H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 RICHARD ANTHONY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13167
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: RICHARD ANTHONY   Sam 22 Nov - 2:28

Topic dédié à Mauricette :etoile11: :etoile11:




BIOGRAPHIE




Richard Anthony est né le 13 janvier 1938 au Caire en Egypte d'un père industriel du textile et d'une mère fille de diplomate anglais.
Sa vie est ponctuée de changements réguliers de pays : c'est ainsi qu'en 1947, alors que ses parents s'installent à Paris, il poursuit ses études, commencées dans une école anglaise en Egypte, au Collège de Brigthon où il est pensionnaire.
Puis les obligations de son père l'amènent à vivre à Buenos Aires, capitale de l'Argentine, et à poursuivre des études au Collège Américain. Après un dernier passage en Angleterre, il se retrouve en 1951 en France au Lycée Janson de Sailly. Les choses s'enchaînent naturellement : le bac, puis la faculté de droit de Paris. Refusant de suivre ses parents à Milan, il reste donc à Paris et décide, pour continuer ses études, d'assurer sa vie matérielle en devenant représentant.
A l'âge de 18 ans, la mort de son père, si douloureuse fut-elle, le pousse à vouloir réussir dans la vie, ne serait-ce que pour assurer l'avenir de sa mère et de sa soeur.
En 1958, à l'orée des Sixties, arrive en France une vague de musique d'Outre-Atlantique, c'est l'éclosion de nombreuses idoles, dont Richard Anthony, en précurseur. En adaptant ''You are my destiny''de Paul Anka et ''Peggy Sue'' de Boddy Holly, il séduit la firme Columbia et des millions de Français. C'est pour lui le début d'une carrière au cours de laquelle il enchaînera succès sur succès.
« Nouvelle vague », « J'entends siffler le train », « Donne-moi ma chance », « Fiche le camp Jack », « Tchin-Tchin », « Et je m'en vais », « C'est ma fête », « A présent tu peux t'en aller », « Ce monde », « Ecoute dans le vent », « Amoureux de ma femme » et le fameux « Aranjuez mon amour », véritable succès mondial, sont autant de titres devenus des ''tubes''.
En tout 21 chansons classées numéro 1 en France et dans le monde, dont la plupart sont des classiques des années 60. En 1968, les barricades lui inspirent un tube remède, « Le sirop typhon ». ''Amoureux de ma femme'' lui permet dans les années 70 de se maintenir en tête des hits. Richard Anthony est le chanteur romantique-type qui ne se démode pas; il a même su transmettre sa passion pour la chanson française, puisqu'il s'installe en 1978 à Los Angeles pour y produire des chanteurs américains qui interprètent des chansons françaises.
Les années 60 ainsi que leurs idoles véhiculent l'idée d'une musique dansante continuant de séduire les jeunes générations qui sont sans complexe, les premières à s'essayer au twist ou au rock. C'est ainsi que Richard Anthony revient en France pou enregistrer un nouvel album en publie en forme de medley de 12 titres. Celui-ci se retrouve très vite en tête des hit parades dans l'hexagone, mais aussi dans tous les pays francophones (tels que la Belgique, la Suisse, le Canada, etc..)
En 1993, il sort chez EMI 3 compilations, dont 1 coffret de 300 chansons, qui deviennent rapidement disque d'or.
La popularité de l'album entraîne des centaines de concerts. L'intérêt d'un public de plus en plus jeune est tel qu'en 1994 il écrit ses mémoires ''il faut croire aux Etoiles' (Ed. Michel Lafont) jugées passionnantes par les critiques. En 1996, il va reprendre le chemin des studios pour enregistrer une vingtaine de chansons destinées au marché mondial en français, anglais et espagnol.
Le 29 Janvier 1999, Richard Anthony a fêté ses 40 ans de chanson française au Zenith à Paris.
En 2001, EMI, sa maison de disque initiale, réédite 6 compilations remasterisées.

En 2006, il fait partie du spectacle “Âge Tendre et Têtes de Bois”, qui réunit plusieurs stars de cette fantastique décennie des années 60.


Dernière édition par liliane le Sam 22 Nov - 2:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13167
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: RICHARD ANTHONY   Sam 22 Nov - 2:29

ENTRETIEN MAGAZINE NTDA





En 2006, il fait partie du spectacle “Âge Tendre et Têtes de Bois”, qui réunit plusieurs stars de cette fantastique décennie des années 60. Le succès étant au rendez-vous, Richard a répondu aux questions du magazine Nos Tendres et Douces Années (NTDA), concernant l’avenir de ce spectacle qui n’est pas prêt de s’arrêter…

Nos Tendres et Douces Années : Vous avez retrouvé l’ambiance des années 60, celle de vos débuts, grâce à la tournée « Âge Tendre et Tête de Bois ». Comment se déroule cette tournée pour vous et quels souvenirs gardez vous des représentatio
Richard Anthony : Je m’amuse comme si c’était une récréation. Les artistes réunis sur scène sont tous des copains, ça fait des années que je tourne avec Leny Escudero par exemple ou bien Frank Alamo, qui est un ami d’enfance. On était à l’école ensemble et puis j’ai tellement fait de tournées avec lui.

Jean-Jacques Debout est également un camarade de longue date, j’étais là quand il a rencontré Chantal Goya, je suis le témoin du commencement de leur histoire d’amour. Alors, vous pouvez imaginer l’ambiance dans les coulisses et sur scène, on rigole beaucoup, surtout après le concert quand on a quelques verres dans le nez ! (Rires). Pour vous donner un exemple, un soir j’ai dit à Leny qu’il avait blanchi, il m’a répondu : “Et toi, t’as pas grossi ! ? !” et on rit.

C’est vraiment comme une réunion de vieux copains, les vieilles piges qui tiennent toujours debout et qui s’amusent toujours autant, pour le public, mais aussi pour notre plaisir, il faut être sincère.
NTDA : Quelles sont les chansons que vous interprétez sur scène ?
Richard Anthony : J’arrive juste après “Les Machucambos” qui ont mis le feu à la salle avec “La Bamba”, alors c’est difficile d’attaquer après un tel chaos. Quand j’arrive, je calme un peu le jeu avec “Ce monde” que je fais en entier, tout comme “Et j’entends siffler le train”, sinon je me fais lyncher par mon public (Rires). C’est mon plus gros tube, je suis obligé de le chanter ! D’ailleurs quand les dernières mesures de la chanson arrivent, je rajoute un message personnel à mon public, je chante : J’entendrais siffler ce train… grâce à vous… toute ma vie.

Ensuite, puisque je ne peux pas tout faire, il faut bien que les autres puissent chanter aussi, je fais deux pots-pourris pour n’oublier aucun de mes tubes. Le premier démarre avec “Nouvelle Vague”, “Fiche le camp Jack”, “C’est ma fête”, “Donne-moi ma chance”, “Tchin Tchin” et le deuxième avec tous les autres “Le sirop Typhon”, “La terre promise”, “Let’s twist again”, “À présent tu peux t’en aller” et j’en oublie sûrement.

NTDA : Cette tournée remporte un franc succès, comment le vivez-vous sur scène avec le public ?
© Jean-François Maigre
Richard Anthony : C’est extraordinaire ! À plusieurs reprises, je bois de l’eau sur scène entre chaque chanson, et lorsque vient le moment de commencer mon 2ème pot-pourri, je porte la bouteille au goulot et je fais : “Buuuuu…”… Et à ce moment-là, le public comprend immédiatement et reprend en chœur : “Buuuvons, buvons, buvons, le sirop Typhon, Typhon, Typhon”. C’est drôle et touchant à la fois.

Le même exemple survient, lorsque je fais semblant de chercher ma femme dans la coulisse et que je dis : “Qu’est ce qui m’arrive aujourd’hui…” Et le public de me répondre : “Je suis amoureux de ma femme ! !”. Et l’orchestre de reprendre la chanson. Une autre chose amusante arrive quand ma grande copine de tournées, Nancy Holloway, qui arrive juste après moi, dit : “Puisqu’à présent tu peux t’en aller, moi je devrais te dire : T’en va pas comme ça” (Rires). On fait des petits sketchs, entre nous, pour enchaîner les chansons ce qui montre notre complicité. À la fin du spectacle, tous les artistes reviennent sur scène pour un twist endiablé, le public est debout et danse avec nous.

C’est incroyable, à Marseille on a fait deux fois 5.000 personnes, à Montpellier on a fait deux fois 4.000 personnes, c’est de la folie. On reprend à Paris au Zénith début novembre, c’est déjà complet, alors on rajouté des dates prévues deux mois plus tard. La tournée, quant à elle, reprend en octobre jusqu’en juin 2008. C’est vous dire à quel point les gens sont contents de nous retrouver tous ensemble.

NTDA : Avez-vous été surpris du nombre de jeunes présents dans la salle, qui obligatoirement n’étaient pas nés pendant cette décennie magique ?
Richard Anthony : Vous savez, les jeunes d’aujourd’hui ne sont pas comme nous on était à notre époque. En 1958, quand j’ai commencé, les jeunes ne voulaient plus entendre la musique de leurs parents, cela a été le début de la révolution musicale. Johnny est arrivé avec moi, puis ont suivi Cloclo, Eddy et les autres.

Aujourd’hui, cette musique est devenue intemporelle parce que c’est toujours une musique de jeunes, car les paroles sont simples et que la musique est rythmée. Quand les jeunes de maintenant regardent la Star Ac’, ils entendent ces chansons-là. Lorsqu’on est artiste, on chante pour que nos chansons passent à la postérité, c’est à ce moment-là seulement que l’on sait si on a fait du bon boulot. Je crois que les chansons que je reprends sur ce spectacle en sont de beaux exemples. Et c’est tout ce qu’un artiste doit espérer, que nos chansons durent, c’est tout.

NTDA : À présent, quels sont vos projets ?
Richard Anthony : Ça fait 48 ans que je chante, j’ai enregistré 600 chansons; bon bien sûr, seulement 21 d’entre elles ont été numéro 1. À présent, je préfère me reposer à Cannes où je vis bien confortablement avec ma femme. Cela dit, il est vrai que je me suis remis à faire des mélodies et j’en ai retenu quelques unes.

J’ai aussi adapté des chansons anglaises en français, car je suis d’origine anglo-saxonne par ma mère et française par mon père. J’ai voulu mélanger mes deux cultures une nouvelle fois pour un futur album. J’ai repris des titres des années 80 et 90 comme par exemple : “I believe I can fly” qui est devenu “Avec toi je m’envole”. Sinon, vous pouvez me retrouver dans la compil’ du spectacle Âge Tendre et Têtes de Bois qui est déjà sortie avec une partie live et une partie enregistrement d’époque. Il y a aussi un DVD qui va sortir de l’intégrale du show très prochainement.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
liliane
Admin
avatar

Féminin Nombre de messages : 13167
Age : 67
Localisation : dans la galaxie
Date d'inscription : 02/05/2008

MessageSujet: Re: RICHARD ANTHONY   Sam 22 Nov - 2:39

Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: RICHARD ANTHONY   

Revenir en haut Aller en bas
 
RICHARD ANTHONY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anthony Svec avait 23 ans quand il a été tué samedi dernier a la fête de Figeac (46).
» Mousse de camembert de Normandie selon Anthony Caillot
» Pekin Express : Jérôme Anthony - EPISODE 09 - Mercredi 29 mai - 20H45 - M6
» USS Susan B Anthony
» Anthony Dupray [Anthony]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
H A R M O N Y :: LA MUSIQUE ADOUCIT LES MOEURS :: TOUTE LA MUSIQUE QUE J'AIME.... :: LA CHANSON FRANCAISE :: CHANTEURS FRANCOPHONES-
Sauter vers: