H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 M I D E M

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: M I D E M   Lun 19 Jan - 11:12

MUSIQUE - Dans une ambiance morose, le Midem de Cannes cherche des raisons d'espérer...

Six ans que la musique ne cesse de perdre de la valeur. Et la crise économique n’arrange rien. C’est dans ce contexte encore plus morose qu’habituellement que s’ouvre ce week-end le Midem (Marché international du disque et de l’édition musicale) de Cannes. En 2008, le marché accuse une nouvelle baisse des ventes (- 15 % selon des estimations qui seront affinées lundi). Et alors que la part du numérique atteint les 25 % aux USA, il devrait peiner à franchir les 12 % en France.

Surtout, aucun nouveau modèle (abonnement via internet ou mobile, écoute en streaming…) ne s’impose. « Il n’y aura pas un modèle, mais des modèles, explique Dominique Leguern, directrice du Midem. Mais on ignore encore lequel va remporter le plus de suffrages. On pensait que le modèle financé par la publicité allait s’imposer mais la crise économique brouille un peu les cartes. »

La consommation de musique «au plus haut»

Certains producteurs s’interrogent sur la portée de la loi Création et Internet qui pourrait être mise en œuvre après l’été. «Cela ne suffira pas à ramener une génération perdue qui considère que tout est gratuit, il faudra aller chercher l’argent chez les fournisseurs d’accès», estime un des acteurs majeurs de la musique en France. Pascal Nègre, en tête, pense le contraire.

Pour Dominique Leguern, il y a néanmoins des raisons d’espérer: «Il n’y a jamais eu autant de consommation de musique dans le monde.» Et de souligner les initiatives de groupes comme Radiohead ou Nine Inch Nails de vendre directement via Internet. «Le manager de Radiohead sera d’ailleurs au Midem pour expliquer cette approche marketing.»

Disparition des verrous numériques

Mais la vraie révolution, c’est la disparition quasi inéluctable des mesures techniques de protection qui empêchaient les copies. Demain, un titre acheté sur iTunes pourra enfin être lu sur tous les baladeurs. Et leur prix ne sera plus fixe, mais à l’image du marché physique où les nouveautés coûtent plus cher que le fond de catalogue. Reste à savoir si cela sera suffisant pour doper le marché. Un nouveau venu y croit et il ne s’attaque pas à n’importe qui : pour la première fois, Blackberry sera à Cannes avec la ferme intention de venir y tailler des croupières au duo iPhone/iPod.
David Carzon
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: M I D E M   Lun 19 Jan - 11:18

Le Midem expérimente d'autres façons de vendre de la musique

Au Midem,le marché international de la musique, le 18 janvier 2009 à Cannes./Eric Gaillard / REUTERS



MARCHE DU DISQUE - Finie la crise, maintenant le Marché international de la musique qui a ouvert ce week-end à Cannes essaye de s'en sortir.

Envoyé spécial à Cannes

La période a ceci d’intéressant que, placées au pied du mur, les maisons de disques osent sortir des sentiers battus pour faire expérimenter les possibles modèles économiques de demain. Comparé aux éditions précédentes, le Marché international de la musique qui a ouvert ce week-end à Cannes, est donc moins centré sur la crise que sur les manières d’en sortir.

Et les concerts sont un levier intéressant. Ainsi, la maison de disques EMI a testé cette année, plusieurs voies pour mieux faire partager l’expérience du live. En décembre, pour le passage de Raphaël à Bercy, les spectateurs ont pu acheter à la sortie du concert une clé USB collector contenant le spectacle qu’ils venaient de voir. «Cette expérimentation ne rapporte pas d’argent, explique aujourd’hui Morvan Bourry, un des responsables du développement numérique d’EMI. De plus, c’est le genre d’idées très compliquées qui impliquent de faire travailler tout le monde pour relever notamment les défis technologiques, et on aurait pu trouver plein de bonnes raisons de ne pas le faire. Sauf que tout le monde était d’accord pour dire qu’il s’agissait d’une bonne idée. Au bout du compte, l’expérience a été très positive dans l’optique de reconstruire un nouvel écosystème économique et de nouvelles relations avec les consommations basées sur leurs attentes. Et celles de l’artiste.»

Le concert comme outil de promotion

Autres types d’expérimentations menées par EMI autour des concerts: un coffret de Jean-Louis Aubert mis en vente à la fin de l’année et retraçant les deux années de sa dernière tournée acoustique. Avec l’objet, les consommateurs pouvaient avoir accès à la captation du concert donné dans leur propre ville puisque toutes les dates ont été enregistrées. Camille à la fin de sa tournée, elle, a mis en ligne gratuitement durant une semaine l’intégralité de sa dernière date au Zénith à Paris. Sans promotion, celle-ci a été téléchargée 50.000 fois.

Opendisc, société qui permet de créer un lien avec les consommateurs de musique en leur offrant un lieu d’échange avec les artistes (par exemple en donnant accès à celui qui achète un album à une partie privée du site d’un chanteur), utilise les concerts comme outil de promotion. Pour toutes les dates parisiennes de Julien Clerc, les deux premiers rangs étaient réservés à ceux qui avaient acheté l’album sur le site d’Opendisc. Tout est parti en deux heures.
David Carzon
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Lun 19 Jan - 11:25

Une musique (presque) sans verrou


MIDEM - Annonces en rafale, loi en attente... Retour sur un drôle de calendrier....

Beaucoup de pub ou vrai changement d’attitude? Vendredi, juste avant l’ouverture du Midem, Universal et Sony-BMG ont annoncé, quasi en même temps, la suppression des mesures techniques de protection contre la copie sur leurs fichiers musicaux. Chose que les maisons de disques s’étaient engagées à faire après la vote de la loi Création et Internet qui instaure la riposte graduée mais qui n’est pas encore passée à l’Assemblée nationale.

Se faisant, l’industrie du disque place le gouvernement face à ses engagements de mettre en place un système de prévention et de répression du téléchargement illégal sur le Net. Pour la ministre de la Culture, «la balle est désormais dans le camp des pouvoirs publics» suite à ces annonces en rafales. La loi Création et Internet doit intervenir au mieux fin février pour une mise en application juste après l’été, selon nos dernières informations.
Un calendrier qui tombe à pic

Mais il faut croire que tout était préparé. De fait, cette annonce était inéluctable: d’autres maisons de disques - comme EMI en 2007 ou des indépendants - étaient engagées dans cette voie depuis longtemps, des tests étaient en cours chez les autres et iTunes lui-même venait d’annoncer que tout se ferait par MP3, sans verrou.

A peine l’annonce faite vendredi que, dès ce samedi matin, tous les fichiers «libres» d’Universal sont déjà en vente sur une plateforme comme Starzik. De quoi donner l’impression qu’ils attendaient le bon moment pour appuyer sur le bouton et que l’annonce d’Apple a forcé tout le monde à se mettre à la page.
La mort des verrous techniques met fin à un bras-de-fer long et inutile entre maisons de disques, consommateurs et plateformes de téléchargement. Jusqu’ici, pour bon nombre de producteurs de musique, ces verrous permettaient de lutter contre les copies illégales.

Au final, ils ont plus perturbé les consommateurs qui ne pouvaient pas faire circuler les fichiers achetés légalement d’un support à un autre. Enfin, dernier coup de pied de l’âne aux consommateurs vertueux d’ iTunes: selon le site Musicspot, ils devront payer pour faire déverrouiller les morceaux achetés. On appelle ça une double peine.


David Carzon (envoyé spécial au Midem, à Cannes)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: M I D E M 2009   Mar 20 Jan - 8:47

Lundi 19 janvier 2009, 18h30

La 43ème édition du salon des professionnels de la musique souligne les espoirs que place ce secteur en crise dans l'adoption rapide de la loi Création et Internet.

L'industrie musicale attend l'entrée en vigueur de la loi Création et Internet avec impatience. Elle n'a pas manqué de le rappeler à la ministre de la Culture, Christine Albanel, venue à Cannes dimanche 18 janvier, inaugurer le 43ème Marché international de la musique et de l'édition musicale (Midem). Les professionnels du disque espèrent en effet que le texte, adopté par le Sénat fin 2008, pourra enrayer le piratage tout en renforçant le téléchargement légal.

En France, le marché de gros a chuté de 15 % en 2008, pour atterrir à 600 millions d'euros, contre 1,3 milliard en 2002, selon le Snep, principal syndicat de producteurs français. La vente de musique en ligne n'endigue pas la celle de disques : la musique en ligne représente 70 millions d'euros en 2008 sur les 600 millions du marché global.

En 2008, le montant global des perceptions de la Sacem devrait aussi baisser, de 0,4 % à 756 millions d'euros. En 2009, une nouvelle diminution estimée de 2,8 % est attendue. Malgré la progression de la vente en ligne, les perceptions réalisées sur les supports numériques plafonnent à un niveau "anormalement dérisoire", affirme la société de gestion collective : 9,3 millions d'euros, soit à peine 1 % du total des perceptions en 2009. Les accords passés entre les exploitants de plates-formes Web et la Sacem, sont "aujourd'hui incapables d'apporter aux auteurs des revenus conformes à la valeur résultant de l'exploitation de leurs œuvres" indique-t-elle.

Face à la morosité du secteur, Christine Albanel s'est dite déterminée à aller vite, indiquant que la loi de lutte contre le piratage serait examinée "fin février", voire "fin mars au plus tard" à l'Assemblée nationale. En déplacement à Nîmes, mardi 13 janvier, à l'occasion de ses vœux au monde culturel, le président de la République Nicolas Sarkozy avait déjà affirmé sa volonté de faire adopter la loi Création et Internet "aussi vite que possible" à l'Assemblée.

En attendant le vote puis l'application de la loi, les majors tentent de rendre l'offre légale de musique plus attractive. Vendredi 16 janvier, Universal Music et Sony Music ont annoncé avoir renoncé à utiliser les DRM (lire Universal et Sony abandonnent l'utilisation des DRM, du 16/01/2009). De son côté, le ministère de la Culture vient de proposer six morceaux de DJ en écoute et téléchargement légal sur le site Jaimelesartistes.fr, lancé fin octobre pour promouvoir son projet de loi de lutte contre le piratage.
`
http://www.journaldunet.com/breve/france/35353/le-midem-s-ouvre-sur-fond-de-lutte-contre-le-piratage.shtml




Dernière édition par liliane le Mar 20 Jan - 9:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Mar 20 Jan - 8:52

L'industrie musicale cultive sa nouvelle idole : le fan
LE MONDE | 19.01.09 | 16h11


La relation artiste-fan et comment la monétiser" : le thème de la dixième édition du MidemNet Forum, lieu de réflexions et de débats sur l'univers Internet et le numérique, organisé, samedi 17 et dimanche 18 janvier, en ouverture du Marché international du disque et de l'édition musicale (Midem) à Cannes, avait un air de revenez-y. L'édition 2007 avait en effet placé au centre des débats le consommateur et le moyen d'en tirer des profits. De 9 h 30 à 18 h 30, avec juste une pause déjeuner, les orateurs ont donc expliqué aux participants ce qu'est le fan des temps modernes.



UN CHIFFRE D'AFFAIRES EN RECUL DE 15 % EN 2008
Le marché du disque en France affiche un résultat négatif pour la sixième année consécutive. Présenté lors de la conférence de presse annuelle du Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP), organisée au Marché international du disque et de l'édition musicale (Midem), à Cannes, lundi 19 janvier, le chiffre d'affaires des éditeurs phonographiques (prix de gros hors taxes) est de 606 millions d'euros, en recul de plus de 15 % par rapport à 2007, dont 76 millions d'euros pour le numérique, en augmentation de 49 %.

Le Midem ayant été avancé d'une semaine, le SNEP présente des chiffres en volume (nombre d'exemplaires) incomplets, ne prenant en compte que les 60 millions de CD vendus en magasins, en recul de près de 19 %. Une baisse que les éditeurs phonographiques attribuent majoritairement à l'augmentation du piratage depuis 2002 - une étude de Terra Consultants, en novembre 2008, estime à 369 millions d'euros les pertes de la filière.

Le SNEP a réaffirmé son désir que le projet de loi Création et Internet soit discuté "au plus tôt" à l'Assemblée nationale. "Avant fin février", a souhaité la ministre de la culture, Christine Albanel, en visite officielle le 18 janvier. Trois des quatre majors du disque, Warner, Universal et Sony, ont envoyé un signe aux pouvoirs publics en décidant ces derniers jours d'enlever, pour une période donnée, les dispositifs anti-copie attachés aux fichiers musicaux. Un point qui figure dans le projet de loi. EMI l'avait fait dès avril 2007.

Sur le même sujet

CADRAGE
Le Midem cherche des remèdes à la crise prolongée du disque
FORUM Musique
Présent sur des blogs ou des sites de type participatif, dont l'année 2008 a vu l'essor, le fan ne collecte pas seulement de manière plus ou moins obsessive les plus pointues des informations sur son artiste préféré. Emporté dans le torrent de paroles qu'est Internet, il s'épanche facilement sur ce qu'il en attend artistiquement, sur son envie de le voir en concert ou d'acheter son prochain album. Le tout en temps réel, d'un continent à l'autre. Le fan-club à la papa avec sa feuille d'information mensuelle envoyée par la poste est bien loin. Aux artistes et à leurs représentants - manageurs, maisons de disques - d'utiliser au mieux ces forces vives et réactives qui peuvent se compter en milliers d'individus.

SIGNATURE DE TRENT REZNOR

Le réseau des fans peut, par exemple, sinon remplacer totalement une campagne publicitaire, du moins en diminuer les coûts. Il annoncera à ses pareils la date de sortie d'un album, la venue de son groupe préféré dans sa ville. Proposez-lui de découvrir les titres de votre nouvel album en téléchargement gratuit - ou moyennant une somme symbolique - en même temps que des versions payantes plus ou moins sophistiquées, et il vous conduira à l'opulence. Ce fut le cas pour les Britanniques de Radiohead avec l'album In Rainbows, en octobre 2007, ou pour Ghosts I-IV, en mars 2008, du groupe américain Nine Inch Nails.

Mike Masnick de TechDirt Blog/Floor 64 a donné le détail de l'opération menée par ces derniers. Au départ, 9 titres, sur 36, sont téléchargeables gratuitement. A côté, différentes options sont possibles : 10 dollars (7,5 euros) pour un double CD avec livret ; 300 dollars pour une version "ultra deluxe" tirée à 2 500 exemplaires avec livret, DVD, Blue-Ray, signature du leader Trent Reznor, etc. En moins de trente heures, l'édition limitée était épuisée, soit 750 000 dollars, et en une semaine l'ensemble de l'opération rapportait 1,6 million de dollars. Du coût de l'enregistrement et de la fabrication des différentes versions, il ne fut toutefois rien dit.

A demi-mot, il fallait bien admettre que le modèle fonctionne avec des groupes bien installés, dont la "fan base" est déjà structurée et importante. Et que tous les artistes ne sont pas prêts, ou aptes, à entretenir la correspondance immédiate qu'attend le fan en récompense de son investissement.

Sylvain Siclier

http://www.lemonde.fr/culture/article/2009/01/19/l-industrie-musicale-cultive-sa-nouvelle-idole-le-fan_1143665_3246.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Mar 20 Jan - 10:10

MIDEM: l'industrie du disque cogite à Cannes

Dans les allées du Midem
© DR
L'industrie du disque cherche de nouvelles solutions à sa traversée du désert, au Midem à Cannes jusqu'à mercredi
Le Midem, qui s'est ouvert dimanche, était précédé samedi du Midemnet, uniquement consacré aux nouvelles technologies.

Mais ce traditionnel prélude au grand raout de l'industrie musicale ressemble de plus en plus au plat de résistance. Car les solutions d'avenir à la crise musicale persistante semblent résolument liées aux nouvelles technologies.

Une crise qui n'en finit pas
C'est une litanie égrénée d'année en année depuis plus de cinq ans maintenant: la dégringolade des ventes de musique continue, implacablement.

En France, le marché de gros a chuté de 15% en 2008, à 600 millions d'euros, contre 1,3 milliard en 2002, selon le Snep, principal syndicat de producteurs français. Ces derniers attendent avec impatience l'adoption de la loi antipiratage, qui pourrait être examinée par les députés "fin février" et "fin mars au plus tard", a indiqué dimanche la ministre de la Culture Christine Albanel.

La crise des ventes de musique se poursuit car les ventes numériques, sur internet et les téléphones portables, ne compensent toujours pas l'effondrement des ventes de cd (elles ont représenté 70 millions d'euros en 2008 sur les 600 au total). Seul signe encourageant, les progrès importants du téléchargement légal l'an dernier en Grande-Bretagne, avec un nombre record de singles vendus (115 millions sur Cd, internet ou vinyle).

Les verrous anticopie ont sauté
Geste de bonne volonté, les majors françaises du disque ont annoncé ces jours-ci qu'elles renonçaient, pour certaines au moins provisoirement, aux verrous anticopie sur leur musique vendue en ligne. Une décision prise par Universal, Sony music, Emi et Warner dans la foulée de celle du géant américain de la musique en ligne Apple annoncée le 6 janvier, et grâce à laquelle les majors espèrent stimuler le marché du téléchargement légal.

Ces verrous DRM, défendus il y a quelques années à ce même Midem comme le bouclier imparable face au piratage, apparaissent aujourd'hui comme un frein au décollage du téléchargement légal. Ils empêchent en effet d'écouter sur tous les supports (ordinateurs, baladeurs, lecteurs de salon ou de voiture) les morceaux achetés sur internet, et limitent le nombre de copies privées. Autant de restrictions et de tracasseries auxquelles les pirateurs ne sont pas confrontés.

Les différentes pistes à l'étude
Mais la levée des DRM, un peu tardive, ne sauvera pas à elle seule l'industrie du naufrage. Et comme aucun modèle économique clair n'a encore émergé, les maisons de disques n'excluent aucune piste et s'orientent vers une diversification tous azimuts de leurs revenus: les concerts, qui n'ont jamais aussi bien marché (malgré un ralentissement récent qui inquiète outre-Manche), la multiplication des formats (Universal sort le prochain album de U2 sous 5 formats distincts), l'utilisation de morceaux dans des publicités (pensez à The Do, Yaël Naïm ou Cocoon récemment) ou des jeux vidéos, les produits dérivés autour de l'image des artistes, ou le partenariat exclusif avec les marques.

Sur ce dernier point, très juteux pour les maisons de disques qui entendent calquer ce modèle sur celui des sportifs, il s'agit de jumeler l'image d'un artiste et d'une marque - exemples: Johnny et un opticien ou plus récemment Jenifer et un grand constructeur de voitures américain, mais encore exclusivité de diffusion de la musique d'artistes phare par certains fabricants de mobile.

Dans cette perspective, le Snep, syndicat des producteurs de disques français, souhaiterait obtenir cette année "un assouplissement des règles de parrainage, extrêmement sévères en France".

Les labels communautaires attisent les appétits
Les nouvelles relations privilégiées et de plus en plus directes qui se développent sur internet entre artistes et fans sont observées à la loupe par l'industrie. Car en émergent de nouveaux modèles économiques très prometteurs, qui attisent les appétits. Ainsi, la "monétisation de la relation artiste-fan" (le fan n'étant appréhendé que comme un consommateur) a été au centre des réflexions du Midemnet samedi à Cannes.

L'exemple du label communautaire MyMajorCompany, qui propose aux internautes de devenir producteurs en finançant l'album d'un artiste émergeant auquel ils croient (et pour lequel ils ont voté), a été au centre des réflexions. 70.000 euros de dons d'internautes est nécessaire pour l'enregistrement d'un album. Les internautes-producteurs se partagent ensuite 30% des revenus des ventes du disque et l'artiste perçoit 20%. Le chanteur Grégoire a réussi l'an passé à se faire connaître via MyMajorCompany et à écouler 235.000 exemplaires de son album.

Trent Reznor cartonne sur la voie de Radiohead
Autre exemple, celui de l'Américain Trent Reznor du groupe Nine Inch Nails, qui, comme Radiohead, entretient des liens très forts avec son réseau de fans sur internet. Il a sorti l'an passé l'album "Ghost I - IV" sans maison de disques...et avec un succès certain.

Il l'a proposé sur son site sous différents formats et tarifs: téléchargement gratuit de 9 des 36 morceaux du disque, 5 dollars pour télécharger un cd, 10 dollars pour un double cd, 75 pour un produit deluxe (CD, DVD...) et 300 dollars pour la version "ultra deluxe" (2.500 exemplaires numérotés et dédicacés).

Bilan: les profits cumulés ont atteint 1,6 million de dollars en une semaine alors que l'offre de base était gratuite. Comme quoi l'audace et la créativité payent. Pour l'industrie, dont la mentalité comptable et défensive (face au piratage) peine à évoluer, il y a de quoi s'arracher les cheveux.

L.N FRANCE 2 MUSIQUE

http://musique.france2.fr/actu/50593598-fr.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Dim 22 Fév - 10:27

Face à la crise, le disque se tourne vers la pub

Face à l’effondrement des ventes de disques, l’industrie musicale, réunie au Midem, le Marché international du disque et de l’édition musicale, veut diversifier ses revenus, d’où son regain d’intérêt pour la synchronisation.


AFP

Face à l’effondrement des ventes de disques, l’industrie musicale, réunie au Midem, le Marché international du disque et de l’édition musicale, veut diversifier ses revenus, d’où son regain d’intérêt pour la synchronisation, à savoir l’utilisation de morceaux dans des publicités, films, émissions de télévision ou jeux vidéo.

« Les droits de synchro ont fortement progressé alors qu’avant, c’était un business très additionnel », explique Hervé Rony, directeur général du Snep, le principal syndicat de producteurs français.

Pour un artiste et une maison de disques, la « synchro » en publicité a un double intérêt : des revenus supplémentaires et une exposition accrue, ce qui peut aider à développer la carrière de jeunes artistes.

L’an dernier, les groupes français The Do (une pub pour des cahiers), Cocoon (des yaourts et un constructeur automobile) et la chanteuse franco-israélienne Yael Naim (un ordinateur) ont bénéficié de l’effet « vu (et entendu) à la télé ».

« Il ne faut pas croire que c’est un remède miracle mais ça peut être un coup de pouce », tempère Sébastien Cayla, responsable de la synchro pub chez l’éditeur Warner Chappell, en soulignant que le marché publicitaire est en baisse.

M. Cayla s’est récemment occupé d’un gros accord, celui conclu pour l’utilisation d’une chanson de Michael Jackson dans la campagne du loto français.

Pour des contrats de synchro, un client (annonceur, agence de pub, producteur TV…) peut négocier avec deux types d’interlocuteurs : un éditeur musical, qui détient les droits des oeuvres avec les auteurs-compositeurs, et une maison de disques, propriétaire des enregistrements et qui représente les interprètes.

« La publicité, c’est 75 % de notre chiffre d’affaires. J’aimerais l’amener à 70 %, 15 % pour le cinéma et 15 % pour le reste, télé, jeux vidéo ou nouveaux médias », indique Valérie Albert, directrice de la synchro chez EMI Music France.

L’an dernier, cette major du disque a renforcé son département synchro, passé de deux à cinq personnes. Il a récemment supervisé l’utilisation d’un morceau de Daft Punk dans une publicité pour une voiture, d’un de Massive Attack dans un jeu vidéo, de la bande originale du film « Valse avec Bachir » ou de la série TV française « Clara Sheller ».

Les acteurs du secteur rechignent à parler chiffres. M. Cayla évoque « 40.000 euros par type de droits, éditeur et producteur, pour une campagne de publicité moyenne », un montant qui peut exploser s’il s’agit de gros artistes. Mme Albert mentionne « 20 à 30.000 euros pour une petite campagne » dans un seul pays.

Autre paramètre à prendre en ligne de compte, le refus catégorique de certains artistes, comme l’Américain Tom Waits, de voir leur musique utilisée par la publicité.

« Il faut bien choisir sa synchro. On n’aurait jamais accepté pour du papier toilette ou des serviettes hygiéniques ! », sourit Morgane Imbeaud, la chanteuse de Cocoon.

De gros acteurs du marché de la synchro sont présents au Midem pour trouver de nouvelles musiques, dont des représentants de marques de cosmétiques, de vêtements, de voitures ou ceux de la série télévisée américaine « Les Experts ».

Et le Midem consacre pour la première fois, mardi, un sommet à l’édition musicale, signe que les droits d’exploitation des oeuvres sont un enjeu important dans ce secteur en plein marasme.

Plus largement, l’intérêt accru pour la synchro participe d’une tendance en vogue dans l’industrie musicale, qui cherche désespérément des solutions à la crise : le resserrement des liens entre artistes et marques commerciales, comme cela existe depuis longtemps dans le sport.

(Belga)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Ven 22 Jan - 15:24

Du 78 tours au Net, cent ans de musique enregistrée

Le 44e Marché international du disque et de l'édition musicale (Midem), organisé à Cannes du 23 au 27 janvier 2010, ouvrira ses portes avec son traditionnel week-end de conférences sur la musique et Internet, le MidemNet. Les échanges sont très attendus : depuis 2002, le marché de la musique enregistrée a été divisé par 2,5, et les ventes de musique sur Internet, en hausse, pour le moment, ne compensent pas cette chute.

S'il réfléchit au futur, le MidemNet regarde aussi vers son passé, fort d'une histoire de la musique enregistrée qui a un peu plus d'un siècle. On y remarque des constantes : guerre des formats, impact des évolutions technologiques sur les métiers, cycles des crises, phénomènes de concentration…

GUERRE DES FORMATS

Au commencement, en 1877, étaient l'Américain Thomas Edison et le Français Charles Cros. Vrai et faux. Dès 1857, le Français Léon Scott de Martinville a expérimenté la possibilité de conserver sur un support la voix humaine, mais c'est effectivement en décembre 1877 qu'Edison présente son phonographe. Le son est gravé sur un cylindre qui tourne sur un axe horizontal; une pointe posée sur ce cylindre transmet le son à un pavillon. Cros, qui a déposé un projet similaire en avril, n'a pas l'argent pour le développer.

En 1887, l'Allemand Emile Berliner, émigré aux Etats-Unis, met au point le gramophone, avec son disque platposé sur un plateau qui tourne à 78 tours par minute. Cylindre contre disque plat, c'est la première guerre des formats.

On la retrouve en 1948, lorsque les firmes Columbia et RCA-Victor présentent leurs disques microsillon sur disque vinyle: celui de Columbia a 30 cm de diamètre et tourne à 331/3tours-minute; celui de RCA a 17,5 cm de diamètre et tourne à 45 tours. Autre débat au début des années 1980, où plusieurs format de CD sont un temps en concurrence.

Si les enregistrements ont d'abord été de nature scientifique et patrimoniale, c'est par la musique que les inventions d'Edison et Berliner vont toucher le public. Les firmes vont apprendre à "produire" la musique, se constituer des catalogues d'artistes, attachés à elles par contrat. On peut identifier dès le début du XXe siècle des "majors" du disque, qui dominent le marché mondial.

Dans son livre, Du phonographe au MP3 (éd. Autrement, 2008), Ludovic Tournès identifie les cinq firmes qui dominent le marché mondial au début du XXe siècle : les américaines Edison, Columbia et Victor (qui deviendra RCA), la française Pathé et la Deutsche Grammophon d'Emile Berliner. Elles ont des succursales dans les principaux pays européens, et certaines fabriquent aussi les appareils qui permettent de lire leurs productions. Une situation que l'on retrouvera avec les géants du matériel électronique : le néerlandais Philips dans les années 1950-1960 ou le japonais Sony dans les années 1980.

APOGÉE EN 1978

En cas de crise, on met en avant une meilleure qualité sonore pour imposer des technologies. L'enregistrement avec microphone apparaît en 1925, alors que les grandes maisons commencent à développer leurs propres studios. La bande magnétique est développée par les firmes allemandes AEG et BASF au début des années 1930 – l'armée et l'espionnage en seront les premiers utilisateurs. Le disque microsillon va s'affirmer à partir de 1955 avec le rock'n'roll,et atteindra son apogée en 1978 (2 milliards d'exemplaires vendus).

Le CD, en 1982, sera la dernière évolution de format initiée et contrôlée par l'industrie phonographique. A la fin des années 1990, le développement du home studio et d'Internet, l'arrivée de formats de fichiers numériques musicaux reproductibles par tout un chacun permettent de se passer de la chaîne traditionnelle des maisons de disques. Mais pas encore de leurs artistes.

Sylvain Siclier
LE MONDE | 22.01.10
http://www.lemonde.fr/culture/article/2010/01/22/du-78-tours-au-net-cent-ans-de-musique-enregistree_1295146_3246.html#ens_id=1280818&xtor=RSS-3208
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Dim 24 Jan - 19:45

La SACEM (auteurs, compositeurs et éditeurs de musique)
et WAT.tv (Vidéos, Buzz et vous) sont fiers d'annoncer un accord, à l'occasion du Midem 2010.



En vertu de cet accord signé le 21 janvier 2010, WAT.tv rémunérera la Sacem pour les oeuvres des auteurs, compositeurs et éditeurs que la Société d'Auteurs représente : oeuvres musicales, documentaires musicaux et clips, oeuvres d'humour, de doublage et de sous-titrage, ainsi que poèmes et sketches.


Ce contrat porte sur les différents types de contenus présents sur le site www.wat.tv, 3ème acteur de la Vidéo sur Internet en France. Il favorise ainsi la création et la diffusion musicale sur les nouveaux medias, peut-on lire dans ce communiqué.

Cet accord s'applique à l'activité de WAT.tv depuis sa date de lancement.


Bernard Miyet, Président du Directoire la SACEM, précise : " Cet accord symbolise notre volonté de faciliter la diffusion de la musique sur le Web 2.0 en vue d'offrir aux internautes passionnés un véritable espace d'échange et une liberté d'accès aux oeuvres respectueux des droits des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique ".


Olivier Abecassis Directeur Général de WAT.tv, " En signant cet accord avec la SACEM en cette date symbolique d'ouverture du MIDEM 2010, WAT confirme sa démarche, et celle du Groupe TF1, de valorisation des contenus au sein d'une offre vidéo online légale, innovante et performante, visant à créer un écosystème adapté aux marques et respectueux de la chaîne de valeur de la création, depuis les auteurs jusqu'au diffuseur. Cette signature est annonciatrice d'une année 2010 riche en partenariats et en évolutions pour WAT.tv, avec pour ambition de développer la valeur de la vidéo sur les nouveaux medias en association avec les ayants-droit. Je me réjouis pleinement de cet accord."

http://www.leblogtvnews.com/article-groupe-tf1-accord-entre-la-sacem-et-wat-tv--43562441.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Jeu 18 Fév - 1:11

LE MARCHE DU DISQUE A TOUCHE LE FOND
MIDEM - La chute des ventes semble s'enrayer mais le disque ne se vendra jamais plus...
Le disque ne pourra pas tomber plus bas. Le Syndicat National de l’Edition Phonographique (SNEP) a confirmé lundi matin, lors du 44ème Midem à Cannes, la tendance annoncée depuis plusieurs semaines par les principales maisons de disques: la chute des ventes semble s’enrayer. Après plusieurs années de décroissance à deux chiffres, le syndicat des maisons de disques était ainsi fier d’annoncer une baisse de «seulement 3,2%.»

Effet Hadopi

Le mois de décembre 2009 a même été stable par rapport au moins de décembre 2008. Une première depuis cinq ans. Mieux, si le premier semestre 2009 a été catastrophique (-17,8% de ventes), le second a été positif (+9,3%). Cette «belle embellie», les patrons de majors y voient «un premier effet psychologique de la loi Hadopi, la récréation est terminée.» Autre motif de satisfaction, la progression du téléchargement légal. Le SNEP parle même d’explosion. Pourtant sur 2009, les ventes numériques ont baissé de 1,9%.

Le SNEP explique cette baisse par une restructuration positive du marché. Les ventes de sonneries pour téléphones portables, qui représentaient deux tiers du marché numérique en 2005, s’est effondré en 2009 (- 41%) alors même que les ventes de musique progressaient de 56%. «Vendre de la musique, c’est notre vrai métier», se félicitait Pascal Nègre, PDG d’Universal.

«Prime à la casse»

Si l’ensemble des majors s’accordent à penser que «2010 sera une année charnière», aucun acteur n’est en mesure de dire précisément en quoi les choses vont changer. Au-delà de la méthode Coué sur l’application de la loi Hadopi et du développement des offres de téléchargement légal, on constate que plus personne ne cherche de solutions pour vendre plus de disques.

Au Midem, toutes les discussions tournent autour du développement du digital. Mais là aussi, l’enthousiasme n’est pas débordant. David El Sayegh, directeur du SNEP a ainsi lâché un beau lapsus en parlant de la proposition du pass numérique préconisé par le rapport Zelnik et appuyé par le ministère de la Culture et Nicolas Sarkozy (une carte pour les 15-24 ans qui permet de télécharger de la musique à moitié prix) comme d’une «prime à la casse», avant de rectifier en parlant «d’une belle idée et d’un bel espoir.»

Pression sur les disquaires du XXIème siècle

Les rapports, voire les conflits, entre maisons de disques et plateformes de téléchargement légal, alimentent les débats. Notamment la faiblesse des avances que les maisons de disques consentent aux sites d’écoute en ligne qui peinent à émerger. «C’est le business, tranche Pascal Nègre. J’ai mis six mois à céder mon catalogue à Deezer parce qu’alors, c’était une machine à pirater. On prend le temps d’évaluer, technologiquement, les sites avant de conclure des marchés. C’est la moindre des choses. Ensuite, si le business model du site ne nous semble pas viable, on ne vend pas notre catalogue parce que les coûts de mise en place ne seront jamais remboursés. On évite ainsi aux sites non rentables de se lancer, c’est vrai. Mais on évite aussi à ces gens de perdre de l’argent. Finalement, on leur rend service!»

Les maisons de disques dépendront bientôt entièrement du succès ou de l’échec des sites de téléchargement légal et d’écoute en ligne. Elles le savent et mettent déjà la pression sur leur interlocuteur «comme on discutait avant avec les disquaires, rappelle Pascal Nègre. Si un disquaire voulait nos disques, on lui demandait d’en prendre un nombre minimum, sinon, ce n’était pas rentable de les acheminer et de les installer en magasin. Avec le digital, c’est pareil.»

En vie grâce aux morts

Pour être complet, cet état des lieux du SNEP aurait dû rappeler que le marché a, cette année, été boosté par la réédition remastérisée de l’intégrale des Beatles et celles des albums de Michael Jackson. En décembre, le disque le plus vendu en France aura été une compilation Salut les Copains. Bref, l’industrie du disque se sauve grâce à son catalogue d’artistes morts. Un bien mauvais présage alors que pour la deuxième année consécutive, en 2009, les majors ont rendu plus de contrats d’artistes qu’ils n’en ont signé.

Quand on rentre dans le détail des chiffres révélés par le SNEP, on réalise qu’en 2009, le disque n’a pas complètement achevé sa descente aux enfers mais n’en a jamais été aussi proche. «Ayons des idées», répétée comme un mantra, l’injonction imaginative aura été le tube de ce 44ème Midem. Mais dans les majors, les tubes, on ne les conçoit pas, on les exploite.
A Cannes, Benjamin Chapon


Dernière édition par Nine le Jeu 18 Fév - 1:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9725
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Jeu 18 Fév - 1:15

LES MAJORS ECRIVENT UNE NOUVELLE PARTITION !

Pascal Nègre
le président d'Universal Music et membre du SNEP
L'industrie du disque ne tourne plus rond.
Compilations pour booster les ventes, alliances sur Internet et mobiles,
jeux vidéo, publicités...
La profession, réunie cette semaine à Cannes, innove pour rester en vie.


Si seulement leurs lendemains pouvaient chanter. ..
Lassés de ne parler que de chiffres terrifiants,
les professionnels de la musique vont rivaliser de déclarations optimistes lors du Midem, leur rendez-vous annuel, qui se tient à Cannes du 24 au 27 janvier. Mais les faits sont têtus. Le chiffre d'affaires du disque a été divisé par deux en dix ans.

L'or couronne désormais les albums vendus à 50000 exemplaires,
contre 100000 auparavant


«Le disque est devenu un cadeau, cela explique que nous réalisons plus de la moitié de nos ventes sur les trois derniers mois de l'année», note Thierry Chassagne, président de Warner Music France. D'où le succès de certaines compilations. Salut les copains, sortie par Europe 1, s'est retrouvée en tête des ventes à Noël et NRJ a placé au sommet ses neuf compilations de hits en 2009. «Ce sont des labels de garantie», explique David Ventura, directeur artistique et responsable marketing de NRJ Music. Le CD existe toujours, mais son statut évolue.
«Le secteur va continuer de décliner, juge Mark Mulligan, expert sur le sujet au cabinet Forrester. Au XXe siècle, la musique reposait sur sa distribution - CD, cassettes, vinyles, téléchargements. Au XXIe siècle, elle va devoir trouver comment monétiser la consommation» Il reste encore, selon lui, au moins quatre ou cinq années de vaches maigres. C'est Internet, bien sûr, qui a brisé les certitudes des patrons des maisons de disques. C'est Internet, bien sûr, qui est au centre de leurs nouveaux business models. Ils se sont battus l'an dernier pour l'adoption de la loi Hadopi, chargée de punir le téléchargement illégal, qui, bonne nouvelle, entre enfin en vigueur. Ce sparadrap permettra-t-il de freiner l'hémorragie ? «Le marché français devrait se stabiliser», prédit Olivier Mont- fort, président d'EMI Music France.

Multitude de pratiques
En attendant, les lignes bougent sur le Web, aux frontières du payant et du gratuit. Universal Music, Sony Music et EMI se sont alliés avec YouTube pour lancer Vevo le 8 décembre en Amérique du Nord. Le site de clips, qui veut devenir l'héritier de MTV, la chaîne musicale star des années 1980, fonctionne sur abonnement gratuit et devra se financer avec de la publicité. AT&T, McDonald's ou MasterCard comptent déjà parmi les annonceurs. Et Coca-Cola s'y intéresserait.
En France, Universal avait déjà lancé sur le même principe le site Allo-clips à l'automne 2008. Le téléchargement légal est, quant à lui, porté par iTunes, qui truste l'essentiel du marché. La plate-forme d'Apple a bien profité ces derniers mois du succès de l'iPhone : son chiffre d'affaires aurait doublé en France.
Les téléphones mobiles sont-il l'avenir de la musique ? «Posséder un morceau sur son portable a encore de la valeur», assure Jean-Louis Constanza, président d'Orange Vallée. L'entité innovation du géant des télécoms s'emploie donc à tester une multitude de pratiques d'écoute de la musique, depuis les applications pour mobiles jusqu'aux sites de streaming, qu'elle pourrait agréger aux offres d'Orange.
Les grands opérateurs se voient maintenant comme des «partenaires de l'industrie musicale», explique Laurence Le Ny, directrice musique d'Orange, qui veut «proposer un écosystème vertueux au bénéfice des ayants droit, des créateurs et des clients». Pascal Nègre, PDG d'Universal Music France, est convaincu «qu'une partie du business de demain viendra des abonnements de téléchargement».
«Jusqu'à présent, nous devions négocier les droits avec chaque major, rappelle Thierry Zemmour, directeur des contenus de SFR. Nous proposions donc des offres illimitées de téléchargement dans un catalogue restreint. C'est l'inverse qui fonctionne : un nombre limité de téléchargements dans un catalogue illimité.» L'opérateur propose cinq titres pour 3 euros. En août, Orange a lancé deux offres : Musique Mix permet de télécharger 10 titres par mois dans le catalogue des quatre majors et de l'essentiel des indépendants pour 6 euros; Musique Collection en propose 25 pour 12 euros.
Ces dernières années, les maisons de disques ont aussi revu de fond en comble leurs relations avec les artistes, qui deviennent des marques. Leur image est déclinée autour des tournées ou à la vente de leurs chansons pour des publicités, des jeux vidéo... «Les investissements pour développer un artiste sont toujours aussi élevés, explique Thierry Chassagne, de Warner. Il faut retrouver les marges ailleurs.»
Du coup, depuis deux ans, 95% des contrats sont signés «en 360 degrés», prévoyant une utilisation élargie des droits pour le merchandising. C'est le cas, par exemple, de Christophe Maé ou BB Brunes. Warner a donc créé un département 360 degrés. Même formule à Universal, qui s'est doté d'une division baptisée U think ! «Ce sont des activités qui démarrent», tempère Pascal Nègre, qui évalue tout de même le marché mondial du merchandising à 200 millions d'euros.
La publicité semble s'affirmer comme un des principaux débouchés. Certains artistes ont quasiment été révélés grâce à l'utilisation de leur musique dans un spot. C'est l'espoir de la jeune chanteuse Claire Denamur, à EMI, qui vient de signer une campagne pour une marque de cosmétiques américaine. A la clé, des centaines de milliers d'euros. Chez Warner, Inna Modja a vendu son titre Mister H au Syndicat national de la publicité télévisée. Et Ford a choisi Jenifer, artiste d'Universal, pour ses KAwards.

Créer l'événement
Les marques ne s'arrêtent pas là. «Certaines, comme Nokia, Black-Berry ou Bacardi, investissent fortement dans le domaine de la musique au-delà de la publicité», note Mark Mulligan, de Forrester. L'occasion souvent de rajeunir son identité, comme c'est le cas de Bacardi. En France, Monoprix a ainsi demandé à Warner de s'occuper de la partie musicale de son nouveau portail communautaire Freshandfashion.fr. L'industrie des jeux vidéo, en plein essor, s'intéresse également à la musique. L'un des exemples les plus aboutis est le Beatles Rock Band, sorti l'été dernier, qui permet aux joueurs de se prendre pour un des Fab Four. Pour son jeu karaoké U Sing, Nintendo a signé de son côté avec Universal.
Restent les concerts. Pascal Nègre n'y voit pas un relais de croissance, comme cela a souvent été dit. Le business du live a même décru de 5% l'an dernier. Pourtant, les concerts offrent l'occasion de créer l'événement, à défaut de rapporter des millions. Orange et SFR communiquent massivement autour de leurs concerts exclusifs, avec Mika ou Black Eyed Peas pour Orange, M ou Vanessa Paradis pour SFR. EMI a entrepris de vendre le concert de Raphaël dès la sortie de la salle sur clé USB et la prestation de Dépêche Mode en téléchargement le lendemain. Oui, la musique est encore vivante...

Jean-Baptiste Diebold
CHALLENGES


Dernière édition par Nine le Jeu 18 Fév - 1:28, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: MIDEM 2011   Sam 22 Jan - 21:16

45e EDITION DU MIDEM - CANNES
22 au 26 janvier 2011




STRATEGIE NUMERIQUE ET SYNCHRONISATION AU CENTRE DES DEBATS

Alors que le filière musicale est toujours à la recherche de nouveaux revenus pour compenser la chute des ventes de disques, la stratégie numérique et la synchronisation seront au centre du 45e Midem, la grand-messe du secteur, qui s'ouvre samedi à Cannes.

Selon les chiffres publiés jeudi par la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI), l'industrie musicale a vu son chiffre d'affaires baisser de 8 à 9% l'an dernier par rapport aux 17,3 milliards de dollars de 2009. Le marché mondial de la musique enregistrée s'est globalement effondré de 31% entre 2004 et 2010.

En France, selon les dernières tendances dévoilées par les producteurs indépendants, le marché aurait reculé de 6 à 8% l'an dernier, pour la huitième année consécutive.
Dans ce contexte morose, les 7.000 professionnels réunis jusqu'au 26 janvier au Marché international du disque et de l'édition musicale (Midem), sont toujours à la recherche des modèles économiques qui leur permettront de s'adapter à un environnement technologique en constante mutation.

"Avec les nouvelles technologies, il devient possible d'offrir à l'utilisateur un accès à la musique quand et où il veut sous n'importe quelle forme", note la directrice du Midem, Dominique Leguern.

Mais ce nouveau mode de consommation entraîne de multiples interrogations: "Quelles sont les conditions pour qu'il prenne vie ? Comment les artistes peuvent-ils créer des liens avec les fans dans cet environnement fragmenté ? Comment établir des licences ? Comment créer un modèle économique avec les réseaux sociaux ?...", explique-t-elle à l'AFP.

Parmi les personnalités invitées au Midem, David Guetta, plus gros exportateur français de disques en 2009 et 2010, devrait être un des intervenants les plus attendus. Le DJ, dont la page Facebook est suivie par 14 millions de personnes, expliquera samedi comment il a réussi à développer une base de fans sur internet et à construire son succès international.
"Il est intéressant de voir comment des artistes français réussissent au niveau mondial sans forcément passer par les circuits traditionnels", estime Mme Leguern.

Le même jour, le commissaire européen au Marché intérieur, Michel Barnier, parlera du marché numérique européen des contenus et des droits d'auteurs dans l'Union.

Alors que le président Nicolas Sarkozy vient de proposer un sommet du G20 consacré à la protection des droits d'auteur sur internet, cette question sera également au coeur de l'intervention du directeur général de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), Francis Gurry.

Plusieurs conférences -- dont celle du superviseur musical de la sérié américaine phénomène "Glee" --, mais aussi des castings, seront consacrés à la synchronisation, c'est-à-dire l'utilisation de morceaux dans des films, des séries TV, des publicités et même des jeux vidéo.
En plus d'offrir une précieuse exposition aux artistes, "c'est une source de revenus en pleine expansion pour les entreprises du secteur, et notamment les entreprises de l'édition", souligne Mme Leguern.

Côté français, le Midem sera l'occasion de faire un premier bilan du marché, un an après l'adoption de la loi Hadopi de lutte contre le téléchargement illégal. Les chiffes de ventes de disques seront officiellement rendus publics lundi par le Syndicat national de l'édition phonographique (SNEP). Le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand doit, quant à lui, s'exprimer dimanche.

http://www.rtlinfo.be/info/magazine/musique/769733/45e-midem-strategie-numerique-et-synchronisation-au-centre-des-debats-a-cannes
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13243
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: M I D E M   Sam 22 Jan - 21:26

La croissance du marché mondial de la musique numérique


L’IFPI, syndicat mondial des producteurs de disque, a donné jeudi 19 janvier à Londres les résultats des ventes numériques de la musique pour 2010. Le marché a atteint 4, 6 milliards de dollars, soit une augmentation de 6% par rapport à 2009 ( 1 000% depuis 2004, comparé à une chute globale de – 31%). Il représente 29% des revenus globaux des maisons de disques.

Le titre le plus vendu a été :

- TiK ToK de Ke$ha (12, 8 millions d’unités dans le monde),
- suivi de Bad Romance de Lady Gaga (9,7 millions),
- de Love The Way You Lie d’Eminem et Rihanna (9,3 millions)
– I gotta Felling des Black Eyed Peas, avec David Guetta, tous présents au Midem 2011, se classe 9è (6,1 millions).

Pour la première fois, un titre a passé le cap des 10 millions de téléchargements.

L’Espagne et le Brésil sont les champions du téléchargement illégal (P2P ou non). Le march é espagnol s’est effondré (- 22% en 2010, - 55% depuis 2005). Au Brésil, Ana de Hollanda, une artiste qui vient d’être nommée ministre de la culture du gouvernement Dilma Roussef, a fait supprimer du site de son ministère toutes les licences du site de partage Creative Commons (CC) que son prédécesseur, Gilberto Gil, également chanteur, qui avait défendu des positions très favorables (jusqu’à installer les CC sur le site gouvernemental) aux libres partages sans copyright.

En Suède, le pays du site Pirate Bay, qui a perdu son procès en justice, une nouvelle loi , l’IPRED, sur les droits d’auteurs, adoptée en 2009 et proche de l’Hadopi, a marqué une baisse significative de la consommation illégale, accélérant l’essor du site musical Spotify et une hausse des achats numériques de 80%, selon le rapport de l’IFPI.

V. Mo.

http://midem.blog.lemonde.fr/
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: M I D E M   

Revenir en haut Aller en bas
 
M I D E M
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: L'INDUSTRIE DE LA CHANSON-
Sauter vers: