 et encore aujourd’hui. Sur l’album précédent (Modern Antique, 2008), j’avais repris Abracadabra du Steve Miller Band, une chanson pop donc et j’étais satisfaite. Pour moi, être une artiste de jazz, c’est d’abord apporter quelque chose de différent à la musique, et reprendre d’autres chansons que celles déjà chantées par Frank Sinatra ou Ella Fitzgerald, ça représente une respiration. Chanter un morceau des Beatles comme Eleanor Rigby avec des arrangements jazz, c’est aussi mettre en avant la beauté de la chanson, en lui donnant la possibilité d’une seconde vie et la rendre encore plus intemporelle.

Qu’aimez-vous autant dans le jazz ?
J’aime la liberté de reprendre des standards pop en les saupoudrant de swing justement. J’ai commencé ma carrière de chanteuse dans des big bands et c’était beaucoup plus contraignant, beaucoup plus respectueux des habitudes et des codes, donc un peu ennuyeux à la longue et frustrant. Lorsque l’on parle d’improvisation, un terme souvent associé au mot jazz, cela signifie également que je puisse puiser dans d’autres répertoire que le classique.

Le jazz n’est pas très présent en France à la radio ou à la télé, qu’en est-il aux Etats-Unis ?
C’est encore pire, j’ai toujours eu l’impression qu’en France et en Europe, on en écoutait beaucoup plus. Ici à Paris il y a plusieurs radios jazz telles que TSF ou FIP qui programment du jazz, aux Etats-Unis ça n’existe pas, il faut aller sur internet, sinon on ne trouve que des programmes jazz qui diffusent à certaines heures, jamais en flot continu et surtout pas 24 heures sur 24.

Pourquoi ce renouveau du jazz actuel alors selon vous ?
Diana Krall est devenue vraiment populaire aux Etats-Unis ainsi que Harry Connick Jr et Norah Jones même si cette dernière n’est pas une chanteuse de jazz au sens strict du terme, et bien sûr Michael Bublé. Peut-être qu’il y a une fascination pour les crooners qui se produisent avec un orchestre (big band), c’est la tradition chère à Frank Sinatra ou Dean Martin. Mais tant mieux car nous en profitons tous. Avant que ces artistes ne cartonnent, le grand public ne savait pas grand chose du jazz. Le public s’est beaucoup élargi ces dernières années.

Avez-vous grandi avec cette musique vous-même ?
Non, j’ai commencé par chanter des standards pop, et auparavant j’ai étudié le piano de manière tout à fait classique. Par contre, il est vrai qu’à un moment j’en ai eu assez de jouer du Chopin ou du Beethoven, j’ai eu envie d’étudier d’autres compositeurs. J’avais 12-13 ans, et c’est à ce moment-là que j’ai découvert le jazz grâce à des classes de musique à mon école et ça m’a tout de suite attiré. En parallèle, j’écoutais Whitney Houston, Mariah Carey et le jazz n’en était pas si éloigné, il y avait du groove, un groove assez comparable. Ça m’a intrigué, et donner envie de continuer à explorer le jazz, tout en m’initiant à l’opéra. Au collège, vers l’âge de 16-17 ans, j’ai réalisé que je ne voulais pas devenir chanteuse d’opéra et que je ne voulais pas non plus jouer dans des comédies musicales, car je n’aimais ni jouer ni danser. Le jazz m’est apparu comme la meilleure solution, j’avais envie d’explorer un peu plus cette voie, même si le week-end je me produisais au sein d’un groupe soul-R'n'B pour gagner un peu d’argent car je me suis très rapidement rendu compte qu’on ne gagnait pas d’argent en tant que chanteuse de jazz. (sourire…) La semaine, j’étudiais le jazz et le week-end je chantais du R'n'B, à un moment ça s’est un peu confondu, et dès mon premier album (Introducing Robin McKelle, 2006) j’avais cette touche qui mélangeait l’ancien et le moderne. Les gens entendaient beaucoup la touche soul que j’avais dans la voix, parfois plus que moi-même, mais je ne suis pas une puriste. Je ne l’ai jamais été et ne le serai jamais.

Quel genre de répertoire aviez-vous lorsque vous chantiez le week-end pour gagner de l’argent ?
Du Aretha Franklin, Chain Of Fools, Respect, Roberta Flack, Gladys Knight, de la vieille soul principalement.

