H A R M O N Y

Musique et arts
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 ROBERT FRANCK

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bridget

avatar

Féminin Nombre de messages : 2358
Age : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: ROBERT FRANCK   Dim 1 Fév - 18:04

.
Robert Frank, un regard étranger

Paris / Les Américains

du 20 janvier au 22 mars 2009


Parade — Hoboken, New Jersey


On doit à Robert Frank (photographe américain né en Suisse en 1924) d’avoir associé et fait dialoguer photographie et poésie, littérature et peinture, initiant un langage qui affirme sa subjectivité tout en intégrant l’héritage de la photographie documentaire.

Il est l’auteur d’un livre mythique, Les Américains (publié en France en 1958), et d’une très importante production photographique et cinématographique. Au tout début des années 1950, alors qu’il était déjà installé à New York, il a réalisé des images de Paris avec un œil aiguisé par son éloignement.

L’exposition propose un dialogue entre la sélection de photographies de Paris, choisies par Robert Frank et Ute Eskildsen (présentées au Museum Folkwang de Essen) et l’intégralité des photographies du livre Les Américains, prêtées pour l’occasion par la Maison Européenne de la Photographie (Paris).

Au sein de l'exposition, seront présentés le premier film de Robert Frank, Pull My Daisy (1959) et son dernier film True Story (2004). La majeure partie de ses films sera également programmée à l'auditorium pendant toute la durée de l'exposition.





[b]Robert Frank, de Paris aux Etats-Unis


A l'occasion des 50 ans de ses Américains, le Jeu de Paume à Paris rend hommage à Robert Frank (jusqu'au 22 mars)

L'intégralité des 83 images de l'ouvrage sont exposées dans l'ordre que le photographe suisso-américain avait choisi pour son livre devenu mythique.

Le Jeu de Paume propose aussi une sélection de photos moins connues que Robert Frank, figure majeure de la photo de rue, a faites à Paris au début des années 50.

En 1958 paraissait à Paris un livres qui allait révolutionner le monde de la photographie: Les Américains, de Robert Frank, proposait une vision des Etats-Unis à l'opposé de l'image heureuse et insouciante que le pays voulait donner de lui-même et que l'Europe en avait.
A sa sortie, le livre dérange, choque. Le photographe suisse, récemment installé aux Etats-Unis, est accusé d'anti-américainisme. Et quand l'ouvrage est publié l'année suivante aux Etats-Unis, il n'est vendu qu'à 600 exemplaires.

En se dégageant d'une vision documentaire objective, en introduisant la subjectivité dans la vision du réel, Robert Frank ouvre pourtant la voie à toute une série de photographes contemporains. Et Les Américains, dont 700.000 exemplaires ont été vendus en 50 ans, est devenu un monument de l'histoire de la photographie.



City Hall — Reno, Nevada

Robert Frank est né en 1924 à Zurich. Il apprend la photographie en Suisse et découvre, après la guerre, Paris, Milan et Bruxelles. Critique envers le conformisme de son pays et de ses parents, il traverse l'Atlantique en 1947.
A New York, il se fait embaucher à Harper's Bazaar. L'Amérique n'est pas rose pourtant, il continue à voyager en Amérique du Sud, en Europe. En 1953, c'est sans grand enthousiasme qu'il retourne à New York.
Mais le Guggenheim lui accorde une bourse grâce à laquelle il voyage en voiture à travers les Etats-Unis avec sa femme et ses enfants. Après des virées à partir de New York, il sillonne la côte ouest pendant neuf mois.

Résultat, 700 pellicules, 20.000 clichés dont Robert Frank sélectionne 120 images, puis 83 qui seront publiées dans Les Américains. Il a photographié l'envers du décor, pas le cauchemar mais la banalité du quotidien, la solitude. Sur le plan technique, il travaille vite, pour ne pas être repéré. Il ne craint pas le grain ou le flou et prend des libertés avec le cadrage, shootant parfois à l'aveugle.

On peut s'étonner aujourd'hui du mauvais accueil qui est fait à son oeuvre quand elle est publiée. Pas d'horreur, rien de trash. Ses images sont simplement loin du rêve américain. On ne supporte pas que ses Américains ne sourient pas, qu'ils aient l'air perdus, chacun dans sa bulle alignés à un bar, dans un cinéma drive-in.

Robert Frank a photographié une ville industrielle sinistre, des urinoirs, des Noirs à un enterrement, des ados des quartiers pauvres de New York, des vieux sur un banc. Rien d'héroïque en somme. En deux ou trois images, il résume la discrimination et les inégalités: un bus, Blancs à l'avant et Noirs à l'arrière, une nounou noire en robe blanche, sur fond blanc, qui porte dans ses bras un bébé très blanc.



Charleston, South Carolina


Jack Kerouac, qui préface l'édition US des Américains est emballé. Il y voit une oeuvre "tragiquement" poétique et renvoie devant leur télé ceux qui ne l'aimeraient pas.

Paris

A côté des Américains, le Jeu de Paume expose 70 photos que Robert Frank a faites à Paris entre 1949 et 1952, après son arrivée aux Etats-Unis donc, et avant les Américains.

Ses Parisiens ne sont pas beaucoup plus joyeux que ses Américains, souvent seuls aussi, quand ils ne sont pas sur les auto-tamponneuses et autres manèges. Un aveugle joue de l'accordéon, un Charlot triste regarde au loin, le mur de la prison de la Santé se perd dans la brume.

Le photographe s'est promené dans les rues de Paris, en livrant une vision gentiment mélancolique. La ville semble tarder à rejoindre la modernité, l'automobile à déloger complètement vélos et voitures à cheval.




En même temps, pas de désespoir, elle regorge de fleurs. On a l'impression qu'elles sont partout en ces années d'après-guerre. Robert Frank les a collectionnées, aux étals des petits vendeurs de rue, sur une table de bistrot, dans les mains d'un type à casquette, sous la neige, en bouquet à côté d'une fille qui dort dans l'herbe, dans un corbillard ou au pied d'une plaque

Des films de Robert Frank sont également proposés, dans le cadre de l'exposition et de la programmation cinéma du Jeu de Paume.


http://culture.france3.fr/art-et-expositions/expos/50733283-fr.php
Citation :
Revenir en haut Aller en bas
 
ROBERT FRANCK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Robert EUDE, historien Seinomarin.
» Robert Gogoi a-t-il été à bord du Gerlache ?
» Documentaire sur Robert Bruce. ARTE.
» Bon anniversaire Robert !
» ROBERT x GOHIER - Le Havre Graville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: A FLEUR DE TOILE :: LES PHOTOGRAPHES-
Sauter vers: