H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tori Amos

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13168
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Tori Amos   Mer 11 Mar - 17:18



Alors qu'elle enregistrait récemment un duo avec David Byrne, ex-leader de Talking Heads, à paraître sur le très romantiquement intitulé Here lies love, son nouvel album, Tori Amos adopte quant à elle un style plus... agressif !

Pour son dixième album studio, dont elle vient de dévoiler le visuel très envoûtant, la chanteuse anglo-américaine joue les sulfureuses, avec le titre qu'elle a choisi : Abnormally attracted to sin (Anormalement attirée par le péché). Provocant.

Une orientation qui rappelle évidemment son Sinsuality Tour/ Summer of Sin 2005, mais on va calmer vos ardeurs illico presto : car, si certains des titres de cet album (outre le single éponyme, citons Police Me, That Guy, Flavor, Strong Black Vine...) peuvent augurer d'un péché de luxure musicale, l'album est en fait clairement guidé par l'exploration des vérités religieuses et du rôle des femmes et du péché dans l'histoire de la religion.

Tori Amos, 45 ans, mariée à l'ingénieur du son anglais Mark Hawley et mère de Natashya, âgée de 8 ans, devrait en dévoiler un pan dès le 19 mars, lors d'un festival texan, mais ce n'est que le 19 mai que paraîtra cet album, sur le label Universal Republic.

http://www.purepeople.com/article/tori-amos-avec-son-nouvel-album-ce-serait-plutot-torride-amos_a26802/1


Dernière édition par liliane le Sam 5 Nov - 14:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9688
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: tori amos 2   Mar 15 Juin - 10:22

Tori Amos à nouveau en concert à Paris



Suite à la sortie de son nouvel album intitulé Abnormally Attracted To Sin
(disponible dans les bacs depuis mai 2009),
Tori Amos s’est lancée dans une grande tournée internationale.
Après une première série de concerts en Europe à l’automne dernier,
la chanteuse américaine sera de retour sur le Vieux Continent cet été.

En France,
Tori Amos chantera à l’Olympia à Paris le lundi 19 juillet 2010 à partir de 20h00.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13168
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: Tori Amos   Sam 5 Nov - 15:01

Tori Amos - Raisons et sentiments

Nouvel album, anniversaire, comédie musicale à venir : notre rousse préférée a du lait sur le feu !


Tandis que, dehors, Londres s’est fait estivale le temps d’une journée, dans les sous-sols du Bar 190, la clim’ est à fond. On imagine que l’ambiance était un brin plus “hot” dans ces mêmes lieux il y a un peu plus de 43 ans (juin 1968) lorsque les Stones se faisaient mitrailler par l’objectif de Michael Joseph pour les besoins de la mythique scène d’orgie qui allait s’étaler en pochette intérieure de Beggars Banquet.

C’est en tout cas là que Tori Amos tient audience afin d’évoquer son nouvel album-projet-conte, Night Of The Hunters. Officiellement, on tiendrait là “un cycle de chansons su 21e siècle puisant son inspiration dans des œuvres classiques écrites au cours des 400 dernières années”. Soit. Peu importe en vérité.

On le sait, avec Tori, l’essentiel est ailleurs. Son imagination débordante, cette propension à partir un peu dans tous les sens à partir d’un cadre parfois (souvent ?) défini avec une grande, hum, comment dire ? Élasticité ? Partons là-dessus. Ce grand écart entre l’artiste, onirique à souhait (surtout les dernières années, les débuts ayant davantage versé dans des “instants vérité” souvent déconcertants pour qui les recevait – on y revient), et la femme, la femme d’affaires comme la femme au foyer, résolument plus terre-à-terre – doux euphémisme –.

Une “dualité”, elle l’admet volontiers, jamais simple à gérer, les années d’expérience n’ayant pas changé grand-chose à l’affaire, juste édulcoré. Ainsi parle-t-elle de “se couper en deux” entre l’artiste développant son… art, précisément, et l’individu, l’être humain, qui vit au quotidien avec ses sentiments, ses réflexions. “Il y a une forme de détachement à trouver, poursuit-elle. Prendre du recul est indispensable, ne serait-ce que pour savoir si les émotions qui guident l’inspiration sont constructives. C’est comme une palette pour un peintre. S’il ne sépare pas les couleurs et qu’il les laisse toutes se mélanger, ça ne donne plus rien…”

Ceux qui la suivent depuis ses débuts le savent mieux que quiconque : cette “démarcation” fut encore plus floue dans le passé, voire totalement inexistante. Tori profitant alors souvent de ses chansons pour quelques règlements de compte personnels, avec la religion (et son père pasteur par ricochet), les hommes, les tragédies intimes (son viol raconté avec une froideur effrayante dans “Me And The Gun” sur Little Earthquakes, son premier album).



Et si, au fil du temps, la violence s’est estompée, elle reste encore là, tapie. Certains passages de Night Of The Hunters, narration allégorique d’un couple qui s’est délité (OK, là, on résume sévère…), le laissent poindre, c’est une bataille permanente qui semble encore se jouer entre cette violence-vengeance et la sagesse à envisager les choses sous un volet plus réfléchi, pacifique et optimiste. “Il reste en moi ce côté guerrier, prête à en découdre, admet-elle dans un sourire. Et il m’a fallu une grande dose de, appelons ça maternité, et peut-être de voyages spirituels – beaucoup de ce que les Indiens d’Amérique appelaient de “nuits dans le désert” pour essayer d’appréhender différemment ces… confrontations, pour maîtriser ce feu afin qu’il ne se déchaîne pas à la première occasion.”


Little Earthquakes soufflera ses vingt bougies en janvier prochain. En guise de “célébration”, des versions symphoniques avec le Metropole Orchestra – déjà enregistrées pour certaines, à parfaire pour d’autres – verront le jour. Mais sans pour autant se limiter aux douze titres qui composaient alors ce premier album, accompagnées au contraire de compositions plus récentes (elle nous citera “Flavor”). La preuve induite que tout n’est pas réglé, que Tori n’est pas encore totalement en paix avec elles ? Pour ce qui est des éléments de réponse, il faudra se contenter de ça : “Elles ont évolué, ont mené leur propre vie. D’une certaine manière, je n’ai pas le sentiment de les avoir écrites, mais qu’elles étaient comme une co-création entre elles et moi. Tout juste mes propres expériences m’ont-elles permis de les entendre, de les recevoir, à ce moment-là. Des expériences qui m’ont fourni la capacité d’en traduire l’essence. Donc suis-je en paix avec elles ? Disons que oui. En même temps, elles sont comme des ouragans, toujours capables de me renvoyer des turbulences, même si cela peut prendre la forme d’images très différentes de celles d’il y a vingt ans.”

À défaut d’apaisement, Tori Amos poursuit sa route, une comédie musicale en préparation, entre Floride et Cornouaille, ses deux ports d’attache, toujours avec son piano pour boussole, ce fameux Bösendorfer qui ne l’a jamais quitté. Bösendorfer ? Une traduction approximative en donnerait “vilain village”. Et si c’était ça, le destin de Tori Amos ? Faire naître la beauté de la laideur, invariablement ?

Par Xavier Bonnet
http://www.rollingstone.fr/Tori-Amos-Raisons-et-sentiments_2150.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tori Amos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tori Amos
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amos Almeida, 90 ans le 28 decembre
» Journal Abitibi-Express-RSG Amos
» La prière pour la nation a viré au fiasco.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: ROCK & POP MUSIC :: Pop Music-
Sauter vers: