H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MARIEE SIOUX

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: MARIEE SIOUX   Mer 25 Fév - 10:48

Dans la lignée du renouveau folk .. après Alela Diane, Emily Jane White ..

MARIEE SIOUX





Elle est arrivée dans notre studio dans le sillage de son amie Alela Diane (dont elle assure la première partie en tournée). Elle nous a demandé si elle pouvait «chanter une longue chanson». Une guitare, une voix, et dix minutes de grâce folk plus tard, Mariee Sioux vous offre une très belle session. Vidéo LIBERATION.



Voici MARIEE SIOUX . Etoile

Mariee Sioux arrive sur scène, on dirait une femme-enfant avec son visage rond, elle a troqué ses bottes fourrées pour de petites chaussures, elle est complètement en dehors des modes, très roots, très rurale mais tellement vraie. Pendant les deux premiers morceaux - que d'ailleurs je ne connais pas -, je sens que Mariee n'a pas encore placé sa voix, le concert n'a pas encore pris le bon rail. Et puis elle est rejointe par l’une de ses amies (Ashley Taylor), qui s'assoit devant un xylophone.

Alors débute un rêve... Avec Friendboats, j'entre tout doucement dans l'univers doux et lumineux de Mariee, et puis vient Buried In Teeth... Là, c'est pratiquement l'extase, et je ferme les yeux pour pouvoir encore mieux savourer les sublimes harmonies des deux voix encadrées par la guitare cristalline de Mariee. Je reste comme cela plusieurs minutes, carrément en lévitation, mon cerveau est ailleurs, et c'est tout simplement sublime, je n'ai plus aucune interférence, je suis en connexion directe avec le paradis. Divin, tout simplement, au bon sens du terme. Et quand je pense qu'il manque le son de la flûte que l'on trouve seulement sur les versions studio !! Mais le voyage vers l'extase n'est pas fini, car l'enchaînement Flower & Blood-Wizard et Two Tongues me laissera sur le carreau.



Ce soir, j'ai ressenti des moments de pur bonheur, juste grâce à la magie d'un petit bout de femme qui a su composer des comptines hors du temps. Et ce soir, ses amis sont là, Matt Bauer dont elle annonce l'anniversaire. Et la voir dire avec sa voix mutine qu'elle est heureuse de jouer devant tant de monde, c'est quelque part assez émouvant. Mariee n'a pas la voix d'Alela Diane, mais elle a cette innocence et cette pureté qui ce soir m'ont fait voyager parmi les anges.

*** C'était l'avis et le partage de quelqu'un qui l'a vue en concert à la Maroquinerie, merci pour le récit son auteur s'appelle Gilles *** merci

Pour decouvrir le son, la voix et la pureté du timbre de Mariee Sioux ici sur son myspace :

http://www.myspace.com/marieesioux

La musique de Mariee Sioux est toute empreinte d’une poésie ancrée dans le souffle du vent, le doux fracas de l’eau des torrents, et l’épaisseur des forêts.
Elle est de même, naturellement traversée de rémances esthétiques en lien direct avec la culture des premiers habitants du continent américain.

Issue de la riche scène Folk de Nevada City (Californie) - comme Alela Diane

- Mariee vient de réaliser un premier album. Faces in the Rocks (Grass Roots Records, 2007), est porté par une voix à la clareté troublante, une guitare acoustique fluide comme une onde claire, et le souffle serein de la flûte indienne de Gentle Thunder.


Elle a composé toutes les chansons, des mélodies délicates influencées par la folk et la pop autant que par la musique traditionnelle indienne-américaine


Dernière édition par Nine le Mer 25 Fév - 11:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MARIEE SIOUX   Mer 25 Fév - 11:04

MARIEE SIOUX - Faces In The Rocks
(Grass Roots Records / Socadisc)

La jeune Mariée Sioux, qui n'a de sioux que le nom (même si elle a effectivement des ascendances indiennes) s'est fait connaître en accompagnant sa copine d'enfance Alela Diane, avec qui elle a grandi à Nevada City.



Pourtant, les points communs entre les deux jeunes femmes s'arrêtent là, car Mariee Sioux propose un disque bien différent de celui de sa copine. Les chansons s'étirent beaucoup plus (parfois sur plus de neuf minutes) et comportent de vraies variations de rythme et d'atmosphère comme autant d'oscillations entre légèreté et gravité, joie et souffrance. Pourtant, il y a toujours un sentiment positif qui prédomine lorsque les chansons se terminent : est-ce dû à la voix faussement fragile de la jeune Américaine ? Est-ce dû à l'instrumentation impeccablement sobre ou à l'absence du traditionnel carcan "couplet-refrain-couplet" ?

A l'écoute, il semble évident que ce disque a été fait en dehors de tout calcul : il l'a été parce que Mariée Sioux en ressentait l'envie, peu importe s'il est dans l'air du temps.

Portées par un chant cristallin, les compositions semblent ainsi parfaitement intemporelles et pures, évoquant parfois de vraies transes tant Mariée Sioux fait preuve de passion lorsqu'elle se laisse emporter. Les esprits chagrins pourraient regretter certains passages à la flûte qui sont un petit peu kitsch ou connotés, quelques gimmicks vocaux irritants, mais la maturité du disque est assez impressionnante, surtout qu'elle n'a appris à jouer de la musique qu'il y a cinq ans. Malgré les défauts d'un premier album, "Faces in the Rocks" regorge de belles choses qui raviront ceux qui y poseront une oreille. Honnêteté, passion, talent : c'est un beau début, non ?

Mickaël Choisi
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MARIEE SIOUX   Mer 25 Fév - 11:10

Festival Les Nuits de L'Alligator 2009

Lonely Drifter Karen - Mariee Sioux - Emily Jane White (La Maroquinerie, Paris) 16 février 2009

Le festival Les Nuits de l’Alligator célèbre le blues, ainsi que le folk et le rock. Pour cette quatrième édition, la soirée d’ouverture à la Maroquinerie (Paris) le lundi 16 février 2009 s’annonce très prometteuse avec trois chanteuses folk talentueuses.

Les artistes, qui ont chacune déjà un album a leur actif (Lonely Drifter Karen : Grass is Singing, Mariee Sioux : Faces in the Rocks, Emily Jane White : Dark Undercoat), sont apparemment plus connues que ce qu’on imaginait, car la salle est comble, à tel point que la Froggy’s team a failli ne pas pouvoir assister aux concerts. Mais ce serait sans compter sur notre ténacité car nous sommes fermement décidés à voir les trois "folkeuses" se produire sur scène.

Lorsqu’on finit par entrer dans la salle, l’autrichienne Lonely Drifter Karen chante son avant-dernier morceau. Vêtue de sa robe blanche, elle charme le public de son air angélique et de sa belle voix.

Qu'elle se montre sage, debout les mains dans le dos, telle une enfant qui récite une poésie, ou espiègle quand elle sautille au son du batteur et du claviériste qui l’accompagnent, ou bien même lorsqu’elle attrape sa guitare, elle arrose la salle de son folk frais et folâtre.

Mariee Sioux délivre quant à elle un folk épuré. Assise la guitare à la main, elle enchante les spectateurs d’une voix à la fois douce et imposante.

Entre quatre musiques en solo, elle chante en duo avec une compatriote sur six morceaux et là, les deux californiennes sont tout simplement divines : deux timbres délicats et sublimes, une guitare au doigté on ne peut plus fluide et quelques notes de xylophone pour agrémenter le tout. On ne demande rien de plus, pourvu que cet instant dure !

Enfin, la très attendue Emily Jane White clôt la soirée, entourée d’une formation plus complète avec une violoncelliste, un batteur et un guitariste (qui oscille entre sa guitare électrique et une guitare couchée à 10 cordes).

Tour à tour à la guitare acoustique et au clavier, qu’elle domine aussi bien l’un que l’autre, Emily Jane White se livre à un dark folk qui flirte avec le rock et le blues. Celle qui tient parmi ses influences Nick Cave et PJ Harvey, nous touche par sa voix profonde et mélancolique.

Si la chanteuse américaine a l’air un peu intimidée devant cette salle pleine à craquer – à laquelle elle s'adresse dans un français plus que correct ! – son talent est néanmoins incontestablement reconnu par un public qui en demande encore et obtient satisfaction avec deux morceaux supplémentaires.

Au total plus de trois heures de concert, durant lesquelles les trois artistes ont séduit les spectateurs, tant par leurs attributs vocaux et musicaux que par leur charme sensiblement très féminin. Une première soirée réussie !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MARIEE SIOUX   Mer 25 Fév - 11:29






Nouvelle et délicate petite fée du folk, Mariee Sioux entamait mercredi soir, au Botanique, une mini-tournée belge qui la mènera d’ici samedi à Namur, Anvers et Charleroi.

Regard perçant, boucles d’oreilles artisanales cachées par une abondante et noire chevelure… La jeune Californienne nous rejoint épuisée au bar du Bota. Mariee n’a pas passé la nuit devant les élections américaines. Elle ne s’est tout simplement pas encore remise du décalage horaire. « Je suis crevée. J’arrive de Paris. J’ai dormi dans la voiture pendant tout le trajet. »

Si son premier album, le touchant et délicieux Faces in the rocks, est sorti l’an dernier aux Etats-Unis, il n’est distribué chez nous que depuis peu. Mariee Sioux continue de le défendre. Poursuivant son petit bonhomme de chemin.
Fille d’un joueur occasionnel de mandoline, Mariee Sioux Sobonya naît le 4 novembre 1985 à Humboldt County et passe son enfance à Nevada City.

Patelin à qui l’on doit l’éclosion ces dernières années de Joanna Newsom et d’Alela Diane. Alela Diane. Plus qu’un nom. Une amie d’enfance. Une âme sœur. Mariee a participé à l’enregistrement de son premier disque (The Pirate’s Gospel). Elle l’a aussi accompagnée sur la route.

Débuts tardifs dans la musique, loin de leurs racines, enregistrements en famille… Le parcours des deux artistes se ressemble étrangement. Si Mariee a toujours aimé les mots, elle ne commence la guitare qu’à 18 ans. Lors d’un voyage en Argentine où elle part comme volontaire. « Je voulais changer de décor et me rendre utile, explique-t-elle. J’ai atterri dans une école qui enseignait aux enfants des techniques agricoles. Ce genre de choses qui permettent de prendre son destin en main. C’est là que j’ai composé mes premières chansons. »

Quand Ray Bradbury rencontre Michael Jackson

Mariee Sioux a du sang polonais, hongrois et mexicain qui lui coule dans les veines. Elle a aussi des origines indiennes qu’on peut déceler dans sa musique, ses paroles.

« Je m’y suis intéressée assez tardivement. Adolescente, j’ai ressenti comme un vide en moi. J’ai alors lu des livres. Questionné ma mère sur les Amérindiens. Je ne sais pas si l’élection d’Obama améliorera leur situation. Je ne pense pas qu’un seul homme puisse tout changer. »

Ces racines participent au rapport étroit qu’elle entretient avec la nature. « Mon père travaille dans une boîte d’ordinateurs mais dans le temps il rêvait d’une ferme biologique. Cultivait ses propres légumes. Mes parents n’avaient pas beaucoup d’argent. Nous vivions dans une cabane. Longtemps, nous n’avons même pas eu la télé. »

Mariee s’est divertie autrement. Elle s’est très tôt intéressée à l’écriture, à la lecture. « En fait, je lisais surtout des romans de science-fiction, avoue-t-elle dans un éclat de rire. Des trucs du genre Ray Bradbury (Farenheit 451). »
Quand elle évoque la musique qui a bercé son enfance, la petite Sioux cite aussi bien Paul Simon que Michael Jackson. Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises.
Vous pourrez prochainement la retrouver interprétant « Love Song » sur un tribute à The Cure.

JULIEN BROQUET - lesoir.b
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9724
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MARIEE SIOUX   Mer 25 Fév - 11:35



Joni Mitchell aura donc marqué son siècle dans une discrétion qui ne fait qu’ajouter à son mystère.

La muse de Crosby, Still and Nash – dont elle accueilli les balbutiements quasi clandestins dans sa mythique maison de bois - est devenue l’inspiratrice d’une génération de chanteuses qui se saisit aujourd’hui du folk pour tresser ses intimités avec celles des passés d’Amérique et, depuis San Francisco ou Nevada City, se lancer sur une route réouverte il y a peu par Chan Marshall. Ainsi Mariee Sioux dont les chansons se teintent parfois d’inspirations amérindiennes.

C’est donc dit, l’époque sera pastorale ou ne sera pas.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: MARIEE SIOUX   

Revenir en haut Aller en bas
 
MARIEE SIOUX
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MARIEE SIOUX
» ma robe de mariee
» joyeux anniversaire sioux
» Surpris au lit avec une femme mariée, il fuit par la fenêtre
» Une futur mariée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: BLUES AND FOLK :: FOLK - COUNTRY-
Sauter vers: