H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 U2 ET BONO : le groupe , la légende

Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2540
Age : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: U2 ET BONO : le groupe , la légende   Mar 24 Fév - 18:03



.


U2, l'histoire Etoile Etoile Etoile




Découvrez U2!




Les débuts



L’histoire commence fin 1976, à la Dublin’s Mount Temple School, où Larry Mullen, alors adolescent, passe une petite annonce pour former un groupe de rock.

Parmi les membres qu’il recrute, on compte Dave Evans (rebaptisé plus tard The Edge), Adam Clayton, et Paul Hewson (rebaptisé Bono Vox, puis Bono). Dick Evans, le frère de The Edge, fera une courte apparition dans le groupe, avant de tenter sa propre aventure musicale au sein des Virgin Prunes, aux cotés de Gavin Friday et de Guggi.

Dick et Dave sont guitaristes, d’un genre assez expérimental, puisque Dick joue sur une guitare qu’il a fabriquée lui-même. Adam est bassiste, c’est le plus agé de tous, il sèche régulièrement les cours, se retrouve très souvent chez le proviseur de la Mount Temple à cause de ses tenues plus qu’excentriques, mais il n’a pas mauvais fond. C’est lui qui va convaincre Larry de recruter un certain Paul Hewson, rêveur romantique qui collectionne les petites amies, et qui n’hésite pas à se présenter en tant que guitariste. En fait, Paul ne sait absolument pas jouer, et s’oriente vite vers l’écriture et le chant.







Le groupe s’appelle d’abord Feedback, puis The Hype, et adopte finalement le nom de U2 après le départ de Dick, plus dans un esprit de communion avec son public qu’une référence à l’avion espion américain, qui selon la légende aurait été abattu en Union Soviétique le jour de la naissance de Bono.

La formation initiale est restée intacte jusqu’à aujourd’hui, y compris sur scène où U2 préfère avoir recours à des bandes enregistrées plutôt qu’à des musiciens additionnels.


Après un an de répétitions dans la cuisine des Mullen, Feedback donne son tout premier concert dans le gymnase de la Mount Temple à l’automne 1977, à l’occasion d’un concours organisé par l’école. Dick est absent, et c’est donc le futur U2 dans sa formation finale qui se lance.
Ils y reprennent des standards des Rolling Stones, des Beach Boys et des Eagles, mais c’est avec une reprise de Show Me the Way de Peter Frampton qu’ils conquièrent le public. Ce soir-là, ils remportent le premier prix. Feedback change de nom une première fois, et devient The Hype.


Adam s’occupe désormais de la gestion du groupe, à temps complet puisqu’il est viré du lycée. Début 1978, The Hype ouvre pour Revolver dans l’un des plus grands clubs de Dublin, reprenant les Sex Pistols et les Stranglers. En mars, Larry insiste pour que The Hype participe à un nouveau concours, sponsorisé par Harp Lager, Evening Press et CBS, et doté d’un prix de 500 livres. The Hype arrive en finale et remporte le premier prix, devant un groupe plus expérimenté, les East Coast Angels. Ils obtiennent également une séance d’enregistrement gratuite aux Keystones Studios de Dublin.





C’est à cette époque que le groupe rencontre la division irlandaise de CBS en la personne de Jackie Hayden, mais aussi Phil Lynott de Thin Lizzy, qui persuade Adam de trouver un manager, et surtout Bill Graham de Hot Press, qui présentera le groupe deux mois plus tard à un certain Paul McGuinness. Quelques jours plus tard, à la fin d’un concert au Community Centre de Howth, Dick Evans quitte le groupe : The Hype devient U2 sur la suggestion de Steve Averill.



Convaincu du potentiel du groupe Paul McGuinness accepte le poste de manager à la suite d’un concert donné en mai 1978 au Project Arts Center, où ils partagent l’affiche avec les Virgin Prunes. Il est encore leur manager aujourd’hui, et souvent considéré comme leur 5ème membre.
U2 commence alors à enregistrer des démos, continue à donner de petits concerts dans les lycées et les clubs de la région, afin de décrocher un contrat avec une maison de disques.

Dans la grande tradition des groupes formés dans les années 1970, U2 était donc un groupe avant même que ses membres sachent vraiment jouer.
Seul Adam avait un peu d’expérience, ainsi que Larry qui jouait dans une fanfare locale. Malgré une absence totale de technique, ils vont rapidement se distinguer par leur fraîcheur, leur force scénique, et un son mélangeant les sonorités du punk, de la new-wave naissante, et bien sûr du rock et de la pop.



Durant ses concerts, le groupe joue de nombreuses reprises, de Peter Frampton à Thin Lizzy, sans négliger ses propres compositions. Lors d’une session d’enregistrement en décembre 78 aux Keystones Studios de Dublin, ils enregistrent leurs trois premiers morceaux : The Fool, Street Mission et Shadows and Tall Trees. McGuinness se rend à Londres avec la démo, afin de démarcher les maisons de disques.



10 mai 1978 : Cher Monsieur Hewson - Merci d’avoir soumis votre cassette de ‘U2’ à RSO, nous l’avons écoutée avec la plus grande considération, mais nous avons le sentiment qu’elle ne nous correspond pas pour le moment. Nous vous souhaitons bonne chance pour votre future carrière - Cordialement, Alexander Sainclair.










Malgré les réticences des grandes compagnies de disque à signer le groupe, U2 connaît un certain succès sur scène, qui les amène à enregistrer en 1979, sur le label CBS Irlande, un EP trois titres intitulé U2-3, où figurent les versions démo de Out of Control et de Stories for Boys, ainsi que le titre Boy-Girl.

Lors d’un show sur RTE présenté par Dave Fanning, le groupe fait choisir aux auditeurs le titre qui sortira en face A. Leur choix se porte sur Out of Control. Three sort donc en septembre 79, en tirage limité et uniquement en Irlande. Les mille exemplaires pressés sont numérotés à la main.

Pourtant, la partie est loin d’être gagnée. Lors d’un concert au Baggott Inn, des responsables du label EMI, invités pour écouter le groupe, quittent la salle en plein milieu du spectacle. U2 décident de tenter le tout pour le tout. Ils raclent les fonds de tiroir, empruntent à leur famille et leurs amis, et embarquent pour Londres. Les échecs sont retentissants, si bien que les membres de U2 repartent en Irlande sans contrat en poche.


McGuinness ne renonce pas, et organise une mini-tournée en Irlande, qui connaît un très grand succès, et qui culminera par un concert à guichets fermés devant 2 000 personnes à Dublin, chose extremement rare pour un groupe non signé. C’est aussi à cette époque que sort Another Day, devenu depuis un collector.






En janvier 1980, le magazine Hot Press effectue un sondage auprès de ses lecteurs, et U2 remporte la première place dans cinq catégories. En avril, ils signent avec Island Records et enregistrent le mois suivant leur second single 11 O’clock Tick Tock, produit par Martin Hannett.




.


Dernière édition par Bridget le Lun 1 Aoû - 23:18, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2540
Age : 67
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: U2 ET BONO : le groupe , la légende   Mar 24 Fév - 23:33

.
Premiers albums


U2 continue à faire de la scène pendant l’été 1980 au Royaume-Uni, et se forge une réputation, en particulier Bono qui approfondit le contact avec le public en le faisant participer. Parfois en grimpant sur les amplis et les échafaudages de scène (sans filet, bien sûr), d’autres fois en se mettant dos au public pour finalement tomber à la renverse dans une marée de mains tendues.

En octobre 1980, le groupe enregistre son premier album studio, Boy, produit par Steve Lillywhite.



Pour la petite histoire, il faut savoir que U2 a eu du mal à imposer Boy aux États-Unis, les Américains ayant interprété le gamin sur la pochette (Peter Rowen, alias Radar) comme un appel à la pédophilie. Une pochette différente sera en conséquence créée pour la vente outre-atlantique.




Juste après la sortie du single I Will Follow, U2 embarque pour une tournée britannique, puis européenne, notamment en Hollande et en Belgique.
En novembre, c’est au tour des États-Unis, ou ils jouent leurs premiers concerts sur la côte est. En janvier de l’année suivante, ce n’est plus cinq, mais neuf catégories que le groupe remporte dans le magazine Hot Press. Les concerts continuent tout le long de l’année 1981, en Europe et aux États-Unis. En juin, Bruce Springsteen reporte son retour aux États-Unis pour pouvoir assister au concert du groupe à l’Hammersmith Palais.

Le single Fire précède de trois mois la sortie d’October, le deuxième album du groupe, sorti en octobre 1981, qui se veut beaucoup plus intimiste, et moins accessible que l’album précédent. On y retrouve néanmoins le single Gloria, qui sera le support du premier vidéo-clip officiel. Le groupe repart en tournée, pour 18 dates au Royaume-Uni, à guichet fermé. En mars 1982 sort le single A Celebration. Quelques mois plus tard, en août, Bono épouse Alison Stewart.




Le troisième album War sort en mars 1983. Le groupe connaît un changement de direction radical, prenant ouvertement position sur des sujets politiques, comme les évenements en Irlande du Nord dans Sunday, Bloody Sunday, ou la situation en Pologne dans New Year’s Day.

Un engagement comparable à celui de The Clash. Le disque est également un succès commercial, il se classe n°1 au Royaume-Uni. En juillet 1983, The Edge épouse Aisleen O’Sullivan à Enniskerry. Ce dernier devient également le premier membre à participer à un projet en dehors de U2, pour l’album Snake Charmer de Jah Wobble.

U2 avait déjà livré quelques extraits de concert sur des maxi-singles comme Fire, mais l’apparition des bootlegs ou albums pirates amena naturellement le groupe a réaliser un album en public.
Under a Blood Red Sky est édité en novembre 1983. Le disque est produit par Jimmy Iovine et composé de huit titres live tirés des concerts de Lorelei et de Denver, pour beaucoup il constitue alors le meilleur album du quatuor. Du concert de Denver sera d’ailleurs tirée une vidéo live, Under A Blood Red Sky - Live at Red Rocks. U2 est élu groupe de l’année par le magazine Rolling Stone.












La seconde trilogie


La fin du War Tour marqua une période creuse pour le groupe, une stérilité et un manque d’inspiration qui aurait bien pu les mener à la séparation. Steve Lilywhite refusant de travailler sur plus de trois album pour chaque groupe, Bono fait donc appel à Brian Eno, d’après lui le seul capable de leur donner un nouveau souffle.

La nouvelle surprit tout le monde, Brian Eno étant surtout connu pour sa musique expérimentale et son travail avec David Bowie et les Talking Heads, si éloigné du rock de U2, qualifié à l’époque d’« héroïque ».

U2, Brian Eno et Daniel Lanois s’installèrent à Slane Castle, en Irlande, pour travailler sur le quatrième album studio, The Unforgettable Fire. Le titre du disque a été emprunté à une exposition réalisée par des survivants d’Hiroshima, auxquels il est dédié. Les titres M.L.K. et surtout Pride, qui deviendra le single les plus vendu du groupe à ce stade, et le morceau phare de leurs concerts, rendent hommage au révérend Martin Luther King.

L’album sort en octobre 1984. La voix de Bono y est beaucoup plus chaleureuse, et les synthétiseurs y prennent une place importante, sans pour autant nuire aux parties de guitare de The Edge. Entré dans les charts britanniques directement à la première place, il est suivi d’une tournée de plusieurs mois durant laquelle Bono ne se prive pas de commenter l’actualité politique : le projet d’initiative de défense stratégique, rebaptisé Star Wars par ses détracteurs, et la course aux armements en général, l’apartheid en Afrique du Sud, les conflits au Salvador et au Nicaragua…




On peut noter également la création par U2, en juillet 1984, du label Mother Records, qui signera plus tard Hothouse Flowers, An Emotional Fish et Cactus World News. Des concerts de la tournée de The Unforgettable Fire, sera issu un EP de 4 titres, dont deux en studio, intitulé Wide Awake in America, qui ne sera réellement disponible qu’aux États-Unis jusqu’en 1987.



Le tournant




Le 13 juillet 1985, Jack Nicholson présente au public de Philadelphie un groupe irlandais qui va rentrer sur scène, à des milliers de kilomètres de là, au Wembley Stadium de Londres.

Nous sommes au Live Aid, deux concerts donnés simultanément en Europe et aux States, organisés par Bob Geldof, pour soulager la famine en Afrique.
U2 arrive sur scène dans l'après-midi, et ne vont rester qu'une quinzaine de minutes, mais tout ceux qui y ont assisté en direct s'en souviennent encore.

D'abord pour la puissance de 'Sunday, bloody Sunday', puis pour le charisme de Bono sur 'Bad', qui n'hésite pas à franchir la fosse de deux mètres pour aller à la rencontre de son public.