H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 13:02

En préambule voilà une belle réflexion !

"Le verbe aimer est difficile à conjuguer : son passé n'est pas simple, son présent n'est qu'indicatif et son futur est toujours conditionnel." JEAN COCTEAU


Prélude
envoyé par ppcaillou


Il était une fois ... Valentin ***
(avant de devenir une date importante de chiffre d'affaires chez les parfumeurs, bijoutiers, fleuristes etc ... une étape de Marketing ... voilà la vraie histoire de Valentin devenu Saint protecteur de l' Amour.)

Qui était Saint Valentin ?

Les points de vue des historiens divergent sur l'identité du personnage. Il existe au moins sept saints chrétiens répondant au nom de Valentin et qui sont fêtés le 14 février. Découvrez celui qui fut le patron des amoureux à travers trois portraits.



Un prêtre de Rome

Valentin était un médecin devenu prêtre à Rome au IIIème siècle. En 268, l'empereur Claude II le Gothique fit abolir le sacrement du mariage. Il trouvait que les fiancés faisaient de mauvais soldats à cause de leur dépendance à leur famille. Saint Valentin, qui mariait les couples en secret, fut démasqué et arrêté. Pendant sa captivité, il se lia d'amitié avec la fille aveugle d'Astérius, son geôlier, qui retrouva miraculeusement la vue. Il fut décapité à Rome le 14 février 268 ou 270, puis enterré sur la voie Flaminienne où on lui rendit un culte. Depuis le XVème siècle, il est considéré comme le saint patron des amoureux. Ce personnage est souvent confondu avec l'évêque de Terni qui connu le même sort.

Un évêque de Terni

Ce Valentin fut sacré évêque de Terni, près de Rome dans l'Ombrie, en 203. Célèbre pour ses vertus et ses miracles, il fut appelé à Rome par un philosophe païen nommé Craton, dont le fils était atteint d'une maladie incurable. Valentin le guérit en échange de la conversion de toute sa famille au christianisme. A la suite de ce miracle, plusieurs conversions eurent lieu. Un préfet du nom de Placide fit décapiter Valentin pour avoir troublé le culte impérial. Il fut décapité à Rome vers 273.

Un évêque itinérant de Rhétie

En Allemagne, Saint Valentin fait plutôt référence à l'évêque missionnaire de Rhétie, dans les Alpes centrales. D'abord moine dans un monastère, il fit bâtir une église à Maïs où il vécut. Il fut représenté comme le protecteur des enfants épileptiques. Il meurt vers 440. love

Une fête d'origine antique

La fête des amoureux est célébrée depuis de très nombreuses années. Son histoire remonte à la Rome Antique.

La fête des Lupercales

Célébrée le 15 février, le jour du Printemps dans l'Antiquité, en l'honneur de Lupercus, dieu de la fertilité et de la fécondité, cette fête païenne est liée aux origines de la ville de Rome. Son nom signifie "loup" en latin et vient du Lupercal, la grotte au flanc du Mont Palatin dans laquelle la Louve aurait allaité les jumeaux Romulus et Rémus qui fondèrent la ville. Les Lupercales deviennent la grande fête du printemps et de la fertilité.

Le déroulement des festivités

Trois étapes rythmaient la fête : le sacrifice d'un bouc, la course des prêtres luperques pendant laquelle ils fouettaient les femmes avec des lambeaux de peau de l'animal et le banquet. Les Romains aimaient les jeux de hasard. Ils organisaient une sorte de loterie conduisant les jeunes hommes à tirer au sort dans une urne le nom d'une jeune fille qui devait rester en leur compagnie durant tout le banquet. Parfois les couples tombaient véritablement amoureux et se mariaient. Cette tradition était dédiée à Junon, la déesse du mariage.

La naissance de la Saint Valentin

Le pape Gélase Ier obtint l'abolition des Lupercales en 495, jugeant cette fête religieuse trop décadente. Les Lupercales furent ainsi un des derniers rites païens à disparaître de la Rome devenue progressivement chrétienne. Pour en effacer le souvenir, l'Eglise aurait choisit d'honorer la mémoire de Saint Valentin le 14 février à titre de protecteur des couples.



coeur


Dernière édition par Nine le Mer 11 Fév - 14:00, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 13:09

Les symboles de la Saint Valentin




La fête de la Saint Valentin est source de symboles célébrant l’amour et la fidélité.


La Saint Valentin est certainement une des plus jolies fêtes de notre calendrier puisqu’elle donne traditionnellement l’occasion aux amoureux de se déclarer leur flamme. Les couples déjà formés la fêtent également de plus en plus et profitent de ce jour symbolique du 14 février pour réaffirmer leur amour. La tradition veut que l’on offre à la personne aimée des fleurs ou des chocolats, accompagnés d’une jolie déclaration d’amour.

Cupidon, enfant du désir



En latin, "Cupido" signifie désir. Dans la mythologie gréco-romaine, il est appelé Eros en Grèce et est le fils de Vénus, déesse de l'amour. La légende raconte qu'il rendait les hommes amoureux en transperçant leur cœur de ses flèches d'argent. Il est surtout connu pour être le jeune dieu qui tomba sous le charme de Psyché, la plus belle des trois filles d'un roi, dont l'histoire est racontée dans le roman de l'écrivain romain Apulée. Dans l'art il est représenté par un enfant nu, parfois ailé, muni d'un arc et de ses flèches. Ses yeux sont parfois bandés ce qui traduit l'aveuglement lié à l'amour.

Le cœur, rouge passion



La représentation du cœur est depuis longtemps liée aux sentiments amoureux. Les Romains croyaient qu'il contenait l'âme et le foie était l'organe de l'amour. Leur couleur rouge est le symbole d'un amour fidèle depuis l'Antiquité. Aujourd'hui, les cœurs prêtent leur forme à des objets de décoration conçus spécialement pour l'occasion.

Le billet doux, des baisers par milliers



L'échange du billet doux remonte à l'époque de Saint Valentin de Rome au IIIème siècle. Avant sa lapidation, la légende raconte qu'il adressa un message à la fille de son geôlier à l'intérieur duquel il signa "Ton Valentin". De là naît la coutume d'échanger des vœux, appelés "valentins", pour l'occasion. Aujourd'hui les billets doux sont devenus la correspondance la plus abondante après Noël.

Les croix en guise de signature



La tradition d'achever un billet de trois petites croix remonte au début du catholicisme et symbolise la foi chrétienne. Elles font référence au martyr Saint-André, premier apôtre de Jésus-Christ. Il aurait été crucifié à Patras sur une croix en forme de X, d'où son nom de croix de Saint-André. Au Moyen Age, la croix fut également une signature pour les personnes ne sachant pas écrire. Lorsque l'on signait d'un X, il fallait l'embrasser devant des témoins. Cette coutume avait valeur de serment et donna naissance à la tradition du baiser.



Les oiseaux, messagers du coeur



La mi-février marque le début de la saison des amours pour certains oiseaux. Au Moyen Age, une croyance se répandit en France et en Angleterre selon laquelle les oiseaux étaient considérés comme des messagers du printemps et de l'amour. Cette légende est racontée dans les écrits de l'auteur anglais Geoffrey Chaucer au XIVème siècle. Si une jeune fille voyait un rouge-gorge, elle épouserait un marin, un moineau, elle ferait un mariage heureux avec un homme peu fortuné et un chardonneret, elle épouserait un homme riche. j'aime

-----------------------------------------------------------------------------------------------

le langage des roses : :malelovies: un blog pour vous :

http://pagesperso-orange.fr/lannenec/fleurs/roses.htm


Dernière édition par Nine le Mer 11 Fév - 13:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 13:30

Il n'y a pas d'amour heureux

Rien n'est jamais acquis à l'homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son coeur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d'une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n'y a pas d'amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu'on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu'on retrouve au soir désoeuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n'y a pas d'amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j'ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n'y a pas d'amour heureux

Le temps d'apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos coeurs à l'unisson
Ce qu'il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu'il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n'y a pas d'amour heureux

Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri
Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l'amour de la patrie
Il n'y a pas d'amour qui ne vive de pleurs
Il n'y a pas d'amour heureux
Mais c'est notre amour à tous les deux

Louis Aragon (La Diane Francaise, Seghers 1946) Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 14:17




Les passantes

(Poème de Antoine Pol)

Je veux dédier ce poème
A toutes les femmes qu'on aime
Pendant quelques instants secrets
A celles qu'on connaît à peine
Qu'un destin différent entraîne
Et qu'on ne retrouve jamais

A celle qu'on voit apparaître
Une seconde à sa fenêtre
Et qui, preste, s'évanouit
Mais dont la svelte silhouette
Est si gracieuse et fluette
Qu'on en demeure épanoui

A la compagne de voyage
Dont les yeux, charmant paysage
Font paraître court le chemin
Qu'on est seul, peut-être, à comprendre
Et qu'on laisse pourtant descendre
Sans avoir effleuré sa main

A celles qui sont déjà prises
Et qui, vivant des heures grises
Près d'un être trop différent
Vous ont, inutile folie,
Laissé voir la mélancolie
D'un avenir désespérant

Chères images aperçues
Espérances d'un jour déçues
Vous serez dans l'oubli demain
Pour peu que le bonheur survienne
Il est rare qu'on se souvienne
Des épisodes du chemin

Mais si l'on a manqué sa vie
on songe avec un peu d'envie
A tous ces bonheurs entrevus
Aux baisers qu'on n'osa pas prendre
Aux cœurs qui doivent vous attendre
Aux yeux qu'on n'a jamais revus

Alors, aux soirs de lassitude
Tout en peuplant sa solitude
Des fantômes du souvenir
On pleure les lèvres absentes
De toutes ces belles passantes
Que l'on n'a pas su retenir
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13155
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 16:17



L'Éternelle Chanson

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encor de jeunes amoureux;
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et nous ferons un couple adorable de vieux.

Nous nous regarderons assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

Sur notre banc ami, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.
Nous aurons une joie attendrie et très douce,
La phrase finissant souvent par un baiser.

Combien de fois jadis j'ai pu dire : "Je t'aime!"
Alors avec grand soin nous le recompterons:
Nous nous ressouviendrons de mille choses, même
De petits riens exquis dont nous radoterons.

Un rayon descendra, d'une caresse douce,
Parmi nos cheveux blancs, tout rose se poser,
Quand sur notre vieux banc, tout verdâtre de mousse,
Sur le banc d'autrefois nous reviendrons causer.

Et comme chaque jour je t'aime davantage,
Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain,
Qu'importeront alors les rides du visage?
Mon amour se fera plus grave et plus serein.

Songe que tous les jours des souvenirs s'entassent;
Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens:
Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent
Et sans cesse entre nous tissent d'autres liens.

C'est vrai, nous serons vieux, très vieux, faiblis par l'âge,
Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,
Car vois-tu, chaque jour je t'aime davantage,
Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain.

Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
Je veux tout conserver dans le fond de mon coeur:
Retenir, s'il se peut, l'impression trop brève
Pour la ressavourer plus tard avec lenteur.

J'enfouis tout ce qui vient de lui comme un avare,
Thésaurisant avec ardeur pour mes vieux jours:
Je serai riche alors d'une richesse rare:
J'aurai gardé tout l'or de mes jeunes amours!

Ainsi de ce passé de bonheur qui s'achève
Ma mémoire parfois me rendra la douceur;
Et de ce cher amour qui passe comme un rêve
J'aurai tout conservé dans le fond de mon coeur.

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,
Au mois de mai, dans le jardin qui s'ensoleille,
Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants.

Comme le renouveau mettra nos coeurs en fête,
Nous nous croirons encore aux jours heureux d'antan,
Et je te sourirai tout en branlant la tête,
Et tu me parleras d'amour en chevrotant.

Nous nous regarderons, assis sous notre treille,
Avec de petits yeux attendris et brillants,
Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,
Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs.

- Rosemonde Gérard -
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 18:16

La sublime complainte de BARBARA

MA PLUS BELLE HISTOIRE D'AMOUR


Découvrez Barbara!


Du plus loin, que me revienne,
L'ombre de mes amours anciennes,
Du plus loin, du premier rendez-vous,
Du temps des premières peines,
Lors, j'avais quinze ans, à peine,
Cœur tout blanc, et griffes aux genoux,
Que ce furent, j'étais précoce,
De tendres amours de gosse,
Ou les morsures d'un amour fou,
Du plus loin qu'il m'en souvienne,
Si depuis, j'ai dit "je t'aime",
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous,

C'est vrai, je ne fus pas sage,
Et j'ai tourné bien des pages,
Sans les lire, blanches, et puis rien dessus,
C'est vrai, je ne fus pas sage,
Et mes guerriers de passage,
A peine vus, déjà disparus,
Mais à travers leur visage,
C'était déjà votre image,
C'était vous déjà et le cœur nu,
Je refaisais mes bagages,
Et poursuivais mon mirage,
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous,

Sur la longue route,
Qui menait vers vous,
Sur la longue route,
J'allais le cœur fou,
Le vent de décembre,
Me gelait au cou,
Qu'importait décembre,
Si c'était pour vous,

Elle fut longue la route,
Mais je l'ai faite, la route,
Celle-là, qui menait jusqu'à vous,
Et je ne suis pas parjure,
Si ce soir, je vous jure,
Que, pour vous, je l'eus faite à genoux,
Il en eut fallu bien d'autres,
Que quelques mauvais apôtres,
Que l'hiver ou la neige à mon cou,
Pour que je perde patience,
Et j'ai calmé ma violence,
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous,

Les temps d'hiver et d'automne,
De nuit, de jour, et personne,
Vous n'étiez jamais au rendez-vous,
Et de vous, perdant courage,
Soudain, me prenait la rage,
Mon Dieu, que j'avais besoin de vous,
Que le Diable vous emporte,
D'autres m'ont ouvert leur porte,
Heureuse, je m'en allais loin de vous,
Oui, je vous fus infidèle,
Mais vous revenais quand même,
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous,

J'ai pleuré mes larmes,
Mais qu'il me fut doux,
Oh, qu'il me fut doux,
Ce premier sourire de vous,
Et pour une larme,
Qui venait de vous,
J'ai pleuré d'amour,
Vous souvenez-vous ?

Ce fut, un soir, en septembre,
Vous étiez venus m'attendre,
Ici même, vous en souvenez-vous ?
A vous regarder sourire,
A vous aimer, sans rien dire,
C'est là que j'ai compris, tout à coup,
J'avais fini mon voyage,
Et j'ai posé mes bagages,
Vous étiez venus au rendez-vous,
Qu'importe ce qu'on peut en dire,
Je tenais à vous le dire,
Ce soir je vous remercie de vous,
Qu'importe ce qu'on peut en dire,
Je suis venue pour vous dire,
Ma plus belle histoire d'amour, c'est vous...

BARBARA coeur
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 19:27

" Cyrano de Bergerac " (Edmond Rostand)

Extraits :

.. " Un baiser, mais à tout prendre, qu'est-ce ?
Un serment fait d'un peu plus près, une promesse
Plus précise, un aveu qui veut se confirmer,
Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer ;
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
Un instant d'infini qui fait un bruit d'abeille,
Une communion ayant un goût de fleur,
Une façon d'un peu se respirer le coeur,
Et d'un peu se goûter, au bord des lèvres, l'âme ! "

" Croyez que devers vous mon coeur ne fait qu'un cri,
Et que si les baisers s'envoyaient par écrit,
Madame, vous liriez ma lettre avec les lèvres!... "
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 19:30

Indiscrétions épistolaires ... quand les grands écrivent des lettres ..

Victor Hugo, lettre à Léonie Biard


" Samedi - trois heures du matin.

Je rentre. J'ai ta lettre. Cette douce lettre, je l'avais lue aujourd'hui dans tes yeux. Que tu étais belle tantôt aux Tuileries sous ce ciel de printemps, sous ces arbres verts, avec ces lilas en fleurs au-dessus de ta tête. Toute cette nature semblait faire une fête autour de toi. Vois-tu, mon ange, les arbres et les fleurs te connaissent et te saluent. Tu es reine dans ce monde charmant des choses qui embaument et qui s'épanouissent comme tu es reine dans mon coeur.

Oui, j'avais lu dans tes yeux ravissants cette lettre exquise, délicate et tendre que je relis ce soir avec tant de bonheur, ce que ta plume écrit si bien, ton regard adorable le dit avec un charme qui m'enivre. Comme j'étais fier en te voyant si belle! Comme j'étais heureux en te voyant si tendre!

Voici une fleur que j'ai cueillie pour toi. Elle t'arrivera fanée, mais parfumée encore; doux emblème de l'amour dans la vieillesse. Garde-la; tu me la montreras dans trente ans.

Dans trente ans tu seras belle encore, dans trente ans je serai encore amoureux. Nous nous aimerons, n'est-ce pas, mon ange, comme aujourd'hui, et nous remercierons Dieu à genoux.

Hélas! Toute la journée de demain dimanche sans te voir ! Tu ne me seras rendue que lundi. Que vais-je faire d'ici là ? Penser à toi, t'aimer, t'envoyer mon coeur et mon âme. Oh! de ton côté sois à moi! à lundi! -- à toujours ! "


****************************************************

Juliette DROUET (1806-1883), maîtresse de Victor Hugo
:

" Je fais tout ce que je peux pour que mon amour ne te dérange pas.
Je te regarde à la dérobée.
Je te souris quand tu ne me vois pas.
Je mets mon regard et mon âme partout où je voudrais mettre mes baisers : dans tes cheveux, sur ton front, sur tes yeux, sur tes lèvres, partout où les caresses ont un libre accès… "

"... Bonjour, mon Toto chéri, mon cher bien aimé, bonjour de tous mes veux, de toutes mes pensées, de toutes mes lèvres et de tout mon cœur. Comment vas-tu ce matin mon petit homme ravissant ? Moi je vais très bien. J'ai dormi comme un sabot et maintenant je suis éveillée comme une portée de souris..."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 19:49

De Manon,

à CASANOVA ....




Lettres d'amour de Manon Balletti

Mon cher Casanova

Ah ! que M. mon frère m'ennuie ! Il est excédant et l'on ne peut pas être plus gauche qu'il ne l'est, à sa garde ; mais ne parlons pas de lui, car il m'a cosi mis de mauvaise humeur, que je ne veux point du tout l'être avec vous.

Je vais répondre exactement à votre dernière lettre. Vous commencez par m'exagérer beaucoup votre amour, je le crois sincère, il me flatte, et je ne désire autre chose que de le voir durer toujours. Durera-t-il ? Je sais bien que vous allez vous révolter contre mon doute ; mais enfin, mon cher ami, dépend-il de vous de cesser de m'aimer ? ou de m'aimer toujours ?


Mais, passons, car je crois que ces craintes ne vous plaisent pas beaucoup. La crainte que vous me marquez sur l'incertitude et la réussite de vos projets me flatte, parce qu'elle me prouve votre amour, et l'envie que vous auriez de me rendre heureuse en tout point. Je vous assure que je me le trouverai si je puis être à vous et si vous me conservez toujours cette tendresse que vous me devez pour accompagner la mienne. Mais je ne veux point que vos craintes vous fassent me dire de tâcher de vous oublier.

Moi, vous oublier ! moi, cesser de vous aimer, quand j'ai osé vous le dire ! Ah ! vous ne me connaissez pas ! Si vous saviez les efforts que j'ai faits pour vaincre le penchant que je me sentais pour vous quand j'ai commencé à l'apercevoir ! A présent je puis vous le dire, puisque heureusement ou malheureusement je n'y ai pas réussi.

Mais cela m'a donné bien de la peine inutile. J'ai commencé par croire que la complaisance que je m'apercevais avoir pour vous, n'était qu'une simple amitié, mais des plus simples ; je m'amusais avec vous plus qu'avec qui que ce soit, mais je me disais : «Il est gai, il a de l'esprit, cela n'est pas étonnant» ; mais enfin je me trouvais inquiète ; quand vous passiez un jour sans venir au logis, j'étais triste, sérieuse, et je trouvais qu'en rêvant, je ne pensais qu'à vous. Ah ! j'ai frémi, je me suis aperçue du penchant que je prenais pour vous, et l'épouvante s'est emparée de moi. «Que fais-je ? me disais-je ; sur le point d'épouser un homme à qui l'on m'a promise, auquel je me suis aussi promise moi-même, je vais prendre de l'inclination pour un homme que je ne verrai peut-être bientôt plus, qui ne m'aime pas» ; car alors je croyais de bonne foi que vous ne m'aimiez pas ; «que deviendrais-je ?

Que je suis imprudente, ridicule ! aimer quelqu'un qui n'a que de l'indifférence, c'est se rendre malheureuse». Mais quelquefois je me figurais que vous pourriez peut-être m'aimer aussi, que vous n'osiez me donner des marques de votre amour à cause des circonstances qui ne vous le permettaient pas.

Les choses sont changées ; il y a eu un disgracié qui vous a fait tout à fait connaître ; je vous ai démasqué et cela ne vous a pas fait du tort dans mon coeur ! Puisse cette tendre amitié que nous avons l'un pour l'autre être heureuse ! Elle peut faire notre bonheur ou notre malheur ; quelle dure alternative ! Il est cosi fâcheux d'aimer !

Mais bonsoir, mon cher ami, je me meurs de sommeil ; ma plume tombe de mes mains, mes yeux se ferment ; mais comme ce n'est point tout cela qui vous écrit, je vais toujours ; mais il n'y a pas moyen, je dors tout de bon.

Bonsoir, bonsoir, mon bon ami, aimez-moi toujours bien. Si vous vouliez me rendre bien contente, vous brûleriez mes lettres ! Je rêve que je vous dis que je vous aime !

avril 1757
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 20:00

Saint-Valentin : des conseils venus du 12e siècle...


La Saint-Valentin approche... Cette information tombe à point ! A Vérone, ville de l'amour s'il en est, des scientifiques ont trouvé ce qui pourrait être le plus ancien manuel de lettres d'amour. Avec quelques enseignements à tirer.


Balcon de la maison de Juliette à Vérone



MAGAZINE - ARTS ET SPECTACLES lun 9 fév

Vérone, la ville du Nord de l'Italie rendue célèbre par Romeo et Juliette. Lieu parfait pour cette découverte, réalisée par un groupe d'étudiants.

Ils sont tombés par hasard sur l'ouvrage latin datant du 12e siècle, conservé dans la "Biblioteca Capitolare" de Vérone, indique plusieurs médias italiens lundi.


Paroles, paroles...

"Il s'agit du plus ancien manuel destiné à recevoir des lettres, dont la plupart sont des lettres d'amour", explique Francesco Stella, professeur en littérature du Moyen-Age et qui dirige l'équipe des étudiants-chercheurs.

L'ouvrage est écrit sur du parchemin. Son auteur, un certain Guido, écrit notamment: "Mon amour est si profond que je ne peux l'exprimer avec des mots. Seuls les membres de mon corps pouvaient parler".

Il conseille également de comparer la beauté de l'élue de son coeur à des pierres précieuses de grande valeur. Conseil à noter pour ces messieurs...

Alors que d'autres conseils sont destinés à la gent féminine, ce qui prouve qu'il existait déjà au Moyen-Age un public de lectrices.

source : http://www.rtlinfo.be/rtl/news/article/217780/--Des+lettres+damour+du+12e+siècle+découvertes+à+Vérone
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9685
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Mer 11 Fév - 22:10



chanson de PREVERT & COSMA

Yves Montand qui a choisit d'appeler son fils du doux nom de Valentin .. une pensée

:malelovies:
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13155
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   Dim 15 Fév - 8:25

AFP | 14.02.2009 | 17:29

Le baiser, une façon d'évaluer son partenaire pour la reproduction

Embrasser non seulement détend et rend plus attachant mais serait aussi un moyen important d'évaluer des partenaires en vue de se reproduire en déclenchant des processus chimiques et biologiques clé dans le cerveau, selon des travaux présentés aux Etats-Unis.

Le fait de s'embrasser libère des substances chimiques qui abaissent le niveau des hormones liées au stress et au désir de former un couple, a expliqué Wendy Hill, professeur de neurosciences au Lafayette College à Easton en Pennsylvanie (est).

Elle a analysé la salive et le sang de couples d'étudiants hétérosexuels après qu'ils se soient embrassés pendant quinze minutes tout en écoutant de la musique.

L'analyse a montré d'importants changements dans les niveaux d'ocytocine, une hormone maternelle qui agit sur la formation des couples, ainsi que dans la teneur de cortisol, une hormone liée au stress, par rapport aux moments précédant les baisers, a souligné Wendy Hill. Elle présentait ses travaux à la conférence annuelle de l'Association américaine pour la promotion de la science (AAAS) qui se tient depuis jeudi à Chicago (Illinois, nord).

Pour Helen Fisher, professeur d'anthropologie à l'Université Rutger (New Jersey, est) l'acte d'embrasser a probablement évolué afin de stimuler les trois systèmes cérébraux jouant un rôle majeur dans l'accouplement et la reproduction de l'homo sapiens.

Le premier de ces systèmes est le désir sexuel alimenté par les testostérones, une hormone mâle, chez l'homme comme chez la femme, qui pousse à la recherche de partenaires multiples.

Le second régit l'amour passion ou obsessionnel concentré sur une personne et paraît être lié à une activité élevée de la dopamine, un stimulant naturel.

Enfin, le troisième système qui contrôle l'attachement et permet à un couple de rester ensemble suffisamment longtemps pour élever des enfants, est associé à un niveau accru d'ocytocine, l'hormone maternelle, a expliqué Mme Fisher.

"Nous avons de nombreux indices montrant que la salive contient des testostérones et le fait que les hommes préférent embrasser avec une bouche très ouverte laisse penser qu'ils essaient inconsciemment de transférer cette hormone mâle à la femme pour déclencher son désir sexuel", a relevé Mme Fisher, une des grandes spécialistes aux Etats-Unis en biologie de l'amour et de l'attraction.

"Les hommes tendent à voir l'acte d'embrasser comme un prélude à la copulation", a-t-elle ajouté. Selon Mme Fisher "embrasser est aussi un mécanisme d'évaluation d'un partenaire".

Citant des recherches en cours elle a jugé que le fait d'embrasser "allait probablement révéler toute une mécanique (biologique et culturelle) agissant dans la recherche d'un partenaire idéal".

Elle a noté que plus de 90% de l'humanité pratiquait l'acte d'embrasser tout comme d'autres mammifères tels les chimpanzés ou les renards qui se lèchent le museau.

Le naturaliste britannique Charles Darwin pensait que s'embrasser était un instinct naturel, poursuit Helen Fisher. Cet acte, ajoute-t-elle, a évolué en un mécanisme biologique capable de stimuler les trois systèmes cérébraux responsables de l'accouplement et de la reproduction.


http://www.tdg.ch/actu/people/baiser-facon-evaluer-partenaire-reproduction-2009-02-14
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'AME DE LA SAINT VALENTIN ...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'origine et la coutume de la Saint-Valentin
» Ronde des cadeaux de Noël / carte de Saint-Valentin
» Et pour vous cette année, la Saint Valentin, ça donne quoi ?
» menu saint valentin
» Cadeaux Royaux spécial Saint-valentin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: TRIBUNES LIBRES :: ARTS ET TRADITIONS-
Sauter vers: