H A R M O N Y


 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MEDITATION MUSICALE

Aller en bas 
AuteurMessage
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10391
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: MEDITATION MUSICALE   Jeu 20 Nov - 15:00

Une méditation musicale fort bien racontée
et illustrée musicalement par CLAUDIO RONCO




J’ai lu :
« Au-delà du narratif ou du descriptif, la musique qui fait appel à la voix tente de révéler un mystère:
celui de son origine».

Une telle observation m’amène tout de suite à une question difficile: Est-ce que l’art est au service de l’homme, ou c’est l’homme qui doit être au service de l’art ?
Quelle que soit notre réponse, il nous faut admettre que tous ceux qu’on a appelé les grands artistes de notre histoire, peintres, musiciens, poètes, ont été considérés tels selon leur dévotion à l’art, « humble serviteurs » de cette ineffable grande dame qui a plusieurs moyens de nous communiquer son existence et son message: la peinture, la musique, l’architecture, la poésie…

Je vais essayer de mieux m’expliquer : cette phrase vient d’un très beau livre d’une musicologue française, Danielle Cohen-Lévinas : « La voix au delà du chant », Paris 1987. L’auteur, à travers un parcours très complexe, nous parle de la musique contemporaine, mais je vais limiter mes observations à cette phrase initiale, car à mon avis elle ouvre une perspective extraordinaire sur l’art de la musique.

Donc je ne parlerai pas d’autre chose que des suggestions de cette phrase. J’y vois un appel : « Cherchez la voix ! », ni plus ni moins d’un « Cherchez la femme ! » d’après un roman policier, pour prendre la direction juste vers la découverte de l’origine du crime, ou de ce qui révèle le mystère.
Devant un morceau de musique classique, nous pouvons suivre beaucoup de choses: des suggestions rhétoriques qui nous amènent à travers un parcours narratif ou descriptif, et donc la musique, si nous possédons les éléments de sa langue, nous parlera, nous racontera à travers des évocations et des mots exacts, qui ont besoin de notre experience culturelle pour être lus et compris.

Mais au-delà de ce récit – qui ne pourra pas être compris par quelqu’un qui ne parle pas notre langue – il nous reste seulement une séquence de sons qui peuvent nous dire quelque chose seulement si on les entend comme l’expression d’un corps.

Donc ce corps peut bien se présenter à nous avec des mouvements – une danse plus ou moins abstraite ou descriptive : il se rapproche, s’éloigne, se courbe, s’allonge. Ou bien avec sa voix : une voix qui, à son tour, est liée elle-même à un corps: une voix-cri, une voix-bruit, une voix-geste… ces voix ne nécessitent pas la médiation d’un concept parce-qu’elles sont des sensations universellement communicables.
Et à ce moment nous voyons qu’une telle voix est le seul moyen pour faire que la musique s’exprime avec un langage vraiment universel, au-delà des différences, ou –il serait joli de dire- un langage pré-babélique.

Mais cette voix à laquelle la musique fait appel, dans ce cas, est-ce vraiment la voix des hommes ?

Le jour où j’ai joué mon violoncelle pour des gens d’un autre monde – et on n’a pas besoin d’aller très loin pour ca : il nous suffit de jouer, plutôt que dans une salle de concerts, dans un pénitentiaire, un hôpital, une école pour les enfants-- eh bien, ce jour là je me suis aperçu que je ne pouvais pas partager ma tradition musicale, mais que mon public pouvait suivre parfaitement le langage élémentaire du corps, exprimé par le geste du son musical. C’était donc ma voix qui devenait universelle, non pas mon langage!

Et pourtant, ma voix ce n’était pas ma voix: c’était, avant tout, la voix d’un violoncelle qui révélait le mystère de son origine, parce-qu’à l’origine il y avait une voix-modèle, mais cette voix pouvait raconter l’origine de toute vie et de toutes les expressions de la vie. Donc une voix au delà des différences, une voix sacrée qui peut traverser les barrières des cultures.
Et alors, un art qui se manifeste à travers cette voix c’est un art qui exige que l’homme se mette à son service : c’est l’art qui a plusieurs moyens d’expression, mais finalement, selon l’idée la plus ancienne et universelle, ce n’est rien d’autre que la voix du Createur, de l’Ineffable, de Dieu. La musique fait appel à cette voix pour nous parler au delà de nous-mêmes : au-delà de la parole, au-delà du chant, la voix qui « tente de révéler un mystère: celui de son origine».

Claudio Ronco


http://users.libero.it/claudioronco/voix.html

ECOUTE texte sur musique


http://users.libero.it/claudioronco/chroniques2/voix.mp3

musique:
J. S. Bach, Chaconne en Re min. pour violon, arrangée pour voix et violon;
The Hilliard Ensemble et Christophe Poppen, violon.

W. A. Mozart, "Ecco quel fiero istante" à quatre voix;
Elly Ameling Ensemble




Dernière édition par Nine le Mar 1 Déc - 12:54, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.artmony.biz
Nine
Admin
avatar

Nombre de messages : 10391
Date d'inscription : 03/05/2008

MessageSujet: Re: MEDITATION MUSICALE   Jeu 20 Nov - 15:26

Yehudi Menuhin plays "Chaconne" By J.S.Bach. Gstaad ...