La pochette de votre album fait très fifties, très rock and roll, mais votre disque n’a rien à voir avec le Brian Setzer Orchestra par exemple.
Brian Setzer est un guitariste, moi je suis pianiste, c’est par essence très différent, et il a joué pendant longtemps au sein des Stray Cats. La pochette de mon disque, c’est un clin d’oeil au tout début des années 60 en fait, parce que la voiture est un modèle de 1959, et je dois avouer que mes plus grandes sources d’inspiration s’appellent Ray Charles et Nina Simone, très en vogue à ce moment-là. Or Ray Charles n’a jamais été un puriste, il mixait jazz et soul. Mais pourquoi ma musique n’est pas aussi rock and roll que celle de Brian Setzer ? C’est parce que je ne me suis pas encore branché sur cet instrument que je ne maîtrise pas du tout, mais c’est une option que je retiens pour le futur.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 13 Avr - 1:04

NOUVEL ALBUM
ROBIN MC KELLE : « Mess around »
Sony Music 2010




Tracklisting :

1 - Mess around
2 - I can't see nobody
3 - Never make a move too soon
4 - Everybody knows
5 - Angel
6 - Until the day I die
7 - Cry me a river
8 - Lonely avenue
9 - Eleanor rigby
10 - I just want to make love to you
11 - Since I looked in your eyes

Mess Around est son troisième album
et il annonce un petit virage musical.
on ne pouvait bien entendu pas passer à côté !

Exit le Big Band et bienvenue à des formations plus petites !
Néanmoins, le disque ne manque pas pour autant d’énergie.
Libérée du carcan contraignant du grand orchestre,
la chanteuse apparait en effet plus joyeuse,
signant des morceaux bluesy qui décoiffent !
Sa voix se fait rauque, presque cassante,
notamment sur les reprises de Ray Charles, Nina Simone,
The Crusaders et même les Bee Gees.
Une fêlure qui est, sans aucun doute, la marque des grandes dames du jazz…

Son album est sorti le 22 février et si vous souhaitez
la découvrir en live elle sera le 14 avril au Bataclan…
autres dates de sa tournée sur son MySpace.

MYSPACE POUR ECOUTE :
http://www.myspace.com/robinmckelle
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9728
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Mar 13 Avr - 1:27

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13249
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   Lun 30 Jan - 12:55

SOUL FLOWER
Sortie le 30 janvier 2012



Après Mess Around (2010), l’Américaine Robin Mc Kelle rêvait de faire cet album, « Soul Flower » depuis toujours : enregistrer son propre répertoire dans une veine soulful.

En plus de la grande vocaliste que l'on connait - et elle est ici meilleure que jamais -, Robin McKelle se révèle, seule ou en association avec son pianiste et son bassiste, un auteur/compositeur d'une grande sensibilité comme d'une redoutable efficacité. Elle signe ou co-signe huit des douze titres de l'album, qui comprend par ailleurs trois reprises.De la sublime ballade 'So It Goes' à 'Change', au shuffle gospel porté à ébulition par la batterie et l'orgue, en passant par le très 'soul 70's' "Fairytale Ending", Robin McKelle confirme qu'elle est une très grande. Deux merveilles de duos élèvent l'album d'un cran supplémentaire: l'un, avec le vétéran de la soul Lee Fields, sur une reprise de 'To Love Somebody' des frères Gibb, l'autre avec Gregory Porter, figure montante du jazz vocal, sur une composition originale.



Tracklist

01.Robin McKelle - So It Goes
02.Robin McKelle - Tell You One Thing
03.Robin McKelle - Nothing's Really Changed
04.Robin McKelle - Fairytale Ending
05.Robin McKelle - Miss You Madly
06.Robin McKelle - Don't Give Up
07.Robin McKelle - Walk On By
08.Robin McKelle - To Love Somebody
09.Robin McKelle - Change
10.Robin McKelle - I'm Ready
11.Robin McKelle - Love's Work
12.Robin McKelle - I'm A Fool To Want You

TOURNEE 2012

01/02/2012
Centre Culturel Paul Bailliart, Massy

02/02/2012
Arsenal, Metz
20h

04/02/2012
EMB, Sannois
20h30

07/02/2012
Salle Grappelli / Cedac de Cimiez, Nice
21h

09/02/2012
Canal 93, Bobigny
20h

10/02/2012
Theatre Le Nickel, Rambouillet
20h45

09/03/2012
Le Liberté, Rennes
20h30

13/03/2012
Le Cargo, Caen
20h30

14/03/2012
6par4, Laval
21h

16/03/2012
La Batterie, Guyancourt
20h30

17/03/2012
La Cigale, Paris
20h

20/03/2012
Salle Nougaro, Toulouse
20h30

21/03/2012
Le Rocher de Palmer, Cenon
20h30

23/03/2012
Jam, Montpellier
21h15

03/04/2012
Le Cratere Scene Nationale, Ales
20h30
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ROBIN MC KELLE   

Revenir en haut Aller en bas
 
ROBIN MC KELLE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ROBIN MC KELLE
» Biodiversité : Festival des droits de l'homme Paris, Marie-M Robin
» Syndrome pierre robin
» Syndrome pierre robin
» Robin des Bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: JAZZ - JAZZY-
Sauter vers: