H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 SEASICK STEVE

Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: SEASICK STEVE   Mer 25 Fév - 21:09

SEASICK STEVE
La revanche d'un perdant



« My name is Steve and i’m your walking man »

Olivier Nuc
24/02/2009 LE FIGARO

Inconnu hier encore, Seasick Steve, 56 ans,
remplit aujourd'hui des salles de 5 000 personnes. (Warner Music)

En récompensant massivement le film Slumdog Millionaire de Danny Boyle,
l'académie des oscars vient de saluer le destin d'un quidam
soudainement devenu millionnaire grâce à un jeu télévisé.
L'histoire peu banale de Seasick Steve vaut bien ce scénario.
Voici un chanteur et guitariste américain âgé de 68 ans,
jusqu'ici totalement inconnu,
propulsé nouvel espoir de la musique américaine sur la foi d'un passage à la télévision.

Barbe, cheveux blancs, casquette vissée sur la tête,
Seasick Steve n'a rien de l'apparat de la rock star classique.
S'il est de la même génération que Bob Dylan, les Beatles et les Rolling Stones,
son destin n'a rien de commun avec les leurs.
«Je n'ai pas eu autant de chance qu'eux, ma vie a été plus difficile »,
explique-t-il avec un large sourire.
Seasick Steve est aujourd'hui le plus heureux des hommes.
S'il joue de la musique depuis l'âge de 8 ans et qu'il a longtemps
caressé l'espoir de devenir musicien professionnel,
il avait presque définitivement abandonné l'idée d'en faire son métier.

Ce père de cinq enfants a multiplié les emplois
(charpentier, plombier, ambulancier, marchand de chaussures),
a déménagé cinquante-neuf fois en vingt-sept ans,
aussi bien aux États-Unis qu'en Europe, avant de se retrouver sans travail.
Encouragé par sa femme, il a alors enregistré des chansons de blues-boogie
dans sa cuisine, en Norvège, avec des musiciens scandinaves.
Après avoir démarché auprès de plusieurs personnes,
il se retrouve avec le disque sur les bras.

«Ça n'intéressait personne à part un gars en Angleterre
qui avait monté son label pour pouvoir sortir l'album de sa fiancée », explique Steve.
Le disque se retrouve sur le bureau du programmateur de l'émission
musicale de la BBC Later with Jools Holland,
qui décide de l'inviter sur le plateau. Le lendemain de son passage à l'écran,
Seasick Steve est invité à se produire dans tous les festivals britanniques.
Le voici qui remplit désormais des salles de 5 000 personnes à Londres,
et aux quatre coins de l'Europe.
Le plus surprenant est encore la jeunesse du public qui se presse à ses concerts.

« Je n'aurais jamais pensé que des gamins prendraient autant de plaisir
à écouter un vieux gars chanter du blues »,
affirme-t-il.

Son nouvel album, I Started Out With Nothing and I Got Most of It Left (Warner),
tout juste paru, est un excellent recueil de titres de sa composition.
Nick Cave et KT Tunstall font des apparitions sur l'album.
Seasick Steve n'en revient toujours pas.

«À mon âge, j'étais sûr de n'intéresser personne.»

Seasick Steve jouera mercredi à La Maroquinerie, 23, rue Boyer, 75020 Paris.
Tél. : 01 40 33 35 05. www.lamaroquinerie.fr


Dernière édition par Nine le Ven 12 Mar - 12:43, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10501
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: SEASICK STEVE   Lun 9 Mar - 21:14

UN ARTISTE ETONNANT INCLASSABLE ..
ENTRE BLUES ET FOLK


« Tout va bien »
c'est la devise de Seasick Steve.
Une devise étonnante quand on sait qu'il a passé la moitié de sa vie dans le caniveau.
Mais à 60 ans bien sonnés, il semble qu'effectivement tout aille bien pour lui.



Les nuits blanches de sa jeunesse,
Seasick Steve les a passées à écouter la musique de guitaristes comme
R.L. Burnside ou Son House - un bluesman du delta du Mississippi,
prédicateur, briseur de mariages, taulard et conteur d'histoires hors pair.
Et puis, il y a eu l'époque où son blues n'intéressait plus personne.
Jusqu'à aujourd'hui, où le revival du blues
le propulse à nouveau sur le devant de la scène.

Seasick Steve a grandi dans la rue. A 13 ans,
il claque la porte de la maison et se dépatouille à coups de petits boulots.
Ses séjours en prison, il a arrêté de les compter.
Par contre, il se souvient que la vie en tournée,
c'est un peu comme le paradis sur terre.
Il a longtemps travaillé dans les studios d'enregistrement en tant que
technicien ou homme à tout faire.
Au début des années 90, il embarque tout son équipement
et quitte le Tennessee pour Seattle.
Il y créé un studio qui sera fréquenté par des groupes indie comme
Modest Mouse et Bikini Kill. Et puis, bien sûr, les groupes grunge.
C'est ainsi qu'il rencontre Kurt Cobain.
............................................
Album
"Dog House Music" de Seasick Steve
chez Skycap

Le blues est pur, il exprime tristesse et espoirs éternels.
Seasick Steve, un barbu sans âge, lui redonne vie, y compris en mono,
quand il enregistre loin de ses terres californiennes,
quelque part dans la cuisine norvégienne de son épouse.
Vivant sa relation au blues comme une thérapie, cet artiste intègre,
enfin reconnu à sa juste valeur, ne cesse de le dénicher là où se trouve,
le libère, le restitue en toute simplicité,
dans toute sa modernité, à l’échelle de la planète tout entière,
et renoue ainsi avec sa vocation universelle première.
www.seasicksteve.com