H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 BUENA VISTA SOCIAL CLUB - Compay Segundo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: BUENA VISTA SOCIAL CLUB - Compay Segundo   Ven 13 Fév - 10:56

En hommage à la disparition de CACHAITO le bassiste du Buena Vista Social Club

Décès de "Cachaito", bassiste du Buena Vista Social Club

Orlando "Cachaito" Lopez, bassiste du groupe cubain mondialement connu Buena Vista Social Club, est mort à l'âge de 76 ans des complications liées à une opération de la prostate, a annoncé la presse locale mardi.

Lopez était l'un des membres du vieillissant groupe cubain, progressivement tombé dans l'oubli jusqu'à ce que le guitariste américain Ry Cooder relance sa carrière en 1996.

Cooder et le réalisateur allemand Wim Wenders avaient fait un documentaire intitulé "Buena Vista Social Club" qui avait valu à la formation une reconnaissance mondiale. L'album du même nom avait obtenu un Grammy Award en 1998.

La mort de Lopez "est une perte irréparable pour la musique cubaine", affirme le percussionniste Amadito Valdes cité par la presse locale.

Plusieurs autres membres du groupe sont morts au cours de ces dernières années, dont Compay Segundo, Ibrahim Ferrer, Pio Leyva et le pianiste Ruben Gonzalez.

Version française Pierre Sérisier LE POINT








Le légendaire guitariste cubain
Musicien (18/11/1907 - 14/07/2003)


Son éternel cigare aux lèvres, et le panama sur la tête, Compay Segundo était un virtuose de la guitare à sept cordes, "l'Armonico". Il reste l’une des figures essentielles de Cuba pour avoir introduit le "Son" dans le monde.

Le Buena Vista Social Club

De son vrai nom Maximo Francisco Repilado Muñoz, le légendaire guitariste cubain Compay Segundo débute la guitare et le "tres" (guitare cubaine à trois doubles cordes) avec son frère. Mais il se lasse vite de l’instrument et invente à la fin des années 1920 l'armonico, une guitare possédant une troisième corde double. C'est grâce à cet instrument qu'il écrira son premier standard, "Yo vengo aqui", alors âgé seulement de quinze ans.

Suite à l'arrivée au pouvoir de Fidel Castro dans son pays, Compay travaille comme rouleur de cigare et joue de la clarinette au sein du trio "Mataramos" pendant douze ans. Mais la légende naît véritablement au début des années 1950 avec le duo "Los Comprades" dont il est le chanteur régulier. Il joue alors au "Buena Vista Social Club", un club musical de La Havane et une véritable réserve de talents musicaux, comme Ruben Gonzales, Ibrahim Ferrer et Omara Portuondo. Mais la révolution castriste oblige le lieu à fermer, et Combay Segundo doit laisser sa carrière de côté.

A la conquête de l'Europe

Il doit alors attendre les années 1980 pour monter sur la scène d’un petit festival organisé à Washington avec sa chanson "Chan Chan", qui devient un classique du son cubain (rythme paysan qu’affectionnent les Cubains de l’est ). Compay Segundo découvre l'Europe en 1994 avec son groupe "Compay Segundo y sus Muchachos" (composé de Benito Suarez, Hugo Garzón, et de son fils Salvador Repilado). Il enregistre alors un album aux Canaries et effectue une tournée en Espagne, pays qu’il aime beaucoup. Une nouvelle carrière s'ouvre à lui quand, l’année suivante, il fait sa première tournée en France et en Belgique. Il enregistre alors à Madrid "Antologia" un album avec des chansons écrites entre 1922 et 1994, suivi de "Yo vengo aquí", en 1996, disque d'or en France.

L'ascension de la musique cubaine

Puis, à l’initiative du guitariste americain Ry Cooder, passionné depuis des années par la musique cubaine, il participe en 1998 à l'album Buena Vista Social Club, dans lequel sont réunis tous les membres de l’ancien club. Quatre millions d'albums seront vendus dans le monde, et un Grammy Award vient couronner ce succès, le plus grand qu’ait connu la musique cubaine jusqu’alors. L'année suivante, Compay Segundo signe l'album "Calle Salud", disque d'or en France, et où figure un duo avec Charles Aznavour, "Morir de amor".

"Las Flores de la Vida", son deuxième album, voit le jour en 2001, suivi, un an plus tard, de "Duets", un album uniquement composé de duos avec, entre autres, Cesaria Evora, Khaled et Antonio Banderas. Il reçoit bientôt la distinction Félix Varela, la plus haute décoration artistique cubaine, avant de s’éteindre à la Havane le 14 juillet 2003, à l’âge de 95 ans, des suites d'une infection rénale. L’Etat cubain lui a offert des funérailles nationales avec les honneurs militaires à Santiago de Cuba.

etoile scintillante

Le Buena Vista Social Club perdure malgré les disparitions avec aux manettes Guajiro Mirabal, Manuel Galban, Aguaje Ramos. Etoile

WIM WENDERS LE LIVRE & LE FILM :

Retrouvés à la Havane par le célèbre guitariste américain Ry Cooder, les musiciens du Buena Vista Social Club connaissent depuis 1997 un succès planétaire. L'histoire de cette redécouverte a fasciné le cinéaste Wim Wenders qui en a tiré un film-événement salué par la critique internationale et récompensé par le prix du meilleur film documentaire 1999 décerné par le National Board of review. Ce livre retrace l'aventure humaine, musicale et cinématographique de Buena Vista Social Club. A travers les photographies de DONATA et WIM WENDERS, il donne à voir les visages, marquent les temps forts de cette aventure. Il propose également une biographie des chanteurs et des musiciens, des extraits des dialogues du film et, pour la première fois, la version française des chansons les plus célèbres.

Un myspace avec de la belle musique et des superbes photos à voir musique11

http://profile.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewprofile&friendid=48810043


Dernière édition par Nine le Ven 13 Fév - 11:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BUENA VISTA SOCIAL CLUB - Compay Segundo   Ven 13 Fév - 11:05

La musique cubaine : la force présente de la nostalgie





http://www.commeaucinema.com/bandes-annonces=1576.html

En mars 1996, le légendaire chanteur-guitariste Ry Cooder (auteur de la bande originale du film Paris, Texas de Wim Wenders) décide de monter un projet nostalgique et ambitieux : réunir la crème des musiciens cubains des années 30 à 50 afin d’enregistrer quelques albums. Destination du voyage: La Havane, Cuba.

World Circuit, une maison de disque spécialisée dans la musique du monde, entrevoit la réalisation du disque avec l'apport de musiciens africains. Ces derniers, n'ayant pu obtenir de visas, ne participeront pas à l'enregistrement.

Ry Cooder rassemble donc divers artistes oubliés du circuit, notamment Ibrahim Ferrer (chant), Omara Portuondo (chant), Compay Segundo (chant-guitare), Eliades Ochoa (chant-guitare), Ruben Gonzalez (piano), et part dans l'optique d'enregistrer trois albums en quinze jours. Buena Vista Social Club (prononcer Buèna Vijta Sochial Klup) est l'un d'entre eux. Il se compose de grands classiques du répertoires cubains et mêle une richesse de genres (trova, jazz, bolero, salsa...) qui font de l'album une oeuvre intemporelle. Une œuvre au succès incroyable (plus d'un million d'exemplaires vendus à travers le monde), saluée par la critique et récompensée par un Grammy. Le magazine Rolling Stone sacrera cet album comme l'un des 500 meilleurs de tous les temps.

Marqué par cette rencontre, Cooder revient à Cuba en 1998 pour enregistrer un disque avec Ibrahim Ferrer et tous les musiciens de Buena Vista Social Club. Il fait appel à son vieux complice Wim Wenders pour filmer l'événement et ce qui devait être un tournage de deux semaines, avec une équipe réduite, se transforme en documentaire réalisé en un an. Ce documentaire fera aussi beaucoup pour la reconnaissance (tardive) de ces humbles mais talentueux musiciens.

Parmi la pléthore de musiciens présents, beaucoup d'entre eux sont décédés. Parmi eux: Ibrahim Ferrer, Ruben Gonzales,Cachaito Lopez, Compay Segundo... Ils laissent derrière eux une oeuvre généreuse et chaleureuse, qui est entrée dans le panthéon des musiques du monde. :malelovies:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: BUENA VISTA SOCIAL CLUB - Compay Segundo   Ven 13 Fév - 11:25


⭐

L'émotion. Pas de celle qui fait pleurer mais de celle qui fait vibrer. Car ces vieux musiciens cubains ont la sérénité de leur musique et qu'il s'en dégage une extraordinaire puissance.

De ces musiciens magnifiques comme de leur magnifique musique. Réalisé à l'occasion de l'enregistrement (sous la houlette de Ry Cooder qui avait enregistré Talking Tombouctou avec Ali Farka Touré) du premier disque d'Ibrahim Ferrer, une jeune chanteur de 72 ans, le film mêle habilement trois lieux et trois moments (Cuba, le concert d'Amsterdam et celui de New York) auxquels correspondent trois images tournées par trois chefs opérateurs différents.

Il en résulte une légèreté et une spontanéité rares, à la mesure de Wim Wenders, un des grands noms du cinéma mondial dont la fibre documentaire (Nick's Movie, Tokyo Gâ) a toujours été du grand cru. On reste bien loin du vidéo-clip standard : le mouvement n'est jamais vain et s'y ajoute une impressionnante profondeur. En quelques images et quelques entretiens faisant apparaître leur modestie et leur générosité, les musiciens sont campés avant d'apparaître en concert dans tout leur talent.

Et c'est dès lors le respect que leur porte le réalisateur qui permet l'émotion. Comment oublier la douceur de cette caméra tournant autour d'Ibrahim Ferrer et d'Orlanda Portuondo en train de chanter face à face Silencio, un boléro triste, dans les légendaires studios Egrem de La Havane. Ils chantent qu'il vaut mieux taire leurs tourments pour ne pas faner les fleurs... Les vagues qui se brisent en de larges écumes sur le front de mer, image récurrente, rappellent l'insolente mais douloureuse insularité cubaine face à l'embargo américain.

Mais que font ces vieux musiciens devant la standing ovation du Carnegie Hall de New York ? Tel le dernier pied de nez d'une culture fabuleuse aux menaces de nivellement d'une inexorable américanisation, ils tendent le drapeau cubain !

Olivier Barlet


****** Hommage à Orlando Lopez ****** CACHAÏTO


France Inter rendra hommage à Orlando Lopez, contrebassiste cubain du Buena Vista Social Club, décédé lundi 9 février à la Havanne.

Dimanche 15 de 22h à 00h, Julien Delli Fiori consacrera son émission, “Ascenseur pour le jazz”, au musicien. Il rediffusera l’interview de Orlando Lopez, qu’il avait rencontré en 2001. S’en suivra une programmation musicale spéciale en hommage à ce musicien mythique.

musique11

source : http://teleobs.nouvelobs.com/rubriques/info-radio/articles/hommage-a-orlando-lopez
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: BUENA VISTA SOCIAL CLUB - Compay Segundo   

Revenir en haut Aller en bas
 
BUENA VISTA SOCIAL CLUB - Compay Segundo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Compay Segundo, le légendaire guitariste cubain
» Comment aider un agoraphobe ou un phobique social qui panique?
» Pétition : DUT, la fin de l'ascenseur social
» Question Twin club??
» LIEN pboursin.club.fr (amortisseurs pilotés)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: MUSIQUE DU MONDE-
Sauter vers: