H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 TEX AVERY un artiste animé

Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10385
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: TEX AVERY un artiste animé   Mar 24 Fév - 20:16

Tex Avery



Nom : Frederick Bean dit Tex Avery
Nationalité : Américain
Dates : Né le 26 février 1908 à Taylor (Texas), mort le 26 août 1980 à Burbank (Californie)
Techniques : Dessin animé

Personnages : Bugs Bunny, Daffy Duck, Droopy, le Loup, La Pin-up, Casse-Noisettes

Tex Avery est un des plus grands cinéastes de tous les temps.

Tex Avery n'est pas un des plus grands cinéastes d'animation mais un des plus grands cinéastes tout court. Il a sa place aux côtés des Orson Wells, Godard et autres Griffith. Il fait partie de ces rares cinéastes après qui il n'est plus possible de faire du cinéma comme avant. Tex Avery ne s'est pas contenté de mettre son imagination exceptionnelle au service de cartoons désopilants, il l'a aussi utilisée pour ré-inventer le médium qui était le sien, interrogeant l'espace et le temps comme tous les grands cinéastes inventeurs de formes.

Originaire de Taylor au Texas où il passe toute son enfance, Frederick Bean, alias Tex Avery, s'est découvert du talent pour le dessin dès l'âge de 13 ans en dessinant pour l'almanach de son école. Quelques années plus tard, Tex Avery entre au Chicago Art Institute où il se forme aux métiers de dessinateur et d'animateur. Après plusieurs essais infructueux dans la bande dessinée, il décide de se lancer dans l'animation et part en Californie.

C'est donc au début des années 1930 que la carrière d'animateur de Tex Avery commence lorsqu'il intègre les Studios Fox et participe à l'adaptation des fables d'Esope (Aesop Sound Fables). Après une courte collaboration avec Charles Mintz de la Columbia, Tex Avery fait la rencontre de Walter Lantz qui l'engage comme "intervalliste" chez Universal. Jusqu'en 1935, Tex Avery reste chez Universal ce qui lui permet de travailler à toutes les étapes de la création d'un dessin animé puis de s'affirmer comme superviseur.

What's up, doc ? Les Looney Tunes, délirantes créations de Tex Avery !

De 1935 à 1941, Tex Avery travaille chez Warner Bros où il rencontre ses premiers vrais succès et impose quelques-uns de ses personnages principaux comme Porky Pig, Daffy Duck et Bugs Bunny, également connus sous le nom des Looney TunesMerrie Mélodies quand ils étaient en noir et blanc puis des en Technicolor.

Chez Warner Bros, Tex Avery travaille avec les meilleurs animateurs du moment dont le génial Chuck Jones. Il règne une atmosphère si chaleureuse et amicale au sein de l'équipe que Tex Avery ne porte pas plainte contre un de ses collègues qui lui projette un jour par accident un trombone dans l’œil en faisant une blague. Selon la légende, la perte de vision qui s’en est suivie serait à l’origine de la spécificité des dessins animés de Tex Avery !

Tex Avery est l'initiateur d'un nouveau style d'animation, totalement délirant et surréaliste. L'animation clouée au pilori du plancher des vaches disneyennes s'envole au septième ciel avec Tex Avery qui dynamite toutes les conventions par son humour ravageur, corrosif et politiquement incorrect. Avec Tex Avery l'imagination hurle avec les loups en voyant passer les pin-ups. Ce vieux Tex dépasse les bornes de tout ce qui était connu avant lui au cinéma et le public le suit dans ses délires ! Avec son équipe, il parvient même, récompense suprême, à détrôner un temps les Studios Disney en matière de films d'animation.

Chez Tex Avery, on ne censure pas un gag !

Cependant, en 1941, suite à un désaccord avec Léon Schlesinger, le producteur qui l'avait fait engager, Tex Avery quitte la Warner. L’historien Micheal Barrier croit savoir que, pour Schlesinger, c’est une phrase que devait dire Bugs Bunny juste avant sa troisième chute qui est à l’origine du conflit. Dans cette scène, Bugs Bunny devait se tourner vers les spectateurs et dire «Attachez vos tuques, on y retourne!» (Hold on to your hats, folks, here we go again!). Or, cette phrase avait été extraite d’une émission de radio où elle avait une connotation sexuelle et Schlesinger ne voulait pas que Bugs Bunny y soit associé.

Avec l’accord de Jack Warner, Schlesinger coupe la scène sans avertir Tex Avery. En l’apprenant, Tex Avery passe lui aussi à l’acte et quitte la Warner Bros sur le champ sans finir les trois dessins animés en cours. Ce sera Bob Clampett qui les terminera. Une autre explication au départ de Tex Avery de la Warner Bros serait que Schlesinger avait jugé la chute de Bugs Bunny trop coûteuse et trop longue et que Tex Avery refusait de la réduire.

Tex Avery quitte Warner Bros et rejoint Fred Quimby, producteur à la MGM (Metro-Goldwyn-Mayer).

Avec Tex Avery, l'apocalypse des zygomatiques.

Chez MGM, Tex Avery est au sommet de son art, son imagination n'est plus bridée et son nouveau producteur lui laisse beaucoup de liberté. C'est pourquoi ce n'est pas un hasard si ce sont les films de cette époque bénie qui marqueront durablement à la fois les zygomatiques des spectateurs et l'histoire du cinéma. Les personnages créés durant ces glorieuses années sont aujourd'hui encore au panthéon de notre imaginaire collectif : Droopy, le loup, la pin-up, Casse-Noisette.

Pour Tex Avery, un dessin animé c'est avant tout un lieu de liberté et d'expression où l'on peut se libérer des contraintes de la réalité pour partager les délires les plus extravagants.

En 1954, ne supportant plus la pression des délais et des quantités très importantes à produire que lui impose l'arrivée de la télévision, Tex Avery retourne auprès de Walter Lantz. Ensemble, ils vont créer quatre dessins animés et un personnage célèbre, Chilly Willy le pingouin.

Vers 1960, Tex Avery se reconvertit dans la publicité en créant de nombreux spots tels que ceux pour l'insecticide Raid ou Frito Bandito. Dans ses dernières années de vie, Tex Avery travaille pour les productions Hanna et Barbera. Pendant cette période, il invente son dernier personnage, Kwicky Koala. Artiste jusqu'au bout, comme Molière sur les planches, Tex Avery mourra sur sa planche… à dessin et en plein travail, le 26 août 1980.


_____________________________________________________________________________ etoile scintillante



One upon a time, le Petit Chaperon Rouge ⭐


Dernière édition par Nine le Mar 24 Fév - 20:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10385
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: TEX AVERY un artiste animé   Mar 24 Fév - 20:18



un cartoon sur la 2nde guerre mondiale bourré d'humour et très caricatural
enjoy!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10385
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: TEX AVERY un artiste animé   Mar 24 Fév - 20:24

hommage au génie du réalisateur de dessins animés Tex Avery.

Il est le créateur de personnages tels que Porky Pig, Daffy Duck, Droopy, et l'écureuil Screwy. Il a également créé Bugs Bunny que nous aimons et connaissons tous.

Plus de quarante ans après, on imite toujours aujourd'hui son style de dessins animés enchaînant des gags tous plus hilarants les uns que les autres.

Maintenant, asseyez vous confortablement, explorez et découvrez le plus grands réalisateurs de dessins animés de tous les temps.

le best Etoile



Dernière édition par Nine le Mar 24 Fév - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10385
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: TEX AVERY un artiste animé   Mar 24 Fév - 20:26

Cent après sa naissance, le créateur de Droopy et de Bugs Bunny continue d'inspirer de nombreux artistes, cinéastes, dessinateurs et publicitaires.

Un loup en smoking aux yeux exorbités contemplant une pin-up, Droopy, un chien neurasthénique qui lance à tout-va : « You know what ? I'm happy », Bugs Bunny, un lapin ironique qui passe sa vie à manger des carottes assaisonnées d'un célèbre: «What's up, Doc? » (« Quoi de neuf, docteur?»). Autant de figures signées Tex Avery, « l'anti-Walt Disney», un réalisateur génial qui aurait eu 100 ans le 26 février 2008.

Son oeuvre, riche de 135 dessins animés, fait aujourd'hui figure de référence absolue en matière d'animation et d'humour visuel. Né à Taylor (Texas), Frederick Bean « Tex » Avery est le descendant du trappeur Daniel Boone et du juge Roy Bean. Très vite, le jeune Tex se passionne pour le dessin. Mais ses premiers comics sont refusés par tous les éditeurs. Trop décapants. Cela ne le décourage pas. Au début des années 1930, il commence une carrière d'animateur aux studios de la Fox.

Après son installation en Californie et son mariage, un drame idiot le frappe. Il perd un oeil lors d'une bataille d'agrafes alors qu'il travaille dans un atelier d'animation. Cette tragédie n'entame pas la détermination de Tex Avery.

En 1936, il fait son entrée à la Warner Brothers, et fait partie d'une joyeuse bande d'animateurs turbulents (parmi lesquels Chuck Jones ou Bob Clampett) qui s'installent à Termit Terrasse, un bungalow isolé et infesté de termites. Là, Tex crée tout un bestiaire de personnages délirants, de Bugs Bunny (né en 1940 dans The Wild Hare, « le lièvre sauvage ») à Porgy Pigg en passant par Daffy Duck ou Speedy Gonzales.

C'est justement le personnage Bugs Bunny qui va amener Tex Avery à quitter la Warner Bros. en 1941, après une dispute avec le producteur Leon Schlesinger au sujet du gag final de The Hecling Hare. Selon Patrick Brion, « le noeud du problème provenait d'une phrase prononcée par Bugs Bunny juste avant sa troisième chute. La scène montre Bugs Bunny et le chien se tournant vers les spectateurs en disant : »Accrochez-vous à vos chapeaux, les gars, on y retourne !» Le problème de cette phrase est qu'elle provenait d'une émission de radio qui lui donnait une tournure sexuelle. Ne voulant pas associer Bugs Bunny à ce genre de blague, Schlesinger retira la scène du dessin animé d'Avery. »

«Rien n'est jamais prévisible»

Confronté à cette décision, Avery quitte les studios et entre à la MGM en 1944, où le producteur Fred Quimby lui donne carte blanche. C'est le début de la maturité. À cette période, il détourne des contes de fées comme Les Trois Petits cochons ou Le Petit Chaperon rouge. Son premier dessin animé, Blitz Woolf, est une parodie des Trois Petits Cochons, où le loup vire à la caricature de Hitler. Il enchaîne avec Red Hot Riding Hood, transposition de l'histoire du Petit Chaperon rouge. Chez Avery, le Petit Chaperon rouge devient une danseuse sexy. Fou de désir, le loup siffle, hurle, a les yeux qui lui sortent littéralement de la tête, sans oublier la langue qui tombe sur la table... Une scène devenue mythique. Après la fermeture du département dessin animé de la MGM, Tex se tourne vers la publicité. Il conçoit encore quatre dessins animés pour Walter Lantz avant de s'éteindre le 26 août 1980, en plein travail, chez Hanna-Barbera, à Burbank (Californie), à l'âge de 72 ans.

Cent ans après sa naissance, la modernité de Tex Avery tient à ce qu'il instille dans ses films une touche de psychanalyse, un rien de décalage qui rappelle La Psychanalyse des contes de fées de Bruno Bettelheim. Et ce n'est pas le psychanalyste Serge Tisseron qui dira le contraire. « Ce que je trouve extraordinaire chez lui, analyse l'auteur de Virtuel, mon amour (Albin Michel), c'est la manière dont il fait se confronter deux mondes : celui du réel avec celui de l'inconscient qui mêle désirs, rêves et libido. Tex Avery aime faire apparaître des portes devant ses personnages. Soit elles ouvrent vers d'autres univers, soit le héros se fracasse contre elles de plein fouet ! Chez lui, toutes les portes qu'on ouvre sont des miroirs d'Alice au pays des merveilles, dont on ne sait pas où elles vont nous conduire. Rien n'est jamais prévisible. Avery subvertit le monde du quotidien. Il aime également humaniser les animaux et les objets, en y ajoutant un petit grain de folie, assez surprenant. »

Ce n'est pas un hasard si les principaux personnages de son oeuvre sont un peu dingues, de Screwy Squirrel, l'écureuil fou, en passant par l'obsessionnel Bugs Bunny, mangeur compulsif de carottes, le timbré de vitesse Speedy Gonzales, le dépressif chronique Droopy et le priapique Loup, toujours à tirer la langue jusqu'au plancher... Un véritable bestiaire de la folie qui passionnerait Freud.

Un créateur épris de liberté

Finalement, le style Tex Avery n'aura jamais été aussi présent qu'aujourd'hui. On le retrouve partout, au cinéma (de The Mask avec Jim Carrey, à Qui veut la peau de Roger Rabbit ? en passant par Shrek), dans les dessins animés (Les Simpsons, South Park, ou Les Zinzins de l'espace), dans la bande dessinée (Gai Luron de Gotlib), dans la publicité, et même sur Internet. En France, nombreux sont ceux qui se réclament de son héritage créatif. D'Albert Dupontel (Bernie, Enfermé dehors), à Michel Gondry (réalisateur d'Eternal Sunshine of the Spotless Minds, ou de La Science des rêves), ils ont parfaitement retenu les leçons de ce « maître du cartoon ». « Avery est l'un des derniers vrais surréalistes, explique Michel Gondry. Il fait circuler une folie totalement surprenante. Je pense qu'il nous a appris l'invention perpétuelle. C'était un créateur épris de liberté. Dans ses dessins animés, le rire est libérateur et toujours franchement rebelle. »

Marc du Pontavice, PDG de la société Xilam, producteur notamment de Oggy et les cafards sur France 3, explique: « Avery est incontestablement un génie, un franc-tireur. En 1993, quand nous avons créé la série animée Les Zinzins de l'espace, avec un générique signé Iggy Pop, puis en 1997 avec Oggy et les cafards, nous avons consciemment voulu marcher sur les traces du grand Avery. Nous avons été extrêmement contents que la télévision américaine Fox Network nous rachète nos programmes!»

Mais avant tout, Tex Avery a réinventé le rythme des dessins animés. Il y a chez lui une réelle frénésie, qui ressemble à celle de l'époque contemporaine. Ce dérèglement permanent des personnages et des objets est clairement devenu sa marque de fabrique. Dans une Amérique très sûre d'elle, il fait plonger dans des mondes étranges, fantastiques, un peu comparables aux univers virtuels d'Internet. « Avery a aboli les frontières entre la réalité et le rêve, conclut Serge Tisseron. C'est de cette imbrication merveilleuse que naissent son comique et son génie. Chez Freud, l'inconscient fait partie de l'être humain. Chez Tex Avery, l'inconscient a envahi le monde ! Avery a compris avant nous tous, que le monde était fou, fou, fou ! »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10385
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: TEX AVERY un artiste animé   Mar 24 Fév - 20:30



Droopy est un chien anthropomorphe de dessin animé créé par Tex Avery. Il apparaît dans 16 films, tous chez MGM, et se présente toujours comme le héros de l'histoire ("You know what? ... I am the hero").
Il est lent et triste, mais est capable d'exploits surprenants, et peut être incroyablement joyeux ("I am happy!").
Son discours est rare et paradoxal ("Hello happy taxpayers!" : « Bonjour, joyeux contribuables ! »)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10385
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: TEX AVERY un artiste animé   Mar 24 Fév - 20:40

Et bien sur ... UN GROS MINET !




That all folks
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: TEX AVERY un artiste animé   

Revenir en haut Aller en bas
 
TEX AVERY un artiste animé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TEX AVERY un artiste animé
» Ceinture d'artiste maquilleur...
» Tapisserie animée
» Dessin animé en espagnol ?
» Un vrai make up artiste youtuber en Français

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LE CINEMA : UN OEIL OUVERT SUR LE MONDE :: ENTRACTE CARTOONS-
Sauter vers: