H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 YouTube

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13167
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: YouTube    Ven 10 Avr - 16:27

YouTube crée un site de clips avec Universal


10.04.2009, 08h49

Le site internet de partage de vidéos YouTube et le producteur de musique Universal Music Group ont annoncé jeudi leur alliance pour lancer un site spécialisé dans les vidéos-clips musicaux. Ce site appelé Vevo doit permettre à YouTube, filiale du géant américain de l'internet Google, d'attirer des annonceurs et de pacifier ses relations avec le premier éditeur mondial de musique.

Universal Music Group, filiale du groupe français Vivendi, partagera en effet avec YouTube les revenus publicitaires, en apportant les contenus, alors que YouTube apporte la technologie. Le lancement du site est prévu «cette année», sans autre précision. «Vevo sera une plateforme de musique en ligne de premier ordre, conçue pour les utilisateurs, les annonceurs et les détenteurs de contenus, qui alliera le large catalogue de grands artistes d'UMG et de contenus avec la technologie de pointe dans la vidéo et la communauté d'utilisateurs de YouTube», ont expliqué les deux groupes. «A son lancement, Vevo aura déjà plus de trafic que n'importe quel autre site de vidéos musicales», assurent les deux groupes, et «sera dans une position unique pour monétiser cette possibilité».

Tout utilisateur cherchant une vidéo musicale sur YouTube sera redirigé vers ce nouveau site. Universal Music Group est déjà le diffuseur de contenus le plus regardé sur YouTube, avec plus de 3,5 milliards de pages visionnées. Les clips musicaux sont parmi les vidéos les plus populaires de YouTube. Mais leur diffusion par ce biais provoque des frictions avec certains producteurs. Warner Music Group a ainsi décidé en décembre de retirer ses chansons et ses vidéos du site à la suite de l'échec de négociations sur le renouvellement d'un accord de licence.

YouTube a attiré pour la première fois plus de 100 millions de visiteurs en janvier, selon le cabinet ComScore. Répugnant à introduire trop de publicité, le site peine à rentabiliser sa position dominante, ce qui n'incite pas tous les producteurs de musique à miser sur le site.

http://www.leparisien.fr/loisirs-et-spectacles/youtube-cree-un-site-de-clips-avec-universal-10-04-2009-474598.php


Dernière édition par liliane le Jeu 30 Sep - 15:21, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13167
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: YouTube    Jeu 30 Sep - 15:17

La Sacem et YouTube (Google) ont annoncé jeudi la signature d'un accord sur les droits d'auteurs pour les auteurs, les compositeurs, les éditeurs et les internautes.
"Grâce à cet accord, les auteurs-réalisateurs, les humoristes, les compositeurs et les éditeurs de musique dont le répertoire est géré par la Sacem (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, Ndlr) vont être rémunérés pour la diffusion de leurs oeuvres sur YouTube", précise un communiqué commun.


« Selon le contrat qui court jusqu'à 2012, YouTube reversera à la Sacem une partie de son chiffre d'affaires », indiquent nos confrères de La Tribune. Les bases de l'accord Dailymotion/Sacem ont été utilisés, reconnait la Sacem. Selon les estimations, Dailymotion reverserait 4% de son chiffre d'affaires au site de partage de vidéos français.

A noter enfin que l'accord est rétroactif à 2006 ce qui signifie que YouTube a accepté de dédommager la Sacem pour toutes les vidéos visionnées entre 2006 et 2010.

http://www.commeaucinema.com/afp/accord-sacem-youtube-sur-les-droits-d-auteurs,188298
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13167
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: YouTube    Jeu 28 Avr - 19:25

La SPPF déboutée pour avoir ignoré le filtre anti-piratage de YouTube

Le tribunal de grande instance de Paris a rejeté les prétentions de la Société civile des producteurs de phonogrammes en France (SPPF). Celle-ci réclamait 10 millions d'euros à YouTube pour ne pas avoir empêché la remise en ligne de vidéos déjà notifiées. Le tribunal de grande instance a souligné que la SPPF a ignoré les recommandations de YouTube en matière de marquage numérique

L'affaire remonte à 2009. La Société civile des producteurs de phonogrammes en France (SPPF) avait assigné YouTube devant le tribunal de grande instance de Paris pour contrefaçon. La société de gestion collective des labels indépendants accusait la plate-forme vidéo de n'avoir pas empêché la remise en ligne d'un "nombre très important de vidéo-musiques produites par ses membres".

Ces vidéos avaient été retirées une première fois par Google en 2008, à la demande des ayants droit, puis remises en ligne l'année suivante par des internautes. En conséquence, la SPPF a demandé au tribunal de grande instance de Paris de condamner YouTube à verser pas moins de 10 millions d'euros de dommages et intérêts pour une centaine de clips concernés.

Il n'en sera rien. Dans le jugement rendu aujourd'hui, diffusé par Benoît Tabaka sur Twitter, le tribunal a rejeté les prétentions de la Société civile des producteurs de phonogrammes en France. Les magistrats ont en outre condamné la société de gestion collective des labels indépendants à verser 30 000 euros à YouTube au titre de l'article 700 du Code de procédure civile.

Pour motiver sa décision, le tribunal de grande instance de Paris a constaté que la SPPF n'a pas utilisé le système d'empreinte vidéo de YouTube. Ce dernier "met à la disposition des ayants droit qui en font la demande, une technique dite 'content identification' de reconnaissance des contenus à partir d'empreintes audio et vidéo qui permet d'identifier immédiatement les oeuvres en cause".

YouTube a précisé "que l'ayant droit qui décide d'avoir recours à cette technique peut ainsi revendiquer la propriété de ses vidéos et en contrôler la diffusion sur YouTube. Elle relève que la mise en oeuvre de cette technique suppose la collaboration et l'autorisation des ayants droit et qu'il ne lui appartient pas de prendre elle-même l'initiative d'appliquer cette technique en créant spontanément des empreintes et en bloquant a priori la diffusion".

La plate-forme américaine "a fait valoir que la SPPF s'est vue proposer cette technique gratuite dès le mois de septembre 2008 et qu'elle s'est abstenue de donner suite à cette proposition". Toujours selon le jugement du tribunal de grande instance de Paris, YouTube "a renouvelé cette proposition dans une lettre du 23 décembre 2008" en indiquant l'adresse pour accéder à ces outils.

Puisque YouTube n'a pas eu l'autorisation de la SPPF de déployer cette technologie de marquage, le tribunal a estimé que la responsabilité de la plate-forme "ne pouvait être engagée que dans la mesure où le titulaire des droits lui indiquait précisément la localisation des nouveaux fichiers litigieux". YouTube n'avait pas les moyens techniques pour empêcher de nouvelles mises en ligne illicites.

Autrement dit, la SPPF ne peut s'en prendre qu'à elle-même dans cette affaire et ne peut pas se plaindre dans la mesure où elle n'a pas souhaité utiliser le marqueur numérique.

http://www.numerama.com/magazine/18655-la-sppf-deboutee-pour-avoir-ignore-le-filtre-anti-piratage-de-youtube.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: YouTube    

Revenir en haut Aller en bas
 
YouTube
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je vous présente ma toute nouvelle chaîne Youtube
» Filmer ses parties de jeu de ps3 pour YouTube
» youtube REP
» Evelyne sur Youtube
» banniere , video .... youtube

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: L'INDUSTRIE DE LA CHANSON-
Sauter vers: