H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 STARMANIA - JOYEUX ANNIVERSAIRE

Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14233
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: STARMANIA - JOYEUX ANNIVERSAIRE   Sam 11 Avr - 9:08

Joyeux anniversaire "Starmania" !
ven, 10/04/2009 - 09:14 — Baptiste Delval

Il y a 30 ans jours pour jour, l'opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon faisait ses débuts sur la scène du Palais des Congrès et s'apprêtait à devenir la comédie musicale de référence en France.
Pour célébrer l'événement, outre la réédition de trois albums indispensables, on attend avec impatience l'émission spéciale consacrée au spectacle sur France 2.

Ce programme exceptionnel, animé par France Gall, sera sur les écrans le 24 avril, soit quelques jours à peine après la sortie en version remasterisée des albums de 1978, 1979 et 1988 de Starmania.

Comme nous vous l'annoncions déjà il y a quelques jours, on s'attend à retrouver dans cette émission aussi bien des membres de la troupe d'origine (comme Diane Dufresnes) et de jeunes interprètes actuelles tels que Pauline ou encore Amandine, la lauréate de la Nouvelle Star 2008, qui s'apprête à sortir son premier album.

Si un retour du spectacle sur une scène parisienne n'est pas encore d'actualité, les fans auront le plaisir de découvrir Starmania dans tous ses états, un spectacle hommage concocté par Fabienne Thibeault (qui avait créé le rôle de Marie-Jeanne en 1979) qui se donnera les 16 et 17 mai à la salle Saonexpo de Port-de-Saône.

http://www.musicalavenue.fr/Actualite/France/20090410/Joyeux-anniversaire-Starmania
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 14233
Age : 68
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: STARMANIA - JOYEUX ANNIVERSAIRE   Dim 12 Avr - 9:23



Coup de tonnerre dans l'histoire contemporaine de la Comédie Musicale à la française, Starmania révolutionne le genre et les pratiques du show business dès 1978.
Après Staramania, qui depuis sa création n'a jamais disparu longtemps de scène, plus rien ne sera pareil à Paris.
À l'origine de cette affaire, un projet de l'auteur-compositeur-pygmalion Michel Berger. Celui-ci porte à George Gershwin et à son frère Ira une admiration sans borne, rêve d'écrire un musical moderne qui traiterait des problèmes d'actualité et qui serait suffisamment universel pour être créé un France avant d'être repris, en version anglaise, à travers le monde. C'est la raison pour laquelle son attention se porte sur un sujet " américain" et sur un auteur vivant à Montréal.
Le sujet en question, c'est le terrorisme. En cette année 1975, on parle beaucoup de Patricia Campbell Hearst, la fille du magnat de la presse américian qui a été enlevée par une bande d'activistes d'extrème gauche. Non seulement la jeune femme n'a pas cherché à fuir de ses ravisseurs, pour autant qu'elle en ait eu l'occasion, mais, en plus, elle a décidé d'épouser leur cause et de rester à leurs côtés une fois réglée la question de la rançon.

En 1978 Berger et Plamondon sont déjà reconnus pour leurs oeuvres respectives et "Starmania" est un succès dès sa première interprétation. Sur le disque paru en 1978 on découvre Daniel Balavoine, Claude Dubois, Diane Dufresne, Eric Estève, France Gall, René Joly, Fabienne Thibeault et Nanette Workman qui campent des personnages haut en couleurs.



L'année suivante sur scène, au Palais des Congrès à Paris, Etienne Chicot remplace Claude Dubois, Grégory Ken prend le rôle tenu par Éric Estève et la troupe s'agrandit avec l'arrivée de Roddy Julienne et Violette Vial.

En 1980, le spectacle est joué à la Comédie Nationale de Montréal avec une troupe québecoise : Gilles Valiquette, Robert Leroux, Louise Forestier, Sylvie Boucher, Michel Mc Lean, Martine Saint-Clair, Jacques Blais, France Castel et Francis Martin.

En 1988, Michel Berger et Luc Plamondon mettent en scène une nouvelle version de Starmania avec, comme interprètes Norman Groulx, Richard Groulx, Renaud Hantson, Luc Laffite, Sabrina Lory, Maurane, Réjane Perry, Martine Saint-Clair et Wenta. Cette nouvelle version du spectacle fera une tournée en France puis sera jouée à Moscou et Saint-Pétersbourg.

En 1992, une version anglaise de Starmania voit le jour, rebaptisée "Tycoon", et dont les paroles sont écrites par Tim Rice. Au chant on retrouve des stars internationales comme Willy DeVille, Céline Dion, Nina Hagen, Tom Jones ou encore Cyndi Lauper.

Durant la deuxième moitié des années 1990, Starmania est monté à de nombreuses reprises, en France (au Théâtre Mogador notamment, où j'ai assisté au spectacle) et au Canada.



Mais qu'est-ce qui rend Starmania si populaire pour que ce spectacle ait été joué aussi souvent ? Certes un bon nombre de chansons ont été massivement diffusées à la radio depuis 1978, mais cela aurait-il suffit à constituer le "culte" qui existe autour de Starmania ? A mon humble avis, Starmania plait toujours car son histoire frappe par sa modernité, même si elle a été écrite il y a trente ans.

L'HISTOIRE



Ecrite dans les années 70, l'histoire de Starmania se passe dans le futur, dans les années 2000, ce qui rétrospectivement nous permet de juger la justesse des prédictions. A cette époque le monde occidental est uni sous la forme d'un pays unique, majoritairement recouvert par une ville tentaculaire, Monopolis.

Loin d'être une cité idéale, Monopolis à l'image de notre monde actuel comporte des bas fonds, des banlieues sordides et des quartiers laissés à l'abandon où les oubliés vivent en marge.

Johnny Rockfort est de ceux là, et avec son amie Sadia il dirige le gang des Etoiles Noires, dont les occupations saines et rafraichissantes englobent le vol, le pillage, le viol et plus généralement tout ce qui peut faire passer le temps à des criminels qui n'ont rien à perdre. Quand ils ne sont pas occupés à mettre à feu et à sang les beaux quartiers de Monopolis, les Etoiles Noires fréquentent un bouge répondant au doux nom d'Underground Café, où s'ennuie à mourir la serveuse automate.



C'est là que se noue un des drames de l'histoire. Cristal, présentatrice télé animant l'émission à succès "Starmania", cherche à interviewer le chef des Etoiles Noires et à comprendre son combat. La rencontre a lieu à l'Underground Café et Cristal est convertie aux thèses de Johnny Rockfort, le rejoignant au sein du gang. Ensemble ils mènent désormais la lutte, mais Sadia se voit détrônée dans son rôle prédominant, ce qu'elle n'accepte pas.



Tout cela se passe durant les élections présidentielles et le seul candidat présenté sur le disque s'avère être le médiatique business man Zéro Janvier, qui plaide pour un monde occidental fort, ordonné et sécurisé, qui ne s'occupe que de son propre sort, abandonnant le reste de la planète à ses problèmes, quitte à laisser la Terre derrière soi et à partir vivre à l'aise dans une station spaciale. Les actes de vandalisme des Etoiles Noires scandalisant la population de Monopolis, la campagne repose sur le sécuritaire, pain béni pour le démagogue Zéro Janvier. Toujours prêt à manipuler les médias, Janvier s'acoquine à l'actrice sur le retour Stella Spotlight, ex-diva qui à force de crever l'écran n'est plus que l'ombre d'elle même, et leur mariage en grande pompe étalé à la une de tous les journaux ne renforcera que le côté inéluctable de la victoire de Zéro Janvier.

Johnny Rockfort, ayant tenté de se convertir au terrorisme politique, finit trahi par Sadia, ralliée au nouveau pouvoir en place qui s'en va fêter sa victoire au Naziland, la discothèque géante de Zéro Janvier.