H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 DEEZER, JIWA : SITES GRATUITS DE MUSIQUE EN LIGNE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9606
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: DEEZER, JIWA : SITES GRATUITS DE MUSIQUE EN LIGNE   Mer 29 Avr - 10:00

Arthur met Deezer à l'antenne de Oui FM

Marie-Catherine Beuth
le Figaro
Le partenariat entre la station et le site d'écoute succède à l'accord conclu, il y a un mois, avec MySpace.

«Oui FM n'est pas une radio, c'est une communauté.» Fort de cette conviction, l'animateur-producteur Arthur, propriétaire de la radio rock francilienne Oui FM depuis janvier, multiplie les alliances avec les champions du Web social. Un mois après avoir créé une émission de promotion de jeunes talents avec le site communautaire My­Space, la radio s'associe au site d'écoute Deezer.

À partir de lundi, la radio diffusera quotidiennement de 13 heures à 14 heures les «playlist» rock créées par les internautes sur Deezer. Le samedi, l'auteur de la liste la plus écoutée pendant la semaine animera la tranche de 17 à 19 heures de Oui FM, pour partager ses goûts et expliquer ses choix. La station et le site souhaitent développer un moteur de recherche qui sélectionnera les listes les plus populaires.

Pour Arthur, ce procédé pourrait permettre d'assurer la programmation de tout le week-end. À terme, il souhaite réaliser «plus de 50 % de la programmation musicale» de Oui FM de cette manière.

Plus d'auditeurs sur le Web

«Il n'y a plus les auditeurs d'un côté et les internautes de l'autre. Quand un “audionaute” n'écoute pas une radio, il n'est pas sur une autre station mais sur Internet», analyse Arthur. Sa première expérience avec MySpace semble concluante : «Depuis deux semaines, Oui FM est plus écouté sur Internet que sur le réseau traditionnel», indique-t-il. La station, qui compte 200 000 auditeurs quotidiens selon Médiamétrie, aurait ainsi 350 000 auditeurs sur Internet. Quelque 70 000 d'entre eux ont voté dans le cadre de l'émission «Oui Love MySpace». Preuve pour Arthur qu'il ne «s'est pas trompé».

D'autres partenariats avec des réseaux sociaux pourraient suivre, ou encore «avec un spécialiste des vidéos sur Internet». Il prévoit aussi de lancer une Web TV sur la vie de la station dès janvier 2010.

Orange ou SFR pourraient en être partenaires. Si Internet permet à Oui FM d'être disponible au niveau national, Arthur ne lésine pas sur les efforts pour développer le réseau de fréquences de la station - condition de sa «survie», selon l'animateur.

Il vient ainsi de reprendre Parenthèse Radio (Dijon, Marseille, Limoges, Toulouse…) qui devrait conserver 4 h 30 d'émissions propres et s'abonner par ailleurs aux programmes de Oui FM.

http://www.lefigaro.fr/medias/2009/04/10/04002-20090410ARTFIG00285-arthur-met-deezer-a-l-antenne-de-oui-fm-.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 12821
Age : 66
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: DEEZER, JIWA : SITES GRATUITS DE MUSIQUE EN LIGNE   Mer 4 Aoû - 11:00

La disparition de Jiwa illustre les déboires des sites de musique en ligne gratuite

Le tribunal de commerce de Paris a prononcé, le 29 juillet, la liquidation judiciaire de Jiwa, site d'écoute de musique en "streaming" (sans possibilité de téléchargement). Jiwa.fr devrait progressivement disparaître à partir de mercredi 4 août. C'était un des pionniers du genre dans l'Hexagone, à proposer de la musique gratuitement mais légalement, contre la vente d'espaces publicitaires en ligne.

Jiwa a été créé en 2006 par Jean-Marc Plueger, un entrepreneur, et Thierry Rueda, ancien producteur, et fondateur des labels Omnisonus, Apricot et Inca. "Au début, comme d'autres, leur offre était illégale. Jiwa s'est surtout distingué en proposant, le premier, un lecteur de musique en streaming pour le réseau social Facebook", rappelle Philippe Axel, spécialiste de la musique numérique (et auteur de La Révolution musicale, éd. Pearson Village Mondial, 2007).

La start-up était parvenue à une audience d'un million de visiteurs uniques par mois pour un catalogue de 4,8 millions de titres. Mais "nous faisions face à trois gros problèmes. D'une part, l'écrasante concurrence d'Apple, qui pèse à lui seul plus de 70 % du marché de la musique numérique. D'autre part, le piratage qui continue à représenter 90 % de la consommation réelle de musique sur le Web. Le troisième, ce sont les minima garantis, qui nous ont complètement plombés", explique M.Plueger.

"LICENCE GLOBALE"

Ces "minima", ce sont les sommes que les maisons de disques (Universal Music, Warner Music, EMI, Sony Music) exigent chaque année des acteurs de l'Internet distributeurs de leurs titres numérisés, en plus d'une fraction des revenus publicitaires. Et ce, indépendamment de la consommation réelle de ces titres sur le Web. "En tout, en 2009, pour avoir accès à un catalogue conséquent, nous avons dû verser 1 million d'euros de minima aux maisons de disques, alors que nous n'avons réalisé qu'un chiffre d'affaires de 300 000 euros…, déplore M. Plueger. Nous avons bien essayé de préparer une offre payante pour augmenter nos revenus, mais les majors ont alors exigé une augmentation des minima garantis !", assure l'entrepreneur.

Il fondait aussi beaucoup d'espoirs sur la "Carte musique jeune", une initiative du gouvernement lancée début 2010 pour soutenir la création musicale et les petits distributeurs (chaque jeune se voit accorder un crédit de 50euros par an pour acheter de la musique en ligne). Elle devait être inaugurée à l'occasion de la Fête de la musique, le 21 juin, mais son lancement a été repoussé à l'automne. "Nous avons été extrêmement déçus, nous pensions qu'elle pouvait nous sauver", regrette M. Plueger.

L'échec de Jiwa prouve à quel point l'équation économique de la musique numérique est compliquée. Tous ses concurrents connaissent les mêmes affres, à des degrés divers. Deezer, le plus populaire du genre en France, a récemment dû se résoudre à s'adosser à Orange-France Télécom, qui devrait entrer à son capital. Son offre payante (5 ou 10 euros par mois), lancée fin 2009, n'a été souscrite que par 25 000 clients.

La solution pour que ces petites plates-formes aient des chances de subsister ? M. Axel est un des défenseurs de la "licence globale", une rétribution forfaitaire versée par les distributeurs de musique en ligne aux ayants droit en fonction de la consommation réelle des titres, à laquelle s'opposent toujours les majors.

A la manière de la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique), pour les diffusions radiophoniques. D'ailleurs, "si c'était à refaire, je me serais plutôt lancé dans une webradio", avoue M.Plueger.

Cécile Ducourtieux

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2010/08/04/la-disparition-de-jiwa-illustre-les-deboires-des-sites-de-musique-en-ligne-gratuite_1395456_651865.html#xtor=RSS-3208
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
 
DEEZER, JIWA : SITES GRATUITS DE MUSIQUE EN LIGNE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Jeux gratuits en ligne, sans inscription !
» Sites gratuits proposant des cours en bibliothéconomie
» Exercices gratuits de paleographie en ligne
» Les sites de vêtements avec envois et retours gratuits
» Vos sites de vente en ligne de fringues.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: L'INDUSTRIE DE LA CHANSON-
Sauter vers: