H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 NICOLAS CANTELOUP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: NICOLAS CANTELOUP   Mar 2 Déc - 16:10



NICOLAS CANTELOUP




Brève histoire d'une montée en scène.

Nicolas Canteloup triomphe sur scène,
à la radio et à la télévision. Ben quoi ?

C'était pourtant prévisible…

Merci papa, merci maman !

Pour l'avoir conçu (non il n'a pas tout le temps été chauve) et pour avoir éveillé son intérêt aux spectacles comiques en particulier ceux de Bernard Haller et d'Alex Métayer. Le petit Nicolas riait, mais il était surtout fasciné par le fait qu'une seule personne parvienne, pendant plus d'une heure à captiver l'attention de 300 autres. Promis juré, il allait lui aussi se lancer dans l'aventure. D'abord devant le public tout acquis de ses camarades de classe qui applaudissaient lorsqu'il imitait ses profs, puis dans une radio-crochet locale.

De la selle à la scène

Mais vous savez, sa grande passion, c'est le cheval. Alors, pendant un court instant, Nicolas rêve d'une carrière de champion hippique et perd de vue le spectacle. Le Club Med' lui remet le pied à l'étrier : en 1991, il est recruté comme moniteur d'équitation de jour. En nocturne, il anime le Monitor's Show. François Bernheim le remarque, en fait son poulain, et le pousse vers les cabarets parisiens.

Nicolas fait son « Show »

Son succès à la télé lui attire les faveurs de Michel Drucker. Et Nicolas persiste et signe puisqu'on le retrouve presque toutes les semaines dans Vivement Dimanche.

La radio aussi, apprécie Nicolas. Europe 1 se paie chaque jour, depuis 3 ans, une tranche de Canteloup en grande écoute !

Sur scène, Nicolas a plusieurs cordes vocales à son arc et tient à le démontrer : il enchaîne les succès (Palais des Glaces, Olympia, Casino de Paris) et une tournée de 3 ans. Et c'est au tour de Deuxième Couche de remplir l'Olympia pour 3 semaines consécutives en avril 2008 avant de partir sur les routes de France jusqu'en juin 2009.

Pour autant, ce n'est pas seulement ses voix qui ravissent le public… mais sa capacité à faire vivre une foule de personnages dont il croque les manies et les faiblesses avec une précision jubilatoire. Comique irrésistible, oui ! Mais subtil comédien aussi !




http://www.scenesdentreprise.com/nc/biographie.htm


Dernière édition par liliane le Mar 2 Déc - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Mar 2 Déc - 16:17

Nicolas Canteloup,
l'art de manier l'étrille
Annie Grandjanin (31/10/2008)







Nicolas Canteloup, avec des imitations qui vont de Fabien Barthez à François Bayrou, pratique un humour œcuménique. (François Bouchon/Le Figaro)
L'imitateur est devenu le chouchou des Français. Après le succès de son spectacle à l'Olympia, en avril dernier, il revient pour une « deuxième couche ».

Côté cour, on dirait un sale môme qui s'excuserait presque de faire rire les copains de récré aux dépens de ses aînés. Mais côté scène, Nicolas Canteloup est un redoutable imitateur, passant l'actualité au crible, recherchant inlassablement la moindre faille… On ne s'étonnera qu'à moitié qu'il ait envisagé un jour de devenir commissaire de police ! « C'est mon côté gendarme et voleurs, confesse-t-il. C'est vrai que c'était mon objectif lorsque j'étais en licence de droit. J'étais attiré par le fait de découvrir la face obscure des choses, le côté enquête, l'observation. Un problème auditif m'a forcé à renoncer et je suis parti au Club Med ! » On connaît la suite : les cabarets, les « Guignols » de Canal +, sa fameuse « revue de presque » sur Europe 1, des chroniques régulières dans l'émission de Michel Drucker « Vivement dimanche »…

Ce drôle de caméléon est partout et n'a pas son pareil pour faire rire la France entière avec des imitations qui vont de Fabien Barthez à François Bayrou en passant par Ségolène Royal, Philippe Douste-Blazy, Mylène Farmer ou Christophe Willem. Ce cavalier accompli qui se rêvait champion d'équitation manie habilement l'art de l'étrille mais veille à ne jamais blesser. Pas question de céder à la méchanceté ou la vulgarité. « Cela fait partie de mon éducation, je n'ai pas de ­mérite ! » avoue-t-il. Ce qui ne veut pas dire qu'il brosse toujours dans le sens du poil ! « Il ne faut pas que les gens sachent de quel bord je suis. Je pense que la neutralité est essentielle pour faire rire. »

« Éviter la connivence »
On l'aura compris, Nicolas Canteloup pratique un humour œcuménique. Ce qui ne l'empêche pas de confesser une certaine gêne, lorsqu'il se retrouve devant ceux qu'il imite, comme ce fut le cas au cours d'un prime time chez Drucker. « Je suis d'un naturel plutôt bon et j'ai toujours peur d'éprouver de la sympathie pour les gens. Il faut éviter la connivence. Lorsque j'ai su que Gérard Schivardi vivait assez mal le fait que je le fasse passer pour un alcoolique, je me suis senti mal à l'aise. Avec son visage du terroir, buriné, on lui a collé cette étiquette de mauvaise foi. Mais il est arrivé en me disant qu'il m'avait apporté deux bonnes bouteilles ! Il a compris que ce n'était pas bien méchant. » Très à l'aise en revanche lorsqu'il s'agit d'imiter les femmes, Canteloup confie. « Même s'il m'arrive d'être un peu juste dans le timbre, je compense en jouant sur le phrasé, les postures. Un peu comme une petite fille qui brandit sa baguette magique en affirmant qu'elle est une fée. On est bien forcé d'y croire ! » Il a pourtant renoncé à imiter Jacques Chirac. « Même ma grand-mère le fait mieux que moi ! »

Avec ses camarades de jeux Philippe Caverivière, Stéphane Joly, Jean-Lou Chaffre et Christophe Duthuron, il s'attache à coller au plus près de l'actualité. « Notre laboratoire, c'est la radio. Nous écrivons de manière artisanale, au jour le jour. Nous ne proposons que du produit frais qui alimente aussi la scène. » Une scène qu'il appréhende. « Je traîne encore la patte (il s'est récemment cassé la jambe) et le spectacle est assez rythmé. Je compte beaucoup sur le public. Je ne veux pas décevoir. »

Malgré cette mauvaise chute, Canteloup n'entend pas renoncer à son autre passion. « L'équitation me ressource et m'apaise. Je n'ai jamais eu la rage de réussir à tout prix et je sais que, quoi qu'il arrive, je peux retourner à mes chevaux. » Un vrai hussard, droit dans ses bottes !


En tournée dans toute la France du 11 novembre au 2 juin 2009.

http://www.lefigaro.fr/theatre/2008/10/31/03003-20081031ARTFIG00340-nicolas-canteloup-l-art-de-manier-l-etrille-.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Mar 2 Déc - 17:35

EMISSIONS TELEVISUELLES


LES GUIGNOLS DE L'INFO
Du lundi au vendredi
sur Canal + à 19 h 55




Depuis septembre 2007, Nicolas est une semaine sur deux (en alternance avec Anne Roumanoff) dans Vivement Dimanche Prochain (France 2 : 18 h 55) aux côtés de Michel Drucker pour évoquer l'actualité revue et corrigée à sa façon aidée de ses complices : Philippe Caverivière, Jean-Lou Chaffre, Christophe Duthuron, Stéphane Joly, Eric Lavaine et Yvan Longuet

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Ven 6 Fév - 16:38

http://www.ozap.com/actu/audiobuzz-canteloup-moque-laurence-ferrari/256018
Audiobuzz : Canteloup se moque de Laurence Ferrari !



Nicolas Canteloup

Vendredi 6 Fevrier 2009 13h28
ier soir, pour mener l'interview de Nicolas Sarkozy dans l'émission exceptionnelle Face à la crise, David Pujadas était accompagné de sa consœur de TF1, Laurence Ferrari.

Et de l'avis des internautes, la présentatrice du 20 Heures de TF1 n'a pas été très présente lors de cet exercice. Et parmi les remarques d'observateurs faites ce matin à ce sujet, Nicolas Canteloup a décidé de parodier la journaliste dans sa traditionnelle "revue de presque" sur Europe 1.

Ozap.com vous propose d'écouter cet extrait diffusé ce matin sur Europe 1 :
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Sam 14 Fév - 17:49

Nicolas Canteloup... sa dernière année sur Europe 1 ?

Nicolas Canteloup est un homme surbooké. Déjà, après son accident de cheval, il s'était posé la question de réduire ses activités : entre radio, télévision et spectacle, l'humoriste n'a plus une seconde à lui et il est de plus en plus question qu'il renonce à reconduire son émission du matin sur Europe 1.


Il faut dire qu'en plus de son travail d'humoriste, Nicolas Canteloup anime, depuis quinze ans, des conventions. A ce propos, il confie au Figaro Magazine : "Après mon spectacle, je fais la surprise d'imiter les responsables de l'entreprise comme dernièrement le président de Total, Christophe de Margerie. Le sketch naît et meurt le soir même."

Imiter les patrons au débotté, le comique fait cela très bien.Il s'était déjà entraîné sur Alexandre Bompard peu après la nomination de ce dernier à la tête d'Europe 1. Cependant, la nouvelle d'une possible disparition de son antenne de son joker du matin (deux millions d'auditeurs chaque jour !) risque de ne plus faire rire du tout le patron d'Europe 1...

http://www.purepeople.com/article/nicolas-canteloup-sa-derniere-annee-sur-europe-1_a25091/1
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Dim 15 Fév - 15:43

Nicolas Canteloup :

«Le rire évacue les angoisses
et le stress»
Propos recueillis par L. H.
13/02/2009

Deux millions d'auditeurs quotidiens sur Europe 1, sept millions de téléspectateurs chaque semaine sur France 2 : ce n'est plus un imitateur, c'est un phénomène de société ! Rencontre avec l'homme qui remonte le moral des Français et leur rend le sourire.

En quelques mois, il a dopé l'audience d'Eu-rope 1 avec son hilarante « Revue de presque ». Chez Michel Drucker, il fait un tabac tous les dimanches. Alors qu'il vient tout juste de reprendre la tournée de son spectacle Deuxième couche, les salles affichent déjà complet. Nicolas Canteloup a la cote. Il est même une valeur sûre que la crise fait monter en flèche. Féroce mais jamais méchant, drôle sans être vulgaire, son style impertinent plaît à tout le monde, de l'instituteur de gauche au dentiste de droite. Ce qu'on aime chez cet ancien GO du Club Med passé par l'animation, les cabarets et « Les Guignols » sur Canal+ ? Sa perception très juste des travers de notre époque, sa façon bien à lui de croquer les politiques. L'actualité l'inspire au quotidien. Rien ne lui échappe. Nul n'est épargné par ce pamphlétaire dont les imitations sont toujours soutenues par des textes de qualité. Nicolas Canteloup ou le rire artisanal érigé au rang d'art magistral. Entretien.

Le Figaro Magazine - Avec la crise, les Français n'ont pas le moral. Et vous?

Nicolas Canteloup - Ça va, mais je comprends que les gens aient besoin de trouver un peu d'oxygène. L'actualité est sombre, les bonnes nouvelles rares, ils ont envie de se changer les idées, d'aller voir des spectacles vivants avec des artistes en chair et en os. A la télévision, beaucoup d'émissions sont enregistrées, formatées. Le public est très sensible à ce qu'on lui donne en direct.

Y a-t-il un humour de crise comme il y a des cabinets de crise?

En France, la crise est permanente. Il y a toujours quelque chose qui ne va pas : les grèves, le pouvoir d'achat, l'immobilier, la Bourse... La seule vraie différence avec cette crise financière, c'est qu'elle touche tout le monde, même les plus riches. Cela ouvre de nouveaux champs de réflexion.

Comment expliquez-vous votre succès sur Europe1?

Avec toute l'équipe, Julie et Marc-Olivier Fogiel, on sert tous les matins un produit frais. Les textes ne sont pas préparés à l'avance. Avec Philippe Caverivière, on rebondit sur l'actualité, on essaye d'être le plus réactifs possible. C'est un exercice de funambule, délicat, souvent gonflé, parfois un peu gauche, mais les gens sont reconnaissants des risques qu'on prend.

Vous arrive-t-il parfois de vous censurer?

Alexandre Bompard, le président d'Europe 1, nous a dit «Allez-y!» On s'autorise tous les sujets, même ceux qui fâchent. Peut-être que cela dérange certains, mais je n'ai jamais reçu aucun coup de téléphone, aucune lettre... C'est parfois moi qui me censure ! Il m'arrive d'être tenté par un bon mot, mais si le malaise l'emporte sur la drôlerie, je n'y vais pas. Je n'aimerais pas voir s'esclaffer une salle après un sketch ou une imitation qui me laisserait un goût amer dans la bouche.

Quels sont les personnages qui plaisent en période de crise?

Notre Président... On le voit beaucoup, il est très volontariste, suractif. «Avec moi, à chaque solution, il y a un problème!» : cette phrase que j'ai trouvée en écoutant un de ses discours fait beaucoup rire le public. Sur scène, j'ai peaufiné sa gestuelle : quand il transpire, il se passe l'index au-dessus du sourcil, puis le secoue. Ça amuse. Dès qu'un personnage est identifié, les gens ont une perception instinctive de tout ce qu'on leur dit. Ils saisissent très vite les subtilités d'une attitude ou d'un propos. Etre imitateur, c'est surtout l'œil. Mes voix ne sont pas parfaites, mais j'essaye de déceler chez chaque personnage ses caractéristiques, son ADN médiatique, son originalité. C'est le cas de Gérard Schivardi qui a un discours très atypique, authentique, avec un certain bon sens. Espérons qu'il se présentera à la prochaine élection présidentielle !

Vous animez des conventions d'entreprise. En pleine récession économique, la demande doit être explosive...

Cela fait quinze ans que j'anime des conventions : je me mets au fond de la salle, je prends des notes que je synthétise, puis, après mon spectacle, je leur fais la surprise d'imiter les responsables de l'entreprise comme dernièrement le président de Total, Christophe de Margerie. Le sketch naît et meurt le soir même. C'est d'autant plus apprécié qu'en ce moment, la crise crée des tensions très fortes : les salariés sont inquiets, la direction ne sait pas toujours où elle va. Tout ce stress, toutes ces angoisses, le rire l'évacue.

Votre principale arme anti-crise?

Mon complice Philippe Caverivière.... Et le talent d'autres humoristes comme Laurent Gerra, Stéphane Guillon, Didier Porte, Moustic, Guy Carlier, etc. En France, on a encore la chance de pouvoir faire rire librement. Je suis heureux de vivre dans ce pays. Même en crise...

FIGARO MAGAZINE
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Lun 20 Avr - 13:14

NICOLAS CANTELOUP CHEZ DRUCKER LE 19/04/2009




Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Sam 20 Juin - 12:58

CANTELOUP IMITE M FARMER émission du 31/12/2006



Dernière édition par Nine le Ven 11 Déc - 4:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Mar 6 Oct - 16:03

mardi 06 octobre 2009 SPECTACLE.

Nicolas Canteloup le « loup chantant »

est à Nantes pendant deux jours.
Le maître de l'imitation s'est prêté au jeu des questions




« Canteloup est mon vrai nom cela signifie le loup qui chante ».

Infatigable Nicolas Canteloup qui, entre un spectacle et une émission, a consacré une heure avec nos lecteurs.

NANTES

Voilà un homme simple. Il est arrivé avec son pull gris dans un salon du grand hôtel Mercure.
Il s'est assis comme un cavalier sur un fauteuil de cuir.
Et, hier après-midi, Nicolas Canteloup a répondu pendant une heure
aux questions de huit lecteurs de Presse Océan.
Morceaux choisis d'un échange chaleureux.

Comment êtes-vous venu à ce métier ?

« J'étais parti pour être cavalier.
C'est au Club Med que j'ai découvert cette seconde passion.
Cheval le matin et scène le soir.
Je me contentais alors d'imiter les imitateurs ».

Les auteurs de vos sketches sont dans l'ombre. Comment les mettre en avant ?

« Ce sont avant tout des copains.
ils arrivent maintenant à avoir une certaine notoriété avec leurs chroniques et certains commencent à faire carrière.
Grâce à notre collaboration, ils viennent un peu à la lumière ».

Anthony Babonneau : y a-t-il plusieurs Canteloup, à la télé, à la radio, ou au Zénith...
Comment faites-vous pour y arriver ?

« Comme je ne peux pas tout faire, il a fallu trouver une organisation.
Je fais tout en direct, mais à distance.
On n'y croyait pas trop mais cela fonctionne bien.
Il a fallu anticiper sur les dates de mes tournées, faire des branchements spécifiques...
C'est pourquoi on me voit rarement à Paris.
80 % de mes textes sont prêts la veille.
Mais il faut savoir les faire reposer, comme la pâte à crêpes.
Et je les reprends le matin avant l'émission ».

Monique Evenot : y a-t-il des sujets ou des personnages tabous ?

« A priori, je n'en ai aucun. Après, c'est juste une question de feeling.
Mais c'est vrai que parler des enfants, de crash d'avion... cela peut vite être de mauvais goût. Il faut donc trouver des angles décalés. Même si la mort fait partie du quotidien.
Par exemple, je n'ai pas abordé le crash de l'Airbus Rio-Paris.
L'émotion était trop forte.
Mais après, on a essayé d'aborder la question sous des angles moins douloureux.
Ce que nous évitons, c'est de créer un malaise.
Puis il y a des thèmes qui sont plus compliqués à aborder parce que lointains.
Je n'aborde pas souvent les sujets internationaux.
Il nous faut une certaine complicité avec le public. »

Marcel Fabre : vous ne vous fixez donc pas de limites non plus ?

« Je n'émets pas de jugement de valeur, donc c'est plus facile.
Mais si c'est contraire à ce que je pense, je n'y vais pas.
Mais attention, je ne suis pas irréprochable sur tous les sketches ».

Marie-Christine Morault : pourtant, vous n'imitez pas tout le monde, en particulier François Fillon ?

« Fillon, c'est un peu comme Jospin, ils ne prêtent pas forcément à rire.
Ils sont trop posés, ne font pas d'esclandre...
Mais c'est une faute professionnelle de ma part. Il va falloir trouver le bon angle,
même si Fillon ne me manque pas ».

D'autres, au contraire, aimeraient l'être ?

« Beaucoup aimeraient avoir leur marionnette au Guignol, mais le regretteraient vite ».

Bientôt des nouvelles têtes ?

« Certainement, car je suis comme un chasseur et il faut étendre ma panoplie.
Ainsi, Laeticia Hallyday est arrivée, car il y a un trop grand décalage entre son côté show-biz de Saint-Barth et la belle image de la fille qui défend les associations caritatives.
Elle a un discours tellement naïf que c'est too much ».

James Moussu : est-ce que votre attitude change
quand vous connaissez les personnages que vous imitez ?


« J'essaye de ne pas les rencontrer, en particulier les politiques. C'est plus simple, car les rapports seraient faux ».

Christophe Ménard : avez-vous une certaine tendresse
ou un peu de compassion pour Ségolène Royal ?

« Je n'ai de compassion ou d'indulgence avec qui que ce soit.
Ségolène avait expliqué à Vivement dimanche que mes imitations avaient participé à sa défaite électorale. Mais elle est revenue sur ce propos.
Certes, le personnage de Ségolène n'est pas ultra-symapthique.
Moins que celui de Jacques Chirac qui l'était beaucoup plus dans les Guignols avant sa réélection de 2002. »

Maurice Pasquier : est-ce votre vrai nom ?

« C'est amusant, cela ! Figurez-vous qu'en 1992, j'étais au Club Med
et j'ai appris le cheval à un cavalier qui s'est intéressé à mes talents d'imitateur.
C'était François Bernheim, le découvreur de Patricia Kass.
C'est à lui que je dois ma carrière.
Et lorsque j'ai commencé, je lui ai demandé si je devais trouver un autre nom.
Surtout pas ! M'a-t-il répondu.
Alors, Canteloup est mon vrai nom.
Cela signifie « le loup qui chante ». Et ma grand-mère s'appelait Chantecaille ! »

Sébastien Goudé :et les chevaux alors ?

« Cela reste une passion. Je monte d'ailleurs tous les jours.
C'est ma petite récompense du matin, après la radio.
Je fais, en quelque sorte, le Michelin des centres équestres français.
Et quand le public ne voudra plus de moi, je me relancerai à fond.
Car ma fierté, c'est d'aller sur les terrains... ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Lun 19 Oct - 8:57

Une excellente prestation chez Drucker le dimanche 18 octobre :

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Lun 26 Oct - 20:30

Nicolas Canteloup en DVD le 4 décembre




Avec plus de 280 000 DVDs vendus, Nicolas Canteloup revient en DVD
avec un deuxième best de ses imitations dans « Vivement Dimanche ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Mar 1 Déc - 0:48

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Mar 19 Jan - 12:06

EUROPE 1 -
La fidélité de Nicolas Canteloup : Philippe Caverivière




«On a commencé devant un public de douze personnes !»

Philippe Caverivière garde en mémoire ses premières années au Club Med.
Comme Nicolas Canteloup, il est GO.
«Quand il imitait Nicolas Hulot, je plaçais derrière lui un papier en plastique bleu.»

Une grande amitié naît. Dans les années 1990, l'humoriste court les cabarets.

Philippe Caverivière, lui, se lance dans la restauration, l'immobilier.
Et puis, début 2000,
il appelle Nicolas Canteloup qu'il surnomme affectueusement son «pôle emploi».
À cette période, l'artiste est courtisé par Rire et chansons.
Il s'entend dire par les dirigeants qu'une équipe d'auteurs a déjà été choisie.
En songeant à son vieil ami, Canteloup refuse.
« Il m'a “vendu” auprès d'eux comme si j'étais un professionnel»,
s'amuse Philippe Caverivière, qui suit dans la foulée son complice à Europe 1.
«Nous savons d'où nous venons, donc nous avons des rapports très sains.»

*Philippe Caverivière écrit pour N. Canteloup.
source :
http://www.lefigaro.fr/programmes-tele/2010/01/19/03012-20100119ARTFIG00413-les-plumes-des-humoristes-.php
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Mer 19 Mai - 11:06

Le samedi 12 juin, France 2 retransmettra en prime time et en direct le spectacle de Nicolas Canteloup, "Deuxième couche", depuis la Cité des congrès de Nantes, indique Le Parisien. L'humoriste sera confronté à un match de la Coupe du monde FIFA 2010, Angleterre/Etats-Unis, retransmis depuis l'Afrique du Sud sur TF1 dès 20h30.

Nicolas Canteloup parviendra-t-il à renouveler l'exploit d'avril 2008 où il avait permis à France 2 d'être leader en prime time en attirant 5,8 millions de téléspectateurs (27,5%) ?

http://www.ozap.com/actu/2eme-couche-spectacle-canteloup-television-2010/341306
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Mer 18 Aoû - 7:49

NICOLAS CANTELOUP EN STAGE CHEZ EIFFAGE

Les Nicolas Canteloup, Yves Lecoq et autres professionnels du rire sont de plus en plus sollicités pour intervenir dans les entreprises. Ils tournent en dérision les cadres et dirigeants, mais la méchanceté est prohibée.
MARIE-ANNICK DÉPAGNEUX, Les Echos

.

Chez Eiffage, les conventions quinquennales de l'entreprise ont des allures d'« happy hours » pour les 25.000 collaborateurs depuis que la direction fait appel à des humoristes pour se faire brocarder. Et, en la matière, 2009 restera un grand millésime. Dans la foulée des Anne Roumanoff, Yves Lecoq et d'autres, « nous avons fait venir Nicolas Canteloup, qui avait carte blanche pour pasticher, sans méchanceté, notre direction générale et les cadres.

Le moment a été magistral », en sourit encore Sandra Weigand, porte-parole de l'entreprise. « Que nous ayons fait appel à quelqu'un de sa qualité, de surcroît jeune et dans l'air du temps, rend les salariés d'autant plus fiers d'appartenir au groupe. Parfois, on se dit qu'il définissait mieux les problèmes que nous pouvons le faire en interne. » Avis partagé par Christophe Collet, directeur général de Point S, un réseau de distribution et de pose de pneus, qui se souvient encore de la prestation, il y a sept ans, de ce même humoriste, déjà une des voix des Guignols de l'info, devant un parterre de 250 concessionnaires de la marque.

Au dire des uns et des autres, ces grand-messes dont le but est de présenter la stratégie et les objectifs des années à venir dans un univers de plus en plus concurrentiel gagnent en efficacité quand l'humour s'en mêle. « On ressort gonflés à bloc », reconnaît Gérard Bourdonnay, directeur de Veolia Environnement pour le Sud-Est. « La dérision et la capacité de retranscrire les messages sur un mode différent favorisent leur mémorisation », analyse le dirigeant de Point S. « Nous sommes là pour accentuer le trait et titiller. Notre restitution sur le vif est drôle car notre regard est décalé », renchérit Nadine Rubeus, directrice de production à la Ligue d'impro, troupe professionnelle dont l'origine remonte à 1987.

Les montées sur scène de ces improvisateurs sont autant de respirations au milieu de discours sérieux. « L'auditoire » va ainsi se détendre et mieux écouter la suite. « C'est un exercice excitant qui implique rapidité et perspicacité », renchérit Thierry Buenafuente, à la tête du Nombril du monde, théâtre lyonnais spécialisé dans les spectacles d'entreprise.
Désamorçage

A l'heure où l'on parle de plus en plus de « burn out » et de souffrance psychologique dans l'univers du travail, ces « fous du roi » peuvent décrisper des situations très tendues, parfois même explosives. Bernard Mangin, dit Alberto le clown, psychosociologue de formation, en veut pour preuve cette employée d'une grande compagnie d'assurances qui, dans ce contexte détendu, s'est sentie autorisée à interpeller le patron en lui lançant « savez-vous que l'on ne vous aime pas ? ». Ce dont l'intéressé avait pris conscience, puisque c'est lui qui, évidemment, avait sollicité les services du comique.

« Cette liberté de parole a été bénéfique pour tout le monde. Et, si elle avait fonctionné au niveau de l'équipe de France, sans doute n'aurions-nous pas vécu une telle déroute lors du dernier Mondial de foot en Afrique du Sud », commente Bernard Mangin. A la tête du cabinet Humour Consulting Group, Serge Grudzinski est lui aussi convaincu « de la puissance du grand rire partagé pour aider à surmonter les difficultés engendrées par les changements dans l'entreprise ». A croire que l'humour est un vrai sésame et ne se connaît pas de sujets tabous, à condition de trouver les mots justes pour ne pas blesser. Ce dont Isabeau de R, qui est montée sur les planches après quinze ans dans la finance, est persuadée. « C'est un vieux truc qui me taraudait. J'avais des sketches dans la tête car l'entreprise est une mine. Bien sûr, j'exagère les côtés absurdes qui m'exaspéraient quand j'y étais. » L'ex-femme d'affaires prend un grand plaisir à croquer, toujours avec élégance, la standardiste désagréable ou l'assistante qui ne comprend rien et à qui son boss ne peut faire aucune observation sous peine d'être poursuivi pour harcèlement.

« La façon de travailler aujourd'hui est hallucinante. Internet y est pour beaucoup. On se "forwarde" des dizaines de mails par jour et, comme on n'a pas de réponse, on envoie un SMS. Les gens ne se parlent plus », déplore-t-elle. « Attention, mon propos n'est pas de donner des leçons de morale mais de faire rire. » Et, à l'écouter en spectacle, de se reconnaître un peu.

http://www.lesechos.fr/journal20100817/lec1_les_strategies/020618504455-ces-humoristes-qui-se-moquent-des-patrons.htm?xtor=EPR-1001-%5Bla_une_matin%5D-20100817
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 9782
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Dim 5 Déc - 2:57

NICOLAS CANTELOUP
A L'OLYMPIA
DU 4 AU 24 AVRIL 2011


Troisième couche.

Nicolas Canteloup,
c’est une sorte de caméléon aux yeux doux, un surdoué humble et joyeux.
Il peut être tout le monde à la fois et lui-même en même temps.
Nicolas Canteloup possède ce don exceptionnel d’imiter n’importe quel timbre de voix....



LES AUTRES DATES à suivre pour 2011 :

http://www.nicolascanteloup.fr/tournee.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Mar 21 Déc - 9:37

Europe 1 a mis sur son site une vidéo recensant 5 minutes d'extraits de la Revue de presque 2010 de Nicolas Canteloup :




Le Zap 2010 de Nicolas Canteloup
envoyé par Europe1fr. - Plus de vidéos fun.

Rappel : enregistré à la Cité des congrès de Nantes en juin 2010, le spectacle 2ème couche - gros succès populaire à travers la France - de Nicolas Canteloup va bénéficier d'une retransmission télévisée. Un spectacle proposé le mercredi 12 janvier à 20h40 sur l'antenne de Comédie!

L’humoriste débute son show sous le signe du sport, et raille chroniqueurs sportifs et athlètes. Nelson Montfort, Aymé Jacquet, Laure Manaudou, Raymond Domenech et tant d’autres font les frais d’un humour caustique qui ne se veut pas blessant.

Après la culture physique, c’est la culture tout court qu’épingle l’artiste, pastichant émissions de télé et manies de leurs présentateurs : "Fezez entrer celui-là qu’est coupable" (Christophe Hondelatte) est suivi d’un "Ya comme un doute" plus vrai que nature. Julien Courbet, pas rancunier pour deux sous, est l’invité surprise de ce moment participatif.

Sans temps mort, le spectacle embraye sur une godiche Miss Languedoc-Roussillon, des politiques piochant dans une urne emplie de bulletins piégés et autres personnages finement restitués dans leur gestuelle et dans leur voix, dont le tout dernier en date : le chanteur Christophe Willem, avec qui Nicolas Canteloup entonne un duo surprise.

Mise en scène : Stéphane Joly, Jean-Lou Chaffre / Écrit par Philippe Caverivière, Nicolas Canteloup, Stéphane Joly, Jean-Lou Chaffre, Christophe Duthuron.

http://www.leblogtvnews.com/article-nicolas-canteloup-le-zap-2010-europe-1-63452012.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Ven 31 Déc - 14:36

Sept à huit

le 02/01/2011 à 18h50



Dimanche, le traditionnel portrait réalisé par Thierry Demaizière dans le cadre de l'émission Sept à Huit sera consacré à Nicolas Canteloup. Le magazine d'information présenté par Harry Roselmack sur TF1 diffusera les premières images du nouveau show de celui qui « maitrise plus de 150 voix avec une précision qui frôle la perfection ».
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Dim 16 Jan - 8:24

GENERIQUE CHAMPS ELYSEES COMMENTE PAR NICOLAS CANTELOUP

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Dim 16 Jan - 10:17

L'interview du dimanche : Nicolas Canteloup



Nicolas Canteloup : « Nos enfants sont en danger »

En mai 2006, Nicolas Canteloup bloqué dans le Golfe de Saint-Tropez pour cause d'inextricables embouteillages, squattait inopinément nos bureaux pour mettre en boîte ses imitations du soir-même, faute de pouvoir rejoindre ses complices des Guignols au Festival de Cannes. On le retrouve 5 ans après et nouvelle histoire de circulation... «Hier soir en rentrant du spectacle, on a plié la voiture ! Un chauffard roulait en sens interdit...». Durant la longue rencontre-transit entre Nîmes et Sanary où il jouait la semaine dernière, nulle avarie routière.

Pas la routine non plus. Rare en interview, cet émérite cavalier n'en est que plus prégnant lorsqu'il l'accepte. Quitte à se cabrer devant télé, nouvelles technologies et autres lobbies.

Vous êtes en recherche permanente, quelles nouvelles voix travaillez-vous ?

2011 est une année particulière. Les présidentielles se profilent... J'adopte la position du chasseur car ils vont tous sortir du bois ! Je planche sur Mélenchon et DSK. Pour Martine Aubry, j'ai une piste mais je n'ose pas encore sortir sa voix...

Enfant, Bernard Haller, grand habitué de notre région, vous fascinait. Avez-vous eu le temps de le lui dire ?

Oui ! C'était en 2008 à l'Olympia. Il était dans la salle. La production m'avait fait une surprise. Je l'ai fait monter sur scène avant de le retrouver en loge. Un échange intense. Nous avions promis de nous revoir. Et puis on reporte toujours, jusqu'au jour où l'on apprend par la radio qu'il est décédé (le 24 avril 2009, ndlr)... On ne s'inspire jamais assez des anciens.

Qui sont vos amis dans le métier ?

J'ai des admirations, du respect..., les amitiés sont rares. J'exerce un métier public mais paradoxalement très individualiste. Sur les plateaux les relations sont éphémères et comme j'évite de côtoyer ceux que j'imite... Il ne faut pas oublier que souvent on rit aux dépens des gens.

Vous êtes réputé pour donner peu d'interview. Est-ce par méfiance ou pour vous préserver ?

Non. Simplement il faut avoir quelque chose à raconter. J'aime aller dans les médias pour faire mon métier. Les talk-shows ce n'est pas ma place. Vous vous usez vite à raconter votre vie. On ne peut pas sans cesse la réinventer.

Guillon, Porte et Dahan virés par leur direction. Avez-vous jamais senti cette épée de Damoclès ?

Non, car je suis vigilant au mot près. Nous nous exprimons à travers de grandes vitrines généraliste que sont la radio ou la télé. Pas Hara-Kiri. Je trouve qu'il y a une forme de responsabilité à rentrer chez les gens. Je n'ai pas envie de déraper. Après je ne juge pas ceux qui approchent la ligne jaune. L'alchimie passe ou pas... Guillon, cela lui donne un label et une forme d'indépendance qui peut plaire.

D'où vient cette déontologie humoristique de « ne pas vouloir créer de malaise » ?

Parce que j'aime entendre l'ensemble de la salle rire à gorge déployée. Je n'ai pas envie d'être segmentant. Je ne suis pas là pour régler des comptes. D'autres font ça très bien.

Alors qu'est ce qui révolte Canteloup à titre personnel ?

Plutôt que de révoltes, je parlerais de petits combats. On se laisse trop envahir par certaines choses. Prenez la télé, internet, les jeux vidéos, le portable... Les tentations sont trop fortes. Nos enfants sont en danger. Ce sont autant de pièges qui les écartent de choses saines et simples. Je ne livre pas ces combats dans mes spectacles. Je parle là à titre privé. Celui du parent concerné par la bonne éducation de ses enfants et celui de l'ex éducateur sportif qui s'inquiète des disparités grandissantes entre les gamins.

Quelles sont les indignations du Canteloup citoyen ?

La manière dont les grands lobbies pharmaceutiques nous abreuvent à tout va de médicaments qui ne servent à rien. Il existe des règles de vie simples que l'on n'applique plus, alors on compense avec des comprimés le plus souvent inutiles...

Les firmes alimentaires ne sont pas mieux. On nous fait croire que l'Actimel est « bon pour la santé de nos enfants », alors que ce produit vendu à des prix exorbitants est loin d'avoir les vertus que Danone lui prête. Au contraire ! Encore une fois, je ne pars pas en croisade, mais tout ça me dérange... Je parle beaucoup dites donc. D'ordinaire je ne parle pas comme ça aux journalistes !

Profitons-en. Qu'est ce qui vous choque lorsque vous parcourez la France en tournée ?

Nous avons de magnifiques paysages. Ils sont violés par des enseignes publicitaires, de gigantesques zones commerciales bardées de bâtiments métalliques construits à moindre frais... Comment les communes peuvent-elles accepter de se faire grignoter par ces verrues et perdre ainsi leur cachet ? Regardez ce qu'arrivait à construire l'Homme il y a deux ou trois siècles. Aujourd'hui, avec nos fantastiques moyens techniques, on ne va pas vers le beau mais le moins cher... Pas loin, en Suisse l'environnement est préservé et on a le regard tout à fait apaisé. Comme au Cap Ferret qui est aussi très protégé et où j'ai la chance de pouvoir me ressourcer.

Aujourd'hui porté au pinacle, avez-vous un goût d'inachevé sur le plus professionnel ?

Oui, l'enseignement sportif et plus précisément l'équitation, ma passion. Je me suis réalisé dans ma vie d'artiste, mais mon souhait est de revenir à la transmission en montant une école pour « construire » des cavaliers. Une façon aussi d'être plus proche des gens. J'espère réaliser ce souhait assez vite. Pourquoi pas en parallèle à mon métier ?

Est-ce une façon de participer à la démocratisation de l'équitation ?

Absolument. Il y a cent ans, on ne se posait pas la question : les chevaux trottaient partout dans les rues. Aujourd'hui, l'équitation en a fini avec ses étiquettes aristo et élitiste. Quinze à vingt euros par semaine suffisent pour pratiquer ce sport complet, multidisciplinaire et adapté à tous les âges.

Les vingt dates à l'Olympia en avril résonnent-elles comme un aboutissement personnel ?

Non. Elles ont la même importance que mes dates en province. La vraie prise de risque est de proposer un spectacle 100 % nouveau. Pardon pour mon immodestie mais depuis le début de la tournée, chaque soir les gens sont debout. Un rapport direct et physique, dans la simplicité et l'harmonie. Comme je la vivais enfant avec Bernard Haller.

REPÈRES

Novembre 1963. Naissance à Mérignac (Gironde)
1991. Moniteur d'équitation au Club Med. Premières imitations.
1993. Premier cabaret, à Paris, au Dagobert.
1995. Intègre l'équipe des imitateurs des Guignols sur Canal +.
2001. Premier one-man-show.
2005. Commence sa Revue de presque sur Europe 1 (8 h 45) et première télé chez Michel Drucker.
Octobre 2010. Création de son 3e spectacle : « Canteloup n'arrête jamais », en tournée jusqu'en juin 2012.

Laurent Amalric

http://www.nicematin.com/article/cote-dazur/nicolas-canteloup-«-nos-enfants-sont-en-danger-»
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Lun 13 Juin - 18:16

NICOLAS CANTELOUP EN QUOTIDIENNE SUR TF1


Info puremedias.com TF1 vient de remporter une belle bataille sur France 2 en débauchant l'imitateur-star Nicolas Canteloup habitué à intervenir dans Vivement dimanche prochain aux côtés de Michel Drucker. Selon nos informations, il sera aux commandes de son propre programme court à la rentrée sur la chaîne privée. A la manière de ce qu'il fait chaque matin sur Europe 1 avec sa "Revue de presque", Nicolas Canteloup parodiera l'actualité durant toute la campagne présidentielle.

Durant cinq minutes et en public, Nicolas Canteloup imitera celles et ceux qui font la Une, le tout à base de détournements d'images. L'émission sera orchestrée par Nikos Aliagas qui sera chargé de relancer l'imitateur à la manière de ce que fait Julie chaque matin sur Europe 1.

On ignore encore précisément quand ce nouveau programme sera diffusé mais il devrait logiquement trouver sa place juste avant ou juste après le 20 Heures de Laurence Ferrari.

Julien Mielcarek

http://www.ozap.com/photos-images/photo-credits-abaca-3927904.html
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Dim 7 Aoû - 21:40

Caverivière et Vassilian, les voix off de Canteloup



Nicolas Canteloup se produit ce soir et demain sur la scène du théâtre romain. Mais où va-t-il chercher tout cet humour? Certes, il bosse. Mais quand même. Hier, nous avons retrouvé ses «travailleurs de l'ombre», alias Philippe Caverivière et Laurent Vassilian, actuellement en vacances à Saint-Raphaël. Rencontre avec deux personnages irrésistibles à l'humour bien trempé.

Philippe, (Pipo pour les intimes NDLR), vous êtes originaires de Saint-Raphaël ?

Non, je suis arrivé ici à 20 ans. Avant, j'étais à La Ciotat. D'ailleurs, dans le Midi, il y a Pagnol, Jean-Pierre François (1) et moi ! Là nous étions à Avignon avec Guy Carlier sur son one-man show. Mais il faut avouer qu'il n'a pas besoin de nous… c'est comme si Zidane demandait de l'aide à Guivarc'h ! Nous terminons aussi un film, Les infidèles, avec Jean Dujardin, Nicolas Bedos, Gilles Lelouch et Stéphane Joly.

Comment avez-vous rencontré Nicolas Canteloup ?

En, 93 au Club Med à Dieulefit ! Nous étions G.O, c'était mon chef des sports. Nico faisait des spectacles pour cinq personnes, dont quatre Allemands, c'était la misère ! Il imitait Nicolas Hulot avec un masque et un tuba et moi je faisais des vagues avec une pancarte bleue. Il est parti de loin !!

Quels sont les artistes les plus sensibles à votre humour, et les plus hostiles ?

Laetitia Halliday est notre nouvelle Miss France. Elle nous apprécie. Arthur et Michel Blanc, eux, sont très durs, pas généreux du tout. Ils ne supportent pas qu'on rit d'eux. Et l'ex-miss, Alexandra Rosenfeld nous a insultés pendant 2 heures.

Et alors ?

Alors… le lendemain, elle en a repris une couche ! Puis elle a épousé un rugbyman... et nous avons arrêté !

Quelles sont vos limites ? Comment avez-vous traité l'affaire DSK par exemple ?

Aucune censure. DSK, Nicolas nous avait expliqué par A+B qu'il n'arriverait jamais à faire sa voix. Nous l'avons alors piqué au vif en lui disant que Gerra le faisait très bien. Nico l'a fait dix jours avant l'affaire !

Vous avez saisi l'occasion ?

Quelques jours avant l'affaire, on nous a dit de faire attention avec DSK, qu'on évoquait trop l'aspect sexuel. Une fois l'affaire Diallo sortie, nous avons pris du recul. C'était trop violent.

Y a-t-il des personnalités que vous n'imitez pas ?

Il est très difficile de faire vivre François Hollande. Idem pour Fillon. On n'y arrive pas. Avant, les Pasqua, Chirac, Giscard étaient des sacrés tempéraments. Aujourd'hui, ils sortent tous des grandes écoles et ont beaucoup appris sur la communication. Alors que Pasqua était VRP chez Ricard !

Quels sont vos coups de cœur ?

Gaudin, le maire de Marseille. Qu'est ce qu'il est bon en interview ! Sarkozy aussi, même s'il s'est présidentialisé depuis quelque temps. Il est muet !

Allez-vous vous « acharner » sur bébé Sarkozy ?

Laurent Vassilian : Je m'auto censure car pour le moment ils sont irréprochables et ne s'en servent pas pour leur promotion. On verra par la suite s'il fait la Une de Paris-Match…

Et les rumeurs d'alcool sur Martine Aubry ?

Nous avons déjà Chivardi et Borloo. Trois, ça fait beaucoup !

Si vous deviez imiter Nicolas Canteloup, que mettriez-vous en avant ?

On le ferait avec sa casquette, timide. Il se fond toujours dans le décor. Nico, c'est un excès de normalité et de simplicité. Quand il sort de l'Olympia où 2 000 personnes l'ont acclamé, il rentre toujours en RER. Et après c'est Vittel fraise, potage et cagette de légumes !

Quels sont vos projets

pour la rentrée ?

Dès octobre, Nicolas et Nikos seront sur Tf1, après la météo du soir. Durant cinq minutes, ils reprendront l'actu.

Demain soir, pour le spectacle de Nicolas Canteloup au théâtre romain, où serez-vous ?

À la caisse sans doute !

Propos recueillis par Prisca THIVAUD

1. Jean-Pierre François, avait fait le tube de l'été avec « Je te survivrai ».


http://www.varmatin.com/article/frejus/caveriviere-et-vassilian-les-voix-off-de-canteloup
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Lun 10 Oct - 21:49

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13311
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   Dim 30 Oct - 19:49

Nicolas Canteloup : « Je ne m'interdis rien »


« Je n'ai aucune contrainte, c'est "no limit" », assure celui qui prête aussi sa voix aux Guignols de l'info Photo DR

Bien connu des auditeurs de la matinale d'Europe 1, l'humoriste et imitateur sévit désormais aussi sur le petit écran : depuis le 10 octobre, il anime une émission parodique après le JT de TF1

Révolution sur TF1. Depuis le 10 octobre, Nicolas Canteloup anime une émission juste après le journal de Laurence Ferrari. L'humoriste propose une chronique quotidienne, qu'il revendique «sans tabou et avec une carte blanche de la part de la chaîne ».

Un humoriste sur TF1 c'est peu banal. Qui a été à l'initiative de ce projet ?

Il y a 18 mois, TF1 avait pris contact avec nous, comme d'autres chaînes (notamment France 2). Mais ils ont été les plus réactifs. Avec les autres, ça a coincé pour des raisons d'horaire. Je ne voulais pas être en concurrence avec Les Guignols.

Pourquoi vous lancez-vous aujourd'hui à la télé ?

Avec cette année présidentielle à venir, qui sera très excitante, on se sentait assez mûr, mes auteurs (Philippe Caverivière et Laurent Vassilian) et moi. Ça fait dix ans qu'on fonctionne déjà sur l'exercice d'une quotidienne en radio et j'ai l'impression d'être suffisamment bien fourni en voix.

Ressentez-vous un peu de pression ? Vous êtes le premier humoriste de votre génération à vous lancer dans cet exercice…

Franchement, je n'ai pas de stress particulier. Il faut surtout que j'apprivoise bien cet outil qu'est la télé, que je connais mal. La gestion et la technique sont différentes. Lorsque je lance une vanne face à un micro, l'imaginaire des auditeurs fait le reste. En télé, il y a une image, un éclairage, un jingle, un regard vers la caméra. Mais je n'ai pas peur. Le plus difficile, ça reste d'être seul sur scène devant plusieurs milliers de personnes.

Quand enregistrez-vous ?

On enregistre juste à côté du plateau du JT, quelques dizaines de minutes avant le journal. Mais on est en direct lors des interviews marquantes, comme a pu l'être celle de DSK par exemple.

Quelle est votre politique en matière de thèmes ?

C'est « no limit ». Le thème principal, c'est évidemment la politique, qui relance sans cesse l'actualité. Mais on peut parler aussi de sport ou de l'actualité média. Il faut juste que ça nous fasse marrer.

Y a-t-il des sujets tabous sur TF1 ?

Je n'ai eu aucune contrainte, c'était l'une des conditions de notre venue. Nonce Paolini, le P.-D.G., m'a dit : « Vous avez carte blanche ». La chaîne sait que je ne suis pas un kamikaze, mais elle veut aussi que je garde ma liberté.

Quitterez-vous la chaîne si l'on vous demande de vous calmer ?

Je n'y pense pas. Je ne vais pas commencer à jouer à celui qui veut claquer la porte avant d'y être entré. Je ne vais pas faire n'importe quoi. Il y a une vitrine très grand public sur TF1. Mes textes doivent être acceptables. Mais ça ne veut pas dire qu'ils seront fades ou lisses.

Sur Europe 1, vous taquinez régulièrement les présentateurs et journalistes de la rédaction. Pouvez-vous faire de même avec Laurence Ferrari, Nonce Paolini ou Jean-Pierre Pernaut ?

Je ne m'interdis rien. Si je détecte quelque chose dans le journal de Laurence ou Claire, un loupé, je vais les chambrer. On m'a dit : « Surtout n'hésitez pas à vous moquer de la chaîne. » Mais entre l'intention et la formulation…

L'approche de l'élection présidentielle doit favoriser votre inspiration…

Le cœur de notre métier, c'est d'être nourri d'actualité, de ses rebondissements et de ses dérapages. Et ce sont les hommes politiques qui nous donnent le plus de matière.

En 1995, on a attribué une partie de la victoire de Jacques Chirac à l'image sympathique véhiculée par Les Guignols…

Je n'y crois pas. Ça a effectivement cassé l'image d'un Chirac un peu rigide et strict, puisqu'on le voyait jardiner, bricoler et cuisiner. Ça l'a rendu proche des gens. Mais franchement, en choisissant son bulletin de vote, on ne pense pas à ça. Les gens sont plus responsables qu'on ne l'imagine. Ils font la part des choses entre le rire, la caricature et le vrai personnage politique.

Revenons à vous : votre plan de carrière semble parfaitement maîtrisé…

Oui, mais il n'a pas été écrit en amont. J'ai la chance d'être accompagné par un producteur, Jean-Marc Dumontet, qui est très visionnaire. Il me guide, m'oriente. Je suis très bien entouré. Aujourd'hui, on sentait que l'on pouvait se lancer sur la télé. On est armé en auteurs, en voix et on a du métier. On a la légitimité pour le faire. Mais je n'ai pas de plan de carrière derrière. Chaque jour, chaque mois supplémentaires, c'est du bonus. Je suis lucide.

Vous êtes devenu une star de la radio, bientôt de la télé. Comment gérez-vous cette notoriété ?

Je ne suis pas encore Johnny Hallyday ! A Paris, je me dissimule un peu dans le RER, je mets une casquette. J'arrive à gérer tout ça. La chance que j'ai, c'est que ça m'arrive à 40 ans, pas à 20 ans. Je ne crains pas la reconnaissance. Personne ne m'a jamais embêté. Ce n'est pas pesant.

« Après le 20 h, c'est Canteloup ! », du lundi au vendredi, à 20 h 35 sur TF1.

http://www.varmatin.com/article/nicolas-canteloup-%C2%AB-je-ne-minterdis-rien-%C2%BB
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: NICOLAS CANTELOUP   

Revenir en haut Aller en bas
 
NICOLAS CANTELOUP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NICOLAS CANTELOUP
» VIDEOS : Nicolas canteloup....
» Rouen, acte de décès de Nicolas MIRBECK, an IV (1795)
» Nicolas Sarkosy en Normandie.
» La Maladrerie Saint Nicolas de Gravigny

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LE CINEMA : UN OEIL OUVERT SUR LE MONDE :: SUR LES PLANCHES :: HUMOUR-
Sauter vers: